Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alep et ses territoires

 | 
Jean-Claude David
, 
Thierry Boissière

Quatrième partie - Patrimoine institutionnel et patrimoine vivant

Chapitre 21 – Patrimoine institutionnel et patrimoine vivant : le patrimoine habité

Touria Moutia

Résumé

La ville ancienne d’Alep, patrimoine, est soumise à des règlements dont l’objectif semble être de préserver l’architecture en arrêtant son évolution. Un tel choix concernant l’espace, essentiellement domestique, patrimoine culturel vivant à la fois matériel et social, ne va-t-il pas à l’encontre du fonctionnement d’un lieu qui doit s’adapter aux besoins des usagers ? Comment les 130 000 habitants des quartiers anciens classés vivent-ils dans l’habitat hérité et quelles sont les relations entre mode de vie et architecture ? Pour répondre à ces questions, nous confrontons des informations sur le mode de vie traditionnel avec une observation récente sur le terrain. Nous constatons ainsi quatre caractéristiques essentielles de la vie dans l’espace domestique : la division sexuée de l’espace ; la polyvalence des espaces et la mobilité des fonctions ; l’évolution des pratiques et des attitudes, liée à l’usage du mobilier ; les interventions plus ou moins lourdes pour adapter l’espace aux besoins tout en lui conservant ses caractéristiques essentielles. Nous mettons ainsi en évidence les changements et les processus mis en œuvre, plus ou moins profonds et destructeurs, légaux et illégaux.

Aleppo’s Old City architecture is under certain regulations that seem to aim for architectural preservation rather than evolution. Shouldn’t such a choice concerning an essentially domestic space which is both material and social heritage at the same time contradict the functional needs of its current inhabitants? How do 130,000 residents from the old neighbourhoods live inside this heritage? What is the relation between their lifestyle and architecture? In order to answer these questions, we compare information about the traditional way of life and a recent observation in the field. Also, we observe four key characteristics of life in a domestic space: gender-based division of space; spatial versatility and functional mobility; changing practices and attitudes related to the use of furniture; small and large interventions to adapt the space to its functional needs whilst preserving its essential characteristics. Finally, we highlight all the changes and procedures that have been implemented, significant or destructive, legal or illegal.

كانت مدينة حلب القديمة تخضع لأنظمةٍ يبدو أنّ هدفها الحفاظ على العمارة عبر إيقاف تطوّرها. ألا يمضي مثل هذا الخيار الذي يخصّ الفضاء، المنزلي بصورةٍ خاصة، وهو تراثٌ ثقافي حيٌّ ماديٌّ واجتماعيٌّ في آنٍ معاً، في الاتجاه المعاكس لعمل مكانٍ يجب عليه التكيّف مع حاجات مستخدميه؟ كيف يعيش سكان الأحياء القديمة المصنّفة، والذين يبلغ عددهم 130 ألف نسمة، داخل المسكن الموروث وما هي العلاقات بين أسلوب الحياة والعمارة؟ للإجابة على هذه الأسئلة، قابلنا بين معلوماتٍ عن أسلوب الحياة التقليدي مع الملاحظة الميدانية. هكذا، استخلصنا أربع ميزاتٍ أساسية في حياة الفضاء المنزلي : التقسيم الجنساني للفضاء، وتعدد استخدامات الفضاءات وحركية الوظائف، وتطور الممارسات والسلوكيات، المرتبطة باستخدام الأثاث؛ والتدخلات المتفاوتة في ثقلها لتكييف الفضاء مع الحاجات مع الحفاظ على ميزاته الأساسية وإبراز التغييرات والإجراءات المطبّقة، المتفاوتة في عمقها والمدمِّرة، القانونية منها وغير القانونية.

Texte intégral

Photo 1 : Cour intérieure d’une maison d’Alep du xviiie siècle. Gravure d’Eugène-Napoléon Flandrin (milieu du xixe siècle).

Photo 1 : Cour intérieure d’une maison d’Alep du xviiie siècle. Gravure d’Eugène-Napoléon Flandrin (milieu du xixe siècle).

Paris BNF, Vd 10, t. 3

Photo 2 : Mobilier de jardin dans l’iwan de la maison Wakil avant son aménagement en restaurant : une adéquation partielle entre espace et mobilier moderne.

Photo 2 : Mobilier de jardin dans l’iwan de la maison Wakil avant son aménagement en restaurant : une adéquation partielle entre espace et mobilier moderne.

J.-C. David

Photo 3 : Dans la cour d’une grande maison ; mobilier moderne adapté, tabourets et table formica réglable à deux hauteurs

Photo 3 : Dans la cour d’une grande maison ; mobilier moderne adapté, tabourets et table formica réglable à deux hauteurs

J.-C. David

1La vieille ville d’Alep, patrimoine national syrien et patrimoine de l’humanité, est soumise à des règlements relatifs à la gestion du patrimoine, dont un objectif premier semble être la préservation de l’architecture. Un tel choix est-il adapté aux réalités ? Ne correspondrait-il pas à une lecture incomplète du patrimoine vivant, à la fois matériel et humain. Privilégier la conservation du cadre bâti en arrêtant son évolution, n‘est-ce pas aller à l’encontre du fonctionnement normal d’un espace de vie qui évolue continuellement pour répondre aux besoins des habitants ?

2On pourrait imaginer une situation où la majorité souhaiterait abandonner la ville ancienne pour s’installer dans des quartiers modernes parfaitement accessibles aux voitures et bénéficiant de tous les services souhaitables : les quartiers anciens classés pourraient alors devenir un site touristique authentique vidé de toute vie traditionnelle. Ceci n’est pas le cas pour Alep même si la situation évolue rapidement. Près de 130 000 habitants vivent encore dans les quartiers anciens classés qui englobent la ville intra muros (sauf Bab al-Faraj) et les faubourgs nord, nord-est et est. Parmi les habitants actuels de la vieille ville, beaucoup ont fait ce choix et la plupart font preuve d’imagination et de créativité pour améliorer leurs conditions de vie, participant au dynamisme de ce patrimoine populaire. Une meilleure prise en compte des rapports qui lient l’architecture au mode de vie ne pourrait-elle pas favoriser une vision plus globale et une gestion mieux adaptée à la nature de ce patrimoine complexe ? Une telle perspective est esquissée dans la définition de zones touristiques et de zones d’habitat par le Projet de Réhabilitation.

3Comment les gens vivent-ils dans les quartiers anciens et dans les maisons traditionnelles et quelles sont les relations entre mode de vie et architecture ? Pour répondre à cette question, nous confrontons deux types de sources :

- des informations générales sur le mode de vie domestique dans le monde arabe et musulman ancien, en gros du xviiie au xixe siècle, informations plutôt ciblées sur Alep mais prenant en compte des études réalisées dans d’autres villes du même ensemble géographique et culturel ;

  • 1 Ces missions ont été effectuées au printemps des années 2004 et 2005 et en automne 2006. Leurs obje (...)

- une observation récente sur le terrain à Alep par des enquêtes réalisées au cours de plusieurs missions, consistant en des visites de maisons, entretiens, photos et relevés1.

4Cette double approche permet de dresser des comparaisons entre, d’une part un passé des espaces domestiques et des pratiques sociales, et d’autre part un présent très mobile. Nous comptons ainsi mettre en évidence les processus d’évolution de ces espaces. Suivant les cas, ces changements plus ou moins profonds et destructeurs sont réalisés dans le cadre légal, sous le contrôle et avec l’autorisation des autorités, ou bien dans un cadre totalement illégal.

5Dans notre analyse nous privilégions quatre caractéristiques de la vie et de l’espace domestique, plus ou moins interdépendantes :

- la division sexuée de l’espace ;

- la polyvalence des espaces et la mobilité à l’intérieur de la maison traditionnelle ;

- l’évolution des pratiques et des attitudes corporelles, conséquence de l’introduction de l’usage du mobilier ;

- les modes et les outils d’adaptation et de transformation actuelle de l’espace domestique.

6Nous ne sous-estimons pas l’importance des éléments naturels en général et surtout climatiques, dans l’architecture domestique à Alep, ainsi que celle des héritages méditerranéens et orientaux, antérieurs à l’islam ou contemporains de l’islam. Il semble cependant que des modes de vie caractéristiques soient communs à des régions géographiques diverses et qu’il n’y ait pas de déterminisme naturel et culturel direct dans l’architecture, au-delà des caractères extérieurs de plan, de matériau, de décor. Dans ces processus complexes nous privilégions donc la présentation des modes de vie dans leur rapport avec l’espace.

Répartition des fonctions dans l’espace domestique traditionnel

Hourma ou sacralisation de l’espace domestique traditionnel

7La sacralisation de l’espace domestique est une donnée très importante, une des clés pour comprendre l’habitation traditionnelle arabe et musulmane. En effet, même si toute maison est un espace privé, la maison traditionnelle n’acquiert pleinement sa sacralisation, désignée par le terme hourma, que par la présence de la femme. Le mariage marque donc l’accomplissement de la maison. La volonté de préserver et de protéger sa femme en établissant des limites infranchissables par tout étranger à la famille est la marque de son appropriation de l’espace domestique. Les traditions domestiques et familiales étant comparables dans les différents pays arabes et musulmans, on peut relever à Alep le même genre de transformations de l’espace domestique enclenchées par le mariage et la venue de la femme dans la maison, que celles notées par l’anthropologue Mohamed Boughali (1974) dans la société traditionnelle marocaine :

  • 2 Ces mêmes boîtes en bois sont parfois présentes de nos jours dans la vieille ville d’Alep.

