Version classiqueVersion mobile

Les ondes de choc des révolutions arabes

 | 
M’hamed Oualdi
, 
Delphine Pagès-El Karoui
, 
Chantal Verdeil

Deuxième partie. Vers la fin des monopoles médiatiques ? Libération de la parole et maintien de la censure

Chapitre 7. « Confluence médiatique » et protestations sociales avant la révolution du 25 janvier en Égypte

Questionnements

Sarah Ben Néfissa

Résumé

Résumé : Le processus de démonopolisation médiatique a été un allié redoutable pour l’expression du conflit social et politique en Égypte, bien avant la  révolution du 25 janvier 2011. L’article tente d’analyser les relations entre les acteurs médiatiques et les acteurs des mouvements sociaux. L’article pose l’hypothèse de la domination du binôme « presse privée-télévision satellitaire » dans la confluence médiatique égyptienne. Il tentera de comprendre les « intérêts à agir » de l’investissement du secteur privé des affaires dans une presse indépendante et même critique. Puis, il mettra en exergue les principaux apports de  la démonopolisation du champ médiatique sur l’action contestataire et également certaines des limites qu’elle lui a « imposées ». Ce dernier constat ne remet pas en cause l’image très positive en faveur de l’action contestataire de la part des journalistes égyptiens. La dernière partie posera l’importance d’analyser une telle attitude dans le cadre de la construction historique du métier de  journaliste  en Égypte et également du déclassement social que ces acteurs  ont subi ces dernières décennies.

Entrées d'index

Keywords :

Egypt, revolution, medias, protest, press

Texte intégral

  • 1 Signalons que « confluence médiatique » est une expression empruntée à Tourya Guaaybess (2012).

1Les protestations et les conflits sociaux n’ont pas besoin des médias pour s’exprimer, ni en Égypte ni ailleurs 1. Pierre Favre (2007) rappelle qu’en France notamment, la majorité des mobilisations sont ignorées des médias et parviennent tout de même à obtenir des résultats. Même l’Égypte autoritaire de Sadate ou de Moubarak a connu des mouvements sociaux d’importance, en particulier, dans le milieu ouvrier du secteur public. Pour autant, le mouvement social en général est soumis à un impératif communicationnel (Neveu 2010). Cette assertion est autrement plus fondamentale en contexte autoritaire car l’enjeu porte autant sur la cause à défendre que sur la protection des acteurs de la protestation.

  • 2 Le journaliste Hassen Abdel Ghani était chargé d’accueillir les correspondants étrangers pour leur (...)

2Le « printemps arabe » a mis en exergue l’importance du rôle des acteurs médiatiques dans le déroulement et même l’issue de certains soulèvements, notamment en Égypte. La fameuse « bataille des chameaux » du 2 février sur la place Tahrir n’aura duré qu’un laps de temps très court. Pourtant, reproduite en boucle par les médias du monde entier, elle aura contribué à retourner l’opinion publique égyptienne qui, la veille pourtant, avait été séduite par le discours de Moubarak (Ben Néfissa 2011). L’analyse de la relation entre les médias et les révolutions est en train de se faire. Quasiment chaque jour en Égypte, l’analyste découvre de nouveaux éléments et témoignages sur la bataille médiatique qui a accompagné la bataille de la rue. Des interrogations commencent à recevoir certaines réponses, même partielles, sur les acteurs qui ont mené la bataille médiatique sur la place Tahrir afin de contrer les médias officiels égyptiens 2.

3L’objectif de cet article est de montrer comment, en Égypte, bien avant le soulèvement du 25 janvier, le processus de démonopolisation du champ médiatique a constitué un allié redoutable pour l’expression du conflit social et politique. La littérature scientifique sur cette relation est un volet important des travaux sur les mouvements sociaux. Ce texte s’inspirera de certains de ces travaux pour interroger les relations complexes de ces « associés-rivaux » que sont les acteurs médiatiques et les acteurs des mouvements sociaux (Neveu 1999).

  • 3 Séminaire organisé les 5 et 6 juillet 2009 au Caire, par Nabil Abdel Fattah et Sarah Ben Néfissa, « (...)
  • 4 Nous utilisons cette expression de Johanna Siméant en la transformant.

4Il montrera comment les récentes mutations du champ médiatique égyptien ont non seulement encouragé l’action protestataire, en diminuant le coût de l’engagement, mais permettent aussi de comprendre certaines caractéristiques sociales et spatio-temporelles de l’action protestataire. Il se basera sur l’observation personnelle de l’auteur de certains événements protestataires, sur les travaux du séminaire organisé au Caire en 2009 3 et sur les travaux des chercheurs et experts qui se sont intéressés au phénomène (Chahata 2010). L’article formulera des hypothèses sur le rôle fondamental de la presse écrite privée dans la « confluence médiatique » (Guaaybess 2012) de cette période et tentera de comprendre les « intérêts à agir » de l’investissement du secteur privé des affaires dans une presse indépendante et même critique. Puis, il mettra en exergue les principaux apports de la démonopolisation du champ médiatique sur l’action contestataire et également certaines des limites qu’elle lui a « imposées ». Ce dernier constat ne remet pas en cause l’image très positive en faveur de l’action contestataire de la part des journalistes égyptiens. La dernière partie posera l’importance d’analyser une telle attitude dans le cadre de la construction historique du métier de journaliste en Égypte et également du déclassement social que ces « dominés parmi les dominants » (Siméant 1998) 4 ont subi ces dernières décennies.

Processus de démonopolisation du champ médiatique en Égypte et le poids de « Sa Majesté la Presse 5 »

  • 5 La vision positive de la presse en Égypte se révèle par l’expression Sahbat al-Jalala, “Sa Majesté” (...)
  • 6 Notamment les rapports mensuels sur l’état de la démocratie en Égypte de l’Association Égyptienne p (...)

