Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alep et ses territoires

 | 
Jean-Claude David
, 
Thierry Boissière

Quatrième partie - Patrimoine institutionnel et patrimoine vivant

Chapitre 19 - Valorisation du patrimoine mondial alépin

Valeur d’usage et référence identitaire, attraction touristique, vitrine du nouveau centre

Jean-Claude David

Résumé

Le patrimoine culturel (turâth) est un élément essentiel de l’urbanisme du centre-ville d’Alep. La ville ancienne a été classée « Patrimoine mondial » par l’UNESCO en 1986, huit ans après le dépôt d’un dossier de demande par le ministère syrien, en même temps que le dossier de Damas, ville qui fut classée dès 1979. La présentation simultanée des deux dossiers et le long délai d’attente pour Alep, sont des faits d’ordre politique. Dès cette époque, le patrimoine a pris à Alep une signification politique. Il s’est inscrit dans un urbanisme opposant un modernisme idéologique extrême et destructeur associé à des projets d’aménagement du centre, à un certain conservatisme imprégné des idées du patrimoine élaborées en Europe, exprimant aussi le besoin des habitants de préserver un cadre hérité, adapté à leur mode de vie et susceptible d’évoluer. Plus tard, une politique de valorisation touristique a stimulé l’investissement et le marché immobilier dans certaines parties de la ville ancienne sans faire l’unanimité. Dans cette phase qui se développe encore actuellement, la vieille ville classée par l’UNESCO s’inscrit entièrement dans le centre-ville suivant le zonage du plan directeur, intégrant la Citadelle et son environnement dans un aménagement concerté, qui la met en scène comme un espace de vie quotidienne chargé de mémoire, une vitrine de la ville et un haut lieu du tourisme.

Cultural heritage (turâth) is an essential element of Aleppo’s city centre urban landscape. The old city was listed as a “World Heritage Site” by UNESCO in 1986, eight years after the application was submitted by both the Syrian and Damascan ministries. However, Damascus was listed eight years before Aleppo, in 1979. The simultaneous presentation of the two files and the long period of examination of Aleppo’s request are due to political reasons. From this very moment, cultural heritage assumed political significance as part of conservative urban planning influenced by European cultural politics of heritage as opposed to radical and destructive ideological modernism. This phenomenon also demonstrates that the inhabitants want to preserve the old heritage which suits their lifestyle whilst allowing it to evolve. Later, tourism development policies stimulated investments and real estate markets in certain areas of the old city but without any clear consensus. The old city areas listed by UNESCO are integrated into the city through the general urban planning, including the Citadel and its surroundings which serve as a historical site full of memories, the city’s showcase and its centre of tourism.

التراث الثقافي عنصرٌ أساسيٌ في العمران في مركز حلب. وقد صنّفت اليونسكو المدينة القديمة في العام 1986 ضمن “التراث العالمي”، بعد ثماني سنوات من إيداع ملف طلب قامت به الوزارة السورية، في الوقت عينه الذي أودعت فيه ملف دمشق؛ ويذكَر أنّ دمشق صنّفت منذ العام 1979. إنّ التقديم المتزامن للملفين ومدّة الانتظار الطويلة بالنسبة إلى حلب موضوعان سياسيان. فمنذ تلك الحقبة، اتّخذ التراث في حلب معنىً سياسياً. وقد أدرج ضمن تخطيطٍ يعرض حداثةً فكريةً قصوى وهدّامة، ترتبط بمشاريع تخطيطٍ عمراني للمركز وبشيءٍ من المحافظة المسبوغة بأفكار التراث المطوّرة في أوروبا، في تعبيرٍ عن حاجة السكان للحفاظ على إطارٍ موروث، يتكيّف مع أسلوب حياتهم ويمكن أن يتطوّر. لاحقاً، نشّطت سياسة إبرازٍ سياحي الاستثمارَ وسوق العقارات في بعض أجزاء المدينة القديمة من دون أن تنال الإجماع. في هذه المرحلة، اندرجت المدينة القديمة التي صنّفتها اليونسكو في مركز المدينة ضمن تخطيطٍ مدروس، أبرزها بوصفها فضاء حياةٍ يوميةٍ مثقلةٍ بالذاكرة، واجهةً للمدينة ومكاناً سياحياً بارزاً.

