Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alep et ses territoires

 | 
Jean-Claude David
, 
Thierry Boissière

Quatrième partie - Patrimoine institutionnel et patrimoine vivant

Chapitre 20 - La patrimonialisation de la vieille ville d’Alep entre stratégies de développement local et pratiques ordinaires

Pauline Bosredon

Résumé

Alep, seconde ville de Syrie, est classée au titre du patrimoine mondial depuis 1986 ; la municipalité a très vite mis en œuvre, avec la collaboration de la GTZ, l’agence allemande de coopération pour le développement, un vaste projet de réhabilitation de la vieille ville qui commence aujourd’hui à porter ses fruits. La confrontation des perceptions et des modes d’actions sur la ville des différents acteurs – politiques et institutionnels, économiques, habitants – et l’analyse de leurs stratégies face à la patrimonialisation permettent de comprendre leur rapport à la ville. Apparaît alors un décalage entre l’instrumentalisation du patrimoine par l’acteur institutionnel qui s’inscrit dans une démarche de développement économique et de valorisation de l’image de la ville en vue de sa mise en tourisme, et l’investissement quotidien des quartiers en transformation par les habitants et les petits commerçants qui définissent ainsi un patrimoine populaire.

Aleppo, Syria’s second city, has been listed as a World Heritage Site since 1986. In collaboration with the German Agency for Development Cooperation (GTZ), the municipality has quickly implemented a major project to rehabilitate the Old City. Fifteen years later, it is possible to see the first outcomes of this project. The collision of the differing players in the city, their varying perceptions and modes of operation - from political, institutional and economic actors to residents - as well as the analysis of their strategies to deal with the urban heritage, sheds light on their relationship to the city. A gap appears between instrumenting the cultural heritage by the institutional actor who works for the city’s economic and touristic development and trying to enhance its image, and the daily residents and shopkeepers investments, that, as such, define a common heritage.

حلب ثاني أكبر المدن في سوريا، وقد صنّفت منذ العام 1986 ضمن التراث العالمي؛ سرعان ما طبّقت المحافظة، بالتعاون مع وكالة GTZ الألمانية للتعاون من أجل التنمية، خطةً واسعةً لإعادة تأهيل المدينة القديمة بدأت تقدّم ثمارها عشية الانتفاضة. يمكننا بمقارنة تصورات مختلف الفاعلين، السياسيين والمؤسساتيين والاقتصاديين والسكان، عن المدينة وأساليب فعلهم فيها، وتحليل استراتيجياتهم في مواجهة التحويل إلى تراثٍ، تحليلُ صِلاتهم بالمدينة. فتظهر عندها مسافةٌ بين استغلال الفاعل المؤسساتي للتراث، والذي يندرج ضمن خطوة تطويرٍ اقتصاديٍّ وإبرازٍ لصورة المدينة بهدف تسويقها سياحياً، واستثمار السكان وصغار التجار اليومي للأحياء المتحوّلة، معرّفين أنفسهم بالتالي بوصفهم تراثاً شعبياً.

Texte intégral

Photo 1 : Ruelle du vieux quartier chrétien de Jdeidé. Les trois rues parallèles (Toumayat) et le parcellaire plutôt régulier sont les marques de l’un des lotissements réalisés au xvie siècle. A partir du xviie, de riches familles chrétiennes se sont fait construire ici de petits palais, la plupart encore plus ou moins bien conservés (en 2011).

Photo 1 : Ruelle du vieux quartier chrétien de Jdeidé. Les trois rues parallèles (Toumayat) et le parcellaire plutôt régulier sont les marques de l’un des lotissements réalisés au xvie siècle. A partir du xviie, de riches familles chrétiennes se sont fait construire ici de petits palais, la plupart encore plus ou moins bien conservés (en 2011).

J.-C. David

Photo 2 : Une cour de la maison Wakil (xviiie s.) avant sa transformation en restaurant (c’était un orphelinat de la communauté Roum Orthodoxe).

Photo 2 : Une cour de la maison Wakil (xviiie s.) avant sa transformation en restaurant (c’était un orphelinat de la communauté Roum Orthodoxe).

J.-C. David

Photo 3 : Dans un autre quartier ancien, l’entrée d’une maison décorée à l’occasion d’un retour du pèlerinage.

Photo 3 : Dans un autre quartier ancien, l’entrée d’une maison décorée à l’occasion d’un retour du pèlerinage.

J.-C. David

Photo 4 : Cour principale d’une grande demeure (xviie s.) du quartier de Bab Qinnesrin transformée en hôtel de luxe.

Photo 4 : Cour principale d’une grande demeure (xviie s.) du quartier de Bab Qinnesrin transformée en hôtel de luxe.

J.-C. David

Photo 5 : Ruelle du quartier Jalloum au sud des souks, elle-même en cours de transformation en souk (dans les années 1990).

Photo 5 : Ruelle du quartier Jalloum au sud des souks, elle-même en cours de transformation en souk (dans les années 1990).

J.-C. David

Photo 6 : Qabou al-Najjarin, un petit souk d’époque mamelouke, longtemps occupé par des fabricants d’araires, de manches d’outils, de tamis, etc.

Photo 6 : Qabou al-Najjarin, un petit souk d’époque mamelouke, longtemps occupé par des fabricants d’araires, de manches d’outils, de tamis, etc.

J.-C. David

Photo 7 : Fabricants de tamis dans un autre quartier ancien.

Photo 7 : Fabricants de tamis dans un autre quartier ancien.

J.-C. David

Photo 8 : Ancienne rue de quartier au nord de la Grande Mosquée, devenue un petit souk pour des fabricants de couvertures piquées et autres rembourrages.

Photo 8 : Ancienne rue de quartier au nord de la Grande Mosquée, devenue un petit souk pour des fabricants de couvertures piquées et autres rembourrages.

J.-C. David

Photo 9 : Nouvelles portes en bois imposées par les directions du Patrimoine et du Tourisme, à la place des rideaux métalliques « traditionnels ».

Photo 9 : Nouvelles portes en bois imposées par les directions du Patrimoine et du Tourisme, à la place des rideaux métalliques « traditionnels ».

J.-C. David

Photo 10 : Porche extérieur du khan Qurtuba, mamelouk et ottoman.

Photo 10 : Porche extérieur du khan Qurtuba, mamelouk et ottoman.

J.-C. David

Photo 11 : Porche extérieur du khan Outch Khan, mamelouk.

Photo 11 : Porche extérieur du khan Outch Khan, mamelouk.

Au fond, les toits en bâtière des greniers de séchage d’une savonnerie traditionnelle.

J.-C. David

Photo 12 : Au khan al-Goumrok ; convivialité dans l’espace et le temps du travail.

Photo 12 : Au khan al-Goumrok ; convivialité dans l’espace et le temps du travail.

J.-C. David

Photo 13 : Une maison fin xixe siècle en bois et pierre : un patrimoine difficile à gérer

Photo 13 : Une maison fin xixe siècle en bois et pierre : un patrimoine difficile à gérer

C. Delpal

Photo 14 : Cour intérieure du khan al-Goumrok.

Photo 14 : Cour intérieure du khan al-Goumrok.

Bureau de grossiste et clientèle rurale. L’auvent métallique, commode et esthétiquement neutre, installé par la collectivité des commerçants du khan a été supprimé par la direction du Tourisme pour être remplacé par de petits toits en bois faux style rustique oriental pour faire couleur locale.