« C’est ainsi que nous pouvons remarquer que les premières semaines qui suivent le mariage sont souvent consacrées, dans les milieux traditionnels, à des aménagements dans la maison visant à mieux la préserver des regards indiscrets des passants. Quand elle a une fenêtre qui donne sur la rue, elle est vite grillagée pour que la femme ne puisse se pencher au-dehors et s’offrir ainsi à une sorte de viol symbolique par les regards des passants. Beaucoup de maisons gardent encore de véritables boîtes en bois surplombant la porte d’entrée sur lesquelles on a pris soin de faire des trous pour que les femmes puissent voir les visiteurs sans être vue2. Il est possible de les voir encore dans les vieux quartiers de Marrakech et d’Essaouira ».

  • 3 La hourma حرمة dont la racine est le mot haram حرم, signifie ce qui est inviolable, privé et signif (...)

8Le mariage marque ainsi un temps fort de la maison qui acquiert en quelque sorte le statut de la femme. Souvent dans le langage courant, l’homme utilise plusieurs métaphores pour désigner sa femme, car il est d’usage dans les milieux traditionnels de ne pas citer sa femme par son prénom, surtout en présence d’hommes étrangers à la famille. Parmi ces métaphores on note le terme « hourma3» qui peut désigner aussi bien la maison que la femme.

La maison : domaine féminin par excellence

9La maison traditionnelle, dans son principe, permet à une femme de vivre sa vie de mère, d’épouse, de femme, sans risquer d’être exposée aux regards extérieurs ou à toute indiscrétion. Cette intimité est d’abord assurée par la protection des ouvertures. La porte d’entrée, quand elle donne directement sur la rue, est doublée d’un rideau qui empêche une vue directe de l’extérieur. Parfois l’entrée passe par un couloir protecteur en chicane. Les dispositifs du moucharabié ou du raouchan permettent aux femmes de regarder par les fenêtres sans être vues de l’extérieur. Ainsi toute atteinte à la vie privée pouvait être portée devant le juge. Le respect de la vie privée est intégré dans des fonctionnements spontanés qui sont toujours d’actualité dans la ville traditionnelle et dans la plupart des quartiers modernes.

10Lorsque la maison traditionnelle abrite plusieurs cellules familiales, chacune d’elle est protégée des regards venus des autres cellules, parentes ou non, par différents diaphragmes : un voilage devant la porte d’entrée de l’unité ou un accès indépendant abrité des regards indiscrets comme l’escalier fermé permettant d’entrer dans une unité située à l’étage sans traverser l’espace des autres (fig. 1-2). Ce caractère s’est perpétué dans le temps mais aussi dans l’espace : dans la ville moderne d’Alep, des balcons d’immeubles sont voilés d’un tissu épais ou masqués de verre dépoli ou de claustras, qui permettent aux femmes de circuler et d’accéder au balcon ou à la terrasse sans être obligées de mettre leur voile, etc.

Figure 1 : Maison de deux niveaux habitée par deux frères.

Figure 1 : Maison de deux niveaux habitée par deux frères.

Chacun des niveaux est occupé par la famille de l’un des deux frères. Un système de voilage disposé devant les baies vitrées et la coursive de l’entrée de l’étage permet d’éviter toute vue plongeante vers la cour du rez-de-chaussée.

T. Moutia

Figure 2 : Maison occupée par plusieurs familles sans lien de parent.

Figure 2 : Maison occupée par plusieurs familles sans lien de parent.

Les rideaux permettent à la fois de protéger l’entrée des vues indiscrètes et de délimiter les sous-espaces de la cour attribués à chaque unité d’habitation.

T. Moutia

Répartition de l’espace de la ville traditionnelle : domaine féminin, domaine masculin

  • 4 Médecin britannique, savant botaniste et zoologue, qui séjourna plusieurs années à Alep au xviie si (...)

11Pour comprendre comment sont répartis les espaces entre les différents membres de la famille il faut d’abord comprendre les grandes lignes de l’éducation traditionnelle. Les garçons, dès qu’ils atteignent l’âge de la puberté, sont progressivement éloignés de la scène ménagère et de la compagnie trop intime des femmes de la maison (mère, sœurs). Une pièce leur est attribuée ou construite spécialement pour qu’ils puissent s’isoler, ce qui n’est pas toujours possible. En fait, le domaine masculin est à l’extérieur de la maison, c’est le lieu du travail, autrefois et actuellement. Une présence prolongée du mari dans l’espace domestique représente une certaine gêne pour les femmes qui perdent alors une part de leur liberté. Un témoignage de Russell4 (1794, p. 244) qui remonte au xviiie siècle en atteste :

« The presence of the men, at unusual hours in the day time, lays the whole Harem under restraint, and however some particular favourite may be gratified by the particular attention of her lord, the rest of the women are apt to lament the liberty they are deprived of, by his remaining too much at home. »

12Pour l’homme, la maison est avant tout un lieu d’intimité, de repos et de retrait, dont il est le principal responsable financier tandis que la femme est responsable de son bon fonctionnement. La relation entre le domaine féminin et le domaine masculin, entre la maison et l’extérieur, peut se résumer dans l’analyse de Boughali, qui se vérifie non seulement dans les villes anciennes mais aussi dans les nouveaux quartiers :

« Les femmes qui dépassent le seuil, en sortant, se sentent en sécurité psychologique grâce à la protection éventuelle et efficace que leurs époux peuvent leur assurer en cas de difficulté. Autrement dit, en enjambant le seuil, les femmes se dirigent vers ce que nous pouvons appeler l’espace-protection. Par ce même geste, en sens inverse, les hommes retrouvent l’espace-intimité » (Boughali 1974, p. 142). »

Répartition, actuelle, de l’espace domestique entre les membres de la famille ; mobilité intérieure et adaptation.

13La répartition actuelle des espaces entre les habitants n’est pas fondamentalement différente des systèmes traditionnels et dépend de la dimension de la maison, du type et du nombre de familles qui l’occupent. Dans une grande maison habitée par une seule famille nucléaire, une définition permanente des fonctions et une répartition sexuée de l’espace sont possibles. Des pièces peuvent être ainsi attribuées aux garçons et d’autres aux filles, tandis que les parents ont leur propre espace dont le mobilier dominant peut être celui d’une chambre à coucher. Parfois, seulement une partie de la maison est occupée, souvent le rez-de-chaussée tandis que l’étage est délaissé temporairement, en attendant l’évolution de la famille. Le caractère polyvalent de certaines pièces est perpétué, comme celui d’une pièce de séjour, ghourfet qa‘da ou ghourfet ma‘icha, qui peut servir aussi d’espace de nuit pour les filles ou pour les garçons. Pourtant, si une chambre à coucher est destinée à un membre de la famille, celui-ci peut préférer aussi s’installer ou dormir ailleurs, selon la saison ou ses goûts : la mobilité reste essentielle (fig. 3-4-5).

Figure 3 : Un espace domestique attribué aux garçons.

Figure 3 : Un espace domestique attribué aux garçons.

Ce qabou (cave semi enterrée) a été attribué aux garçons d’une famille ; c’est à la fois un espace de nuit et une pièce de vie. Le mobilier souligne la cohabitation de l’usage des lits et du matelas posé à même le sol pendant la nuit et rangé pendant la journée, suivant l’usage décrit par Russell au xviiie siècle. Remarquer le poste de télévision dans son meuble.

C. Delpal

Figure 4 : Espaces polyvalents.

Figure 4 : Espaces polyvalents.

Cet espace sert à la fois de chambre à coucher et de pièce de vie ; le matelas disposé sur le tapis sert pour s’asseoir et/ou pour faire la sieste. L’agencement du mobilier définit et délimite la fonction de chaque sous-espace.

C. Delpal

Figure 5 : Pièce de vie et statut du corps.

Figure 5 : Pièce de vie et statut du corps.

Une pièce de vie meublée à l’ancienne : le sol est couvert de tapis tandis que les matelas sont disposés à la périphérie. Cette pièce peut aussi se transformer en espace nuit.

C. Delpal

  • 5 Seules 2 maisons sur 50 étudiées contiennent un espace affecté au chef de la famille. Toutes les ob (...)

14Dans une grande maison occupée par une famille élargie, comprenant plusieurs générations avec les fils mariés et leurs familles respectives, une pièce de réception peut être commune à l’ensemble du groupe, où peuvent être reçus tous les invités ; les petits enfants peuvent dormir dans une pièce de séjour commune. D’autres pièces sont réparties entre les familles, chacune étant divisée en sous-espaces, par l’installation de rideaux ou de meubles. Dans certains cas qui restent assez rares, le maître de maison a un espace personnel où il peut se retirer ou recevoir5. L’espace est donc modulable et son utilisation peut s’adapter à tout moment aux changements, qu’ils soient durables (élargissement de la famille) ou occasionnels (réception de parents ou d’amis).

15La division sexuée de l’espace est un idéal, mais les nécessités s’imposent et la famille s’y adapte. On remarque que souvent le statut d’un membre de la famille correspond à la qualité de l’espace où il est installé : les grands-parents occupent souvent le mourabba‘, une pièce à l’étage, assez spacieuse, décorée, où l’on peut aussi recevoir. Une personne âgée, seule, peut occuper - en cas de saturation de l’espace - la pièce des invités (fig. 6a, b, c). Ces privilèges s’expliquent par le respect dû aux grands-parents qui, jusqu’à une époque relativement récente, représentaient l’autorité patriarcale au sein de la famille élargie.

Figure 6a. Espaces domestiques et polyvalents.

Figure 6a. Espaces domestiques et polyvalents.

C. Delpal

Figure 6b. Espaces domestiques et polyvalents.

Figure 6b. Espaces domestiques et polyvalents.

C. Delpal

Figure 6c. Espaces domestiques et polyvalents.

