Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section B, Cyrrhestique et Chalcybonitique)

Kara Qouzaq 1 (Syrie) – B16

Texte intégral

Autres toponymes

Qara Quzaq, Qara Qôzâq

Nom antique attesté

Kikilia, Caeciliana ?

Localisation

Région

Teshrin

Situation

rive droite de l’Euphrate

Accès

à 500 m au sud du pont, en face de Tell Kara Qozaq

Longitude

38.20816343

Latitude

36.62608095

Position

promontoire

Environnement

replat du plateau calcaire

Informations sur l’état du site

État de conservation

intact

Dimensions du site

60 x 40 m

Superficie

0,24 ha

Altitude

400 m

Critères de datation

céramique, architecture

Périodes d’occupation attestées

Période romaine

forteresse, contrôle d’un point de traversée

    Déb.-milieu ier s. apr. J.-C.

forteresse

    Milieu ier-fin iie s.

forteresse

1Ce site a été repéré en prospection par A. Gonzàlez Blanco, dans le cadre de la mission archéologique syro-espagnole de Qara Quzaq. Il se trouve sur un des replats du Jebel Hammam et surplombe l’Euphrate juste en amont du resserrement de Kara Qouzaq (fig. 1). Cette hauteur de forme tabulaire présente des défenses naturelles mises à profit par les constructeurs : une falaise à pic, côté fleuve, et deux flancs très escarpés au nord-ouest et au sud-est. Côté sud-ouest (fig. 2), une pente forte isole suffisamment le site des reliefs environnants, qui s’élèvent progressivement jusqu’à l’un des pics du Jebel Hammam à 417 m d’altitude.

Fig. 1 ‑ Vue du promontoire depuis la rive gauche en 2010

Fig. 1 ‑ Vue du promontoire depuis la rive gauche en 2010

Fig. 2 ‑ Vue de la pente occidentale du site depuis le Jebel Hammam en 2010

Fig. 2 ‑ Vue de la pente occidentale du site depuis le Jebel Hammam en 2010

2L’identification de ce site avec Caeciliana a été proposée par A. Gonzàlez Blanco. La datation romaine et la fonction militaire du site correspondent assez bien aux caractéristiques que P.-L. Gatier associe à ce toponyme d’origine latine.

Fortifications

3Le site est accessible depuis la rive, en contournant le promontoire par l’est par une route antique de 1 m de large, en partie taillée dans le roc. Dans la partie finale du chemin, on longe le rempart sud du fort pour accéder à la porte située à l’angle sud-ouest de la muraille. Cet angle est protégé par une tour probablement carrée, de 4 m de large, située au sud de la porte. Le tracé des murailles n’a pas été entièrement reconnu (fig. 3) en raison d’une très forte érosion au nord-est du site mais son plan général délimite un rectangle de 60 m nord-sud sur 40 m est-ouest. Le rempart sud a été relevé sur 30 m environ et le rempart nord sur 60 m. Les remparts sont construits en blocage sur un socle en pierre de taille (fig. 4) et semblent mesurer 2 m de large.

Fig. 3 ‑ Plan schématique du fort avec identification des vestiges

Fig. 3 ‑ Plan schématique du fort avec identification des vestiges

A. Gonzalez Blanco 1998, p. 245

Fig. 4 ‑ Pierres de taille mises au jour par un trou de pillage dans la maçonnerie du rempart en 2010

Fig. 4 ‑ Pierres de taille mises au jour par un trou de pillage dans la maçonnerie du rempart en 2010

Organisation à l’intérieur du castrum

4À l’intérieur du camp, les murs s’appuyant sur le rempart sud sont les mieux conservés ; ils dessinent un grand édifice rectangulaire orienté est-ouest en bel appareil (non détaillé).

5Dans l’espace central, sont visibles deux bassins rectangulaires en blocage, étanchéifiés par un enduit hydraulique. Immédiatement à l’est de ceux-ci, se trouve l’embouchure d’une citerne creusée dans le rocher.

6Le matériel trouvé sur place est peu abondant mais offre quelques tessons de la première moitié du ier s. apr. J.-C. et des formes sigillées antérieures au milieu du iie s apr. J.-C..

7Matériel recueilli en prospection

  • tessons de sigillées A : H19b (daté du ier s.), H45/47 (ier s.) et H51 (daté entre 70 et 120)

8Périodisation d’après les prospecteurs

  • période romaine (milieu du ier s. apr. J.-C.-milieu du iie s.)

Bibliographie

A. Gonzàlez Blanco, « Christianism on the Eastern Frontier », Archaeology of the Upper Syrian Euphrates, the Tishrin Dam Area, G. Olmo Lete éd., Sabadell, 1999, p. 643-672.

A. Gonzàlez Blanco et G. Matilla Séiquer, « Qara Quzaq en el context de la romanizacion del Eufrates medio », G. del Olmo Lete éd., Tell Qara Quzaq I Campanas I-III, Aula Orientalis, Supp. 4, Barcelone, 1994, p. 251-268.

P. Barado, J. A. Eiroa, et F. Masso, « La ciudad romana de Qara Quzaq », Romanización y cristianismo en la Siria Mesopotàmica, A. Gonzàlez Blanco et G. Matilla Séiquer éd., Murcia, 1998, p. 232-245.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue du promontoire depuis la rive gauche en 2010
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7149/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 2 ‑ Vue de la pente occidentale du site depuis le Jebel Hammam en 2010
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7149/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 3 ‑ Plan schématique du fort avec identification des vestiges
Crédits A. Gonzalez Blanco 1998, p. 245
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7149/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 4 ‑ Pierres de taille mises au jour par un trou de pillage dans la maçonnerie du rempart en 2010
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7149/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 258k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540