Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Syrie du nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche

 | 
Claude Cahen

Cinquième partie

Chapitre VII. Le déplacement du commerce dans la Syrie du Nord

Texte intégral

  • 1 Supra, p. 432-433.
  • 2 Lib. Jur., 432 (Rohricht Reg., no 680, 1189 et non 1199). En 1190, il renouvelle l’exemption de tou (...)
  • 3 Müller 80 : 3 % pour toute importation de marchandise vendue dans la principauté ; 2 % de qîrât (cf (...)
  • 4 Cf. p. 594, 608. En 1234, Bohémond V confirme aux Pisans pour Antioche un privilège qu’il dit de so (...)
  • 5 Défavorise-t-il en revanche les Génois ? Du moins il exempte Souwaïdiya des lieux où ils ont franch (...)
  • 6 Müller, 90. Il y a exception pour les droits à payer à Souwaïdiya : pour autant qu’il ne s’agit pas (...)
  • 7 On n’a de privilèges de Léon qu’aux Génois et Vénitiens, bien que Roupeu ait favorisé les Pisans à (...)

1Le xiiie siècle, à partir de la reconstitution des colonies italiennes au lendemain de la troisième croisade, puis de la mainmise des Francs sur l’Empire byzantin pour le compte des Vénitiens, est une période où le commerce du Levant, enfin dégagé des tâtonnements et de l’insuffisance de moyens du siècle précédent, prend un essor vigoureux et durable. Menacées de ruine partielle par la conquête saladine, les cités italiennes avaient activement contribué au sauvetage de la domination franque, et en furent naturellement récompensées par un accroissement de leurs privilèges. En même temps, elles donnent à leurs colonies l’organisation générale et centralisée autour d’Acre qui leur avait jusqu’alors manqué. En ce qui concerne Antioche, on a vu le rôle qu’avaient eu dans sa défense les Génois dès 11881, et dès 1189 Bohémond III a reconnu leurs services en leur concédant l’autonomie judiciaire2. Onze ans plus tard, il accorde aux Pisans des diminutions de droits, et la précision de l’acte prouve que nous avons cette fois affaire à une colonie vivante3. Avec les Pisans, Bohémond IV, allié aux Génois4, s’entendait très mal et, alors qu’il n’était encore que comte de Tripoli, il y avait eu entre eux une véritable guerre due à des contestations sur l’interprétation des franchises que leur avait concédées in extremis en 1187 son prédécesseur Raymond III. Raymond Roupen n’en avait que plus de raisons de les favoriser5 et accorda aux Pisans l’immunité financière totale, qui en fit enfin les égaux des Génois6. On ignore ce qu’il advint de ce privilège après la restauration de Bohémond. En tous cas, on a l’impression, au début du xiiie siècle, que la principauté est appelée à bénéficier de l’essor nouveau du commerce dans la mesure où le lui permet sa situation économiquement subalterne. Néanmoins, il apparut vite qu’il n’en serait rien. De nouvelles raisons d’infériorité s’ajoutent, en effet, pour elle, à celles que le xiie siècle avait déjà connues. Les dissensions internes n’y entrent peut-être pas pour beaucoup, car les ports libanais et Acre n’en furent pas exempts ; quant aux ravages des Turcomans, ils accélérèrent peut-être, mais ils ne créèrent pas le processus de décadence du commerce antiochien. La cause principale de cette décadence réside dans le développement de nouvelles routes et de nouveaux centres de commerce. Économiquement, comme politiquement, la base de la puissance franque est repliée sur les régions moins exposées, Chypre et surtout la Cilicie depuis que Léon 1er l’a ouverte aux commerçants italiens7, et, au milieu du xiiie siècle, Ayâs sur la côte nord-occidentale du golfe d’Alexandrette, est devenu un port aussi important qu’Acre, parce qu’il a profité de l’essor de l’arrière-pays seldjouqide, puis de l’unité politique irano-anatolienne réalisée par les Mongols. Avant l’invasion mongole, les ports syriens restent assurément un débouché plus proche qu’Ayâs au commerce asiatique. Mais Antioche et Souwaïdiya sont défavorisées par rapport à Lattakié, parce que celle-ci, qui n’est pas beaucoup plus éloignée d’Alep, lui est maintenant unie politiquement et, en général, a militairement moins à craindre.

