Version classiqueVersion mobile

Les cadis d'Iraq et l'État Abbasside (132/750-334/945)

 | 
Mathieu Tillier

Chapitre IV : les circonscriptions judiciaires et leur administration

III - Les carrières judiciaires : une hiérarchie des circonscriptions ?

Texte intégral

  • 301  V. Lagardère propose une hiérarchisation des circonscriptions d’al-Andalus à l’époque almoravide ( (...)

1L’accès à la judicature marquait parfois le début d’une longue carrière judiciaire, susceptible de se poursuivre en différents lieux. Les parcours individuels de chaque cadi, au gré de leurs nominations dans diverses localités, suivaient des trajectoires révélatrices de la progression – ou au contraire du déclin – de leurs carrières : une affectation dans une localité spécifique se voyait souvent conférer une valeur symbolique ou sociale particulière 301. Analysées de manière géographique – sans considération des cumuls de circonscriptions, que nous avons étudiés séparément –, les carrières des cadis iraqiens se distinguent essentiellement par la présence ou l’absence, dans leurs cursus honorum, de la judicature de la capitale abbasside, Bagdad ou Sāmarrā’. Une première distinction peut donc être proposée entre les cadis iraqiens dont la carrière se déroula exclusivement à l’extérieur de la capitale, dans des villes que l’on qualifiera de « provinciales », et ceux qui, à un moment ou un autre, se virent confier un district intrinsèquement lié à la capitale – qu’il en fasse géographiquement partie ou qu’il s’agisse d’une forme de judicature attachée à la cour et aux institutions gouvernementales, comme la fonction de grand cadi.

Tableau 3. Les carrières judiciaires

Évolution de carrière

Nombre de cadis

%

Carrière provinciale

82

50%

Province → capitale

25

15,2%

Province → capitale → province

7

4,3%

Carrière dans la capitale

43

26,2%

Capitale → province

6

3,7%

Capitale → province → capitale

1

0,6%

Total

164

100%

  • 302  Voir également le tableau détaillé des différents types de carrières en annexe G.

2À observer ces deux catégories de plus près, il apparaît que les cadis affectés à Bagdad ou à Sāmarrā’ ne suivaient pas tous un cheminement identique et que leurs carrières se différenciaient par la place que la capitale occupait dans leurs parcours personnels. Si certains furent exclusivement nommés dans l’une des deux villes précitées, d’autres furent alternativement affectés dans des villes provinciales et dans la capitale (tableau 3) 302. Une distinction très nette apparaît entre les carrières purement provinciales et celles qui inclurent la capitale de l’Empire abbasside, puisque près de la moitié des cadis iraqiens exercèrent exclusivement dans des villes comme Baṣra, Kūfa ou Wāsiṭ. Cette proportion est même largement en dessous de la réalité historique, car la plupart des cadis de petites villes comme al-Anbār ou Ǧabbul n’ont pas laissé de trace dans les sources.

1. Une hiérarchie capitale / province

3Le tableau ci-dessus offre en premier lieu d’importants renseignements sur la valeur de la capitale à l’intérieur d’une carrière judiciaire. Nous postulons qu’une circonscription prestigieuse était plus difficile à obtenir qu’une judicature ordinaire, et par conséquent qu’un cadi expérimenté avait plus de chances de l’obtenir qu’un débutant. Nous proposons également que la « normalité », dans la carrière judiciaire, est représentée par le plus grand nombre.

4Afin d’observer les carrières représentatives d’une hypothétique hiérarchie capitale/province, excluons momentanément celles qui furent exclusivement provinciales ou internes à la capitale. On s’aperçoit alors que la succession des affectations se produisit majoritairement dans le sens province → capitale (15,2% des carrières, 19,5% si les cadis qui retournèrent ensuite en province sont pris en compte), tandis que le mouvement capitale → province représentait à peine 3,7% des carrières (4,3% si l’on ajoute le seul cadi qui retourna ensuite à la capitale). Si nos postulats précédents sont exacts, ceci montre qu’une nomination dans la capitale, pour un cadi qui avait commencé en province, constituait ce qui serait aujourd’hui appelé une « promotion ». Être cadi à Bagdad (d’un de ses quartiers ou de l’ensemble de la ville) était donc supérieur, en terme de prestige, au fait d’assumer une judicature de province. Telle qu’elle est résumée par Ibn Ṭayfūr, la carrière de Yaḥyā b. Akṯam – qui fut un temps l’éminence grise d’al-Ma’mūn – est représentative de ce phénomène :

  • 303  Ibn Ṭayfūr, Kitāb Baġdād, p. 139.

Aḥmad b. Ṣāliḥ al-Aḍḫam me demanda : « Sais-tu à quoi remonte [la carrière] de Yaḥyā b. Akṯam ? – Non, répondis-je, mais j’aimerais le savoir – C’est Yaḥyā b. Ḫāqān qui l’a présenté à al-Ḥasan b. Sahl, qui l’a rapproché de son cœur et a fait de lui quelqu’un d’important à ses yeux, si bien qu’il lui a confié la judicature de Baṣra. Plus tard, al-Ma’mūn a fait de lui son vizir, et [Yaḥyā b. Akṯam] a pris l’ascendant sur lui 303. »

5Cette présentation – qu’Ibn Ṭayfūr semble cautionner – rend bien compte de la façon dont fut conçue, a posteriori, la première judicature de Yaḥyā b. Akṯam : Baṣra n’avait été pour lui qu’une étape vers des fonctions plus prestigieuses, à Bagdad, comme grand cadi – fonction qui donna à Yaḥyā une telle puissance que certains auteurs, comme celui-ci, n’hésitent pas à le qualifier de « vizir ».

  • 304  Ibn Saʿd, al-abaqāt al-kubrā, VI, p. 389 ; Ibn Qutayba, al-Maʿārif, p. 510.

6Il est malaisé de déterminer les causes d’une promotion : les affectations dans la capitale suite à l’exercice de la judicature dans une ville provinciale étaient plus souvent dues à la réputation du cadi, à la faveur dont il jouissait auprès du pouvoir, qu’à un événement particulier. En revanche, à supposer que le mouvement province → capitale correspondait à un avancement, on peut penser que le mouvement inverse représentait une forme de sanction, dont les causes sont éventuellement plus faciles à identifier. Les sources n’indiquent pas systématiquement les raisons qui conduirent à la révocation de chacun des cadis dont la carrière se poursuivit en province après qu’ils eurent exercé la judicature dans la capitale. Plusieurs exemples, néanmoins, confirment que le mouvement capitale → province correspondait effectivement à une forme de rétrogradation. En témoigne la révocation de Ḥafṣ b. Ġiyāṯ al-Naḫaʿī, cadi d’al-Šarqiyya sous le califat d’al-Rašīd 304, puis nommé sur Kūfa :

  • 305  Il s’agit de Zubayda bint Ǧaʿfar (m. 216/831), petite-fille d’al-Manṣūr, épouse d’al-Rašīd et mère (...)

Un Ḫurāsānien vendit pour trente mille dirhams de chameaux à Marzubān al-Maǧūsī, le fondé de pouvoir (wakīl) d’Umm Ǧaʿfar 305. Celui-ci lui demanda un délai et conserva le prix [de la transaction]. Comme le temps passait et que le Ḫurāsānien ne recouvrait pas son argent, il alla trouver un disciple de Ḥafṣ b. Ġiyāṯ et lui demanda conseil.

  • 306  Jeu sur la signification du verbe « aāla », qui signifie aussi « ruser ». La phrase possède donc (...)

 – Va voir [Marzubān], lui dit-il, et dis-lui : « Donne-moi mille dirhams, et tu me donneras plus tard 306 le reste de l’argent, [car] je pars pour le Ḫurāsān ! » S’il agit de la sorte, reviens me trouver afin que je t’indique ce qu’il faut faire.

Le Ḫurāsānien fit ce qui lui était conseillé. Il alla voir Marzubān, qui lui donna mille dirhams, puis s’en revint auprès de l’homme, qui lui dit :

– Retourne le voir et dis-lui : « Lorsque tu sortiras, demain, passe donc par chez le cadi et présente-toi [à l’audience] : je nommerai un fondé de pouvoir pour recevoir l’argent [à ma place] avant de partir. » Quand il sera assis devant le cadi, réclame-lui l’argent qu’il te doit encore : s’il avoue, Ḥafṣ l’emprisonnera et tu auras ton argent.

L’homme retourna auprès de Marzubān et lui demanda [d’agir de la sorte].

– Attends-moi à la porte du cadi ! lui répondit Marzubān.

