Version classiqueVersion mobile

Les ondes de choc des révolutions arabes

 | 
M’hamed Oualdi
, 
Delphine Pagès-El Karoui
, 
Chantal Verdeil

Troisième partie. Au-delà du confessionnel et du tribal, espaces et sociétés en révolution

Chapitre 13. Les migrations, un facteur des soulèvements des « printemps arabes » ?

Françoise de Bel-Air

Résumé

Résumé : L’articulation entre la question des migrations et les dynamiques sociopolitiques a-t-elle une pertinence dans l’analyse des soulèvements dans le monde arabe ? Dans une démarche de démographie politique, nous examinons comment, au cours des décennies passées, l’impact démographique des migrations a influencé la structure des sociétés de la région et les dynamiques de leur croissance. La « porte ouverte » à l’émigration des chômeurs et des opposants a renforcé les structures de la domination dans les pays de la région. La fermeture des frontières de l’Europe ou la contraction des marchés du travail du Golfe a donc pu stimuler le rejet des régimes autoritaires. L’instrumentalisation politique des migrants a aussi affecté la cohésion des sociétés arabes : les « naturalisations politiques » de migrants sunnites au Bahreïn, la mise en concurrence des travailleurs locaux et étrangers dans le contexte de la transition post-rentière des années 1990 à 2010 au Moyen-Orient dévoilent les divergences de représentation de la citoyenneté opposant les régimes et certains segments de leurs populations. Enfin, les inégalités d’accès à la migration internationale semblent corrélées aux inégalités régionales de développement, par exemple en Tunisie ou en Jordanie.

Texte intégral

1Depuis l’immolation de Mohammed Bouazizi à Sidi Bouzid en Tunisie le 17 décembre 2010, du Maroc au Sultanat d’Oman, la plupart des pays de la région ont été touchés par des contestations politiques d’ampleurs diverses : mouvements de protestation sporadiques, conflits armés, renversement de régimes établis depuis plusieurs décennies. Nombre d’explications d’ordre socio-économique ou socio-politique ont été apportées à cette unanimité dans la remise en cause des régimes en place. Parmi elles, le rôle structurel des mutations démographiques récentes des sociétés arabes : la pression démographique des classes d’âge des jeunes adultes et le chômage des jeunes, la relation entre généralisation de l’éducation, déclin rapide de la fécondité, émergence de l’individu, rejet de la domination patriarcale et pression démocratique (Cincotta 2011, Courbage 2011, Khader 2011, Todd 2011, Fargues 2012) un contexte propice à une forte émigration des jeunes Arabes (Fargues 2011). Les migrations ne sont pourtant pas seulement un des effets du contexte démographique et socio-politique du monde arabe de la fin des années 2000. Elles sont un des facteurs, plus ou moins directs, des soulèvements. Par leur impact démographique, elles ont en effet agi sur la structure des sociétés de la région et sur les dynamiques de leur croissance. Elles ont donc affecté « la nature du contrat social (les principes de base de la société et la façon dont ils sont mis en œuvre), de même que le système d’État (les structures et fonctions par lesquelles une société est gouvernée) » dans les pays arabes (Choucri 2002, p. 118).

  • 1 Cette question a fait l’objet de deux publications par Philippe Fargues (2011, 2012). Dans cet arti (...)
  • 2 La nature de l’articulation entre dynamiques migratoires et facteurs socio-politiques et économico- (...)

2L’objet de cette contribution est de mettre en relief quelques-unes des nombreuses façons dont la question migratoire s’articule avec les dynamiques économiques, sociales et politiques ayant influencé ces événements 1. Dans une démarche de démographie politique, nous examinerons comment, au cours des décennies passées, les mouvements et politiques migratoires ont agi sur le volume, sur la structure et sur les dynamiques caractérisant les diverses sociétés du monde arabe. En renforçant les pouvoirs autoritaires, en affectant la cohésion des sociétés et en accentuant les inégalités régionales de développement, elles ont en effet contribué à créer des contextes favorables à l’éclosion de ces différents mouvements revendicatifs. Nous nous pencherons ici plus particulièrement sur les États du Golfe, sur la Jordanie et sur la Tunisie 2.

Nombre et migrations

  • 3 Les réfugiés palestiniens qui, en 1948 et en 1967, résidaient en Cisjordanie, ainsi que ceux ayant (...)

3Comme l’illustre le tableau 1 pour la fin des années 2000, le monde arabe reste une région d’intense mobilité. Les États du Moyen-Orient reçoivent des travailleurs principalement arabes et asiatiques, ainsi que des réfugiés de Palestine 3, d’Irak ou du Soudan. La Libye, pays producteur de pétrole, est un pôle d’attraction pour les migrants de travail des pays voisins, arabes et subsahariens. Les autres États du Maghreb ont commencé au cours des années 2000 à recevoir des flux de réfugiés des conflits du Soudan, du Tchad, de Somalie et d’Érythrée et des migrants d’autres États d’Afrique, en transit vers l’Europe.

