Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bosra. Aux portes de l’Arabie

 | 
Jacqueline Dentzer-Feydy
, 
Michèle Vallerin
, 
Thibaud Fournet
, 
et al.

Bosra hors les murs et ses environs

La végétation et les cultures

Jacqueline Dentzer-Feydy et Michèle Vallerin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Bosra était une ville étape et une ville commerçante, mais elle était et elle reste encore un gros bourg agricole, dont la richesse s’appuie sur des terres fertiles, lorsqu’elles sont bien arrosées par les pluies. Tout autour de la ville se trouvait une zone de jardins et de vergers, enclose par de hauts murs de pierres sèches. Ces petites propriétés familiales pouvaient être arrosées avec l’eau des citernes et des birket. Elles servaient à cultiver les légumes et les fruits assurant la subsistance des habitants. Le territoire de la ville situé au-delà de cette couronne maraîchère était subdivisé de façon plus régulière et plus systématique, comme les exemples de cadastration le prouvent. À ces parcelles, plus grandes, plus éloignées de la ville, et sans arrosage manuel, étaient réservées des cultures plus étendues, comme les cultures de céréales.

Jardins à la périphérie de Bosra : culture de la vigne et du figuier.

Image 10000000000004B00000030E9ABD8FCA.jpg

C’est en effet la prédominance de la culture des céréales, en plus de...

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540