  • 8 Notaire Guglielmo Cassinense (an 1191), cité par Byrne, Genoese Trade, p, 212 et n. 82. Il y a auss (...)
  • 9 Deux Toscans meurent à Alep en 1244 (Schaube, p. 214-215 ; et note suivante).
  • 10 Müller, 80, où l’on voit mentionné un droit perçu sur les Pisans passant au Djisr al-Hadid (en 1200 (...)
  • 11 La seule trace qu’on ait de leur existence à Antioche est un ordre général envoyé de Venise à tous (...)
  • 12 II faudrait connaître l’ensemble des droits à payer en pays chrétien et en pays musulman pour savoi (...)
  • 13 Heyd., p. 373 sq.

2Enfin les Italiens s’enhardissent, devancent les missionnaires en pays infidèle ; il y a longtemps qu’ils sont établis à Alexandrie, pour ne pas parler de l’Afrique du Nord : on les voit maintenant, Génois8, Pisans9, Vénitiens, dès la fin du xiie ou le début du xiiie siècle, trouver avantage à pénétrer eux-mêmes d’un côté en Anatolie turque, de l’autre à Alep, florissante sous les Ayyoubides, au lieu d’attendre à Antioche l’arrivée des caravaniers indigènes. Ainsi Alep monopolise-t-elle de plus en plus au détriment d’Antioche le rôle d’entrepôt et de place d’échange des Pisans, pour s’y rendre, passent par Antioche10 ; mais les Vénitiens dont la situation à Antioche était médiocre11, ont trouvé une excellente occasion de regagner l’avantage en sollicitant du souverain d’Alep une concession à Lattakié. Dès 1207, ils obtiennent d’az-Zâhir Ghâzi d’Alep une concession dans cette ville, comprenant foundouq, église et hammam. Les droits exigés d’eux restaient élevés (en moyenne 12 %)12, mais en 1225 et 1229 les Vénitiens obtinrent d’al-’Aliz et des émirs de Lattakié et de Çahyoûn, d’une part l’établissement de deux autres concessions, à Lattakié et à Kachfahân, d’autre part des abaissements de tarifs en moyenne de moitié (et peut-être même de plus à Lattakié) ; en outre, les colonies vénitiennes d’Alep et Lattakié recevaient l’autonomie administrative et judiciaire, comme dans les villes chrétiennes. Le commerce vénitien à Alep ne disparut pas avec la conquête mongole, et l’on sait quelle ampleur celle-ci lui donna au contraire en Asie, au temps de Marco Polo13.

  • 14 Gestes Chyprois, 161.
  • 15 Müller, 99.
  • 16 Toutefois ils n’en ont pas non plus à Acre où la commune et les Italiens étaient bien disposés à le (...)
  • 17 Acte d’Ayas, AOL, l, p. 528.
  • 18 Röhr. reg., 1335 b.
  • 19 Acte cité dans Di Tucci, p. 75.
  • 20 Acte d’Ayas, AOL, l, p. 629.

3À toutes ces raisons générales de décadence pour Antioche s’ajoute, à partir de la fin du règne de Bohémond IV, une tension entre les princes et leurs anciens alliés génois14, due peut-être à ce que, originellement, dans les luttes consécutives à la croisade de Frédéric II, les Génois avaient pris le parti opposé à l’empereur, alors que Bohémond, tout en évitant de se compromettre, lui était plutôt favorable ; un quart de siècle plus tard, lorsque la guerre ci vile opposa entre eux les Génois et les Pisans et Vénitiens, liés chacun à une faction locale, Bohémond IV, à Acre et à Tyr, combattit toujours les Génois. Il va de soi que cette situation devait défavoriser beaucoup les Génois aussi à Antioche ; tandis que Bohémond V renouvelle encore aux Pisans leurs privilèges15, il ne fait rien de tel en faveur des Génois, ni à Antioche, ni à Tripoli16. Ce n’est assurément pas à dire que tout Génois ait disparu d’Antioche (on les y verra même encore passer occasionnellement après la chute de la ville)17. Il est possible que l’alliance entre Antioche et les Mongols ait un moment ranimé le commerce des Génois de la Syrie du Nord et qu’ils aient été inclus dans les efforts de réconciliation accomplis à ce moment par Bohémond IV ; on voit, en effet, en 1264, la propriétaire génoise de l’ancienne auberge des Génois à Antioche charger un habitant d’Acre de s’en assurer la possession en son nom18. D’autre part, la reprise de Lattakié par les Francs en a peut-être exclu les Vénitiens et en tous cas a permis aux Génois de s’y installer. Dès 1259, les Génois, une fois arrivés à Tyr, vont y chercher du fret19, et en 1279 nous trouvons qu’ils y ont un établissement en activité20. Mais si renaissance il y eut, elle fut brève et sûrement d’ampleur limitée.

