Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ondes de choc des révolutions arabes

 | 
M’hamed Oualdi
, 
Delphine Pagès-El Karoui
, 
Chantal Verdeil

Première partie. Les ondes de choc régionales et internationales des révolutions arabes

Chapitre 2. La politique étrangère de la République islamique d’Iran

Résistance à l’intégration ou quête de sécurité ?

Azadeh Kian

Résumé

Résumé : La politique étrangère du régime islamique d’Iran a cheminé d’une politique révolutionnaire dans les années 1980, fondée sur des considérations idéologiques, vers une politique motivée par des préoccupations d’ordre géopolitique qui tentait de sortir le pays de l’isolement, notamment sous le deuxième mandat de Hachemi-Rafsanjani et les deux mandats de Khatami. Sous la présidence d’Ahmadinejad, les doutes persistant sur la nature du programme du nucléaire iranien associés à sa politique étrangère belliqueuse ont contribué à la perception de l’Iran par les puissances occidentales et leurs alliés israéliens et arabes comme la principale menace à la stabilité dans la région du Proche et Moyen-Orient. Fragilisés par les conséquences politiques des révolutions arabes, les dirigeants iraniens font aussi face à une crise politique, économique et financière sans précédent intensifiée par les sanctions internationales et des dissensions en leur sein créées par le mouvement vert. Cette crise tous azimuts a commencé à gêner le fonctionnement de l’État. C’est pourquoi les tenants du pouvoir cherchent une issue pour mettre fin aux sanctions internationales et à leur isolement sans toutefois perdre la face. L’élection du candidat modéré Hassan Rohani qui prône l’ouverture sur le monde facilite la réintégration du pays au sein de la communauté internationale.

Abstract: The foreign policy of the Islamic Republic of Iran has moved from a revolutionary policy in the 1980s, founded on ideological considerations, towards a policy motivated by geopolitical pre-occupation, that attempted to end the country’s isolation, especially under the second presidency of Hashemi-Rafsanjani and Khatami’s two mandates. Under Ahmadinejad’s office, his belligerent foreign policy and the persistent doubts on the nature of Iran’s nuclear program have led Western powers and their Israeli and Arab allies to perceive Iran as the main threat to the stability of the Middle East. The Islamic regime has been weakened by the political consequences of the Arab revolutions. More importantly, the Iranian leaders are faced with unprecedented economic, financial and political crises that have been intensified by international sanctions and the divisions among the ruling factions provoked by the Green movement. This all out crisis has started to disturb the functioning of the state. Therefore, the Iranian leaders are forced to find a solution that is likely to end international sanctions and their isolation, without losing the face. The election of the moderate Hassan Rohani, who advocates Iran’s opening to the outside world, provides the country with a chance to integrate into the international community.

Texte intégral

  • 1 Selon Wikileaks, le roi Abdallah d’Arabie saoudite aurait appelé « fréquemment les États-Unis à att (...)

1Les révélations de Wikileaks sur l’Iran en 2010 ont souligné avant même l’avènement des révolutions arabes et la crise syrienne, l’isolement grandissant de la République islamique d’Iran et l’hostilité de plusieurs pays arabes de la région, notamment l’Arabie saoudite, à l’encontre de leur voisin 1. Les doutes persistant sur la nature civile ou militaire du programme du nucléaire iranien associés à la politique étrangère belliqueuse du président iranien Ahmadinejad, ses appels pour rayer Israël de la carte et sa rhétorique anti-occidentale ont contribué à la perception de l’Iran par les puissances occidentales et leurs alliés arabes comme la principale menace à l’existence d’Israël et à la stabilité dans la région du Proche et Moyen-Orient. Il va sans dire que la militarisation du programme nucléaire iranien bouleversera les rapports des forces actuels dans la région au détriment d’Israël. Les voisins de l’Iran craignent l’hégémonie de ce pays que les interventions américaines en 2001 et 2003, contre deux des principaux ennemis du régime iranien à savoir les talibans afghans et le régime de Saddam Hussein, ont favorisé. Depuis son élection le 14 juin 2013, Hassan Rohani, qui est aussi spécialiste des questions géostratégiques et sécuritaires, s’est engagé à rétablir les relations cordiales entre l’Iran et ses voisins, en particulier l’Arabie Saoudite et a replacé l’acquisition de la technologie nucléaire au même niveau d’importance que les relations normalisées avec le monde, y compris l’Occident. Il tente de sortir l’Iran de l’isolement et d’apaiser l’hostilité de plusieurs pays arabes de la région à l’encontre de son pays. Cette modération qu’incarne le président Rohani, reflète la demande de la majorité des électeurs iraniens pour la pacification du champ politique, l’amélioration de leurs conditions de vie et leur droit inaliénable de vivre en paix.

2Fragilisés par l’affaiblissement du régime syrien dont la chute diminuera largement l’influence de la République islamique au Proche-Orient, les tenants du pouvoir iranien ont tout fait pour empêcher le renversement de leur principal allié à travers des moyens militaires et financiers conséquents qu’ils ont mis à sa disposition. Cette politique, contestée par la plupart des régimes de la région (y compris la Turquie), heurte aussi les sentiments des populations arabes qui soutiennent les opposants syriens. La crise syrienne et la perte de popularité du régime iranien dans le monde arabe, son isolement, associés à une crise de légitimité sans précédent et aggravés par les conséquences des sanctions internationales, américaines et européennes (qui privent l’Iran d’une partie de ses revenus pétroliers et gaziers), crispent davantage les dirigeants qui craignent l’aggravation des conflits sociaux. Ce contexte socio-économique interne et la situation régionale et internationale défavorable à la République islamique conduisent les dirigeants iraniens à chercher une issue pour mettre fin aux sanctions internationales et à leur isolement sans toutefois perdre la face.

Isolement et sanctions

  • 2 Selon mediaarabe.info du 18 juillet 2011, l’implication directe de l’Iran en Syrie a pris trois for (...)
  • 3 [En ligne] www.radiofarda.com, 21 décembre 2012.
  • 4 [En ligne] http://www.alarabiya.net/ 28 décembre 2012. Ce qui aurait eu des conséquences directes s (...)
  • 5 Deutsche Welle, programme persan, 19.01.2013.