Texte intégral

Photo 1 : Vue aérienne Google Earth du 24 mai 2009, représentant l’ensemble du quartier central (mdiné) de la vieille ville d’Alep. On reconnaît aisément le tracé des souks jalonné par les cheminées d’aération pratiquées dans les terrasses.

Photo 1 : Vue aérienne Google Earth du 24 mai 2009, représentant l’ensemble du quartier central (mdiné) de la vieille ville d’Alep. On reconnaît aisément le tracé des souks jalonné par les cheminées d’aération pratiquées dans les terrasses.

Google Earth

Photo 2 : Miniature turque de Matrakci Nasuh représentant Alep. Le relevé a été réalisé au cours d’une expédition militaire du sultan Soliman en 1534-35. Le recueil des miniatures, en quatre volumes, est conservé à la bibliothèque de l’Université d’Istanbul.

Photo 2 : Miniature turque de Matrakci Nasuh représentant Alep. Le relevé a été réalisé au cours d’une expédition militaire du sultan Soliman en 1534-35. Le recueil des miniatures, en quatre volumes, est conservé à la bibliothèque de l’Université d’Istanbul.

Bibliothèque de l’Université d’Istanbul

Photo 3 : La rue de la Grande Mosquée, montant à la Citadelle. Le projet d’aménagement comprenait l’interdiction de cet axe aux véhicules motorisés. Cette mesure a été suspendue peu après la réalisation de l’aménagement.

Photo 3 : La rue de la Grande Mosquée, montant à la Citadelle. Le projet d’aménagement comprenait l’interdiction de cet axe aux véhicules motorisés. Cette mesure a été suspendue peu après la réalisation de l’aménagement.

J.-C. David

Photo 4 : Le tour de la Citadelle aménagé pour les piétons, parcouru le soir par les gens rentrant chez eux (La Fondation Aga Khan a financé les études et la réalisation des aménagements de l’espace public). Le bloc au fond à gauche est le Sérail (Préfecture ou Gouvernorat). Construit par les Français au début des années trente, il était en cours de transformation en hôtel touristique quand ont éclaté les évènements.

Photo 4 : Le tour de la Citadelle aménagé pour les piétons, parcouru le soir par les gens rentrant chez eux (La Fondation Aga Khan a financé les études et la réalisation des aménagements de l’espace public). Le bloc au fond à gauche est le Sérail (Préfecture ou Gouvernorat). Construit par les Français au début des années trente, il était en cours de transformation en hôtel touristique quand ont éclaté les évènements.

J.-C. David

Photo 5 : Vu depuis la Citadelle, l’aménagement des circulations et des terre-pleins au sud de la Citadelle. Les vieux cafés ont été modernisés. A droite l’ancien Hôpital National est devenu l’hôtel Carlton qui n’a pas véritablement eu le temps de fonctionner.

Photo 5 : Vu depuis la Citadelle, l’aménagement des circulations et des terre-pleins au sud de la Citadelle. Les vieux cafés ont été modernisés. A droite l’ancien Hôpital National est devenu l’hôtel Carlton qui n’a pas véritablement eu le temps de fonctionner.

Thierry Boissière

Photos 6-7 : Sous les parasols des cafés. Au fond à droite, le talus appareillé de la Citadelle.

Photos 6-7 : Sous les parasols des cafés. Au fond à droite, le talus appareillé de la Citadelle.

J.-C. David

Photo 8 : La pratique des cafés, avant la modernisation.

Photo 8 : La pratique des cafés, avant la modernisation.

J.-C. David

Photo 9 : L’état ancien et la pratique des cafés, avant la modernisation.

Photo 9 : L’état ancien et la pratique des cafés, avant la modernisation.

J.-C. David

Photos 10-11 : Les bancs sont appréciés des passants et promeneurs.

Photos 10-11 : Les bancs sont appréciés des passants et promeneurs.

