Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section B, Cyrrhestique et Chalcybonitique)

Hammam Saghir 3 (Syrie) – B12a

Texte intégral

Localisation

Région

Teshrin

Situation

rive droite de l’Euphrate

Accès

à 500 m en amont du village de Hammam Shegir

Longitude

38.13678341

Latitude

36.65557681

Position

terrasse ancienne

Environnement

résurgence d’eaux chaudes sulffureuses

Informations sur l’état du site

État de conservation

noyé ?

Superficie

0,5 ha

Altitude

360 m

Critère de datation

céramique

Périodes d’occupation attestées

Période sévérienne-sassanide

thermes

Occupation postérieure

islamique

1Les thermes antiques, décrits par A. Gonzàlez Blanco, se trouvent à moins de 500 m en amont du village de Hammam Saghir et correspondent aux murs byzantins signalés, en 1977, par A. Moore dans le voisinage d’un site néolithique (site 7) associé au village de Hammam Saghir. Quant au cimetière moderne en aval, où des vestiges architecturaux ont été également vus par l’équipe d’A. Gonzalez Blanco, il se confond sans doute avec le site de Hammam Saghir 2 (B13). Les prospections de la mission danoise de Qadihiyé ont également signalé en 1998 les vestiges des thermes et la source naturelle sulfureuse.

Organisation du site

2Il s’agit d’une zone de vestiges importante traversée, par un chemin qui passe au pied du Jebel Hammam, le long d’un bras de l’Euphrate. Le site s’étend dans la pente au-dessus et en contrebas de la route. Il est lié à une source d’eau chaude et comporte un bâtiment identifié comme des thermes romains et un bassin d’eau chaude. La configuration du site est difficile à restituer d’après la description des prospecteurs (aucun schéma, ni estimation de surface) qui signalent les vestiges reconnus par rapport au tracé du chemin de terre qui longe l’Euphrate.

La source

3Au-dessus de la route a été repéré le jaillissement d’une source d’eau chaude sulfureuse (25°C). Elle semble alimenter une petite dépression en contrebas de la route où l’eau stagne. La présence de telles sources chaudes est indiquée par la toponymie locale puisque tout le massif calcaire et les villages, en aval de la confluence du Sajour jusqu’au resserrement de la vallée en aval de Kara Qosak, sont ainsi désignés sous le nom arabe « hammam », c’est-à-dire les « bains ». Mais c’est la première fois qu’une résurgence sulfureuse est précisément repérée. Les prospections de l’IPAO ont été complétées par A. Egea Vivancos qui mentionne les traces d’un aqueduc, ou d’un qanat, sans doute lié au fonctionnement des thermes. Le premier conduit vertical repéré est situé sur la rive droite du wadi dit de Hammam Saghir (au nord de Yuza ?) et trois autres suivent une direction nord-sud à travers le plateau.

Les thermes

4Des constructions s’étagent sur la pente de part et d’autre de la route. Un premier ensemble de maçonneries et de vestiges architecturaux décorés a été vu à proximité de la source d’eau chaude. Le second groupe est situé sous la route, dans le thalweg d’environ 2 m de haut (fig. 1). L’érosion de la pente a mis au jour des alignements des pierres calcaires équarries de différentes dimensions (de 0,60 à 0,80 m). Ces pierres se répartissent, soit parallèlement à la pente formant la ligne d’un soubassement, soit en élévation pour les murs, et s’enfoncent dans le thalweg. Trois murs en élévation sont ainsi visibles sur les clichés publiés par A. Gonzàlez Blanco. À l’extrémité sud, on remarque un parement de pierre contre lequel s’appuie une maçonnerie de briques cuites typique de l’architecture balnéaire. La coupe du talus ne permet pas de distinguer précisément les niveaux de sols et les niveaux d’écroulement ou de pillage des constructions. En contrebas du talus, une retenue d’eau au niveau de la plaine alluviale semble recueillir l’écoulement des eaux chaudes. La présence de cette cuvette d’eau peut s’expliquer, selon A. Gonzàlez, par l’existence d’un bassin ou d’une piscine intégrée à un édifice thermal.

Fig. 1 ‑ Vue générale des vestiges situés dans la pente

Fig. 1 ‑ Vue générale des vestiges situés dans la pente

© A. Gonzalez Blanco 1998, p. 309, fig. 1

5Les débris de constructions alentour comportent des blocs en marbre et en pierre. De plus, le cimetière du village de Hammam Shegir (B13) rassemble un grand nombre d’éléments architecturaux provenant très probablement de ce site : chapiteau dorique en calcaire, pilastre, fût de colonne et segments d’architrave moulurée.

6A. Gonzàlez Blanco pense reconnaître ici des thermes urbains ou des bains militaires, et les compare aux thermes d’Hippias décrits par Lucien de Samosate (Hippias ou le bain).

7Matériel recueilli par les prospections danoises de 1998 (J. Eidem et K. Pütt 2001, pl. 4)

  • brittle ware

  • fragments de bol chypriote des ve-vie s.

  • amphore à décor à spirale peinte byzantine

8Périodisation selon les prospections (A. González Blanco 1998)

  • thermes romains (iiie s.? ive s. ?)

  • période byzantine

Bibliographie

A. M. T. Moore, Holocene Settlement in North Syria, P. Sanlaville éd., Oxford, 1985, p. 49, site no 7, et fig. 3, p. 59.

J. Eidem et K. Pütt, « Iron Age Sites on the upper Euphrates », AAAS 44, 2001, p. 89, site 6503 et pl. 4.

A. Gonzàlez Blanco, « Ḥammam Ṣagir », Romanización y cristianismo en la Siria Mesopotàmica, A. Gonzàlez Blanco et G. Matilla Séiquer éd., Murcia 1998, p. 307-316.

A. Egea Vivancos, Eufratense et Osrhoene, 2005, p. 307-332 (site HS).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue générale des vestiges situés dans la pente
Crédits © A. Gonzalez Blanco 1998, p. 309, fig. 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540