Version classiqueVersion mobile

Les ondes de choc des révolutions arabes

 | 
M’hamed Oualdi
, 
Delphine Pagès-El Karoui
, 
Chantal Verdeil

Deuxième partie. Vers la fin des monopoles médiatiques ? Libération de la parole et maintien de la censure

Chapitre 9. Les « mots » des révolutions : étude contrastive d’un corpus de journaux arabes

Nadia Makouar

Résumé

Résumé : Dans cet article, nous étudions l’effervescence du discours journalistique pendant les révolutions en Égypte et au Bahreïn. À partir de l’analyse contrastive d’un corpus de 4 journaux en ligne et avec les outils de la sémantique textuelle et ceux de la textométrie, nous proposons de décrire la façon dont le sens des termes s’actualise en contexte. Nous nous intéresserons à la désignation des acteurs, des événements et des lieux pendant les contestations et à la différence d’emploi des termes d’un journal à l’autre.

Texte intégral

  • 1 Gouverné par la famille Āl Khalīfa, Bahreïn est un pays voisin et allié de l’Arabie Saoudite. Il es (...)
  • 2 À la demande de Bahreïn, les contestations ont vite été étouffées par le CCG, organisation régional (...)
  • 3 Pour des raisons de commodité, nous avons simplifié la transcription des noms de journaux (al-Jazee (...)

1Depuis décembre 2010, de nombreuses contestations bouleversent le monde arabe tant sur le plan politique et économique que médiatique. Le 14 janvier 2011, quelques jours après les manifestations en Tunisie, le régime de Ben Ali chute. La contestation égyptienne, elle, débute le 25 janvier 2011, « Jour de la colère ». Après plusieurs jours d’affrontements entre la population et les forces de l’ordre, le président Moubarak se retire de la scène le 11 février 2011. Quant aux Bahreïnis 1, ils n’ont pu aller au bout de leurs revendications qui avaient débuté le 14 février et ce, en raison de la rigidité du régime et du renfort armé du Conseil de Coopération du Golfe (noté désormais CCG 2). La presse arabe n’a eu de cesse de se faire l’écho de ces contestations. Pour étudier cette effervescence journalistique, nous avons travaillé sur la presse numérique et plus précisément sur deux journaux panarabes (al-Jazeera et al-Sharq al-Awsat) et deux journaux nationaux indépendants (al-Wasat pour Bahreïn et al-Masry al-Youm pour l’Égypte). Notre analyse s’est focalisée sur l’utilisation du lexique, unités lexicales simples ou complexes apparues dans le discours de ces médias. Qu’il s’agisse des acteurs, des lieux ou des événements eux-mêmes, en Égypte et au Bahreïn, nous faisons l’hypothèse que l’emploi des termes diffère d’un journal à l’autre pour des raisons politiques et idéologiques. En effet, le petit émirat du Qatar qui détient financièrement et idéologiquement al-Jazeera œuvre depuis près de deux décennies pour peser sur la scène internationale et notamment face à l’Arabie Saoudite, dont l’un des princes finance un autre journal panarabe, al-Sharq al-Awsat 3. La façon dont ces journaux en ligne ont couvert les événements en Égypte et au Bahreïn montre que les médias arabes ne forment pas un bloc monolithique et homogène. Ainsi, à travers le langage qu’ils emploient, se révèlent des façons différenciées de traiter l’information qui obéissent à des impératifs politiques et idéologiques. Par exemple, al-Jazeera n’a pas relayé de la même façon les révolutions égyptienne et bahreïnie. Dans le cas égyptien, son rôle de « médium » a vite évolué au profit d’une posture plus engagée voire contestable aux yeux de l’opinion. Avant de voir de quelle manière ces différences se mettent en mot, nous définirons le cadre théorique dans lequel s’inscrit notre étude et présenterons la méthodologie de constitution et d’exploitation de corpus pour l’analyse sémantique des discours.

Cadre théorique : La sémantique de corpus

Corpus : définition et constitution

2En linguistique, le corpus fait l’objet de plusieurs acceptions et sa définition est liée à la perception que l’on a des éléments qui le constituent, à savoir les mots. Nous reprenons ici celle donnée par la sémantique textuelle :

Convenons toutefois que si le mot, ou mieux le morphème, est l’unité élémentaire, le texte est pour une linguistique évoluée l’unité minimale, et le corpus l’ensemble dans lequel cette unité prend son sens. (Rastier 2004)

  • 4 Le choix de ne pas sélectionner le mot-clé « révolution » est délibéré car ce terme nous semble con (...)

3Cette conception du corpus comme un ensemble où toutes les composantes sont inévitablement liées, oriente l’analyse que nous proposons de faire dans cet article. De façon plus précise, le linguiste François Rastier, auteur de la théorie sémantique des textes, définit le corpus comme étant « un regroupement structuré de textes intégraux, documentés, éventuellement enrichis par des étiquetages, et rassemblés : (i) de manière théorique réflexive en tenant compte des discours et des genres, et (ii) de manière pratique en vue d’une gamme d’applications. » (Rastier 2004). C’est sur cette base que nous avons constitué notre corpus pour cette étude, en sélectionnant les articles avec trois mots-clés directement sur les moteurs de recherche des journaux : protestation, manifestation 4 ainsi que le nom du pays concerné pour chaque corpus : Égypte et Bahreïn.