5À partir de 2006, la multiplication des mouvements sociaux et des protestations en tous genres a constitué le phénomène politique majeur en Égypte, comme l’atteste la multiplication des rencontres et des tables rondes consacrées à ce sujet. Certaines publications (Syam 2010) et rapports des ONG et collectifs des droits de l’homme 6 ont même tenté d’avancer des chiffres et de répertorier les mouvements sociaux selon leurs acteurs, leurs causes, leurs espaces géographiques, leurs modes d’action… Ces publications se basent principalement sur la presse égyptienne. Il s’agit là d’un indicateur significatif de la position dominante de la presse tant dans la couverture de la protestation sociale que dans la configuration médiatique égyptienne de ces dernières années.

  • 7 Selon certaines estimations, le lectorat ne faisait pas plus de deux millions de personnes avant la (...)

6Richard Jacquemond (1997) a établi un état des lieux de la liberté d’expression en Égypte. Si la censure d’État existait bien en Égypte, elle fonctionnait, dit-il, selon une « loi des libertés décroissantes ». Plus l’audience du média était large, plus il était étroitement contrôlé : très grande liberté pour le livre et un peu moins pour la presse 7. En revanche, dit-il, il y avait une censure préalable généralisée pour tous les supports audiovisuels (cinéma, théâtre, cassettes audio et vidéo…). Toutefois cette censure préalable était autrement plus sévère en ce qui concernait la radio et la télévision qui elles, évidemment, touchent l’ensemble de la population.

  • 8 Pour Tourya Guaaybess, la convergence numérique (à savoir la disponibilité de plusieurs médias autr (...)

7Cette analyse des relations entre la censure d’État et les médias a été bouleversée en l’espace de quinze ans du fait des changements internes à l’espace médiatique, qui ont rendu la censure de l’État de moins en moins efficace. De ce point de vue, les travaux de Tourya Guaaybess (2012) sont d’une très grande importance, car ils ont l’immense mérite de tracer un tableau général de l’espace médiatique. Plutôt que de parler de convergence numérique 8, cette dernière préfère parler de « confluence médiatique » car, ceux que l’on dénomme les « nouveaux médias » loin de remplacer les médias classiques, s’articulent à ces derniers. Elle évoque une complémentarité et une interdépendance entre ces deux types de médias. Les modes de production changent mais aucun des médias existant n’apparaît miscible dans le numérique. Bien au contraire, postuler l’importance du numérique requiert des médias traditionnels forts. Ce sont ces derniers qui ont donné au numérique la force de frappe qui fut la leur. L’apparition d’un nouveau média consolide le système existant plus qu’il ne l’affaiblit. Les bloggeurs seuls ne seraient pas allés très loin si les verrous politiques n’avaient pas été descellés par la presse écrite, la télévision satellitaire, avec l’appui plus ou moins visible des acteurs clés de l’intelligentsia médiatique. Les révolutions ont été facilitées par une interaction complexe entre de nombreux acteurs sur le terrain et entre différents médias qui coexistent. Finalement, conclut-elle, les anciens ont fait la révolution avant l’heure, car les médias à grande échelle, à faible coût et de façon régulière, demeurent l’audiovisuel et la presse écrite.

  • 9 Le mouvement du 6 avril est une mobilisation à partir d’une page Facebook pour soutenir l’appel à l (...)

8À partir de cette analyse, le présent article pose l’hypothèse de la domination en Égypte du binôme « presse écrite-télévision satellitaire » avant que les réseaux sociaux d’internet ne viennent s’y greffer au moment de l’apparition du mouvement du 6 avril en 2008 9. Les émissions de talk-show des chaînes privées satellitaires ont donné leur force de frappe à la presse écrite. Réciproquement, cette dernière a fourni à la télévision non seulement certaines grandes plumes qui ont ainsi considérablement renforcé leurs audiences mais également les riches matériaux et articles du journalisme d’investigation en Égypte.

9La liberté de la presse a toujours été plus ou moins respectée par le régime de Moubarak car jugée importante pour son image de marque et du fait également d’une longue tradition de presse dans ce pays. C’est ainsi que le syndicat des journalistes n’a pas connu la grave crise qui a affecté les autres syndicats égyptiens et régulièrement les journalistes ont renouvelé leurs instances dirigeantes. De même, il s’agit d’un milieu très politisé et l’élection au conseil syndical se réalise sur la base des appartenances idéologique et partisane (El Khawaga 2000). Comme le mouvement islamiste est peu présent dans ce milieu, il n’est pas étonnant que, dans les années 1990, l’appareil d’État égyptien ait enrôlé l’ensemble de l’intelligentsia culturelle dans ses appareils, dans le cadre de sa lutte politique et idéologique contre l’« obscurantisme religieux », suite à la fin du « compromis historique » entre le régime et les Frères musulmans (Jacquemond 2002).

  • 10 Notamment les rapports mensuels sur l’état de la démocratie en Égypte de l’Association Égyptienne p (...)
  • 11 Al-Badil a été fondé en 2007, al-Masry al-Youm en 2004 et al-Dostour est paru pour la première fois (...)

10Pendant longtemps en Égypte, les journaux nationaux ou gouvernementaux monopolisaient la presse au détriment des journaux partisans ou privés. Il s’agissait là d’un héritage de la période nassérienne qui a donné naissance au journaliste d’État, enrôlé au service du pouvoir politique, avec pour tâche principale de justifier et de diffuser les idéologies et les politiques des dirigeants, d’encadrer le débat, d’accepter certaines controverses et d’en refuser d’autres (Temimi 2001). La remise en cause de la position dominante de la presse gouvernementale au profit de la presse privée a été rendue possible par l’entrée du secteur privé dans le financement de la presse. De manière paradoxale, cette presse privée, financée par des hommes d’affaires, loin de se particulariser par son légitimisme politique a, bien au contraire, adopté un ton indépendant, voire oppositionnel. La source principale d’information sur les mouvements sociaux a été la presse privée indépendante et les tentatives de fournir des chiffres à ce propos 10 se basent principalement sur trois journaux privés, al-Badil, al-Masry al-Youm, al-Dostour 11.

