Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (Volume 2 : catalogue des sites)

 | 
Justine Gaborit

Sites de la rive droite en Syrie en amont des barrages de Teshrin et de Tabqa (section B, Cyrrhestique et Chalcybonitique)

Sarasat (Syrie) – B05

Texte intégral

Nom antique attesté

Caeciliana ? Caecilia ?

Autres toponymes

Sresat, Seresat, Magara Sarasat, Al‑Jirba

Localisation

Région

Teshrin

Situation

rive droite de l’Euphrate

Accès

5 km N. de Tell Amarna

Longitude

38.13678341

Latitude

36.65557681

Position

terrasse ancienne

Environnement

partie du plateau calcaire en surplomb sur la vallée, au débouché d’un large wadi

Informations sur l’état du site

État de conservation

intact

Superficie

5 ha

Altitude

400-450 m

Critères de datation

céramique, architecture

Périodes d’occupation attestées

Période romaine

bourg, nécropole rupestre, carrière de pierre

Période sévérienne-sassanide

bourg, nécropole rupestre, carrière de pierre

Occupation postérieure

islamique

1Le site de Sarasat est établi sur le plateau calcaire qui domine la rive droite entre la plaine de Jerablous et le wadi Sajour. Il est situé au nord d’une large ravine plane rectiligne orientée est-ouest de 1 km de long qui rejoint la rive. L’accès par l’est, à partir du chemin de terre qui longe le pied de la falaise calcaire, est aisé par cette ravine. Une seconde route traverse le sommet du plateau depuis le village de Tell Amarna situé au nord jusqu’au hameau de Sarasat établi au sud-ouest du wadi. Le site a été inventorié par E. Sachau qui y distingue, dans l’amas de ruines, un bâtiment de briques cuites, non repéré depuis, une citerne, de gros murs et une construction rectangulaire avec trois cellules pour des moines. F. Cumont, qui s’est rendu sur place le 14 mai 1907, fait, comme à son habitude, une description vivante des lieux et visite une nécropole étendue. La prospection détaillée de A. Egea Vivancos en 1999 a permis de documenter les aménagements rupestres et l’extension du site. L’archéologue espagnol a inventorié le site vu par F. Cumont sous le toponyme al-Jirba.

Extension du site

2Le site s’étend sur la partie nord qui surplombe le wadi depuis le bord du plateau calcaire au-dessus de l’Euphrate jusqu’à 2 km vers l’ouest. D’après F. Cumont, « des pierres taillées à demi enfoncées dans la terre » sont également visibles dans un hameau au sud du wadi mais nous n’avons pu les localiser car le village de Sarasat s’est beaucoup développé depuis 1990. Il forme à présent une zone dense d’habitats le long de la partie supérieure du wadi, au sud-est du site. Depuis la construction du barrage de Teshrin, toute la surface du site a été irriguée et mise en culture. Ce qui est, en revanche, frappant, c’est l’étendue des vestiges vers le nord. Ils sont répartis depuis le flanc nord du wadi sur les deux collines successives orientées nord-ouest/sud-est et dont la limite orientale correspond à la ligne d’érosion du plateau à pic au-dessus de la rive. La zone la plus dense de vestiges, repérée par F. Cumont, correspondrait à la colline sud (colline 1 sur le plan) dont les flancs orientaux et méridionaux très érodés laissent apercevoir la partie supérieure de front de carrière, des entrées de tombes, et des alignements de gros blocs calcaires. Les traces d’occupation sur la colline nord sont moins visibles et plus dispersées (murs, tombes comblées et citerne).

3Les vestiges repérés peuvent être répartis en plusieurs catégories (fig. 1) :

  • les carrières et la route creusées dans le flanc méridional de la colline 1 ;

  • l’agglomération antique et le moulin situés en amont du wadi, sur la colline 1 ;

  • la nécropole étendue sur les collines 1 et 2.