Le lendemain, lorsque ce dernier sortit sur sa monture, le Ḫurāsānien s’élança à sa rencontre et lui demanda :

– Si tu es d’accord, arrête-toi et allons voir le cadi, pour que je nomme un fondé de pouvoir chargé de recevoir l’argent, avant de partir.

Marzubān descendit de sa monture et les deux hommes s’avancèrent vers Ḥafṣ b. Ġiyāṯ.

– Allāh comble le cadi de bienfaits ! Cet homme me doit 29 000 dirhams.

– Qu’as-tu à répondre, le mazdéen (maǧūsī) ? demanda Ḥafṣ.

– Il a dit la vérité… Allāh comble le cadi de bienfaits !

– Que demandes-tu, homme, maintenant qu’il a avoué ce qu’il te devait ? demanda Ḥafṣ [au Ḫurāsānien].

– Qu’il me donne mon argent. Allāh comble le cadi de bienfaits !

Ḥafṣ se tourna vers al-Maǧūsī :

– Que réponds-tu ?

– Cet argent est dû par la sayyida ! se défendit Marzubān.

– Tu es un imbécile, lui dit le cadi. Tu avoues, puis tu affirmes que [l’argent] est dû par la sayyida ! Que demandes-tu ? demanda-t-il [au Ḫurāsānien].

– Allāh comble le cadi de bienfaits ! S’il ne me donne pas mon argent, jette-le en prison !

– Qu’as-tu à répondre, le mazdéen ? demanda Ḥafṣ.

– L’argent est dû par la sayyida.

– Conduisez-le en prison ! ordonna Ḥafṣ.

  • 307  Il s’agit probablement d’al-Sindī b. Šāhik (m. 204/819-20), mawlā d’al-Manṣūr qui occupa sous al-R (...)

Lorsque l’homme fut emprisonné, la nouvelle parvint à Umm Ǧaʿfar qui se mit en colère et fit dire à al-Sindī 307 :

– Envoie-moi Marzubān !

[À cette époque], les cadis mettaient les débiteurs en prison. Al-Sindī se dépêcha de faire sortir Marzubān. Apprenant la nouvelle, Ḥafṣ s’exclama :

– C’est moi qui mets en prison, et c’est al-Sindī qui en fait sortir ? Je renonce à siéger si Marzubān n’est pas ramené en prison !

Al-Sindī alla trouver Umm Ǧaʿfar et lui dit :

– Allāh me protège ! Il s’agit de Ḥafṣ b. Ġiyāṯ, et je crains que le Commandeur des croyants me dise : « Sur l’ordre de qui l’as-tu fait sortir ? » Remets-le en prison et je parlerai à Ḥafṣ à son sujet.

Elle obtempéra et renvoya Marzubān en prison. Puis elle parla [au calife] en ces termes :

– Hārūn, ton cadi est un imbécile ! Il a emprisonné mon fondé de pouvoirs et l’a traité avec mépris. Ordonne-lui de cesser de rendre la justice, et confie ses fonctions à Abū Yūsuf !

[Le calife] ordonna donc pour elle que fût rédigée la lettre [de révocation] de Ḥafṣ. La nouvelle parvint à Ḥafṣ qui dit à l’homme :

– Amène-moi des témoins, afin que j’enregistre [mon jugement] en ta faveur (usaǧǧīl la-ka) et que je condamne al-Maǧūsī à te verser l’argent.

Ḥafṣ siégea donc et enregistra [son jugement] à l’encontre d’al-Maǧūsī. La lettre de Hārūn arriva, portée par un de ses serviteurs, qui annonça :

– Une lettre du Commandeur des croyants !

– Ne bouge pas avant que nous ayons terminé. Nous sommes en plein travail.

– Une lettre du Commandeur des croyants ! insista le serviteur. Regarde ce qu’il t’y est dit !

Lorsque Ḥafṣ eut fini d’enregistrer [son jugement], il prit la lettre que lui tendait le serviteur et la lut, puis déclara :

– Salue le Commandeur des croyants et informe-le que sa lettre est arrivée alors que j’avais déjà rendu mon jugement.

  • 308  Un cadi conserve ses pouvoirs judiciaires jusqu’au moment où il est officiellement informé de sa r (...)

– Pardieu, s’exclama le serviteur, j’ai tout compris ! Tu as refusé de prendre la lettre du Commandeur des croyants afin de terminer ce que tu voulais faire ! Pardieu, je vais informer le Commandeur des croyants de ce que tu as fait 308.

– Dis-lui ce que tu veux, répondit Ḥafṣ.

Le serviteur s’en revint trouver Hārūn et lui expliqua l’affaire. Le calife éclata de rire et dit au āǧib :

– Ordonne d’offrir 30 000 dirhams à Ḥafṣ b. Ġiyāṯ !

Yaḥyā b. Ḫālid s’en fut sur sa monture et rencontra Ḥafṣ qui s’en retournait de l’audience.

– Ô cadi, lui dit-il, tu as égayé le Commandeur des croyants, aujourd’hui, et il a ordonné de t’offrir 30 000 dirhams ! Quelle en est la raison ?

– Puisse Allāh parfaire la joie du Commandeur des croyants, le garder et le protéger ! répondit Ḥafṣ. Je n’ai rien fait de plus que ce que je fais chaque jour. Ce ne peut être que parce que j’ai enregistré un jugement contre Marzubān al-Maǧūsī et l’ai condamné à rendre ce qu’il devait ! ajouta-t-il.

– C’est donc cela qui a réjoui le Commandeur des croyants ! s’exclama Yaḥyā b. Ḫālid.

– Que d’infinies louanges soient rendues à Allāh ! dit Ḥafṣ.

Umm Ǧaʿfar déclara à Hārūn :

  • 309  Expression que l’on trouve utilisée par des femmes, dans divers contextes, pour faire pression sur (...)

– Tu n’auras pas de moi ce que tu désires 309 tant que tu n’auras pas révoqué Ḥafṣ !

  • 310  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VIII, p. 187-89 ; le même récit est rapporté par Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaa (...)

Il s’y refusa, mais elle insista, tant et si bien qu’il le révoqua d’al-Šarqiyya et le nomma à la judicature de Kūfa où il resta pendant treize ans 310.

  • 311  Cf. Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, II, p. 198.
  • 312  Une anecdote symbolique, rapportée par al-Ḫaṭīb et Ibn Ḫallikān, vient parfaire cette image de cad (...)
  • 313  Le récit rapporté par al-Ḫaṭīb tend à présenter al-Rašīd comme un « bon calife » qui ne peut donc (...)

7Ce récit est, à n’en pas douter, recomposé dans un but d’édification morale : connu pour son intégrité et sa fermeté devant le pouvoir 311, Ḥafṣ b. Ġiyāṯ est présenté par les auteurs médiévaux comme un exemple à suivre 312. Mais au-delà des reconstructions littéraires, ce texte est révélateur, dans ses grandes lignes, d’une situation historique. Apprécié par le calife al-Rašīd, Ḥafṣ sembla commettre une erreur « diplomatique » en menant à son terme une procédure judiciaire engagée contre un haut personnage de la cour. L’entourage du calife (ici représenté par Umm Ǧaʿfar), peut-être même le calife en personne 313, s’offusquèrent de cette velléité, mais le cadi n’avait fauté que par excès de zèle : bien que ses qualités professionnelles ne fussent pas remises en cause, Ḥafṣ avait entravé la bonne marche des affaires de la cour. Le calife décida donc de le garder comme cadi, mais l’éloigna à Kūfa, sur un poste où il serait plus inoffensif. Dans ce cas, une hiérarchie entre la capitale et la province est perceptible : elle s’explique en partie par la proximité entre les cadis de la capitale et la cour, qui donnait aux représentants de la justice un pouvoir qu’ils ne possédaient pas nécessairement en province. Un cadi au comportement inadapté à la capitale pouvait en revanche s’avérer un excellent juge dans une autre ville : la longévité de Ḥafṣ b. Ġiyāṯ à Kūfa en est la preuve.

  • 314  ʿAbd al-Ṣamad b. ʿAlī al-ʿAbbāsī (m. 185/801), oncle des cadis al-Saffāḥ et al-Manṣūr, porta notam (...)
  • 315  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 198 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 162.
  • 316  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 197 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 161 ; al-Mizzī, Tahīb al- (...)
  • 317  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 142 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 197.
  • 318  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VI, p. 25 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 61 ; Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧ(...)