3Les révolutions au Moyen-Orient et au Maghreb n’ont pas conduit à l’expansion de l’influence iranienne ni de son modèle dans la région, contrairement aux attentes de certains dirigeants islamiques iraniens qui aspirent au leadership du « monde musulman ». Dès leur arrivée au pouvoir, des islamistes tunisiens et égyptiens ont même souligné leur rupture avec le gouvernement d’un jurisconsulte à l’iranienne. Leurs liens étroits avec l’Arabie saoudite et le Qatar ou encore la répression des révoltes des chiites au Bahreïn, associé aux positions critiques de ces pays sur le dossier du nucléaire iranien, ont accentué l’isolement de la République islamique d’Iran tant à l’échelle régionale qu’internationale. Certains dirigeants iraniens, et à leur tête le Guide Ali Khamenei, qui ont tenté, au début, de présenter le renversement des régimes de Ben Ali et de Moubarak comme une conséquence de l’expansion de la révolution islamique de 1979 en Iran ont dû déchanter. À cela s’est ajouté le rapprochement des dirigeants en exil du Hamas palestinien avec les rivaux de l’Iran dont la Turquie, le Qatar (leur principal bailleur de fonds) et l’Arabie saoudite au détriment de l’Iran et de la Syrie. Longtemps soutenus financièrement et militairement par ces derniers, ils ont pris leur distance avec eux à partir de 2011 avant de quitter Damas où ils s’étaient implantés depuis 1999. En réaction à ce changement de l’équilibre des rapports de force au profit des régimes arabes du golfe Persique, le régime iranien a davantage resserré ses liens déjà étroits avec les régimes syrien et irakien et le Hezbollah libanais, ses seuls alliés régionaux, qu’il qualifie de chaînes de résistance. S’estimant menacé tout particulièrement par la perspective du renversement du régime de Bachar al-Assad, l’Iran apporte son soutien militaire, diplomatique et financier au régime syrien afin, d’une part, de maintenir son influence au Proche et Moyen-Orient, et d’autre part, d’entraver la propagation de la révolte sur son propre territoire 2. La capture de plusieurs membres des Gardiens de la révolution par les opposants syriens et l’assassinat de Hassan Shateri un commandant des Gardiens de la révolution le 16 février 2013 sont des preuves de leur présence en Syrie. Plusieurs personnalités très haut placées du régime iranien ont été accusées le 24 juin 2011 par l’Union européenne d’avoir participé activement à la répression des mouvements contestataires en Syrie, en assistant le régime syrien en équipement et logistique. Hossein Taeb (directeur de l’organisation des renseignements des Gardiens de la révolution), Qasem Soleimani (commandant en chef de l’armée de Qods, la branche extérieure des Gardiens de la révolution) et Mohammed-Ali Jafari (le commandant en chef des Gardiens de la révolution) ont vu leurs avoirs dans les pays membres de l’Union européenne bloqués et leurs voyages vers ces destinations interdits. De même Yas Air, une compagnie iranienne de cargo, a été accusée par le comité de surveillance des sanctions contre l’Iran décrétées par les Nations Unies d’avoir transporté des équipements militaires et des munitions en Syrie 3. Selon le journal libanais al-Mustaqbal, proche du Mouvement du futur (fondé par R. Hariri) et opposé au Hezbollah, daté du 28 décembre 2012, l’Iran aurait livré, par la frontière terrestre et aérienne irakienne, 20 tonnes de lingots d’or à la banque centrale de la Syrie afin de soutenir l’économie de ce pays et sauver la livre syrienne 4. À cela s’ajoute l’octroi de l’équivalent de 3,6 milliards de dollars en pétrole en été 2013. Ali Akbar Velayati, ancien ministre des Affaires Étrangères et actuel conseiller du Guide aux affaires étrangères, a réitéré, avec force, la position du régime islamique : « Bachar al-Assad est notre ligne rouge et nous le soutiendrons jusqu’au bout 5 ». Il avait déjà utilisé cette expression à l’été 2012.

  • 6 Allocution de Abdolvahed Moussavi-Lari, alors ministre de l’Intérieur, le 19 septembre 2003. [En li (...)

4La politique étrangère menée avant l’élection de Rohani qui était marquée par l’intransigeance des dirigeants sur le dossier du nucléaire et leur soutien inconditionnel pour Bachar al-Assad était liée aux conséquences du mouvement vert. Provoqué par d’importantes fraudes électorales lors de la présidentielle de juin 2009, le mouvement vert et sa répression brutale ont accentué la crise de légitimité du régime iranien et envenimé les luttes intestines en son sein. Le mouvement vert était incarné par les classes moyennes urbaines, allant des petits fonctionnaires aux professions libérales, ce qui démontre une fois de plus que les mouvements sociaux émergent dans les zones structurées de l’espace social. Sur un plan politique, les acteurs du mouvement vert revendiquaient le remodelage des institutions afin que des visions collectives puissent être exprimées et développées selon les règles du jeu démocratique. En dépit de ses lacunes organisationnelles, de ses limites politiques et de son assise sociale largement confinée aux classes moyennes et urbaines, le mouvement vert, en tant qu’émanation de la société civile, menaçait les intérêts politico-économico-financiers des structures monopolistiques. Confrontée au verrouillage du système politique d’une part, et à la fragilisation de la cohésion sociale liée à l’aggravation des problèmes économiques et sociaux, d’autre part, la société civile émergente, constituée en particulier des classes moyennes, s’est engagée davantage dans l’activité sociale. Pendant les mandats de Khatami (1997‑2005) le pays comptait plus de 28 000 organisations non gouvernementales dont un millier d’ONG de femmes 6. Aujourd’hui beaucoup d’entre elles sont conduites à jouer un rôle social de plus en plus important à travers la réinvention des traditions caritatives ou la création des structures modernes pour venir en aide aux populations vulnérables. Les actions de la société civile sont susceptibles d’affaiblir le système clientéliste et d’assurer, à terme, les conditions de développement des sphères de l’autonomie sociale. Notons qu’à la différence de l’Égypte ou de la Tunisie, les forces de coercition n’ont pas changé de camp.

  • 7 La Fondation de Khatam al-Anbiya est créée en 1989, elle est la partie visible de l’iceberg du cong (...)
  • 8 Teheran Times, 11 juillet 2011, p. 1.

5La crise de légitimité politique s’est ajoutée aux difficultés économiques. Provoquées par la politique populiste mise en place par Mahmoud Ahmadinejad et sa mauvaise gestion de l’économie, elles se sont aggravées avec les sanctions internationales prises depuis décembre 2006 et l’embargo décrété sur le pétrole iranien en juillet 2012 par les États-Unis et l’Union européenne. En conséquence, les conservateurs majoritaires au Parlement, dans les écoles théologiques ou au bazar, de même que certains commandants des Gardiens de la révolution, pourtant d’accord avec le gouvernement et le Guide pour réprimer le mouvement contestataire, ont revu leurs alliances avec le précédent président, tenu pour responsable de la crise tous azimuts. L’opacité du programme nucléaire, maintenu par les dirigeants iraniens, et les doutes persistant sur sa nature civile ou militaire sont à l’origine de plusieurs séries de sanctions internationales décrétées par le Conseil de sécurité des Nations Unies (Kian 2011). À l’approche de la présidentielle de juin 2013 et dans un contexte de rivalités exacerbées entre conservateurs pro et anti-Ahmadinejad, les dirigeants conservateurs iraniens qui niaient jusqu’à récemment les impacts de ces sanctions, ont commencé à les reconnaître. Lors de son intervention au parlement islamique le 7 janvier 2013, Rostam Qasemi, le puissant ancien ministre iranien du pétrole, commandant des Gardiens de la révolution et ancien directeur de Khatam al-Anbiya 7 a déclaré que la vente du pétrole iranien a baissé de 40 % en 2012. Trois jours plus tard, M. Ghazanfari, alors ministre de l’industrie, des mines et du commerce a avoué, à son tour, que les sanctions ont des conséquences paralysantes. De même, l’ancien directeur de la Banque centrale d’Iran a déclaré le 17 mars 2013 que l’économie a indubitablement vécu la situation la plus difficile de son histoire pendant l’année iranienne écoulée. Notons que les revenus pétroliers et gaziers de l’État avaient, du fait de l’augmentation du prix du pétrole, considérablement augmenté sous la présidence d’Ahmadinejad, passant de 24 milliards de dollars en moyenne et par an sous le gouvernement de Khatami à 100 milliards de dollars de revenus pétroliers en 2011, auxquels s’ajoutent 19 milliards de dollars d’exportations non pétrolières 8. La baisse des revenus pétroliers (qui composent plus de 80 % du budget de l’État), en raison de l’embargo, a mis à mal la politique clientéliste qui avait permis à l’État rentier d’empêcher l’explosion sociale et de diviser les différents groupes sociaux protestataires (notamment issus des classes moyennes et des ouvriers de l’industrie) afin d’entraver leur coalition.

