Version classiqueVersion mobile

Les cadis d'Iraq et l'État Abbasside (132/750-334/945)

 | 
Mathieu Tillier

Chapitre VI : des cadis de cour

II - Les cadis dans le milieu de la cour 

Texte intégral

1. L’attrait de la cour

1Le cadi fut dès l’origine un homme de cour. Simple « secrétaire » judiciaire des gouverneurs de provinces, il appartenait à leur entourage immédiat. La réforme judiciaire entreprise au début de l’époque abbasside distendit les liens entre gouverneurs et cadis, et ces derniers perdirent probablement leurs principales attaches avec les cours provinciales. Il en alla autrement dans la capitale : l’attachement de ses cadis à la personne du calife ne s’affaiblit pas tout au long de la période et tendit même à se renforcer. Les historiens arabes qui, à de rares exceptions près, s’intéressent surtout à la vie politique et aux événements de la cour, ne manquent pas de s’en faire l’écho : l’activité des cadis à la cour califale est souvent évoquée dans les sources, et le lecteur contemporain pourrait être tenté de croire qu’ils passaient plus de temps auprès des puissants qu’auprès des justiciables de leur circonscription.

1.1. S’intégrer à la cour

2L’intérêt porté par les sources au milieu de la cour met en lumière le rôle capital que celle-ci jouait dans l’intégration de l’élite savante musulmane au sein de l’administration abbasside. Les populations des amār, nous l’avons vu, s’impliquaient au début de la période dans la promotion de certains de leurs juristes, et nombre de cadis firent carrière dans leur ville d’origine grâce à des recommandations locales. Ce système excluait cependant ceux des ʿulamā’ qui ne recueillaient pas les faveurs de leurs populations. L’influence des notables provinciaux déclina au début du iiie/ixe siècle tandis que, de leur côté, les califes ne consultèrent pratiquement jamais les habitants de Bagdad pour en nommer les cadis : l’incorporation d’un individu dans la judicature passait avant tout par son intégration dans la société de cour.

  • 214  Sur les rapports de patronage et de protection, voir les développements de R. Mottahedeh sur la c (...)
  • 215  Voir Leder, « al-Wāḳidī », EI2, XI, p. 101 ; al-Ziriklī, al-Aʿlām, VI, p. 310.
  • 216  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, III, p. 214 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 166-67. D’autres allusio (...)
  • 217  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 270.
  • 218  Sur le Barmakide Ǧaʿfar b. Yaḥyā, voir Sourdel, « Barāmika », EI2, I, p. 1035 ; al-Ziriklī, al-Aʿ (...)
  • 219  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 169.
  • 220  Ibn Ṭayfūr, Kitāb Baġdād, p. 141. Voir la traduction de ce passage supra, chapitre IV, § II.2.
  • 221  Ibn Ṭayfūr, Kitāb Baġdād, p. 139. Cf. Sourdel, Le Vizirat ʿabbāside, I, p. 238.
  • 222  Ibn Ṭayfūr, Kitāb Baġdād, p. 139. Sur Ṯumāma b. Ašras, voir Van Ess, « Thumāma b. Ashras », EI2, (...)

3Se faire remarquer du calife était un préalable indispensable à l’obtention d’un poste de cadi ou d’une autre fonction élevée. Or il était pratiquement impossible, pour un savant inconnu, d’accéder au souverain. Le seul moyen d’y parvenir était de s’attirer la protection de hauts personnages de la cour, susceptibles de le recommander par la suite au calife 214. À l’époque où les Abbassides privilégiaient les juristes de l’école ḥiǧāzienne, Muḥammad b. ʿUmar al-Wāqidī (m. 207/822) parvint ainsi à s’intégrer au milieu de la cour. Savant célèbre pour son œuvre d’historien 215, il passa la première moitié de sa vie à Médine comme marchand de froment (annā). Vers 180/796-97, alors qu’il avait une cinquantaine d’années, il fit subitement faillite et partit à Bagdad pour refaire fortune. Après avoir amadoué les serviteurs et autres chambellans (uǧǧāb) du Barmakide Yaḥyā b. Ḫālid, le vizir d’al-Rašīd, il se fit introduire devant lui à l’heure du déjeuner, seul moment où les conditions d’accès au vizir étaient moins rigoureuses. Al-Wāqidī parvint à conquérir l’amitié du vizir qui paya ses dettes et l’accepta dans son entourage immédiat 216. Une vingtaine d’années plus tard, en 204/819-20, le calife al-Ma’mūn se souvint de lui et le nomma cadi du côté est de Bagdad 217. D’autres savants tentèrent également leurs chances auprès des Barmakides. Ismāʿīl b. Ḥammād, petit-fils d’Abū Ḥanīfa, vint saluer Ǧaʿfar b. Yaḥyā (m. 187/803) 218 à Kūfa avant son départ pour al-Anbār ; moins chanceux qu’al-Wāqidī, il fut cependant éconduit 219. De nombreux cadis devaient leurs carrières à un ou plusieurs intermédiaires qui avaient bien voulu les introduire à la cour. ʿAbd al-Raḥmān b. Isḥāq al-Ḍabbī commença par fréquenter un certain Samāʿa, pour les enfants duquel il fut précepteur, et l’homme le recommanda par la suite à l’émir Ṭāhir b. al-Ḥusayn qui cherchait un cadi pour son armée ; il devint plus tard cadi d’al-Raqqa puis de Bagdad 220. Yaḥyā b. Akṯam ne serait peut-être pas devenu le puissant personnage que l’on connaît s’il n’avait opportunément rencontré un mawlā de la cour, Yaḥyā b. Ḫāqān, qui le présenta au gouverneur d’Iraq al-Ḥasan b. Sahl ; ce dernier le nomma en 202/817-18 cadi de Baṣra 221. Plus tard, alors que Yaḥyā b. Akṯam était tombé en disgrâce et s’était vu révoquer de Baṣra, il entra dans l’entourage d’al-Ma’mūn grâce à la recommandation du théologien muʿtazilite Ṯumāma b. Ašras (m. 213/828), souvent présenté par la littérature classique comme l’éminence grise de ce calife 222.

  • 223  Ibn Ṭayfūr, Kitāb Baġdād, p. 36 ; Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 294 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-a(...)

4Qu’al-Wāqidī ait été un savant réputé à Médine facilita certainement l’obtention de faveurs de la part du vizir barmakide. Pourtant, le récit par al-Ḫaṭīb de son introduction à la cour montre que franchir les barrières séparant les hauts dignitaires du commun des mortels pouvait s’avérer très difficile. Le candidat à une telle ascension devait faire preuve d’une grande habileté afin de lever les obstacles qui ne manquaient pas de se présenter. Trouver un intermédiaire ne suffisait pas toujours : encore fallait-il que la valeur intellectuelle du futur cadi se confirme. Dans la course aux honneurs, le savant devait savoir se faire remarquer des puissants. Lorsqu’al-Ma’mūn demanda à Yaḥyā b. Akṯam de réunir les savants de Bagdad pour intégrer les meilleurs d’entre eux à son entourage, il y a tout lieu de penser que la concurrence entre les savants fut rude : sur les cent personnes qui furent au départ présélectionnées, seules cinq ou dix furent finalement retenues. C’est de cette manière que le fameux Aḥmad b. Abī Du’ād, qui avait probablement su mettre en avant ses qualités, se fit admettre à la cour, se ménageant l’avenir qu’on lui connaît 223.