Fig. 1 ‑ Vue panoramique du site de Sarasat depuis le sud, 1999

Fig. 1 ‑ Vue panoramique du site de Sarasat depuis le sud, 1999

Les carrières de pierres

4La colline sud (no 1), située immédiatement au nord du wadi, a été l’objet de nombreux aménagements. Sur sa pente sud-ouest, les bancs de calcaires qui affleurent sont, par endroit, dressés en front de carrières antiques et délimitent des zones d’extraction en paliers sur la pente de la colline 1 (fig. 2). La plupart ont été remblayés mais la présence de murs de pierre perpendiculaires ou alignés aux fronts de taille montre nettement que ces parois ont un temps été réaménagées pour adosser des constructions.

Fig. 2 ‑ Partie supérieure des fronts de carrière sur le flanc sud-ouest de la colline 1, 1999

Fig. 2 ‑ Partie supérieure des fronts de carrière sur le flanc sud-ouest de la colline 1, 1999

Une route excavée dans le roc

5Le long du flanc nord du wadi, une route mène du site de Sarasat vers la rive droite de l’Euphrate (fig. 3). Un segment de cette route a été creusé dans la roche naturelle par des carriers : les saignées d’extraction et les traces des outils sont nettement visibles au sol (fig. 4). Cette route correspond sans doute au « large escalier taillé dans le rocher » vu par F. Cumont, les saignées d’extraction striant régulièrement la roche pouvant faire penser à des marches très érodées. En 1999, les villageoises, allant chercher de l’eau au fleuve, empruntaient encore cette route (fig. 5). Étant donné la largeur du passage pratiqué dans le rocher (3 m), on peut affirmer qu’il s’agit bien d’un tracé de route antique, sans doute également utilisée pour descendre les blocs extraits des carrières jusqu’à la rive, afin de les transporter par voie fluviale.

Fig. 3 ‑ Vue aérienne de la route en partie taillée dans le rocher

Fig. 3 ‑ Vue aérienne de la route en partie taillée dans le rocher

© Y. Guichard 2009

Fig. 4 ‑ Traces d’extraction des blocs, 1999

Fig. 4 ‑ Traces d’extraction des blocs, 1999

Fig. 5 ‑ Porteuses d’eau en 1999 empruntant la route antique

Fig. 5 ‑ Porteuses d’eau en 1999 empruntant la route antique

Urbanisme

6Le flanc sud-sud-est de la colline 1 est barré à mi-pente par un imposant mur construit en blocs calcaires longtemps exposés et très érodés (fig. 6). Ce mur se prolonge sur 200 m vers l’est et fait retour vers le nord, quelques mètres avant la rupture de pente du flanc oriental de la colline (fig. 7). Ce segment, orienté nord-sud, peut être suivi sur 250 m en montant vers le sommet de la colline. Ce sont probablement ces vestiges que F. Cumont a désignés comme une muraille, ce que l’état actuel de nos repérages ne peut confirmer. Nous n’avons pu reconnaître en 1999 son prolongement vers l’est, ni la liaison avec la zone des carrières et des tombes située à 100 m à l’est. Le secteur des carrières est lui aussi densément construit mais le plan des bâtiments est difficile à reconnaître de visu. L’occupation des hauteurs de Sarasat est en tout cas bien attestée.

Fig. 6 ‑ Murs en pierre de taille qui délimitent de grands bâtiments rectangulaires sur la colline 1

Fig. 6 ‑ Murs en pierre de taille qui délimitent de grands bâtiments rectangulaires sur la colline 1

Fig. 7 ‑ Angle de la « muraille » vue par F. Cumont

Fig. 7 ‑ Angle de la « muraille » vue par F. Cumont

7Un important dispositif de presse ou de moulin a été repéré dans les bancs calcaires qui barrent l’amont du wadi. La cuve du moulin est creusée dans le rocher. Une rigole circulaire au sommet ainsi que le système d’évacuation au fond de la cuve sont très bien conservés. Un fragment de la meule antique (épaisse de 1,20 m) a été traîné jusqu’au village moderne de Sarasat. À proximité du moulin, des salles taillées dans le roc, dont la couverture de dalles est effondrée, ont pu servir d’entrepôts. Ces grandes salles ne comportent aucun dispositif architectural (niche, bord de cuves) qui permette de les identifier comme des tombes modifiées postérieurement.