6Rohani doit sa victoire avant tout au soutien des réformateurs, en particulier à celui du président Khatami qui a mis tout son poids dans la balance. Afin que le vote de l’électorat réformiste ne soit pas dispersé, il a en effet demandé à Mohammed Reza Aref, son ancien vice-président, de retirer sa candidature au profit de Rohani, avant d’inviter les militants du mouvement vert à voter pour ce candidat qualifié de conservateur modéré et de « Sheikh diplomate ». Cette réputation, Rohani la doit à ses fonctions de négociateur en chef du dossier de nucléaire iranien entre octobre 2003 et août 2005, sous la présidence de Khatami.

Le nucléaire iranien : nouvelle devise du nationalisme ou talon d’Achille du régime ?

7Une partie de l’élite politique qui établit une corrélation entre l’animosité des États-Unis, les sanctions internationales et la fragilisation de la position de l’Iran sur l’échiquier régional et international estime que des négociations avec les États-Unis (surtout dans le contexte du second mandat du président Obama) seraient utiles pour renforcer la position de l’Iran. En dépit d’une rhétorique hostile, la question principale à laquelle pensent les factions conservatrices est l’avenir de leurs relations avec les États-Unis. Hassan Rohani, ancien secrétaire du Conseil supérieur de la sûreté nationale et qui fut désigné par le Guide afin de mener des négociations sur la question nucléaire avec l’AIEA et l’Union européenne à partir de 2003, l’avait déjà déclaré en 2004 :

  • 9 Entretien de Hassan Rohani (alors secrétaire du Conseil supérieur de la sûreté nationale) avec Clau (...)

« La question des relations Iran/États-Unis est devenue particulièrement complexe et une décision à ce sujet très délicate à prendre pour chacune des parties. Mais il faut être réaliste : un jour ou l’autre, ces relations devront être rétablies. Notre habileté, je dirais notre art, sera de choisir le meilleur moment 9. »

8Le concept de maslaha (intérêt) avait été mis en avant, pour justifier, sur le plan religieux, d’éventuelles négociations ou ratifications de conventions et traités, y compris le protocole additionnel du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP). L’ayatollah Seyyed Hossein Mousavi-Tabrizi, secrétaire de la Société des enseignants et chercheurs de l’école théologique de Qom avait déclaré en 2002 :

  • 10 Voir les propos de l’ayatollah Seyyed Hossein Mousavi-Tabrizi, dans le quotidien Aftab-e Yazd, 26 n (...)

« Aujourd’hui nous nous trouvons dans une situation où, en vue de sauvegarder nos intérêts, la sécurité de notre système (nizam) et de notre société islamique, nous devons aller, s’il le faut, à l’encontre des principes de la religion. Aujourd’hui, l’adhésion du pays aux conventions internationales et leur application sont devenues une nécessité et les intérêts de notre société islamique en dépendent. Dans le cas contraire, nous aurons d’énormes problèmes politiques et économiques et serons face aux embargos et boycotts qui sont au détriment de nos intérêts islamiques 10. »

9Rappelons qu’afin de contrer les ambitions nucléaires militaires de Saddam Hussein, les dirigeants iraniens décidèrent, en 1985, de reprendre le programme nucléaire initié par le Chah et laissé à l’abandon par l’Ayatollah Khomeyni après la Révolution. Membre du Traité de Non-Prolifération Nucléaire depuis 1968, l’Iran se devait d’informer l’AIEA de ses intentions. La dissimulation de la reprise des activités nucléaires, dévoilées en 2002, a provoqué de sérieux soupçons quant à la nature de ce programme (Esfandiary 2012). Les négociations avec la troïka européenne (la France, l’Allemagne et la Grande Bretagne) ont conduit le gouvernement dirigé par le modéré Khatami à accepter de rassurer la communauté internationale quant aux visées pacifiques de son programme nucléaire en procédant en 2003 à la suspension volontaire et provisoire de ses activités d’enrichissement de l’uranium. Les inspecteurs de l’AIEA furent autorisés à effectuer des inspections sur certains sites, y compris militaires. Les garanties de sécurité, la non-ingérence des États-Unis dans les affaires intérieures de l’Iran ou encore la levée de l’embargo et la restitution des avoirs iraniens bloqués par les États-Unis étaient parmi les contreparties demandées par les dirigeants islamiques. Mais Washington qui, comme le précise Henry Kissinger, associait la non-prolifération nucléaire à sa politique de renversement du régime islamique (Regime change), refusa de céder aux exigences iraniennes. Prenant acte de ce refus et devant une Europe qui a agi en suppléante impuissante des États-Unis, les dirigeants iraniens ont décidé de reprendre les activités d’enrichissement de l’uranium. En 2003, suite à l’invasion américaine en Irak et au renversement de Saddam Hussein, les dirigeants iraniens qui s’estimaient la prochaine cible des États-Unis avaient envoyé à la Maison Blanche, par l’intermédiaire de l’Ambassade suisse à Téhéran, une proposition de négociations tous azimuts. Le président Bush n’avait donné aucune suite à cette initiative (Kian 2005).

10La proposition du président Obama pour la recherche d’une solution pacifique par des négociations directes entre l’Iran et les États-Unis est une opportunité pour l’Iran. Mais conditionner la négociation avec l’Iran à l’arrêt des activités d’enrichissement de l’uranium risque d’être infructueux car, au regard des dirigeants iraniens, il s’agit d’un droit inaliénable. Selon la mythologie perse, c’est le roi Houshang, l’équivalent Perse de Prométhée, qui a fait découvrir le feu aux Iraniens. Mais contrairement à Prométhée, Houshang ne l’a pas volé aux dieux, il l’a découvert accidentellement lorsqu’il se battait contre le dragon.

11D’ailleurs, Khamenei a déclaré à maintes reprises que l’Iran ne mettrait jamais fin à son programme nucléaire qui conditionne, selon lui, la survie du régime islamique. Les dirigeants iraniens voient aussi dans la maîtrise de la technologie nucléaire la seule garantie de sanctuarisation du territoire national.

12Deux mois après son investiture Rohani est parvenu à transférer la gestion du dossier du nucléaire du Conseil de la sûreté nationale (où siègent aussi les commandants des Gardiens de la révolution) au ministère des Affaires étrangères prenant ainsi la responsabilité de ce dossier épineux. Son but est de le dépolitiser en tentant de le transférer du Conseil de Sécurité des Nations Unies à l’Agence internationale de l’Énergie Atomique.

13Visant la démilitarisation du champ politique, il a demandé et a obtenu du Guide d’accepter le principe de non-ingérence des Gardiens de la Révolution dans les affaires politiques. Devant le parterre des commandants des Gardiens de la révolution, le Guide a déclaré que les Pasdarans doivent connaître la sphère politique mais qu’ils ne doivent pas y être actifs 11. Il a aussi défendu l’action diplomatique et le principe de la flexibilité (revendiqués par Rohani pour dénouer la crise du nucléaire iranien et entamer des pourparlers bilatéraux avec les États-Unis). Ce discours est une victoire remportée par Rohani car il met en cause l’intransigeance de certains commandants des Gardiens de la révolution qui sont parmi ses détracteurs et qui ne l’ont pas soutenu pendant la campagne électorale.