Tableau 1 – Les étrangers dans les pays arabes à la veille des révoltes

  • 4 Les réfugiés de facto sont par exemple les Irakiens en Jordanie et en Syrie. Entrés sans visa, au n (...)
  • 5 Estimations reprises de Fargues 2009.
Pays (année) Étrangers enregistrés Migrants irréguliers, en transit, réfugiés de facto 4(estimations minimales) 5 Proportion d’étrangers dans la population
Algérie (2008) 95 000 100 000 1 %
Maroc (2005) 62 348 10 000 Moins de 1 %
Tunisie (2004) 35 192 10 000 Moins de 1 %
Libye (2006) 359 540 1 000 000 20 %
Égypte (2006) 262 500 100 000 Moins de 1 %
Jordanie (2004) 392 273 600 000 20 %
Liban (1997) 302 315 400 000 18‑20 %
Syrie (2004) 422 180 700 000 6 %
Bahreïn (2010) 666 172 n.d. 54 %
Koweït (2005) 1 333 327 n.d. 61 %
E.A.U. (2005) 3 280 932 n.d. 80 %
A. Saoudite (2010) 8 429 401 n.d. 31 %
Oman (2010) 816 143 n.d. 29 %
Qatar (2010) 1 305 428 n.d. 77 %

Source : recensements de la population, années considérées sauf Liban

4À l’exception des pays du Golfe, les pays arabes sont aussi des pays d’émigration : au milieu des années 2000, 4 à 10 % des populations des pays arabes résidaient en effet hors des frontières nationales, un chiffre supérieur à la moyenne mondiale de 3 %.

Tableau 2 – Estimations des effectifs d’émigrants arabes selon la région de résidence (années 2000)

Pays (année) Pays arabes Europe Am. du nord Australie Autres Total
Algérie (2002) 72 887 1 118 674 13 933 45 558 1 251 052
Maroc (2007) 281 631 2 837 654 160 000 1 300 3 280 585
Tunisie (2008) 153 200 873 900 27 600 3 100 1 057 800
Libye (2006) 1 8 700 43 646 8 000 1 800 62 146
Égypte (2009) 4 783 000 790 645 776 000 106 000 6 464 963
Jordanie (2008) 1 162 000 2-600 000 3 24 158 80 000 5 000 271 158-709 158
Liban (2007) 6 162 663 104 619 103 271 41 462 54 000 466 015
Palestine (2008) 895 1354 18 336 32 379 64 496 340 016 (réfugiés HCR) 1 350 362
Syrie c. (2010) 1 212 0005 109 913 84 000 8 599 2 571 417 083
Total 3 698 945–4 298 945 5 456 900  937 183   637 902 10 892 930 –11 330 930 
Source : CARIM, Migration profiles par pays, sauf mention contraire

1 Données des pays d’accueil.

2 Travailleurs dans les pays du Golfe (est. ministère du Travail, Jordanie).

3 Estimation du Département des Statistiques (DoS), Jordanie. La Jordanie n’a pas (fin 2012) de système de comptage ou d’enregistrement de ses résidents à l’étranger.

4 Ce chiffre ne prend pas en compte les réfugiés palestiniens résidant en Jordanie, naturalisés pour la plupart.

5 Les Syriens au Liban sont estimés (non-officiellement) à 400 000 personnes.

6 Estimation (Kasparian 2009). Le Liban n’a pas conduit de recensement depuis 1932.

5Par l’importance de leur impact démographique sur les diverses sociétés du monde arabe, les migrations ont profondément transformé les structures de pouvoir.

Migrations et structures du pouvoir

  • 6 Ici, l’ensemble des savoirs et technologies de pouvoir mises en œuvre pour le gouvernement d’une po (...)

6Ce qui nous intéresse ici est d’éclairer la façon dont les dynamiques et politiques démographiques liées aux migrations participent de la « gouvernementalité » politique 6 dans les divers États arabes. Nous cherchons à mettre en relief la façon originale dont les mouvements migratoires, ainsi que leur gestion, s’articulent aux défis de diverses natures (économiques, sociaux, politiques) rencontrés par ces pays. Les blocages sociopolitiques caractérisant la plupart des sociétés du monde arabe (persistance du népotisme, force des réseaux clientélistes et absence de participation démocratique, par exemple) comptent parmi ces défis. Nous montrerons donc en quoi les modalités des migrations arabes ont joué un rôle dans le processus de concentration des pouvoirs au profit de quelques-uns. Un phénomène en particulier, celui de l’émigration des diplômés, a certainement favorisé la reproduction des élites dans ces pays.

Chômage des jeunes diplômés et dynamiques démographiques

  • 7 Ou « néopatrimoniaux ». Le patrimonialisme reproduit les relations de type patriarcal au niveau du (...)

7Le chômage, le déclassement et plus généralement, les faibles salaires, l’absence de perspectives de carrière offertes sur les marchés du travail arabes aux jeunes professionnels qualifiés et très qualifiés constituent un phénomène de grande portée symbolique. Les diplômés chômeurs incarnent en effet l’impossibilité d’accéder aux ressources économiques, mais aussi sociales (décohabitation du domicile des parents, accès au mariage…) et politiques (participation, engagement dans le processus démocratique et de développement du pays). Ce phénomène consacre donc la rupture du contrat social d’« allégeance contre protection » caractérisant la plupart des régimes « néopatriarcaux » de la région (Sharabi 1996) 7. L’émergence de ce phénomène résulte de la conjonction, au cours des années 2000, d’une évolution démographique de long terme (une pression démographique sur le marché du travail), et de dynamiques politico-économiques de plus court terme (l’ajustement structurel des économies arabes et leur entrée dans la mondialisation).

8La pression démographique sur le marché du travail est la conséquence de l’arrivée à l’âge actif des générations nombreuses, nées au début des années 1980, juste avant la généralisation de la baisse de la fécondité à presque tous les pays de la région 8. L’expansion de ces classes d’âges aux dépens des autres (les plus jeunes étant moins nombreuses en raison de la baisse de la fécondité et les plus âgées étant marquées par la mortalité) est appelée « youth bulge » ou « expansion des jeunes ». Le graphique 1 montre que la proportion des 15‑24 ans dans la population culmine au cours des années 2000 dans la plupart des pays de la zone (la Tunisie, paradoxalement, échappe à ce scénario car dans ce pays la fécondité a commencé à décliner dès les années 1960). Les diplômés arrivent donc sur le marché du travail justement à la fin de cette période, ces générations ayant bénéficié de la généralisation de l’éducation supérieure dans la plupart des pays arabes : 24 % des 18‑23 ans sont inscrits dans l’enseignement universitaire en 2009‑2010, de 13 % seulement au Maroc à presque 40 % en Jordanie, en Arabie saoudite et en Tunisie, voire plus de 50 % au Liban et en Palestine 9.