J.-C. David

1Les quartiers anciens d’Alep, seconde ville de Syrie, sont classés au titre du patrimoine mondial depuis 1986. La municipalité a très vite mis en œuvre, avec la collaboration de la GTZ, l’agence allemande de coopération pour le développement, un vaste projet de réhabilitation qui commence aujourd’hui à porter ses fruits. Il est intéressant d’examiner maintenant les perceptions de la ville et de son patrimoine, en recueillant le discours des différents acteurs et en analysant leurs stratégies – adaptation, profit, contournement – quand son cœur historique fait l’objet d’un classement qui le transforme. Il y a là matière à une étude du rapport entre ville et imaginaire, entre les investissements ordinaires, la pratique quotidienne de l’espace urbain par les habitants, et les mobilisations autour des choix de développement local des acteurs institutionnels ayant la charge des politiques d’aménagement, comme des investisseurs.

2L’espace de la vieille ville - devenue ville du patrimoine mondial - s’est en effet prêté à une redéfinition de son statut : elle demeure le lieu d’ancrage de modes de vie séculaires, en constante évolution, tout en devenant la vitrine d’un message destiné aux touristes du monde entier, et le moteur d’une nouvelle phase de développement économique. C’est au décryptage de ces différents statuts, potentiellement concurrents, que s’intéresse cet article. Il tentera de faire apparaître les modalités de la mobilisation institutionnelle autour du classement et de la politique patrimoniale dans la vieille ville, et il confrontera aux pratiques quotidiennes de ces espaces en transformation, les projets de renouvellement mis en œuvre. Cette étude se fonde sur une enquête par entretiens, réalisée en 2008 auprès des habitants et des commerçants de trois quartiers de la vieille ville, Jdeide et Bab Qinnasrin, quartiers touristiques et commerçants qui ont fait l’objet d’un programme pilote de réhabilitation, et Bab al-Hadid, quartier résidentiel plus populaire.

Renouvellement urbain et enjeux de développement local

3Le renouvellement urbain se définit comme une réutilisation de ce qui existe pour faire évoluer la ville. Dans le cas des centres classés comme patrimoine, il peut sembler difficile de parler de renouvellement, car la notion de patrimoine renvoie plutôt à la conservation de ce que fut la ville et des traces de son passé, qu’à sa réutilisation. Si l’on peut parler de renouvellement, c’est bien dans cette définition qui consiste à « faire évoluer la ville sur elle-même » (Piron 2002, p. 366).

4Deux cas de figure se présentent dans tout projet urbain : dans le premier cas, « le projet poursuit un objectif externe, présenté comme relevant de l’intérêt général et justifié par des considérations de développement, d’aménagement ou de réhabilitation dont l’échelle dépasse le local » (Navez-Bouchanine 2004, p. 50), dans le second « le projet spatial projette un changement social » (Navez-Bouchanine ibid.) et il porte dans ce cas sur des dispositifs spatiaux propres à engendrer ce changement. C’est le cas en ce qui concerne Alep, où l’objectif affiché est l’arrêt de « l’hémorragie démographique » qui touche la vieille ville depuis un demi-siècle et l’amélioration générale des conditions de vie des habitants des quartiers anciens classés. Cette amélioration générale, désignée par le terme anglais de upgrading dans les documents d’urbanisme produits à Alep, est recherchée par la mise en place d’un panel d’actions touchant aussi bien les infrastructures et la restauration du bâti que les services et les activités économiques.

Rehabilitation, « changement et conservation »

Les objectifs du projet

5La « réhabilitation » est le terme utilisé à Alep pour désigner l’opération de renouvellement urbain ciblée sur la vieille ville depuis 1992. Il s’agit d’une approche qui intègre la conservation du bâti, sa restauration, l’amélioration des conditions de vie des habitants (renouvellement des infrastructures et développement des services), et la redynamisation économique (développement de nouvelles activités, mise en valeur du patrimoine pour une meilleure attractivité touristique, création d’emplois). Le leitmotiv de ce projet est « changement et conservation ». Il s’agit tout à la fois de faire la promotion de l’évolution (c’est la composante dynamique du projet) et de la préservation des espaces définis par leur caractère rare et précieux (c’est la composante conservatoire). Les habitants de la vieille ville sont mis au centre des efforts : c’est leur cadre de vie qui doit être préservé et amélioré.

6Sous l’angle dynamique, le projet met en avant la nécessité d’améliorer les conditions de vie là où elles sont détériorées. Sous l’angle de la conservation, il s’agit de préserver la mixité sociale et la diversité économique là où cela est important, ainsi que les modes de vie anciens dans les quartiers résidentiels. Ce projet comporte plusieurs phases dont la première est aujourd’hui achevée : le plan de développement de la vieille ville (D-Plan) et les plans d’action sectorisés (Action Areas Plans) ont été préparés en même temps et mis en œuvre entre 1998 et 2007. Les Action Areas ciblent les quartiers en fonction de critères précis, atouts essentiels pour leur développement économique (patrimoine riche, attractivité touristique préexistante, présence d’activités traditionnelles) et en fonction de leur état de conservation. Sont ensuite mises en place un certain nombre d’actions dans d’autres champs d’activité.

7La ligne directrice du plan de développement mis au point en 1998, est la coordination des idées et de chaque aspect du processus de réhabilitation. Une fois le constat des faiblesses de la vieille ville établi, un programme d’actions variées a été mis en place. Le premier objectif est l’amélioration de l’utilisation du sol, qui doit passer par un zonage strict de l’espace donnant la priorité à la fonction résidentielle (n’oublions pas que l’objectif premier du projet est de stabiliser la population résidente), mais prenant en compte également les activités commerciales.

8La fonction résidentielle est redéfinie en tenant compte de la densité d’occupation, de l’architecture et de la structure sociale. L’idée principale est d’éviter que les maisons continuent à être divisées et donc transformées, et d’instituer une norme pour les maisons à cour traditionnelle (un patio intérieur et une construction composée au maximum du rez-de-chaussée et d’un étage). Le plan prévoit également de limiter le nombre de familles en fonction de la taille des maisons, de conserver les impasses et les espaces semi privés. En ce qui concerne la structure sociale, il s’agit enfin d’améliorer l’équilibre socio-économique, alors que la vieille ville s’était gravement paupérisée durant la seconde moitié du xxe siècle.

9L’économie urbaine est un autre point important : elle est fondée dans la vieille ville sur les secteurs secondaire et tertiaire. Les objectifs sont complexes mais quelques principes se dégagent. La vieille ville a besoin d’espaces, entrepôts, boutiques, espaces de production, souvent installés dans les anciens khans, pour développer ses activités. Le plan escompte que ces activités servent de noyau pour l’implantation d’un nouveau type de commerces, aux orientations nouvelles et technologiques. Il s’agit de préserver le souk traditionnel en soutenant ses activités, mais aussi de solliciter les jeunes entrepreneurs et de développer les activités touristiques.

10La qualité de l’environnement est un autre objectif du plan de développement, qui prévoit la fixation de normes de qualité de l’air, la réduction des nuisances sonores, l’augmentation des surfaces d’espaces ouverts, la protection de l’eau et des sols. Ces objectifs sont assortis d’un vaste plan pour la réduction des flux automobiles et le développement d’un réseau de transports collectifs dans la vieille ville. Ils s’accompagnent aussi du renouvellement des infrastructures techniques pour l’eau, les égouts, l’électricité et les déchets. Les infrastructures sociales enfin ne sont pas oubliées, le plan prévoyant de compléter le maillage des centres de santé, de soutenir la création de garderies d’enfants, de garantir l’existence d’écoles primaires dans les quartiers et de créer au moins trois nouveaux centres de formation.