  • 224  Al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, II, p. 25-27 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, III, p. 424 ; Ibn al-Ǧawzī (...)
  • 225  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 249.
  • 226  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XII, p. 316 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VIII, p. 307 ; Ibn Ḥaǧar, Rafʿ (...)

5Muḥammad b. Muḥammad al-Ǧuḏūʿī, obscur témoin instrumentaire (šāhid) attaché au cadi de Baṣra, parvint également à se distinguer lorsque le calife al-Muʿtamid fit témoigner des šuhūd d’une dette contractée pour financer la guerre contre les Zanǧ : prenant l’acte et s’avançant jusqu’au trône, il déclara que son témoignage ne serait pas valable si le calife ne répondait pas « oui » à la question par laquelle il lui demandait s’il devait témoigner. Impressionné par la science d’al-Ǧuḏūʿī, al-Muʿtamid le fit nommer cadi de Wāsiṭ 224. Le savoir de Muḥammad b. Ṣafwān al-Ǧumaḥī, cadi de Bagdad sous al-Manṣūr, lui permit d’obtenir les faveurs d’al-Mahdī lorsque ce dernier devint calife : alors qu’il se trouvait derrière le souverain dans un cortège (mawkib), il osa intervenir dans sa conversation et se fit remarquer par sa bonne connaissance de la poésie. Cela lui vallut richesse et honneurs, puisqu’il fut ensuite nommé gouverneur de Médine 225. Au début du ive/xe siècle, c’est encore grâce aux relations qu’ils nouèrent dans le milieu de la cour que des hommes comme Abū l-Sā’ib ʿUtba b. ʿUbayd Allāh ou Ibn Umm Šaybān entamèrent chacun une carrière qui les mena jusqu’au poste de grand cadi sous les Būyides 226. Faire carrière nécessitait d’appartenir à un réseau de relations à la cour, qui permettait tant de s’élever dans la hiérarchie des courtisans que d’augmenter ensuite son pouvoir en aidant les autres à s’élever. Si l’on en croit Ibn Ḫallikān, le grand cadi Ibn Abī Du’ād était bien conscient de ce fonctionnement lorsqu’il récita les vers suivants :

Tu ne représentes pas un faible soutien (sabab), et les affaires ne réussissent que par la force de ceux qui les soutiennent.

  • 227  Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, I, p. 87.

Aujourd’hui nous avons besoin de toi, et on n’appelle le médecin qu’en cas de maladie grave 227 !

1.2. Patronage et clientélisme

  • 228  Vizir d’al-Rašīd à partir de 187/803. Sur ce personnage, voir Sourdel, « al-Faḍl b. al-Rabīʿ », E (...)
  • 229  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 151.
  • 230  Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VIII, p. 105.

6Entrer dans la clientèle d’un haut dignitaire en faisant reconnaître ses qualités de juriste était un des principaux moyens d’obtenir à terme un emploi comme cadi à Bagdad ou dans d’autres villes iraqiennes. Mais encore fallait-il, une fois parvenu à ses fins, réussir à se maintenir en poste et ne pas être rapidement supplanté par des concurrents plus habiles. C’est pourquoi de nombreux cadis déployaient leurs efforts pour conserver leur place et manœuvraient comme de véritables stratèges pour bénéficier de la protection de personnages influents. En 189/805, le cadi Muʿā b. Muʿā était en très mauvaise posture à Bara, car une partie de la population réclamait haut et fort sa révocation. S’il avait été nommé sur la recommandation des notables locaux, il avait également des contacts à la cour d’al-Rašīd qui lui permirent de repousser un temps la menace d’une révocation. Selon Wakīʿ, Muʿā se rendit chez le vizir al-Fal b. al-Rabīʿ 228, à qui il semblait déjà redevable d’un « bienfait » (anīʿa), et lui demanda de compléter sa bonne action par une ultime intervention en sa faveur. Le vizir fit alors demander à la délégation de Baṣriens de ne pas dire de mal de Muʿāḏ devant le calife 229. Un siècle plus tard, sous al-Muqtadir, le cadi de Bagdad Aḥmad b. Isḥāq b. al-Buhlūl essaya encore de faire intervenir le vizir Ibn al-Furāt, car il avait désobéi aux ordres de la mère du calife et craignait d’être révoqué 230.

  • 231  Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, II, p. 316.
  • 232  Sur ʿĪsā b. Ǧaʿfar b. al-Manṣūr al-ʿAbbāsī (m. vers 185/800), voir al-Ziriklī, al-Aʿlām, V, p. 10 (...)
  • 233  Al-Ṣaymarī, Abār Abī anīfa, p. 105 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XIV, p. 254 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Mu (...)
  • 234  Al-Masʿūdī, Murūǧ al-ahab, III, p. 340 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, V, p. 457.

7Cependant, faire intervenir ses relations en cas de danger ne suffisait pas toujours ; pour un cadi soucieux de sa carrière, le plus prudent était encore de rester dans les bonnes grâces du calife. Si l’on devait se fonder sur les sources pour remettre la palme du cadi le plus diplomate, celle-ci reviendrait certainement à Abū Yūsuf qui réussit à conserver l’amitié de hauts personnages de la cour en ménageant leur fierté. À plusieurs reprises, il s’arrangea pour ne mécontenter aucune des parties qui se présentaient à lui, afin de ne pas s’attirer des inimitiés peut-être fatales. Appelé à départager al-Rašīd et sa femme au sujet d’une futile affaire de cuisine, il prit garde à ne pas prononcer de jugement en faveur de l’un ou de l’autre, et s’en sortit finalement par un mot d’esprit récompensé par le calife 231. Selon une anecdote plus tard reprise dans les Mille et une nuits, il aurait par ailleurs inventé un stratagème juridique permettant à al-Rašīd d’épouser l’esclave que l’émir abbasside ʿĪsā b. Ǧaʿfar 232 refusait de lui céder, évitant ainsi d’encourir la colère d’un des deux hommes 233. D’autres décisions complaisantes en faveur d’Umm Ǧaʿfar, la femme d’al-Rašīd, sont par ailleurs rapportées par les sources – elles furent à l’origine de profits matériels non négligeables 234.

  • 235  Voir al-Iṣfahānī, Kitāb al-aġānī, XVI, p. 391 ; XX, p. 134.
  • 236  Al-Ṣūlī, Abār Abī Tammām, p. 144-45 ; al-Ḫatīb, Ta’rī Baġdād, IV, p. 371 ; Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-i(...)
  • 237  Al-Waššā’, al-Muwaššā, p. 39. Sur le sens de« murū’a », voir Farès et réd., « Murū’a », EI2, VII, (...)
  • 238  Mottahedeh, Loyalty and Leadership, p. 72 sq.
  • 239  Sur ce poète mineur, mort vers 220/835, voir Réd., « Nubāta b. ʿAbd Allāh », EI2, VIII, p. 93 ; a (...)

8Ibn Abī Du’ād usa par la suite d’autres procédés pour maintenir sa position auprès des califes al-Muʿtaṣim et al-Wāṯiq : la flatterie, qui tourna à son avantage les attaques de ses adversaires 235, et une forme de démagogie consistant à aider ses opposants pour mieux se les concilier 236. Sa générosité presque proverbiale était le plus souvent calculée pour conforter sa position à la cour. Intercéder ou rendre service s’avérait nécessaire pour acquérir cette forme de mérite qu’était la murū’a 237 et augmenter ainsi son prestige personnel. Les services rendus n’étaient jamais gratuits et obligeaient par la suite le bénéficiaire 238 : savoir à qui il était utile de rendre service relevait donc de stratégies familières à Ibn Abī Du’ād. C’est ce que lui fit remarquer le poète Nubāta b. ʿAbd Allāh al-Ḥimmānī 239 dans les vers suivants :

Tu es un homme dont les maigres bienfaits ne valent rien, tu ne prodigues pas tes faveurs (niʿmā) à ceux de mon espèce.

