Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardinier et le citadin

 | 
Thierry Boissière

Quatrième partie. Temps et espaces de la ville, le destin urbain des jardins

Introduction à la quatrième partie

Texte intégral

1Largement émancipés des rapports de dépendance qui les ont longtemps liés aux propriétaires de jardins et désormais assurés de la maîtrise de leurs exploitations, les jardiniers professionnels se retrouvent cependant de plus en plus minorés au sein de leurs propres familles. Celles-ci ont en effet multiplié et élargi leurs champs d’activités à l’extérieur de la zone des jardins, profitant des nouvelles opportunités professionnelles résultant des transformations opérées dans les économies citadines depuis maintenant près d’un demi-siècle.

2Dans le premier chapitre de cette quatrième et dernière partie, je présenterai les principaux changements d’activités intervenus au sein des lignages de jardiniers et nous verrons de quelle manière ils ont pu sensiblement différer d’une ville à l’autre. J’analyserai ensuite les transformations que l’accès à ces nouvelles activités a pu provoquer dans la pratique de l’agriculture urbaine et dans le rapport que les familles de jardiniers entretiennent à leurs propres jardins. Cela m’amènera à présenter la place qu’occupent désormais les jardiniers et leurs jardins dans l’économie urbaine, à travers notamment une approche des différentes associations d’intérêt existant entre jardiniers et citadins ainsi que du fonctionnement actuel des souks de fruits et légumes. Nous pourrons alors constater que les jardins constituent encore le cadre d’une économie active, même si celle-ci est essentiellement liée à des réseaux citadins spécifiques et parfois exclusifs.

  • 1 Je suis conscient de l'ambiguïté et de l'imprécision d'un tel terme. Par « vieille société citadine (...)

3Dans le deuxième chapitre, nous verrons que ce relatif dynamisme économique pourrait cependant ne pas être suffisant pour empêcher la disparition, à plus ou moins long terme, de ces espaces agricoles. C’est du moins l’opinion de nombre de responsables municipaux et régionaux. Et si la sauvegarde de ces jardins semble être un souci assez bien partagé par ces mêmes autorités, les moyens législatifs et pratiques mis en place pour assurer cette sauvegarde ne semblent en revanche guère prendre en compte la dimension agricole et socioculturelle de ces espaces, notamment les liens étroits et anciens qui les unissent à la vieille société citadine1, aussi bien en tant qu’espaces de production agricole qu’en tant qu’espaces de sociabilité. Nous verrons cependant que l’intérêt que la majorité des citadins actuels porte à la zone des jardins s’amenuise d’année en année et que ceux qui ont encore régulièrement accès aux jardins sont de moins en moins nombreux.

4Semble dès lors se poser la question de l’utilité urbaine de ces zones et de la place qu’elles peuvent encore occuper ou que l’on souhaite leur donner dans une ville en pleine mutation (Homs) ou engagée dans un lent processus de reconstruction (Hama). Nous verrons alors que le rôle qui leur reste peut-être encore à jouer pourrait désormais se situer moins dans leur fonction agricole et économique que dans une fonction beaucoup plus symbolique, concernant finalement l’image et la représentation même de la ville.

Notes

1 Je suis conscient de l'ambiguïté et de l'imprécision d'un tel terme. Par « vieille société citadine », je désigne en fait les familles citadines qui étaient présentes à Homs avant les grands changements des années 1950, qui représentaient alors quelques 50 000 individus et qui étaient constituées par les marchands du souk, les artisans, les notables, les anciens grands lignages et, bien sûr, les jardiniers d'origine citadine.

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540