11Ces objectifs définis en 1998 ont été diversement réalisés à ce jour. Les travaux sur les infrastructures techniques (les égouts et les canalisations d’adduction de l’eau potable) ont été menés à leur terme, mais dans d’autres secteurs, notamment celui des services sociaux, les objectifs sont loin d’être atteints. Un père de famille du quartier Bab Qinnasrin exprimait ainsi en 2008 son impatience à voir le quartier se transformer, tout en reconnaissant certaines améliorations de la vie quotidienne :

  • 1 D.O.C. : Directorate of the Old City (Direction de la vieille ville d’Alep).
  • 2 Chef de quartier.
  • 3 Entretien réalisé le 7 juillet 2008 avec une famille du quartier de Bab Qinnasrin.

« Le quartier s’est amélioré, le sol a été repavé, les égouts et les canalisations d’eau ont été changés. Mais il faut encore développer les services de quartier : il n’y a pas de crèches et il faudrait créer des formations pour les filles qui restent à la maison. Pour acheter des cigarettes à 9h du soir, il faut marcher 2 kilomètres ! Tout est fermé le soir. L’État a ouvert un dispensaire, mais il fonctionne très peu de temps dans la journée. La municipalité dit qu’elle fait quelque chose pour la vieille ville, mais ça n’est pas grand-chose. Elle s’intéresse surtout aux touristes, à embellir la ville, mais pas aux résidents et à leurs besoins. Nos interlocuteurs ? Il vient un groupe du DOC1. Ils demandent à voir le mukhtar2 : celui-ci réunit les riverains. Ils demandent aux riverains ce qu’ils veulent, quels sont leurs besoins, leurs attentes ? Nous avons demandé des écoles, des dispensaires, la résolution du problème des égouts (ça a été fait), la restauration des maisons. Mais ensuite il ne se passe rien. On nous dit qu’on peut avoir un prêt sans intérêt… mais en réalité, ce sont des paroles vides »3.

12Transparaît ici la tension entre le développement économique et le développement social déjà perceptible dans la présentation du Plan de développement. Malgré le discours sur la réhabilitation et l’impératif d’amélioration des conditions de vie, ce sont les infrastructures techniques, puis le développement économique, qui sont privilégiés, avant les infrastructures sociales et d’autres demandes des résidents.

Revalorisation ciblée des pratiques et des activités

13Dans le quartier de Jdeide, l’un des trois premiers secteurs pilotes (Action Area AA3) du Projet de réhabilitation, les investisseurs se pressent depuis longtemps déjà et contribuent à l’implantation de nouvelles activités. Ce secteur résidentiel est aujourd’hui caractérisé par la présence de nombreux hôtels, restaurants et maisons d’hôtes : le tourisme a fait évoluer son caractère traditionnel et a imposé des modes de vie et de consommation nouveaux, Jdeidé a été défini dès l’étape du Development Plan (1998) comme une zone touristique.

L’exemple de Sahet al-Hatab (Jdeidé)

14Le principal secteur d’intervention de l’AA3 est la place al-Hatab, place centrale du quartier, au cœur de la zone touristique et des activités commerciales. Avant l’intervention, la place était bordée par quatre rues asphaltées où circulaient les voitures ; elle était encombrée en son centre par quelques constructions légères, notamment une petite halle de vente de volailles et un transformateur électrique : la première a été démolie et le second déplacé. Le reste du projet visait le remplacement du réseau des égouts et la mise en place d’un nouveau système de circulation automobile et piétonnière. En plus des riverains résidents, les commerçants devaient être concernés et leur activité bouleversée le temps des travaux, la place étant momentanément inaccessible au trafic automobile.

  • 4 Entretien réalisé le 26 juin 2008 avec un habitant de la place Sahet al-Hatab (quartier de Jdeidé).

15« ça a changé, Jdeidé ! Les hôtels, les restaurants, les maisons arabes restaurées, la place Sahet al-Hatab. Avant, on y vendait du charbon, ensuite il y a eu une épicerie d’État, et aujourd’hui ils ont refait un jardin (une place avec des arbres). C’est plus beau, je suis content. Avant, il y avait des trous partout, des volailles qu’on tuait dans la rue… »4 témoigne un riverain. Globalement, les résidents se disent satisfaits des travaux entrepris. Pour la plupart des commerçants, la rénovation du quartier est allée de pair avec la revitalisation de ses activités et l’amélioration de son attractivité. C’est particulièrement sensible dans le discours de ceux qui ont investi dans le secteur touristique comme ce brocanteur de la place, voisin du très renommé restaurant Sissi, installé dans une ancienne maison à cour restaurée, le premier à s’être adressé à une clientèle spécifiquement touristique :

  • 5 Entretien réalisé le 24 juin 2008 avec un commerçant de la place Sahet el Hatab (quartier de Jdeidé (...)

« Il y a 25 ans, sur la place on vendait du charbon, du bois, et il y avait quelques bijouteries vendant de l’or. Puis Sissi est arrivé : c’est le plus ancien restaurant de Jdeidé, ça fait onze ans. Tout cela a eu un impact sur mon commerce. Je suis très connu aujourd’hui et de nombreuses personnalités sont venues dans ma boutique : le président Bachar, la reine d’Espagne… Le quartier s’est beaucoup amélioré. La place était bitumée et aujourd’hui le sol est dallé. Ça fait 5 ans que toutes les boutiques ont des volets en bois, c’est une initiative de la municipalité »5.

16D’autres portent un regard différent sur les changements qui ont affecté la place. Ceux-là ne vivent pas du tourisme, mais d’un commerce de proximité plutôt destiné aux riverains et plus largement aux citadins. C’est le cas de ce propriétaire d’une grande pâtisserie située à quelques dizaines de mètres de la place :

  • 6 Entretien réalisé le 26 juin 2008 avec un commerçant du quartier de Jdeidé.

« Il y a 25 ans, on ne pouvait même pas marcher dans la rue tant il y avait de monde ! C’était un vrai centre commercial pour les habitants et les touristes. Il y avait des Juifs, des Chrétiens, des Arméniens. Ça a beaucoup changé. Avant, le commerce marchait mieux. Aujourd’hui, c’est surtout pour les touristes. […] Aujourd’hui, la circulation est difficile sur la place parce que les voitures ne peuvent plus faire le tour. Avant, on passait par là pour aller en ville à ‘Aziziyyé. Aujourd’hui, il faut faire un grand détour. La circulation difficile des voitures, ce n’est pas bon pour le commerce. On a aussi remplacé le bitume de la rue par des pavés. Et les portes en bois des boutiques [il fronce les sourcils], ça ne sert à rien, c’est pour les touristes. C’est pour faire joli, mais c’est dommage, car ça cache un peu les vitrines »6.

17Le dernier poissonnier de la place témoigne lui aussi d’une époque différente, où le tourisme se faisait encore discret sur la place et n’imposait pas ses normes aux autres commerces :

  • 7 Entretien réalisé le 26 juin 2008 avec un commerçant de la place Sahet el Hatab (quartier de Jdeidé (...)