  • 240  Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 50. Ces vers (avec de légères variantes) sont attribués par d’autres a (...)

Tes faveurs ne surgissent qu’avec l’homme qui est de la même étoffe que toi et qui te convient 240.

9Au début du ive/xe siècle, le cadi Abū ʿUmar jouait des services et des faveurs pour consolider sa position et piéger de puissants dignitaires dans une relation de clientélisme. Brillant analyste de telles stratégies de cour, al-Tanūḫī raconte comment Abū ʿUmar prit l’ascendant sur un haut serviteur du palais califien mal disposé envers lui :

  • 241  Abū l-Ḥasan Muḥammad b. ʿAbd al-Wāḥid al-Hāšimī, rapporteur de l’anecdote précédente du Nišwār.

J’ai entendu ce récit d’une assemblée à laquelle ne participait pas le cadi Abū l-Ḥasan 241, mais où se trouvait Abū ʿUmar ʿUbayd Allāh b. al-Ḥusayn b. Aḥmad al-Samsār al-Baġdādī al-Šāhid, qui était vicaire de cadis sur certains districts et se trouvait responsable du marché aux esclaves à Madīnat al-Salām. Voici ce qu’ils racontèrent :

  • 242  Dans l’anecdote précédente, al-Tanūḫī relate comment Abū ʿUmar subit les insultes et les quolibet (...)

Lorsque le cadi Abū ʿUmar subit ce que l’on sait du serviteur [en question] 242, il fit venir un « citadin » (aarī) qui était à son service et lui dit :

– Rends-toi chez Untel le serviteur (al-ādim) et fonds en larmes devant lui. Explique-lui : « Mon frère est mort en laissant des biens et des enfants, et il n’a pas nommé de tuteur par testament ! Le cadi a confié ses affaires à l’une de ses relations (baʿd asbābi-hi). À cause de cela je vais perdre la face, même s’il a agi justement. Qu’Allāh me protège ! Demande-lui de me confier les biens et l’enfant (sic), et j’en prendrai soin ! » Porte-lui ces dinars – il lui tendit cent dinars – et dis-lui : « Lorsque tu l’auras fait, je te donnerai cent autres dinars. » Insiste jusqu’à ce qu’il vienne me trouver et qu’il me le demande.

Il dit : Le citadin s’en fut et alla le trouver.

– Malheur à toi ! s’écria le serviteur. J’ai particulièrement maltraité cet homme ! Comment pourrais-je lui demander une faveur (āǧa) ?

Il dit : Le citadin se montra bon avec lui jusqu’à ce qu’il accepte. Il revint alors voir le cadi et l’informa que [le serviteur] viendrait le trouver tel jour, et [le cadi] l’attendit.

Le serviteur vint chez Abū ʿUmar et le pria d’accepter la proposition du citadin : il ne doutait pas un instant qu’il ne s’agît d’une véritable faveur. Abū ʿUmar le traita avec bienveillance, le flatta, le cajola et dissipa tout ce qu’il avait sur le cœur. Il lui accorda la faveur demandée et enregistra par écrit ce qu’il voulait. Il donna le document (al-tawqīʿ) au citadin, qui remercia et invoqua [Dieu en sa faveur]. Le serviteur remercia également et s’en alla.

Abū ʿUmar convoqua ensuite le citadin, lui prit le document et le déchira. Il lui donna cent autres dinars et lui dit :

– Va les donner au serviteur !

  • 243  Al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, II, p. 87-88.

[Le citadin] les lui apporta. Le serviteur devint son ami : il avait gagné la bienveillance d’Abū ʿUmar sans le savoir et tout alla désormais pour le mieux 243.

  • 244  Cf. Sourdel, « Ibn al-Furāt », EI2, III, p. 767.
  • 245  Al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, I, p. 235-36 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 434.

10Que l’histoire soit authentique ou apocryphe importe peu, car elle révèle l’un des secrets capitaux de la survie à la cour : se ménager l’amitié des personnages haut placés et contraindre ses ennemis à entrer dans sa clientèle, en faisant d’eux ses obligés. Si les appuis qu’un cadi avait su se ménager disparaissaient, sa carrière risquait d’en pâtir. L’exemple d’al-Aḥwaṣ b. al-Mufaḍḍal, cadi de Baṣra à la fin du iiie siècle de l’hégire, montre qu’il était dangereux de trop compter sur ses relations. Grâce au soutien que lui assurait le vizir Abū l-Ḥasan ʿAlī Ibn al-Furāt, le cadi osa tenir tête à Muḥammad b. Isḥāq b. Kundāǧ, l’émir de Baṣra. Piqué à plusieurs reprises par l’impudence du cadi – qui le condamna lors des procès qui lui furent intentés –, l’émir écrivit au vizir pour se plaindre, mais ce dernier lui ordonna de respecter les décisions d’al-Aḥwaṣ. En 299/912, le vizir fut cependant démis de ses fonctions et arrêté 244 : aussitôt averti par le biais d’un pigeon voyageur, Ibn Kundāǧ fit arrêter le cadi et le jeta en prison. Al-Aḥwaṣ b. al-Mufaḍḍal y mourut peu de temps après 245.

1.3. La cour, lieu de tous les possibles

  • 246  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, X, p. 238 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 58 ; Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧ(...)
  • 247  Al-Iṣfahānī, Kitāb al-aġānī, VI, p. 16-17. Sur al-Sayyid al-Ḥimyarī, poète qui s’illustra à la co (...)
  • 248  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 107-108.
  • 249  Tsafrir, The History, p. 55.

11Un individu ne disposant pas de soutiens suffisants à la cour ou vivant loin de la capitale ne pouvait envisager une brillante carrière judiciaire – notamment couronnée par l’attribution d’une circonscription bagdadienne. Le cas de ʿAbd al-Raḥmān b. Mushir, cadi de Ǧabbul, est exemplaire : nommé à l’époque d’al-Rašīd sur une modeste localité éloignée de Bagdad, le cadi avait peu d’occasions de se faire remarquer par ceux qui tenaient sa carrière en main, d’autant qu’il ne semblait pas très apprécié de la population locale. C’est pourquoi, informé que le calife et le grand cadi allaient passer en bateau près de sa ville (située sur le cours du Tigre), le cadi se déguisa et chanta ses propres louanges au passage du cortège. Malheureusement pour lui, l’homme fut démasqué, ce qui sembla mettre un terme à sa carrière 246. D’une manière générale, les cadis de villes provinciales saisissaient toutes les occasions de rencontrer le souverain. Sawwār b. ʿAbd Allāh profita du séjour d’al-Manṣūr à proximité de Baṣra pour fréquenter sa cour et mettre en garde le calife contre le poète kaysānite al-Sayyid al-Ḥimyarī qui dissimulait ses croyances religieuses derrière les panégyriques qu’il adressait au calife 247. À la mort d’al-Manṣūr en 158/775, ʿUbayd Allāh b. al-Ḥasan al-ʿAnbarī quitta provisoirement Baṣra – où il nomma un vicaire (alīfa), Ḥamza b. ʿAbd Allāh –, pour aller féliciter al-Mahdī de son avènement 248. À la fin du iiie/ixe siècle, lorsque la professionnalisation des cadis se fut renforcée et que le poids des élites locales eut diminué, il devint de plus en plus difficile d’envisager une carrière judiciaire sans résider à Bagdad. C’est pourquoi un grand nombre de savants vinrent alors s’installer définitivement dans la capitale, comme le fit une partie de la famille al-Tanūḫī, qui quitta al-Anbār – où elle détenait une position dominante depuis l’époque préislamique – pour Bagdad 249.