  • 5 Bien que les forces du Conseil de Coopération du Golfe soient intervenues mi-mars pour briser la co (...)

4Deux grands corpus ont donc été constitués. L’un pour l’étude de la révolution au Bahreïn « Révolution Bahreïn » et l’autre pour l’étude de la révolution en Égypte, « Révolution Égypte ». Ces deux corpus sont indépendants et ne se croisent pas lors de l’analyse statistique. Les articles ont été sélectionnés suivant le déroulement des événements : du 25 janvier au 14 février pour les articles sur l’Égypte et du 14 février au 25 avril pour le Bahreïn 5.

Tableau 1 – Le corpus

Journaux
Corpus Al-Jazeera Al-Sharq al-Awsat Journaux nationaux
Révolution Bahreïn 54 articles 59 articles al-Wasat 34 articles
Révolution Égypte 37 articles 44 articles al-Masry al-Youm 71 articles

Méthodologie d’analyse, concepts et outils

5Au niveau méthodologique, nous recherchons les formes caractéristiques de chaque corpus et nous nous aidons des outils théoriques de la sémantique textuelle pour l’interprétation des textes.

  • 6 Logiciel de statistiques textuelles conçu par l’équipe SYLED, de l’Université Paris 3.
  • 7 Les spécificités sont obtenues à l’aide d’un test probabiliste qui permet d’observer quels éléments (...)
  • 8 Plus petite unité de sens définie par le contexte (noté aussi /trait/).

6Pour cette étude, nous avons donc comparé chacun des corpus sélectionnés (al-Jazeera, al-Sharq al-Awsat et al-Wasat ou al-Masry al-Youm, selon le pays) sur l’ensemble du corpus constitué (« Révolution Égypte » ou « Révolution Bahreïn » selon le pays étudié) à l’aide du test de l’écart-réduit de Lexico3 6 (fonction « spécificités 7 »). Il s’agit de repérer dans chaque corpus tel ensemble de formes lexicales (ou « segments répétés ») qui le caractérise. Après les avoir repérées, l’observation est effectuée en concordances (en contexte) afin de visualiser les co-occurrences utiles à l’interprétation du sens des formes retenues. Les outils théoriques de la sémantique textuelle que nous utilisons dans cette étude (et surtout dans les parties relatives à l’acteur al-Jazeera et aux lieux) sont les sèmes (ou trait sémantique 8 permettant de décrire le contenu et d’opposer deux unités). Parmi eux, on distingue le sème inhérent du sème afférent, le premier correspondant au sens dénoté du terme, celui que l’on trouve dans le dictionnaire, le second correspondant au sens connoté ; autrement dit, le sens dû au contexte (Rastier 2011).

Description des journaux

Journaux panarabes

  • 9 « والرأي الآخر الرأي » : elle est l’émission phare de la chaîne, permettant des débats entre person (...)

7Al-Jazeera est une chaîne de télévision qatarie, créée en 1996. Basée à Doha, elle est l’une des plus regardées par les arabophones. Elle est financée par l’émir du Qatar, Hamad Ben Khalīfa Āl Thanī.
Al-Jazeera s’est imposée en peu de temps comme le média d’information le plus fiable dans l’espace arabophone. L’émission « L’opinion et son contraire 9 » représente l’éthique journalistique pluraliste d’al-Jazeera. En plus de proposer des débats et des critiques, le site al-Jazeera.net, créé en 2001, a offert très vite un espace interactif où les internautes peuvent réagir aux articles publiés. Par rapport aux autres médias, al-Jazeera a donc permis une certaine liberté d’expression à la population du monde arabe (Mamoun 2006). Cependant, suite aux récents événements qu’il a couverts dans la région, ce média a perdu une partie de sa crédibilité, comme nous le verrons plus loin.

  • 10 Initialement il était question de sélectionner des articles du site de la chaîne saoudienne al-‘Ara (...)
  • 11 Sur le site anglais du journal, on peut lire : « The leading Arabic international daily ».
  • 12 http://www.aawsat.net/2013/02/article55290856, dernière visite le 11/05/2013.
  • 13 « The editorial line is conservative on political affairs and very cautious in reporting on interna (...)

8Al-Sharq al-Awsat 10 : créé en 1977 et basé à Londres, c’est le plus ancien et le plus célèbre des quotidiens dans le monde arabe. Il se présente comme le « quotidien des Arabes 11 ». Le site web a été créé en 1995 et la plupart des articles du site sont ceux publiés dans la version papier. Propriété du Prince Turki Ben Salman 12, ce journal travaille au service « de la défense du Royaume saoudien et [sert] de relais à l’illustration de sa diplomatie dans la sphère musulmane […] » (Naba 1998). Il est donc exclu de critiquer ses orientations politiques 13.

Journaux nationaux indépendants

9al-Wasat : journal bahreïni fondé en 2002, il existe en version papier et en version Web 14. Financé par des investisseurs privés, il est réputé comme étant le plus indépendant du pays et manifeste un certain intérêt pour la communauté chiite 15.