8Une intransigeance comparable fut peut-être à l’origine de la révocation, quelque temps plus tôt, du prédécesseur de Ḥafṣ sur la judicature d’al-Šarqiyya : al-Ḫaṭīb rapporte en effet que ʿUmar b. Ḥabīb (m. 206/821-22 ou 207/822-23) obligea le grand-oncle d’al-Rašīd, ʿAbd al-Ṣamad b. ʿAlī al-ʿAbbāsī 314, à se présenter à l’audience lors d’un procès qui lui était intenté. Pire, le cadi aurait fini par le condamner, en le traitant avec une arrogance à laquelle le vénérable représentant de la dynastie ne s’attendait pas 315. D’autres abar-s laissent en tout cas entendre que ʿUmar b. Ḥabīb n’était pas en odeur de sainteté auprès du calife : ce dernier l’aurait un jour menacé de mort, après que le cadi eut osé le contredire en public au sujet de la fiabilité des adī-s rapportés par Abū Hurayra 316. Comme nous l’avons vu plus haut, al-Rašīd finit par l’envoyer comme cadi à Baṣra alors que l’émir Muḥammad b. Sulaymān tentait de restaurer les prérogatives gouvernorales sur la judicature. Ceci n’était certes pas un hasard, et l’affectation de ʿUmar b. Ḥabīb eut tout l’air de répondre à un double objectif : rétablir la souveraineté califale en matière judiciaire et éloigner un cadi aux réactions imprévisibles, dont le calife ne déplorerait pas sincèrement la perte si la réaction du gouverneur était plus violente que prévu 317. Quelques décennies plus tard, l’intransigeance du cadi de Madīnat al-Manṣūr, Ibrāhīm b. Isḥāq b. Abī l-ʿAnbas (m. entre 275/888-89 et 277/890-91), fut encore responsable, si l’on en croit al-Ḫaṭīb, de sa révocation et de sa nomination à Kūfa : Ibn Abī l-ʿAnbas avait refusé de prêter l’argent des orphelins placés sous sa protection au régent al-Muwaffaq 318.

9S’il existait une forme de hiérarchie entre les judicatures de la capitale et celles de province, être affecté en province après avoir servi dans la capitale ne correspondait pas à une déchéance brutale, mais répondait tout au plus à une volonté du pouvoir d’éloigner un cadi qui ne satisfaisait pas aux exigences spécifiques du milieu de la cour, et à qui l’on reprochait plus son excès de zèle qu’une véritable faute professionnelle. À l’inverse, pour un cadi qui avait débuté en province, être nommé sur un district bagdadien représentait l’apogée d’une carrière ; le pouvoir reconnaissait sa valeur par une telle promotion. Les aléas de la vie politique, les pertes de faveur et les retours en grâce ne permettaient pas toujours à ceux qui avaient atteint ce sommet d’y demeurer jusqu’à leur mort. Les sources passent d’ailleurs souvent sous silence les événements conduisant à révoquer un cadi de Bagdad pour le nommer ensuite dans une ville de province : le califat avait certainement de bonnes raisons, mais peu de coups d’éclat comme l’attitude de Ḥafṣ b. Ġiyāṯ ou d’Ibn Abī l-ʿAnbas retinrent l’attention des historiens médiévaux.

  • 319  Al-Balāḏurī, Ansāb al-ašrāf, IX, p. 459.
  • 320  Les sources relatent un épisode, difficile à dater précisément, au cours duquel al-Rašīd aurait co (...)
  • 321  Sur sa carrière, voir Ibn Saʿd, al-abaqāt al-kubrā, VII, p. 332 ; Ibn Qutayba, al-Maʿārif, p. 516 (...)
  • 322  Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ (Ta’rī, p. 310) indique qu’il aurait été cadi sous al-Amīn, en 195/810-11, mais (...)

10Redevenir cadi de province n’était pourtant pas nécessairement considéré comme un grave revers de fortune. Il se pouvait même qu’une révocation de Bagdad ne soit qu’une étape sur la route ascendante d’une carrière judiciaire. Abū l-Baḫtarī Wahb b. Wahb al-Anṣārī (m. 200/815-16) exerça ainsi la judicature de ʿAskar al-Mahdī sous le califat d’al-Rašīd, qui le révoqua ensuite pour le nommer gouverneur et cadi de Médine (de 192/807-808 à 194/809-10) 319. Le calife souhaitait-il l’éloigner de la capitale, comme Ḥafṣ b. Ġiyāṯ 320 ? Il est en tout cas difficile de considérer ses nouvelles fonctions comme une déchéance, puisqu’il fut investi dans sa ville d’origine de pouvoirs beaucoup plus larges que la simple judicature 321. Certains indices suggèrent par ailleurs qu’il revint à la judicature de Bagdad à la fin de sa vie, sous le califat d’al-Amīn, dans la circonscription de ʿAskar al-Mahdī 322.

  • 323  Sur ce cadi et théoricien du fiqh ḥanafite, voir Bedir, « An Early Response to Shāfiʿī », p. 288-9 (...)
  • 324  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 159 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 309. Cf. al-Ṭabarī, Ta’rī(...)
  • 325  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 158 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 309.

11Enfin, dans un des six exemples de carrières commençant dans la capitale pour se terminer en province, la révocation puis la nouvelle nomination prirent les allures d’une « promotion » : ʿĪsā b. Abān (m. 220/835 ou 221/836) 323 commença sa carrière à Bagdad comme vicaire de Yaḥyā b. Akṯam, en 210/825-26, à l’époque où celui-ci accompagna le calife chez al-Ḥasan b. Sahl à Fam al-Ṣilḥ 324. À son retour, Yaḥyā b. Akṯam révoqua ʿĪsā b. Abān, qui fut alors nommé cadi de Baṣra où il resta en place jusqu’à sa mort 325. Dans ce cas précis, le passage du statut de vicaire (pour une période limitée) à celui de cadi en titre représentait une progression non négligeable. Mais d’une manière générale, il n’en demeure pas moins qu’un cadi de province retirait plus de prestige à être nommé à Bagdad qu’un cadi de la capitale à être envoyé dans le Sawād iraqien.

2. Carrières provinciales et carrières bagdadiennes

2.1. Les cadis de province

12Les carrières se déroulant exclusivement dans la capitale ou en province représentent à elles seules 76,2% du total référencé. Il est difficile de déterminer les raisons précises pour lesquelles certains cadis demeurèrent toujours en province ou dans la capitale, tandis que d’autres connurent les aléas de carrières qui les promenèrent entre capitale et province. Plusieurs constantes peuvent néanmoins fournir quelques éléments d’explication.

  • 326  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 149 sq ; Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧawāhir al-muiyya, I, p. 256 ; Ibn Ḥa (...)
  • 327  Voir al-Subkī, abaqāt al-šāfiʿiyya al-kubrā, III, p. 446-55 ; Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 268.

13En premier lieu, les cadis qui demeuraient en province ne faisaient pas « carrière » à proprement parler, dans la mesure où leur mobilité était extrêmement réduite. Sur 82 cadis, seuls dix furent successivement nommés sur des circonscriptions différentes, à l’intérieur de l’Iraq (comme Šarīk b. ʿAbd Allāh, cadi de Wāsiṭ, puis de Kūfa, avant d’être nommé à al-Ahwāz, ville du Ḫūzistān 326), ou en Iraq et dans une autre province (comme ʿAlī b. al-Ḥusayn b. Ḥarb, cadi de Wāsiṭ puis d’Égypte de 293/905-906 à 311/923-24 327). À notre connaissance, tous les autres (soit près de 88%) exercèrent la judicature dans une localité unique, qu’ils y soient nommés une seule fois ou à plusieurs reprises. Ces cadis poursuivirent donc pour la plupart une carrière locale, soit qu’ils n’aient pas eu l’occasion d’obtenir une affectation plus perstigieuse, soit qu’ils se soient contentés de leurs postes et n’aient pas cherché, après leurs révocations, à exercer dans d’autres villes. Le laconisme des sources empêche hélas de savoir ce qu’il en fut pour chaque cadi.

  • 328  Les sources les désignent alors souvent comme appartenant aux ahl (habitants) de telle ou telle vi (...)
  • 329  Parmi les cadis de Baṣra : al-Aḥwaṣ b. al-Mufaḍḍal (m. 299/911-12), originaire de Bagdad (Wakīʿ, A(...)
  • 330  Il s’agit de Muḥammad b. ʿAbd Allāh al-Anṣārī (Baṣra), Ǧaʿfar b. Muḥammad al-Burǧumī (Kūfa), Ibrāh (...)
  • 331  Voir supra, chapitre II, § I.3.

