Version classiqueVersion mobile

Les ondes de choc des révolutions arabes

 | 
M’hamed Oualdi
, 
Delphine Pagès-El Karoui
, 
Chantal Verdeil

Première partie. Les ondes de choc régionales et internationales des révolutions arabes

Chapitre 5. La perception par la Chine des révolutions arabes

Souverainisme, protection des intérêts économiques et défis internes

Sébastien Colin

Résumé

Résumé : Pour la Chine, les ondes de choc des révolutions arabes ont été préoccupantes à deux échelles. À l’échelle internationale, tout d’abord, où ces révolutions l’ont obligée, en tant que membre permanent au Conseil de sécurité de l’ONU, à prendre des positions diplomatiques claires et assumées, mais aussi, en tant que puissance mondialisée, à veiller à ses intérêts économiques à l’étranger. Or si la Chine a été relativement souple sur le dossier libyen, en ne s’opposant pas à une intervention aérienne, elle a, en revanche, adopté une posture plus traditionnelle de non-ingérence dans la crise syrienne au côté de la Russie et en opposition aux chancelleries occidentales. La perception de la Chine des révolutions arabes a en fait évolué au rythme des événements et de la propagation des révolutions. À l’échelle interne, dans un contexte de multiplication des contestations sociales et ethniques en territoire chinois, l’effet domino des révolutions, de la Tunisie à la Syrie, en passant par l’Égypte et la Libye, a également préoccupé les autorités.

Texte intégral

  • 1 Ce dernier point de vue est par exemple celui de Liu Yueqin, chercheuse au Centre de recherche sur (...)

1Les révolutions arabes ont suscité de nombreux commentaires et questionnements dans les milieux dirigeant et académique chinois (Ye 2011). Si certains ont considéré ces révoltes comme un troisième grand « processus de démocratisation (minzuhua jincheng) », après l’effondrement du bloc soviétique et les révolutions de couleur des années 2000 (Géorgie, Ukraine et Kirghizstan), pour d’autres, en revanche, il ne s’agissait que de protestations locales de populations marginalisées par la mondialisation, voire de révoltes causées avant tout par une mauvaise gouvernance (guan bi min fan) des autorités en place 1 (Ekman 2013). L’influence des États-Unis dans ces révolutions et l’éventualité d’un effet domino jusqu’en Chine ont également été discutées. Les pressions du monde occidental sur les dirigeants arabes afin que ceux-ci répondent aux demandes de changement politique venant de leur population ont ajouté à l’anxiété chinoise et surtout alimenté les suspicions envers les intentions américaines.

2Ces réflexions ont été d’autant plus importantes que ces révolutions ont soulevé des enjeux à la fois internationaux et nationaux pour la Chine. À l’échelle internationale, alors même que le pays était engagé depuis plus d’une décennie dans une politique d’approfondissement de ses relations avec de nombreux pays arabes, ces révolutions ont eu des impacts immédiats sur ses intérêts économiques et sur la sécurité de ses ressortissants, mais aussi, du fait des violentes répressions orchestrées par les régimes de Mouammar Kadhafi et de Bachar al-Assad, sur sa posture diplomatique au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies, bien souvent arc-boutée sur le principe de non-ingérence. Plus largement, ces révolutions, et plus spécifiquement la révolution libyenne, ont contribué à mettre au jour un dilemme auquel la Chine risque d’être de plus en plus confrontée à l’avenir : choisir entre sa position traditionnelle consistant à défendre le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des États et la nécessité, en tant que nouvelle puissance mondialisée, de protéger ses intérêts nationaux à travers le monde. À l’échelle nationale, les inquiétudes ont surtout porté sur un hypothétique développement d’aspirations démocratiques similaires au sein de la population et au-delà du cercle des activistes pour l’heure bien connus des forces de sécurité chinoises. Quelles ont donc été les réactions de la Chine à ces révolutions arabes sur le plan international comme sur le plan national ? Et quels ont été les facteurs ayant déterminé ses choix ?

3C’est à ces interrogations que nous tenterons de répondre dans cet article, non sans avoir rappelé au préalable à l’échelle internationale comme à l’échelle nationale les contextes dans lesquelles ces révolutions arabes sont intervenues. Nous nous focaliserons essentiellement sur les événements des années 2011 et 2012. L’évocation des réactions de la Chine sur le plan international, quant à elle, concernera surtout l’évolution de la posture diplomatique chinoise sur les dossiers libyen et syrien.

Un approfondissement des relations sino-arabes au cours des années 2000

  • 2 Le nom official en anglais est China-Arab States Cooperation Forum. Il se réunit tous les deux ans, (...)

4Les révolutions arabes ont surgi dans un contexte d’approfondissement des relations politiques, économiques et culturelles entre la Chine et les pays de la région. Le 30 janvier 2004, est créé le Forum de coopération sino-arabe (Zhongguo-Alabo guojia hezuo luntan), dont l’objectif est de fixer le cadre et les principales orientations de la coopération via la réunion régulière d’acteurs politiques et économiques chinois et des pays membres de la Ligue arabe 2. En sus de ce forum, les pays arabes d’Afrique du Nord sont également partie prenante depuis 2000 du FOCAC (Forum on China-Africa Cooperation), que le président algérien Abdelaziz Bouteflika a par ailleurs qualifié de « Bandung du XXIe siècle » (Vairon 2010).

  • 3 Le détail par pays place, en 2011, l’Arabie Saoudite comme principal fournisseur (20 % du total des (...)

5Entre 2004 et 2010, alors même que la Tunisie s’embrase, le commerce entre la Chine et les pays arabes est passé de 36 milliards à 146 milliards de dollars. Si la valeur de 2010 est encore bien inférieure aux montants des échanges que la Chine réalise alors avec l’Union européenne, les États-Unis ou certains de ses voisins asiatiques comme le Japon et la Corée du Sud, sa structure, quant à elle, revêt une extrême importance pour son développement économique dans la mesure où une grande partie de ses importations est constituée d’hydrocarbures. Les membres du Conseil de Coopération du Golfe (Arabie Saoudite, Koweït, Bahreïn, Qatar, Emirats Arabes Unis et Oman) représentent d’ailleurs à eux-seuls 70 % du commerce sino-arabe tandis que, dans leur ensemble, les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord comptent pour plus de 50 % des importations totales de pétrole brut de la Chine 3. En retour, la Chine exporte non seulement des biens de consommation manufacturés mais aussi des biens d’équipement indispensables à de nombreuses entreprises locales.

  • 4 Les énormes écarts entres les statistiques officielles chinoises et celles publiées par la Heritage (...)

6En dépit de divergences statistiques, la prédominance des pays producteurs d’hydrocarbures dans les relations économiques sino-arabes est aussi largement visible dans la distribution géographique des investissements chinois à l’échelle de la région. Que les sources émanent du ministère du Commerce chinois ou du think tank américain Heritage Foundation, dont un des projets consiste à quantifier et analyser la distribution géographique et sectorielle des investissements chinois à travers le monde, l’Algérie, l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, l’Irak ou encore la Libye apparaissent en effet comme les principaux pays cibles des entreprises chinoises (voir tableau 1) 4. Ces relations économiques sino-arabes se doublent également d’une coopération culturelle et éducative marquée par l’établissement de quelques instituts Confucius, néanmoins pour l’heure en nombre limité (voir tableau), ou encore l’octroi par les autorités éducatives chinoises de nombreuses bourses d’études.