Graphique 1 : Part des 15-24 ans dans la population selon le pays et la région.

Graphique 1 : Part des 15-24 ans dans la population selon le pays et la région.

Source : UN World Population Prospects

  • 10 Accords de libre-échange entre l’Union européenne et presque tous les pays arabes, entre les États- (...)

9Or, ces évolutions sociodémographiques accroissant la demande d’emplois qualifiés rencontrent des facteurs économiques qui, justement, en réduisent l’offre. Depuis le milieu des années 1980, la plupart des pays de la région ont mis en œuvre des plans d’ajustement structurel, qui ont drastiquement limité les possibilités d’emploi dans le secteur public. Cette dynamique a été renforcée par l’entrée de ces économies dans la mondialisation. À partir du milieu des années 1990 et au cours de la décennie 2000, des engagements et accords internationaux 10 accélèrent la privatisation et la restructuration de la plupart des secteurs économiques pour une meilleure compétitivité, mais aussi poussent les employeurs des pays du Sud à investir dans des secteurs à faible valeur ajoutée, demandant des compétences peu spécialisées (sous-traitance industrielle, assemblage, manufactures textiles).

10En conséquence, les taux de chômage des jeunes, et plus particulièrement des diplômés, sont élevés : 16 % en Jordanie, pour un taux de chômage moyen de 13 % (2011) ; 23 % en Tunisie pour 13 % dans l’ensemble de la population en 2010 selon les données des instituts nationaux de statistique. Au Maroc, plus de 25 % des diplômés d’université étaient sans emploi en 2005, contre 5 % des sans-diplômes (données du Haut-Commissariat au Plan).

Migration et politique

  • 11 Ministère de la Jeunesse/INS (Fourati 2008). Plus du tiers des jeunes Libanais diplômés souhaitaien (...)
  • 12 Department of Statistics (DoS), Jordan Labour Market Panel Survey, 2010.

11Dans un tel contexte, l’émigration dont on a vu qu’elle touche tous les pays de la région sauf ceux du Golfe, constitue un exutoire, et plus particulièrement pour les diplômés. Diverses enquêtes montrent qu’un nombre croissant de jeunes cherchaient à quitter leur pays au cours des années 2000 : en Tunisie, 22 % seulement des 15‑29 ans déclaraient vouloir émigrer en 1995, mais ils étaient 76 % en 2005 11. En 2000 déjà, les taux d’émigration des diplômés de l’enseignement supérieur atteignaient 30 % au Liban et 10 % au Maroc, en Tunisie et en Irak (World Bank 2011). Cette dynamique se serait ensuite encore accentuée. Une enquête menée en Jordanie relève par exemple que 62 % des migrants jordaniens à l’étranger à la fin des années 2000 détenaient un diplôme universitaire 12.

12Sur le court terme, la migration a deux types d’effets. Le premier est économique : émigrer permet aux chômeurs et aux victimes de sous-emploi d’accéder à un revenu, de l’améliorer mais aussi de dégager une épargne personnelle. Les remises d’épargne des expatriés forment également une part très importante des revenus de plusieurs des pays de la région : en 2009, les remises constituaient 22 % du PIB au Liban, 16 % du PIB en Jordanie, 6,6 % du PIB marocain, 5,3 % du PIB tunisien par exemple (World Bank 2011). Ces revenus privés permettent aux familles de compléter leurs revenus et d’accéder à la consommation de biens, de services, au logement et à l’éducation.

  • 13 Le cas jordanien illustre parfaitement cette affirmation (De Bel-Air 2003, 2008, 2010).
  • 14 Selon Hirschman, trois choix s’offrent à l’individu mécontent : le refus de participer ou défection (...)

13Le second effet de l’émigration est de nature politique. La migration est le « révélateur » du divorce entre les régimes et les populations 13. Pour reprendre les propos d’Albert Hirschman (1970), les jeunes du monde arabe n’ont eu le choix qu’entre la loyauté et la défection (par l’émigration), mais pas celui de la prise de parole 14. Mais surtout, la liberté laissée aux diplômés de s’expatrier permet d’exporter la contestation rampante engendrée par les blocages politiques, économiques et sociaux. Les diplômés, en particulier, qui auraient pu rechercher des responsabilités au sein du champ social ou revendiquer des réformes politiques, trouvent dans l’expatriation un débouché à leurs ambitions. C’est sans doute la raison pour laquelle tous les régimes arabes pratiquent la politique de la « porte ouverte », voire encouragent l’émigration de leurs ressortissants (De Bel-Air 2008, 2010, 2011, 2012, à paraître).

14Cependant, en offrant un débouché aux chômeurs et, en particulier, aux diplômés, la migration entrave le processus de renouvellement des élites, l’innovation et la promotion du mérite. La mobilité sociale et l’avancement professionnel sur les marchés du travail arabes dépendant pour une grande part de l’inscription d’un individu ou de ses proches dans des réseaux de clientèle, la reproduction des élites garantira celle des réseaux de patronage. Les opportunités offertes hors du pays aux potentiels concurrents des élites en place contribuent donc à la reproduction de ce contrat social. Plus généralement, en protégeant les régimes des risques de tensions politiques engendrées par cette confiscation de l’accès aux ressources par une minorité, la migration aurait ainsi indirectement contribué à la reproduction des structures du pouvoir, voire permis un durcissement de ces régimes. Ceci peut expliquer la rapidité du renversement de certains des leaders arabes, qui avaient fini par liguer contre eux une forte majorité de leurs concitoyens.