« Le quartier a changé. À droite, il y avait une voûte qui passait au-dessus de la rue. Maintenant, la circulation automobile est coupée sur la place. En cas d’urgence, les ambulances ou les pompiers ne peuvent plus passer. D’une manière générale, c’était mieux avant, et pour le commerce aussi. Devant ma boutique, il y avait le café Sissi, depuis 30 ans. Ils l’ont détruit alors que c’était le meilleur café du quartier. Le tourisme qui augmente, c’est sans doute une bonne chose, mais on a quand même toujours besoin de poisson ! Tous les commerces ne peuvent pas se transformer en boutiques pour les touristes »7.

18Le sentiment général est que l’objectif touristique a présidé au projet, avec ses effets positifs indéniables (amélioration de l’esthétique et de la salubrité, augmentation de la valeur touristique et de l’attractivité du quartier) et ses effets pervers : gêne pour les autres types de commerces vivant d’une clientèle quotidienne et locale, qui se trouvent contraints de se mettre aux normes exigeantes des activités touristiques – l’uniformisation des façades et des vitrines par exemple – et dont la fréquentation baisse à cause de la déviation de la circulation automobile.

19Difficile de démêler ici ce qui relève des effets du classement patrimonial de ce qui est la conséquence d’une stratégie de développement par le tourisme haut de gamme. Les deux démarches sont intimement liées dans leur mise en œuvre concrète sur le paysage urbain comme dans leurs effets sur les activités et la fréquentation du quartier. La stratégie de revalorisation des activités et des pratiques inaugurée à Jdeidé par l’apparition des restaurants de luxe installés dans les grandes maisons à cour, et appuyée par la politique municipale scelle le destin touristique du quartier dès 1998, date du Plan de développement. Si les effets concrets de la planification sont encore discrets pour ce qu’il en est de l’ensemble de la vieille ville, ils sont par contre plus visibles dans les secteurs ciblés ou Action areas ; les habitants et les commerçants de ces quartiers le reconnaissent : l’aspect général des quartiers s’est amélioré.

Du côté des commercants : l’enjeu du classement patrimonial et le choix de l’option touristique

20Se pencher sur le sens du « projet urbain », c’est-à-dire du projet des autorités pour la ville ancienne classée patrimoine mondial, revient à chercher quel bénéfice celles-ci espèrent tirer du statut patrimonial. Développer les commerces destinés aux touristes, tout en conciliant ce développement avec la nécessité de préserver les emplois dans la vieille ville par le maintien du petit artisanat, d’activités à la fois ni polluantes, ni gênantes, en favorisant aussi le maintien de la population et la fonction d’habitat, c’est la difficile équation que doivent résoudre les acteurs politiques et économiques pour réussir la réhabilitation, dit-on à Alep dans les bureaux de la Direction de la vieille ville. Nous allons voir que l’option touristique qui semble être choisie en priorité pour un développement économique tend à effacer le volet social affiché dans les discours. Il ressort des entretiens avec les commerçants qu’ils en ont clairement conscience et qu’ils agissent de façon plus ou moins directe en conséquence. Le développement du tourisme n’est pas seulement un effet du classement et du projet de réhabilitation urbaine, il devient un outil de revalorisation de la vieille ville, au cœur de toutes les préoccupations.

21« Il y a de plus en plus de commerces pour les touristes : les commerçants essaient de les attirer. L’association ‘Adiyyat a d’ailleurs demandé à la mouhafaza de créer une police touristique pour assurer la tranquillité des touristes » affirme un commerçant interrogé dans sa boutique de gallabiyyés, ce vêtement traditionnel que portent les hommes, dans la Médina. Lui ne profite pas de cette nouvelle manne, les touristes ne constituant qu’une part infime de sa clientèle. En 2003, le Projet de réhabilitation de la vieille ville et la Municipalité ont de fait lancé une consultation en vue de la création d’une police touristique spécifiquement destinée à la vieille ville. Les objectifs principaux dégagés par l’atelier sont au nombre de trois : le maintien de l’identité de la vieille ville et de ses modes de vie, la revitalisation de l’économie locale et la conciliation des intérêts des résidents avec ceux des touristes.

22Certains s’enthousiasment pour cette nouvelle manne touristique et ne parient que sur cette industrie pour pérenniser une économie locale attractive et dynamique dans la vieille ville. C’est le cas du Directeur de la Chambre du tourisme qui calque sur Alep des représentations idéalisées de la ville méditerranéenne :

  • 8 Entretien réalisé le 22 mai 2007 avec le Directeur de la chambre de tourisme, et directeur de l’hôt (...)

« En face de l’hôtel [Beit Wakil, dans Jdeidé], il y a une imprimerie. Ce sont de grosses machines, qui font du bruit, des ordures… Selon moi, il faudrait interdire l’industrie dans la vieille ville et n’autoriser que l’artisanat. Avant, dans les vieilles rues il y avait des fleurs, du jasmin… Il faut des rues propres, qui sentent bon, et des vieilles femmes qui vendent de l’artisanat devant leur jolie porte, dans les jolies rues… […] Nous devons y parvenir en communauté ; il faut travailler tous ensemble. Ce sont nos maisons, nos rues. Il faut que nous nous en occupions. Et pour que les gens s’engagent, il faut de l’argent. Il devrait y avoir beaucoup d’hôtels, partout dans la vieille ville : cela encouragerait à nettoyer les rues, à rendre le cadre joli, accueillant. Si cette politique en faveur de l’activité touristique est menée, le tourisme va augmenter »8.

23De son évocation de la vieille ville, avec ses vieilles femmes, ses jolies petites rues, ses boutiques de souvenirs, ses petits cafés… perce l’idée d’une muséification, voire le fantasme d’une véritable « disneylandisation » des vieux quartiers d’Alep, qui seraient entièrement voués à la visite.

24Ce plaidoyer pour le tourisme, conçu comme l’avenir de la vieille ville, a sa contrepartie, que met en lumière l’historien d’Alep Mahmud Hreitani, en remarquant que la vieille ville est en constante évolution et que miser sur une seule activité est un pari dangereux.

  • 9 « La rue droite » est l’axe principal du souk, une allée qui va de la porte Bab Antakié à la Citade (...)
  • 10 Entretien réalisé le 3 mai 2007 avec Mahmud Hreitani, historien.

« Attention : quand l’ancienne génération des commerçants va mourir, il est probable que la nouvelle ne continuera pas sur la même voie. La ville se modernise : les gens recherchent des marchandises plus luxueuses, et donc en dehors de la vieille ville. Le tourisme a fait naître des dizaines et des dizaines de nouveaux commerces qui mourront si jamais le tourisme décline. Ça se développe sur la rue droite9, et même sur l’axe de Bab Qinnasrin qui devient un axe touristique majeur, à cause du parking à la porte, et des restaurations dans le quartier. Mais, en contrepartie, l’ancien commerce a tendance à décliner »10.

25Des dizaines d’emplois sont mis en péril, au fur et à mesure que les activités touristiques se multiplient. Plusieurs acteurs rappellent que la vieille ville a toujours été un tissu mixte, où la fonction résidentielle était mêlée aux fonctions commerciales et industrielles, qu’elle a toujours été un espace de production.

  • 11 Entretien réalisé le 17 mai 2007 avec le Doyen de la faculté d’architecture d’Alep.