14Les négociations directes entre les États-Unis et l’Iran sur l’ensemble des contentieux (le nucléaire, l’embargo, les conflits au Proche et Moyen-Orient, le soutien de l’Iran au régime syrien) sont susceptibles de conduire à l’allégement ou la levée de l’embargo, à la reconnaissance du droit de l’Iran à l’enrichissement de l’uranium à des fins civiles (à condition du libre accès des inspecteurs de l’AIEA aux sites iraniens), et au renforcement du statut de l’Iran dans la région. Mais elles peuvent aussi conduire à la pacification du champ politique et au renforcement de la société civile au détriment du pouvoir des dirigeants. Ce dilemme montre, une fois de plus, l’articulation entre la politique étrangère de la République islamique et sa politique interne. Sous Ahmadinejad, l’État islamique a accentué sa politique sécuritaire à l’intérieur, en particulier à l’encontre des opposants ethniques (notamment arabes, kurdes, baloutches) qu’il a accusés d’être financés par les monarchies arabes du golfe Persique et les Occidentaux, mais aussi contre son opposition issue du mouvement vert dont il a dénoncé les liens avec les États-Unis et l’Europe. Certains dirigeants islamiques d’Iran soupçonnent la Maison Blanche de poursuivre le projet de « regime change » sous prétexte de respect des droits de l’homme, de démocratisation ou encore pour contrer le programme nucléaire militaire. Ismail Salami, un spécialiste pro-régime cité par l’agence iranienne Press TV exprime ce point de vue :

  • 12 Ismail Salami, « US Committing holocaust for regime change in Iran », Press TV, 12 octobre 2012.

« L’Occident sait parfaitement que l’Iran n’a jamais cherché un programme nucléaire militaire et ne le souhaite pas non plus. Néanmoins, les Occidentaux utilisent ce prétexte pour imposer des sanctions barbares. Leur objectif est d’installer au pouvoir un régime pro-Américain 12. »

15Les propos de certains responsables ou anciens responsables américains sont susceptibles de renforcer la suspicion des dirigeants de la République islamique quant aux intentions réelles des grandes puissances. Amiral en retraite James A. Lyons, ancien commandant en chef des flottes américaines du Pacifique et le haut représentant militaire américain aux Nations Unies reprend à son compte le plaidoyer pour un changement de régime en Iran en écrivant :

  • 13 Adm. James A. Lyons, « Doing nothing not an option », Washington Times, 11 septembre 2012. www.wash (...)

« L’Iran constitue la menace principale. Nous devons mettre à la disposition de l’opposition au régime iranien tout le soutien matériel nécessaire. De cette façon, lorsque notre plan de frappe stratégique sera appliqué, les forces de l’opposition seront en mesure d’agir selon un plan coordonné... Même si durant la précédente décennie nous avons été impliqués dans deux guerres [en Afghanistan et en Irak], il n’y pas de bonne alternative. L’objectif doit être le changement du régime [iranien] 13. »

16Le discours rassembleur de Rohani pendant la campagne électorale et sa critique des brimades économiques, politiques, culturelles ou religieuses infligées aux régions ethniques et sunnites ont conduit les électeurs de ces régions de le plébisciter fortement. Il a ainsi obtenu 73 % des votes au Balouchistan et 71 % au Kurdistan (contre 50,7 % en moyenne nationale). Selon Molavi Abdolhamid, la haute autorité religieuse sunnite en Iran et l’imam de prière de vendredi à Zahedan (le chef-lieu de Balouchistan iranien),

  • 14 Entretien de Reyhaneh Tabatabayi avec Molavi Abdolhamid, Bahar, Téhéran, 25 juin 2013.

« la participation des sunnites à ces élections était très importante et partout en Iran ils ont voté presque exclusivement pour Rohani. Durant les huit dernières années les sunnites ont subi de très fortes pressions. Si la modération prônée par M. Rohani se réalise et si une politique intelligente est appliquée les sunnites et les chiites pourront facilement vivre et travailler ensemble 14. »

17Le choix par Rohani de deux hommes formés dans les universités américaines et connaissant bien les diplomates occidentaux à la tête du ministère des Affaires étrangères et de l’Agence iranienne de l’énergie atomique vise à envoyer des signaux forts du changement de la politique étrangère et nucléaire de l’Iran. Il s’agit respectivement de Mohammad Javad Zarif, ambassadeur et représentant permanent de l’Iran auprès des Nations Unies sous la présidence Khatami et d’Ali-Akbar Salehi, ancien ministre des affaires étrangères et signataire pour l’Iran du protocole additionnel de 2003.

18Pour symboliser le changement opéré dans le discours et la rhétorique du nouveau gouvernement, Zarif a adressé ses félicitations à l’occasion du nouvel an juif, rosh hashana, aux juifs du monde entier et dans un échange sur Twitter il a rétorqué que celui qui niait l’holocauste était désormais écarté du pouvoir.

19En dépit de la rhétorique apaisée de la nouvelle diplomatie iranienne, l’anti-américanisme demeure l’un des principaux fondements idéologiques de la République islamique, ce qui a conforté son assise au sein de mouvements comme le Jihad islamique palestinien ou le Hezbollah libanais, ou encore dans plusieurs pays (comme le Venezuela ou Cuba). À cela s’ajoute que la rhétorique anti-américaine fait partie intégrante de la formation idéologique des piliers du régime que sont les Pasdarans ou les Basidji (milices) et les autres forces armées (Hourcade 2010). Mais par le passé les dirigeants islamiques ont été contraints de négocier avec « le grand Satan américain ». En 1985, pendant la guerre Iran-Irak, alors que l’Iran avait un besoin urgent d’acheter des armes, Rohani, alors membre du Conseil supérieur de la Défense, a accueilli à Téhéran la mission diplomatique américaine dirigée par Robert McFarlane, le conseiller pour la Sécurité nationale du président Reagan. McFarlane était venu vendre illégalement de l’armement à l’Iran en violation de la loi votée par le Congrès qui interdisait toute implication des États-Unis au Nicaragua et toute vente d’arme à l’Iran ; car le président américain souhaitait financer le groupe Contra qui se battait contre le gouvernement révolutionnaire du Nicaragua. La révélation en 1986 de l’affaire, plus connue sous le nom de l’Irangate ou Irancontra, fit scandale aux États-Unis. Les dirigeants iraniens ont aussi accepté de faire libérer les otages américains au Liban et ont partagé avec les États-Unis des intérêts en commun en Afghanistan (2001) ou en Irak (en 2003).

Le cheminement de la politique étrangère

20Contrairement à une idée reçue, qui prend son origine dans l’interventionnisme de l’Ayatollah Khomeyni dans le domaine des affaires étrangères, la Constitution n’accorde pas au Guide le monopole des décisions relatives à la politique étrangère. Selon Jalil Roshandel, un spécialiste iranien de la politique étrangère de la République islamique,

« L’ayatollah Khomeyni donnait son point de vue sur les questions relatives aux affaires étrangères et personne ne contestait publiquement ses décisions qui pourtant n’étaient pas conformes à la Constitution. La plupart d’entre elles ont créé des antécédents qui ne peuvent pas être changés facilement. » (Roshandel 2002)

21Pourtant, la Constitution reste ambiguë quant à l’instance qui doit prendre la décision ultime. Les questions relatives aux affaires étrangères sont débattues par plusieurs instances qui représentent des visions diverses et contradictoires. De ce fait, la politique étrangère exprime des voix discordantes et reflète les aléas de la politique intérieure. Le Guide, en sa qualité de chef d’État, le président de la République, le Conseil du discernement des intérêts supérieurs du régime, le Conseil supérieur de la Sûreté nationale, le ministère des Affaires étrangères, l’agence iranienne de l’énergie atomique ou encore le Parlement islamique en sont les principaux acteurs officiels. L’intensification des luttes entre les factions au pouvoir (jadis réformateurs contre conservateurs et aujourd’hui conservateurs contre ultraconservateurs, et conservateurs contre pragmatiques) tout comme l’absence de consensus entre les diverses instances décisionnelles entravent l’émergence d’une définition homogène des intérêts nationaux.