Les soulèvements, conséquence d’une contraction des opportunités migratoires ?

15Si les flux migratoires à partir du monde arabe sont restés soutenus, voire se sont renforcés au cours des années 2000, la fin de cette décennie est marquée par un infléchissement des politiques des pays récepteurs. Les pays européens commencent à mettre en place des mesures de gestion plus étroite des flux migratoires, afin d’adapter ces flux aux besoins des marchés du travail européens et d’impliquer les migrants dans le processus de développement de leur pays d’origine. Dans le même temps, la migration est de plus en plus perçue comme un enjeu de sécurité demandant un affinement des méthodes de contrôle des mouvements migratoires. L’accord conclu entre l’UE et le régime de M. Kadhafi en 2007, alors que la Libye était l’un des principaux points de passage des migrants clandestins vers l’Europe, est un obstacle majeur sur la route des candidats à l’exil dépourvus de ressources. Dans les pays du Golfe également, des programmes de nationalisation de la main-d’œuvre sont annoncés. L’application de ces mesures, dans un contexte de renforcement des précautions sécuritaires dans ces pays, laisse présager des difficultés, surtout pour les travailleurs arabes peu qualifiés. Ce début de fermeture sélective des marchés du travail étrangers a peut-être contribué à accentuer la tension politique, sinon la pression migratoire dans certains pays arabes. Enfin, la crise financière de 2008 et son impact sur certaines zones d’immigration comme les Émirats arabes unis n’ont finalement pas, semble-t-il, donné lieu à des retours massifs. Cet événement a pourtant suscité beaucoup d’inquiétude dans les pays exportateurs de main-d’œuvre, touchant à l’avenir des remises d’épargne des migrants et à l’engorgement des marchés du travail en cas de retour des expatriés, comme s’en faisait l’écho la presse arabe. Le sentiment d’un début de « crise » migratoire a donc, peut-être, rendu encore moins supportable la mainmise des régimes sur les populations.

Immigration et cohésion sociale

16Sur d’autres terrains, l’instrumentalisation politique des migrants par les régimes a porté atteinte à la cohésion sociale. Plus largement, cette instrumentalisation a dévoilé les divergences opposant les régimes et certains segments de leurs populations, touchant à la définition des sociétés et aux représentations qu’elles produisent d’elles-mêmes.

Ingénierie démographique

17Au Bahreïn, les importantes manifestations tenues depuis le 14 février 2011 concernaient comme ailleurs dans le monde arabe les atteintes aux droits de l’homme, l’absence d’expression politique et les inégalités dans la répartition des ressources. Mais l’histoire particulière à ce pays gouverné par la famille des Al-Khalifa, une dynastie héréditaire sunnite, et dont la population est estimée être à 70 % chiite, fait du Bahreïn un pays à la paix sociale fragile, en raison non de sa structure confessionnelle mais de l’accaparement des ressources du pays par la famille royale et des politiques de redistribution inégalitaires et discriminatoires à l’égard des chiites (Beaugrand 2011).

  • 15 Depuis son accession au pouvoir en 1999, le nouveau roi a engagé de nombreuses réformes de modernis (...)

18L’une des principales revendications des opposants au régime est l’arrêt des naturalisations politiques de migrants sunnites par le régime du roi Hamad, accusé de tenter d’inverser le ratio confessionnel sunnites/chiites 15. En conséquence, dans une partie de la population, les immigrés sunnites ont été progressivement assimilés à une menace de nature politique et ont cristallisé l’opposition populaire au régime du roi Hamad. Depuis mars 2011, plusieurs attaques contre des immigrés pakistanais ont même eu lieu. Il est à noter que ces personnes étaient officiers de police : les étrangers naturalisés (des Pakistanais, des Jordaniens, des Syriens pour la plupart) sont en effet souvent employés dans les services de sécurité et dans l’armée. Les migrants étant instrumentalisés par un régime politiquement discrédité, ils ont donc suscité l’hostilité de certains nationaux qui les tiennent pour des alliés objectifs de ce régime.

Portée socio-politique du travail, réformes des économies, citoyenneté

19Les dynamiques migratoires affectent également la cohésion des sociétés arabes dans le champ du travail. Dans le système « néopatrimonial », l’accès à l’emploi est investi d’une portée socio-politique particulière : incorporé au processus de redistribution, il constitue un élément de la protection garantie au citoyen en retour de son allégeance au régime. Dans les pays importateurs de main-d’œuvre moyen-orientaux, en particulier, les économies reposaient sur des « doubles marchés du travail » : un secteur public improductif destiné à l’emploi des nationaux et un secteur marchand assurant les activités de production, employant des travailleurs étrangers moins bien payés que les nationaux et privés de protection sociale.

  • 16 La stagnation des prix du pétrole au cours des années 1985‑1990 a entraîné une baisse du pouvoir d’ (...)

20Or, comme décrit plus haut, à partir des années 1990, ce système est menacé par les processus d’ajustement des économies non productives (la Jordanie par exemple), engagées dans la transition de l’après-pétrole (Bahreïn, Oman) ou soumises, comme l’Arabie saoudite, à des pressions de nature politico-économique 16. Dans ce contexte, les États de la région sont contraints de se désengager du processus de redistribution en termes d’infrastructures, de logements et de salariat public. Ils sont pris en tenaille entre deux obligations : d’une part, fournir des emplois à leurs citoyens en compensation des revenus rentiers, ce qui explique la réanimation de programmes de « localisation » de la main-d’œuvre (saoudisation, omanisation, jordanisation…) et, d’autre part, libéraliser les économies, les ouvrir aux flux de capitaux et d’investissements étrangers. Cependant, les hommes d’affaires préfèrent la main-d’œuvre étrangère à la main-d’œuvre locale, plus chère, moins formée et donc moins productive, mais surtout moins docile et impossible à licencier : les flux d’immigration de travail ne fléchissent donc pas. En conséquence, on assiste à l’érosion de la séparation entre étrangers et nationaux sur les marchés de l’emploi des pays récepteurs de main-d’œuvre, une distinction pourtant cruciale dans le processus d’allégeance politique des citoyens aux régimes.