10al-Masry al-Youm : paru pour la première fois en juillet 2004, ce journal est géré par un groupe d’hommes d’affaires égyptiens. Quotidien indépendant proche de l’opposition, il existe aussi en version papier et en version Web (Guaaybes 2011).

Analyse sémantique des corpus

11Dans un premier temps, nous avons contrasté chaque sous-corpus (al-Jazeera, al-Sharq al-Awsat etc.) sur l’ensemble du corpus nommé « Révolution Égypte » ou « Révolution Bahreïn » à l’aide de la fonction « spécificités », et pour chaque sous-corpus, nous avons étudié comment étaient représentées les trois grandes thématiques : les événements, les acteurs et les lieux.

Les événements en Égypte et au Bahreïn

12Dans nos premiers résultats statistiques, nous avons remarqué un nombre important de segments relatifs aux événements contestataires en Égypte, segments que nous avons repris et classés dans un tableau, par journaux et par score en respectant l’ordre de sortie fourni par le logiciel. Pour chaque forme présente à gauche du tableau, sont donc indiqués les scores dans chacun des journaux indiqués. Les cases du tableau sont vides lorsque le score n’est pas représentatif pour le logiciel. Le score est positif quand la forme est singulière dans le journal et négatif lorsque la forme est soit absente soit peu présente dans le journal par rapport aux autres.

Les événements en Égypte

Tableau 2 – Les événements en Égypte : spécificités

Journaux
Formes Al-Jazeera Al-Sharq al-Awsat Al-Masry al-Youm
احتجاج/ الاحتجاجات 9/7 -9 /-6 /-3
(Les) protestation(s)
الثورة/ ثورة(la) 8/7 -8/ 3/4
Révolution
المسيرة 5 -5 -3
La marche
الانتفاضة المصرية 5 -5
L’intifada égyptienne
المواجهات 3
Les affrontements
الثورة المصرية 3 -3
La révolution égyptienne
الثورة الشعبية 3 -4
La révolution populaire
مظاهرات -3 3
Manifestations
ثورة 25 يناير -4 6
La révolution du 25 janvier

13Dans les statistiques du tableau 2, nous observons une forte opposition entre le journal saoudien et le journal qatari. Ce dernier utilise la plus grande variété de formes pour exprimer les événements. En effet, nous constatons la présence significative des formes comme « protestation » au singulier et au pluriel, « l’intifada égyptienne » (qui n’existe que dans al-Jazeera), « les affrontements » etc., et dont les spécificités sont négatives dans al-Sharq al-Awsat. Le trait sémantique /lutte/ semble être validé dans les articles du site qatari. Le tableau montre un score de 3 pour « (les) manifestations » et de 4 pour « les événements » dans al-Sharq al-Awsat : le trait sémantique validé ici est /pacifique/. Dans le journal national, la désignation « la révolution du 25 janvier » est majoritaire (il en parle le 6 février 2011 pour la première fois 16) et présente un score négativement opposé dans le journal saoudien 17.

14Al-Sharq al-Awsat, qui préfère le terme de « manifestations » tend à minimiser les événements. Al-Jazeera insiste sur leurs multiples dimensions et met l’accent sur leur caractère populaire et national (« intifada », « marche », « révolution populaire »). Le média qui fait partie de la stratégie globale du Qatar pour exister sur le plan régional et international, a considérablement soutenu les contestations en Égypte, lieu central dans la géopolitique du Moyen-Orient.

Les événements au Bahreïn

Tableau 3 – Les événements au Bahreïn : spécificités

Journaux
Formes Al-Jazeera Al-Sharq al-Awsat Al-Wasat
مظاهرات 16 -6 -6
Manifestations
الاحتجاجات 4 -6 3
Les protestations
الاضطرابات 5 -4
Les troubles
الثورات 4
Révolutions
اشتباكات 3 -3
Affrontements
الانتفاضة-انتفاضة/الانتفاضات 4/5
L’intifada-Intifada/les intifada
  • 18 Le contenu des journaux nationaux diffère beaucoup des journaux panarabes. Il semble que ces journa (...)

15Nous remarquons un nombre faible de termes relatifs aux événements au Bahreïn. Encore une fois al-Jazeera est celui qui exprime le plus les événements mais de façon beaucoup moins importante par rapport à l’Égypte. En effet, nous observons la présence d’unités lexicales moins nombreuses et moins variées. Concernant les termes « intifada », « les intifada », « révolutions », bien qu’ils apparaissent plusieurs fois dans le corpus, nous constatons par un retour au contexte qu’ils se réfèrent aux soulèvements récents ou plus anciens dans les autres pays arabes. Dans le journal saoudien, les spécificités de ces termes sont toutes négatives, cela signifie qu’ils sont sous-représentés donc non caractéristiques de ce journal. Quant au journal national, peu de termes relatifs aux événements sont présents. Évidemment, cela ne signifie pas pour autant qu’il n’y a pas eu de communication autour des protestations. Dans al-Jazeera et contrairement aux événements en Égypte, ce qui s’est passé au Bahreïn n’est pas considéré comme une révolution à proprement parler et de façon générale, aucun nom à caractère « durable » n’est associé à cette contestation dans l’ensemble du corpus 18.

L’évocation des acteurs

16Dans les deux corpus (Égypte et Bahreïn), plusieurs acteurs de la révolution sont apparus en spécificités.