  • 250  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 300.
  • 251  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 303.
  • 252  Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 514; Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, VII, p. 82; Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, (...)
  • 253  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, IX, p. 132.
  • 254  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XIII, p. 456.
  • 255  Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 451.

12Grâce aux réseaux de relations qui s’y nouaient, la capitale était le lieu de tous les possibles. C’est peut-être une raison pour laquelle l’exil loin de la cour sanctionnait des cadis tombés en disgrâce. Al-Mutawakkil fut un des premiers califes à employer cette forme de châtiment, d’abord en 237/851-52 à l’encontre d’Ibn Abī Du’ād – qu’il chassa de Sāmarrā’ et envoya à Bagdad au moment de sa révocation 250 –, puis de Yaḥyā b. Akṯam qu’il exila (nafā-hu) à La Mecque en 240/854-55 251. Celui-ci s’empressa de refaire ses bagages pour l’Iraq – seul endroit où il croyait avoir encore un avenir – dès qu’il apprit que le courroux d’al-Mutawakkil à son égard s’était atténué 252. Selon les sources, plusieurs cadis vinrent d’ailleurs à la capitale après avoir été démis de leurs fonctions dans une autre ville. Ainsi Salama al-Aḥmar, cadi de Wāsiṭ (dont il était originaire) sous al-Rašīd, arriva-t-il à Bagdad après sa révocation, et il y demeura jusqu’à sa mort 253 ; il en alla de même pour Abū l-Baḫtarī Wahb b. Wahb (m. 200/815-16), après son renvoi de la judicature de Médine 254, et Hārūn b. ʿAbd Allāh al-Zuhrī finit sa vie à Sāmarrā’ après avoir été révoqué de la judicature égyptienne en 226/840-41 255. La capitale apparaissait comme le seul endroit où une carrière à bout de souffle avait quelque chance d’être relancée.

2. Le rang des cadis

  • 256  « Lā martaba baʿd al-ilāfa aǧall min al-qaā’. » Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧawāhir al-muiyya, I, p. 1 (...)

13La cour califale était un lieu incontournable pour les cadis iraqiens. Qu’ils exercent leurs fonctions dans une circonscription de la capitale ou dans une ville de province, ils étaient le plus souvent amenés, au cours de leur carrière, à jouer le rôle de courtisans au même titre que les autres membres de la āṣṣa. Leur rang au sein de la hiérarchie des fonctionnaires et des dignitaires est rarement évoqué, sauf pour des grands cadis particulièrement influents, comme Yaḥyā b. Akṯam ou Ibn Abī Du’ād. Les textes décrivant avec précision la place des cadis ordinaires dans le cérémonial, à l’instar des Rusūm dār al-ilāfa de Hilāl al-Ṣābi’ pour l’époque būyide, font défaut au iie/viiie et iiie/xe siècle. L’historien en est souvent réduit à faire feu de quelques remarques préservées dans la littérature biographique. Ainsi lorsqu’al-Rašīd était en pèlerinage à La Mecque, le cadi d’al-Šarqiyya, Asad b. ʿAmr, était le seul à s’asseoir à ses côtés dans la Kaʿba, alors que le reste de l’assistance devait rester debout. Un observateur en déduisit « qu’il n’y avait pas de rang plus élevé après le califat que la judicature 256 ». De telles mentions sont néanmoins peu nombreuses et doivent être complétées par d’autres indices : le capital matériel ou symbolique acquis à la cour par les cadis révèle notamment le rang qu’ils y occupaient.

2.1. Honneurs et cadeaux

  • 257  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 197; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 161; al-Mizzī, Tahīb al-k (...)
  • 258  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 151. Voir également Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, V, p. 385-86.
  • 259  Voir par exemple al-Masʿūdī, Murūǧ al-ahab, III, p. 430.
  • 260  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, III, p. 228-29, 230; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 168-69.
  • 261  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 74.
  • 262  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 156.
  • 263  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 167.
  • 264  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XIV, p. 254; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, VI, p. 386-87. Voir égaleme (...)

14Les cadeaux constituaient le signe le plus perceptible de la faveur dont un cadi jouissait auprès du souverain. De nombreux cadis reçurent une forte somme d’argent à l’issue d’une entrevue avec le calife : al-Rašīd gratifia les Baṣriens ʿUmar b. Ḥabīb 257 et Muʿāḏ b. Muʿāḏ de présents en numéraire (le deuxième reçut 20 000 dirhams lorsqu’il vint le trouver à al-Nahrawān 258) ; al-Ma’mūn donna de l’argent à Yaḥyā b. Akṯam 259 comme à al-Wāqidī, cadi de ʿAskar al-Mahdī 260. Parfois, le cadeau reçu était plus original. ʿAbd Allāh b. Šubruma, cadi dans le sawād de Kūfa, se serait vu offrir cent arpents (ǧarīb) de terre par al-Saffāḥ ou al-Manṣūr 261 ; Šarīk b. ʿAbd Allāh reçut un jour une perle (durra) d’al-Mahdī 262, et sortit une autre fois d’une entrevue avec le calife la barbe imprégnée de ġāliya, un cosmétique très onéreux qu’il s’empressa de récupérer dans une bouteille (qārūra) au col évasé 263. On ne compte plus les précieux présents qu’Abū Yūsuf reçut d’al-Rašīd ou de sa femme Zubayda, comme les tissus, les parfums, les coupes (ǧām), les statuettes d’ambre gris (tamāīl nadd) et autres boîtes (uqq) gigognes en argent que celle-ci lui offrit régulièrement et qui suscitèrent la jalousie des autres faqīh-s de la cour 264

  • 265  Sous les Abbassides, la distribution de robes d’honneur était presque quotidienne dans l’entourag (...)
  • 266  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 61.
  • 267  Voir les exemples de Muʿāḏ b. Muʿāḏ (Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 151) ; ʿIkrima b. Ṭāriq (al-Ḫa (...)
  • 268  Cf. Stillmann, « Khilʿa », EI2, V, p. 6.
  • 269  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 272.

15Très tôt, recevoir une robe d’honneur (ilʿa) devint une des plus hautes récompenses qui puissent être décernées à un cadi. Cet usage, qui n’était pas encore établi sous les Umayyades, se développa chez les Abbassides : ils généralisèrent à la cour le geste symbolique du Prophète qui avait offert son manteau – la burda, un des symboles de la dynastie – au poète Kaʿb b. Zuhayr 265. Dès le début de la centralisation judiciaire, al-Manṣūr remit au baṣrien Sawwār b. ʿAbd Allāh une robe brodée (ǧubba wašā) et un aylasān : pendant les trois jours qui suivirent son retour à Baṣra, Sawwār siégea dans sa prestigieuse tenue 266. Le vêtement offert par le calife était le signe le plus visible des faveurs dont il jouissait auprès du souverain, et manifestait aux yeux de la population le lien direct existant entre le pouvoir central et le représentant local de la justice. Les sources citent un grand nombre de cadis qui, tout au long de la période abbasside, reçurent de telles robes d’honneur 267. Très souvent, ces présents leur étaient offerts au moment de leur investiture 268. Ce n’était pourtant pas toujours le cas, et une robe d’honneur pouvait aussi être décernée lors de leur révocation. En 208/823-24, al-Ma’mūn réclama sa démission à Muḥammad b. ʿAbd al-Raḥmān al-Maḫzūmī, cadi de ʿAskar al-Mahdī, suite à certaines rumeurs sur le rôle qu’il avait tenu à La Mecque pendant la guerre civile ; le calife lui remit néanmoins une robe d’honneur (alaʿa ʿalay-hi), sans doute pour montrer que le cadi partait la tête haute et conservait la gratitude du califat 269.

