Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bosra. Aux portes de l’Arabie

 | 
Jacqueline Dentzer-Feydy
, 
Michèle Vallerin
, 
Thibaud Fournet
, 
et al.

Période romaine

La sculpture

Thomas M. Weber

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Centre agricole et commercial, Bosra, qui a joué un rôle politique de premier plan dès l’époque nabatéenne, est devenue, à partir de 106 ap. J.‑C., la capitale militaire et administrative de la nouvelle province romaine d’Arabie. Plus que dans les villes moyennes environnantes, on peut s’attendre à y trouver, autour de l’autorité politique, une élite bénéficiant non seulement de ressources économiques et d’une culture privilégiée qui a dû marquer le cadre de vie et les objets d’art de la cité. Ces ressources expliquent que, dans cette ville « hauranaise », le basalte ne s’est pas imposé sans partage dans la sculpture. En effet, nous gardons quelques éléments de statues en matériaux précieux – or, argent, bronze et marbre – exposés dans des espaces publics ou privés. Il est bien entendu que ces matériaux ont attiré les convoitises plus que le basalte et, en particulier, que, dans une ville très éloignée des paysages calcaires, le marbre était très recherché pour fabriquer de la chaux...

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540