Homme d’affaires, presse et médias : une lutte l’influence !

  • 12 Mohammed Sayyid Said, décédé en 2009, était le vice-directeur du Centre des Études Politiques et St (...)

11Tourya Guaaybess (2012) rappelle que les hommes d’affaires qui ont financé le journal al-Masry al-Youm en 2004 et qui ont choisi Hicham Kassem pour le diriger, n’ignoraient rien du passé d’activiste politique des droits de l’homme de ce dernier. Pourquoi des hommes d’affaires dont on suppose les relations très étroites avec le pouvoir, financent-ils une presse indépendante et même critique ? La réponse à une telle question est difficile. Pour Tewfik Aclimandos (2009), il convient de distinguer entre deux profils d’hommes d’affaires investissant dans ce domaine. Certains investissent dans un secteur a priori rentable et d’autres estiment avoir une mission politique. C’est le cas notamment de ceux qui ont aidé au financement du journal al-Badil, fondé par Mohammed Sayyid Said 12 et consacré spécifiquement à la couverture des mouvements sociaux.

  • 13 Cette image négative est le fait de l’influence des idéologies nassériennes et de gauche sur les in (...)

12Nabil Abdel Fattah (2010a) a posé plusieurs hypothèses sur l’investissement financier du secteur privé dans la presse, phénomène d’autant plus étonnant que, selon lui, certains journaux privés, contrairement à d’autres, ne réalisent pas de bénéfices financiers. Quels sont donc leurs intérêts à agir ? Pour ce dernier, la presse et les médias en général constitueraient un des outils utilisés par certains hommes d’affaires dans leurs luttes les uns contre les autres, soit pour remporter certains marchés, soit pour remettre en cause les monopoles économiques dont disposent des hommes d’affaires concurrents, soit, enfin, pour se protéger de la prédation des fonctionnaires. Journaux et médias construisent ainsi une place et un statut public à leurs financeurs, confortent leur poids social, politique, économique et financier et facilitent leurs transactions financières et immobilières. De même, ces outils médiatiques leur permettent d’améliorer leur image, particulièrement négative dans les médias. Aussi bien les feuilletons de télévision que les films et les articles de presse ont popularisé l’image des hommes d’affaires corrompus et qui n’ont aucun rôle social ou économique positif 13. La possession d’un journal ou d’une télévision et la construction de bonnes relations avec les journalistes sont utiles pour se protéger des critiques, pour conforter leurs réseaux de relations avec certains pôles du pouvoir au sein de l’État, voire pour les aider dans leurs démêlés avec la justice. Selon Nabil Abdel Fattah (2010b), l’entrée des hommes d’affaires dans le dernier gouvernement de Moubarak a renforcé cet aspect. Ces derniers utilisent les médias privés dans leurs luttes contre leurs collègues du gouvernement. C’est ainsi que certains d’entre eux d’entre eux utilisent les rédacteurs en chef des journaux privés pour donner des informations sur leurs actions et en échange leur accordent des pages publicitaires.

13À partir de cette analyse, il est donc possible de poser l’hypothèse que le secteur privé, en défendant ses stricts intérêts matériels et idéologiques via la presse (ou la télévision), aura contribué, de manière paradoxale et dans beaucoup de cas involontaire, à conforter la liberté d’expression et de publication. Un des impacts de cette presse privée, peut-être le plus important, aura été le décloisonnement des différents espaces sociaux qui composent une société extrêmement hiérarchisée, dans laquelle les différents milieux ne se fréquentent pas. L’augmentation du nombre des émissions de talk-show sur les chaînes satellitaires et nationales était un indice de leur succès. Tous les jours, ces émissions, bâties à partir des riches matériaux contenus dans la presse indépendante et également des reportages télévisuels, offraient aux Égyptiens le spectacle quotidien des différents conflits sociaux, politiques et religieux, animant la vie sociale et politique. Ce phénomène a également transformé partiellement la communication institutionnelle et gouvernementale avant la révolution du 25 janvier. Les différents acteurs étaient invités à exposer leurs griefs et à discuter avec les parties adverses, principalement les représentants de l’État et de l’administration. Les hauts responsables du pays étaient ainsi plus ou moins acculés à se justifier en acceptant de répondre aux questions posées par les journalistes. Ces émissions de télévision ont contribué à la conscientisation sociale et politique des Égyptiens (Ben Néfissa 2010).

Protestations et médias : la diminution du coût de l’engagement

  • 14 Ce conflit, son déroulement et son issue positive marqueront l’espace protestataire égyptien de cet (...)
  • 15 Il fait référence à leur long sit-in devant le ministère des Finances. Les habitants des immeubles (...)

14Analystes et leaders de certains mouvements sociaux sont d’accord pour affirmer que la démonopolisation du champ médiatique a été un apport incontestable pour le mouvement social. La presse, selon Kamel Abu Ita (2009), coordinateur général du comité de grève des fonctionnaires de l’impôt foncier de l’année 2008 14, a d’abord communiqué leur cause à l’opinion publique qui a témoigné d’une solidarité et d’une sympathie qui a dépassé toutes leurs prévisions 15. La presse a également communiqué leur message aux dirigeants du pays, de même elle a fait parvenir leur voix dans des régions où il était difficile de se faire entendre. Enfin, la presse a été pour eux une grille de sécurité contre la répression des appareils de sécurité. D’après ces propos, il est possible de dire que la couverture par la presse a permis de faire passer des informations sur l’action protestataire, à multiplier le nombre des grévistes en encourageant notamment les récalcitrants à intégrer l’action protestataire.