Une multitude d’acteurs au Bahreïn

Tableau 4 – Les acteurs au Bahreïn : spécificités

Journaux
Acteurs Al-Jazeera Al-Sharq al-Awsat Al-Wasat
رئيس الوزراء -3 5
Le premier ministre
الولايات المتحدة -3 -5 6
Les États-Unis
المملكة العربية السعودية -6 -6 16
Le royaume d’Arabie Saoudite
حزب الله -3 -3 6
Hezbollah
القوات السعودية 3
Les forces saoudiennes
درع الجزيرة / قوة درع الجزيرة /3 5/ -7/-3
(force du) Bouclier de la Péninsule
هيومنرايتسووتش -5 3
Human Rights Watch
المعارضة الشيعية 5 -4
L’opposition chiite
المعارضة الإيرانية 4
L’opposition iranienne
النظامالإيراني -4 6 -3
Le régime iranien

17Nous remarquons qu’al-Wasat mentionne aussi bien les acteurs nationaux (« le premier ministre ») que les acteurs internationaux (« Les États-Unis ») et qu’il évoque essentiellement l’acteur « le Royaume d’Arabie Saoudite », d’où un score important. Dans les articles du site qatari, nous retrouvons la forme « forces saoudiennes » et « la force du Bouclier de la Péninsule », composante militaire du CCG. Quant à al-Sharq al-Awsat, il cite majoritairement « l’opposition chiite » et « l’opposition iranienne » et est le seul à mentionner « le régime iranien ». En contexte, al-Jazeera a tendance à adopter une position assez neutre en évitant de critiquer directement l’Iran et l’Arabie Saoudite.

  • 19 En effet, l’Arabie Saoudite a le projet de s’unir avec Bahreïn mais l’Iran refuse en raison de la p (...)

18La focalisation sur les acteurs n’est donc pas la même d’un journal à l’autre et cette caractéristique souligne la différence qu’il y a entre les lignes éditoriales adoptées par les journaux (El Oifi 2010). En effet, grâce à un retour au contexte, nous avons observé qu’al-Sharq al-Awsat restait relativement muet sur la violence des événements, (l’Arabie Saoudite est directement concernée par les contestations 19) tandis que le journal national évoque à plusieurs reprises l’organisation « Human Rights Watch ». Nous avons également remarqué que le journal saoudien offrait plusieurs fois une tribune à des responsables du Royaume et du CCG pour justifier l’intervention, se défendre d’une quelconque violence envers les protestataires et rejeter la responsabilité des troubles en cours dans la région sur l’Iran ; d’où une spécificité importante des segments relatifs au pays rival.

L’acteur controversé en Égypte : al-Jazeera

  • 20 Nous mettons en relief les mots intéressants en les soulignant dans les extraits en arabe et en fra (...)

19Concernant la partie Égypte, nous nous sommes intéressés à un acteur en particulier qui est apparu plusieurs fois dans le corpus : la chaîne « al-Jazeera 20 ».

20Al-Jazeera, parti politique : « Al-Jazira est le parti le plus populaire dans le monde arabe » : c’est ce qu’a déclaré en 2002 M’hamad Krišān, un journaliste de cette chaîne, au quotidien al-Quds al-‘Arabiy (Lamloum 2004). Aujourd’hui, c’est Mišāriy al-Dāyḏiy du journal al-Sharq al-Awsat qui reprend la formule. Pour lui, la chaîne est devenue une entité qui négocie sa place dans le discours politique (article du 8 février) :

  • 21 «  "الجزيرة" تحولت إلى حزب اسمه "حزب الجزيرة" له ”مريدوه“ وأنصاره، بل وله علاقات دولية مع الدول», a (...)

« Al-Jazeera est devenue un parti dont le nom est « le parti al-Jazeera » qui a ses « partisans » et ses alliés et qui a même des relations internationales avec les États […] 21. »

21Le sème actualisé dans ce contexte est /parti politique/. Dans le même article, la chaîne est accusée d’agiter les foules en exagérant le nombre de manifestants et de morts :

  • 22 « كانت "الجزيرة" تضرب الأرقام ضعفين أو خمسة أضعاف بالنسبة لأعداد المتظاهرين أو القتلى », idem.

« Al-Jazeera multipliait par deux ou cinq fois le nombre de manifestants et de morts […] 22. »

22Le 11 février, un autre article du même journal rapporte les propos du chanteur populaire égyptien Cha’būlā, qui critique vivement la chaîne notamment dans son clip officiel « 25 place Taḥrīr 23 ».

  • 24 «وهاجم شعبولا قناة " الجزيرة" الفضائية التي تتخذ من الدوحة مقرا لها وقال إنها تضخم الأحداث وتبث الش (...)

« Cha’būlā a fustigé la chaîne al-Jazeera basée à Doha et a affirmé qu’elle exagérait les événements et diffusait les rumeurs […] 24. »

  • 25 Courant 2011, une vague de démissions a touché al-Jazeera, décrédibilisant ainsi la chaîne qatarie.

23Les sèmes actualisés ici sont /mensonge/, /fauteur de troubles/ et sont à l’opposé de ceux qui correspondaient à l’image de la chaîne à ses débuts (/objectivité/, /information/) 25.

