Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardinier et le citadin

 | 
Thierry Boissière

Première partie. Le temps des notables, les années 1930-1940

Introduction à la première partie

Texte intégral

1Dans son Discours sur l’histoire universelle (al-Muqaddima), Ibn Khaldoun a présenté les grands principes qui, selon lui, devaient présider à la fondation d’une ville (Ibn Khaldoun, 1997 : 550-553) : celle-ci devait être protégée par une enceinte et située en un lieu difficile d’accès, sur une colline ou au bord d’un fleuve par exemple. On aura veillé également à la tenir éloignée des eaux mortes et putrides afin d’éviter à ses habitants les fièvres, les infections et les épidémies. Toute ville devait enfin pouvoir disposer d’une rivière ou de sources pour se procurer de l’eau potable, mais aussi de pâturages pour ses troupeaux et enfin de terres cultivables à proximité pour se nourrir. On retrouve quelques-uns de ces grands principes dans la disposition des villes de Homs et de Hama, même si elles ont été fondées bien avant l’époque d’Ibn Khaldoun. Cités fortifiées construites sur une colline (Homs) ou au bord du fleuve (Hama), elles ont longtemps su préserver, à proximité de leurs murs, les champs, les vignobles, les pâturages et les jardins nécessaires à leur approvisionnement quotidien, maintenant sur ce riche terroir périurbain leur contrôle exclusif : les villes étaient propriétaires de ces terres, elles les cultivaient et s’en nourrissaient.

2Dans ce dispositif agricole citadin, les jardins ont toujours eu une place centrale. Occupant les berges du fleuve, bénéficiant de systèmes d’irrigation anciens et efficaces et d’une terre riche et constamment amendée, ils assuraient la plus grande partie des besoins en fruits et légumes de la population citadine. Ils étaient donc étroitement associés à une économie urbaine, par ailleurs largement commerçante et artisanale, mais bénéficiant d’une certaine autonomie alimentaire : les jardins avaient donc pour la ville autant une valeur économique qu’une valeur stratégique.

3Leur exploitation quotidienne était assurée par des jardiniers résidant le plus souvent dans la ville et qui ont longtemps constitué un groupe ayant son caractère propre, son mode de vie et ses quartiers résidentiels. Se structurant très différemment d’une ville à l’autre, ils n’ont connu de véritables changements dans leur situation sociale et professionnelle qu’à partir des années 1950, au lendemain de l’indépendance de la Syrie.

4Dans cette première partie j’analyserai la situation de ces jardiniers et de leurs jardins telle qu’elle se présentait dans les années 1930-40, époque encore largement dominée par les notables citadins, grands propriétaires terriens et grands commerçants. Il s’agira de donner une « photographie » aussi précise que possible de ce monde agricole et urbain avant qu’il n’ait été profondément altéré par les bouleversements des années 1950 et 1960.

5Je me pencherai, dans un premier temps, sur le mode d’organisation professionnelle des jardiniers en prenant pour principaux axes l’étude du régime foncier et celle du mode d’exploitation. Dans un deuxième temps, j’aborderai plus précisément l’étude du fonctionnement du système d’irrigation traditionnel. Je situerai ensuite la place que les jardiniers occupaient dans la société citadine de l’époque, en prenant bien sûr en compte les différences qui existaient entre Homs et Hama.

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540