Tableau 1 – Présence économique et culturelle chinoise dans les pays de la Ligue arabe en 2010-2011

Pays Investissements chinois réalisés en 2010 d’après les statistiques du ministère du Commerce chinois (en millions de dollars américains) Investissements chinois réalisés et projetés en 2011 d’après la Heritage Foundation (en millions de dollars américains) Instituts Confucius en 2010
Algérie 937,26 9 300
Arabie Saoudite 760,56 11 500
Bahreïn 0,87 n.d.
Comores 4,04 n.d.
Djibouti 12,47 n.d.
Égypte 336,72 3 800 2
Émirats Arabes Unis 764,29 3 400 2
Irak 483,85 6 700
Jordanie 12,63 n.d. 1
Koweït 50,87 900
Liban 2,01 n.d. 1
Libye 32,19 4 300
Mauritanie 45,88 760
Maroc 55,55 n.d. 1
Oman 21,11 n.d.
Palestine n.d. n.d.
Qatar 77,05 1 800
Somalie n.d. n.d.
Soudan 613,36 2 500 1
Syrie* 16,61 3 800
Tunisie 2,53 n.d.
Yémen 184,66 470

– Sources : 2010 Statistical Bulletin of China’s Outward Foreign Direct Investment, Pékin, 2011 ; « The China Global Investment Tracker dataset », The Heritage Foundation, janvier 2013. [En ligne] http://www.heritage.org/research/projects/china-global-investment-tracker-interactive-map (dernière consultation, 1er juillet 2013) ; Hanban (Confucius Institute Headquarters). [En ligne] http://www.hanban.org/​ (dernière consultation, 1er juillet 2013).– n.d. : donnée non disponible– * La participation de la Syrie à la Ligue arabe a été suspendue le 12 novembre 2011 en raison de la répression sanglante de la révolution, orchestrée par le régime de Bachar al-Assad. La Libye avait quant à elle été suspendue le 22 février 2011, avant de retrouver son siège permanent à la fin du mois d’août, une fois le CNT (Conseil national de transition) reconnu comme le représentant légitime du peuple libyen par la Ligue arabe.

  • 5 « China-Egypt 10-Year Strategic Cooperation – Mutual Benefit and Win-Win Cooperation », interview d (...)
  • 6 Ibid.

7Parmi les pays touchés par les révolutions arabes, l’Égypte est de loin le principal partenaire de la Chine, non seulement dans le monde arabe mais aussi sur le continent africain. Premier pays arabe et africain avec lequel la Chine communiste normalise ses relations diplomatiques (1956), c’est aussi par une visite dans ce pays en 1996 que Jiang Zemin, alors président de la République populaire de Chine, inaugure véritablement la nouvelle politique africaine et arabe de la Chine. Enfin, l’Égypte est encore le premier pays de la région avec lequel la Chine décide d’établir, en 1999, une coopération dite « stratégique », dont les dix ans d’existence ont par ailleurs été célébrés lors du 4e FOCAC organisé à Charm al-Cheikh en novembre 2009. Dans le cadre de cette coopération, le commerce sino-égyptien a été multiplié par dix, passant de 610 millions de dollars américains en 1999 à 6,24 milliards en 2009 5. Dans le même temps, de nombreux investissements chinois ont afflué et auraient permis, selon les propos de l’ambassadeur de Chine en Égypte, la création d’un peu plus de 3 000 emplois 6.

  • 7 « Taiwan et la Libye, la lune de miel », Taiwan Today, 19 janvier 2006. [En ligne] http://taiwantod (...)

8Avec la Libye, en dépit d’échanges économiques d’un niveau analogue à celui du commerce avec l’Égypte (6,6 milliards de dollars en 2010) et de la présence de nombreux investisseurs chinois (75 entreprises chinoises en 2010 d’après le ministère du Commerce chinois parmi lesquelles le géant pétrolier China National Petroleum Corporation), les relations politiques entre les deux pays ont parfois été tendues. Ce fut par exemple le cas en 2006 lorsque Mouammar Kadhafi refusa de participer au FOCAC III à Pékin, qui réunissait alors la quasi-totalité des chefs d’État africains, n’y envoyant à sa place qu’un vice-ministre. Cet « affront » fut d’autant plus mal pris par les autorités chinoises que Sayf al-Islam Kadhafi, le troisième fils du dirigeant libyen, s’était rendu à Taiwan quelques mois plus tôt pour initier un rapprochement économique avec l’île et inviter par la même occasion le président taïwanais Chen Shui-bian à se rendre en Libye 7. L’objectif pour le régime libyen était surtout alors de rééquilibrer les forces en présence, face à une Chine toute puissante qu’il a d’ailleurs accusée à plusieurs reprises, parce qu’elle gênait aussi ses propres visées panafricaines, de vouloir dominer l’Afrique économiquement.

  • 8 Citons pour exemple le partenariat euro-méditerranéen et, dans le cas du textile en Égypte, les QIZ (...)
  • 9 DaiXiaohua 2010, « Le premier Forum économique et commercial sino-arabe se tiendra au Ningxia », Be (...)

9Au total, l’intérêt du monde arabe pour la Chine réside surtout dans l’accès aux ressources d’hydrocarbures. C’est une région qu’elle considère comme clé pour sa sécurité énergétique, et ce en dépit des nombreux efforts des autorités ces deux dernières décennies pour diversifier les sources d’approvisionnement du pays. Bien que l’effet domino des révolutions n’ait pas atteint les principaux pays producteurs d’hydrocarbures, la stabilité politique reste toujours préférable pour Pékin qui ne tient pas à ce que ses approvisionnements soient menacés. Dans un contexte d’internationalisation des entreprises chinoises fortement encouragée par les autorités depuis le début des années 2000, un autre intérêt pour la Chine est d’accéder aux marchés locaux mais aussi, dans le cadre d’accords de libre-échange que les pays arabes ont pu passer avec l’Union européenne et les États-Unis 8, aux marchés européen et américain. Enfin, plus secondairement, les acteurs économiques des pays arabes sont perçus par Pékin comme de potentiels investisseurs et partenaires pour les régions occidentales du pays peuplées de musulmans, comme les régions autonomes du Ningxia et du Xinjiang. Ainsi, directement soutenu par les autorités centrales dans le cadre de la politique de développement du Grand Ouest chinois, le Ningxia, peuplé par près de 2,2 millions de musulmans, organise annuellement depuis 2010 un Forum économique et commercial sino-arabe 9.