22La politique étrangère du régime islamique a pris une forme circulaire. Elle a cheminé d’une politique révolutionnaire dans les années 1980, fondée sur des considérations idéologiques, vers une politique motivée par des préoccupations d’ordre géopolitique qui tentait de sortir le pays de l’isolement pour l’intégrer au sein de la communauté internationale, notamment sous le deuxième mandat de Ali Akbar Hachemi-Rafsanjani (1993‑1997) et les deux mandats de Mohammad Khatami (1997‑2005). Avec l’arrivée au pouvoir de Mahmoud Ahmadinejad, la politique extérieure (comme la politique intérieure) s’est à nouveau radicalisée et idéologisée (Djalili 2007). Il faut rappeler que l’Iran est en majorité chiite et persan dans un environnement majoritairement sunnite et arabe. Ce statut minoritaire est à l’origine de la construction d’une identité qui articule les facteurs religieux et national. Mais au lendemain de la révolution, le facteur national a été délaissé un temps au profit de l’idéologie islamiste. Cela s’est traduit par un soutien à différents mouvements du monde arabe (notamment les mouvements chiites comme le Hezbollah libanais ou le Front islamique de libération du Bahreïn ou encore les chiites irakiens), aux dépens des intérêts strictement nationaux iraniens. Mais au-delà des tensions entre l’Iran et les États arabes (exception faite du régime syrien, alaouite et seul allié du régime islamique d’Iran), les relations entre les Persans et les Arabes ont été conflictuelles pour des raisons historiques. Tout en se convertissant à l’islam à partir du VIIe siècle, les Perses ont refusé de s’arabiser et ont disputé une légitimité islamique aux Arabes en adoptant le chiisme (Luizard, Picard 1996). Le chiisme, la religion majoritaire en Iran, est devenu religion officielle au XVIe siècle avec la dynastie des Safavides (1502‑1722). Les rois safavides ont inclus les oulémas chiites au pouvoir politique, qui, en retour ont reconnu la légitimité de cette dynastie. Pendant cette période, les oulémas obtiennent aussi des titres religieux et multiplient la rédaction des traités religieux. Cependant, la dignité des chiites restait à conquérir car Najaf qui abrite le tombeau de l’imam Ali (le premier imam des chiites) et Karbala où repose l’imam Hossein (le troisième imam), se trouvaient dans les territoires de l’Empire ottoman, le califat sunnite. Les villes saintes chiites deviennent ainsi l’enjeu de guerres entre les Safavides et les Ottomans qui se sont soldées par l’échec de l’Iran.

23Les conflits entre les Perses et les Arabes se sont envenimés avec la guerre Iran-Irak (1980‑1988), puis la position des pays membres de la Ligue arabe, selon laquelle les trois îlots des petite et grande Tomb et d’Abou Moussa (occupés par l’Iran depuis le départ des Britanniques en 1971) appartiendraient aux Émirats arabes unis. À cela s’ajoute la controverse au sujet de l’appellation du golfe Persique ou Arabique. L’adoption par l’Iran d’une politique étrangère agressive dans les années 1980 pendant la guerre Iran-Irak, avait provoqué l’inquiétude des monarchies arabes du golfe Persique (en particulier l’Arabie saoudite) et l’hostilité des États-Unis. Mais l’hostilité américaine à l’égard du régime iranien ne s’explique pas seulement par des menaces, réelles ou imaginaires, que représenteraient, pour les intérêts des États-Unis, d’Israël ou de leurs alliés dans la région, la politique régionale de la République islamique ou encore son soutien aux groupes considérés comme terroristes. L’origine de cette hostilité se trouve aussi dans l’humiliation que le régime islamique, alors imprégné d’un anti-américanisme tenace, a infligée aux États-Unis en novembre 1979 lorsque l’ambassade de la plus grande puissance mondiale fut occupée par les jeunes islamistes radicaux à Téhéran. Cinquante-deux diplomates américains furent pris en otage par les étudiants de la « Ligne de l’Imam » et gardés en captivité pendant 444 jours.

24Afin d’affaiblir le régime islamique, les États-Unis, l’Europe et les pays arabes ont soutenu le président irakien Saddam Hussein dans sa guerre contre l’Iran. Le conflit a isolé l’Iran dans la région, mais il a consolidé le régime islamique, renforcé le nationalisme iranien et l’identité chiite qui lui est associée. Les dirigeants iraniens octroyaient alors des soutiens divers à des mouvements locaux de résistance ou de guérilla. L’environnement immédiat de l’Iran constituait sa zone d’intérêt privilégiée. La plupart des pays arabes craignaient alors la contamination de leurs mouvances islamistes radicales par le modèle iranien et redoutaient les effets potentiellement déstabilisants de relations suivies avec ce régime. Les relations entre l’Iran et les pays membres du Conseil de coopération du Golfe (créé en 1981) se sont un temps améliorées après la fin de la guerre Irak-Iran (1980‑88), mais la confiance n’a pas été rétablie entre les différentes parties (Adib-Moghaddam 2008).

  • 15 Azghandi 2005, p. 34.

25Après la fin de la guerre, les conservateurs iraniens ont adopté une stratégie conforme à la doctrine dite « Oum al-Qara » qui consiste à sauvegarder et consolider des fondements islamiques du régime et à étendre son autorité à l’ensemble du monde musulman. À l’image de l’Empire ottoman qui contrôlait une partie balkanique et méditerranéenne du monde musulman, cette doctrine souhaite que Téhéran, à travers son Guide, dirige le monde musulman 15. Comme l’expliquait, en juillet 1989, Mohammad Javad Larijani, alors vice-ministre des Affaires étrangères et actuel chef du département des droits de l’homme au sein du pouvoir judiciaire :

  • 16 Larijani 1990, p. 43‑60. Azghandi 2005, p. 35‑36.

« L’Iran ne doit pas se limiter à ses frontières géographiques. Il ne s’agit pas d’envahir ou d’occuper d’autres territoires mais de dire que notre statut dans le monde musulman ne se définit pas avec les frontières géographiques. Notre diplomatie et notre politique doivent correspondre à notre statut dans le monde musulman. Aucun autre pays islamique ne peut prétendre à diriger le monde musulman 16. »

  • 17 Ibid.

26Selon Larijani, le régime islamique d’Iran poursuit trois buts : 1) conserver le caractère islamique du régime en Iran et son statut dans le monde musulman ; 2) sauvegarder l’intégrité territoriale du pays ; 3) répandre l’influence de la République islamique. Toujours selon Larijani, le critère principal pour savoir si un pays est susceptible de diriger le monde musulman n’est pas sa position stratégique, ni la taille de sa population, ni sa « race ». C’est le velayat (gouvernement d’un jurisconsulte) qui constitue ce critère. Après la victoire de la révolution islamique et sous la direction de l’Imam (Khomeyni), l’Iran est devenu le dirigeant du monde musulman et il était de son devoir de le diriger et il était le devoir de l’oumma de choisir sa direction. L’Iran s’est ainsi doté d’un dirigeant qui était celui de « l’ensemble de l’oumma musulmane 17 ». Conformément à cette doctrine, les dirigeants islamiques d’Iran ont tenté, non sans succès, d’instrumentaliser les mouvements chiites (tant en Irak qu’en Arabie saoudite, au Bahreïn, au Koweït, en Afghanistan ou encore au Pakistan) mais comme le souligne Olivier Roy,

  • 18 Roy 2001, p. 88‑89.