24Leader médiatique arabe : Al-Jazeera a eu une influence considérable pendant la révolution égyptienne et malgré les critiques, certains l’ont remercié d’avoir relayé leurs revendications.

25Le 26 janvier, al-Masry al-Youm, titre « Les médias en Égypte ignorent la « Journée de la colère »… tandis qu’al-Jazeera la relaie en direct ». Ce titre met en évidence le caractère professionnel de la chaîne et l’oppose aux autres médias, qui ignorent les événements en cours dans les rues du Caire. Ci-dessous un extrait de l’article en question :

  • 26 « تجاهلت غالبية القنوات الفضائية المظاهرات والاحتجاجات التي جابت شوارع القاهرة », al-Masry al-Youm,(...)

La majorité des chaînes satellitaires ont ignoré les manifestations et les contestations qui se sont déroulées dans les rues du Caire […] 26.

  • 27 « قوات "أمن" تغلق مكتب "الجزيرة" في مصر », al-Masry al-Youm, 30 janvier 2011, http://www.almasryaly (...)

26Dans le même journal, une seconde attestation met en évidence la censure de la chaîne dans l’espace médiatique égyptien et ironise (voir les guillemets) sur le caractère sécurisant des forces de l’ordre venues exécuter la volonté du pouvoir : « Des forces “de sécurité” ont fermé le bureau d’al-Jazeera en Égypte 27. »

27Les sèmes actualisés pour al-Jazeera dans ce contexte sont /vérité/, /unique vecteur de l’information/, /solidaire du peuple égyptien/ ; ils s’opposent à ceux validés dans les articles d’al-Sharq al-Awsat cités plus haut.

28Al-Jazeera vue par al-Jazeera… Dans les articles du site qatari, on trouve les éloges de la chaîne par les médias étrangers, notamment celles du New York Times 28 qui, selon al-Jazeera, écrivait pendant la révolution égyptienne : « New York Times : Al-Jazeera est la voix des Arabes 29 ».

29Souvent comparée à La voix des Arabes (aw al-ʿArab), radio utilisée par Nasser dans les années 1950-1970, pour appeler les Arabes à suivre sa politique, la chaîne semble avoir acquis un pouvoir fédérateur et unificateur dont elle se fait ici elle-même l’écho à travers son site.

30Les multiples attributs de la chaîne al-Jazeera présents dans ces différents contextes changent en fonction des émetteurs. Pendant la contestation égyptienne, la chaîne s’est peu à peu distinguée par son engagement : au lieu de se cantonner à son rôle d’informateur, la chaîne est devenue un acteur des événements, et elle est critiquée en tant que telle. Les accusations répétées de désinformation montrent que le projet d’un média fiable et au service des Arabes est désormais compromis. A-t-il jamais été celui de la chaîne ? Al-Jazeera a certes fait souffler un vent de liberté dans les médias arabes, mais en définitive, elle reste liée par les intérêts du Qatar.

Des lieux emblématiques

La place Tahrir (Libération)

  • 30 Correspondance des sources dans les tableaux : « aws » : al-Sharq al-Awsat, « ajz » : al-Jazeera, « (...)

31La place Tahrir est le lieu où se sont rassemblés des milliers d’Égyptiens à partir du 25 janvier, au début des contestations. Place Tahrir qui signifie place de la Libération, passe de simple toponyme à « lieu de la victoire ». Au 25 janvier, tous corpus confondus, cette place est le « centre de la capitale » ou encore « la plus grande place de la capitale ». Au fur et à mesure et jusqu’au 11 février, date du départ de Moubarak, le sens de l’expression évolue. Pour illustrer cette évolution, nous avons regroupé dans les tableaux ci-dessous quelques extraits, avec à droite les dates et la source 30 et à gauche le trait sémantique de ميدان التحرير

Sèmes 25 janvier
/capitale/ وقالمراسلالجزيرةفيالقاهرةإنآلافالمتظاهرينالمحتشدينفي ميدان التحريربوسطالعاصمة
/centre/ تحية قوات مكافحة الشغب والهتاف لهم وتوزيع الورود عليهم. وفي ميدان التحرير أكبر ميادين القاهرة (zja) (aws)

32À partir du 2 février, la même place est personnifiée et considérée comme « l’acteur central des manifestations de la colère ».

Sèmes 02 février
/lieu essentiel à la révolte/ (aws)ميدان التحرير . . عريس مظاهرات الغضب في مصر أصبح سوقا لمستلزمات الاحتجاج
/lieu de l’identité des Égyptiens/ (aws) الميدان هوية خاصة هذه الجغرافية المتفردة كسبت
/lieu de mémoire/ (aws) ظل « ميدان التحرير » هو المعتمد رسميا في وجدان وذاكرة المصريين
03 février
/lieu de conflit, de guerre/ (masry) وتحول ميدان التحرير في قلب القاهرة الى ساحة حرب فعلية طوال نهار الأربعاء
/lieu de lutte, de sacrifice/ (aws) «مرددين هتافات « احنا بنطالب بالتغيير ودم اخواتنا في التحرير
08 février
/lieu de guerre médiatique/ (aws)الكاميرا في ميدان التحرير حروب
/lieu de liberté politique/ (aws) ولافتات حملوها في الميدان الذي غدا ميدان الحرية السياسية.
10-11 février
/lieu administratif/ (aws) « ميدان التحرير . . « ديوان مظالم المصريين
/lieu artistique/ (masry) ميدان التحرير تحول إلى ورشة إبداع أدبى وفنى طوال الأيام الماضية
/lieu de la victoire/ (masry) « التحرير » يتحول من ميدان ثوار إلى ساحة انتصار
  • 31 Voir à ce propos l’étude de Lecolle sur l’évolution du sens de « Outreau » (Lecolle 2009).