10Ainsi, bien qu’encore moins puissante militairement que les États-Unis et l’Union européenne, la Chine a émergé comme un partenaire économique important pour les pays arabes dans le courant de la décennie 2000. Sa stratégie de pénétration du marché européen via les pays arabes souligne que la Méditerranée est en train de devenir aux yeux des autorités chinoises « un concept stratégique pertinent » (Vairon 2010). Ahmed Kandil (2012) estime même que le renforcement de la position de la Chine dans la région est en train de se faire au détriment des puissances occidentales. Les réactions des autorités chinoises face aux révolutions arabes et aux changements de pouvoir qui ont eu lieu en Tunisie, en Égypte et en Libye témoignent largement de cette nouvelle configuration géopolitique.

Les révolutions arabes : quelles réactions chinoises sur le plan international ?

  • 10 Pour une analyse plus approfondie de la perception par la Chine de la révolution égyptienne, voir n (...)

11Les révoltes populaires massives en Tunisie et leur propagation rapide en Égypte ont, dans un premier temps, surpris les dirigeants et experts chinois, avant de susciter maints débats quant à leurs causes et potentielles conséquences tant sur le plan international que sur le plan interne. La démission, le 11 février 2011, d’Hosni Moubarak, avec lequel les autorités chinoises entretenaient de bonnes relations, les a alertés. Prônant la stabilité, la sacro-sainte souveraineté de l’État et le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures, Pékin a surtout ouvertement critiqué les pressions américaines qui avaient appelé à la démission de Moubarak, dénonçant dans le même temps le « deux poids-deux mesures » de Washington, qu’elle a jugé beaucoup moins incisif à l’égard de Bahreïn, un pays qui abrite la Ve flotte de la marine américaine et qui demeure un allié important des États-Unis face à l’Iran et pour la surveillance des routes maritimes dans le golfe Persique. Mais au-delà de ces critiques, la réaction de la Chine fut globalement passive, Pékin s’empressant simplement, après le départ de Moubarak, de prendre divers contacts avec les différents acteurs politiques égyptiens incluant les Frères musulmans 10.

  • 11 Huang Jingjing 2011, « China Counting Financial Losses in Libya », Global Times, 4 mars. [En ligne] (...)
  • 12 « China Says It Suffers ‘Large-Scale’ Economic Losses in Libya », Reuters, 24 février 2011. [En lig (...)

12La révolution libyenne, en revanche, du fait de sa transformation en guerre civile entre les insurgés et le régime de Mouammar Kadhafi, a eu d’importantes conséquences pour la Chine sur les plans économique et diplomatique. Les hostilités en Libye ont en effet anéanti une vingtaine de projets d’investissement chinois dans les secteurs des télécommunications, des infrastructures de transport ferroviaire, de l’exploration pétrolière et de la métallurgie 11. Elles ont surtout entraîné des risques immédiats pour la sécurité des nombreux commerçants et travailleurs chinois installés dans le pays 12.

13Dans ce contexte, la Chine a été contrainte d’entreprendre une opération d’évacuation de ses nationaux d’une envergure sans précédent dans son histoire. Les autorités militaires dépêchèrent en Méditerranée une frégate alors en opération dans le golfe d’Aden, tandis que certains groupes chinois comme Norinco et CNPC entreprirent elles-mêmes leurs opérations 13. Du 22 février au 5 mars 2011, ce sont au total 35 860 ressortissants qui furent rapatriés en Chine 14.

  • 15 Conseil de sécurité des Nations Unies, « S/RES/1973 (2011) », 17 mars 2011. [En ligne] www.security (...)
  • 16 « Senior PRC Diplomat Visits Libyan Opposition Base, Urges Political Solution », Xinhua, 6 juillet (...)
  • 17 Zheng Yangpeng et Wang Yan 2011, « NTL Recognized as Ruling Authority », China Daily, 13 septembre.

14Parallèlement, le 26 février 2011, la Chine a voté en faveur de la résolution 1970 du Conseil de sécurité des Nations Unies qui saisit le procureur de la Cour pénale internationale et impose des sanctions à l’encontre du régime de Kadhafi. Le 17 mars, elle décide de ne pas bloquer la résolution 1973 qui non seulement renforce les sanctions prises dans le cadre de la résolution 1970 mais aussi autorise les États membres « à prendre toutes les mesures nécessaires (…) pour protéger les populations et zones civiles menacées d’attaque », notamment par la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne 15. Au début du mois de juillet, par le biais d’une visite à Benghazi de Chen Xiaodong, alors directeur général du Département d’Asie occidentale et d’Afrique du Nord du ministère des Affaires étrangères, Pékin établit un premier contact officiel avec les forces d’opposition libyennes 16. Enfin, après l’éviction de Kadhafi fin août, la Chine déclare prendre note du changement de situation en Libye, avant de reconnaître formellement mi-septembre le Conseil National de Transition (CNT) comme gouvernement légitime du pays 17.

15Cette révolution libyenne est à bien des égards exemplaire en ce qu’elle a contribué à mettre la Chine en porte-à-faux, avec d’un côté son attachement à défendre le principe de non-ingérence et de l’autre la nécessité de protéger ses intérêts économiques et ses ressortissants (Parello-Plesner et Pantucci 2011). Mais ces positions de la Chine par rapport aux résolutions 1970 et 1973 signifient-elles pour autant une rupture dans son approche souverainiste ? Si en Chine, certains esprits parmi les plus conservateurs ont dénoncé ces décisions comme étant une soumission aux demandes occidentales et comme un abandon du principe de non-ingérence, beaucoup d’observateurs, à l’image de la chercheuse chinoise Yun Sun (2011), sont allés à l’encontre de cette idée.

16Un regard sur les votes de la Chine au Conseil de sécurité entre 1971, date de son accession à l’ONU, et 2011 montre que le veto n’est pas une pratique courante de sa diplomatie (seulement 6 sur la période) contrairement à l’abstention qu’elle utilise surtout comme levier politique dans l’objectif d’éviter l’isolement au sein du Conseil de sécurité mais aussi sur la scène internationale. En fait, elle tient officiellement à ne pas apparaître comme un « pouvoir hégémonique », en rappelant de manière récurrente l’importance de la diplomatie et du dialogue. Ainsi, son abstention lors de la guerre du Golfe en 1990 avait surtout pour objectif de redorer son image vis-à-vis du monde occidental, quelques mois après la répression des manifestations étudiantes sur la place Tiananmen. Elle prend aussi bien souvent note de la position des instances régionales. Lors de ses deux derniers vetos antérieurs à 2011 sur des projets de résolution visant la Birmanie (2007) et le Zimbabwe (2008), il s’avérait que ni l’ASEAN (Association des Nations de l’Asie du Sud-Est) dans le premier cas, ni l’Union africaine dans le second cas ne les soutenaient pleinement.