« l’Iran a eu pour politique constante d’éviter toute alliance avec les grands mouvements islamistes sunnites, qui ont toujours refusé de lui accorder une quelconque primauté […]. L’Iran a préféré soutenir des régimes laïcs […] plutôt que de courir le risque de voir émerger des pôles islamistes sunnites […]. La politique iranienne, loin de créer une internationale islamique, a figé un clivage millénaire entre chiites et sunnites 18. »

27La doctrine « Oum al-Qara » a été mise en question sous la présidence de Mohammad Khatami (1997‑2005) dont la politique étrangère ne cherchait pas à diriger le monde musulman mais tendait vers la pacification des relations avec le monde. L’incapacité de l’idéologie chiite, minoritaire dans le monde musulman et dans la région, à rivaliser avec le wahhabisme saoudien, ses moyens financiers et logistiques ainsi que les néo-fondamentalistes sunnites hostiles au chiisme, sont parmi les facteurs qui expliquent ce revirement.

  • 19 Azghandi 2005.

« La politique étrangère du président Khatami était marquée par un réalisme relatif. Durant son premier mandat, le gouvernement a franchi d’importants pas vers le dialogue avec le monde et a poursuivi la politique de détente et a augmenté ses coopérations régionales et internationales 19. »

  • 20 Avec Ali-Akbar Velayati, ancien ministre des Affaires étrangères et Yahya Rahim-Safavi, ancien comm (...)

28Le président réformateur avait également tenté de créer un appareil décisionnaire plus pluraliste tout comme il a essayé de rendre moins opaque la politique de défense. Toutefois, afin de renforcer le poids des conservateurs dans la politique étrangère, le Guide a fondé une institution consultative 20. La politique d’apaisement de Khatami et son appel au dialogue entre les civilisations adressé notamment au monde occidental (et qui allait à l’encontre de la théorie de la guerre des civilisations de Samuel Huntington) ont conduit à une légère modification du discours américain envers l’Iran mais elle ne s’est pas traduite par un changement de politique. Face au régime iranien pour qui la levée de l’embargo américain (décrété en 1984) constituait un préalable à toute négociation, les Américains continuaient de dénoncer le soutien de Téhéran au terrorisme, son opposition à la paix au Proche-Orient et le développement d’un programme nucléaire clandestin comme freins aux pourparlers.

29La décision du président Bush en janvier 2002 d’inclure l’Iran parmi les pays de « l’Axe du mal » (comprenant en particulier l’Irak et la Corée du Nord), accusant l’Iran de développer des armes de destruction massive, avait alors donné un certain poids aux conservateurs iraniens qui ne souhaitaient pas voir Khatami rétablir des relations entre l’Iran et les États-Unis. L’échec de la politique d’apaisement menée par Khatami a conduit à une politique belliqueuse menée sous Ahmadinejad avec des conséquences néfastes pour le pays.

30Estimant inefficace la politique américaine d’endiguement dual et d’embargo contre l’Iran, les Européens avaient opté pour la politique dite du « dialogue critique » entamée en 1992. L’objectif était alors d’obtenir du régime iranien qu’il respecte les droits de l’homme, qu’il renonce au terrorisme, n’entrave pas le processus de paix au Proche-Orient et lève la fatwa prononcée par l’Ayatollah Khomeyni en 1989 contre Salman Rushdie. Pour les Européens, seule l’inclusion de l’Iran dans la communauté internationale pouvait permettre d’atteindre ces objectifs. Cette politique entendait également favoriser le courant pragmatique du régime et protéger les intérêts économiques, commerciaux et géopolitiques de l’Europe. Elle marquait, sinon une rupture, du moins un changement radical avec la politique poursuivie par les Européens durant la décennie 1980 période pendant laquelle ces derniers s’accordaient avec les États-Unis pour qualifier l’Iran de sérieuse menace pour la stabilité de la région et des intérêts occidentaux (Rouleau 2002). Le « dialogue critique » sera provisoirement suspendu en avril 1997 suite au verdict du tribunal de Berlin reconnaissant l’implication des plus hauts dignitaires de l’État islamique dans l’assassinat de quatre opposants kurdes iraniens dans cette ville cinq ans auparavant.

31Suite à l’élection de Khatami, la diplomatie européenne a pris acte des tentatives de l’Iran de normaliser ses rapports avec le monde. Le « dialogue critique » a cédé la place au « dialogue constructif ». Les relations entre l’Union européenne et l’Iran sont entrées dans une nouvelle phase à partir de juin 2002 avec la décision des Européens d’entamer des négociations avec l’Iran afin de conclure un Accord de commerce et de coopération (ACC) visant à réintégrer ce pays sur l’échiquier international. Outre son volet commercial, cet accord comporte aussi un volet politique relatif notamment à la question nucléaire et au respect des droits de l’homme en Iran. L’Europe (notamment la France, l’Allemagne, l’Italie et la Grande-Bretagne) constituait alors le premier partenaire commercial de l’Iran. Les négociations sur l’ACC ont été suspendues du fait de la crise nucléaire, les Occidentaux accusant l’Iran de vouloir disposer de l’arme atomique. Selon l’Union européenne, ces négociations ne seront reprises que lorsque la suspension de l’enrichissement de l’uranium par l’Iran aura été vérifiée (Scandella 2005).

32Après son élection en 2005, Ahmadinejad a pris ses distances avec la politique de son prédécesseur, qui tentait de réintégrer l’Iran au sein de la communauté internationale en se rapprochant de l’Europe et des voisins arabes (Ehteshami, Zweiri 2007). Pour renforcer son pouvoir, Ahmadinejad a mené une politique étrangère populiste (à l’image de sa politique intérieure) misant sur le soutien des musulmans, notamment des populations des pays arabes. Ses propos négationnistes et anti-israéliens s’adressaient avant tout à cette population, alors habitée par un sentiment d’impuissance devant le sort réservé aux Palestiniens et face aux dirigeants despotiques alliés aux Occidentaux. La popularité du régime islamique d’Iran et de son président négationniste a atteint son apogée à l’été 2006 après la guerre des 33 jours menée par Israël au Liban. En août 2006, le centre Ibn Khaldoun pour les études sur le développement en Égypte a réalisé un sondage d’opinion auprès d’un échantillon de 1 700 Égyptiens. Les résultats ont révélé un très large soutien au chef du Hezbollah Hassan Nasrallah et au président iranien Mahmoud Ahmadinejad. Selon Saad Eddin Ibrahim, directeur du centre, le peuple arabe percevait ses dirigeants comme autocratiques, corrompus et inaptes 21. La popularité du régime iranien et d’Ahmadinejad a été confirmée par un autre sondage effectué plus tard par la chaîne qatarie du groupe al-Jazeera. Mais ce sondage dépassait largement les populations du Moyen-Orient puisqu’il s’adressait aussi à celles du Maghreb et même à de nombreux musulmans en Europe. La menace que représentait alors le régime iranien ne se résumait donc pas au programme nucléaire ou à la place politique, économique ou culturelle occupée par l’Iran en Irak après la chute de Saddam Hussein, mais elle trouvait aussi son origine dans le soutien exprimé par une partie de la population, au mépris du clivage millénaire entre sunnites et chiites. Cependant, les événements survenus en Iran en 2009, et surtout la répression féroce des opposants, associé aux révolutions « arabes » et le soutien du régime iranien au régime syrien ont porté préjudice à l’image du pouvoir iranien auprès de ces populations et ont fait baisser considérablement la popularité du chef du gouvernement iranien. Un sondage effectué par l’institut de recherche Zogby en novembre 2012 auprès d’un échantillon de 20,000 personnes dans 17 pays arabes 22 et trois pays musulmans non arabes (la Turquie, l’Azerbaïdjan et le Pakistan) montre que la popularité de l’Iran dans ces pays qui était à son apogée en 2006 s’est érodée. Le Liban et l’Irak présentent des exceptions. Dans ces deux pays respectivement, plus de 70 % et 53 % des personnes interrogées soutiennent l’ingérence de l’Iran en Syrie.