J.-C. David

Photo 12 a : La Citadelle au cœur du quotidien de la ville.

Photo 12 a : La Citadelle au cœur du quotidien de la ville.

J.-C. David

Photo 12 b : La Citadelle au cœur du quotidien de la ville.

Photo 12 b : La Citadelle au cœur du quotidien de la ville.

J.-C. David

Photo 13 : La tour sud de la Citadelle, d’époque mamelouke.

Photo 13 : La tour sud de la Citadelle, d’époque mamelouke.

J.-C. David

Photo 14 : La tour sud de la Citadelle, d’époque mamelouke, gros plan

Photo 14 : La tour sud de la Citadelle, d’époque mamelouke, gros plan

J.-C. David

Photo 16 : Le dallage de la cour dans la lumière du soir.

Photo 16 : Le dallage de la cour dans la lumière du soir.

J.-C. David

Photo 17 : Dans la salle de prière pendant le prêche du vendredi

Photo 17 : Dans la salle de prière pendant le prêche du vendredi

J.-C. David

Photo 18 : Dans la cathédrale des Roum Orthodoxes, reconstruite après les destructions de 1850. Comme la cathédrale des Roum Catholiques, c’est un musée vivant d’icônes de l’école d’Alep (active du xviie à la fin du xviiie siècle)

Photo 18 : Dans la cathédrale des Roum Orthodoxes, reconstruite après les destructions de 1850. Comme la cathédrale des Roum Catholiques, c’est un musée vivant d’icônes de l’école d’Alep (active du xviie à la fin du xviiie siècle)

C. Delpal

Photo 19 : La cathédrale maronite, les quartiers anciens nord, la Citadelle, vus depuis la terrasse d’un immeuble de la rue Tilal. On peut remarquer la quantité et la densité des reconstructions et des surélévations d’immeubles dans ces quartiers qui font partie intégrante de la vieille ville classée Patrimoine Mondial par l’UNESCO. Cependant la plupart de ces constructions sont antérieures aux années quatre-vingts et au classement de la ville.

Photo 19 : La cathédrale maronite, les quartiers anciens nord, la Citadelle, vus depuis la terrasse d’un immeuble de la rue Tilal. On peut remarquer la quantité et la densité des reconstructions et des surélévations d’immeubles dans ces quartiers qui font partie intégrante de la vieille ville classée Patrimoine Mondial par l’UNESCO. Cependant la plupart de ces constructions sont antérieures aux années quatre-vingts et au classement de la ville.

J.-C. David

1Le patrimoine culturel (tourath) est un élément essentiel de l’urbanisme du centre-ville d’Alep. Il en marque profondément le paysage et l’organisation spatiale depuis la fin des années soixante. La ville ancienne d’Alep a été classée « Patrimoine mondial » par l’UNESCO en 1986, huit ans après le premier dépôt d’un dossier de demande par le ministère syrien concerné en 1978, en même temps que le dossier de Damas ; Damas classée en 1979 avait attendu quelques mois seulement. La présentation simultanée des dossiers des deux villes et le long délai d’attente pour Alep, sont des faits d’ordre politique en rapport avec les violences qui ont agité la Syrie entre 1978 et 1982, à Alep (puis à Hama). Dès cette époque, le patrimoine a pris à Alep une signification politique et s’est inscrit dans l’urbanisme, opposant un modernisme extrême et destructeur associé à des projets d’aménagement du centre, à un certain conservatisme imprégné des idées du patrimoine élaborées en Europe. Plus tard, une politique de valorisation touristique a stimulé l’investissement et le marché immobilier dans la ville ancienne sans faire l’unanimité. Dans cette phase qui se développe encore actuellement, la ville ancienne classée par l’UNESCO s’inscrit entièrement dans le centre-ville suivant le zonage du plan directeur municipal, intégrant la Citadelle et son environnement dans un aménagement concerté, qui la met en scène comme signe identitaire, vitrine de la ville et haut lieu du tourisme.