17Dans le cas de la Libye, la Chine avait peu d’options d’une part parce que la demande d’intervention du Conseil de sécurité émanait de l’ambassadeur de la Libye à l’ONU, et d’autre part parce que l’Union africaine, la Ligue arabe et l’Organisation de la conférence islamique condamnèrent unanimement la violente répression orchestrée par Kadhafi. Ces condamnations furent très importantes dans le calcul politique de la Chine qui, au regard des relations volatiles qu’elle entretenait avec le régime de Kadhafi et des risques que les violences faisaient courir à ses ressortissants, n’avait alors aucun intérêt à bloquer les deux résolutions. Il convenait aussi pour Pékin d’anticiper l’avenir et de mieux se positionner dans l’éventualité d’un changement de régime, et ce d’autant plus que le CNT avait une très mauvaise image de la Chine, du fait des coopérations multiples que celle-ci avait entretenues avec le régime de Kadhafi. La reconnaissance du CNT avait aussi pour objectif de récupérer au moins une part des investissements perdus durant le conflit (une perte estimée à plus de 20 milliards de dollars par certains médias chinois).

  • 18 Département de l’information du Conseil de sécurité des Nations Unies, 2011, « Le Conseil de sécuri (...)

18Au total, les choix chinois autour des résolutions 1970 et 1973 marquent une volonté de ne pas bloquer l’action occidentale soutenue par les pays de la région, sans pour autant représenter un clair soutien à celle-ci. Si le représentant de la Chine au Conseil de sécurité, Li Baodong, déclare lors de la résolution 1970 que son pays est préoccupé par la situation « terrifiante » en Libye 18, les autorités chinoises émettent des réserves sur la résolution 1973 notamment sur la possibilité d’utiliser la force quand bien même celle-ci le serait au nom de l’humanitaire. Très rapidement, dès fin mars, bien qu’elle ait consenti la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne, la Chine prend de plus en plus ses distances avec les Occidentaux dont elle estime qu’ils outrepassent leur mandat. Elle finit par percevoir cette intervention humanitaire comme un outil occidental pour se débarrasser des régimes inamicaux et idéologiquement différents. En outre, l’idée que les Occidentaux ont utilisé leurs moyens militaires pour expulser leurs compétiteurs, dont la Chine, des secteurs stratégiques de l’économie libyenne, y compris l’énergie et le bâtiment, fait son chemin.

  • 19 Créé le 27 juin 2011, le CNCD est basé à Damas avec quelques représentations à l’étranger. Bien qu’ (...)
  • 20 En plus du CNCD, notons que les autorités chinoises ont également été en contact avec le Front popu (...)

19En définitive, la révolution libyenne n’a aucunement persuadé la Chine d’abandonner son approche souverainiste. Bien au contraire, elle l’a renforcée comme le prouvent les trois vetos qu’elle a adressés ensuite aux trois projets de résolution visant la Syrie et présentés au Conseil de sécurité les 4 octobre 2011, 4 février 2012 et 19 juillet 2012. En protégeant le régime de Bachar Al-Assad d’une intervention militaire internationale, ces trois vetos ont à nouveau terni l’image de la Chine au sein du monde occidental. Néanmoins, les autorités chinoises ne sont pas restées inactives, comme en a témoigné l’ouverture de canaux de communication avec le Comité national pour le changement démocratique en Syrie (CNCD) 19, dont une délégation a ensuite visité Pékin sur invitation du ministère des Affaires étrangères 20. En février 2012, une importante délégation du ministère des Affaires étrangères chinois s’est rendue en Syrie, en Égypte, en Arabie Saoudite, au Qatar, en Iran, en Jordanie, en Israël et en Palestine pour mener quelques consultations diplomatiques et surtout réaffirmer sa position dans la région face aux puissances occidentales.

  • 21 L’annonce publique de la Compagnie pétrolière libyenne AGOCO mentionnant qu’elle avait des problème (...)
  • 22 Cf. note 1.

20Au-delà du discours officiel mentionnant que le soutien de la Chine au régime syrien est « sans condition particulière et basé tout entier sur le principe du respect de la Charte des Nations Unies », la position de la Chine sur ce dossier doit surtout être comprise comme une vive réaction à la leçon amère qu’elle a tirée de l’expérience libyenne. Pékin estime en effet ne rien avoir gagné après son abstention sur la résolution 1973, ne recevant aucune considération de la part de l’Occident et encore moins du CNT avec lequel ses relations sont par ailleurs restées très instables (Yun 2012) 21. En outre, le facteur de la protection des intérêts économiques et surtout de ses ressortissants (souvent chiffrés à 800) n’avait pas le même poids dans le dossier syrien et ne justifiait aucunement aux yeux de Pékin de sacrifier Bachar al-Assad, et ce d’autant plus que les Occidentaux ont affiché très tôt leur objectif d’œuvrer à un changement de régime. Ayant peu à perdre sur le plan économique, Pékin a considéré qu’il y avait bien plus à gagner politiquement. Le veto chinois évitait tout d’abord à Moscou, son principal partenaire diplomatique, d’être isolé et respectait dans le même temps le « traité de bon voisinage, d’amitié et de coopération » liant les deux pays, en vigueur depuis 2001. Bien que Pékin considère ne pas avoir autant d’intérêts stratégiques que la Russie en Syrie (ventes d’armes et concession du port de Tartous à la marine russe), ce front sino-russe, en venant renforcer l’axe Damas-Téhéran, était aussi essentiel au maintien de l’équilibre des forces au Moyen-Orient face à l’interventionnisme occidental. À ce titre, comme le soulignent Yun Sun (2012) et Liu Yueqin (2012) 22, certains discours en Chine vont jusqu’à mettre en évidence l’opposition entre une coalition occidentale, soutenue par les pays arabo-musulmans majoritairement sunnites – au premier rang desquels figurent l’Arabie Saoudite et le Qatar –, et une alliance chiite syro-iranienne bénéficiant de la protection sino-russe. Au-delà de son partenariat stratégique avec la Russie et de l’importance de l’Iran dans la stratégie pétrolière de la Chine et ce, bien que l’Arabie Saoudite et le Qatar le soient aussi, aucune autre explication n’est donnée sur l’intérêt que la Chine aurait à soutenir cette alliance. L’objectif d’empêcher une intervention militaire contre un gouvernement souverain faisant face à une opposition démocratique soutenue par l’Occident semble donc primer. Cette position est d’autant plus importante que la Chine a aussi dû évaluer les révolutions arabes à la lumière des enjeux de stabilité présents sur son propre territoire.

Les révolutions arabes : un miroir des enjeux de stabilité interne en Chine ?

  • 23 Selon l’Académie des Sciences Sociales, le nombre de ces « incidents de masse » a été multiplié par (...)