« Les gens sont mécontents, car ils n’ont pas prise sur les décisions qui les concernent. C’est fou de croire qu’on peut obliger les gens à faire ceci ou cela, à développer telle activité plutôt que telle autre. Il n’existe pas de quartiers uniquement résidentiels à Alep : il y a toujours eu des petites industries et des commerces mêlés. Les khans ne sont pas seulement dans la Médina, mais aussi dans les quartiers dits résidentiels aujourd’hui. Jusqu’à maintenant, il y a toujours eu de petites activités un peu partout, y compris dans les maisons. Légales ? Illégales ? Difficile à savoir. On n’en voit rien, mais des tas d’activités, des tas de sources de revenus existent »11.

26Transparaît ici très clairement que, malgré la puissance de l’État, les discours du DOC et les priorités qu’il se donne, les acteurs « ordinaires » conservent leur libre arbitre : l’État peut favoriser telle ou telle activité, mais les commerçants, les artisans, les entrepreneurs de la vieille ville, d’une manière générale, ne suivront cette tendance que s’ils y trouvent leur intérêt. La municipalité n’a pas les moyens de les contraindre tout à fait.

27Du coté des habitants, on signale un autre problème posé par la politique en faveur du tourisme : la hausse des prix de l’immobilier, différente selon les quartiers, crée des inégalités de plus en plus fortes au sein de la vieille ville.

  • 12 Entretien réalisé le 16 mai 2007, avec le directeur de l’Association ‘Adiyyat, Alep.

« Les habitants sont contents de ce qui a été fait pour les infrastructures. Mais ils ne sont pas contents quand la Municipalité les force à adopter son point de vue dans leur maison. Dans la partie moderne de la ville, les habitants font ce qu’ils veulent dans leurs maisons, mais dans la vieille ville, on ne fait pas ce qu’on veut à cause du classement et de la réglementation. […] Or, les prix ont augmenté seulement dans les quartiers touristiques. Dans les quartiers résidentiels de la vieille ville, les prix n’ont pas grimpé autant. Les propriétaires de maisons dans ces quartiers résidentiels sont mécontents : ils n’ont que des contraintes et la valeur de leur propriété n’a pas franchement monté »12.

28Difficile en effet de sensibiliser les propriétaires de maisons arabes des quartiers les plus populaires à la préservation du patrimoine et aux nouvelles règles de construction, alors qu’ils se sentent victimes des contraintes du classement plutôt que bénéficiaires de ses bienfaits. Dans un quartier comme celui de Bab al-Hadid où la majorité des habitants sont propriétaire, nombre de maisons ont déjà subi des transformations dans le passé, les transformations sont désormais interdites. Selon eux, le prix des maisons n’a pas sensiblement augmenté depuis le classement, contrairement aux quartiers touristiques.

29Le projet de renouvellement urbain dans le centre ancien d’Alep s’inscrit dans la double perspective d’une réhabilitation des quartiers améliorant les conditions de vie et du développement économique. La prise en compte du social est sous-tendue par une stratégie de revalorisation de certains quartiers encourageant l’évolution du type d’activités par l’introduction de commerces de luxe, et par la suite le type de fréquentation. C’est un processus dont on attend qu’il entraîne un cercle vertueux de restauration du bâti et d’amélioration de l’attractivité économique et touristique. C’est le cas en particulier dans le secteur de Jdeidé, ce qui provoque des réactions contrastées de la part de ses usagers (habitants et commerçants) selon qu’ils en profitent directement ou non.

Les investissements quotidiens d’un espace en transformation par les habitants

30Les rapports entre la mise en patrimoine, la politique de la ville, et les stratégies mises en œuvre par les habitants des quartiers anciens s’inscrivent dans les parcours résidentiels. Il s’agit de comprendre comment les habitants « font face à » ou « font avec » (Coing 1966, p. 21) les transformations de leur espace de vie.

La permanence des modes d’habiter13

  • 13 Stock 2004.
  • 14 En Syrie, le parc immobilier se partage essentiellement entre les propriétaires privés et les Awqaf(...)

31Les habitants de la vieille ville d’Alep ne sont pas, pour la majorité d’entre eux, en situation de précarité résidentielle, la proportion de propriétaires y est importante et les locataires sont protégés par des contrats de location offrant toutes les garanties de la stabilité14. Les propriétaires subissent les contraintes de la réglementation sur les maisons, mais la mise en patrimoine représente pour eux une opportunité positive plutôt qu’un risque – du moins pour ceux qui vivent dans les quartiers où s’est concentré l’effort de réhabilitation et de mise en valeur. Ces résidents se saisissent-ils ou non de cette opportunité et comment ?

32Dans un quartier comme Jdeidé qui est au cœur des attentions de la ville, en lisière de la zone touristique et commerciale, la valeur des maisons a augmenté. La majorité des propriétaires résiste toutefois aux sirènes de la hausse de l’immobilier et refuse – pour l’instant – de vendre. Certains admettent attendre que les prix augmentent davantage avant de penser à vendre.

« Moi j’habite là depuis plus de 50 ans. C’était la maison de famille de mon mari, qui est né là. Déménager ? Mon mari ne veut pas déménager, il restera là jusqu’à sa mort. Mais moi, j’aimerais vivre près de mes enfants qui sont tous à Seif al-Dawlé, à l’entrée d’Alep. […] Il y a cinq ans, nous avons failli vendre le rez-de-chaussée de la maison [il s’agit d’une maison arabe sur laquelle ont été montés deux étages supplémentaires et dont la cour a été couverte]. Des gens voulaient acheter le tout pour cinq millions de Livres Syriennes (76 500 €), mais nous avons trouvé que ça n’était pas assez. Mon mari accepte que des gens viennent visiter, mais je sais qu’il n’acceptera jamais de vendre ! » déclare ainsi une habitante de Jdeidé.

33Un entretien dans une autre maison de Jdeidé, très belle maison arabe de sept pièces restaurée dans son style d’origine, nous livre la même information sur l’insuffisance de l’offre. La famille est propriétaire, le père de famille ayant racheté leurs parts à ses frères, il y a dix ans. Depuis, une dizaine de personnes sont venues visiter la maison dans l’intention de l’acquérir. Le couple pense que la maison vaut aujourd’hui entre 20 et 25 millions de LS (entre 306 000 € et 382 500 € en 2009-10).

  • 15 Entretien réalisé le 31 juin 2008 dans une famille du quartier de Jdeidé.

« Des gens nous ont proposé d’acheter la maison, et ils l’ont aussi proposé aux voisins. Leur projet était d’ouvrir un restaurant avec une entrée dans la rue principale [la rue commerçante qui débouche sur Sahet al-Hatab]. Ça n’aurait donc pas dérangé le voisinage. Ça, c’était il y a deux ans. Personne n’a accepté de vendre, car le prix proposé était trop bas »15.

34Il ressort des discours que l’idée de vendre n’est pas rejetée par principe, à condition de tirer un bon prix de la vente, et ce malgré l’attachement fort à leur maison et à leur mode de vie qu’ils mettent presque, unanimement en avant. Dans ce qui retient les propriétaires de chercher à profiter de la nouvelle attractivité de leur quartier et de leurs maisons, les modes de vie sont en effet primordiaux, c’est-à-dire l’importance des liens familiaux et des liens de voisinage. On observe dans les entretiens une volonté forte de préserver cette vie et ces liens.

  • 16 Entretien réalisé le 7 juillet 2008 dans une famille du quartier de Bab Qinnasrin.