Figure 6c. Espaces domestiques et polyvalents.

Cette qa‘a sert à la fois de pièce de réception et de chambre à coucher pour les grands-parents. Cette double fonction est assurée simplement par l’adaptation et l’agencement du mobilier correspondant à chacune des fonctions. L’armoire délimite un espace de rangement.

C. Delpal

  • 6 Ces pratiques, très anciennes, ont été décrites par Russell. À propos de la fête du mariage, il rel (...)

16Ces principes d’occupation de l’espace dans la maison traditionnelle sont aussi en usage dans des immeubles des quartiers récents. L’adaptation, l’évolution, la souplesse, sont des caractères communs. Cependant l’exigence essentielle reste la séparation des domaines masculin et féminin qui facilite la vie de tous. Si leur domaine est bien protégé, les femmes bénéficient de plus de liberté et peuvent pratiquer l’espace sans contrainte : en effet, dans les milieux traditionnels (et souvent modernes), les femmes ne se tiennent pas et ne s’habillent pas de la même façon devant les membres de la famille du même sexe (mère, sœurs, etc.) que devant le père et les frères. Le domaine féminin peut s’étendre à l’occasion de certains événements : dans les fêtes, les hommes et les femmes sont séparés. Dans les mariages, les femmes se retrouvent entre elles : la maison où a lieu la cérémonie devient un espace féminin. Les femmes se font belles pour cette occasion et la plupart ne portent pas le voile quand elles sont entre elles. Cependant, dès qu’un homme accède à cet espace, par exemple pour introduire le marié, les femmes remettent leur voile et affichent une attitude plus réservée. Le même type de comportement peut s’observer dans la vie quotidienne6.

La maison traditionnelle dans le voisinage du quartier

  • 7 Un proverbe bien connu, souvent cité, souligne l’importance du voisinage : al-jâr qabel al-dâr wal- (...)

17La maison n’est pas le seul lieu où s’expriment les relations familiales ; le quartier est un prolongement de la maison, une transition entre public et domestique. Des communications non visuelles traversent la frontière entre l’intérieur et l’extérieur de la maison et l’étanchéité des maisons introverties est relativement illusoire : parfois on peut entendre ce qui se dit à l’intérieur, les disputes, la musique, les sons et les voix, sentir les odeurs des mets ainsi que les parfums des fleurs dans la cour. Un équilibre s’établit entre la fermeture et l’ouverture, entre l’isolement et la communication : le voisinage est un espace d’échange et de cohabitation (Marcus 1989, p. 413). L’épanouissement de la famille est conditionné aussi par un système de solidarité avec le voisinage, haq al-jira ou haq al-joura, un accord tacite, intériorisé spontanément par chaque membre du voisinage7. Ce « droit de voisinage » est un code de bonne cohabitation entre tous les membres du quartier. Le cheikh al-hara doit veiller à ce que les habitants du quartier respectent ce code. Ces pratiques peuvent devenir très visibles dans les temps forts du quartier, temps de deuils ou de fêtes, comme les retours du pèlerinage ou les mariages, où les voisins s’assemblent et s’entraident, ou les périodes d’insécurité. Cette solidarité peut aussi se manifester par des pratiques plus triviales, comme l’entraide organisée entre les voisines pour nettoyer ensemble et avec leurs enfants l’impasse qui dessert les maisons. Depuis quelques décennies, la collectivité de voisinage peut encore exister et se manifester pour les célébrations diverses mais elle n’existe pratiquement plus pour tout ce qui concerne la propreté des ruelles et le ramassage des ordures pour lesquels, dans l’esprit des habitants, la municipalité s’est substituée à la collectivité de quartier.

  • 8 Cette confiance mutuelle n’abolissait pas les règles de séparation des sexes, les femmes étaient re (...)
  • 9 Enquêtes effectuées dans le cadre des travaux de recherche conduits dans la vieille ville d’Alep en (...)

18Introduire ses voisins chez soi, partager avec eux un repas, leur permettre d’accéder à la maison, résulte d’un pacte tacite de confiance mutuelle qui découle de relations établies dans le temps entre personnes qui adhèrent au même système de valeurs morales. Les voisins sont en quelque sorte adoptés comme une seconde famille et dans certains quartiers anciens d’Alep où se mêlaient encore musulmans et chrétiens (ou Juifs) il y a vingt ou trente ans, ce système de valeurs était partagé par tous8. L’insertion de la maison dans son voisinage est une donnée essentielle dans la ville traditionnelle qui subsiste jusqu’à nos jours : « une personne qui emménage dans notre quartier doit respecter ses règles de cohabitation, elle ne peut vivre isolée, et même si elle s’oppose à notre style de vie elle finit par y adhérer »9.

L’espace domestique traditionnel et les pratiques quotidiennes, autrefois

La cour

  • 10 C’est le cas généralement dans les maisons citadines du Bilad al-Cham mais en Égypte ou au Maghreb (...)
  • 11 Certaines maisons conservent encore leurs puits dont l’eau est souvent utilisée pour l’arrosage des (...)

19Après avoir franchi la porte d’entrée, le rideau tendu derrière, et parfois le couloir en chicane, qui font la transition entre l’extérieur et l’intérieur, on accède généralement à une cour10dont la taille est proportionnelle à celle de la maison (fig. 8a). Par son ouverture sur le ciel, par la présence de la végétation et parfois aussi celle de l’eau dans un bassin ou dans un puits11, elle procure un contact avec la nature tout en préservant l’intimité. Dans la conception spatiale de la maison traditionnelle du Bilad al-Cham, la cour est le résultat a posteriori des constructions successives de différents espaces de la maison. Toutefois cet espace entretient une relation de complémentarité avec d’autres espaces, les pièces et surtout l’iwan qui existe dans les maisons moyennes et riches (fig. 7).

Figure 7 : Grande maison traditionnelle.

Figure 7 : Grande maison traditionnelle.

Cette axonométrie montre l’un des modes possibles d’agencement des espaces intérieurs d’une grande maison traditionnelle (xvie-xviie siècles) : l’entrée, la cour, l’iwan, la qa‘a, et les pièces secondaires.

Dessin J.-C. David

Figure 8a : La cour.

Figure 8a : La cour.

Dans cette ancienne demeure aristocratique du xviie siècle, maintenant habitée par plusieurs générations d’une famille d’immigrants d’origine rurale (plus de trente personnes), il y a maintenant au moins trois sites pour faire la cuisine, dont deux visibles ici, dans la cour et dans l’iwan. Le troisième est l’ancienne cuisine de la grande maison.

J.-C. David

L’iwan

  • 12 « The terraced floor in the middle, being first matted, is covered with the finest carpets of Persi (...)

20L’iwan est une pièce à trois murs, ouverte largement sur l’extérieur par le quatrième côté. L’iwan existe par cette ouverture sur la cour, sur un jardin, ou sur un autre espace de dégagement qui lui donne sa forme et son sens. Dans les maisons urbaines de Syrie, l’iwan ouvre vers le nord : on y est à l’ombre et à l’abri pendant les grandes chaleurs de l’été. Le passage de la cour à l’iwan se fait par une sorte de seuil matérialisé par une différence de niveau : l’iwan est surélevé d’une cinquantaine de centimètres par rapport à la cour. La partie de la cour qui se trouve juste devant l’iwan, où le dallage uniforme de la cour est remplacé par un tapis de motifs géométriques en marbres de couleur, annonce le passage à l’iwan. Cette différence de niveau des sols souligne la hiérarchie qui existe entre la cour et l’espace valorisant de l’iwan. On retrouve cette différence de niveau à l’intérieur d’une pièce, entre un espace bas, la ‘ataba, et un espace haut. La ataba est un lieu d’attente où l’on se tient debout avant de passer éventuellement à la partie élevée, dans l’iwan ou la pièce, où l’on pourra s’asseoir. On passe ainsi du « sale », au « propre », et du moins noble au plus noble (fig. 8b). L’espace de l’iwan lui-même est hiérarchisé : la description de Russell12 expose cette hiérarchisation qui ne peut être dissociée des pratiques sociales de l’époque. Le fond de l’iwan ou sadr est plus noble que la périphérie : les personnes les plus importantes s’y assoient tandis que les autres prennent place sur les côtés. Le sol au centre de l’iwan reste sans meuble, on peut y circuler, y présenter les repas. L’iwan est un espace polyvalent où l’on pouvait recevoir, manger ou dormir, comme les autres pièces de la maison. Actuellement l’usage de l’iwan est rarement conforme à cette description et souvent les habitants ne savent pas comment l’utiliser : ils le réinterprètent à leur façon, parfois comme débarras.

Figure 8b : L’iwan.

Figure 8b : L’iwan.

Le meuble à gauche dans l’iwan contient un poste de télévision.

C. Delpal

La qa’a : la polyvalence de l’espace dans le rythme de la vie quotidienne

21La qa’a est la pièce principale, qui peut adopter des formes différentes suivant l’importance de la maison et suivant la ville ou la région : les qa‘a-s d’Alep sont différentes de celles de Damas ou du Caire. Dans les grandes maisons, la qa’a est un espace particulièrement monumental et richement décoré, représentatif du niveau social. Dans les maisons plus modestes, la pièce principale, plus grande et plus décorée que les autres, est généralement appelée aussi qa’a. Comme l’explique Russell, on s’y retire quand la chaleur devient trop forte pour pouvoir rester dans l’iwan extérieur. Pour accéder à la qa’a, on passe de plain-pied de la cour à une ‘ataba qui dans les grandes maisons est de forme carrée, avec un sol de marbre agrémenté d’un bassin en son centre, qui dessert un ou plusieurs iwans intérieurs dont le sol est surélevé d’une cinquantaine de centimètres (fig. 9). La différence de niveau entre la ‘ataba et les iwans rappelle toujours la hiérarchie des espaces correspondant à des attitudes différentes. La ‘ataba est le lieu où : « On laisse les chaussures qui ont servi à l’extérieur ; on s’y tient debout, rien n’étant prévu pour s’asseoir ; elle n’est pas un lieu où l’on stationne à moins d’être un visiteur en attente, un personnage de rang inférieur non reçu dans l’iwan ou enfin un serviteur. De même que la cour, la ‘atabâ peut être considérée comme un espace extérieur interne : c’est une expression réduite au minimum, et finalement couverte, de la cour » (David 1987, p. 44).