14Nous remarquons néanmoins que, très souvent, les cadis étaient particulièrement liés à la ville de province dans laquelle ils obtenaient leur première judicature, qu’ils demeurent ensuite dans cette ville ou qu’ils poursuivent leur carrière dans la capitale. En effet, si l’on considère ceux dont l’origine géographique est connue – i.e. le lieu où ils avaient grandi, et à la population duquel les sources considèrent qu’ils appartenaient 328 –, il s’avère que la plupart étaient originaires de la ville où ils reçurent leur première affectation. Parmi les 82 cadis dont la carrière se déroula dans une seule localité de province, seuls trois sont connus pour être venus d’une autre ville 329. Par ailleurs, presque tous les cadis qui commencèrent en province avant d’être nommés dans la capitale semblaient originaires de villes provinciales. Parmi eux, sur 17 cadis dont la provenance exacte est connue, 9 étaient originaires de la ville où ils obtinrent leur premier poste, soit plus de la moitié 330. Cela signifie que, dans un très grand nombre de cas, une carrière judiciaire commençait à l’endroit même où vivait le cadi ; c’est en général par la suite, au gré des circonstances ou de son ambition, qu’il poursuivait son parcours dans une autre localité, voire dans la capitale. Il faut très certainement relier ce phénomène au rôle que jouèrent longtemps les habitants des amār iraqiens dans la promotion de leurs juristes au rang de cadi 331, préalable souvent nécessaire à une carrière plus étendue.

  • 332  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 152-53, 165.

15Un passage des Abār al-quāt suggère qu’il existait également une hiérarchie entre villes de province, et qu’être nommé sur une circonscription « inférieure » après avoir exercé des fonctions plus prestigieuses pouvait être ressenti comme une déchéance. Šarīk b. ʿAbd Allāh commença comme cadi de Wāsiṭ, puis exerça de longues années la judicature de Kūfa pour le compte d’al-Manṣūr et d’al-Mahdī, avant de terminer sa carrière à al-Ahwāz, dans la province du Ḫūzistān. Pour une raison inconnue, il aurait déserté son poste et pris la fuite, obligeant le pouvoir à prendre des mesures sévères pour le ramener de force à son poste 332. Le commentaire de l’événement nous intéresse au premier chef :

Aḥmad b. Zuhayr me raconta d’après Sulaymān b. Abī Šayḫ, d’après Yaḥyā b. Saʿīd al-Umawī :

  • 333  Cadi de Bagdad pendant quelques jours, sous al-Manṣūr. Voir Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 245.
  • 334  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 153.

Je me trouvais chez al-Ḥasan b. ʿUmāra 333 lorsque ce dernier apprit que Šarīk s’était enfui de la judicature d’al-Ahwāz, et voici ce que déclara ce scélérat : « Il a estimé que la judicature d’al-Ahwāz était méprisable 334 ! »

  • 335  Al-Ahwāz était connue pour être particulièrement inhospitalière à cause des fortes chaleurs qui y (...)
  • 336  Ibn ʿAbd Rabbih, al-ʿIqd al-farīd, V, p. 352.
  • 337  Voir les anecdotes mettant en scène Šarīk à la cour d’al-Mahdī, comme celles que rapporte Abū l-ʿA (...)

16Il est impossible de savoir si, dans son ironie, al-Ḥasan b. ʿUmāra voyait juste. Toujours est-il qu’al-Ahwāz était effectivement une petite ville, située dans une région au climat inhospitalier 335, et que Šarīk put s’y sentir exilé. Les cadis y faisaient sans doute l’objet d’une attention plus faible de la part du pouvoir central, ce qui menaçait potentiellement leur statut socioéconomique : Ibn ʿAbd Rabbih rapporte d’après al-Asmaʿī (m. 213/828) qu’un cadi d’al-Ahwāz en fut presque réduit à sacrifier un coq pour le ʿīd al-aḍḥā, car son salaire (arzāq) était en retard. De généreux voisins lui ayant offert trente agneaux, le cadi dit à sa femme de garder soigneusement ce coq plus précieux qu’Isaac, à qui Dieu n’avait substitué qu’un seul agneau 336. Le décor de cette historiette probablement inventée est significatif : pour être vraisemblable, le récit ne pouvait mettre en scène un cadi de Kūfa ou de Baṣra, mais devait se dérouler au Ḫūzistān. La remarque d’al-Ḥasan b. ʿUmāra montre surtout qu’un cadi contemporain percevait une hiérarchie des circonscriptions : pour lui, un cadi prestigieux, qui avait exercé à Kūfa et avait longuement fréquenté la cour d’al-Mahdī 337, pouvait n’avoir que faire d’un district comme al-Ahwāz.

  • 338  Hilāl al-Ṣābi’, al-Wuzarā’, p. 176.

17Une telle hiérarchie entre villes de provinces était encore plus sensible au début du ive/xe siècle : évoquant la façon dont le vizir Abū l-Ḥasan b. al-Furāt s’adressait par écrit aux fonctionnaires, Hilāl al-Ṣābi’ dresse une liste hiérarchique des cadis de l’empire où le statut de chacun transparaît derrière les formules employées. Aux cadis de Bagdad, mentionnés en premier, succèdent ceux de « contrées éminentes » (nawāinǧalīla), comme ceux de Syrie, d’Égypte, du Fārs ou même d’al-Ahwāz – si toutefois les districts du Ḫūzistān étaient tous réunis aux mains d’un même cadi –, puis ceux de villes plus petites, comme Wāsiṭ, et enfin ceux des petites localités (asāsīǧ) dispersées dans le Sawād, qui n’avaient pour leur part droit qu’à des formules de politesse élémentaires 338.

2.2. Les cadis de la capitale

  • 339  On peut ainsi penser aux fils de plusieurs grands cadis, qui vivaient probablement à Bagdad depuis (...)

18Déterminer l’origine des cadis qui commencèrent ou passèrent leur carrière dans la capitale s’avère plus difficile. Les sources indiquent la provenance géographique de seulement 18 cadis de Bagdad (sur un total de 50) ; dans la plupart des cas ils n’étaient pas de pure souche bagdadienne, même plusieurs générations après la fondation de la capitale iraqienne. Cette proportion pourrait donc suggérer que la majorité des cadis de Bagdad venaient de l’extérieur. Néanmoins, l’identité bagdadienne de quelques cadis dont l’origine n’est pas explicite peut être déduite par d’autres moyens 339. Le nombre de cadis clairement bagdadiens est d’ailleurs si limité que plusieurs des 32 cadis restants l’étaient certainement en réalité. Quant à ceux de Sāmarrā’, aucun n’était originaire de cette ville, et ceux dont l’origine est connue semblent tous être venus de Baṣra. Cela n’a rien de surprenant : Sāmarrā’ surgit presque du néant et se vit abandonnée avant que des familles de savants aient eu le temps de s’y installer durablement.

  • 340  Voir supra chapitre II, § I.2.1.

19Le manque d’informations sur l’origine des cadis bagdadiens empêche toute conclusion définitive. En l’état actuel, nous pouvons juste proposer deux schémas hypothétiques. Dans le premier, les cadis dont la carrière commence à Bagdad – au moins une ou deux générations après sa fondation – n’échapperaient pas aux régularités remarquées pour leurs homologues de province : ils seraient le plus souvent nommés à leur premier poste dans leur propre ville. Dans le second, la plus grande partie serait originaire de villes provinciales, conformément à l’échantillon (alors considéré comme représentatif) de cadis dont l’origine est mentionnée dans les sources. Quoi qu’il en soit, et même s’ils ne représentèrent pas la majorité sur l’ensemble de la période, un grand nombre de cadis débutant à Bagdad furent à l’origine étrangers à cette ville. Ce phénomène s’explique en partie par la politique juridique des premiers califes abbassides qui firent venir à Bagdad – ville nouvelle sans tradition juridique locale – des savants du Ḥiǧāz ou de Kūfa 340. Mais ce n’est là qu’une raison parmi d’autres, et il conviendra d’examiner l’attrait que représentait la capitale aux yeux des savants qui envisageaient une carrière judiciaire.

20*

  • 341  Voir Melchert, « Religious Policies », p. 334.
  • 342  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VI, p. 285.