15En 1986 et en 1989, les grèves des conducteurs de train et des travailleurs du fer et de l’acier ont abouti à des échecs complets et ont surtout été gravement réprimées, car aussi bien l’action elle-même que son aboutissement sont demeurés complètement ignorés de l’opinion publique nationale et internationale (Chukr 2009). À l’époque, il n’y avait pas en Égypte de presse indépendante privée et la presse partisane de l’opposition était très faiblement diffusée. Enfin, la presse libre et la télévision ont mis en valeur le discours des acteurs et des activistes auprès des lecteurs et des téléspectateurs ainsi que leurs réponses aux discours gouvernementaux.

  • 16 Lilian Mathieu (2012) envisage l’espace des mouvements sociaux comme un univers de compétence, exig (...)

16Le rôle positif des médias pour l’action protestataire comporte évidemment certaines limites car la « compétence médiatique » (Mathieu 2012) 16 des activistes a mis du temps à se réaliser. Si Kamel Abou Ita (2009) a raconté comment la déformation de certains de ses propos par la presse lui a posé des problèmes avec sa « base », Marie Duboc (2009) a relaté la contre-prestation télévisuelle d’une militante ouvrière, invitée à parler de la « misère ouvrière » à la télévision. La tenue particulièrement soignée de cette dernière qui s’était parée de l’ensemble de ses bijoux pour l’événement, a contrasté avec ses propos sur les difficultés financières des milieux ouvriers.

  • 17 Plusieurs questions doivent être élucidées pour analyser un tel phénomène : quel est l’état de le p (...)

17La couverture médiatique a également « sélectionné » certains mouvements sociaux au profit d’autres. La sélection n’est pas tant liée à une mauvaise volonté des journalistes ou des responsables d’émissions de télévision qu’aux caractéristiques et aux contraintes du champ médiatique égyptien marqué par sa centralisation dans la capitale et les grandes villes. En effet, la plupart des recensements chiffrés sur les mouvements sociaux et les protestations sociales révèlent que le Grand Caire concentre la majorité de ces derniers (Syam 2010). À partir de là, une question se pose : est-ce que véritablement les autres gouvernorats ne connaissent pas de mouvements sociaux ou bien est-ce que le phénomène dénote plutôt l’absence ou la faiblesse de médias provinciaux divers pour couvrir les protestations… à moins de poser l’hypothèse risquée qu’en contexte autoritaire, une action protestataire dont la presse ne parle pas peut difficilement exister, car c’est la couverture médiatique qui lui permet de s’exprimer sans trop de dégâts ! 17

Force et faiblesse des « manifestations de papier »

  • 18 Sur le plan historique, c’est le mouvement Kifaya qui a introduit cette modalité de l’action. Sa pr (...)

18Une bonne partie des mouvements sociaux qui ont précédé la révolution du 25 janvier en Égypte pourraient, en effet, être qualifiés de « manifestations de papier » pour reprendre l’expression de Patrick Champagne (1984) et qui affirmait que l’enjeu de toute manifestation serait de forcer l’accès à l’espace médiatique afin d’obtenir une reconnaissance du problème dans l’espace public. En effet, de nombreuses protestations de l’époque se résumaient à une manifestation qui regroupait un tout petit nombre de personnes et ne duraient que quelques minutes, le temps de prendre la photo ou de se faire filmer par une caméra. L’enjeu principal était d’obtenir la couverture d’un journal et de passer le soir dans la célèbre émission de télévision sur Dream 2 : « 10 heures le soir ». Il n’est donc pas étonnant que l’expression la plus utilisée en Égypte pour qualifier ce répertoire de l’action collective ne soit pas la manifestation ou le cortège mais le sit-in protestataire. Ce répertoire de l’action compense la faiblesse du nombre par la force de l’image et de la photo 18. Cette forme d’action a eu des répercussions sur les caractéristiques sociales des groupes contestataires.

19Pendant longtemps, en Égypte, l’action protestataire était le fait soit des opposants politiques soit des milieux sociaux à forte tradition de lutte, principalement les milieux ouvriers du secteur public. Ces derniers ont continué à se mobiliser tout au long des années précédant la révolution mais d’autres types de milieux sont entrés dans l’action contestataire à cause notamment de la « facilité » de ce répertoire d’action qui requiert malgré tout certaines compétences et dispositions : avoir des relations dans le milieu des médias et de la presse.

20À la veille de la révolution du 25 janvier, il était possible de dire que les rassemblements protestataires médiatisés étaient devenus en Égypte un mode d’action routinier comme l’attestent les exemples suivants : les membres d’un club de loisirs contre les menaces de fermeture de leur club, les membres de confréries soufies non autorisés à célébrer une fête religieuse, les acquéreurs de logements contre un promoteur immobilier véreux, et même les membres du PND, parti au pouvoir, contre le député PND de leur circonscription, jugé inefficace. Ainsi donc, le sit-in protestataire médiatisé avait perdu son aspect subversif. Par ailleurs, les pouvoirs publics égyptiens, rassurés sur l’absence de liens des mouvements sociaux et des protestations avec les opposants politiques et notamment les Frères musulmans, avaient adopté la politique du « laisser-s’exprimer ».

  • 19 Cela n’a pas été le cas du long sit-in des experts du ministère de la Justice devant le parvis du m (...)

21Cette recherche de la visibilité a également modifié certaines modalités d’action des mouvements sociaux du milieu du travail. L’exemple le plus important est la fameuse grève des fonctionnaires des impôts : un long sit-in, avec installation de tentes a été organisé au Caire devant le ministère des Finances (Choubaki 2010). Cette action des fonctionnaires des impôts a constitué une répétition du gigantesque sit-in de la place Tahrir pendant la révolution. Elle a donné des résultats positifs puisque les grévistes ont obtenu gain de cause. Ainsi, la couverture par les médias ne suffit pas à faire réussir une action collective et ne remplace pas la force du nombre, la tradition de lutte et également les compétences et les relations politiques et journalistiques d’un leader comme Kamel Abou Ita 19.

