Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bosra. Aux portes de l’Arabie

 | 
Jacqueline Dentzer-Feydy
, 
Michèle Vallerin
, 
Thibaud Fournet
, 
et al.

Période romaine

La céramique et les lampes

Pierre-Marie Blanc

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le répertoire de cette période recouvre une grande variété, tant sur le plan des provenances que de la multiplicité des formes. La catégorie de céramiques la plus anciennement étudiée est celle qui est dénommée « sigillée ». Cette appellation ancienne rend compte du rapprochement effectué par les premiers chercheurs européens entre la couleur, l’aspect brillant et les motifs qui ornent cette production avec la cire rouge à cacheter. « Sigillata » est devenu un nom générique désignant une céramique rouge ou orangée recouverte d’une fine couche argileuse que la cuisson à haute température en atmosphère oxydante rend dure et brillante. Cet engobe (« vernis » n’est plus usité) argileux, qui peut être soit épais et brillant car grésé, soit fin et mat, est la marque de cette production. Par habitude et commodité de langage, on appelle ainsi des céramiques de dates très variées (entre le IIe s. av. J.‑C. et le VIIIe s. ap. J.‑C.). Pour la région orientale de l’Empire romain, on ne dispose ...

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540