Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardinier et le citadin

 | 
Thierry Boissière

Troisième partie. Techniques agricoles et pratiques sociales

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1Les riches terroirs qui s’étendent en bordure des deux grandes villes de Syrie centrale ont été aménagés, amendés et entretenus, génération après génération, par les jardiniers citadins. Dans le cadre étroit de leurs exploitations, véritables petits ateliers agricoles, « le travail de la terre revêt le caractère d’un jardinage soigné qui livre, à travers la diversification de ses plantes potagères à grand pouvoir de rotation, l’intensité de l’effort consenti pour dépasser l’exiguïté de l’assiette territoriale » (Hammou, 1988 : 51).

2Cette intensité/diversification de la production est liée à des savoir-faire, à des techniques, à des pratiques aratoires et à un outillage adaptés à la fois aux conditions particulières de parcelles étroites et encloses et à celles d’une économie essentiellement axée sur la demande urbaine. Je présenterai donc, dans un premier chapitre, le système technique se trouvant actuellement en place dans les jardins de Homs et de Hama.

3Mais les jardins sont aussi les lieux où vivent les jardiniers et leur famille et où se développe une sociabilité qui adapte l’apparente accessibilité des exploitations à la nécessaire réserve des rapports humains en pays musulman. Mon second chapitre sera donc consacré à la présentation d’un quotidien agricole, à travers notamment le compte rendu détaillé de journées de jardiniers, mais aussi à travers une présentation des règles sociales qui régissent la vie quotidienne dans les jardins.

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540