22Cet exemple montre enfin l’importance de la réflexion d’Éric Neveu (2009) sur le fait que les médias ne sont pas des miroirs et ne remplacent pas la force des logiques sociales. Il n’est donc pas étonnant que le milieu du travail demeure l’espace privilégié de la contestation sociale en Égypte, même si ce milieu a connu une diversification des acteurs en lutte avec notamment l’entrée dans l’espace protestataire des différentes catégories des fonctionnaires et les professions libérales.

Journalistes : « Porte-paroles des démunis sociaux » ?

23L’analyse de la relation entre les journalistes et les mouvements sociaux a bénéficié de l’importante enquête chez les ouvriers du textile de Mahalla el Kobra de Marie Duboc (2009) qui s’est focalisée sur les tensions entre le parti-pris des journalistes en faveur des grévistes et les « règles » journalistiques. Elle a ainsi observé que, de manière générale, les postes de journalistes sociaux sont investis par des militants dont l’engagement est nettement porté à gauche. Cet engagement militant n’est pas sans effet sur leur conduite professionnelle. Couvrant ensemble les sujets pour leurs journaux respectifs, ils s’échangent les informations. Leur solidarité par rapport aux grévistes s’est exprimée par leur immersion dans le milieu des grévistes. « Les journalistes étaient tout le temps avec nous, même la nuit ils dormaient sur place », dira Mustapha Fouda, activiste du Mouvement des ouvriers de Mahalla el Kobra (2009).

  • 20 De manière générale en Égypte et hormis les milieux intellectuels et politiques, le langage protest (...)

24Les leaders ouvriers eux-mêmes leur accordaient la primeur des informations sur leurs actions et les aidaient dans leurs enquêtes, à cause de leur « confiance » dans leurs partis-pris (Duboc 2009). Cette relation de confiance a été telle que les ouvriers en grève ont souhaité que les journalistes participent aux réunions de négociations avec le gouvernement et le syndicat officiel. Leur engagement se révélait également dans les types d’informations qu’ils choisissaient de publier ou de ne pas publier. Parfois le degré d’engagement de ces journalistes-militants allait jusqu’à intervenir dans l’action elle-même : un des journalistes-militants est intervenu pour changer le mot d’ordre utilisé par les grévistes, qu’il trouvait trop emprunt de religion et pas assez de politique 20 !

25Marie Duboc a aussi analysé le rapport que les ouvriers en grève ont entretenu avec les médias et les journaux. Si les ouvriers reconnaissent l’importance des journaux privés indépendants pour populariser leurs actions, ils connaissent également les contradictions du milieu de la presse. Ils savent qu’un article publié sur leur action dans un journal public ou gouvernemental, a peut-être plus de poids quant à l’issue de leurs actions. Ils interprètent cette publication comme un signe de la reconnaissance de leurs revendications par les pouvoirs publics. De même, ils sont conscients que les exagérations de la presse privée peuvent également les desservir.

26Le parti-pris en faveur de la classe ouvrière dépasse de loin cette dernière catégorie professionnelle pour embrasser l’ensemble des protestations sociales. Les journalistes ont également couvert les actions des catégories défavorisées ne disposant ni de traditions de luttes, ni du « nombre », ni de contacts avec la presse. Là encore, l’étude d’Imad Syam (2010) est significative du « choix » social des journalistes de la presse écrite. 9,7 % des auteurs des actions protestataires, relève ce dernier, sont des habitants des quartiers informels ainsi que des villageois. Ces révoltes des habitants des quartiers informels dénoncent généralement soit l’absence de services et d’équipements collectifs (sécurité, services sanitaires et éducatifs, accès à l’eau potable, gaz, électricité, égouts…), soit les décisions d’expropriation ou de destruction de leurs logements. Certaines révoltes dans le milieu rural ont été couvertes par la presse, alors que les journalistes sont généralement concentrés sur le grand Caire et les grandes villes. Mais l’exemple le plus parlant a été celui des protestations liées à la crise du pain en 2008. La publication à la une des journaux des photos des échauffourées autour des boulangeries subventionnées et leurs cortèges de blessés et de morts a incité le régime à réagir rapidement. Toute une série de mesures a été adoptée dans l’urgence : la déclaration du président du Conseil des ministres de régler en 100 jours la crise du pain a été prise au mot par le quotidien El Masry el Youm. Ce journal a égrené sur sa « une » le compte à rebours des 100 jours !

27Les données livrées par les différents recensements des mouvements sociaux laissent supposer que dans la réalité les journalistes égyptiens de cette période étaient particulièrement attentifs à tous les conflits sociaux. Si les acteurs des protestations sociales vont à la recherche des médias pour populariser leurs causes, il semble que la réciproque soit tout autant plausible et pas seulement pour faire « vendre son journal » !

  • 21 Éric Neveu (2010) rappelle que les médias n’enregistrent pas les malaises sociaux mais les « constr (...)

28La dépendance de l’action contestataire vis-à-vis des médias semble confirmée (Neveu 2010) 21 mais celle-ci serait pour « la bonne cause », quand il s’agit de milieux extrêmement défavorisés, sans nombre suffisant, sans tradition de lutte et sans « porte-parole » capable de formuler les revendications dans un langage approprié pour passer dans les médias. Dans ce cas-là, il est peut-être possible de poser l’hypothèse que le journaliste devient le porte-parole de la souffrance sociale et économique. Ainsi, en contexte autoritaire, la question de la dépendance du malaise social vis-à-vis des médias se formule bien différemment qu’en contexte démocratique. L’action protestataire dans un certain nombre de cas est bien une coproduction mais de la part d’associés qui ne sont pas véritablement rivaux car ils partagent peut-être les mêmes conditions sociales que les acteurs en révolte.

Journalistes égyptiens : des dominés sociaux ?

