Versión clásicaVersión móvil

Bosra. Aux portes de l’Arabie

 | 
Jacqueline Dentzer-Feydy
, 
Michèle Vallerin
, 
Thibaud Fournet
, 
et al.

Période hellénistique et nabatéenne

La langue et l’écriture des Nabatéens

Laïla Nehmé

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

La langue parlée par les Nabatéens n’est pas clairement identifiée. Une partie des populations qui se sont trouvées, à un moment ou à un autre, sous le contrôle des rois nabatéens, parlait peut-être une forme de vieil arabe, l’ancêtre de l’arabe actuel, mais rien ne permet de l’affirmer, pas même la fréquence, dans les noms propres, de l’article arabe al-. Dans le Hauran, les langues utilisées dans l’Antiquité étaient le grec, l’araméen et le safaïtique, ce dernier étant principalement en usage chez les nomades du désert. Quant à l’araméen, il s’agissait déjà, de la Mésopotamie à l’Égypte, non seulement d’une langue de communication, un peu comme l’anglais aujourd’hui, mais aussi, depuis environ 500 av. J.‑C., de la langue administrative officielle de l’empire perse. Sa diffusion s’était accompagnée du développement, surtout à partir de la période hellénistique, de plusieurs dialectes araméens locaux qui avaient finalement imposé leurs écritures propres dans différentes régions, don...

© Presses de l’Ifpo, 2007

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search