21Les migrants sont en effet perçus comme une main-d’œuvre concurrente des travailleurs locaux. Cette concurrence est de surcroît vue comme déloyale puisque les étrangers acceptent des conditions de travail et des salaires considérés comme indignes par les nationaux. Mais surtout, les migrants sont perçus comme le signe de la corruption des élites économiques et des gouvernements de ces pays, qui n’appliquent pas les politiques de nationalisation de la main-d’œuvre aussi rapidement que le souhaiteraient les demandeurs d’emplois locaux. La lenteur du processus de remplacement de la main-d’œuvre immigrée par des travailleurs locaux répond à des impératifs de viabilité économique, mais aussi à la nécessité de garantir les profits de certains groupes d’intérêt : les entrepreneurs privés par exemple, et certains membres ou branches des familles régnantes comme en Arabie saoudite (Thiollet 2011).

22Pour cette raison, une partie de l’opinion publique est hostile aux étrangers dans le Royaume, comme d’ailleurs à Oman ou en Jordanie. La véritable cible des revendications est cependant moins le travailleur migrant que le développement d’un « clientélisme discriminatoire » : la diminution des capacités de redistribution des États creuse en effet le fossé entre ceux inscrits dans les réseaux de clientèle et les autres (Hertog 2006, p. 120). On peut donc en déduire que les travailleurs étrangers sont pris comme symbole et boucs émissaires des tensions croissantes touchant aux modalités de la cohésion socio-politique et à la définition de la citoyenneté.

Dynamiques migratoires différentielles et précarité socio-économique

23Enfin, des dynamiques différentielles de comportement migratoire peuvent conforter, voire aggraver des disparités socio-économiques, et ainsi contribuer à la construction d’un contexte favorable à l’instabilité politique.

Migrations irrégulières et reproduction de la précarité

24En Tunisie, par exemple, le fait que les premiers troubles des printemps arabes aient éclaté dans le gouvernorat de Sidi Bouzid a été expliqué de façon convaincante : ce gouvernorat et, plus généralement, le centre ouest du pays ou « régions périphériques rurales de l’intérieur » cumulent les plus mauvais indicateurs de développement. « […] sans accès direct au littoral et sans atouts industriels ou touristiques, […] [de] faible niveau d’éducation, faible niveau d’équipement, faible ouverture sur l’international, [ces régions] cumulent tous les handicaps et ont été de ce fait soumises à un très fort exode migratoire » (Grasland 2011).

Carte 1 – Typologie économique et sociale des régions de Tunisie (Grasland 2011) Carte réalisée par Timothée Giraud. L’auteur remercie T. Giraud et le CIST d’avoir donné leur accord à la publication de cette carte.

Carte 1 – Typologie économique et sociale des régions de Tunisie (Grasland 2011) Carte réalisée par Timothée Giraud. L’auteur remercie T. Giraud et le CIST d’avoir donné leur accord à la publication de cette carte.
  • 18 Données de l’Institut national des Statistiques (2011).
  • 19 Probablement en raison de la répression violente des mouvements de protestation ayant secoué le bas (...)
  • 20 Les gouvernorats du Sud (Médenine, Tataouine et Gafsa) et du Centre-Ouest (Kasserine, Sidi Bouzid e (...)

25Si, pour l’ensemble de la Tunisie, le chômage des jeunes diplômés s’élevait à 23 % en 2010, les gouvernorats de l’intérieur du pays affichaient des taux deux fois plus élevés : 46,5 % à Gafsa, 40 % à Sidi Bouzid et 38,5 % à Kasserine et Tataouine 18, condamnant les jeunes de la région aux emplois saisonniers précaires et peu rémunérateurs. En conséquence, le solde migratoire dans cette zone est négatif au cours des années 2000, mais plutôt en faveur des villes côtières du pays que des marchés internationaux. D’autres études suggèrent en effet que le faible niveau de développement de ces régions est une entrave à la migration internationale (Bouchoucha et Ouadah Bedidi 2009), sinon dans les conditions précaires de la migration irrégulière. L’année 2008 a justement été marquée par une intensification des flux migratoires en provenance des régions déshéritées du Sud et du Centre du pays 19. Selon les statistiques des autorités consulaires tunisiennes à Tripoli (Libye), les migrants tunisiens illégaux arrêtés par les autorités libyennes ou expulsés par l’Italie provenaient pour la plupart (67 %) de cette partie du pays 20, et dans une moindre mesure (18 %) du Nord-Ouest de la Tunisie (gouvernorats du Kef, de Jendouba, Siliana et Béjà) (Boubakri 2013, p. 4). Il est frappant de voir que cette répartition des migrants clandestins tunisiens arrêtés aux frontières de l’Europe selon la région d’origine se superpose presque exactement à celle du retard dans le développement économique et social illustré par la carte 1.

  • 21 Pour porter leurs fruits, ces mobilités demandent généralement un certain degré d’institutionnalisa (...)