  • 270  Sur les rituels de cette prière spécifique, voir Monnot, « Ṣalāt », EI2, VIII, p. 931.
  • 271  Ibn Saʿd, al-abaqāt al-kubrā, VII, p. 323 ; Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 268 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī(...)
  • 272  Ibn Saʿd, al-abaqāt al-kubrā, VI, p. 378 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, II, p. 468.
  • 273  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, III, p. 230 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 168.
  • 274  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VII, p. 172 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 290.
  • 275  Al-Ṣūlī, Abār al-Rāī wa-l-Muttaqī, p. 141.

16Hormis ces cadeaux, d’autres indices témoignent du rang élevé dont jouissaient les cadis à Bagdad ou Sāmarrā’. Les funérailles faisaient partie des événements les plus représentatifs de leur position à la cour. La mort de certains cadis, tout d’abord, donnait l’occasion au calife de les honorer une dernière fois en effectuant la prière sur leur dépouille mortuaire (al-alāt ʿalā l-mayyit270. En 176/792-93 ou 178/794-95, Hārūn al-Rašīd pria ainsi sur le corps du cadi de ʿAskar al-Mahdī, ʿAbd al-Malik b. Muḥammad, qui fut enterré dans le cimetière d’al-ʿAbbāsa bint al-Mahdī 271. À la même époque, le calife souhaita rendre les honneurs funèbres à Šarīk b. ʿAbd Allāh et se rendit à Kūfa dans cette intention, où il trouva le cadi déjà inhumé grâce aux bons soins du gouverneur Mūsā b. ʿĪsā 272. Même s’il ne présidait pas lui-même à la cérémonie funéraire, le calife prêtait souvent attention aux derniers hommages rendus à un cadi. Lorsqu’al-Wāqidī mourut dans la misère, le calife al-Ma’mūn prit en charge ses funérailles et offrit son linceul 273. Plus tard, al-Muʿtaṣim donna des instructions pour l’enterrement du cadi de Bagdad, Ǧaʿfar b. ʿĪsā, et un autre fils d’al-Rašīd fit la prière sur son corps 274. À la mort en 328/939-40 du grand cadi Abū l-Ḥusayn ʿUmar b. Muḥammad, tous les dignitaires de la cour se pressèrent à ses obsèques et le calife al-Rāḍī lui-même témoigna de la grande estime qu’il lui avait portée 275.

  • 276  Al-Ḥakam b. Muḥammad b. Qanbar al-Māzinī, poète iraqien du début de l’époque abbasside. Al-Ṣafadī (...)
  • 277  Al-Ǧāḥiẓ, Kitāb al-qawl fī l-biġāl, p. 76. Voir également al-Ǧāḥiẓ, Kitāb al-ayawān, III, p. 33  (...)
  • 278  Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, IV, p. 308. Sur Muḥammad b. Ziyād Ibn al-Aʿrābī, voir al-Ziriklī, (...)
  • 279  Notamment le grand cadi ʿAlī b. Muḥammad Ibn Abī l-Šawārib en 283/896-97 (al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād(...)
  • 280  ʿArīb b. Saʿd al-Qurṭubī, ilat Ta’rī al-abarī, p. 36 ; Anonyme, al-ʿUyūn wa-l-adā’iq, I, p. 1 (...)
  • 281  ʿArīb b. Saʿd al-Qurṭubī, ilat Ta’rī al-abarī, p. 45. Sur ce personnage, voir Bosworth, « Mu’n (...)
  • 282  Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 341.
  • 283  Voir notamment Sourdel, L’État impérial des califes abbassides, p. 189-90 ; Zetterstéen et Boswor (...)
  • 284  ʿArīb b. Saʿd al-Qurṭubī, ilat Ta’rī al-abarī, p. 152.
  • 285  Al-Ṣūlī, Abār al-Rāī wa-l-Muttaqī, p. 183 ; al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, II, p. 72 ; Anonyme, (...)
  • 286  Anonyme, al-ʿUyūn wa-l-adā’iq, I, p. 9 ; Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, VII, p. 233. Cf. p. 10 sq.

17Le haut rang dont jouissaient les cadis à la cour apparaît également lors des funérailles d’autres dignitaires. Si l’on en croit al-Ǧāḥiẓ, effectuer la prière funéraire était un honneur qui ne revenait pas à n’importe qui, surtout lorsque le défunt jouissait d’un grand prestige. Il dit en effet que le poète māzinite al-Ḥakam b. Qanbar 276 « avait acquis tant de considération (qad ʿauma ša’nu-hu) auprès des Banū Tamīm qu’il effectuait la prière lors de leurs funérailles 277 ». Les sources mentionnent de manière régulière des cadis de Bagdad chargés d’officier à la mort de hauts dignitaires : Ibn Abī Du’ād pria sur la dépouille du savant kūfiote Ibn al-Aʿrābī, mort à Sāmarrā’ en 231/845 278, le cadi mālikite Yūsuf b. Yaʿqūb sur celles de plusieurs savants ou cadis en vue à la cour 279, Aḥmad b. Isḥāq b. al-Buhlūl sur l’émir Muḥammad b. Ṭāhir en 297/911 280, et Abū ʿUmar sur Mu’nis al-Ḫāzin en 301/914 281. Il était plus prestigieux encore d’effectuer la prière à la mort du calife : des cadis bagdadiens en furent souvent chargés, notamment à la fin de la période. En 289/902, le cadi du côté est de Bagdad, Yūsuf b. Yaʿqūb, pria sur le corps d’al-Muʿtaḍid 282. Lorsqu’al-Muqtadir mourut en 320/932 au cours de la guerre qui l’opposait au commandant en chef Mu’nis 283, ce dernier apporta son cadavre à Ibn Abī l-Šawārib, cadi de Madīnat al-Manṣūr, pour qu’il se charge de son inhumation 284. Quelques années plus tard, le cadi de Bagdad Abū Naṣr Yūsuf b. ʿUmar supervisa la toilette mortuaire d’al-Rāḍī – réalisée par Abū l-Ḥasan Muḥammad b. ʿAbd al-Wāḥid qui fut plus tard cadi de Baṣra et était peut-être déjà cadi à cette époque – et fit la prière sur son corps 285. C’est également à l’ancien grand cadi Ǧaʿfar b. ʿAbd al-Wāḥid que fut confié le soin, en 256/870, de prier sur la dépouille d’al-Muhtadī après son assassinat par la garde turque 286.

2.2. Tenir son rang, un exercice difficile

  • 287  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 155-56, 157. Voir également Abū l-ʿArab al-Tamīmī, Kitāb al-mian, (...)
  • 288  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 197 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 161 ; al-Mizzī, Tahīb al (...)