« Nous, on ne veut pas déménager. On aime vivre dans une maison arabe. Ici, le seul problème c’est que le quartier est un peu vide le soir. Mais on est heureux ici ! Si on veut fumer le narguilé dans la rue, on ne dérange personne ! »16.

35Dans les quartiers où les maisons ont pris de la valeur, le souhait de vendre au meilleur prix est souvent une question de génération. Globalement les plus âgés ne désirent pas vendre. Ils vivent dans leur maison depuis plusieurs décennies, et la conçoivent comme un héritage à transmettre à leurs enfants : c’est tout à la fois la transmission d’un bien immobilier et celle d’un mode de vie particulier, caractéristique de la maison arabe et du quartier traditionnel. D’une manière générale enfin, les femmes sont plus enclines que les hommes au déménagement. Ce n’est pas l’argument du prix qui revient le plus souvent en ce cas, mais le fait que la maison est devenue trop grande (les enfants sont partis), ou que les enfants s’en sont éloignés.

36Certains entendent donc profiter de l’attractivité touristique et sont prêts à vendre. Ils attendent la meilleure offre. D’autres ont une position de principe sur la question et ne souhaitent pas voir leur maison transformée en hôtel ou en restaurant, même au meilleur prix. Car la hausse des prix de l’immobilier est principalement due, à Alep, à l’attractivité commerciale et touristique du quartier : les offres d’achat qui sont faites aux propriétaires proviennent majoritairement d’investisseurs ayant des projets commerciaux, mais aussi d’étrangers qui ont depuis peu en Syrie le droit d’acheter des biens immobiliers, et pour la plupart leur conservent leur fonction résidentielle. Cette hausse ne semble enfin pas entraîner de départs massifs des résidents. Les grosses maisons sont les premières concernées par les offres d’achat : des familles entières, souvent nombreuses, les occupent, et les anciennes générations qui sont aussi les propriétaires ne souhaitent pas en partir. La notion d’héritage et de transmission du bien de famille et des modes de vie qui lui sont associés priment sur un possible bénéfice financier. On note à ce sujet que les plus jeunes sont davantage enclins à encourager leurs parents à la vente.

Les quartiers situés à l’est, moins privilégiés ? Le cas de Bab al-Hadid

37Dans les quartiers de l’est, on note une certaine frustration commerciale, mêlée au sentiment que l’ouest a été privilégié dans les projets de renouvellement urbain. Dans le quartier de Bab al-Hadid qui n’a pas l’attractivité touristique et commerciale de Jdeidé ou de Bab Qinnasrin, le sentiment général est que le quartier n’a pas vraiment été revalorisé par le Projet de réhabilitation.

  • 17 Entretien réalisé le 11 juin 2008 avec un habitant du quartier de Bab al-Hadid.

« À Bab al-Hadid, peu de gens veulent acheter car il est interdit de transformer les maisons. Les investisseurs préfèrent Jdeidé où il est possible d’avoir un projet commercial (restaurant ou hôtel) et c’est donc plus rentable. Ici, il est difficile de faire un hôtel ou un restaurant car il n’y a pas de services, on est loin de la route et une voiture ne peut pas accéder aux petites rues. Si un jour on peut arriver à mener un projet commercial dans ce quartier, je veux être le premier ! J’aimerais que des projets touristiques s’installent ici : ça améliorerait le quartier, le prix des maisons augmenterait… »17.

38Le décalage entre les quartiers résidentiels et les quartiers touristiques est en effet fortement ressenti. Jdeidé est depuis longtemps le cœur touristique de la ville, surtout du fait de la concentration de très grosses maisons traditionnelles, de la bonne conservation générale du bâti et du tissu urbain, de l’accessibilité et de la proximité du Centre-ville. Les investisseurs l’ont compris depuis longtemps et ce n’est pas par hasard que les maisons transformées en restaurant et en hôtel de luxe y sont concentrées. Mais Jdeidé a aussi été l’un des quartiers concernés par la mise en œuvre de la première phase du Projet de réhabilitation et, par conséquent, a fait l’objet d’une attention poussée de la part du DOC en tant que quartier pilote. La comparaison avec Bab al-Hadid ne tourne évidemment pas à l’avantage de ce dernier.

Patrimoine institutionnel et touristique versus patrimoine populaire

39La patrimonialisation des quartiers anciens peut paraître comme une opportunité pour réinvestir ces espaces ; mais favoriser les activités liées au tourisme peut conduire à modifier l’image de la ville et à entrer en contradiction avec les représentations qu’en ont les populations résidentes, représentations qui peuvent être considérées comme une sorte de patrimoine populaire.

40Olivier Lazzarotti explique que le tourisme alimente le patrimoine et vice-versa, par la création de lieux qui font sens. Il démontre en somme l’utilité du patrimoine pour attirer le tourisme. Le patrimoine fonctionne selon deux logiques : il a besoin de se légitimer, tout à la fois par un appel au sol (matérialité du patrimoine) et par un appel au passé (référence à une histoire). La mise en patrimoine est déjà en soi « un processus sélectif » (Lazzarotti 2000, 2003, p. 98), qui met en lumière certains traits d’une culture, d’un ensemble urbain ou d’un milieu naturel. Cette sélection s’opère selon deux modes, juridique et symbolique. L’appel au sol renvoie à la « valorisation de ce que l’on voit », l’appel au passé à « cette histoire unique qui a fait le lieu » (Lazzarotti 2000, 2003, p. 98). Il apparaît que la mise en tourisme vient renforcer ce tri car elle est un outil de figement de certains traits caractéristiques révélés par la patrimonialisation. Si la patrimonialisation révèle, la mise en tourisme qui suit fige. Or ce qui est mis en vitrine par les faiseurs de patrimoine, ce qui est exposé aux regards de l’intérieur mais aussi au regard de l’autre, n’est pas nécessairement en adéquation avec la réalité sociale de la ville, avec ce que ses habitants mettraient pour leur part spontanément dans la vitrine patrimoniale.

41Ce figement de la ville historique par l’action combinée de la patrimonialisation et de la mise en tourisme conduit à des décalages plus ou moins importants entre les perceptions et les pratiques des habitants, celles des politiques, celles des acteurs économiques et celles des touristes au sujet de ce qu’est la ville. Si le patrimoine est ce que l’on juge utile, voire indispensable, de transmettre aux générations futures, ce qui compose notre identité, notre histoire, il est frappant de comparer ce qui fait partie du bien classé par l’Unesco, ce que les autorités urbaines cherchent à mettre en valeur, ce sur quoi misent les acteurs économiques pour attirer les touristes, avec les réponses des habitants à la question « Qu’est-ce que le patrimoine de votre ville ? ». La définition du patrimoine est complexe, l’Unesco, la ville et les acteurs économiques ne portant pas le même regard sur le patrimoine et leurs objectifs sont différents. L’Unesco désigne un ensemble surtout matériel dans le cas du classement de la vieille ville d’Alep dont elle cherche à assurer la préservation en l’état. La ville reprend à son compte cet objectif de préservation indispensable pour obtenir et conserver le classement, mais – sous l’influence de la GTZ – elle agit également sur la vieille ville en tant que cadre de vie et tente d’y améliorer les conditions de vie. Les acteurs économiques privés agissent sur la vieille ville en fonction de leur intérêt qui est son attractivité économique : cette action peut aller de pair avec celle de la Ville lorsqu’il s’agit de la restauration des extérieurs, du repavage des rues, ou de la mise en valeur des monuments phares susceptibles d’attirer les visiteurs (la Citadelle, les souks…). Mais les acteurs économiques ont aussi leurs propres logiques : l’investissement dans la restauration d’un certain type de patrimoine bâti (les grandes maisons à cour de Jdeidé ou les entrepôts commerciaux de Bab Qinnasrin) par les acteurs du tourisme est déjà une forme de détournement du projet de réhabilitation porté par la ville, puisqu’il induit un changement de fonction de ces édifices.