Figure 9 : ‘Ataba.

Figure 9 : ‘Ataba.

Illustration d’une ‘ataba desservant les iwans d’une qa‘a (Qa‘a de la maison Ghazalé).

Dessin O. Reuther 1925

La qa’a : espace de réception et espace de nuit

  • 13 Cette information ainsi que les descriptions concernant les époques antérieures sont tirées des des (...)
  • 14 Mkhallalat (concombres et autres crudités conservés dans du vinaigre ou du saumure), salades, labné (...)

22À Alep, le plus souvent, une qa’a monumentale est constituée de trois iwans disposés suivant un plan en T renversé. L’un des iwans fait face à la porte, les autres se situent de part et d’autre. Le sol des iwans était à l’origine en terre battue13, recouvert de nattes et de tapis, tandis que le sol de la ataba dallé de marbre pouvait être couvert d’eau pour rafraîchir l’intérieur (d’après Russell). Les murs sont agrémentés d’étagères où sont rangés des plats et des vases en cuivre, de la verrerie, de la porcelaine de Chine. Lors des réceptions, les invités prennent place, comme dans l’iwan extérieur, selon leur importance et leur rang social, soit dans le fond (sadr) de l’iwan, soit sur les côtés. Le milieu reste libre pour permettre la circulation ou pour prendre les repas : une nappe est posée sur le tapis pour le protéger. Un tabouret est ensuite posé dessus qui supporte un grand plateau en argent ou en cuivre étamé qui reçoit différents mets14. On s’assoit autour sur le tapis. Dès que le repas est fini, les convives peuvent retourner à leur place à la périphérie et attendre qu’on leur apporte l’eau et le savon pour se laver les mains, puis vient le moment de servir le café et le narguilé. On peut imaginer les allers et retours des serviteurs et l’attente au niveau de la ‘ataba pour recevoir des ordres ou pour faire le service (fig. 10). D’après la description de Russel des produits utilisés dans la cuisine au xviiie siècle, on constate que les habitudes alimentaires des Alépins ou des Syriens ont peu changé : utilisation considérable du riz, de la kebbé, utilisation du beurre au lieu de l’huile, l’habitude de prendre le café sans sucre après manger ou quand on reçoit les invités.

Figure 10 : ‘Ataba / iwan.

Figure 10 : ‘Ataba / iwan.

Illustration des postures du corps entre ‘ataba et iwan.

The Harem of Sheikh Sadat, Cairo, Franck Dillon 1869

23Une fois la nuit tombée, la qa’a peut se transformer en un espace pour dormir. Ceci était possible du fait de la légèreté des meubles (tabourets, table basse) utilisés à l’époque. Seuls les tapis et les nattes qui les isolaient du sol étant disposés de façon permanente. Les ustensiles relatifs à la prise des repas sont rangés à la fin de celui-ci. De la même façon, les matelas et les couvertures étendus sur le sol pour la nuit sont pliés et rangés le matin. Les grandes qa‘a-s monumentales conservées à Alep, au moins une quinzaine, avaient été généralement transformées, en murant deux des trois iwans, qui devenaient ainsi des pièces d’une unité d’habitation, un des iwans pouvant conserver une fonction polyvalente plutôt proche du fonctionnement ancien. Actuellement plusieurs de ces grandes maisons sont transformées en hôtel ou en restaurant et leurs qa‘a-s n’ont plus de fonction domestique. Le mode de fonctionnement ancien de la qa’a ou de l’iwan est cependant valable aussi pour les pièces plus modestes et reste donc actuel.

Évolution et synthèses des pratiques socio-spatiales traditionnelles

Introduction du mobilier occidental dans le paysage domestique traditionnel

  • 15 Si des éléments de mobilier apparaissent sans doute plus tôt dans les appartements des consuls et d (...)

24L’introduction du mobilier occidental dans la région commence au milieu du xixe siècle15. L’adoption de ce mobilier dans certains milieux occidentaux ou occidentalisés va rapidement être accompagnée d’une transformation de l’architecture et de constructions nouvelles. En effet, l’architecture traditionnelle est spécifiquement conçue pour être vécue sans meubles. Le niveau d’assise est au sol et non pas à 40 ou 45 centimètres au-dessus du sol comme avec les sièges. Les tablettes supports de plateaux ont au maximum une quarantaine de centimètres de hauteur et non les 70 ou 75 cm des tables : en conséquence les allèges des fenêtres sont à une quarantaine de centimètres de hauteur et non à un mètre comme dans l’architecture occidentale, permettant au regard de se projeter à l’extérieur et au bras de s’appuyer sur le rebord d’une baie en étant assis et non debout. Les ‘ataba, le niveau des allèges des fenêtres, pour ne parler que du plus visible, sont caractéristiques de l’architecture traditionnelle et cohabitent mal avec le mobilier occidental. Bref la conception de l’espace architectural doit changer avec l’introduction du mobilier. Pourtant, dans la ville ancienne, les modifications sont très partielles et tardives et les problèmes actuels les plus visibles sont justement la conséquence de l’introduction de ce mobilier et de la gestion des incohérences qui en résultent.

25Jean-Charles Depaule (1987a, p. 13-14) analyse cette nouvelle pratique qui a transformé les intérieurs dans les villes orientales : Les meubles “à l’européenne” se sont substitués aux matelas et sofas, aux coffres, tables volantes, plateaux et tabourets, aux étagères, aux niches et placards ménagés dans l’épaisseur des murs, ou se sont juxtaposés – provisoirement ? – à eux. Et des objets décoratifs et utilitaires de forme ou de fabrication étrangère sont entrés dans les intérieurs d’Alep, de Damas et du Caire. Quand ? Henry Guys complète sa description d’Alep, au milieu du xixe siècle : “Cependant, depuis quelques temps l’usage des chaises s’est introduit dans cette partie de l’Orient (…)”. Et il remarque : « Il s’est ouvert ici (…) des magasins où l’on a étalé une foule d’objet nouveaux, dus à l’inépuisable industrie européenne, mais les Alépins pourraient dire, comme le sage de l’Antiquité : “que de choses dont je puis me passer”. Dans les maisons cairotes, Riya Salima relève à la fin du même siècle le remplacement des “meubles arabes” par des meubles turcs, la présence de “glaces immenses”, de fauteuils capitonnés, de canapés innombrables, de lustres volumineux, de moquettes ; le goût pour un décor “à la franqua”, fait d’objet de bazar, de fleurs artificielles, de poissons en celluloïd, de chat en caoutchouc, de photographies, portrait de famille et de célébrités. Elle oppose le dépouillement de la chambre d’une aïeule au “nid” d’un jeune couple. Et trente ans plus tard, Myriam Harry évoque un salon damascène “meublé à la nouvelle mode de Damas : sièges nacrés, aussi hauts et inconfortables qu’ils étaient autrefois bas et moelleux”. D’une ville et d’une époque à l’autre, ces observations ont notamment ceci de commun : elles ne concernent que de grandes et riches demeures, alors que le mouvement qu’elles enregistrent affecte inégalement les différents groupes sociaux ».

Pratiques actuelles de l’espace traditionnel alépin

26L’utilisation actuelle du mobilier moderne dans les maisons de la ville ancienne dépend des ressources financières et d’habitudes culturelles. Chez les familles modestes et qui ont conservé un mode de vie plutôt traditionnel, les intérieurs rappellent, par leur dépouillement, par l’aménagement de l’espace et la gestion des fonctions, et par les attitudes corporelles, les pratiques décrites par Russell au xviiie siècle. Toutefois, certains objets modernes, le réfrigérateur, le congélateur et le téléviseur, sont devenus indispensables. Chez les familles plus aisées, la présence du mobilier moderne est fréquente, mais est-ce le signe d’une occidentalisation réelle ?

27L’utilisation de canapés, fauteuils, lits et armoires, tables et chaises de salle à manger, mobilier lourd et encombrant, semble limiter la possibilité de modifier l’utilisation des pièces. On est loin de la légèreté des objets d’autrefois : ainsi peut-on maintenant repérer par son mobilier, dans beaucoup de maisons traditionnelles, un espace de réception, ghourfet diouf, littéralement « pièce des invités ». C’est généralement la pièce la plus spacieuse. Les fauteuils et les canapés y sont disposés le long des murs. La belle vaisselle, les bibelots et d’autres objets décoratifs sont exposés dans un vaisselier vitré, installé souvent contre le mur qui jouxte la porte. Au milieu de la pièce se trouve généralement une table, accompagnée de guéridons. Des vases, des plantes artificielles, d’autres objets décoratifs, assurent un effet d’abondance (fig. 11-12-13).

Figure 11 : Transformations d’un espace de réception ancien (xviiie s.).

Figure 11 : Transformations d’un espace de réception ancien (xviiie s.).

Les allèges des baies de cette pièce étant de faible hauteur, l’intégration des fauteuils a induit le décaissement du sol pour augmenter la hauteur des allèges.