21Malgré une forte croissance économique ces trois dernières décennies et le succès incontestable d’avoir sorti de la pauvreté des centaines de millions de Chinois, la Chine reste encore confrontée au défi du développement tout en étant traversée par de profondes inégalités. L’index du développement humain du PNUD classait ainsi la Chine au 89e rang mondial en 2010. C’est certes mieux que l’Égypte (101), la Syrie (111) et le Yémen (133) mais moins bien que la Tunisie (81) et surtout la Libye (53). Le coefficient de Gini indiquait quant à lui un niveau d’inégalité en Chine bien souvent supérieur à la plupart des pays arabes touchés par les révolutions (Peerenboom 2013). À cette situation s’ajoute la multiplication de protestations locales dans le courant des années 2000 qui sont autant d’alertes pour des autorités chinoises obsédées par la stabilité interne. En 2010, en dépit des débats qui tournent autour de leur définition et de leur comptabilisation, les « incidents de masse », pour reprendre le terme officiel, auraient été au nombre de 187 000 23 ! Il est vrai que les motifs de mécontentement sont nombreux. Ces protestations concernent tout autant les ouvriers des entreprises d’État contestant leur licenciement et leur reclassement que des paysans dont les terres auraient été réquisitionnées illégalement, sur fond de corruption, par les autorités locales. Dans les espaces urbains, de plus en plus de citadins se mobilisent en réaction à la modicité des sommes reçues en compensation de leur expulsion et de leur relogement tandis que les travailleurs migrants originaires des campagnes, quand ils ne sont pas surexploités, n’hésitent plus à revendiquer, ne serait-ce que pour faire face à la flambée des coûts de la vie, des augmentations de salaire. Enfin, partout sur le territoire, des populations se plaignent du système de santé, de la spéculation immobilière, des frais d’éducation supérieure exorbitants ainsi que de l’insécurité croissante autour de leur « bien-être » que viennent alimenter les pics de pollution et les scandales à répétition du secteur agro-alimentaire.

22Ces nombreuses et diverses contestations sociales sont accentuées par d’importantes tensions interethniques et politiques. L’embrasement du plateau tibétain, à la veille des Jeux Olympiques de Pékin, en mars-avril 2008, relayé ensuite par des immolations à répétition de moines tibétains, et les violents affrontements interethniques entre des populations ouïgoures (musulmanes et turcophones) et han au cours de l’été 2009 dans la région autonome du Xinjiang sont venus tour à tour rappeler à Pékin toute la difficulté qu’il y avait de construire un État-nation multiethnique. Enfin, la publication le 10 décembre 2008 de la Charte 08, un manifeste signé par plus de 300 intellectuels chinois et activistes des droits de l’homme pour promouvoir la réforme politique et le mouvement démocratique en Chine (auquel les Occidentaux répondront par la remise en 2010 du Prix Nobel de la paix à Liu Xiaobo, un des principaux signataires de cette charte) est venue rallonger une liste déjà longue de préoccupations pour les autorités chinoises en matière de stabilité politique et sociale interne.

  • 24 Ce contrôle était d’autant plus important qu’internet a symbolisé un aspect novateur des révolution (...)
  • 25 Fallows James 2011, « Arab Spring, Chinese Winter », The Atlantic, septembre. [En ligne] www.theatl (...)

23La réponse immédiate des autorités aux révolutions arabes a été de « minimiser les risques » qu’un événement similaire se produise. Elles ont « tué dans l’œuf » toutes initiatives de protestation qui ont par ailleurs bel et bien existé (Pollack 2011). Face aux appels en ligne pour suivre les actions tunisiennes, égyptiennes et libyennes en Chine, les forces de la sécurité publique chinoise ont rapidement mis en branle l’arsenal répressif incluant, entre autres, le contrôle d’internet 24, l’intimidation des journalistes étrangers et l’incarcération des militants des droits de l’homme, à l’image de l’artiste Ai Weiwei également signataire de la Charte 08 et arrêté au début du mois d’avril 2011. Cette situation a poussé James Fallows, journaliste à Pékin, à employer l’expression « d’hiver chinois » pour la qualifier, soulignant par la même le contraste existant avec les « printemps arabes » 25.

24Dans ce contexte, la couverture médiatique officielle des premiers soubresauts en Tunisie et en Égypte fut globalement faible. L’important était surtout d’éviter toutes similitudes et toutes associations d’idées entre les mobilisations sur la place Tahrir au Caire et celles qui avaient eu lieu une vingtaine d’années plus tôt, en juin 1989, sur la place Tiananmen à Pékin. De fait, les médias ont surtout insisté sur la présence dans le monde arabe d’un désordre (luan) au détriment de la stabilité (wending) prônée par le Parti communiste et à laquelle les populations chinoises sont encore majoritairement sensibles. Ce n’est qu’une fois le risque de contagion en Chine devenu faible, soit environ six mois après le début des manifestations en Tunisie, que les médias chinois se sont vraiment emparés du sujet pour tenter d’en tirer quelques enseignements (Ekman 2013).

  • 26 « Wen Jiabao: Comparing China to North Africa and Other Politically Unstable Countries is Incorrect (...)

25Parallèlement à la campagne de répression contre les activistes, les autorités chinoises se sont aussi appliquées à réfuter tous points communs entre la situation socio-économique de la Chine et celle des pays arabes touchés par les révolutions comme en témoignent les propos du Premier ministre Wen Jiabao rapportés par le journal officiel Huanqiu Shibao (Global Times en anglais) 26. Dans la même ligne, la plupart des commentateurs ont rejeté l’idée que la Chine puisse connaître des manifestations similaires à celles qu’ont connues l’Égypte, la Tunisie, la Libye, la Syrie ou encore le Yémen. Selon eux, les quelques points communs mis en exergue comme la corruption et les profondes inégalités socio-spatiales ne suffisent pas. Ils insistent au contraire sur des différences qu’ils jugent majeures comme la présence en Chine d’une plus forte croissance économique, d’une armée fidèle et sous la pleine autorité du Parti communiste, ainsi que d’un fort nationalisme et d’un plus haut degré de satisfaction de la population chinoise, pleinement consciente que son niveau de vie s’est fortement amélioré ces trois dernières décennies. La nature et la structure du pouvoir en Chine seraient aussi très différentes. L’autoritarisme s’y exerce d’une manière collective, par le biais du Parti communiste, et le renouvellement des élites dirigeantes y est beaucoup plus fréquent que dans le monde arabe. Aussi nombreuses soient-elles, les contestations sociales auraient peu de points communs entre elles, tant sur leurs revendications que sur les statuts sociaux des plaignants, et ne représenteraient donc pas une contestation commune du régime chinois et ce, d’autant plus que les motifs des protestations font partie intégrante du discours du pouvoir qui non seulement reconnaît leur existence mais tente aussi d’apporter des solutions. Ainsi, le rapport annuel de Wen Jiabao devant l’Assemblée populaire nationale en mars 2011, alors même qu’une partie du monde arabe se soulevait, mettait effectivement l’accent sur la justice sociale, mais avec une énumération des tâches à la hauteur des problèmes restant à résoudre, et qui pourraient tout autant s’appliquer au monde arabe : lutter contre la pauvreté, les inégalités régionales et les inégalités de revenu ; augmenter les dépenses publiques dans l’éducation, la formation et la santé ; contrôler l’inflation ; construire des logements à loyer modéré ; lutter contre les réquisitions illégales de terre et augmenter les compensations ; prendre en considération les préoccupations des minorités ethniques…

Conclusion

  • 27 « Le commerce entre la Chine et les pays arabes en plein essor malgré les troubles politiques », Le (...)
  • 28 En outre, la Chine a offert une aide à l’Égypte d’une valeur de 14,16 milliards de dollars en avril (...)