42Dans ce contexte, comment prendre en compte les modes de vie dans la maison traditionnelle qui révèlent le lien très étroit entre une architecture singulière, une organisation spécifique des relations familiales et des pratiques de l’espace intime marquées par la place que l’on occupe dans la maison ? Un danger d’écrasement de ces pratiques ordinaires qui font le patrimoine populaire non institutionnel, est évident. Des pratiques et des lieux peuvent devenir obsolètes à cause du désintérêt que leur portent les acteurs institutionnels. Dans d’autres cas, des pratiques sont mises en danger par les transformations imposées par les acteurs économiques, parfois en dehors des définitions officielles. C’est le cas par exemple lorsque les acteurs du tourisme investissent solidement et durablement dans un quartier comme celui de Bab Qinnasrin qui n’a pas été destiné aux activités touristiques dans le plan de zonage.

43Dans les entretiens, les habitants de la vieille ville interrogés sur leur patrimoine et sur le classement à l’Unesco disent généralement d’Alep qu’elle est une ville ancienne, et qu’elle recèle à l’intérieur de ses quartiers des trésors qu’ils qualifient d’ « antiques » : maisons, objets divers, meubles, tapis… autant de choses dont ils ont pris conscience qu’elles ont de la valeur. Une mère de famille affirme qu’Alep est la plus vieille ville du monde. Les habitants associent spontanément la notion de patrimoine à celle d’ancienneté et la renvoient à une réalité matérielle.

  • 18 Entretien réalisé le 31 juin 2008 avec une famille du quartier de Jdeidé.

« Avant, on vendait nos objets anciens, on ne faisait pas attention. Aujourd’hui, on voit que ça a de la valeur. Il suffit de regarder la décoration dans les restaurants et les hôtels [de Jdeidé]. Donc on les garde et on en rachète »18.

44Ce discours doit toutefois être nuancé, car l’on observe dans beaucoup de maisons des adaptations du caractère traditionnel de l’édifice aux impératifs de la vie moderne. Ces adaptations illustrées par T. Moutia dans son article, sont autant d’entorses à la réglementation sur le patrimoine, qui fixe un cadre très strict des interventions autorisées et des modifications interdites. Les habitants se disent tous très attachés à la valeur matérielle de ce patrimoine, mais, dans leur vie quotidienne et dans leur maison, peu nombreux sont ceux qui usent de précautions particulières pour sa préservation suivant les normes.

45Dans une autre famille du quartier de Jdeidé, vivant dans une magnifique maison arabe à double iwan sur la cour, le patrimoine est une affaire d’héritage et d’ancêtres :

  • 19 Entretien réalisé le 27 juin 2008 avec une famille du quartier de Jdeidé.

« Oui, nous connaissons l’Unesco, bien sûr. Depuis longtemps, les gens gardent les maisons de leurs ancêtres, et même s’ils font des restaurations, ils conservent le style des maisons arabes »19.

  • 20 Le mot employé par mon interprète pour traduire « patrimoine » est tourath, qui est le terme utilis (...)

46Apparaît ici l’idée que le patrimoine se loge aussi – surtout – dans la permanence d’un style et de traditions qui s’expriment non seulement dans le bâti, dans les formes, mais aussi – et surtout – dans les modes de vie. Une lecture globale des 45 familles résidentes interrogées dans les différents quartiers d’Alep met en lumière de manière très claire que si nous ne précisons pas le mot « patrimoine »20, 80 % des personnes interrogées ne font pas référence à un patrimoine matériel, bâti (aux maisons, à la Citadelle, à la mosquée des Omeyyades, à la forme des quartiers par exemple), mais bien aux modes de vie et aux valeurs qualifiées d’alépines et de traditionnelles, c’est-à-dire transmises de génération en génération.

47Ces valeurs morales présentées comme traditionnelles sont la religion, le respect des aînés, le port des vêtements traditionnels (la gallabiyyé pour les hommes, le hijab noir pour les femmes), la cuisine alépine, le soufisme et la musique des soufis d’Alep (dans le quartier de Bab al-Hadid, il est plusieurs fois fait mention de Cheikh Habboush qui est un grand chanteur soufi résidant dans le quartier), le respect de la séparation entre haram et halal (c’est-à-dire entre le sacré et le profane, ou l’interdit et le licite).

  • 21 Entretien réalisé le 27 juin 2008 avec une famille du quartier de Jdeidé.
  • 22 Entretien réalisé le 26 juin 2008 avec une famille du quartier de Jdeidé.

« Le patrimoine, c’est la religion. Oui la religion. Je suis allée en Égypte, là-bas les gens sont trop modernes. Nous, on a gardé la religion. Les riches s’occupent des pauvres. »21 « Je ne connais pas l’Unesco, mais notre patrimoine c’est le pain (cuit au) tannour, les habitudes, les maisons arabes. Tout ce qui est ancien, tirer l’eau au puits… »22. « Le patrimoine, c’est ce qu’on transmet aux enfants : la cuisine, entretenir la maison… Ce que chante Cheikh Habboush, c’est aussi le patrimoine. »

48Dans une autre maison du quartier Bab al-Hadid, où vivent un père et l’une de ses filles, l’accent est mis une fois encore sur les valeurs morales : à la question des changements qui ont affecté le quartier où ils vivent depuis quarante ans, la première remarque formulée concerne les habitants eux-mêmes « qui ne sont plus comme avant : l’éducation a changé ». Pour le père, un vieil homme de 80 ans, le patrimoine, c’est les vêtements traditionnels. Il décrit le costume masculin composé d’une gallabiyyé (longue robe) et du tarbouch (sorte de fez) ; pour sa fille de 35 ans, ce sont les relations humaines. Je précise ma question, pour leur demander ce qui est d’après eux le patrimoine de la ville d’Alep : là encore, ils font plutôt mention de ce qui se rapporte aux modes de vie. La citadelle, les hammams, la Médina font partie d’un ensemble matériel bâti, et ils y ajoutent en le plaçant sur le même plan les chants, les vêtements, la cuisine.

49Observe-t-on la confrontation d’un espace de vie ou d’un ensemble de modes de vie inscrits dans des lieux quotidiens et ordinaires dont la maison est l’unité de référence, face à une certaine « disneylandisation » de la ville ? La mise en valeur sélective d’une seule dimension de la ville, essentiellement adressée au tourisme international, au détriment de toutes les autres dimensions entraîne que « les frontières entre espace réel et espace fictif se brouillent » (Gravari-Barbas 2001). La ville devient un lieu virtuel, où la distinction entre le réel et l’imaginaire devient floue, la ville réelle se confondant avec son (ses) images(s), avec les représentations qu’on a d’elle (la ville authentique). Or qu’est-ce d’autre que la ville du patrimoine mondial sinon la « ville authentique » par excellence, théoriquement ?