4Le xiiie siècle est le moment où les Provençaux conquièrent, à côté des Italiens, une place importante dans le commerce du Levant. Il est symptomatique qu’ils ne sollicitent aucun privilège pour Antioche, alors qu’ils en reçurent sans peine à Tripoli.

Notes

1 Supra, p. 432-433.

2 Lib. Jur., 432 (Rohricht Reg., no 680, 1189 et non 1199). En 1190, il renouvelle l’exemption de tous droits, qui avait peut-être été irrégulièrement respectée.

3 Müller 80 : 3 % pour toute importation de marchandise vendue dans la principauté ; 2 % de qîrât (cf. p. 478) ; pour tout le reste la moitié des droits payés par les Francs non privilégiés ; trois onces pour cent rotuli comme « caban commercii » (cf. p. 478).

4 Cf. p. 594, 608. En 1234, Bohémond V confirme aux Pisans pour Antioche un privilège qu’il dit de son père (Müller, 99) ; il ne le détaille pas. S’agit-il par confusion du privilège de Bohémond III en 1200 ou d’un acte perdu de Bohémond IV peut-être postérieur à celui de Roupen en 1216 ? On ne peut le savoir.

5 Défavorise-t-il en revanche les Génois ? Du moins il exempte Souwaïdiya des lieux où ils ont franchise commerciale, ce qui peut paraître opposé aux privilèges antérieurs ; en réalité une lecture attentive de ceux-ci et la comparaison avec le privilège de Roupen aux Pisans montre que l’immunité ne s’étendait qu’au commerce de la principauté et non à l’escale de Souwaïdiya.

6 Müller, 90. Il y a exception pour les droits à payer à Souwaïdiya : pour autant qu’il ne s’agit pas de commerce orienté sur Antioche (ancrage, pèlerins, passage).

7 On n’a de privilèges de Léon qu’aux Génois et Vénitiens, bien que Roupeu ait favorisé les Pisans à Antioche. Néanmoins on sait que les Pisans, fréquentaient la « Turquie » vers 1240 (Schaube, p. 222), et qu’ils avaient, en 1263 en « Arménie » une colonie assez importante, pour être administrée par an vicomte (Rossi-Sabatini, p. 27).

8 Notaire Guglielmo Cassinense (an 1191), cité par Byrne, Genoese Trade, p, 212 et n. 82. Il y a aussi des Génois à Damas.

9 Deux Toscans meurent à Alep en 1244 (Schaube, p. 214-215 ; et note suivante).

10 Müller, 80, où l’on voit mentionné un droit perçu sur les Pisans passant au Djisr al-Hadid (en 1200).

11 La seule trace qu’on ait de leur existence à Antioche est un ordre général envoyé de Venise à tous les Vénitiens de Syrie « d’Antioche à Jaffa » (Tafel, Th., n. 260).

12 II faudrait connaître l’ensemble des droits à payer en pays chrétien et en pays musulman pour savoir si ces 12 % sont aussi supérieurs qu’il paraît aux droits d’Antioche.

13 Heyd., p. 373 sq.

14 Gestes Chyprois, 161.

15 Müller, 99.

16 Toutefois ils n’en ont pas non plus à Acre où la commune et les Italiens étaient bien disposés à leur égard ; sans doute ne leur était-il plus nécessaire de solliciter aucune confirmation. Le registre du notaire Salmon (ans 1220-1224) publié par Ferretto ne renferme comme noms de ports fréquenlés par les Génois que Acre, Tyr et Tripoli.

17 Acte d’Ayas, AOL, l, p. 528.

18 Röhr. reg., 1335 b.

19 Acte cité dans Di Tucci, p. 75.

20 Acte d’Ayas, AOL, l, p. 629.

© Presses de l’Ifpo, 1940

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540