21Ces quelques résultats laissent penser qu’il existait bien une conception de la « carrière judiciaire », reposant sur la valeur accordée aux diverses circonscriptions. Il est probable qu’un certain nombre de cadis planifiaient leurs carrières, et que le jeu des nominations et des révocations ne dépendait pas seulement du pouvoir délégant, mais également de stratégies élaborées par les cadis eux-mêmes, tant pour obtenir un poste spécifique (attrait de la capitale, en opposition à la province) que pour cumuler les districts. La carrière du cadi mālikite Ismāʿīl b. Isḥāq fut à ce titre exemplaire : cadi de ʿAskar al-Mahdī à partir de 246/860-61, il tomba en disgrâce sous le calife al-Muhtadī 341 et fut révoqué en 255/869. Un an plus tard, al-Muʿtamid le nomma sur le côté est de Bagdad mais le cadi, qui prit une influence croissante sur le régent al-Muwaffaq, demanda (sa’ala) à ce dernier d’être muté sur le côté ouest. Malgré les réticences du grand cadi Ibn Abī l-Šawārib, Ismāʿīl b. Isḥāq obtint gain de cause en 258/871-72, et se vit confier le côté ouest dans son entier (les circonscriptions de Madīnat al-Manṣūr et d’al-Šarqiyya) ; quelques années plus tard, en 262/875-76, l’ensemble des districts de Bagdad lui fut attribué, faisant de lui un personnage plus puissant que le grand cadi 342. Ce cadi s’érigea ainsi en acteur d’une réussite sociale et politique passant par la mobilité, et liée à une hiérarchie implicite des circonscriptions. Cette hiérarchie, qui se manifestait à l’intérieur même de Bagdad, apparaissait plus nettement encore dans le couple capitale/province. Peut-être fut-elle d’ailleurs renforcée par la politique de califes comme al-Rašīd qui utilisa des villes de province comme lieu d’« exil » de cadis encombrants à la cour, ce qui put accroître au final le prestige de ceux qui parvenaient à s’installer durablement à Bagdad.

3. Y avait-il une vie avant la judicature ?

3.1. Les « métiers libres » des cadis

  • 343  Voir par exemple al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XIV, p. 247-48 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, V, p. 451-52 (...)
  • 344  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 64 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 364.
  • 345  Ibn Ḥaǧar rapporte à peu près la même chose au sujet du cadi d’Égypte Muḥammad b. Badr al-Ṣayrafī. (...)

22La vie des cadis iraqiens avant leur entrée en poste est très mal connue. Les ouvrages biographiques traitent de ces personnages pour deux raisons principales : pour leur place dans la transmission du savoir (en particulier le adī), ce qui offre un aperçu de leurs formations, et pour leur rôle dans l’histoire institutionnelle et politique. L’essentiel des informations disponibles à leur sujet se rapporte par conséquent à la période où ils furent en fonction. Seuls quelques grands noms de la judicature font l’objet de développements plus détaillés : l’enfance d’Abū Yūsuf, par exemple, est souvent évoquée dans la littérature biographique et les chroniques 343. Le crédit historique qui peut y être accordé est cependant minime : peut-être Abū Yūsuf évoqua-t-il véritablement son enfance en public, mais on ne peut exclure qu’il s’agisse de récits hagiographiques inventés pour prouver qu’il était depuis toujours destiné à devenir un juriste majeur à la cour califale et à succéder spirituellement à Abū Ḥanīfa. L’enfance d’Abū Ḫāzim (cadi de Bagdad de 283/896-17 à 292/904-905) est également évoquée par plusieurs auteurs, en raison sans doute de sa grande célébrité. Ce cadi était si apprécié pour sa droiture par ses contemporains que l’on raconte qu’il jouait déjà au cadi, lorsqu’il était jeune, en compagnie de ses camarades 344. Il s’agit probablement d’un topos destiné à montrer sa vocation précoce pour la judicature ; on le retrouve d’ailleurs dans d’autres biographies de cadis 345.

  • 346  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 110.
  • 347  Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, II, p. 55.
  • 348  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 53. Manṣūr b. Ǧumhūr al-Kalbī et ʿAbd Allāh b. ʿUmar furent successi (...)
  • 349  Voir supra chapitre I, § II.1.
  • 350  Il aurait conseillé à al-Saffāḥ de se débarrasser d’Abū Muslim : citant le Coran, XXI, 22, il mont (...)
  • 351  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 53.
  • 352  Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 479 ; Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, V, p. 574. Voir al-Dūrī, Baġdād, I, p. 228- (...)

23Plusieurs cadis iraqiens font néanmoins l’objet de développements plus fiables. Dès le iie/viiie siècle, certains exercèrent d’autres fonctions au service du pouvoir à un moment ou à un autre de leurs vies. Leurs judicatures semblaient ainsi s’inscrire dans un « plan de carrière » au sein de l’administration. À la fin de l’époque umayyade, Ibn Šubruma, Ibn Abī Laylā et al-Ḥaǧǧāǧ b. Arṭāt partirent ensemble en Syrie à la recherche d’un poste (ʿamal) au service du pouvoir en place 346. Rien n’indique qu’ils briguaient la judicature en particulier. Al-Ḥaǧǧāǧ b. Arṭāt (m. 150/767), qui aurait vécu pendant plusieurs années du travail de sa servante 347, exerça aussi un temps la fonction de āib al-šura à Kūfa pour les gouverneurs umayyades Manṣūr b. Ǧumhūr et ʿAbd Allāh b. ʿUmar b. ʿAbd al-ʿAzīz 348. Personnage de la transition entre Umayyades et Abbassides – tout comme Ibn Abī Laylā 349 –, il poursuivit après 132/750 sa carrière auprès de la nouvelle dynastie : selon al-Dīnawarī, al-Ḥaǧǧāǧ comptait parmi les conseillers d’al-Saffāḥ 350. Après avoir exercé la judicature de Kūfa sous ce même calife 351, il participa à la construction de Bagdad et aurait conçu le plan de la grande mosquée de la Ville ronde, à côté du palais 352.

  • 353  Voir Khoury, « Activités scientifiques », p. 59-64.
  • 354  Ibn Ṭayfūr, Kitāb Baġdād, p. 141.
  • 355  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 150.
  • 356  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VII, p. 358.
  • 357  Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧawāhir al-muiyya, II, p. 203.
  • 358  Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 166.
  • 359  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VIII, p. 148.

24De tels exemples sont cependant très rares au premier âge abbasside : jusqu’au calife al-Mutawakkil, les sources ne gardent pas le souvenir d’autres cadis qui auraient assumé de hautes fonctions pour le pouvoir. Cela signifie sans doute que la plupart des cadis de cette période furent recrutés parmi des savants qui exerçaient divers « métiers libres 353 » (artisans, commerçants, etc.) et qui ne faisaient pas profession de vendre leurs services à l’État. Les informations sur les métiers exercés par des cadis avant leur entrée dans la judicature datent surtout du premier siècle abbasside. Ibn Ṭayfūr suggère qu’à l’époque d’al-Ma’mūn, le futur ī l-ʿaskar ʿAbd al-Raḥmān b. Isḥāq commença comme précepteur pour les enfants d’une importante famille bagdadienne 354. Le plus souvent, les activités évoquées étaient de nature commerciale. Résumant le parcours atypique de Šarīk b. ʿAbd Allāh, Wakīʿ transmet quelques indications sur les petits métiers qu’il exerça à Kūfa (notamment vendeur de laban) pendant ses études 355. Sous al-Manṣūr, al-Ḥasan b. ʿUmāra semblait vendre du goudron par l’intermédiaire d’un wakīl 356. À Kūfa, Nūḥ b. Darrāǧ exerça le métier de tisserand (ā’ik) sous le règne d’al-Rašīd 357. Le célèbre Muḥammad b. ʿUmar al-Wāqidī était marchand de froment à Médine à la même époque 358, tandis que Ḥammād b. Dalīl, futur cadi d’al-Madā’in, vendait des vêtements à La Mecque 359. Malgré leur rareté, ces informations laissent penser que nombre de cadis étaient avant tout adeptes d’une autre profession et que pour eux la judicature n’entrait pas dans un plan de carrière au service du pouvoir.

3.2. Vers la professionnalisation

  • 360  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VII, p. 54 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 434.
  • 361  Al-Qāḍī ʿIyāḍ, Tartīb al-madārik, III, p. 183.
  • 362  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 237 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VIII, p. 36.
  • 363  Al-Qāḍī ʿIyāḍ, Tartīb al-madārik, III, p. 178.

25Les choses avaient toutefois changé à la fin du iiie/ixe siècle : bien qu’un cadi de Baṣra comme Abū Umayya al-Aḥwaṣ b. al-Mufaḍḍal fût encore marchand de vêtements (bazz) à Bagdad 360, les mentions de cadis artisans ou commerçants diminuent alors fortement. Parallèlement, les sources citent un nombre accru de cadis exerçant des fonctions officielles avant d’obtenir la judicature. Ainsi, Abū Muḥammad Yūsuf b. Yaʿqūb, qui fut cadi de Baṣra de 276/889-90 à 296/908-909, puis également du côté est de Bagdad à partir de 282/895-96, aurait commencé sa carrière en 271/884-85 comme responsable de la isba de Bagdad avant d’être nommé à la tête des dépenses (nafaqāt) d’al-Muwaffaq 361. Ibn al-Ušnānī, un cadi de Bagdad moins fortuné – car il ne porta ce titre que trois jours (en rabīʿ II 310/juill.-août 922) –, devint ensuite mutasib de la capitale 362. Mais les sources commencent surtout à mentionner, parmi les activités antérieures des cadis iraqiens, des emplois qui les préparaient à entrer dans la judicature. Hormis le cas d’Abū ʿUmar Muḥammad b. Yūsuf (cadi de Madīnat al-Manṣūr de 264/877-78 à 292/904-905, puis d’al-Šarqiyya, avant d’être grand cadi sous al-Muqtadir), qui aurait débuté comme āǧib du cadi de Bagdad Ismāʿīl b. Isḥāq 363, ces professions judiciaires sont de deux types principaux : la kitāba, ou greffe, et la šahāda, ou notariat/témoignage professionnel.