33La dynamique sémantique est accompagnée au niveau syntaxique de verbes commeأصبح /بات (devenir) et ظل (rester). Des tournures verbales sont aussi présentes comme تحول إلى (se transformer en) notamment pour signifier le changement de la place Tahrir en atelier de création artistique ou encore كسبت (a acquis) pour parler de la place comme faisant partie dorénavant de l’identité des Égyptiens. Cette présence quasi-systématique de verbes ayant trait à la transformation montre qu’au fil de la révolution, la dimension de ce lieu évolue dans l’esprit des énonciateurs et des acteurs de la contestation égyptienne 31.

La place Tahrir de Bahreïn

  • 32 « الذي يخوض في موضوع مظاهرات ميدان تحرير البحرين (اللؤلؤة) التي يقودها التيار الشيعي في البلاد، لا (...)

34La place Tahrir est devenue si symbolique que, dans le corpus Bahreïn, nous avons trouvé en contexte « ميدان التحرير » qui désigne en réalité la plupart du temps la place de la Perle, celle où s’étaient réunis des milliers de Bahreïnis pour faire valoir leur contestation. L’extrait ci-dessous provient d’un article (21 février) du journal al-Sharq al-Awsat : « Quiconque aborde le sujet des manifestations en cours menées par les chiites sur la place Tahrir du Bahreïn (la Perle) risque d’être atteint par ses flammes […] 32. »

35Concernant les occurrences de la place de la Perle (اللؤلؤة), nous avons remarqué que le sens changeait selon le contexte et l’énonciateur. Dans un article du journal al-Wasat du 20 février, on trouve une partie du message de paix lancé par le leader d’opposition chiite ‘Alî Salmān aux manifestants présents sur la place :

  • 33 «ستكونون مدرسة جديدة، في تونس وفي ميدان التحرير وفي ميدان اللؤلؤة مدرسة في السلم في المطالب  » al-W (...)

« Vous serez un nouvel exemple d’école, en Tunisie, sur la place Taḥrīr et sur celle de la Perle, une école de paix en matière de revendication 33 […] »

36On observe ici le lien entre les trois révolutions successives : en Tunisie, en Égypte et au Bahreïn. Pour la Tunisie, l’énonciateur ne mentionne pas de place particulière, le pays n’ayant pas trouvé son lieu central et symbolique. Le sème activé est /lieu historique/, /lieu de paix/. Dans un autre passage, le sens donné à la place de la Perle est celui de /mémoire/ :

  • 34 « قدموا نموذجاً سيذكره أبناؤنا على مدى الأجيال كان آباؤنا في دوار اللؤلؤة يكتبون تاريخاً », idem.

« Montrez l’exemple dont se souviendront les générations à venir, ainsi diront-ils : “nos aïeux s’étaient rassemblés sur la place de la Perle pour écrire une nouvelle page de l’Histoire” 34. »

37Ces extraits montrent la valeur hautement symbolique de la place de la Perle qui revêt une dimension à la fois historique et mémorielle. Cependant, malgré leur lutte, le rêve des Bahreïnis de voir leur place rebaptisée et gravée comme véritable « place de la libération » ne s’est pas concrétisé.

Conclusion

38Dans cette étude contrastive sur notre corpus, nous avons pu mettre en lumière la façon dont les termes ont été utilisés pendant ces deux révolutions en 2011, grâce aux spécificités et aux recherches ciblées des termes en contexte. Qu’il s’agisse des lieux, des acteurs ou des événements, nous avons constaté une différence entre les journaux, due à leurs prises de positions respectives. La mention des lieux est révélatrice du rôle que ces derniers jouent dans la symbolique contestataire. Cette méthode nous a permis aussi d’observer la situation paradoxale dans laquelle se trouvait al-Jazeera, qui s’est montré passionné dans le cas égyptien, beaucoup moins dans le cas bahreïni. Cependant, à trop vouloir en faire pendant et après la révolution égyptienne, al-Jazeera n’a plus l’image qu’il souhaitait garder aux yeux de son public : celle d’un média objectif et sérieux. Peu engagé sur la question du Bahreïn en raison de la participation du Qatar à l’intervention du CCG, le journal en ligne a surtout informé sur les événements contestataires dans les autres pays arabes, évitant ainsi de prendre position sur les affaires saoudiennes en raison de ce que nous pourrions appeler un « pacte de non-agression médiatique » conclu entre le Qatar et l’Arabie Saoudite. Ces deux pays ont, en effet, convenu de ne pas s’ingérer dans leurs politiques internes respectives. De façon générale et contrairement à l’Égypte, la révolution au Bahreïn n’a pas été reconnue telle quelle par les médias. Quant aux journaux nationaux, nous avons constaté que les termes relatifs aux événements concernant les deux pays étudiés étaient en spécificités faibles par rapport à al-Jazeera.