29Comment interpréter un tel positionnement de la part des journalistes égyptiens de cette période ? Ces derniers, comme bien d’autres professions, ont sûrement trouvé dans leur investissement dans la presse privée la possibilité d’apprendre le métier mais aussi de « faire de la politique » face à la fermeture quasi complète des institutions politiques de la fin de la période de Moubarak (El Oifi 2007). Cette attitude n’est pas étonnante de la part d’un milieu, plutôt à gauche et peu influencé, jusqu’à aujourd’hui, par les Frères musulmans.

30Leur posture pourrait également être comprise dans le cadre du déclassement social du métier de journaliste. Cette piste a été proposée par Dina El Khawaga (2000) dans un article consacré aux premières expériences de la presse indépendante privée en Égypte. Les nouvelles générations de journalistes ont été les victimes des restrictions politiques imposées à la presse gouvernementale et de l’échec flagrant de la presse partisane. De même, elles ont été retardées dans leurs carrières par le blocage à la fois générationnel et politique de l’accès aux postes de responsabilité dans toute la presse, gouvernementale ou de l’opposition.

  • 22 Document interne au syndicat des journalistes du 23 janvier 2007.

31L’analyse des mutations du statut socio-économique des journalistes égyptiens de la presse écrite n’a pas encore été réalisée. En 2007, le syndicat des journalistes comportait un total de 4808 journalistes titulaires, 816 journalistes non encore confirmés 22. 2877 appartenaient aux journaux gouvernementaux. Avant même la révolution du 25 janvier, la presse dénonçait les salaires faramineux des patrons de la presse gouvernementale et la corruption générale qui caractérisait ce milieu. Les grands journalistes de la presse privée ont connu également une augmentation très forte de leurs salaires. Mais les autres ? Quel est donc le salaire moyen d’un jeune journaliste égyptien ou d’un pigiste ? Où vivent-ils, quelles sont les conditions sociales et économiques qui les incitent à écrire dans plusieurs journaux à la fois pour arrondir leurs fins de mois ? N’est-il pas possible de les considérer également comme des dominés sociaux, partageant les mêmes espaces sociaux que les acteurs des protestations des quartiers informels du Grand Caire ou d’Alexandrie ? Davantage qu’un « parti-pris » en faveur des dominés, la lecture des articles de presse de cette période met en exergue la révolte de ces derniers contre l’ensemble d’un système qui a fait d’eux des victimes sociales, en contradiction complète avec le prestige espéré du métier de journaliste en Égypte.

32Le déclassement social et professionnel du métier de journaliste reproduit d’une certaine manière le déclassement social plus large du statut de l’intellectuel en Égypte. La période nassérienne a introduit la figure du journaliste d’État (Temimi 2001). Mais pour Alain Roussillon (1986), la liaison entre l’intellectuel et l’État remonte à une période plus ancienne. Les intellectuels égyptiens, à partir du règne du pacha Mohammed Ali (1805‑1848), se sont particularisés par une vision du monde centrée sur l’État et le devoir de le servir. D’après Sonia Temimi (2001), la période nassérienne a rajouté à la figure dominante du journaliste érudit et savant, la figure du journaliste professionnel, homme de terrain et journaliste d’investigation. Elle aura ainsi consacré la figure du journaliste, intermédiaire entre l’État et la société, engagé dans la cité et porte-parole de la société auprès du prince. Or il semble que cette construction des relations entre les journalistes, les intellectuels et l’État a été remise en cause de manière progressive à partir des années 1970 avec la politique de l’Infitāh et du retrait de l’État de ses missions sociales, d’où le phénomène du contournement des intellectuels par l’État, observé par Alain Roussillon (1986). Que signifie conseiller le prince quand ce dernier a abdiqué son rôle social et n’a plus besoin des intellectuels et de leur rôle d’éclaireur et d’éducateur de la nation ? Il n’est donc pas étonnant que les journalistes, les écrivains et les intellectuels en général aient été nombreux à participer au mouvement Kifaya qui a signalé le début de la contestation politique et sociale en Égypte en 2004 (Ben Néfissa 2008a).

Conclusion

33Les hypothèses avancées ici pour comprendre les relations compliquées entre médias et mouvements sociaux dans l’Égypte d’avant la révolution doivent être étayées par d’autres travaux. Le binôme « presse privée-télévision satellitaire » a été fondamental pour l’action contestataire. Il ne s’agit pas là de nier l’importance des réseaux sociaux et d’internet (Gonzalez-Quijano 2009). « Les Jeunes du 6 avril » ont été des acteurs importants dans la vie politique égyptienne et ont fait partie de ceux qui ont appelé à descendre dans la rue, le 25 janvier 2011. Quelques années auparavant, leur soutien à la grève des ouvriers de Mahalla avait provoqué l’irritation de ces derniers, car leur soutien « politisait » leurs revendications sociales et pouvait provoquer l’ire des services de sécurité de l’époque (Fouda 2009) Mais c’est le contraire qui est arrivé à cause de la panique des pouvoirs publics face à la nouveauté de la contestation « Facebook ». Le président du Conseil des ministres se rendit le soir même de la grève, devant les ouvriers de Mahalla pour leur annoncer une augmentation de leurs salaires ! Mais plus important encore, l’appel à la grève générale de la part du mouvement du 6 avril a, dans la réalité, été communiqué à toute la population par le ministère de l’Intérieur égyptien. Inquiet de l’existence d’un groupe d’activistes qu’il ne connaissait pas, la veille du 6 avril, le ministère de l’Intérieur publia un communiqué sur les chaînes de télévision et les radios nationales pour menacer de répression immédiate tout mouvement de protestation sur la voie publique. Or c’est la publication même de ce communiqué qui informa l’ensemble de la population égyptienne aussi bien de l’action des ouvriers de Mahalla que de l’existence d’un groupe dénommé « les jeunes du 6 avril » (Ben Néfissa 2010). Les erreurs de gestion des médias ne sont donc pas uniquement le fait des milieux défavorisés !