  • 364  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 198. Sur Ǧaʿfar b. Muḥammad b. ʿAmmār, voir Wakīʿ, Abār al-quāt, (...)
  • 365  Ibn al-Nadīm, al-Fihrist, p. 182.
  • 366  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 248 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VIII, p. 321.
  • 367  Ibn al-Ǧawzī (al-Muntaam, VII, p. 358) raconte comment ce personnage se distingua lors de l’enreg (...)
  • 368  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VIII, p. 20 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VIII, p. 212.
  • 369  Al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, II, p. 170.
  • 370  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, I, p. 329 ; al-Qāḍī ʿIyāḍ, Tartīb al-madārik, III, p. 286.

26Ibrāhīm b. Isḥāq Ibn Abī l-ʿAnbas, cadi de Madīnat al-Manṣūr de 253/867 à 254/868, débuta par exemple comme secrétaire/greffier du cadi Ǧaʿfar b. Muḥammad b. ʿAmmār (cadi de Wāsiṭ, puis de Kūfa de 235/849-50 aux environs de 249/863-64, avant d’être nommé grand cadi pour al-Mustaʿīn à Sāmarrā’) 364. C’est également comme greffier que commença Muḥammad b. Ḫalaf Wakīʿ – auteur des Abār al-quāt et cadi d’al-Ahwāz dans les premières années du ive siècle de l’hégire –, auprès d’Abū ʿUmar Muḥammad b. Yūsuf 365. Plus tard, Abū Bišr ʿUmar b. Akṯam (grand cadi de 352/963-64 à 356/967) fut d’abord greffier d’Abū l-Sā’ib, cadi du côté est de Bagdad, à partir de 336/947-48 366. D’autres, tels Muḥammad b. Muḥammad al-Ǧuḏūʿī (cadi de Wāsiṭ, m. ǧumādā II 291/avril-mai 904) 367, commencèrent comme témoins instrumentaires auprès de cadis ; al-Ḥusayn b. Ismāʿīl al-Maḥāmilī, cadi de Kūfa à la fin du iiie siècle de l’hégire, aurait exercé cette activité dès l’âge de vingt ans 368. Abū l-Qāsim Ǧaʿfar b. ʿAbd al-Wāḥid, futur cadi de Baṣra, commença comme šāhid auprès d’Abū ʿUmar 369. Nous savons également qu’Abū Ṭāhir al-Ḏuhlī, cadi de Wāsiṭ puis de Bagdad (en 329/940-41 puis en 334/945-46), avant d’être nommé en Égypte, débuta sa carrière dans la capitale comme témoin instrumentaire au service d’Abū l-Ḥusayn ʿUmar b. Muḥammad, grand cadi de 318/930-31 à 328/939-40 370.

  • 371  Comme le souligne p. C. Hennigan, la carrière d’al-Ḫaṣṣāf au service des Abbassides témoigne plus (...)
  • 372  Ibn al-Qāṣṣ, Adab al-qāī, p. 123.

27Bien que ces exemples ne représentent qu’une faible proportion des cadis iraqiens de la fin du iiie et du début du ive siècle de l’hégire, ils témoignent d’une forte évolution des carrières judiciaires : on entrait de moins en moins dans la judicature par hasard, grâce à sa réputation auprès des notables ou du calife, mais de plus en plus par choix professionnel 371. La littérature juridique témoigne elle-même de cette évolution, comme lorsqu’Ibn al-Qāṣṣ, dans la première moitié du ive/xe siècle, envisage le cas où un simple témoin instrumentaire deviendrait cadi 372. Nous nous interrogions précédemment sur la disparition progressive, après al-Mutawakkil, du rôle des notables locaux dans la sélection des cadis : peut-être y a-t-il là un élément de réponse. À partir du milieu du iiie/ixe siècle, la judicature devint un métier que l’on apprenait au préalable en exerçant des fonctions d’auxiliaire judiciaire. Le pouvoir recrutait de plus en plus des cadis qui, outre leur formation juridique, avaient déjà une expérience concrète de la profession. Son choix se restreignit dès lors à ceux dont l’efficacité s’était révélée dans les charges qu’ils avaient jusque-là occupées, et l’intervention des notables s’en vit probablement réduite. Les hommes de la fin du iiie/ixe siècle prirent conscience des bouleversements qui affectaient la judicature. Cela s’exprima à travers un nouveau discours sur la décadence des mœurs judiciaires, comme en témoigne un récit rapporté pour la première fois par le cadi al-Tanūḫī (m. 384/994) :

Le cadi Abū l-Ḥusayn b. ʿAyyāš me rapporta d’après quelqu’un d’autre :

  • 373  Abū Ḫāzim ʿAbd al-Ḥamīd b. ʿAbd al-ʿAzīz (m. 292/904-905), cadi de Kūfa à partir de 275/888-89 env (...)

[Je] cheminais en compagnie du cadi Abū Ḫāzim 373 lorsqu’un homme l’aborda et lui dit :

– Qu’Allāh te récompense, ô cadi, pour avoir nommé Untel cadi de notre ville, car c’est un homme intègre (ʿafīf).

Abū Ḫāzim se mit alors à crier contre lui :

– Tais-toi, et qu’Allāh te pardonne ! Tu dis d’un cadi qu’il est intègre : c’est ce que l’on dit des chefs de la šura, mais la judicature est au-dessus de cela !

[Le narrateur] dit :

Nous poursuivîmes ensuite notre route et [Abū Ḫāzim] demeura un moment silencieux.

– Qu’as-tu, ô cadi ? lui demandai-je.

– Je ne pensais pas que je vivrais assez longtemps pour entendre cela, répondit-il. Mais notre époque est gangrenée, et cette profession (ināʿa) est devenue vaine. Par ma vie, d’aucuns y sont entrés qui obligent à faire l’éloge d’autres cadis ! Auparavant, les gens ne ressentaient pas le besoin de dire « tel cadi est intègre »…  Jusqu’à ce que soit nommé Untel.

Il mentionna un homme dont je préfère taire le nom.

  • 374  « Lui demandai-je » renvoie au rapporteur de cette anecdote, Abū l-Ḥusayn b. ʿAyyāš.
  • 375  Al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, I, p. 239. Le abar est repris par Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, (...)

– De qui s’agit-il ? lui demandai-je 374, mais il refusa de répondre. J’insistai, et il me fit comprendre qu’il s’agissait d’Abū ʿUmar 375.

  • 376  Voir al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 671 ; al-Ṣābi’, al-Wuzarā’, p. 32-33 ; ʿArīb b. Saʿd al-Qurṭubī, il (...)
  • 377  Al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 640 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 342-43. Sur Abū Ḫāzim, voir Bowe (...)

28L’intérêt de cette anecdote réside moins dans l’authenticité réelle ou supposée des propos échangés que dans la signification que lui accordent l’auteur qui la couche par écrit, son transmetteur Ibn ʿAyyāš, et sans doute le rapporteur anonyme. La personnalité très controversée d’Abū ʿUmar Muḥammad b. Yūsuf fut érigée en symbole de la rupture qui fut alors ressentie. Ce personnage, qui avait commencé sa carrière comme āǧib du cadi de Bagdad Ismāʿīl b. Isḥāq, laissa à la postérité l’image d’un homme sans remords et prêt à tout pour réussir. Il collabora notamment, en 296/908-909, au coup d’État manqué contre le calife al-Muqtadir, et échappa de justesse à la mort promise aux conjurés 376. Il révéla son ambition en 289/902, lorsqu’il accepta de participer au complot du vizir al-Qāsim b. ʿUbayd Allāh visant l’élimination de Badr, chef des armées califiennes. Le vizir dressa le calife al-Muktafī contre Badr, qui prit la fuite à Wāsiṭ. Afin de s’emparer de lui, al-Qāsim b. ʿUbayd Allāh en appela au cadi Abū Ḫāzim et lui demanda d’aller porter à Badr l’amān du calife. Comprenant qu’il ne s’agissait que d’une ruse destinée à attirer Badr, Abū Ḫāzim refusa. Le vizir s’adressa alors à Abū ʿUmar, qui accepta la mission et à cause de qui Badr fut finalement capturé et décapité 377.