33La politique étrangère d’Ahmadinejad fut fortement critiquée par les conservateurs depuis qu’il s’est brouillé avec les Gardiens de la révolution et le Guide. Afin d’échapper à leur emprise, il a nommé au poste de ministre des Affaires étrangères Ali-Akbar Salehi, né à Karbala (en Irak) et parfaitement arabophone, ancien représentant de l’Iran auprès de l’Agence internationale de l’énergie atomique à Vienne pendant cinq ans. Mais c’était sans compter avec l’armée de Qods, la branche extérieure des Gardiens de la révolution qui contrôle la politique de l’Iran en Irak, au Liban ou au Bahreïn, et qui tente de dicter sa position sur le nucléaire et la politique extérieure comme intérieure du pays.

34Hachemi-Rafsandjani est monté au créneau le 11 juillet 2011 en critiquant sévèrement la politique étrangère d’Ahmadijejad qui, a-t-il précisé, est dépourvue de réflexion comme ses autres actions. Mais il a aussi accusé le Guide, précisant que certaines personnes mettaient en péril les intérêts nationaux de l’Iran pour défendre leurs propres intérêts… Il a ajouté que pendant ses mandats présidentiels, il avait tenté de rapprocher l’Iran et les États-Unis, mais que le Guide n’avait pas donné son accord ; Khatami avait essuyé la même opposition pendant sa présidence. Ces critiques viennent s’ajouter à celles proférées publiquement par Sadeq Kharazi, ancien ambassadeur iranien à Paris et ancien vice-ministre des Affaires étrangères. Kharazi met en exergue la responsabilité exclusive d’Ahmadinejad dans la détérioration des relations avec l’Arabie saoudite et la France.

  • 23 Interview de Sadeq Kharazi avec Tabnak, 9 juillet 2011.

« Si le gouvernement avait écouté les points de vue du Guide, on aurait pu au moins résoudre nos différends avec l’Arabie saoudite. Le Guide avait désigné M. Velayati afin qu’il entame des négociations durables avec Saoud al-Feysal pour régler nos rapports avec le roi Abdallah. Mais monsieur le Président n’a pas pris cette question au sérieux. Le résultat est que les Saoudiens ont abandonné cette voie 23. »

35Les tensions entre l’Iran et l’Arabie saoudite étaient en effet montées d’un cran sous Ahmadinejad. Les idéologies islamo-nationalistes saoudiennes et iraniennes s’affrontent sur le sol irakien, bahreïni, libanais et syrien que le régime iranien qualifie de chaine de résistance et que l’Occident souhaiterait dominer grâce au renversement de Bachar al-Assad 24. Velayati, candidat malheureux à la présidentielle de 2013, avait affirmé que même la Russie et la Chine se sont senties menacées par cette stratégie et que la situation est si critique que la Russie, pour la première fois depuis la fin de la guerre froide, a pris de fortes positions par rapport à l’Occident. Selon Velayati, des membres d’al-Qaida à l’origine soutenus par les États-Unis, la Grande Bretagne, l’Arabie saoudite et le Pakistan sont envoyés en Syrie [pour déstabiliser le régime de Bachar al-Assad]. Ahmadinejad qui partageait la position de ses rivaux conservateurs sur la Syrie a, pour sa part, condamné la Ligue arabe pour ses critiques envers le régime syrien et annoncé qu’elle perdra son crédit sans la Syrie. Il a ajouté que « les pays arabes du golfe Persique ont l’intention de normaliser leurs relations avec ‘le régime sioniste’ et de mettre leur richesse à sa disposition et quand ils ont vu la résistance de la Syrie, ils ont commencé à s’opposer au régime syrien. » Ahmadinejad a souligné les relations étroites entre l’Iran et la Syrie et a précisé que le régime de la République islamique n’a aucune limite pour étendre ses relations avec la Syrie et fera tout ce qui est en son pouvoir pour soutenir ce pays 25. La proposition, le 21 décembre 2012, par les dirigeants iraniens d’un projet de résolution composé de six articles pour mettre fin au conflit syrien et préparer la formation d’un gouvernement de transition a été rejetée par l’opposition qui a qualifié le projet de tentatives infructueuses visant à maintenir Bachar al-Assad au pouvoir. Les forces militaires et paramilitaires (basidj) ont à leur tour réitéré le soutien sans faille du régime islamique au régime syrien. Suite à la libération de 48 otages iraniens capturés par les opposants et échangés contre 2 200 prisonniers politiques syriens, les autorités iraniennes ont précisé que leur but est de sauvegarder la souveraineté nationale de ce pays 26.

36Suite à l’élection de Rohani et le changement de discours du gouvernement iranien, les États-Unis et la France ont reconnu l’importance du poids de la République islamique dans la région et ont invité l’Iran à participer aux efforts de la communauté internationale visant à trouver une solution durable à la crise syrienne. L’accord de principe du président Rohani de participer à la seconde conférence internationale sur la Syrie et sa promesse de coopération montre que même si l’ensemble des acteurs de la politique étrangère iranienne s’accorde pour soutenir fermement le régime syrien, qualifiant parfois son maintien au pouvoir de « ligne rouge », la seule véritable ligne rouge a été la pérennisation du régime islamique que les sanctions internationales risquent de déstabiliser. La fin des hostilités entre l’Iran et les États-Unis semble présenter le meilleur moyen de sauver le régime. Rohani qui a obtenu le feu vert du Guide a annoncé :

« Si Monsieur Obama et moi-même devions nous retrouver, nous regarderions tous les deux vers le futur, ses perspectives et nos espoirs pour le futur […] Nous avons besoin d’un point de départ. Je pense qu’il s’agit du dossier nucléaire 27. »

37Le moment opportun qu’ont cherché les dirigeants iraniens pour négocier avec les États-Unis afin de garantir leur sécurité, réintégrer la communauté internationale et être reconnu comme une puissance régionale semble s’approcher à grand pas et les révolutions au Moyen-Orient et au Maghreb et la crise syrienne n’ont fait que le précipiter.

Bibliographie

Bibliographie

Adib-Moghaddam Arshin 2008, Iran in World Politics, New York, Columbia University Press.

Azghandi Alireza 2005, Siyasat-e khareji-ye jomhouri-ye eslami (La politique étrangère de la République islamique), Téhéran, Ghoomes.

Blackwill Robert D. (dir.) 2012, Iran: The Nuclear Challenge, New York, Council on Foreign Relations Press, 2012.

Djalili Mohammad-Reza 2007, « L’Iran d’Ahmadinedjad : évolutions internes et politique étrangère », Politique étrangère 72/1, p. 27‑38

Ehteshami Anoushiravan, Zweiri Mahjoob 2007, Iran and the Rise of its Neoconservatives. The Politics of Tehran’s Silent Revolution, London - New York, I. B. Tauris.

Esfandiary Dina 2012, « Nucléaire iranien : que sait-on ? », Politique étrangère, n° 3, p. 533‑546.

Hourcade Bernard 2010, Géopolitique de l’Iran, Paris, Armand Colin.