C. Delpal

Figure 12 : Vue intérieure d’une pièce de réception ancienne avec mobilier moderne

Figure 12 : Vue intérieure d’une pièce de réception ancienne avec mobilier moderne

C. Delpal

Figure 13a : Pièce de réception.

Figure 13a : Pièce de réception.

Transformation des placards muraux en vitrines d’exposition de la vaisselle ou/et d’objets décoratifs. On note une recherche de symétrie dans la manière de disposer les différents éléments.

T. Moutia

Figure 13b : Pièce de réception.

Figure 13b : Pièce de réception.

C. Delpal

28Lors d’une réception, on fait honneur à l’invité en l’installant au fond de la pièce, loin de la porte. D’une part, le lieu est plus valorisant et d’autre part, rester à proximité de la porte signifie qu’on ne veut pas s’attarder. Par ailleurs, près de la porte on peut éventuellement observer ce qui se passe dans la cour, donc devenir indiscret. Suivant le statut de l’invité, la réception est plus ou moins protocolaire : le repas sera servi à l’invité dans cette même pièce et si l’invité est convié à passer la nuit, il sera installé pour dormir dans cet espace ou dans d’autres lieux suivant les possibilités de la maison. La pièce des invités reste donc polyvalente malgré les apparences affichées par le mobilier. Dans cette pièce vouée à la réception, on peut prendre le repas et éventuellement passer la nuit. C’est aussi un espace de représentation où l’on donne une image de soi, de ses goûts et surtout de sa position sociale. Il est encore possible, en fonction de l’origine sociale de la famille et des goûts du maître de maison, que cet espace de réception ressemble beaucoup à la description de Russell au xviiie siècle, à quelques différences près : le mobilier peut alors se limiter à une natte couverte d’un tapis, à des matelas et coussins disposés le long des murs. Le service du repas est alors très fidèle à la description de Russell. La seule différence notable est la présence du vaisselier près de la porte d’entrée. Un espace de réception à la mode traditionnelle peut maintenant être appelé madafa, terme autrefois peu usité en ville (fig. 14).

Figure 14 : Madafa.

Figure 14 : Madafa.

Espace de réception meublé à la façon traditionnelle.

C. Delpal

  • 16 Pièce de séjour ou pièce de vie.

29La réception peut se faire d’une manière plus décontractée et plus spontanée dans un espace de séjour plus convivial, ghourfet qa‘da ou ghourfet ma‘icha16, pièce généralement plus petite et plus intime, meublée d’objets moins importants, des canapés-lits, ou une simple natte, des tapis et un ou plusieurs matelas disposés à la périphérie, un buffet où se trouve une télévision, un magnétoscope, un réfrigérateur. On peut y prendre des repas, y passer les veillées d’hiver autour d’un poêle, et aussi y dormir si l’espace fait défaut ou suivant les préférences des membres de la famille : c’est moins formel qu’une madafa.

La cour et la cuisine

  • 17 On développera ultérieurement les raisons de la migration des habitants du centre ancien vers d’aut (...)

30La cour est très appréciée, regrettée quand, pour une raison ou une autre,17 les habitants déménagent vers des quartiers modernes. Les intempéries peuvent gêner son utilisation en hiver, mais à la belle saison elle est très utilisée. On peut y recevoir les amis et la famille, y passer les veillées ou y dormir. Les meubles qui s’y trouvent sont mobiles, chaises, tables pliantes, parfois des canapés-lits. Elle est aussi un espace de jeux pour les enfants (fig. 15-16).

Figure 15 : La cour espace polyvalent.

Figure 15 : La cour espace polyvalent.

Réception d’amis, prise de repas, etc.

C. Delpal

Figure 16 : La cour espace de loisir.

Figure 16 : La cour espace de loisir.

Veillées d’été, vision de la télé, espace de jeux pour les enfants.

C. Delpal

31La cour peut aussi être une annexe de la cuisine. Si la cuisson des aliments se fait en général dans une cuisine (qui n’existe pas toujours), leur préparation s’effectue dans la cour (ou dans la pièce de séjour quand il fait trop chaud ou en hiver). On peut y voir à la belle saison des denrées alimentaires en cours de préparation ou de séchage, en général des aliments préparés comme provision pour l’année (fig. 17). La saison de préparation correspond à l’arrivée sur les marchés de produits frais en abondance et meilleur marché : olives, feuilles de vigne, pétales de roses, fromages, fruits pour les confitures et les sirops, etc. Ces produits seront ensuite conservés soit de façon traditionnelle, en saumure, à l’huile, au vinaigre, dans des bocaux qui seront entreposés dans les caves « qabou », soit mis au congélateur (fig. 18). Cette tradition ancienne, très ancrée, évolue et sa pratique diminue du fait du travail salarié des femmes. Des équipements modernes comme le congélateur, le réfrigérateur, la gazinière, le micro-onde, etc, font maintenant partie de la vie quotidienne des habitants. Certaines adaptations ont été nécessaires pour les intégrer : par exemple, des socles à roulettes sont commercialisés comme support du réfrigérateur, facilitant son déplacement pour un nettoyage de la cuisine à grande eau. La cuisine peut contenir une table et des chaises ou des tabourets, bien que les repas n’y soient pas souvent pris (fig. 19). La perpétuation des pratiques traditionnelles ne semble pas être en contradiction avec l’adoption d’éléments du confort moderne. Le passé et le présent sont conciliés très spontanément.

Figure 17 : La cour espace annexe de la cuisine

Figure 17 : La cour espace annexe de la cuisine

Préparations des provisions.

C. Delpal

Figure 18 : La mouna.

Figure 18 : La mouna.

Lieu et mode de conservation des provisions alimentaires traditionnel et moderne (congélation).

T. Moutia

Figure 19 : La cuisine.

Figure 19 : La cuisine.

Les maisons traditionnelles, à l’exception des grandes demeures, ne disposaient pas d’espace attitré pour la cuisine avant la seconde moitié du xixe siècle. Actuellement les cuisines des maisons traditionnelles sont soit créées soit transformées par l’adoption d’un équipement et d’une décoration modernes.

T. Moutia

Les transformations de l’espace domestique : pour l’adaptation et la valorisation du cadre de vie

  • 18 Les exemples d’adaptations et de transformations spontanés de l’espace domestique traditionnel d’Al (...)

32Le tissu urbain est le produit de l’accumulation des destructions et des reconstructions. Un même bâtiment peut être l’addition de plusieurs époques (David 1998) et la densification de l’espace par division des parcelles et reconstruction est l’une des solutions les plus couramment utilisées à l’époque ottomane et encore actuellement, pour répondre à la croissance démographique (Raymond 1985). L’espace se développait donc par une régénération continue cadrée par les modes de production traditionnelle de l’espace (Raymond 1998) qui ont été opérationnels au moins jusqu’à l’époque des Tanzimat ottomans (Réformes). Les codes d’urbanisme successifs et l’enregistrement du site de la vieille ville d’Alep comme patrimoine national et de l’humanité ont-ils fait disparaître ces modes traditionnels de production de l’espace ? Les transformations spontanées de l’espace traditionnel, actuellement pratiquées par les habitants, ne sont-ils pas le signe de l’imprégnation des mentalités et des comportements par ces mécanismes hérités qui se perpétuent18?

Toilettes et salles de bain : transformation de l’espace et conservation des pratiques

  • 19 Sur 50 maisons étudiées, seules 2 sont équipées d’une salle de bain avec une baignoire. Et même dan (...)

33Longtemps les hammams ont fait partie des équipements publics. Actuellement, à Alep, leur nombre est réduit à une douzaine en fonctionnement, sur plus de cinquante il y a encore un demi siècle. L’habitude d’aller au hammam public, hammam al-Souk, est en voie de disparition. Les maisons traditionnelles étaient équipées de W.C. (dans la cour, près de l’entrée) mais n’avaient pas de salle de bain sauf les plus riches qui pouvaient posséder un hammam privé. La salle de bain est maintenant une composante nécessaire et, de nos jours, la quasi-totalité des maisons traditionnelles sont équipées d’un espace de bain qui peut être une simple douche. Cet espace, facilement identifiable, est souvent contigu à la cuisine ou même construit à l’intérieur de celle-ci. Pour le confort et pour économiser le combustible, le plafond des sanitaires ajoutés (hammam et toilettes) est plus bas que celui de la cuisine dans laquelle il prend place, comme une cabine en maçonnerie. Les baignoires sont très rares19 et les équipements se réduisent en général à un lavabo, une vasque d’eau, jurn, un appareil de chauffage de l’eau et de l’espace, azane, et un tabouret bas pour s’asseoir devant la vasque (fig. 20). Indépendamment de la qualité de l’aménagement, les gestes et les attitudes restent les mêmes qu’autrefois, dans la salle de bain d’un appartement moderne.

Figure 20 : La salle de bain.

Figure 20 : La salle de bain.

La création de la salle de bain se fait généralement par la construction d’un volume en moellons d’agglo à l’intérieur de l’espace de la cuisine. Un hammam peut aussi être ajouté dans la cour, c’est le cas ici, généralement accessible depuis la cuisine par une porte aménagée dans la façade.

J. C. David

Mise en œuvre de matériaux et d’équipements modernes

  • 20 Seules 2 maisons sur 50 enquêtées dans différents quartiers anciens ont des cours couvertes.