  • 378  Voir ses qualifications et la liste de ses œuvres dans Ibn al-Nadīm, al-Fihrist, p. 350; Ibn Abī l (...)

29Ce récit complète celui d’al-Tanūḫī, en montrant à quel point les deux cadis, Abū Ḫāzim et Abū ʿUmar, furent perçus par la postérité comme antithétiques. Au-delà de leur différence de caractère, les deux hommes représentaient deux types de carrières possibles : Abū Ḫāzim, qui était un peu le tenant de la « vieille école », était un savant ḥanafite éminent qui devait sans doute ses fonctions à sa réputation 378. Le jeune Abū ʿUmar, en revanche, n’était pas connu pour sa science : il s’agissait, pourrions-nous dire, d’un cadi professionnel, d’un praticien de la justice, qui pensait plus à sa carrière qu’au respect du bon droit. Aux yeux des hommes de leur temps, ces deux personnages symbolisaient l’évolution en cours : observé à travers le filtre de la moralité, ce que nous interprétons comme une professionnalisation leur apparaissait comme une corruption des mœurs.

  • 379  Ibn Ṭūlūn, Quāt Dimašq, p. 20.
  • 380  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 198, 293.
  • 381  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, I, p. 329; al-Qāḍī ʿIyāḍ, Tartīb al-madārik, III, p. 287; Ibn Ḥaǧar, Rafʿ (...)
  • 382  Il fut notamment maltraité par Baǧkam al-Turkī, lors de sa judicature de Wāsiṭ (al-Qāḍī ʿIyāḍ, Tar (...)

30Pourtant, Abū Ḫāzim lui-même n’échappa pas au mouvement de professionnalisation : sa carrière, qui dura presque trente ans, commença à Damas (dont il fut cadi à partir de 264/877-78) 379, pour se poursuivre en Iraq à Kūfa puis à Bagdad 380. Un cadi de la fin de la période fut particulièrement représentatif de cette évolution : Abū Ṭāhir al-Ḏuhlī, né vers 280/893-94, commença comme šāhid et se vit confier vers 320/932 sa première judicature à Wāsiṭ où il demeura jusqu’en 328/939-40. L’année suivante, il fut nommé cadi de Madīnat al-Manṣūr pendant quelques mois, puis des deux rives de Bagdad en 334/945-46. Il gagna ensuite Damas, dont il fut cadi jusqu’en 340/951-52, puis l’Égypte, dont il assuma la judicature de 348/959-60 à sa mort en 369/979-80 381. Voici donc un cadi qui, en une cinquantaine d’années de carrière (sans compter ses premières activités de témoin instrumentaire), exerça la judicature pendant près de trente-cinq ans. Une telle longévité, au gré des revers de fortune 382, ne pouvait être totalement étrangère à sa volonté. Abū Ṭāhir était un cadi professionnel qui avait décidé que tel serait son métier, et qui parcourut le dār al-islām en quête d’une judicature à assumer.

Notes

301  V. Lagardère propose une hiérarchisation des circonscriptions d’al-Andalus à l’époque almoravide (« La haute judicature », p. 137) : il distingue en particulier une judicature de premier ordre (cadis de province, cadis des grandes villes, cadis de circonscriptions territoriales, cadis du camp) et une judicature de deuxième ordre, qui regroupe les cadis exerçant de petites charges au niveau des quartiers et des localités (cadis des mariages, cadis des eaux, etc.).

302  Voir également le tableau détaillé des différents types de carrières en annexe G.

303  Ibn Ṭayfūr, Kitāb Baġdād, p. 139.

304  Ibn Saʿd, al-abaqāt al-kubrā, VI, p. 389 ; Ibn Qutayba, al-Maʿārif, p. 510.

305  Il s’agit de Zubayda bint Ǧaʿfar (m. 216/831), petite-fille d’al-Manṣūr, épouse d’al-Rašīd et mère du futur calife al-Amīn. Adulée par al-Rašīd, elle disposait d’un pouvoir très important à la cour. Voir al-Ḏahabī, Siyar aʿlām al-nubalā’, X, p. 241 ; al-Ziriklī, al-Aʿlām, III, p. 42.

306  Jeu sur la signification du verbe « aāla », qui signifie aussi « ruser ». La phrase possède donc un double sens, et signifie également : « J’userai de ruse avec toi pour récupérer le reste de l’argent ! »

307  Il s’agit probablement d’al-Sindī b. Šāhik (m. 204/819-20), mawlā d’al-Manṣūr qui occupa sous al-Rašīd la fonction de chef de la šura à Bagdad. Voir sa biographie dans al-Ṣafadī, al-Wāfī bi-l-wafayāt, XV, p. 487 ; voir également ʿAbd al-ʿAzīz al-Dūrī, al-ʿAr al-ʿabbāsī l-awwal, p. 129.

308  Un cadi conserve ses pouvoirs judiciaires jusqu’au moment où il est officiellement informé de sa révocation. Ne pas lire la lettre lui permet donc d’enregistrer son jugement sans qu’il soit ensuite possible de l’invalider en prétextant de sa révocation antérieure.

309  Expression que l’on trouve utilisée par des femmes, dans divers contextes, pour faire pression sur leurs époux. Cf. al-Maydānī, Maǧmaʿ al-amāl, I, p. 133 ; Ibn Qudāma, al-Muġnī, VII, p. 250.

310  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VIII, p. 187-89 ; le même récit est rapporté par Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 46-48 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, II, p. 199-200.

311  Cf. Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, II, p. 198.

312  Une anecdote symbolique, rapportée par al-Ḫaṭīb et Ibn Ḫallikān, vient parfaire cette image de cadi exemplaire : un saint homme aurait vu en songe une barque, chargée de vingt cadis, faire naufrage entre les deux ponts de Bagdad. Seuls trois d’entre eux en auraient réchappé, dont Ḥafṣ b. Ġiyāṯ. Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VIII, p. 189 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, II, p. 200.

313  Le récit rapporté par al-Ḫaṭīb tend à présenter al-Rašīd comme un « bon calife » qui ne peut donc s’opposer à un respect strict de la justice et des procédures, et « charge » en conséquence le personnage de Zubayda Umm Ǧaʿfar.

314  ʿAbd al-Ṣamad b. ʿAlī al-ʿAbbāsī (m. 185/801), oncle des cadis al-Saffāḥ et al-Manṣūr, porta notamment le titre de gouverneur de Damas sous al-Mahdī et al-Rašīd. Voir sa biographie dans Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, III, p. 195 ; al-Ṣafadī, al-Wāfī bi-l-wafayāt, XVIII, p. 449.

315  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 198 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 162.

316  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 197 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 161 ; al-Mizzī, Tahīb al-kamāl, XXI, p. 294-95.

317  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 142 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 197.

318  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VI, p. 25 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 61 ; Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧawāhir al-muiyya, I, p. 35 ; al-Ḏahabī, Siyar aʿlām al-nubalā’, XIII, p. 199.

319  Al-Balāḏurī, Ansāb al-ašrāf, IX, p. 459.

320  Les sources relatent un épisode, difficile à dater précisément, au cours duquel al-Rašīd aurait confisqué la qalansuwa d’Abū l-Baḫtarī pour en couper quatre doigts : cela pourrait indiquer une certaine exaspération du calife face à l’attitude arrogante du cadi. Wakīʿ, Abār al-quāt, I, p. 247.

321  Sur sa carrière, voir Ibn Saʿd, al-abaqāt al-kubrā, VII, p. 332 ; Ibn Qutayba, al-Maʿārif, p. 516 ; al-Balāḏurī, Ansāb al-ašrāf, IX, p. 459 ; Wakīʿ, Abār al-quāt, I, p. 244 sq et III, p. 269 ; Ibn al-Nadīm, al-Fihrist, p. 161 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XIII, p. 456.

322  Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ (Ta’rī, p. 310) indique qu’il aurait été cadi sous al-Amīn, en 195/810-11, mais sans préciser sur quelle circonscription.

323  Sur ce cadi et théoricien du fiqh ḥanafite, voir Bedir, « An Early Response to Shāfiʿī », p. 288-93.

324  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 159 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 309. Cf. al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 170.

325  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 158 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 309.

326  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 149 sq ; Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧawāhir al-muiyya, I, p. 256 ; Ibn Ḥaǧar, Tahīb al-tahīb, IV, p. 295. Al-Ṭabarī pense qu’il aurait été cadi de Bagdad de manière secondaire en 158/775 (voir supra) : en l’absence de confirmation par d’autres sources, et compte tenu des incertitudes exprimées par al-Ṭabarī lui-même, ceci ne reste pour l’instant qu’une hypothèse. Par ailleurs, comme Šarīk demeura surtout cadi de Kūfa et que Bagdad fut tout au plus pour lui une juridiction secondaire, nous tendons à considérer sa carrière comme avant tout « provinciale ».