26Ceci montre donc que, malgré l’intensité des flux, les dynamiques migratoires particulières à la région Centre-Ouest de la Tunisie (flux contraints au sein des frontières ou migrations internationales irrégulières en situation de précarité 21) n’ont pas créé les conditions d’une sortie du sous-développement dans cette région, ni généré d’opportunités hors des frontières, ce qui a aggravé le sentiment de frustration des jeunes. Un sentiment sans doute renforcé par le durcissement de la lutte contre les migrants en situation irrégulière à l’entrée dans l’UE depuis la fin des années 2000.

Non-migration et tensions politiques

27Une dynamique similaire pourrait être à l’œuvre sur un terrain différent, celui de la Jordanie où les manifestations populaires tenues régulièrement depuis 2010 n’ont pourtant pas (jusqu’à aujourd’hui) menacé le régime du roi Abdallah II. Dans ce pays, les villes du Centre et du Nord du pays (la conurbation Amman-Zarqa, Irbid) ont prospéré grâce à l’afflux de réfugiés de Palestine, en 1948, en 1967 et en 1991, puis dans une moindre mesure d’Irak au cours des années 1990 et depuis 2003. Par contraste, les zones rurales et les petites villes du Sud et de l’Est du pays, essentiellement peuplées de Jordaniens dits « de souche », souffrent d’un manque d’infrastructures, aggravé par le désengagement partiel de l’État du processus de développement et de création d’emplois publics depuis la mise en place en 1988 des premiers plans d’ajustement structurel négociés avec le FMI et la Banque mondiale.

  • 22 Cette hypothèse d’une dynamique migratoire différentielle selon l’origine repose sur l’observation (...)

28On peut donc trouver logique que la fronde anti-hachémite la plus virulente émane essentiellement de Jordaniens « de souche », des petites villes et des quartiers d’Amman abritant des familles issues de l’exode rural. Mais outre les inégalités de développement et l’implantation des réfugiés, les comportements d’émigration distinguent aussi ces deux zones géographiques et de peuplement : les réfugiés palestiniens ont en effet commencé à quitter la Jordanie pour les pays du Golfe dès les années 1950. Ce mouvement s’est accentué après 1973 et le boom pétrolier dans cette région, mais a très peu concerné les campagnes jordaniennes. À la fin des années 1980, on estimait que 95 % des Jordaniens installés au Koweït étaient d’origine palestinienne (Brand 1988, p. 115). De nos jours encore, même si l’enseignement supérieur s’est généralisé aux jeunes originaires des zones rurales et que ces derniers émigrent désormais eux aussi, en particulier vers le Golfe, ils semblent s’expatrier en moins grand nombre que les Jordaniens d’origine palestinienne (De Bel-Air 2003, à paraître) 22. Il est donc possible de corréler à deux dynamiques migratoires distinctes (migration/non-migration), une fracture socio-économique et une fracture politique.

Conclusion

29Notre objectif dans cette contribution était d’explorer la façon dont les dynamiques et politiques migratoires avaient contribué à créer, dans les divers contextes nationaux du monde arabe, un terrain favorable à l’éclosion des soulèvements contre les régimes en place. Les politiques de « porte ouverte » à l’émigration ont par exemple gelé le processus de renouvellement des élites et ainsi contribué au renforcement des systèmes de patronage dans ces pays. Les politiques d’importation de main-d’œuvre ont pour leur part affecté le processus de cohésion sociale. L’immigration a été instrumentalisée de façon à infléchir la structure communautaire de la population bahreïnie ; dans le cadre de la reconversion post-rentière des économies moyen-orientales et du Golfe, la gestion de la main-d’œuvre étrangère a cristallisé les divergences de vues entre acteurs, touchant aux représentations que ces sociétés se font d’elles-mêmes. Enfin, l’influence réciproque entre développement socio-économique local et dynamiques migratoires différentielles selon les régions et populations confirme l’hypothèse d’un lien causal entre migrations et politique, du centre-ouest de la Tunisie confiné aux migrations internes ou aux migrations internationales irrégulières, aux zones rurales jordaniennes encore peu ouvertes aux migrations internationales, en rupture avec les villes et avec un régime hachémite perçu comme « vendu » à l’étranger.

30Cependant, sur chaque terrain considéré, cette relation façonne un contexte particulier ayant donné lieu à des contestations de formes et d’ampleurs différentes. Les divers types de flux et de politiques migratoires ont révélé, ou accentué des structures et des dynamiques différentielles caractérisant les sociétés de la région. En outre, elles ont montré à quel point chacune de ces sociétés est articulée de façon originale à son environnement régional et aux dynamiques de la mondialisation. Cette diversité confirme la difficulté d’envisager le monde arabe comme une région socialement et politiquement homogène.

Bibliographie

Bibliographie

Beaugrand Claire 2011, « Bahreïn : Mise au pas de l’opposition légaliste, surenchère de la minorité radicale », États des résistances dans le Sud – Monde arabe 2010, Louvain-la-Neuve Centre Tricontinental, Paris, Éd. Syllepse, février, p. 125‑133. [En ligne] http://www.cetri.be/spip.php?auteur800&lang=fr

Boubakri Hassan 2013, Migrations internationales et révolution en Tunisie, MPC RR 2013/01, Robert Schuman Centre for Advanced Studies, San Domenico di Fiesole, Institut universitaire européen. [En ligne] http://www.migrationpolicycentre.eu/docs/MPC-RR-2013-01.pdf

Bouchoucha Ibtihel et Ouadah-Bedidi Zahra 2009, « Migration économique et développement régional en Tunisie », communication présentée au XXVIe congrès international de la population de l’UIESP, Marrakech, septembre.

Brand Laurie 1988, Palestinians in the Arab World. Institution Building and the Search for State, New York, Columbia University Press.

Brynen Rex 1995, « The Neopatrimonial Dimension of Palestinian Politics », Journal of Palestine Studies 1, p. 23‑36.