39L’observation de ces phénomènes discursifs ouvre la voie à d’autres questionnements. En effet, et finalement, quelle place occupent les deux médias panarabes vis-à-vis de leur pays d’accueil respectifs ? En Égypte comme au Bahreïn, ont-ils (eu) tendance à être les « soft power » de politiques extérieures menées sur des terrains géographiques réels ? Malgré les codes éthiques censés être respectés au sein des rédactions, que signifient réellement les notions d’« objectivité » et de « subjectivité » dans le discours journalistique ? Au vu des multiples soulèvements encore en cours aujourd’hui, l’influence des journalistes à travers leurs écrits mérite plus que jamais d’être questionnée.

Bibliographie

Bibliographie

Al-Jazeera, Doha, janvier-avril 2011.

Al-Masry al-Youm, Le Caire, janvier-février 2011.

Al-Sharq al-Awsat, Londres, janvier-avril 2011.

Al-Wasat, Manama, février-avril 2011.

El oifi Mohammed 2010, « Le face-à-face al-Arabiya/al-Jazeera : un duel diplomatico-médiatique », Moyen-Orient, 6, p. 74‑79.

Fandy Mamoun 2006, (Un) Civil war of words: media and politics in the Arab world, Greenwood, Praeger security international.

Guaaybess Tourya 2011, Les médias arabes : Confluences médiatiques et dynamique sociale, Paris, CNRS Éditions.

Lamloum Olfa 2004, Al-Jazira, miroir rebelle et ambigu du monde arabe, Paris, La Découverte.

Lecolle Michelle 2009, « Changement de sens du toponyme en discours : de Outreau “ville” à Outreau “fiasco judiciaire” », Les Carnets du Cediscor 11, p. 91‑106 [En ligne] http://cediscor.revues.org/773

Naba René 1998, Guerre des ondes, guerre des religions : la bataille hertzienne dans le ciel méditerranéen, Paris, L’Harmattan.

Rastier François 2004 : « Enjeux épistémologiques de la linguistique de corpus », Texto ! Rubrique Dits et inédits, juin 2004. [En ligne] http://www.revue-texto.net/Inedits/Rastier/Rastier_Enjeux.html

Rastier François 2011, La mesure et le grain. La sémantique de corpus, Paris, Honoré Champion.

Rugh William A. 2004, Arab Mass Media: Newspapers, Radio and Television in Arab Politics, Westport, CT and London, Praeger.

Notes

1 Gouverné par la famille Āl Khalīfa, Bahreïn est un pays voisin et allié de l’Arabie Saoudite. Il est dirigé par des sunnites avec une grande partie de la population d’obédience chiite. À ce propos, les résultats d’un rapport démographique de la répartition sunnites/chiites (classé « secret ») dans la monarchie ont été révélés par aljazeera.net le 1er juillet 2011. [En ligne] http://goo.gl/hbFa8a, dernière consultation le 26/02/2013.

2 À la demande de Bahreïn, les contestations ont vite été étouffées par le CCG, organisation régionale regroupant l’Arabie Saoudite, Oman, Bahreïn, les Émirats Arabes Unis et le Qatar.

3 Pour des raisons de commodité, nous avons simplifié la transcription des noms de journaux (al-Jazeera, al-Wasat, etc.).

4 Le choix de ne pas sélectionner le mot-clé « révolution » est délibéré car ce terme nous semble connoté. En effet, nous pouvons dire qu’il s’est passé partout des manifestations ou des protestations mais nous n’aurons pas le terme « révolution » dans tous les journaux, et c’est bien le cas pour le Bahreïn, comme nous le verrons.

5 Bien que les forces du Conseil de Coopération du Golfe soient intervenues mi-mars pour briser la contestation, cela n’a pas mis fin aux revendications et d’autres événements se sont déroulés. C’est pour cela que nous avons choisi d’étendre la collecte jusqu’au 25 avril, peu après l’arrestation de médecins et avant l’annonce de la condamnation à morts de manifestants accusés de meurtres de policiers. [En ligne] http://www.guardian.co.uk/world/2011/apr/22/bahrain-accused-attacks-doctors et http://www.guardian.co.uk/world/2011/apr/28/bahrain-four-protesters-sentenced-death, dernières visites 11/05/2013.

6 Logiciel de statistiques textuelles conçu par l’équipe SYLED, de l’Université Paris 3.

7 Les spécificités sont obtenues à l’aide d’un test probabiliste qui permet d’observer quels éléments sont sur ou sous-employés dans un corpus grâce à un calcul qui compare les contenus textuels. Notons qu’il s’agit d’un outil, l’interprétation des résultats revient au linguiste.

8 Plus petite unité de sens définie par le contexte (noté aussi /trait/).

9 « والرأي الآخر الرأي » : elle est l’émission phare de la chaîne, permettant des débats entre personnalités d’opinions opposées (Lamloum 2004).

10 Initialement il était question de sélectionner des articles du site de la chaîne saoudienne al-‘Arabiyya, mais des problèmes techniques sur le moteur de recherche ne nous ont pas permis d’aller au bout de ce projet.