Nécropole

8Les tombes sont dispersées sur les deux collines successives au nord du wadi (fig. 8). La présence d’un ensemble plus dense a été remarquée sur le flanc sud et le sommet de la colline 1. Ces hypogées ont été creusés dans les strates de calcaire tendre à mi-pente, juste au-dessus du secteur des carrières de pierre. F. Cumont, arrivant par l’ouest et longeant le flanc nord de la dépression, aperçut le premier « tombeau rupestre » en aval du village : « salle carrée ; au fond, à droite et à gauche, une niche cintrée avec un sarcophage taillée dans le rocher ; par devant, un banc règne le long des parois » (F. Cumont 1917, p. 285). En dépit de cette description, nous n’avons pu le retrouver, car, comme le note l’auteur : « le type [des autres sépultures dispersées sur le flanc de la montagne] est analogue ; les dimensions seules varient. ».

Fig. 8  ‑ Vue aérienne de la colline 1 avec les ouvertures des tombes rupestres

Fig. 8  ‑ Vue aérienne de la colline 1 avec les ouvertures des tombes rupestres

© Y. Guichard 2009

9Parmi les 20 entrées de tombes repérées dans la partie supérieure de la pente, on dénombre, en effet, une majorité de tombes de type modeste, composées d’une seule salle avec deux ou trois arcosolia, et une tombe collective dont la façade et une partie du plafond s’étaient effondrées. Cette dernière est formée par une chambre principale de forme rectangulaire (12 x 11 m) et contient plus d’une dizaine de cuves. Son plan est tout à fait semblable à celui de tombes collectives étudiées pour les nécropoles de Zeugma (A08a-b).

10D’après ces éléments, nous nous trouvons en présence d’une nécropole romaine de grande dimension dont les caractéristiques demeurent identiques sur une longue période (ier - iiie s.).

11Prospections complémentaires de 1999 (A. Egea Vivancos 2005)

12A. Egea Vivancos a inventorié toute une série de vestiges : un site d’habitat, deux ensembles rupestres identifiés comme des monastères (JIR/1 et JIR/2), des tombes et un colombarium rupestres. Sept hypogées (JIR/3 à JIR/9), dont une tombe collective avec 12 loculi (JIR/7), ont été étudiés et relevés.

13Périodisation selon les prospecteurs (A. Comfort et J. Gaborit 1999)

  • période romaine

  • période byzantine

Bibliographie

F. Cumont, Études syriennes, 1917, p. 284-286.

A. Comfort et J. Gaborit, Prospections dans la vallée de l’Euphrate sur les sites de Seresat et Qal‘at Mokar,19-25 août 1999. Rapport prélinminaire pour la DGAMS, 1999 (non publié).

G. Matilla Séiquer et J. Gallardo Carillo, « Urbanismo: cuidades y necropolis », Romanización y cristianismo en la Siria Mesopotàmica, A. Gonzàlez Blanco et G. Matilla Séiquer éd., Murcia, 1998, p. 276-277.

A. Egea Vivancos, Eufratense et Osrhoene, Murcia, 2005, p. 267-276 (site JIR).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Vue panoramique du site de Sarasat depuis le sud, 1999
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7135/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 2 ‑ Partie supérieure des fronts de carrière sur le flanc sud-ouest de la colline 1, 1999
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7135/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 3 ‑ Vue aérienne de la route en partie taillée dans le rocher
Crédits © Y. Guichard 2009
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7135/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 4 ‑ Traces d’extraction des blocs, 1999
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7135/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 5 ‑ Porteuses d’eau en 1999 empruntant la route antique
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7135/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 6 ‑ Murs en pierre de taille qui délimitent de grands bâtiments rectangulaires sur la colline 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7135/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 7 ‑ Angle de la « muraille » vue par F. Cumont
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7135/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 8  ‑ Vue aérienne de la colline 1 avec les ouvertures des tombes rupestres
Crédits © Y. Guichard 2009
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7135/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540