50Une contradiction apparaît donc entre le patrimoine désigné par les autorités et celui que définissent les habitants, qui s’attachent surtout aux modes de vie, aux pratiques quotidiennes dans la maison, avec les voisins etc. Or ces modes de vie semblent mis en danger, tant par les changements en cours qui tiennent au renouvellement des générations - les jeunes ont d’autres rêves que leurs aînés, vivre en appartement, centrés sur leur noyau familial, sans cohabitation avec toute la famille - que par une vision fantasmée de la vieille ville portée par certains acteurs : quand le directeur de la chambre du tourisme évoque une petite ville proprette, ouverte aux regards des touristes qu’il envisage comme des clients, il déforme ce qu’était la vieille ville, pour en forcer le trait artificiellement, en gommer les caractères les moins attirants pour l’étranger (par exemple les modes de vie tournés vers l’espace privé, invisible de la rue), pour redessiner un patrimoine « idéal » suivant sa propre vision.

51Les projets en cours qui découlent de la patrimonialisation affectent à la fois les habitants, les usagers et les acteurs de l’économie de la ville, qui ont en commun de ne pas appartenir à la sphère institutionnelle et politique, ni à celle des experts et des professionnels du patrimoine et de l’aménagement urbain. Ils habitent, pratiquent et animent quotidiennement la ville ; leur sentiment d’ancrage dans la maison et dans le quartier est fort. Ce sentiment fondé sur l’ancienneté de leur présence est renforcé par leur statut de propriétaire ou de locataire des awqaf qui leur donne la possibilité de transmettre leur bien, et par la force des liens sociaux et familiaux ancrés dans le voisinage immédiat. La mise en perspective des points de vue de ces acteurs « ordinaires » de la ville et de celles des acteurs politiques, aménageurs met en évidence la frontière entre un patrimoine populaire, tel qu’en parlent les premiers, et le patrimoine institutionnel défini par les seconds. Ce dernier paraît forcer le trait d’une ville idéale dans son discours et dans sa politique de valorisation de l’image de la ville, s’adressant indubitablement plus aux touristes qu’aux résidents.

Figure 1 : Localisation des quartiers d’enquête dans la vieille ville d’Alep (2008).

Figure 1 : Localisation des quartiers d’enquête dans la vieille ville d’Alep (2008).

Notes

1 D.O.C. : Directorate of the Old City (Direction de la vieille ville d’Alep).

2 Chef de quartier.

3 Entretien réalisé le 7 juillet 2008 avec une famille du quartier de Bab Qinnasrin.

4 Entretien réalisé le 26 juin 2008 avec un habitant de la place Sahet al-Hatab (quartier de Jdeidé).

5 Entretien réalisé le 24 juin 2008 avec un commerçant de la place Sahet el Hatab (quartier de Jdeidé).

6 Entretien réalisé le 26 juin 2008 avec un commerçant du quartier de Jdeidé.

7 Entretien réalisé le 26 juin 2008 avec un commerçant de la place Sahet el Hatab (quartier de Jdeidé).

8 Entretien réalisé le 22 mai 2007 avec le Directeur de la chambre de tourisme, et directeur de l’hôtel Beit Wakil.

9 « La rue droite » est l’axe principal du souk, une allée qui va de la porte Bab Antakié à la Citadelle.

10 Entretien réalisé le 3 mai 2007 avec Mahmud Hreitani, historien.

11 Entretien réalisé le 17 mai 2007 avec le Doyen de la faculté d’architecture d’Alep.

12 Entretien réalisé le 16 mai 2007, avec le directeur de l’Association ‘Adiyyat, Alep.

13 Stock 2004.

14 En Syrie, le parc immobilier se partage essentiellement entre les propriétaires privés et les Awqaf . Le type de contrat de location pratiqué par les Awqaf protége à l’extrême le locataire, qui a notamment la possibilité de transmettre et même de vendre son bail.

15 Entretien réalisé le 31 juin 2008 dans une famille du quartier de Jdeidé.

16 Entretien réalisé le 7 juillet 2008 dans une famille du quartier de Bab Qinnasrin.

17 Entretien réalisé le 11 juin 2008 avec un habitant du quartier de Bab al-Hadid.

18 Entretien réalisé le 31 juin 2008 avec une famille du quartier de Jdeidé.

19 Entretien réalisé le 27 juin 2008 avec une famille du quartier de Jdeidé.

20 Le mot employé par mon interprète pour traduire « patrimoine » est tourath, qui est le terme utilisé par les scientifiques et les acteurs du patrimoine en Syrie. Lorsqu’il n’était pas compris, mon interprète donnait la définition suivante du patrimoine : « ce que vous souhaitez voir transmis à vos enfants ».

21 Entretien réalisé le 27 juin 2008 avec une famille du quartier de Jdeidé.

22 Entretien réalisé le 26 juin 2008 avec une famille du quartier de Jdeidé.

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Ruelle du vieux quartier chrétien de Jdeidé. Les trois rues parallèles (Toumayat) et le parcellaire plutôt régulier sont les marques de l’un des lotissements réalisés au xvie siècle. A partir du xviie, de riches familles chrétiennes se sont fait construire ici de petits palais, la plupart encore plus ou moins bien conservés (en 2011).
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6709/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photo 2 : Une cour de la maison Wakil (xviiie s.) avant sa transformation en restaurant (c’était un orphelinat de la communauté Roum Orthodoxe).
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6709/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Photo 3 : Dans un autre quartier ancien, l’entrée d’une maison décorée à l’occasion d’un retour du pèlerinage.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6709/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photo 4 : Cour principale d’une grande demeure (xviie s.) du quartier de Bab Qinnesrin transformée en hôtel de luxe.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6709/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photo 5 : Ruelle du quartier Jalloum au sud des souks, elle-même en cours de transformation en souk (dans les années 1990).
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6709/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photo 6 : Qabou al-Najjarin, un petit souk d’époque mamelouke, longtemps occupé par des fabricants d’araires, de manches d’outils, de tamis, etc.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6709/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Photo 7 : Fabricants de tamis dans un autre quartier ancien.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6709/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photo 8 : Ancienne rue de quartier au nord de la Grande Mosquée, devenue un petit souk pour des fabricants de couvertures piquées et autres rembourrages.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6709/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Photo 9 : Nouvelles portes en bois imposées par les directions du Patrimoine et du Tourisme, à la place des rideaux métalliques « traditionnels ».
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6709/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photo 10 : Porche extérieur du khan Qurtuba, mamelouk et ottoman.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6709/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Photo 11 : Porche extérieur du khan Outch Khan, mamelouk.
Légende Au fond, les toits en bâtière des greniers de séchage d’une savonnerie traditionnelle.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6709/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Photo 14 : Cour intérieure du khan al-Goumrok.
Légende Bureau de grossiste et clientèle rurale. L’auvent métallique, commode et esthétiquement neutre, installé par la collectivité des commerçants du khan a été supprimé par la direction du Tourisme pour être remplacé par de petits toits en bois faux style rustique oriental pour faire couleur locale.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6709/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Photo 13 : Une maison fin xixe siècle en bois et pierre : un patrimoine difficile à gérer
Crédits C. Delpal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6709/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 1 : Localisation des quartiers d’enquête dans la vieille ville d’Alep (2008).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6709/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 182k

Auteur

Docteur en géographie, université Rennes 2, MRSS, laboratoire RESO ; maître de conférences à l’université Lille 1

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540