11 Sur le site anglais du journal, on peut lire : « The leading Arabic international daily ».

12 http://www.aawsat.net/2013/02/article55290856, dernière visite le 11/05/2013.

13 « The editorial line is conservative on political affairs and very cautious in reporting on internal matters in Saudia Arabia and other Gulf countries [….] » (Rugh 2004).

14 [En ligne] www.arabpressnetwork.org/newspaysv2.php?id=86&lang=fr, dernière visite le 8 décembre 2012.

15 Voir supra, note 1.

16 [En ligne] http://www.almasryalyoum.com/node/310488. Précisons que l’ensemble des liens auxquels nous renvoyons et dont proviennent les articles du corpus sont actifs au 12 mai 2013.

17 Rappelons que le corpus a été constitué à partir de deux mots-clés seulement ; ainsi toutes ces formes cohabitent dans les articles sélectionnés.

18 Le contenu des journaux nationaux diffère beaucoup des journaux panarabes. Il semble que ces journaux nationaux focalisent leurs attentions selon un autre point de vue qui mériterait une étude particulière.

19 En effet, l’Arabie Saoudite a le projet de s’unir avec Bahreïn mais l’Iran refuse en raison de la présence chiite à Bahreïn : « Historiquement, le Bahreïn a toujours été une province disputée, notamment entre la Perse – chiite – et l’Arabie saoudite, sunnite, qui considère le royaume comme sa chasse gardée » (Propos du politologue Karim Sader recueillis par France 24. [En ligne] http://www.france24.com/fr/20120516-bahrein-arabie-saoudite-union-chiites-sunnites-religion-iran-tensions-confessionnelles-manifestations-monarchies-golfe).

20 Nous mettons en relief les mots intéressants en les soulignant dans les extraits en arabe et en français.

21 «  "الجزيرة" تحولت إلى حزب اسمه "حزب الجزيرة" له ”مريدوه“ وأنصاره، بل وله علاقات دولية مع الدول», al-Sharq al-Awsat, 8 février 2011 : http://www.aawsat.com/leader.asp?section=3&article=607385&issueno=11760

22 « كانت "الجزيرة" تضرب الأرقام ضعفين أو خمسة أضعاف بالنسبة لأعداد المتظاهرين أو القتلى », idem.

23 www.youtube.com/watch?v=rJiuFNF2jmQ, dernière visite le 8/12/2012. Il paraît étonnant que ce chanteur pro-révolutionnaire se retourne contre la chaîne qui encourage elle-même cette révolution. Cependant, dans le clip, al-Jazeera est assimilée à l’État d’Israël (logo de la chaîne à la place de l’étoile de David). Le message est peut-être qu’il faut empêcher la récupération politique des contestations par d’autres pays comme le Qatar…

24 «وهاجم شعبولا قناة " الجزيرة" الفضائية التي تتخذ من الدوحة مقرا لها وقال إنها تضخم الأحداث وتبث الشائعات », al-Sharq al-Awsat, 11 février 2011 : http://www.aawsat.com/details.asp?section=4&article=607815&issueno=11763

25 Courant 2011, une vague de démissions a touché al-Jazeera, décrédibilisant ainsi la chaîne qatarie.

26 « تجاهلت غالبية القنوات الفضائية المظاهرات والاحتجاجات التي جابت شوارع القاهرة », al-Masry al-Youm, 26 janvier 2011, http://www.almasryalyoum.com/node/306106

27 « قوات "أمن" تغلق مكتب "الجزيرة" في مصر », al-Masry al-Youm, 30 janvier 2011, http://www.almasryalyoum.com/node/307668

28 (www.nytimes.com/2011/01/30/world/middleeast/30arab.html, dernière visite le 17/12/2012).

29 « نيويورك تايمز : الجزيرة صوت العرب », al-Jazeera, 30 janvier 2011, http://www.aljazeera.net/news/pages/5c8ac511-fc7a-4440-8b5f-b42e5f40a145

30 Correspondance des sources dans les tableaux : « aws » : al-Sharq al-Awsat, « ajz » : al-Jazeera, « masry » : al-Masry al-Youm.

31 Voir à ce propos l’étude de Lecolle sur l’évolution du sens de « Outreau » (Lecolle 2009).

32 « الذي يخوض في موضوع مظاهرات ميدان تحرير البحرين (اللؤلؤة) التي يقودها التيار الشيعي في البلاد، لا بد أن يصيبه لهيبها » al-Sharq al-Awsat, 21 février 2011. [En ligne] http://www.aawsat.com/leader.asp?section=3&article=609145&issueno=11773

33 «ستكونون مدرسة جديدة، في تونس وفي ميدان التحرير وفي ميدان اللؤلؤة مدرسة في السلم في المطالب  » al-Wasat, 20 février 2011. [En ligne] http://www.alwasatnews.com/3089/news/read/528104/1.html

34 « قدموا نموذجاً سيذكره أبناؤنا على مدى الأجيال كان آباؤنا في دوار اللؤلؤة يكتبون تاريخاً », idem.

Auteur

Doctorante (INALCO, Paris & Université Hassan II, Rabat, Maroc)

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.comMollat
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search