18Jusqu’au ive/xe siècle, seuls de tels indices permettent de se représenter – bien que de manière imprécise – le rang des cadis à la cour califale. Les honneurs et distinctions récurrents évoqués à leur sujet montrent que la vie ou le simple passage à la cour pouvaient être source de profits matériels et symboliques importants. Mais d’un autre côté, le châtiment n’était jamais très éloigné de la récompense, et un détail suffisait parfois à renverser la situation. Suscitée par la jalousie et les rivalités, la médisance allait bon train dans l’entourage du souverain et le cadi ne devait compter que sur son éloquence pour retourner la colère du calife à son avantage. Ainsi, les sentiments pro-chiites de Šarīk b. ʿAbd Allāh eurent vite fait de revenir aux oreilles d’al-Mahdī par l’intermédiaire de son āǧib al-Rabīʿ : arrêté et conduit manu militari devant le calife, Šarīk se défendit efficacement des accusations dont il faisait l’objet et sortit de l’entrevue avec un cadeau du calife 287. Sous al-Rašīd, ʿUmar b. Ḥabīb manqua même d’être décapité pour avoir contredit le calife en public ; al-Rašīd, convaincu en définitive par la défense du cadi, lui offrit dix mille dirhams 288.

  • 289  Al-Iṣfahānī, Kitāb al-aġānī, V, p. 60.

19Cette dernière anecdote est significative d’une règle plus générale : quel que soit le rang auquel les cadis parvenaient à la cour, ils ne pouvaient faire fi des convenances. Par exemple, le protocole refusait qu’un chanteur entre devant le calife en même temps que des savants et l’assistance ne cacha pas son étonnement le jour où, grâce à une permission exceptionnelle du calife, le grand cadi Yaḥyā b. Akṯam et le chanteur Isḥāq al-Mawṣilī arrivèrent main dans la main à l’audience 289. Au début de la période abbasside, certains cadis de province peu au fait des règles de bienséance en usage à la cour firent scandale lorsqu’ils furent introduits devant le souverain ou ses représentants. Voici comment Wakīʿ rapporte une entrevue entre l’héritier présomptif al-Mahdī et les deux cadis de Kūfa, Ibn Abī Laylā et Ibn Šubruma :

Ḫallād b. Yazīd nous raconta d’après ʿAmr :

  • 290  Selon la définition de Kazimirski (Dictionnaire, I, p. 372), « a » ou « itabā » signifie « ra (...)

Ibn Šubruma et Ibn Abī Laylā se présentèrent devant al-Mahdī. L’un ôta ses sandales (naʿlay-hi), tandis que l’autre nouait son vêtement autour de ses jambes (itabā290. Al-Mahdī, qui était héritier présomptif, sortit furieux et dit à al-Rabīʿ :

– Ne vois-tu pas ce qu’ont fait ces deux-là ?

[Al-Rabīʿ] s’approcha d’Ibn Šubruma et lui dit : « Espèce de bédouin (aʿrābī) ! Espèce de chien ! » Puis ils s’approcha d’Ibn Abī Laylā et lui dit : « Espèce de bâtard ! »

  • 291  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 109.

Ibn Šubruma dit : Ce qu’il m’avait dit parut léger à endurer lorsqu’il dit à Ibn Abī Laylā « Espèce de bâtard 291 ! ».

  • 292  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 177.
  • 293  Wakīʿ, Abār al-quāt, I, p. 247. Sur le vêtement des cadis, voir Tyan, Organisation judiciaire, (...)
  • 294  Hilāl al-Ṣābi’, Rusūm dār al-ilāfa, p. 75-76. Sur les chaussures appelées uff, voir Dozy, Dicti (...)

20Quelques années plus tard – probablement en 169/785-86 –, al-Qāsim b. Maʿn s’assit de la même manière inconvenante (en s’enserrant dans son vêtement) à l’audience du gouverneur de Kūfa qui le fit remettre en position décente par un serviteur 292. Les savants à qui la judicature des amār était alors confiée semblaient peu habitués à la fréquentation des plus hauts dignitaires de la cour et faisaient encore figure de « provinciaux » mal dégrossis. Mais même des courtisans plus aguerris risquaient d’outrepasser les règles que leur rang les obligeait à tenir. Alors que le grand cadi Abū l-Baḫtarī Wahb b. Wahb attendait un jour d’être introduit devant al-Rašīd, un serviteur du palais vint lui réclamer sa qalansuwa (sorte de bonnet pointu porté en particulier par les ʿulamā’) au nom du calife, et la ramena quelques instant plus tard raccourcie de quatre doigts : l’excessive longueur de son couvre-chef avait indisposé le souverain 293. Pour être durablement accepté à la cour, prouver sa capacité à tenir son rang était indispensable. De tels incidents semblaient rares, cependant, car les sources en rapportent peu. La centralisation administrative de la judicature à Bagdad, ainsi que la professionnalisation des cadis, contribuèrent probablement à faire d’eux des courtisans avertis et respectueux des convenances. Hilāl al-Ṣābi’ rapporte néanmoins qu’au début de la domination būyide, le cadi Ibn Abī l-Šawārib enfreignit le protocole de la cour en s’y présentant chaussé de rouge : cette couleur étant en principe réservée au calife – ou symbolisant la rébellion –, le āǧib d’al-Muṭīʿ lui fit arracher ses chaussures (uff) et mettre sur la tête ; le cadi mourut de honte quelque temps plus tard 294.

2.3. Le piège de la cour

  • 295  Le cadi de Kūfa Šarīk b. ʿAbd Allāh aurait par exemple laissé 300 000 dirhams à ses héritiers, en (...)
  • 296  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XIV, p. 254 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, VI, p. 386-87.

21Malgré les aléas de la vie de cour, contre lesquels un auteur comme Ibn al-Muqaffaʿ, à l’aube de la période abbasside, mettait déjà en garde dans al-Adab al-kabīr ou dans Kalīla wa-Dimna, les cadis fréquentant le palais califal pouvaient en retirer des bénéfices considérables 295. Au-delà de l’enrichissement personnel qu’ils représentaient, les divers cadeaux reçus de manière régulière contribuaient à augmenter leur prestige : le califat reconnaissait par ce biais leur valeur scientifique et juridique. Il est probable que ces gratifications étaient fort appréciées par leurs bénéficiaires qui ne semblaient jamais s’en plaindre. Bien au contraire, Abū Yūsuf aurait même refusé de partager ses gains avec certains de ses compagnons qui le lui auraient demandé 296.

  • 297  Al-Hamaḏānī, Takmilat Ta’rī al-abarī, p. 431.
  • 298  Analysant la société de cour à l’époque būyide, R. Mottahedeh montre qu’un bienfait n’est jamais (...)

22Ceci n’est pas anodin : ces bénéfices matériels venaient confirmer la nature en partie financière du lien qui unissait un cadi à son délégant et dont son salaire mensuel était la principale expression. Un cadi risquait ainsi de se laisser enfermer dans une relation où il attendait une rétribution du pouvoir, tel un serviteur récompensé lorsqu’il donne satisfaction à son maître. Si le salaire fut assimilé par certains juristes à une forme de corruption, que dire alors de ces cadeaux ? Le cadi qui les acceptait aurait d’autant plus de mal à résister au délégant qui tenterait d’influencer sa pratique judiciaire. Ce fut probablement la raison pour laquelle le cadi Ibn Umm Šaybān, lorsque la judicature lui fut proposée en 363/973-74, posa non seulement comme condition à son acceptation de ne pas percevoir de salaire, mais également de ne pas recevoir de robe d’honneur (ilʿa297. Plus largement, les liens noués à la cour avec de puissants protecteurs, ou la simple obtention d’une judicature, entraînaient le savant dans une relation d’échanges : il devenait le « débiteur » de quiconque lui avait permis de réaliser ses ambitions 298.