26Pour conclure, quels ont donc été véritablement les impacts de ces révolutions arabes pour la Chine ? Sur le plan économique, si ces révolutions ont pu nuire ponctuellement aux intérêts chinois, comme en attestent les importantes pertes financières des entreprises chinoises en Libye et la forte baisse du commerce bilatéral avec la Syrie (‑37,9 % au premier semestre 2012 par rapport à 2011), elles ne remettent aucunement en cause l’approfondissement des relations économiques entre la Chine et les pays arabes amorcées une décennie plus tôt. Dominé par les échanges entre la Chine et les pays producteurs d’hydrocarbures du golfe Persique, en grande partie épargnés par les révolutions, le commerce sino-arabe a continué d’augmenter : 196 milliards de dollars en 2011, soit une augmentation de 34,7 % par rapport à 2010, et déjà 112 milliards pour le seul premier semestre de l’année 2012 27. Avec l’Égypte, pays toujours en révolution et beaucoup moins bien doté en hydrocarbures, la tendance est similaire. En 2011, le commerce sino-égyptien a en effet atteint une valeur de 8,8 milliards de dollars (soit + 30 % par rapport à 2010) tandis que le flux d’investissements chinois s’est élevé à 80 millions de dollars (soit + 60 % par rapport à 2010) 28. Le dernier Forum de coopération sino-arabe en date, organisé à Hammamet en Tunisie du 29 au 31 mai 2012, a quant à lui officiellement réitéré l’intérêt pour les deux parties de poursuivre leur coopération. En revanche, les pertes économiques ont souligné la nécessité pour les entreprises publiques et privées chinoises de mieux prendre en compte les facteurs de risque au moment de leur investissement. C’est ainsi qu’aux premières heures des révolutions l’entreprise de télécommunication Huawei a sollicité des consultants et des chercheurs afin d’évaluer si de tels événements étaient susceptibles de survenir en Algérie, où la Chine est déjà bien implantée.

27D’une manière générale, comme le souligne Alice Ekman (2013), les révolutions arabes ont aussi mis en évidence le besoin pour les acteurs politiques et économiques chinois de développer leurs connaissances sur la région. Face à un déficit des travaux de recherche (du fait de la rareté des études de terrain ou encore de la connaissance insuffisante de la langue), les autorités ont récemment créé trois nouveaux centres de recherche pluridisciplinaire sur le monde arabe (à l’Université des Langues et Culture de Pékin, à l’Institut des langues étrangères de Pékin, et à l’Université du Ningxia) qui viennent ainsi s’ajouter à ceux qui existaient déjà à l’Université de Pékin et à l’Académie des Sciences Sociales de Chine.

28Sur le plan diplomatique, l’impact le plus important de ces révolutions concerne la protection des ressortissants chinois à l’étranger et la volonté accrue de « lutter contre le néo-interventionnisme occidental » : deux points désormais inscrits dans la liste des priorités de la nouvelle équipe dirigeante au pouvoir à Pékin depuis novembre 2012 (Duchâtel 2013). Ils ne sont pas sans mettre au cœur du débat le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des États.

29Enfin, à l’échelle de la Chine, si les révolutions arabes n’ont pas engendré d’immenses vagues de protestation, elles ont une nouvelle fois rappelé la menace des mécontentements populaires. Surtout, elles ont ravivé l’opposition entre les libéraux, qui jugent la réforme politique seule garante de la stabilité sociale, et les conservateurs, qui continuent de mettre l’accent sur la répression des menaces, le contrôle d’internet et des réseaux sociaux et l’arrestation des activistes. Si les conservateurs semblent à première vue sortis gagnants de ce bras de fer, rien ne dit que ces révolutions arabes ne pousseront pas finalement les dirigeants chinois à accélérer certaines réformes politiques et juridiques (Peerenboom 2013). Tout dépendra évidemment de l’évolution des rapports de force au sommet du Parti communiste chinois dans les prochaines années.

Bibliographie

Bibliographie

Anonyme 2009, « China-Egypt 10-Year Strategic Cooperation – Mutual Benefit and Win-Win Cooperation », interview de l’Ambassadeur de Chine en Égypte par le journal officiel chinois China Today, 8 juin. [En ligne] http://www.focac.org/eng/jlydh/sjzs/t619121.htm

Anonyme 2011, « China Evacuates Nationals from Chaotic Libya », People’s Daily, February 23. [En ligne] http://english.peopledaily.com.cn/90001/90776/90883/7296633.html

Anonyme 2011, « China Says It Suffers ‘Large-Scale’ Economic Losses in Libya », Reuters, 24 février 2011. [En ligne] http://af.reuters.com/article/libyaNews/idAFTOE71N06L20110224?pageNumber= 1&virtualBrandChannel=0

Anonyme 2011, « Senior PRC Diplomat Visits Libyan Opposition Base, Urges Political Solution », Xinhua, 6 juillet. [En ligne] http://news.xinhuanet.com/english2010/china/2011-07/07/c_13969784.htm

Anonyme 2011, « Taiwan et la Libye, la lune de miel », Taiwan Today, 19 janvier 2006. [En ligne] http://taiwantoday.tw/ct.asp?xItem=36491&CtNode=181

Anonyme 2011, « Wen Jiabao: Comparing China to North Africa and Other Politically Unstable Countries is Incorrect », Global Times, 14 mars. [En ligne] http://china.huanqiu.com/lhbd/gdxw/2011-03/1561300.html

Anonyme 2012, « La visite de Morsi en Chine contribuera à renforcer les relations sino-égyptiennes », Xinhua, 29 août. [En ligne] http://fr.cntv.cn/20120829/104884.shtml

Anonyme 2012, « Lancement d’un forage offshore sino-égyptien », Xinhua, 16 mars. [En ligne] http://www.chine-informations.com/actualite/lancement-un-forage-off-shore-sino-egyptien_40514.html

Anonyme 2012, « Le commerce entre la Chine et les pays arabes en plein essor malgré les troubles politiques », Le Quotidien du peuple en ligne, 17 août. [En ligne] http://french.peopledaily.com.cn/Economie/7914783.html

Arsène Séverine 2011, Internet et politique en Chine. Les contours normatifs de la contestation, Paris, Karthala, coll. « Recherches internationales ».

Beijing information, 8 mars 2011, [En ligne] http://french.beijingreview.com.cn/bve/txt/201103/08/content_339995.htm

Conseilde sécurité des Nations Unies, « S/RES/1973 (2011) », 17 mars 2011. [En ligne] www.securitycouncilreport.org

Dai Xiaohua 2010, « Le premier Forum économique et commercial sino-arabe se tiendra au Ningxia », Beijing information, 9 août. [En ligne] http://french.beijingreview.com.cn/magazine/2010-08/09/content_ 294840.htm

Département de l’information du Conseil de sécurité des Nations Unies, « Le Conseil de sécurité impose des sanctions contre le régime de Qadhafi à la suite de la répression meurtrière en Libye », CS/10187, 26 février 2011. [En ligne] http://www.un.org/News/fr-press/docs/2011/CS10187.doc.htm

Duchâtel Mathieu 2013, « La politique étrangère de la Chine sous Xi Jinping », Hérodote, 150, 3e trimestre, p. 172‑190.