34À la veille de la révolution du 25 janvier, il était possible de parler d’adaptation de l’autoritarisme à la contestation sociale, avant qu’un certain Mohammed Bouazizi en Tunisie ne se suicide publiquement devant le gouvernorat de Sidi Bouzid. La mobilisation multisectorielle qui s’ensuivit en Égypte a ainsi redonné sa force à la plus « grande manifestation de papier » de tous les temps, à savoir le sit-in géant de la place Tahrir sous les caméras du monde entier. Ainsi donc, loin de remettre en cause les principaux résultats de la littérature sur les relations entre médias et mouvements sociaux, cet article pose tout simplement la nécessité de les adapter aux contextes locaux des pays marqués par l’autoritarisme. La réflexion sur les relations entre les médias et les mouvements sociaux est donc loin d’être terminée. Les printemps arabes seront peut-être l’occasion de renouveler le questionnement à ce propos.

Bibliographie

Bibliographie

Abdel Fattah Nabil 2010a, « Les hommes d’affaires, l’information et la liberté », al-Ahram, Le Caire, 4 septembre.

Abdel Fattah Nabil 2010b, « Les hommes d’affaires et le soutien aux médias privés », al-Ahram, Le Caire, 9 septembre.

Allal Amin et Bennafla Karine 2011, « Les mouvements protestataires de Gafsa (Tunisie) et Sidi Ifini (Maroc). Des mobilisations en faveur du réengagement de l’État ou contre l’ordre politique ? » Revue Tiers Monde, Hors Série 2011, p. 27‑46.

Ben Néfissa Sarah 2008a, « Ca suffit ?, « le haut » et le « bas » du politique en Égypte » Politique Africaine 108, p. 5‑24.

Ben Néfissa Sarah 2008b, « Égypte : crise alimentaire et mutations de l’espace public », Alternatives Sud 15, n° 4, p. 89.

Ben Néfissa Sarah 2010, « Verrouillage autoritaire et mutation générale des rapports entre l’État et la société en Égypte », Confluence Méditerranée 75, p. 137‑150.

Ben Néfissa Sarah 2011, « Ces 18 jours qui ont changé l’Égypte. Révolution civile et politique », Revue Tiers Monde, Hors Série, p. 227‑236.

Chahata Dina (éd.) 2010, Le retour du politique : les nouveaux mouvements de protestations en Égypte, Centre des Études Politiques et Stratégiques d’al-Ahram, Le Caire (en arabe).

Champagne Patrick 1984, « La manifestation. La production de l’événement politique », Actes de la recherche en sciences sociales 52‑53, p. 19‑41.

Choubaki Amr 2010, « Les protestations des fonctionnaires des impôts fonciers : de la grève catégorielle au syndicat indépendant », in Dina Chahata (éd.), Le retour du politique : les nouveaux mouvements de protestations en Égypte, Centre des Études Politiques et Stratégiques d’al-Ahram, Le Caire, p. 171‑213 (en arabe).

El-Khawaga Dina 2000, « Sisyphe ou les avatars du nouveau journalisme égyptien », Égypte/Monde arabe 3, p. 149‑165. [En ligne] http://ema.revues.org/index803.html

Favre Pierre 2007, « Les manifestations de rue entre espace privé et espaces publics », in Pierre Favre Pierre, Fillieule Olivier et Jobard Fabien (éd.), 2007, L’atelier du politiste, Paris, La Découverte/Pacte, p. 193‑2013.

Guaaybess Tourya 2012, Les Médias arabes, Confluences médiatiques et dynamiques sociales, Paris, CNRS Éditions.

Jacquemond Richard 1997, « Le retour à Nasser des intellectuels égyptiens », Le Monde Diplomatique, juillet, p. 15.

Jacquemond Richard 2002, Entre Scribes et écrivains, le champ littéraire dans l’Égypte contemporaine, Paris, Actes Sud.

Mathieu Lilian 2012, L’espace des mouvements sociaux, Bellecombes-en-Bauges, Éditions du Croquant.

Neveu Éric 1999, « Médias, mouvements sociaux et espaces publics », Réseaux 17, n° 98, p. 119‑152.

Neveu Éric 2010, « Médias et protestation collective », in Olivier Fillieule, Éric Agricoliansky, et Isabelle Sommier (éd.), Penser les mouvements sociaux, Paris, La découverte, p. 245‑264, 2007, « Faire de la politique par les médias dans le monde arabe », Maghreb-Machrek 193, 2007, p. 81‑106.

Siméant Johanna 1998, La cause des sans-papiers, Paris, Presses de Science Po.

Syam Imad 2010, « La carte de la protestation pacifique en Égypte : premiers indicateurs de la formation d’une société civile d’un genre nouveau », in Dina Chahata (éd.), Le retour de la politique. Les nouveaux mouvements de protestations en Égypte. Le Caire, Centre d’Études Politiques et Stratégiques d’Al Ahram, p. 51‑76.

Roussillon Alain 1986, « Sociologie et société en Égypte : le contournement des intellectuels par l’État », in Gilbert Delanoue (éd.), Les Intellectuels et le pouvoir, Syrie-Égypte-Tunisie-Algérie, Le Caire, CEDEJ, p. 99.

Temimi Sonia 2001, « D’un journalisme l’autre : contours d’une identité professionnelle et évolution de son rapport au pouvoir politique 1923‑1970 », Égypte/Monde arabe, 4‑5. [En ligne] http://ema.revues.org/864

Interventions orales en séminaire

Séminaire organisé par Nabil Abdel Fattah et Sarah Ben Néfissa, « Mobilisations collectives, médias et gouvernance » IRD, CEDEJ, Centre d’Études Politiques et Stratégiques d’Al-Ahram, Centre de dialogue égypto-danois, 5 et 6 juillet 2009, Le Caire.