34Certaines transformations visent à moderniser l’aspect de la maison, par exemple, des sols sont rénovés par la pose d’un carrelage sur le sol existant. En effet les femmes se plaignent souvent que les sols anciens en pierre sont dégradés et difficiles à nettoyer : elles préfèrent ces nouveaux revêtements. Le discours d’une des femmes enquêtées montre que l’utilisation des nouveaux matériaux signifie la modernisation de l’espace domestique : sachant que je m’intéresse aux maisons traditionnelles, elle m’a prévenue avant de me faire entrer que sa maison est très moderne, et qu’elle n’a rien à voir avec les maisons traditionnelles. En effet, les changements constatés ne touchent pas la structure de la maison et la répartition de ses espaces, mais les sols ont été rénovés et les murs repeints. Le mobilier et les équipements de la cuisine sont aussi modernisés (éléments de rangement, plan de travail, évier en céramique, appareils et ustensiles modernes, etc). Les niches murales de la pièce des invités sont transformées en vitrines où sont exposées vaisselles et objets décoratifs. La cour est couverte d’un voile translucide supporté par une structure métallique légère (fig. 21). Les côtés laissent passer l’air et la lumière ; mais la couverture des cours reste une pratique très limitée20. Lors des enquêtes, tous les habitants disent qu’ils apprécient l’ouverture de la cour mais évoquent les intempéries, qui pourtant font partie de la vie dans l’espace domestique traditionnel. En été, pour se protéger de la chaleur, une partie de la cour peut être couverte d’une toile ; le sol est lavé à grande eau afin de le rafraîchir. Cette modernisation de l’espace dépend principalement des ressources : plus elles sont importantes, plus les interventions sont ostentatoires. Chez les familles aux revenus modestes les interventions se limitent à l’indispensable.

Figure 21 : La couverture de la cour.

Figure 21 : La couverture de la cour.

Dans des cas assez rares la cour peut être couverte en permanence d’une toile translucide tendue, supportée par une structure métallique légère. Elle peut aussi être couverte temporairement pour faire de l’ombre.

T. Moutia

Adaptations et transformations de l’espace domestique : des interventions vitales

  • 21 Quand l’un des fils se marie, ses finances ne lui permettent pas toujours de louer un logement ; c’ (...)
  • 22 L’une des questions posées lors des enquêtes vise à identifier les membres « actifs » de la famille (...)

35Les transformations de l’espace peuvent répondre aux changements dans la famille et à l’évolution des besoins. Si les espaces existants sont saturés et même si les ressources de la famille sont limitées21, le mariage d’un fils nécessite la création d’une nouvelle pièce souvent à l’étage, qui deviendra l’unité d’habitation du nouveau couple. Si la famille est traditionnelle et patriarcale, les dépenses sont gérées par le père, chef de la famille, même si les fils mariés sont autonomes financièrement. Dans ce cas, la construction d’une cuisine pour le nouveau couple n’est pas nécessaire car l’élaboration de la nourriture est collective22. Si la famille nucléaire gère elle-même ses dépenses, on doit ajouter une cuisine et des sanitaires. Pour l’édification de ces nouveaux espaces on utilise généralement des blocs de béton moulé, matériau relativement bon marché et facile à utiliser. En cas de cohabitation dans le cadre de la famille élargie, ou de partage de la maison entre plusieurs familles, ou si les fils disposent de chambres à l’étage où ils peuvent recevoir leurs amis, la fermeture du garde-corps de l’escalier qui dessert l’étage et/ou des galeries avec un matériau translucide, peut être nécessaire pour empêcher toute vue plongeante dans la cour. Pour compenser le manque d’espace, une solution peut être aussi la transformation d’une pièce spacieuse en appartement pour une unité familiale, par subdivision ou plutôt par création de sous-espaces en installant judicieusement des meubles ou des rideaux (fig. 6c). L’iwan peut aussi être fermé par une cloison pour être utilisé comme une pièce (fig. 2). Certains recoins même très exigus comme les paliers ou les espaces sous l’escalier peuvent être aménagés en kitchenette ou en sanitaires (fig. 22-23-24).

Figure 22 : Création de nouveaux espaces.

Figure 22 : Création de nouveaux espaces.

Cette chambre inachevée était destinée au fils qui après son mariage a préféré s’installer dans un logement indépendant.

T. Moutia

Figure 23 : Création de nouveaux espaces.

Figure 23 : Création de nouveaux espaces.

Pour pallier le manque d’espace de stockage des provisions (mouna), cette pièce a été créée dans la cour.

T. Moutia

Figure 24a et b : Création de nouveaux espaces.

Figure 24a et b : Création de nouveaux espaces.

Dans cette maison habitée par une famille élargie, le palier intermédiaire de l’escalier a été transformé en kitchenette pour l’une des unités familiales.

T. Moutia

  • 23 Sur les plans de réfection pour les autorisations, on doit indiquer les plafonds à refaire en béton (...)

36Des travaux de réfection des plafonds et des murs sont fréquemment entrepris : les plafonds anciens sont formés d’une structure en rondins (d’une sorte de pin), qui supporte des planches couvertes d’un mélange étanche. Si un plafond est en mauvais état, il est couramment remplacé par une dalle de béton armé, pratique autorisée maintenant à Alep23. La dégradation des murs peut aussi nécessiter une intervention rapide. Pour des murs extérieurs dont le mauvais état est une menace pour les habitants et les passants, la réfection est exigée par les autorités.

Adaptation et remodelage de l’espace domestique traditionnel : légal, illégal

  • 24 Pour les autorisations de restauration de maisons, la Direction des waqfs n’intervient pas directem (...)
  • 25 GTZ est l’Agence Allemande de Coopération (Deutsche Gesellschaft Für Technische Zusammenarbeit) qui (...)
  • 26 Le montant plafond a été remonté en 2008, mais de toutes façons la somme qui peut être attribuée, d (...)
  • 27 Certaines personnes se portent garant pour ces prêts même si le demandeur n’a pas de moyens financi (...)
  • 28 En 2006, les techniciens du bureau de la réhabilitation de la vieille ville étaient conscients de c (...)

37Dans la vieille ville d’Alep, doublement classée au patrimoine, par la Direction des Antiquités et par l’Unesco, des règlements encadrent toute intervention dans le tissu ancien y compris à l’intérieur de l’espace domestique. Les travaux de transformation et de réfection, nécessaires au confort quotidien et à la sécurité des habitants, sont soumis aux autorisations de plusieurs institutions : la Direction des Antiquités, la Direction de la vieille ville et la Municipalité24, etc. Les préoccupations de ces institutions peuvent s’avérer différentes et parfois contradictoires. La Direction des Antiquités veille sur l’héritage patrimonial et culturel ; elle prône la conservation de l’architecture ancienne dans son état originel et le respect de la réglementation qui, en cas d’interventions non autorisées, prévoit des sanctions. La Direction de la vieille ville, la Municipalité et l’organisme GTZ25 qui travaillent en étroite collaboration sur le projet de réhabilitation des quartiers anciens, ont une lecture différente qui peut être qualifiée de socio-urbaine. Le maintien de la population dans son habitat est l’un de leurs objectifs. Pour le réaliser plusieurs moyens ont été mis en œuvre : la réfection des réseaux d’eau potable et d’égouts et la création du bureau d’urgence au sein de la Direction de la vieille ville, qui peut attribuer des prêts sans intérêt pour réaliser des travaux. Jusqu’en 2006, il y avait deux sortes de prêts : un prêt pour la restauration d’un montant de 40 000 LS et un prêt pour la préservation d’un montant de 150 000 LS pour les maisons contenant des éléments remarquables26. L’obtention de ces prêts est soumise à des conditions qui semblent compliquées au demandeur. Parmi ces conditions, le demandeur doit avoir un garant fonctionnaire dans un établissement public : en cas de non remboursement, la somme due est déduite directement du salaire du garant27. Pour obtenir un prêt, il faut aussi que la maison n’ait pas été transformée sans autorisation. Dans le cas où des espaces auraient été ajoutés, le demandeur a obligation de les détruire, même s’ils sont relativement anciens et intégrés à la vie. Le dossier de demande de prêt est instruit par une commission technique où toutes les institutions concernées sont représentées. Pour obtenir le prêt, le demandeur doit avoir l’autorisation de chacune des institutions, ce qui peut sembler long et difficile28. Ces difficultés peuvent inciter des habitants à préférer réaliser leurs travaux dans l’illégalité ou à vendre leur bien et à partir habiter hors de la vieille ville. Les difficultés de coordination entre les différentes institutions concernées sont évidentes. L’application des réglementations sur le patrimoine architectural habité se heurte aux très anciennes pratiques d’adaptation de la maison aux besoins, héritées d’un temps où les transformations étaient une pratique normale et nécessaire.

Mutation de l’espace résidentiel traditionnel : conversion de l’usage et déplacement des habitants

  • 29 Le nombre d’habitants qui envisagent cette solution reste limité ; ils habitent en général des mais (...)

38Certains habitants préfèrent donc quitter la ville ancienne à cause des difficultés administratives qu’ils rencontrent lorsqu’ils veulent restaurer leurs maisons29 ou pour d’autres raisons. Depuis plusieurs décennies, le nombre d’habitants dans les quartiers anciens diminue, par baisse de la densité d’occupation des maisons et du fait de l’utilisation pour d’autres fonctions de maisons inoccupées. En quelques années, les anciens souks se sont développés aux dépens des habitations au nord et au sud de la vieille ville, en particulier dans le quartier de Jalloum : les rez-de-chaussée deviennent des boutiques, des entrepôts, des ateliers. Ces changements s’accompagnent d’interventions plutôt réduites sur le bâti, pour assurer le bon fonctionnement des nouvelles activités (fig. 25). Ainsi, les interventions visent essentiellement à augmenter l’espace de stockage, souvent par la construction de mezzanines en bois. Les cours intérieures peuvent être couvertes d’une toiture en charpente métalliques et tôle ou plastique rigide, etc. Les matériaux utilisés sont facilement identifiables, par leur nature et leur mise en œuvre : le bâtiment ancien est une enveloppe dans laquelle on insère des sous-espaces sans changer la structure originelle et les anciens décors, souvent préservés mieux que dans des restaurations pour la transformation en hôtel ou en restaurant (fig. 26). Dans des quartiers prévus par le plan d’occupation des sols comme zones touristiques, notamment le quartier nord extra-muros al-Jdeidé, certaines grandes maisons ont été restaurées par des investisseurs privés et converties en hôtels ou en restaurants. Le développement de l’activité touristique a entraîné des travaux d’amélioration de la place Sahat al-Hatab, tandis que la modernisation du réseau d’infrastructures était réalisée dans le cadre du projet municipal.