Kian Azadeh 2005, La République islamique d’Iran. De la maison du Guide à la raison d’État, Paris, Michalon.

Kian Azadeh 2011, L’Iran : un mouvement sans révolution ? La vague verte face au pouvoir mercanto-militariste, Paris, Michalon.

Larijani Mohammad Javad 1990, Maghoulati dar strategie-ye melli (Des questions concernant la stratégie nationale), Téhéran, Nashr-e Ketab.

Luizard Pierre-Jean, Picard Élizabeth 1996, « Introduction », dans Luizard P.-J., Picard É., « Arabes et Iraniens », Cemoti, 22, p. 5‑10.

Roshandel Jalil 2002, « Evolution of the Decision-Making Process in Iranian Foreign Policy », in E. Hooglund (dir.), The Twenty Years of Islamic Revolution. Political and Social Transition in Iran Since 1979, New York, Syracuse University Press, p. 123‑142.

Roy Olivier 2001, Généalogie de l’islamisme, Paris, Hachette.

Scandella Julie 2005, « L’Union européenne et l’Iran entre institutionnalisation et suspension des relations », in Kian Azadeh (dir.), « L’Iran, le régime conforté », Les Cahiers de l’Orient, 79, p. 101‑116.

Notes

1 Selon Wikileaks, le roi Abdallah d’Arabie saoudite aurait appelé « fréquemment les États-Unis à attaquer l’Iran pour mettre fin au programme nucléaire du pays », tandis que l’ambassadeur saoudien aux États-Unis a conseillé en avril 2008 aux Américains « de couper la tête du serpent » en parlant de l’Iran. Le prince héritier d’Abou Dhabi, cheikh Mohammed ben Zayed, a affirmé dans un entretien en juillet 2009 avec le secrétaire au Trésor américain Timothy Geithner qu’une « guerre conventionnelle à court terme avec l’Iran est clairement préférable aux conséquences à long terme d’un Iran nucléaire ». Le roi de Bahreïn Hamad ben Issa Al-Khalifa a affirmé le 1er novembre 2009 au général américain David Petraeus : « Le danger de laisser le programme nucléaire se poursuivre est supérieur à celui de le stopper. » Selon un rapport datant de février 2010 le ministre koweïtien de l’Intérieur, Jaber Al-Khaled Al-Sabah, est convaincu que « les États-Unis ne pourront pas éviter un conflit militaire avec l’Iran », et le prince héritier d’Abou Dhabi Mohammed ben Zayed a averti en 2009 que l’Égypte, l’Arabie saoudite, la Syrie et la Turquie développeraient des armes nucléaires si l’Iran se dotait d’un programme nucléaire. http://wikileaks.org/wiki/Category:Iran, et http://www.lepoint.fr/monde/iran-les-revelations-de-wikileaks-29-11-2010-1268294_24.php

2 Selon mediaarabe.info du 18 juillet 2011, l’implication directe de l’Iran en Syrie a pris trois formes : la présence de Gardiens de la révolution qui contribuent à la répression ; la fourniture de matériel d’écoute pour localiser, identifier et arrêter les cyber-activistes à travers la surveillance des réseaux internet et de téléphonie mobile ; le versement d’argent frais (5,8 milliards de dollars) décidé par le Guide de la révolution, Ali Khamenei, [en ligne] http://www.mediaarabe.info/spp.php?article2012

3 [En ligne] www.radiofarda.com, 21 décembre 2012.

4 [En ligne] http://www.alarabiya.net/ 28 décembre 2012. Ce qui aurait eu des conséquences directes sur la valeur de la monnaie iranienne et sa nouvelle baisse par rapport aux devises notamment le dollar et l’euro.

5 Deutsche Welle, programme persan, 19.01.2013.

6 Allocution de Abdolvahed Moussavi-Lari, alors ministre de l’Intérieur, le 19 septembre 2003. [En ligne] www.moi.ir

7 La Fondation de Khatam al-Anbiya est créée en 1989, elle est la partie visible de l’iceberg du conglomérat des Pasdarans. Jusqu’en 1994, elle a été dirigée par Mohsen Rezayi, premier commandant en chef des Pasdarans. Mohammed-Baqer Qalibaf, l’actuel maire de Téhéran, a été placé à la tête de Khatam al-Anbiya de 1994 jusqu’en 1998. À partir de la fin de la décennie 1990, la Fondation de Khatam al-Anbiya commence à investir dans les infrastructures pétrolières et devient avec l’élection d’Ahmadinejad en 2005 le plus important maître d’œuvre dans les secteurs pétrolier et gazier. En 2009, Khatam al-Anbiya a obtenu une concession d’un montant de 2,5 milliards de dollars pour construire un gazoduc long de 900 km qui acheminerait le gaz vers le Pakistan et l’Inde en passant par les provinces orientales de l’Iran. Elle a aussi obtenu le projet d’expansion des champs gaziers de Pars du Sud, l’une des sources gazières les plus importantes au monde (Kian 2011).

8 Teheran Times, 11 juillet 2011, p. 1.

9 Entretien de Hassan Rohani (alors secrétaire du Conseil supérieur de la sûreté nationale) avec Claude Lorieux et Pierre Prier, Le Figaro, 17 janvier 2004.

10 Voir les propos de l’ayatollah Seyyed Hossein Mousavi-Tabrizi, dans le quotidien Aftab-e Yazd, 26 novembre 2002, p. 11.

11 http://www.bbc.co.uk/persian/iran/2013/09/130917_l39_analysis_khamenei_ nuclear_compromise.shtml, consulté le 17 septembre 2013.

12 Ismail Salami, « US Committing holocaust for regime change in Iran », Press TV, 12 octobre 2012.

13 Adm. James A. Lyons, « Doing nothing not an option », Washington Times, 11 septembre 2012. www.washingtonTimes.com/news/2012/sep/11/regime-change

14 Entretien de Reyhaneh Tabatabayi avec Molavi Abdolhamid, Bahar, Téhéran, 25 juin 2013.

15 Azghandi 2005, p. 34.

16 Larijani 1990, p. 43‑60. Azghandi 2005, p. 35‑36.

17 Ibid.

18 Roy 2001, p. 88‑89.

19 Azghandi 2005.

20 Avec Ali-Akbar Velayati, ancien ministre des Affaires étrangères et Yahya Rahim-Safavi, ancien commandant des Pasdarans, pour conseillers.

21 Ibn Khaldun Center for Development Studies, Public opinion survey. [En ligne] http://www.eicds.org

22 Les pays arabes sont les suivants : le Maroc, la Tunisie, l’Algérie, la Libye, l’Égypte, le Soudan, la Palestine, le Liban, la Jordanie, l’Irak, le Koweit, le Qatar, le Bahrein, les Emirats Arabes Unies, l’Oman, le Yémen et l’Arabie Saoudite. Pour les résultats détaillés voir : http://www.wilsoncenter.org/sites/default/files/iranpollfindingspresentation.pdf

23 Interview de Sadeq Kharazi avec Tabnak, 9 juillet 2011.

24 Les propos de Ali-Akbar Velayati lors de son interview avec la 2e chaine de la télévision iranienne le 13 juillet 2012.

25 Tabnak, 29 mars 2012. http://www.tabnak.ir/

26 http://www.persian.rfi.fr 2013/1/14

27 http://www.washingtonpost.com/blogs/post-partisan/wp/2013/09/25/transcript-an-interview-with-hassan-rouhani/

Auteur

Professeur de sociologie, directrice du CEDREF, Université Paris 7-Diderot

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter