Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section B, Cyrrhestique et Chalcybonitique)

Hammam Saghir (Syrie) – B11

Texte intégral

Autres toponymes

Hammam Shegir, Shaqlé, Chtatlé

Localisation

Région

Teshrin

Situation

rive droite du Sajour

Accès

en amont du village de Hammam Saghir

Longitude

38.1184516

Latitude

36.66204744

Position

terrasse

Environnement

colline au sud

Informations sur l’état du site

État de conservation

noyé

Dimensions du site

80 m x 70 m

Superficie

0,54 ha

Critère de datation

céramique

Périodes d’occupation attestées

Période romaine

nécropole

Période sévérienne-sassanide

habitat rural

1Le tell, de faible élévation et d’une surface réduite, est de forme triangulaire. Des traces de murs en pierre ont été vues en surface. Une seule phase d’occupation semble identifiée et datée de la période byzantine.

Nécropole

Stèle funéraire

2Une stèle funéraire inscrite (fig. 1) a été découverte par les villageois au lieu-dit nommé Shaqlé, qui correspond au toponyme Chatlé de la carte de l’État-Major ottoman (rééd. 1920, feuille Membij). L’identification entre Chatlé et Hammam Saghir 3 (site B11) est, quant à elle, assurée par la superposition de la carte ottomane et des images satellites. Cette stèle funéraire proviendrait donc de la nécropole située en amont de Hammam Saghir 3 et signalée par A. T. Moore (supposition avancée déjà en 1994 par P.-L. Gatier). L’inscription latine a été inventoriée par G. Bunnens, directeur de la mission de Tell Ahmar, qui en a confié la publication à P.-L. Gatier.

Fig. 1 –Stèle (P.‑L. Gatier 1994, fig. 1)

Fig. 1 –Stèle (P.‑L. Gatier 1994, fig. 1)

MARCUS GORA
F SIG SC I ASCA
LONIT > CLAUDI
ANI MM ANN
XXV VIX ANN
L DOMOHO
MESA
H S E

3– Traduction (P.-L. Gatier 1994) :

« Ci gît Marcus fils de Gora, porte enseigne de la cohorte première des Ascalonites, de la centurie des Claudianus ; il servit 25 ans dans l’armée et vécut 50 ans, originaire d’Emèse ».

4Cette inscription remonte à la fin du ier s.-début du iie s. apr. J.-C., ce qui confirmerait l’utilisation de la nécropole pendant la période romaine. Elle implique que la cohorte des Ascalonites, attestée à Doura-Europos en 208, ait fréquenté cette route le long de l’Euphrate, qu’elle y ait manœuvré ou stationné.

5P.- L. Gatier a proposé de fixer, dans ce secteur, Caeciliana, agglomération située en aval d’Europos selon Ptolémée, et d’y placer le lieu de stationnement de la Cohorte Première des Ascalonites. Cependant, aucun indice archéologique, dans le secteur de Hammam Saghir, ne vient conforter cette audacieuse hypothèse.

6Matériel

  • stèle de 60 cm de haut et de 67 cm de large

Bibliographie

A. M. T. Moore, « The archaeological survey of 1977 », Holocene Settlement in North Syria, P. Sanlaville éd., Oxford, 1985, p. 50, site no 9.

P. - L. Gatier, « Une inscription du Moyen-Euphrate », Syria 71, 1994, p. 151-157.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 –Stèle (P.‑L. Gatier 1994, fig. 1)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 321k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540