327  Voir al-Subkī, abaqāt al-šāfiʿiyya al-kubrā, III, p. 446-55 ; Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 268.

328  Les sources les désignent alors souvent comme appartenant aux ahl (habitants) de telle ou telle ville.

329  Parmi les cadis de Baṣra : al-Aḥwaṣ b. al-Mufaḍḍal (m. 299/911-12), originaire de Bagdad (Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 182). Parmi les cadis de Kūfa : Ġassān b. Muḥammad al-Marwazī (m. après 235/849-50), originaire du Ḫurāsān ; Muḥammad b. Abī Ḫāzim (vicaire vers 292/904-905), originaire de Baṣra (Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 199).

330  Il s’agit de Muḥammad b. ʿAbd Allāh al-Anṣārī (Baṣra), Ǧaʿfar b. Muḥammad al-Burǧumī (Kūfa), Ibrāhīm b. Isḥāq Ibn Abī l-ʿAnbas (Kūfa), Muḥammad b. ʿAbd al-Raḥmān al-Maḫzūmī (La Mecque), Aḥmad b. Isḥāq al-Tanūḫī (al-Anbār), Ḥayyān b. Bišr (Ispahan), Muḥammad b. ʿAbd Allāh b. al-Mu’aḏḏin (originaire du Sawād, cadi d’al-Madā’in), Muḥammad b. Ṣāliḥ Ibn Umm Šaybān (Kūfa).

331  Voir supra, chapitre II, § I.3.

332  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 152-53, 165.

333  Cadi de Bagdad pendant quelques jours, sous al-Manṣūr. Voir Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 245.

334  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 153.

335  Al-Ahwāz était connue pour être particulièrement inhospitalière à cause des fortes chaleurs qui y régnaient, des fièvres qu’on y attrapait et des insectes qui y pullulaient. Voir Ibn Qutayba, ʿUyūn al-abār, I, p. 251 ; Yāqūt, Muʿǧam al-buldān, I, p. 286.

336  Ibn ʿAbd Rabbih, al-ʿIqd al-farīd, V, p. 352.

337  Voir les anecdotes mettant en scène Šarīk à la cour d’al-Mahdī, comme celles que rapporte Abū l-ʿArab al-Tamīmī, Kitāb al-mian, p. 242 ; al-Masʿūdī, Murūǧ al-ahab, III, p. 310, 339 ; etc.

338  Hilāl al-Ṣābi’, al-Wuzarā’, p. 176.

339  On peut ainsi penser aux fils de plusieurs grands cadis, qui vivaient probablement à Bagdad depuis la première nomination de leurs pères : Yūsuf b. Yaʿqūb (m. 192/807-808), fils d’Abū Yūsuf ; Abū l-Walīd (m. 239/853-54), fils d’Aḥmad b. Abī Du’ād ; Abū l-Ḥusayn (m. 328/939-40), fils d’Abū ʿUmar Muḥammad b. Yūsuf ; son propre fils, Abū Naṣr Yūsuf b. ʿUmar (m. 356/967).

340  Voir supra chapitre II, § I.2.1.

341  Voir Melchert, « Religious Policies », p. 334.

342  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VI, p. 285.

343  Voir par exemple al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XIV, p. 247-48 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, V, p. 451-52 ; Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, VI, p. 380 ; Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 469.

344  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 64 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 364.

345  Ibn Ḥaǧar rapporte à peu près la même chose au sujet du cadi d’Égypte Muḥammad b. Badr al-Ṣayrafī. Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 347 (trad. Tillier, Vies des cadis de Mir, p. 136).

346  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 110.

347  Ibn Ḫallikān, Wafayāt al-aʿyān, II, p. 55.

348  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 53. Manṣūr b. Ǧumhūr al-Kalbī et ʿAbd Allāh b. ʿUmar furent successivement gouverneurs d’Iraq pour le calife umayyade Yazīd III (126/144). Ḫalīfa b. Ḫayyāṭ, Ta’rī, p. 234. Voir aussi Kennedy, The Prophet, p. 113.

349  Voir supra chapitre I, § II.1.

350  Il aurait conseillé à al-Saffāḥ de se débarrasser d’Abū Muslim : citant le Coran, XXI, 22, il montra au calife qu’un pouvoir bicéphale n’était pas viable. Al-Dīnawarī, al-Abār al-iwāl, p. 344.

351  Wakīʿ, Abār al-quāt, II, p. 53.

352  Al-Ṭabarī, Ta’rī, IV, p. 479 ; Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, V, p. 574. Voir al-Dūrī, Baġdād, I, p. 228-29.

353  Voir Khoury, « Activités scientifiques », p. 59-64.

354  Ibn Ṭayfūr, Kitāb Baġdād, p. 141.

355  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 150.

356  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VII, p. 358.

357  Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧawāhir al-muiyya, II, p. 203.

358  Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VI, p. 166.

359  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VIII, p. 148.

360  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VII, p. 54 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 434.

361  Al-Qāḍī ʿIyāḍ, Tartīb al-madārik, III, p. 183.

362  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 237 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VIII, p. 36.

363  Al-Qāḍī ʿIyāḍ, Tartīb al-madārik, III, p. 178.

364  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 198. Sur Ǧaʿfar b. Muḥammad b. ʿAmmār, voir Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 194, 313 ; III, p. 303 ; al-Muqaddasī, Asan al-taqāsīm, p. 132 ; al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VII, p. 173 ; Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧawāhir al-muiyya, I, p. 180.

365  Ibn al-Nadīm, al-Fihrist, p. 182.

366  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, XI, p. 248 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VIII, p. 321.

367  Ibn al-Ǧawzī (al-Muntaam, VII, p. 358) raconte comment ce personnage se distingua lors de l’enregistrement d’une reconnaissance de dette par le calife al-Muʿtamid, ce qui lui vallut d’être promu cadi.

368  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, VIII, p. 20 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VIII, p. 212.

369  Al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, II, p. 170.

370  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, I, p. 329 ; al-Qāḍī ʿIyāḍ, Tartīb al-madārik, III, p. 286.

371  Comme le souligne p. C. Hennigan, la carrière d’al-Ḫaṣṣāf au service des Abbassides témoigne plus largement de la professionnalisation des juristes. Hennigan, The Birth of a Legal Institution, p. 11.

372  Ibn al-Qāṣṣ, Adab al-qāī, p. 123.

373  Abū Ḫāzim ʿAbd al-Ḥamīd b. ʿAbd al-ʿAzīz (m. 292/904-905), cadi de Kūfa à partir de 275/888-89 environ, puis d’al-Šarqiyya de 283/896-97 à 292/904-905.

374  « Lui demandai-je » renvoie au rapporteur de cette anecdote, Abū l-Ḥusayn b. ʿAyyāš.

375  Al-Tanūḫī, Nišwār al-muāara, I, p. 239. Le abar est repris par Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 367.

376  Voir al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 671 ; al-Ṣābi’, al-Wuzarā’, p. 32-33 ; ʿArīb b. Saʿd al-Qurṭubī, ilat Ta’rī al-abarī, p. 33-34 ; al-Hamaḏānī, Takmilat Ta’rī al-abarī, p. 194.

377  Al-Ṭabarī, Ta’rī, V, p. 640 ; Ibn al-Ǧawzī, al-Muntaam, VII, p. 342-43. Sur Abū Ḫāzim, voir Bowen, The Life and Times of ’Alí ibn ’Ísà, p. 118.

378  Voir ses qualifications et la liste de ses œuvres dans Ibn al-Nadīm, al-Fihrist, p. 350; Ibn Abī l-Wafā’, al-Ǧawāhir al-muiyya, I, p. 296; Ibn Quṭlūbuġā, ǧ al-tarāǧim, p. 33.

379  Ibn Ṭūlūn, Quāt Dimašq, p. 20.

380  Wakīʿ, Abār al-quāt, III, p. 198, 293.

381  Al-Ḫaṭīb, Ta’rī Baġdād, I, p. 329; al-Qāḍī ʿIyāḍ, Tartīb al-madārik, III, p. 287; Ibn Ḥaǧar, Rafʿ al-ir, p. 325 sq (trad. Tillier, Vies des cadis de Mir, p. 173 sq).

382  Il fut notamment maltraité par Baǧkam al-Turkī, lors de sa judicature de Wāsiṭ (al-Qāḍī ʿIyāḍ, Tartīb al-madārik, III, p. 287), et dut fuir de Damas en 340/951-52 après avoir été révoqué suite aux plaintes de la population à son encontre (Tillier, Vies des cadis de Mir, p. 177).

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search