Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bosra. Aux portes de l’Arabie

 | 
Jacqueline Dentzer-Feydy
, 
Michèle Vallerin
, 
Thibaud Fournet
, 
et al.

Quartier du Nord

n° 35 - Le minaret de la mosquée d’Omar (al-‘Umarî)

Solange Ory

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Datation : omeyyade/seldjoukide/ayyoubide.

Le minaret de la mosquée al-‘Umarî est l’objet de controverses qui durent depuis bientôt un siècle ! K. A. C. Creswell, architecte britannique qui visita la ville de Bosra pour la 1re fois en 1909 et étudia ses monuments, déclara (en s’appuyant sur la publication de l’inscription de 102/721 par Jean Sauvaget) que la construction de la mosquée et de son minaret dataient de l’époque omeyyade. Creswell en fit alors le plus ancien minaret de l’Islam. Tous deux attribuèrent cette construction au calife Yazîd II. Nous avons démontré en 1971 que l’inscription de 102/721 ne concernait pas le minaret actuel. En effet, le mot mi’dhana que J. Sauvaget a traduit par « minaret », signifie exactement « lieu consacré à l’adhân (appel à la prière) ». Or, à l’époque omeyyade, l’appel à la prière dans les petites villes et villages avait lieu soit devant la grande porte d’entrée de la mosquée, soit sur sa terrasse, à laquelle on accédait par un escalier const...

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540