Ekman Alice 2013, « Le Maghreb vu de Chine : perceptions et orientations au lendemain des printemps arabes », Notes de l’IFRI, février, 45 pages. [En ligne] www.ifri.org

Fallows James 2011, « Arab Spring, Chinese Winter », The Atlantic, septembre. [En ligne] www.theatlantic.com/magazine/archive/2011/09/arab-spring-chinese-winter/8601/

Heritage Foundation 2013, « The China Global Investment Tracker dataset », The Heritage Foundation, janvier. [En ligne] http://www.heritage.org/research/projects/china-global-investment-tracker-interactive-map;

Hill Fiona 2011, « How Russia and China See the Egyptian Revolution », Foreign Policy, 15 février. [En ligne] http://www.foreignpolicy.com/articles/2011/02/15/how_russia_and_ china_see_the_egyptian_revolution?print=yes&hidecomments=yes&page=full

Huang Jingjing 2011, « China Counting Financial Losses in Libya », Global Times, 4 mars. [En ligne] http://china.globaltimes.cn/diplomacy/2011-03/629817.html

International Energy Agency 2012, « People’s Republic of China », Oil & Gas Security. Emergency Response of IEA Countries. [En ligne] http://www.iea.org/publications/freepublications/publication/name,28189,en.html

Kandil Ahmed 2012, « China and the “Arab Spring”: A New Player in the Middle East ? », EuroMesco Brief, 47, 5 juillet, 6 pages. [En ligne] www.euromesco.net

Ligue des droits de l’Homme, Bulletin Chine, divers numéros. [En ligne] http://www.ldh-france.org

Liu Yueqin 2012, interview relative à la Syrie publiée le 9 février sur le site internet de l’Académie des sciences sociales de Chine. [En ligne] http://www.cssn.cn/news/452894.htm.

Ministry of Commerce of the People’s Republic of China 2011, Statistical Bulletin of China’s Outward Foreign Direct Investment, Pékin.

Parello-Plesner Jonas et Pantucci Raffaello 2011, « China’s Janus-Faced Response to the Arab Revolutions », Policy Memo, ECFR/34, juin, 5 pages. [En ligne] www.ecfr.eu

Peerenboom Randall 2013, « The Arab Spring and Social Justice in China: Implications for Institutional Reforms », Social Science Research Network, 5 février, 11 pages. [En ligne] http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2211913

Pollack Jonathan D. 2011, « Unease from Afar », in The Arab Awakening. America and the Transformation of the Middle East, Brookings Institution Press, novembre, p. 298‑304.

Saint-Périer Laurent (de) « Interview du porte-parole du CNCD, Haytham Manna » (propos recueillis par), Jeune Afrique, 11 avril 2012. [En ligne] http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120411152103/

Sun Liping 2011, « Shehui shixu shi dangxia de yanjun tiaozhan » (L’ordre social est actuellement un rude défi), Hexun pinglun, 25 février. [En ligne] http://opinion.hexun.com/2011-02-25/127571301.html

Vairon Lionel 2010, « La Chine en Méditerranée, l’émergence d’une nouvelle puissance ? », Confluences Méditerranée, 74, 2010/3, p. 39‑52.

Ye Qing 2011, « Debating the Arab Uprisings: Views from China », Freeman Report, Washington : Center for Strategic and International Studies, juin, p. 1‑2. [En ligne] http://csis.org/files/publication/fr11n06.pdf

Yun Sun 2011, « China’s Acquiescence on UNSCR 1973, No Big Deal », PacNet 20, 31 mars. [En ligne] http://csis.org/files/publication/pac1120.pdf

Yun Sun 2012, « Syria: What China Has Learned From Its Lybia Experience », Asia Pacific Bulletin, 152, 27 février. [En ligne] www.eastwestcenter.org

Zheng Yangpeng et Wang Yan 2011, « NTL Recognized as Ruling Authority », China Daily, 13 septembre.

Notes

1 Ce dernier point de vue est par exemple celui de Liu Yueqin, chercheuse au Centre de recherche sur l’Asie occidentale et l’Afrique (Xiya feizhou yanjiusuo) de l’Académie des sciences sociales de Chine (Zhongguo shehui kexueyuan). Voir son interview relative à la Syrie publiée le 9 février 2012 sur le site internet de l’Académie des sciences sociales de Chine. [En ligne] http://www.cssn.cn/news/452894.htm (dernière consultation, 28 juillet 2013).

2 Le nom official en anglais est China-Arab States Cooperation Forum. Il se réunit tous les deux ans, alternativement en Chine et dans un des États membres de la Ligue arabe, et est doté d’un site officiel (http://www.cascf.org) consultable en deux langues (arabe et chinois) (dernière consultation, 1er juillet 2013).

3 Le détail par pays place, en 2011, l’Arabie Saoudite comme principal fournisseur (20 % du total des importations chinoises) suivie de l’Iran (11 %), d’Oman (7 %), du Soudan (5 %), de l’Irak (5 %), du Koweït (3 %) et de la Libye (3 %). Les autres principaux partenaires hors monde arabe sont l’Angola (12 %), la Russie (7 %) et le Kazakhstan (3 %). En outre, le Qatar et le Yémen sont respectivement les 2e et 5e fournisseurs de la Chine en GNL (gaz naturel liquéfié), le Qatar représentant à lui seul 19 % des importations chinoises. International Energy Agency, 2012, « People’s Republic of China », Oil & Gas Security. Emergency Response of IEA Countries. [En ligne] http://www.iea.org/publications/freepublications/publication/name,28189,en.html (dernière consultation, 28 juillet 2013).

4 Les énormes écarts entres les statistiques officielles chinoises et celles publiées par la Heritage Foundation s’expliquent en partie par le fait que cette dernière inclut dans ses données l’ensemble des projets d’investissements chinois, dont certains sont envisagés sur plusieurs années. De fait, celles-ci n’indiquent pas vraiment le stock réel des investissements chinois à un instant T mais plutôt une projection sur un plus long terme. Au regard de la nationalité américaine et de l’orientation politique de ce think tank, qui se présente comme défendant des valeurs conservatrices, donc proche des républicains qui brandissent régulièrement le spectre de la menace chinoise, on peut légitimement s’interroger sur le risque de surestimation, bien que l’intérêt premier de cette structure soit justement d’établir un panorama au plus près de la réalité.

5 « China-Egypt 10-Year Strategic Cooperation – Mutual Benefit and Win-Win Cooperation », interview de l’Ambassadeur de Chine en Égypte par le journal officiel chinois China Today, 8 juin 2009. [En ligne] http://www.focac.org/eng/jlydh/sjzs/t619121.htm (dernière consultation, 1er juillet 2013).

