Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bosra. Aux portes de l’Arabie

 | 
Jacqueline Dentzer-Feydy
, 
Michèle Vallerin
, 
Thibaud Fournet
, 
et al.

Période hellénistique et nabatéenne

La langue et l’écriture des Nabatéens

Laïla Nehmé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La langue parlée par les Nabatéens n’est pas clairement identifiée. Une partie des populations qui se sont trouvées, à un moment ou à un autre, sous le contrôle des rois nabatéens, parlait peut-être une forme de vieil arabe, l’ancêtre de l’arabe actuel, mais rien ne permet de l’affirmer, pas même la fréquence, dans les noms propres, de l’article arabe al-. Dans le Hauran, les langues utilisées dans l’Antiquité étaient le grec, l’araméen et le safaïtique, ce dernier étant principalement en usage chez les nomades du désert. Quant à l’araméen, il s’agissait déjà, de la Mésopotamie à l’Égypte, non seulement d’une langue de communication, un peu comme l’anglais aujourd’hui, mais aussi, depuis environ 500 av. J.‑C., de la langue administrative officielle de l’empire perse. Sa diffusion s’était accompagnée du développement, surtout à partir de la période hellénistique, de plusieurs dialectes araméens locaux qui avaient finalement imposé leurs écritures propres dans différentes régions, don...

© Presses de l’Ifpo, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540