23Les honneurs et les profits contribuaient en outre à renforcer l’attrait de la cour aux yeux de ceux qui avaient obtenu un poste de cadi dans une ville de province, et dissuadaient certains d’entre eux de quitter la capitale : la proximité de la cour était nécessaire pour faire carrière et accroître son prestige, son rang et son pouvoir. Ce facteur favorisa certainement l’émergence d’une hiérarchie entre les districts – avec une nette opposition capitale/province –, ainsi que la centralisation accrue du système juridictionnel iraqien dans la seconde moitié du iiie/ixe siècle : au lieu de s’installer dans leur circonscription, les cadis préféraient y envoyer des vicaires et demeurer à Bagdad. Plus rien ne s’opposa dès lors à ce qu’un même cadi assume la judicature de plusieurs villes éloignées, ce qui permit en retour de renforcer la centralisation administrative.

Notes

214  Sur les rapports de patronage et de protection, voir les développements de R. Mottahedeh sur la cour à l’époque būyide (Loyalty and Leadership in an Early Islamic Society, p. 82 sq).

215  Voir Leder, « al-Wāḳidī », EI2, XI, p. 101 ; al-Ziriklī, al-Aʿlām, VI, p. 310.

216  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, III, p. 214 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 166-67. D’autres allusions à l’aide apportée par Yaḥyā b. Ḫālid à al-Wāqidī apparaissent dans Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 270-71.

217  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 270.

218  Sur le Barmakide Ǧaʿfar b. Yaḥyā, voir Sourdel, « Barāmika », EI2, I, p. 1035 ; al-Ziriklī, al-Aʿlām, II, p. 130.

219  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 169.

220  Ibn Ṭayfūr, Kitāb Baġdād, p. 141. Voir la traduction de ce passage supra, chapitre IV, § II.2.

221  Ibn Ṭayfūr, Kitāb Baġdād, p. 139. Cf. Sourdel, Le Vizirat ʿabbāside, I, p. 238.

222  Ibn Ṭayfūr, Kitāb Baġdād, p. 139. Sur Ṯumāma b. Ašras, voir Van Ess, « Thumāma b. Ashras », EI2, X, p. 449 ; al-Ziriklī, al-Aʿlām, II, p. 100. La nécessité de trouver un intermédiaire pour accéder aux plus hauts représentants du pouvoir est bien illustrée par al-Ǧāḥiẓ : évoquant au début de la Risālat al-maʿāš wa-l-maʿād la façon dont il s’est rapproché du cadi Abū l-Walīd Muḥammad b. Aḥmad b. Abī Du’ād, destinataire de l’épître, il remercie Allāh de lui avoir permis de rencontrer un certain Abū ʿAbd Allāh qui a pu le recommander au cadi. Al-Ǧāḥiẓ, al-Rasā’il, I, p. 93.

223  Ibn Ṭayfūr, Kitāb Baġdād, p. 36 ; Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 294 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, I, p. 84 ; Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 46.

224  Al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, II, p. 25-27 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, III, p. 424 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 358.

225  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 249.

226  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XII, p. 316 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VIII, p. 307 ; Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 359.

227  Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, I, p. 87.

228  Vizir d’al-Rašīd à partir de 187/803. Sur ce personnage, voir Sourdel, « al-Faḍl b. al-Rabīʿ », EI2, II, p. 730 ; al-Ziriklī, al-Aʿlām, V, p. 148.

229  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 151.

230  Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VIII, p. 105.

231  Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, II, p. 316.

232  Sur ʿĪsā b. Ǧaʿfar b. al-Manṣūr al-ʿAbbāsī (m. vers 185/800), voir al-Ziriklī, al-Aʿlām, V, p. 102.

233  Al-Ṣaymarī, Abār Abī anīfa, p. 105 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XIV, p. 254 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, V, p. 455-57 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, VI, p. 384-86.

234  Al-Masʿūdī, Murūǧ al-ahab, III, p. 340 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, V, p. 457.

235  Voir al-Iṣfahānī, Kitāb al-aġānī, XVI, p. 391 ; XX, p. 134.

236  Al-Ṣūlī, Abār Abī Tammām, p. 144-45 ; al-Ḫatīb, Ta’rī Baġdād, IV, p. 371 ; Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 49.

237  Al-Waššā’, al-Muwaššā, p. 39. Sur le sens de« murū’a », voir Farès et réd., « Murū’a », EI2, VII, p. 637.

238  Mottahedeh, Loyalty and Leadership, p. 72 sq.

239  Sur ce poète mineur, mort vers 220/835, voir Réd., « Nubāta b. ʿAbd Allāh », EI2, VIII, p. 93 ; al-Ziriklī, al-Aʿlām, VIII, p. 7.

240  Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 50. Ces vers (avec de légères variantes) sont attribués par d’autres auteurs au poète ʿAbd al-Raḥmān b. ʿUbayd Allāh Ibn ʿĀ’iša (m. 227/842). Ibn al-Muʿtazz, abaqāt al-šuʿarā’, p. 337-38 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, X, p. 259. Sur Ibn ʿĀ’iša, voir al-Ziriklī, al-Aʿlām, III, p. 315.

241  Abū l-Ḥasan Muḥammad b. ʿAbd al-Wāḥid al-Hāšimī, rapporteur de l’anecdote précédente du Nišwār.

242  Dans l’anecdote précédente, al-Tanūḫī relate comment Abū ʿUmar subit les insultes et les quolibets des serviteurs du palais califien après avoir refusé l’intercession de leur chef en faveur d’un plaideur. Al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, II, p. 83-86.

243  Al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, II, p. 87-88.

244  Cf. Sourdel, « Ibn al-Furāt », EI2, III, p. 767.

245  Al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, I, p. 235-36 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 434.

246  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, X, p. 238 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 58 ; Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧawāhir al-muiyya, I, p. 310. Ibn Ḫallikān (Wafayāt al-aʿyān, VI, p. 387) rapporte une autre version de cette anecdote, dans laquelle ʿAbd al-Raḥmān b. Mushir apparaît comme le cadi de Mubārak.

247  Al-Iṣfahānī, Kitāb al-aġānī, VI, p. 16-17. Sur al-Sayyid al-Ḥimyarī, poète qui s’illustra à la cour des premiers Abbassides jusqu’à al-Rašīd, voir al-Qāḍī, « al-Sayyid al-Ḥimyarī », EI2, IX, p. 116-17. Les kaysāniyya formaient une secte chiite se réclamant du mouvement d’al-Muḫtār et reconnaissant Muḥammad b. al-Ḥanafiyya comme imām légitime et mahdī. Sur cette secte, voir al-Qāḍī, al-Kaysāniyya, passim (en particulier les pages 322 à 356, consacrées à la poésie d’al-Sayyid al-Ḥimyarī).

248  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 107-108.

249  Tsafrir, The History, p. 55.

250  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 300.

251  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 303.

252  Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 514; Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, VII, p. 82; Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 463.

253  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, IX, p. 132.

254  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XIII, p. 456.

255  Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 451.

256  « Lā martaba baʿd al-ilāfa aǧall min al-qaā’. » Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧawāhir al-muiyya, I, p. 141. Voir une autre version de ce abar dans al-Ṣaymarī, Abār Abī anīfa, p. 163.

257  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 197; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 161; al-Mizzī, Tahīb al-kamāl, XXI, p. 295.

258  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 151. Voir également Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, V, p. 385-86.

259  Voir par exemple al-Masʿūdī, Murūǧ al-ahab, III, p. 430.

260  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, III, p. 228-29, 230; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 168-69.

261  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 74.

262  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 156.

263  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 167.

264  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XIV, p. 254; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, VI, p. 386-87. Voir également l’exemple d’un cadeau offert par al-Rašīd à Abū Yūsuf en récompense d’une parole flatteuse, dans Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 472.