Choucri Nazli 2002, « Migration and Security : Some Key Linkages », Journal of International Affairs 1, p. 97‑122.

Cincotta Richard 2011, « Tunisia’s Shot at Democracy : What Demographics and Recent History Tell Us », New Security Beat, The Wilson Centre, 25 January. [En ligne] http://www.newsecuritybeat.org/2011/01/tunisias-shot-at-democracy-what-demographics-and-recent-history-tell-us/

Courbage Youssef 2011, « Le temps de la jeunesse arabe », Le Monde diplomatique, juin, p. 16‑17.

Dazi-Héni Fatiha 2006, Monarchies et sociétés d’Arabie, Paris, Presses de Sciences Po.

De Bel-Air Françoise (à paraître), « Jordan, a land of no return ? Highly-skilled migration, before and after the Arab Spring », in Ph. Fargues, A. Venturini (éd.), Migration in the Middle-East and North Africa : Skilled Migrants, Development and Globalization, London, I.B. Tauris.

De Bel-Air Françoise 2012, « ‘Printemps arabes’ et gestion des migrations dans les pays du Golfe : vers une réforme politique ? », Migrations Société 53, septembre-octobre, p. 87‑103.

De Bel-Air Françoise 2011, « Politics and the Migration Development Nexus: The EU and the Arab SEM Countries », CARIM Research Report 2011/05, San Domenico Di Fiesole (Florence, Italy), Robert Schuman Centre for Advanced Studies (RSCAS), European University Institute (EUI), p. 1‑69. [En ligne] http://hdl.handle.net/1814/18957

De Bel-Air Françoise 2010, « Highly-skilled migration from Jordan: a response to socio-political challenges », Highly-Skilled Migration into, through and from Southern and Eastern Mediterranean and Sub-Saharan Africa, CARIM Analytic and Synthetic Notes 2010/12, San Domenico Di Fiesole (Florence, Italie), Robert Schuman Centre for Advanced Studies (RSCAS), Institut universitaire européen (EUI), p. 1‑18. [En ligne] http://www.carim.org/index.php?callContent=484&callText=1193

De Bel-Air Françoise 2008, « State Policies on Migration and Refugees in Jordan », Forced Migration and Refugee Studies Program, American University in Cairo (AUC). [En ligne] http://www.aucegypt.edu/ResearchatAUC/rc/cmrs/reports/Documents/Francoise  de  Belair.pdf

De Bel-Air Françoise 2003, « Migrations internationales et politique en Jordanie », Revue européenne des Migrations internationales (REMI) 19, p. 9‑41.

Fargues Philippe 2012, « Demography, Migration and Revolt in the South of the Mediterranean », in C. Merlini, O. Roy (eds), Arab Society in Revolt. The West’s Mediterranean Challenge, Washington D.C., Brookings Institution Press, p. 17‑46.

Fargues Philippe 2011, « Voice after Exit : Revolution and Migration in the Arab World », Migration Information Source, Washington D.C., MPI, May. [En ligne] http://www.migrationinformation.org/Feature/display.cfm?ID=839

Fargues Philippe 2009, « Work, Refuge, Transit: An Emerging Pattern of Irregular Immigration South and East of the Mediterranean », International Migration Review 3, p. 544‑577.

Fourati Habib 2008, « Consultation de la jeunesse et désir d’émigration chez les jeunes en Tunisie 1996‑2005 », CARIM Analytic and Synthetic Notes 2008/47, San Domenico Di Fiesole, Robert Schuman Centre for Advanced Studies/European University Institute. [En ligne] http://cadmus.eui.eu/bitstream/handle/1814/10091/CARIM_ AS%26N_2008_47.pdf?sequence=1

Grasland Claude 2011, Une cartographie géomédiatique de la crise tunisienne. [En ligne] http://www.gis-cist.fr/index.php/dossiers-du-cist/

Hirschman Albert 1970, Exit, Voice, and Loyalty : Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, Cambridge, Harvard University Press.

Hertog Steffen 2006, « Segmented Clientelism: the Political Economy of Saudi Economic Reform Efforts »,in P. Aarts and G. Nonneman (eds), Saudi Arabia in the Balance, London, Hurst and Co, p. 111‑143.

Kasparian Chogig 2009, L’émigration des jeunes Libanais et leurs projets d’avenir. Enquête réalisée par l’Observatoire Universitaire de la Réalité Socio-Économique (OURSE), Beyrouth, Presses de l’Université Saint-Joseph.

Khader Bishara 2011, La jeunesse : moteur des soulèvements démocratiques arabes, Louvain, MEDEA-Thèque, 20 mai. [En ligne] http://www.medea.be/2011/05/la-jeunesse-moteur-des-soulevements-democratiques-arabes/

Sharabi Hisham 1996, Le néopatriarcat, Paris, Mercure de France.

Thiollet Hélène 2011, « The Ambivalence of Immigration Policy in Saudi Arabia. Public and Private Actors in Migration Management », in CIRS, Migrant Labour in the Gulf-Working Group Summary Report, Doha, Georgetown University School of Foreign Service in Qatar, p. 23‑24.

World Bank 2011, Migration and Remittances Factbook 2011, Washington, World Bank.

Todd Emmanuel 2011, Allah n’y est pour rien : sur les révolutions arabes et quelques autres, Paris, Arrêt sur image, Le Publieur.

Notes

1 Cette question a fait l’objet de deux publications par Philippe Fargues (2011, 2012). Dans cet article, nous approfondissons une réflexion sur ce sujet, ébauchée dès le début du soulèvement tunisien dans une publication traitant des liens structuraux entre migration et développement dans les pays arabes du Sud et de l’Est de la Méditerranée (De Bel-Air 2011).

