Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bosra. Aux portes de l’Arabie

 | 
Jacqueline Dentzer-Feydy
, 
Michèle Vallerin
, 
Thibaud Fournet
, 
et al.

Période islamique, des Ottomans au monde contemporain

La vie quotidienne

M. al-‘Adawî et Valérie Lefebvre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les vêtements

Le vêtement traditionnel des femmes de Bosra est constitué d’une robe (shursh) brodée par les jeunes filles pour leur trousseau de mariage (fig. 1). Des broderies polychromes ornent le col, la profonde encolure en V, le bout des manches et la bordure inférieure, mais recouvrent également toutes les coutures. Chaque style de broderie a un nom (darâzi, raqum, ‘arrdjät), ainsi que chaque motif. Plus récemment, les broderies ont pu être remplacées par des applications de galons (croquet jaune le plus souvent). À l’origine, les robes étaient taillées dans une cotonnade bleue (’is‘îdânî) ou bleu ciel (sâhl). Puis ce matériau teint localement a été remplacé dans les années 1920 par un tissu de coton noir importé (malas). Lorsque les deux tissus, le bleu et le noir, sont assemblés, les robes sont dites shursh mubanaq. Un long et étroit voile de crêpe noir (shambar), dont les deux extrémités retombent dans le profond décolleté pour cacher la poitrine et la gorge, est enroulé aut...

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540