Figure 25 : Mutations d’espaces.

Figure 25 : Mutations d’espaces.

Cette ancienne qa‘a a été transformée en entrepôt ; son architecture est parfaitement conservée.

C. Delpal

Figure 26 : Mutations d’espaces : ancienne maison du quartier Jbaylé transformée en hôtel.

Figure 26 : Mutations d’espaces : ancienne maison du quartier Jbaylé transformée en hôtel.

J.-C. David

39L’augmentation du prix du foncier liée au développement des nouvelles fonctions n’implique pas toujours le départ des habitants. Certains d’entre eux, surtout les personnes âgées, restent très attachés à leur maison, à leur quartier et à leur vie sociale. Certains jeunes préfèrent aussi continuer à vivre dans la vieille ville surtout quand tous les membres de la famille (parents, oncles, tantes, etc.) habitent dans les mêmes quartiers. Certains, après avoir fait l’expérience d’habiter en dehors de la vieille ville, finissent par y retourner et louent ou achètent des maisons dans le voisinage de la famille. D’autres, aspirant à une ascension sociale, quittent la vieille ville pour habiter des quartiers plus modernes et plus valorisants, comme Halab Jdidé. Certains ont une vision négative de la vieille ville et des habitants qui ont remplacé les anciens résidents : les habitants actuels des quartiers anciens n’en sont pas tous originaires, mais certains s’y sont installés depuis longtemps et y sont bien enracinés. Ils peuvent être originaires des faubourgs ou d’autres villes ou villages. Ils ont souvent un mode de vie et des pratiques qui s’insèrent parfaitement dans les espaces anciens. Ils ont amené avec eux un savoir vivre et des pratiques qui se situent dans la continuité des pratiques spatiales et sociales anciennes, telles que les solidarités de voisinage ou de groupe, l’habitude de vivre dans des espaces organisés autour d’une cour, etc. Les perceptions de la vieille ville d’Alep par ses habitants sont assez diverses, ceux qui préfèrent continuer à y vivre expliquent leur attachement de différentes manières, tandis que ceux qui la quittent pour habiter les quartiers modernes y restent indirectement attachés en transportant avec eux dans leur habitat moderne les modes de vie et les pratiques traditionnelles de l’espace.

Conclusion

40L’architecture domestique ancienne conserve à Alep tout son sens quand elle est associée au mode de vie traditionnel des habitants, à leurs relations sociales, à leurs pratiques de l’espace, à leurs aspirations, à leurs besoins et à leurs compétences dans les processus d’adaptation. Nous avons constaté que les pratiques sociales de l’espace ont évolué avec le temps, tout comme l’architecture : le patrimoine est donc autant dans les pratiques et les gestes que dans l’architecture. Le sens attribué à ce patrimoine peut être différent s’il émane des usagers ou des institutions mais les pratiques de transformation et d’adaptation spontanée de l’architecture ancienne montrent qu’un compromis de fait existe, entre les deux principaux types d’acteurs, sur le droit d’agir sur ce patrimoine. Une reconnaissance effective permet une coexistence entre le caractère « national » du patrimoine géré principalement par les institutions et le caractère « citadin et populaire » pris en charge par les usagers. Une gestion pertinente du patrimoine architectural du site historique d’Alep devrait donc prendre officiellement en considération l’existence et l’importance de son aspect immatériel et de sa perception « populaire » inséparable de l’architecture héritée. Une gestion raisonnable et raisonnée devrait tenir compte du savoir-faire des citadins dans la poursuite de l’évolution du patrimoine.

Notes

1 Ces missions ont été effectuées au printemps des années 2004 et 2005 et en automne 2006. Leurs objectifs étaient, d’une part, d’identifier les différentes institutions impliquées dans l’intervention sur le centre ancien et sa gestion, d’étudier leur organisation, la coordination de leurs actions et leurs modes d’intervention sur le terrain et d’autre part, d’étudier les modes d’appropriation des espaces traditionnels par leurs usagers, les habitants dans l’espace domestique, les commerçants dans les souks traditionnels, et comment les intervention des différents acteurs, institutionnels et usagers, s’expriment, se confrontent, s’organisent.

2 Ces mêmes boîtes en bois sont parfois présentes de nos jours dans la vieille ville d’Alep.

3 La hourma حرمة dont la racine est le mot haram حرم, signifie ce qui est inviolable, privé et signifie aussi la femme http://www.almaany.com/home

4 Médecin britannique, savant botaniste et zoologue, qui séjourna plusieurs années à Alep au xviie siècle.

5 Seules 2 maisons sur 50 étudiées contiennent un espace affecté au chef de la famille. Toutes les observations et analyses sont tirées des enquêtes que j’ai effectuées en 2004, 2005 et 2006 dans le cadre de mes travaux de thèse.

6 Ces pratiques, très anciennes, ont été décrites par Russell. À propos de la fête du mariage, il relate les mêmes faits qui concernent la séparation des sexes : « A wedding is one of the principal opportunities the women have of displaying their wardrobe ; for witch reason they bring varieties of apparel along with them, and change their dress perhaps two or three times in the course of four and twenty hours.… […] The men seat in the outer apartments, and have also bands of music ; but their mirth is less clamorous than that of the women, it being only among the ordinary class that the men join their voices in chorus. » (Russell 1794, p. 286). Aussi pour la réception d’invitées, il décrit comment le voile peut être facilement quitté en l’absence des hommes: « When the ladies visit one another in a forenoon, they do not immediately unveil on coming into harem, lest some of the men should happen to be still at home, and might see them as they pass; but as soon as they enter the apartment of the lady the whom the visit is intended, either one of the young ladies, or slave, assists in taking off the veil, witch, being carefully solded up, is laid aside. It is a sign that the visitant intends only a short stay, when instead of resigning the veil ; the only uncovers her head, permitting the veil to hang carelessly down on the shoulders. This generally produces a friendly contest between the parties ; one insisting upon taking the veil away, the other refusing to surrender. » (Russell 1794, p. 240).

7 Un proverbe bien connu, souvent cité, souligne l’importance du voisinage : al-jâr qabel al-dâr wal-jâr li-arba‘în dâr, le voisin avant la maison et le voisin pour quarante maisons. Depaule (1997, p. 22) compare le voisin et l’hôte dans leurs points communs et leurs différences.

8 Cette confiance mutuelle n’abolissait pas les règles de séparation des sexes, les femmes étaient reçues séparément des hommes, pour les simples visites comme pour les occasions plus importantes.

9 Enquêtes effectuées dans le cadre des travaux de recherche conduits dans la vieille ville d’Alep en 2006.

10 C’est le cas généralement dans les maisons citadines du Bilad al-Cham mais en Égypte ou au Maghreb le système d’entrée est différent.

11 Certaines maisons conservent encore leurs puits dont l’eau est souvent utilisée pour l’arrosage des plantes et pour les travaux ménagers. Certains puits sont bouchés mais sont toujours repérables.

12 « The terraced floor in the middle, being first matted, is covered with the finest carpets of Persia or Turkey. The Divan thus completed is kept extremely neat, and serves for the reception of company ; the guests according to their rank, being placed more or less distant from the corner ; while such, as are not entitled to sit in the preference of grandee, remain in the Attaby, or stand at one end upon the carpet. » (Russell 1794, p. 27-28).

13 Cette information ainsi que les descriptions concernant les époques antérieures sont tirées des descriptions de Russell de la qa’a alépine du xviiie siècle. Voir Russell 1794, p. 172-173.

14 Mkhallalat (concombres et autres crudités conservés dans du vinaigre ou du saumure), salades, labné, des plats de résistance, des fruits, des douceurs, etc.

15 Si des éléments de mobilier apparaissent sans doute plus tôt dans les appartements des consuls et des négociants étrangers, ils restent exceptionnels, et même ces Occidentaux vivent essentiellement à l’orientale encore au début du xixe siècle. Il faut attendre la fin du xixe siècle et le développement d’une nouvelle architecture caractérisée par ses sols de plain-pied dans toutes les pièces, faits pour recevoir le mobilier occidental, pour que ce mobilier soit intégré dans le mode de vie d’une minorité installée essentiellement dans les nouveaux quartiers.

16 Pièce de séjour ou pièce de vie.

17 On développera ultérieurement les raisons de la migration des habitants du centre ancien vers d’autres zones de la ville d’Alep.

18 Les exemples d’adaptations et de transformations spontanés de l’espace domestique traditionnel d’Alep qui seront mentionnés ci-après, sont tirés des recherches effectuées en 2004, 2005 et 2006 dans le cadre de la thèse.

19 Sur 50 maisons étudiées, seules 2 sont équipées d’une salle de bain avec une baignoire. Et même dans ces cas on remarque la présence du jurn. Dans les quartiers modernes, les baignoires sont plus courantes mais restent peu utilisées, considérées comme contraires aux règles traditionnelles de l’hygiène parce que l’eau y est stagnante.

20 Seules 2 maisons sur 50 enquêtées dans différents quartiers anciens ont des cours couvertes.

21 Quand l’un des fils se marie, ses finances ne lui permettent pas toujours de louer un logement ; c’est pourquoi il préfère rester avec sa famille.