6 Ibid.

7 « Taiwan et la Libye, la lune de miel », Taiwan Today, 19 janvier 2006. [En ligne] http://taiwantoday.tw/ct.asp?xItem=36491&CtNode=181 (dernière consultation, 1er juillet 2013).

8 Citons pour exemple le partenariat euro-méditerranéen et, dans le cas du textile en Égypte, les QIZ (Qualified Industrialized Zones) qui permettent aux investisseurs de bénéficier d’un accès non taxé au marché américain.

9 DaiXiaohua 2010, « Le premier Forum économique et commercial sino-arabe se tiendra au Ningxia », Beijing information, 9 août. [En ligne] http://french.beijingreview.com.cn/magazine/2010-08/09/content_294840.htm (dernière consultation, 10 juillet 2013).

10 Pour une analyse plus approfondie de la perception par la Chine de la révolution égyptienne, voir notamment Hill 2011.

11 Huang Jingjing 2011, « China Counting Financial Losses in Libya », Global Times, 4 mars. [En ligne] http://china.globaltimes.cn/diplomacy/2011-03/629817.html (dernière consultation, 2 juillet 2013).

12 « China Says It Suffers ‘Large-Scale’ Economic Losses in Libya », Reuters, 24 février 2011. [En ligne] http://af.reuters.com/article/libyaNews/idAFTOE71N06L20110224?page Number=1&virtualBrandChannel=0 (dernière consultation, 2 juillet 2013).

13 « China Evacuates Nationals from Chaotic Libya », People’s Daily, February 23, 2011. [En ligne] http://english.peopledaily.com.cn/90001/90776/90883/7296633.html (dernière consultation, 1er juillet 2013).

14 Beijing information, 8 mars 2011. [En ligne] http://french.beijingreview.com.cn/bve/txt/2011-03/08/content_ 339995.htm (dernière consultation, 1er juillet 2013).

15 Conseil de sécurité des Nations Unies, « S/RES/1973 (2011) », 17 mars 2011. [En ligne] www.securitycouncilreport.org (dernière consultation, 1er juillet 2013).

16 « Senior PRC Diplomat Visits Libyan Opposition Base, Urges Political Solution », Xinhua, 6 juillet 2011. [En ligne] http://news.xinhuanet.com/english2010/china/2011-07/07/c_13969784.htm (dernière consultation, 1er juillet 2013).

17 Zheng Yangpeng et Wang Yan 2011, « NTL Recognized as Ruling Authority », China Daily, 13 septembre.

18 Département de l’information du Conseil de sécurité des Nations Unies, 2011, « Le Conseil de sécurité impose des sanctions contre le régime de Qadhafi à la suite de la répression meurtrière en Libye », CS/10187, 26 février. [En ligne] http://www.un.org/News/fr-press/docs/2011/CS10187.doc.htm (dernière consultation, 5 juillet 2013).

19 Créé le 27 juin 2011, le CNCD est basé à Damas avec quelques représentations à l’étranger. Bien qu’il soit moins connu au niveau international, il est considéré comme l’autre grande coalition d’opposition syrienne au côté du Conseil National Syrien (CNS) dominé par les Frères musulmans et soutenu par la Turquie, les monarchies du Golfe et l’Occident. Partisan des réformes et non d’un changement radical, il a accepté de dialoguer avec le régime de Bachar Al-Assad, rejetant de fait l’option militaire défendue par le CNS, dont il dénonce par ailleurs l’omniprésence. « Interview du porte-parole du CNCD, Haytham Manna » (propos recueillis par Laurent de Saint-Périer), Jeune Afrique, 11 avril 2012. [En ligne] http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120411152103/ (dernière consultation, 29 juillet 2013).

20 En plus du CNCD, notons que les autorités chinoises ont également été en contact avec le Front populaire pour le changement et la libération.

21 L’annonce publique de la Compagnie pétrolière libyenne AGOCO mentionnant qu’elle avait des problèmes politiques avec la Russie et la Chine a particulièrement agacé les autorités chinoises alors même qu’elles exhortaient le CNT à protéger les intérêts pétroliers de la Chine. En février 2012, soit le même mois que son second veto sur le dossier syrien, le ministère chinois du Commerce était encore « en consultation » avec le nouveau gouvernement libyen avec pour objectif de protéger les actifs chinois encore présents et surtout de veiller au maintien des projets d’investissement qui avaient été engagés sous Kadhafi.

22 Cf. note 1.

23 Selon l’Académie des Sciences Sociales, le nombre de ces « incidents de masse » a été multiplié par 10 entre 1993 et 2005, passant de 8 709 à environ 87 000. La barre des 100 000 a ensuite été franchie en 2007 avant qu’un pic ne soit atteint en 2009 avec plus de 230 000 (Sun 2011) ; divers numéros du Bulletin Chine de la Ligue des droits de l’Homme [En ligne] http://www.ldh-france.org (dernière consultation, 20 juillet 2013).

24 Ce contrôle était d’autant plus important qu’internet a symbolisé un aspect novateur des révolutions arabes et qu’il avait été en Chine-même, au côté des SMS de la téléphonie mobile, un outil décisif de communication et d’information parmi les manifestants tibétains, en 2008, et ouïghours, en 2009. Plus globalement, internet reste un vecteur majeur de la protestation et du mécontentement en Chine (Arsène 2011).

25 Fallows James 2011, « Arab Spring, Chinese Winter », The Atlantic, septembre. [En ligne] www.theatlantic.com/magazine/archive/2011/09/arab-spring-chinese-winter/8601/ (dernière consultation, le 9 juillet 2013).

26 « Wen Jiabao: Comparing China to North Africa and Other Politically Unstable Countries is Incorrect », Global Times, 14 mars 2011. [En ligne] http://china.huanqiu.com/lhbd/gdxw/2011-03/1561300.html (dernière consultation, le 9 juillet 2013).

27 « Le commerce entre la Chine et les pays arabes en plein essor malgré les troubles politiques », Le Quotidien du peuple en ligne, 17 août 2012. [En ligne] http://french.peopledaily.com.cn/Economie/7914783.html (dernière consultation, le 9 juillet 2013).

28 En outre, la Chine a offert une aide à l’Égypte d’une valeur de 14,16 milliards de dollars en avril 2012, tout juste quelques semaines après le lancement conjoint d’un forage offshore dans la baie de Zeit. Fin août 2012, deux mois seulement après son entrée en fonction, le président Mohammed Morsi a effectué une visite de trois jours en Chine avec l’approfondissement des relations bilatérales comme principal objectif. « Lancement d’un forage offshore sino-égyptien », Xinhua, 16 mars 2012. [En ligne] http://www.chine-informations.com/actualite/lancement-un-forage-off-shore-sino-egyptien_40514.html (dernière consultation, le 29 juillet 2013) ; « La visite de Morsi en Chine contribuera à renforcer les relations sino-égyptiennes », Xinhua, 29 août 2012. [En ligne] http://fr.cntv.cn/20120829/104884.shtml (dernière consultation, le 29 juillet 2013).

Auteur

Géographe, maître de conférences à l’INALCO/Département Chine

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.comMollat
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search