2 La nature de l’articulation entre dynamiques migratoires et facteurs socio-politiques et économico-politiques entraînant ou non des soulèvements radicaux, est propre à chaque contexte national et la description systématique de chacun de ceux-ci dépasserait le cadre de cet article. Un regard très superficiel porté sur ces contextes suggère cependant que les dynamiques mises en relief ici pourraient s’y appliquer : en Égypte par exemple, les migrants ne représentent que 7 % de la population totale du pays en 2009 et plus des trois-quarts d’entre eux sont des migrants temporaires (installés dans les pays du Golfe et en Jordanie). Ceci suggère, peut-être, une pression migratoire difficile à satisfaire. Le Maroc partage avec la Tunisie une proportion de migrants plus importante dans la population nationale (11 %), une installation sans doute durable d’une forte majorité d’entre eux dans l’espace de l’UE et un profil d’expatriés pour moitié peu qualifiés. Cependant, le royaume se distingue par le type de relation État-société caractérisant le royaume et, peut-être, par le recrutement géographique et socio-politique de ses migrants.

3 Les réfugiés palestiniens qui, en 1948 et en 1967, résidaient en Cisjordanie, ainsi que ceux ayant rejoint la Jordanie (rive est du Jourdain) lors de ces deux conflits, ont été naturalisés jordaniens. Ils n’apparaissent donc pas comme étrangers dans ce pays. Au Liban et en Syrie, les Palestiniens sont assimilés à des étrangers.

4 Les réfugiés de facto sont par exemple les Irakiens en Jordanie et en Syrie. Entrés sans visa, au nom du panarabisme, ils ont vu leur statut d’« invité » arabe se muer en résidence illégale quand ces pays ont commencé à imposer des visas aux ressortissants irakiens, respectivement en 2006 et 2007. Des politiques similaires ont été conduites à l’égard des migrants arabes et africains en Libye.

5 Estimations reprises de Fargues 2009.

6 Ici, l’ensemble des savoirs et technologies de pouvoir mises en œuvre pour le gouvernement d’une population.

7 Ou « néopatrimoniaux ». Le patrimonialisme reproduit les relations de type patriarcal au niveau du politique : le patriarche/ leader/ patron dispense ressources et protection, en retour de l’allégeance de ses sujets/ clients. Le néopatrimonialisme « combine et superpose les structures sociales informelles du patrimonialisme aux structures formelles et légales de l’État […] » (Brynen 1995, p. 24‑25).

8 Certains pays tels que le Liban, ou la Tunisie ont connu cette phase de baisse de la fécondité plus tôt, tandis que d’autres (Yémen, Arabie saoudite) l’ont seulement vécue au cours des années 1990.

9 Données de l’UNESCO http://stats.uis.unesco.org/unesco/TableViewer/tableView.aspx

10 Accords de libre-échange entre l’Union européenne et presque tous les pays arabes, entre les États-Unis et le Maroc, entre les États-Unis et la Jordanie ; adhésions à l’OMC.

11 Ministère de la Jeunesse/INS (Fourati 2008). Plus du tiers des jeunes Libanais diplômés souhaitaient eux aussi s’expatrier en 2008 selon une enquête menée par l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (Kasparian 2009).

12 Department of Statistics (DoS), Jordan Labour Market Panel Survey, 2010.

13 Le cas jordanien illustre parfaitement cette affirmation (De Bel-Air 2003, 2008, 2010).

14 Selon Hirschman, trois choix s’offrent à l’individu mécontent : le refus de participer ou défection (exit) ; la prise de parole (voice) pour modifier le fonctionnement de l’organisation ou les relations sociales dans un sens souhaité ; la fidélité malgré tout (loyalty).

15 Depuis son accession au pouvoir en 1999, le nouveau roi a engagé de nombreuses réformes de modernisation économique et politique, mais aussi de renforcement du pouvoir monarchique. En particulier, le régime cherche à contrer la majorité démographique des chiites, perçue comme un vecteur d’ingérence iranienne dans le royaume.

16 La stagnation des prix du pétrole au cours des années 1985‑1990 a entraîné une baisse du pouvoir d’achat et l’émergence de la pauvreté et du chômage dans certains secteurs de la population (Dazi Héni 2006). De plus, outre les gages d’ouverture aux normes internationales que doit donner le pays après le 11 septembre 2001, le processus d’accession à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) abouti en 2005, impose des modifications structurelles à l’économie saoudienne qui, à terme, interdisent l’emploi préférentiel et dans des conditions privilégiées des nationaux.

18 Données de l’Institut national des Statistiques (2011).

19 Probablement en raison de la répression violente des mouvements de protestation ayant secoué le bassin minier de Gafsa, limitrophe de la frontière algérienne et du gouvernorat de Sidi Bouzid.

20 Les gouvernorats du Sud (Médenine, Tataouine et Gafsa) et du Centre-Ouest (Kasserine, Sidi Bouzid et Kairouan).

21 Pour porter leurs fruits, ces mobilités demandent généralement un certain degré d’institutionnalisation, la constitution de réseaux d’aide à l’installation, à l’accès à l’emploi, de protection contre les abus des employeurs, etc.

22 Cette hypothèse d’une dynamique migratoire différentielle selon l’origine repose sur l’observation de terrain, toute référence à l’origine palestinienne d’une partie de la population jordanienne étant interdite dans les documents officiels.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Part des 15-24 ans dans la population selon le pays et la région.
Légende Source : UN World Population Prospects
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7027/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Carte 1 – Typologie économique et sociale des régions de Tunisie (Grasland 2011) Carte réalisée par Timothée Giraud. L’auteur remercie T. Giraud et le CIST d’avoir donné leur accord à la publication de cette carte.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/7027/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 190k

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.comMollat
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search