265  Sous les Abbassides, la distribution de robes d’honneur était presque quotidienne dans l’entourage du souverain. Elles étaient notamment remises aux plus hauts dignitaires de l’administration (vizirs, gouverneurs de provinces) lors de leur investiture. Stillmann, « Khilʿa », EI2, V, p. 6. Cf. Basset, « Burda », EI2, I, p. 1314 ; Sourdel, « Questions de cérémonial ʿabbaside », p. 135. Sur les robes d’honneur à l’époque abbasside, voir également al-Karawī, abaqāt muǧtamaʿ Baġdād, p. 38.

266  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 61.

267  Voir les exemples de Muʿāḏ b. Muʿāḏ (Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 151) ; ʿIkrima b. Ṭāriq (al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XII, p. 259) ; Ibn Abī Du’ād (Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 301 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, I, p. 82-83) ; Yaḥyā b. Akṯam (Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 511 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, VI, p. 163 ; Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 461) ; Sawwār b. ʿAbd Allāh et Ḥayyān b. Bišr (al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VIII, p. 280 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 458) ; Ibrāhīm b. Muḥammad al-Taymī (Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 41) ; Abū ʿUmar Muḥammad b. Yūsuf (ʿArīb b. Saʿd, ilat Ta’rī al-abarī, p. 43) ; plusieurs cadis sous al-Muʿtaḍid (Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 290, 299), al-Muqtadir (Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VIII, p. 36), al-Rāḍī (al-Ṣūlī, Abār al-Rāī wa-l-Muttaqī, p. 87, 142 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VIII, p. 183-84) et al-Muttaqī (al-Ṣūlī, Abār al-Rāī wa-l-Muttaqī, p. 191, 200, 330 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, IV, p. 454).

268  Cf. Stillmann, « Khilʿa », EI2, V, p. 6.

269  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 272.

270  Sur les rituels de cette prière spécifique, voir Monnot, « Ṣalāt », EI2, VIII, p. 931.

271  Ibn Saʿd, al-abaqāt al-kubrā, VII, p. 323 ; Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 268 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, X, p. 408 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, V, p. 422 ; Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 256.

272  Ibn Saʿd, al-abaqāt al-kubrā, VI, p. 378 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, II, p. 468.

273  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, III, p. 230 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 168.

274  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VII, p. 172 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 290.

275  Al-Ṣūlī, Abār al-Rāī wa-l-Muttaqī, p. 141.

276  Al-Ḥakam b. Muḥammad b. Qanbar al-Māzinī, poète iraqien du début de l’époque abbasside. Al-Ṣafadī, al-Wāfī bi-l-wafayāt, XIII, p. 125.

277  Al-Ǧāḥiẓ, Kitāb al-qawl fī l-biġāl, p. 76. Voir également al-Ǧāḥiẓ, Kitāb al-ayawān, III, p. 33 : l’auteur évoque le « riche sayyid » des Banū Tamīm, qui a coutume de prier lors de leurs funérailles.

278  Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, IV, p. 308. Sur Muḥammad b. Ziyād Ibn al-Aʿrābī, voir al-Ziriklī, al-Aʿlām, VI, p. 131.

279  Notamment le grand cadi ʿAlī b. Muḥammad Ibn Abī l-Šawārib en 283/896-97 (al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XII, p. 60), Ibrāhīm al-Ḥarbī en 285/898 (Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 310), al-Mubarrad en 286/900 (Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, IV, p. 319 ; sur ce célèbre adīb, voir Sellheim, « al-Mubarrad », EI2, VII, p. 279), et le traditionniste Muḥammad b. Yūnus al-Kudaymī la même année (Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 327).

280  ʿArīb b. Saʿd al-Qurṭubī, ilat Ta’rī al-abarī, p. 36 ; Anonyme, al-ʿUyūn wa-l-adā’iq, I, p. 147. Sur ce personnage, voir al-Ziriklī, al-Aʿlām, VI, p. 171.

281  ʿArīb b. Saʿd al-Qurṭubī, ilat Ta’rī al-abarī, p. 45. Sur ce personnage, voir Bosworth, « Mu’nis al-Faḥl », EI2, VII, p. 575. Il fit aussi la prière sur le savant Ishāq b. Ibrāhīm b. al-Ḫalīl al-Ǧallāb en 314/926-27 (Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VIII, p. 72).

282  Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 341.

283  Voir notamment Sourdel, L’État impérial des califes abbassides, p. 189-90 ; Zetterstéen et Bosworth, « al-Muḳtadir bi-llāh », EI2, VII, p. 542.

284  ʿArīb b. Saʿd al-Qurṭubī, ilat Ta’rī al-abarī, p. 152.

285  Al-Ṣūlī, Abār al-Rāī wa-l-Muttaqī, p. 183 ; al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, II, p. 72 ; Anonyme, al-ʿUyūn wa-l-adā’iq, II, p. 345 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VIII, p. 209.

286  Anonyme, al-ʿUyūn wa-l-adā’iq, I, p. 9 ; Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, VII, p. 233. Cf. p. 10 sq.

287  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 155-56, 157. Voir également Abū l-ʿArab al-Tamīmī, Kitāb al-mian, p. 242 ; Ibn ʿAbd Rabbih, al-ʿIqd al-farīd, II, p. 178-79, IV, p. 36-37 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, II, p. 466-67.

288  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 197 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 161 ; al-Mizzī, Tahīb al-kamāl, XXI, p. 295.

289  Al-Iṣfahānī, Kitāb al-aġānī, V, p. 60.

290  Selon la définition de Kazimirski (Dictionnaire, I, p. 372), « a » ou « itabā » signifie « ramasser les pans, les bords du vêtement, les rouler et les retenir derrière le dos, pour appuyer les reins dessus ». Nos observations personnelles au Yémen nous ont permis de relever une pratique comparable : elle consiste, pour un homme assis en tailleur, à faire passer son turban derrières ses reins pour en nouer les extrémités au niveau de ses mollets relevés. L’homme trouve ainsi une position d’équilibre qui lui permet de demeurer assis par terre sans effort musculaire.

291  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 109.

292  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 177.

293  Wakīʿ, Abār al-quāt, I, p. 247. Sur le vêtement des cadis, voir Tyan, Organisation judiciaire, p. 198 sq (en particulier p. 200 en ce qui concerne la qalansuwa) ; Mez, The Renaissance of Islam, p. 226 ; Guthrie, Arab Social Life in the Middle-Age, p. 76 sq. Sur la qalansuwa, voir Dozy, Dictionnaire détaillé, p. 365-71.

294  Hilāl al-Ṣābi’, Rusūm dār al-ilāfa, p. 75-76. Sur les chaussures appelées uff, voir Dozy, Dictionnaire détaillé, p. 155-59. Sur l’utilisation du rouge par des rebelles au pouvoir abbasside, voir ’Athamina, « The Black Banners », p. 323.

295  Le cadi de Kūfa Šarīk b. ʿAbd Allāh aurait par exemple laissé 300 000 dirhams à ses héritiers, en partie économisés sur les dons du califat. Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 177.

296  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XIV, p. 254 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, VI, p. 386-87.

297  Al-Hamaḏānī, Takmilat Ta’rī al-abarī, p. 431.

298  Analysant la société de cour à l’époque būyide, R. Mottahedeh montre qu’un bienfait n’est jamais gratuit et entraîne des obligations vis-à-vis du bienfaiteur. Mottahedeh, Loyalty and Leadership, p. 72. Voir également Chamberlain, Knowledge and social practice, p. 50, 117 ; Van Staëvel, Les Usages de la ville, p. 259.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search