Liste des intervenants cités

  • Abu Ita Kamel 2009, « Débat avec les acteurs ».
  • Aclimandos Tewfik 2009, « Mutations du champ journaliste égyptien : presse indépendante et secteur privé ».
  • Chukr Abdel Ghaffar 2009, « Al-Masry al-Youm al-Badil et comme exemples de l’interaction entre la presse et les mouvements de protestation ».
  • Duboc Marie 2009, « Des grèves sans organisations ? Protestations ouvrières et médias dans le secteur textile ».
  • FoudaMustapha 2009, « Débat avec les acteurs ».
  • Gonzalez-Quijano Yves 2009, « Internet et la redéfinition du champ politique en Égypte ».
  • Neveu Éric 2009, « Les Médias, acteurs des mobilisations sociales ».

Notes

1 Signalons que « confluence médiatique » est une expression empruntée à Tourya Guaaybess (2012).

2 Le journaliste Hassen Abdel Ghani était chargé d’accueillir les correspondants étrangers pour leur expliquer ce qui se passait sur le terrain. Son expérience d’ancien journaliste à al-Jazeera l’a préparé à cette mission. Il a été dénommé le «  ministre de l’Information de la révolution ».

3 Séminaire organisé les 5 et 6 juillet 2009 au Caire, par Nabil Abdel Fattah et Sarah Ben Néfissa, « Mobilisations collectives, médias et gouvernance », avec l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), le Centre d’Études et de documentation économiques, juridiques et sociales (CEDEJ), le Centre des Études Politiques et Stratégiques d’al-Ahram et le Centre de dialogue égypto-danois.

4 Nous utilisons cette expression de Johanna Siméant en la transformant.

5 La vision positive de la presse en Égypte se révèle par l’expression Sahbat al-Jalala, “Sa Majesté” en arabe.

6 Notamment les rapports mensuels sur l’état de la démocratie en Égypte de l’Association Égyptienne pour l’Encouragement à la Participation Sociale. http://www.mosharka.org/

7 Selon certaines estimations, le lectorat ne faisait pas plus de deux millions de personnes avant la révolution.

8 Pour Tourya Guaaybess, la convergence numérique (à savoir la disponibilité de plusieurs médias autrefois distincts sur un même support) accorde une place trop importante au média électronique (internet et téléphonie mobile « sophistiquée »).

9 Le mouvement du 6 avril est une mobilisation à partir d’une page Facebook pour soutenir l’appel à la grève lancé par les ouvriers de l’industrie du textile le même jour. C’est la première manifestation de cette mobilisation électronique. Ce mouvement a fait partie des groupes qui ont appelé à la descente dans la rue le 25 janvier 2011.

10 Notamment les rapports mensuels sur l’état de la démocratie en Égypte de l’Association Égyptienne pour l’Encouragement à la Participation Sociale. http://www.mosharka.org.

11 Al-Badil a été fondé en 2007, al-Masry al-Youm en 2004 et al-Dostour est paru pour la première fois en 1995. Ces journaux ont également des sites internet.

12 Mohammed Sayyid Said, décédé en 2009, était le vice-directeur du Centre des Études Politiques et Stratégiques d’al-Ahram. Cet activiste des droits de l’homme a été un des membres fondateurs de Kifaya.

13 Cette image négative est le fait de l’influence des idéologies nassériennes et de gauche sur les intellectuels et les journalistes égyptiens.

14 Ce conflit, son déroulement et son issue positive marqueront l’espace protestataire égyptien de cette période.

15 Il fait référence à leur long sit-in devant le ministère des Finances. Les habitants des immeubles avoisinant leur ont démontré leur solidarité de plusieurs manières.

16 Lilian Mathieu (2012) envisage l’espace des mouvements sociaux comme un univers de compétence, exigeant de ceux qui en font partie la maîtrise d’un ensemble de savoirs et savoir-faire spécialisés. À partir de là, il est possible de dire que l’utilisation des médias requiert également des compétences.

17 Plusieurs questions doivent être élucidées pour analyser un tel phénomène : quel est l’état de le presse provinciale, quels sont les réseaux des journalistes, les choix des rédactions en chef, les contraintes structurelles imposées par le régime, etc. ? 

18 Sur le plan historique, c’est le mouvement Kifaya qui a introduit cette modalité de l’action. Sa première manifestation du 14 décembre 2004 regroupait peu de personnes mais était relayée par une ample couverture médiatique interne et internationale (Ben Néfissa 2008b).

19 Cela n’a pas été le cas du long sit-in des experts du ministère de la Justice devant le parvis du ministère une année après. Ces derniers avaient fait une erreur de stratégie en adoptant une attitude légitimiste d’appel à Gamal Moubarak. Il n’est donc pas étonnant que le mouvement n’ait pas eu la couverture médiatique nécessaire car le milieu journalistique couvrant les mouvements sociaux appartient surtout à la gauche égyptienne.

20 De manière générale en Égypte et hormis les milieux intellectuels et politiques, le langage protestataire, de manière consciente ou non, a tendance à ne pas avoir de charge politique contre les pouvoirs publics et le régime. Les milieux défavorisés utilisent le langage de la « morale », de la « justice sociale » de la religion et également celui de la nécessaire compassion du chef de l’État. Dans les milieux instruits des classes moyennes éduquées, la charge politique de l’action est sciemment diminuée car ces derniers ont parfaitement intégré la ligne rouge à ne dépasser pour avoir des chances de voir aboutir leur action (Allal et Bennafla 2011).

21 Éric Neveu (2010) rappelle que les médias n’enregistrent pas les malaises sociaux mais les « construisent » voire les déforment selon les intérêts propres du secteur médiatique. Il est donc possible de parler de « dépendance » des mouvements sociaux envers les médias dominants. C’est ainsi que les acteurs des mouvements sociaux développent des stratégies pour réduire cette dépendance.

22 Document interne au syndicat des journalistes du 23 janvier 2007.

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.comMollat
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search