22 L’une des questions posées lors des enquêtes vise à identifier les membres « actifs » de la famille, ceux à qui revient la charge financière du groupe. La réponse causait parfois une certaine gêne surtout dans les familles fidèles au système patriarcal ancien. Dans ce cas, pour les dépenses principales, les frais sont mis en commun et c’est le chef de la famille qui est responsable de la gestion. Le mode de fonctionnement semble alors tellement évident que la question paraît impertinente.

23 Sur les plans de réfection pour les autorisations, on doit indiquer les plafonds à refaire en béton. Officiellement, le coulage du béton doit se faire en présence d’un représentant du syndicat des ingénieurs. Le remplacement de plafonds traditionnels par des dalles de béton est interdit à Damas du fait de l’existence d’étages en structure de bois (information communiquée par Thierry Grandin).

24 Pour les autorisations de restauration de maisons, la Direction des waqfs n’intervient pas directement. Un représentant de la Direction (actuellement deux), est présent dans le Comité de Préservation de la vieille ville. S’il s’agit de restauration de maison, il intervient en tant qu’architecte. Si c’est un projet d’équipement, il intervient aussi en tant que représentant des waqfs (information communiquée par Thierry Grandin).

25 GTZ est l’Agence Allemande de Coopération (Deutsche Gesellschaft Für Technische Zusammenarbeit) qui dépend du ministère allemand de la Coopération Économique et du Développement.

26 Le montant plafond a été remonté en 2008, mais de toutes façons la somme qui peut être attribuée, dorénavant de 250 000 LS, est encore très largement insuffisante (Thierry Grandin).

27 Certaines personnes se portent garant pour ces prêts même si le demandeur n’a pas de moyens financiers stables. En cas de non remboursement du prêt par le demandeur, ils respectent leurs engagements en considérant ces sommes comme un don et un acte de bienfaisance.

28 En 2006, les techniciens du bureau de la réhabilitation de la vieille ville étaient conscients de ces difficultés et on pensait à cette époque faciliter les démarches d’obtention des prêts en instituant un système de « fenêtre unique » pour que les demandeurs s’adressent à un seul interlocuteur pour effectuer l’ensemble des démarches. Ce qui a été effectivement réalisé.

29 Le nombre d’habitants qui envisagent cette solution reste limité ; ils habitent en général des maisons dont la vente peut permettre d’acheter un logement dans les nouveaux quartiers. Les héritiers d’une maison, quand ils sont nombreux et disposent de ressources financières très limitées, se voient obligés de rester chez eux malgré les dégradations de leur logement. Les travaux dans ce cas se limitent au strict nécessaire.

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Cour intérieure d’une maison d’Alep du xviiie siècle. Gravure d’Eugène-Napoléon Flandrin (milieu du xixe siècle).
Crédits Paris BNF, Vd 10, t. 3
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Photo 2 : Mobilier de jardin dans l’iwan de la maison Wakil avant son aménagement en restaurant : une adéquation partielle entre espace et mobilier moderne.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Photo 3 : Dans la cour d’une grande maison ; mobilier moderne adapté, tabourets et table formica réglable à deux hauteurs
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 1 : Maison de deux niveaux habitée par deux frères.
Légende Chacun des niveaux est occupé par la famille de l’un des deux frères. Un système de voilage disposé devant les baies vitrées et la coursive de l’entrée de l’étage permet d’éviter toute vue plongeante vers la cour du rez-de-chaussée.
Crédits T. Moutia
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 2 : Maison occupée par plusieurs familles sans lien de parent.
Légende Les rideaux permettent à la fois de protéger l’entrée des vues indiscrètes et de délimiter les sous-espaces de la cour attribués à chaque unité d’habitation.
Crédits T. Moutia
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 3 : Un espace domestique attribué aux garçons.
Légende Ce qabou (cave semi enterrée) a été attribué aux garçons d’une famille ; c’est à la fois un espace de nuit et une pièce de vie. Le mobilier souligne la cohabitation de l’usage des lits et du matelas posé à même le sol pendant la nuit et rangé pendant la journée, suivant l’usage décrit par Russell au xviiie siècle. Remarquer le poste de télévision dans son meuble.
Crédits C. Delpal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 4 : Espaces polyvalents.
Légende Cet espace sert à la fois de chambre à coucher et de pièce de vie ; le matelas disposé sur le tapis sert pour s’asseoir et/ou pour faire la sieste. L’agencement du mobilier définit et délimite la fonction de chaque sous-espace.
Crédits C. Delpal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 5 : Pièce de vie et statut du corps.
Légende Une pièce de vie meublée à l’ancienne : le sol est couvert de tapis tandis que les matelas sont disposés à la périphérie. Cette pièce peut aussi se transformer en espace nuit.
Crédits C. Delpal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 6a. Espaces domestiques et polyvalents.
Crédits C. Delpal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 6b. Espaces domestiques et polyvalents.
Crédits C. Delpal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 6c. Espaces domestiques et polyvalents.
Légende Cette qa‘a sert à la fois de pièce de réception et de chambre à coucher pour les grands-parents. Cette double fonction est assurée simplement par l’adaptation et l’agencement du mobilier correspondant à chacune des fonctions. L’armoire délimite un espace de rangement.
Crédits C. Delpal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 7 : Grande maison traditionnelle.
Légende Cette axonométrie montre l’un des modes possibles d’agencement des espaces intérieurs d’une grande maison traditionnelle (xvie-xviie siècles) : l’entrée, la cour, l’iwan, la qa‘a, et les pièces secondaires.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 8a : La cour.
Légende Dans cette ancienne demeure aristocratique du xviie siècle, maintenant habitée par plusieurs générations d’une famille d’immigrants d’origine rurale (plus de trente personnes), il y a maintenant au moins trois sites pour faire la cuisine, dont deux visibles ici, dans la cour et dans l’iwan. Le troisième est l’ancienne cuisine de la grande maison.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 8b : L’iwan.
Légende Le meuble à gauche dans l’iwan contient un poste de télévision.
Crédits C. Delpal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 9 : ‘Ataba.
Légende Illustration d’une ‘ataba desservant les iwans d’une qa‘a (Qa‘a de la maison Ghazalé).
Crédits Dessin O. Reuther 1925
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 10 : ‘Ataba / iwan.
Légende Illustration des postures du corps entre ‘ataba et iwan.
Crédits The Harem of Sheikh Sadat, Cairo, Franck Dillon 1869
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 11 : Transformations d’un espace de réception ancien (xviiie s.).
Légende Les allèges des baies de cette pièce étant de faible hauteur, l’intégration des fauteuils a induit le décaissement du sol pour augmenter la hauteur des allèges.
Crédits C. Delpal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 12 : Vue intérieure d’une pièce de réception ancienne avec mobilier moderne
Crédits C. Delpal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 13a : Pièce de réception.
Légende Transformation des placards muraux en vitrines d’exposition de la vaisselle ou/et d’objets décoratifs. On note une recherche de symétrie dans la manière de disposer les différents éléments.
Crédits T. Moutia
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 13b : Pièce de réception.
Crédits C. Delpal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 14 : Madafa.
Légende Espace de réception meublé à la façon traditionnelle.
Crédits C. Delpal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 15 : La cour espace polyvalent.
Légende Réception d’amis, prise de repas, etc.
Crédits C. Delpal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 16 : La cour espace de loisir.
Légende Veillées d’été, vision de la télé, espace de jeux pour les enfants.
Crédits C. Delpal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 17 : La cour espace annexe de la cuisine
Légende Préparations des provisions.
Crédits C. Delpal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 18 : La mouna.
Légende Lieu et mode de conservation des provisions alimentaires traditionnel et moderne (congélation).
Crédits T. Moutia
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 19 : La cuisine.
Légende Les maisons traditionnelles, à l’exception des grandes demeures, ne disposaient pas d’espace attitré pour la cuisine avant la seconde moitié du xixe siècle. Actuellement les cuisines des maisons traditionnelles sont soit créées soit transformées par l’adoption d’un équipement et d’une décoration modernes.
Crédits T. Moutia
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 20 : La salle de bain.
Légende La création de la salle de bain se fait généralement par la construction d’un volume en moellons d’agglo à l’intérieur de l’espace de la cuisine. Un hammam peut aussi être ajouté dans la cour, c’est le cas ici, généralement accessible depuis la cuisine par une porte aménagée dans la façade.
Crédits J. C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 21 : La couverture de la cour.
Légende Dans des cas assez rares la cour peut être couverte en permanence d’une toile translucide tendue, supportée par une structure métallique légère. Elle peut aussi être couverte temporairement pour faire de l’ombre.
Crédits T. Moutia
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 22 : Création de nouveaux espaces.
Légende Cette chambre inachevée était destinée au fils qui après son mariage a préféré s’installer dans un logement indépendant.
Crédits T. Moutia
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 23 : Création de nouveaux espaces.
Légende Pour pallier le manque d’espace de stockage des provisions (mouna), cette pièce a été créée dans la cour.
Crédits T. Moutia
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 24a et b : Création de nouveaux espaces.
Légende Dans cette maison habitée par une famille élargie, le palier intermédiaire de l’escalier a été transformé en kitchenette pour l’une des unités familiales.
Crédits T. Moutia
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 25 : Mutations d’espaces.
Légende Cette ancienne qa‘a a été transformée en entrepôt ; son architecture est parfaitement conservée.
Crédits C. Delpal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 26 : Mutations d’espaces : ancienne maison du quartier Jbaylé transformée en hôtel.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6711/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

Auteur

Architecte DPLG, doctorante en géographie et urbanisme à l’université Lumière Lyon 2

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540