Menaces modernistes sur le patrimoine : modernisme libéral de l’après-guerre et modernisme baathiste après 1978

2En Syrie, l’histoire des concepts de patrimoine, d’héritage, de monument historique et de musée est agitée et complexe, comme elle l’avait été en France, où elle était liée à la Révolution, à la chute de la royauté et de l’ancien régime (Poulot 1997, 2006). Mais elle semble beaucoup plus récente en Syrie et débuter avec l’importation d’Occident de concepts et de pratiques prêts à l’emploi. Cette origine extérieure de l’idée de patrimoine n’est cependant pas aussi évidente qu’en apparence : ce chapitre propose des illustrations de l’ancienneté de ses racines locales.

  • 1 Collaborateur de M. Écochard pour le plan directeur de Damas, G. Banshoya est chargé par l’Unesco d (...)
  • 2 L’idée d’aménager des accès automobiles limités, en cul-de-sac vers des petits centres de service p (...)

3Une idéologie moderniste extrême avait remué les grandes villes syriennes et notamment Alep dès l’indépendance nationale, dans les années 1940 à 1960 : les quelques années de l’âge d’or alépin du coton et du blé, de l’investissement dans l’agriculture moderne et dans l’industrie de transformation de ses produits, avaient été marquées par le développement d’un centre-ville moderne et de nouveaux quartiers conçus avec une certaine largeur de vues et une recherche de confort et de qualité de l’espace. Les nouveaux entrepreneurs de l’agriculture et de l’industrie, dont certains étaient issus de la vieille aristocratie citadine avaient investi dans ces quartiers et dans les nouveaux signes extérieurs de richesse : le pendant de ces créations était la destruction des quartiers anciens, par l’abandon des grandes demeures d’autrefois et la réalisation des première percées dans la vielle ville. Pour ces notables, la liqui-dation du passé, patrimoine public et collectif autant que familial, faisait partie de cette marche irrésistible du progrès. Le nouvel urbanisme allait beaucoup plus loin dans le changement que les plans directeurs de l’époque du mandat français : il avait été d’abord préparé par des plans de la municipalité dans la décennie d’après-guerre, puis par le plan directeur d’André Gutton en 1954 dont l’une des idées phares, sans équivalent à Damas (sinon esquissée dans des plans d’Écochard avant-guerre, et non réalisée), conduisait à une quasi destruction de la ville ancienne hachée par un réseau de percées tellement dense qu’il ne laissait plus subsister que quelques lambeaux informes de quartiers (fig. 1). Il s’agissait de désenclaver, de faire circuler les automobiles et les camions à travers la ville et le centre « de la mer au désert », mais aussi de faciliter la construction sur les terrains libérés dans les quartiers anciens. L’extrémisme de ce projet avait entraîné la réaction de l’urbaniste qui préparait le nouveau plan directeur entre 1968 et 1972, le japonais Gioji Banshoya, beaucoup plus que celle des Alépins et de leurs édiles. C’est sous son impulsion que l’idée de protection de vastes zones de quartiers anciens et non plus des monuments isolés est développée à Alep et au Proche-Orient pour la première fois. Après ses études au Japon et un stage en France, Banshoya avait travaillé en Algérie avant l’indépendance (1954-1958) puis dans d’autres pays, à la suite de quoi il a collaboré avec M. Écochard au Liban et à Damas. Une petite équipe internationale avait été constituée à la municipalité d’Alep autour de lui pour la préparation d’un nouveau plan directeur puis d’un projet pour la ville ancienne1. La logique mise en œuvre était très différente de celle de l’inventaire des monuments historiques d’Alep élaboré par l’historien Jean Sauvaget en 1935 et des idées d’Écochard pour Damas. L’objectif était de conserver cet héritage avec sa valeur d’usage « traditionnelle » et de le préserver de la destruction, privée et institutionnelle, par une « mise à niveau » des services de quartier2 : il s’agissait de garder les habitants et les activités tout en permettant une certaine évolution, pour ainsi préserver la transmission d’un mode de vie et d’une mémoire dans des lieux vivants (Banshoya et David 1973). Les objectifs touristiques étaient alors absents du projet. Les idées défendues par Banshoya pour la ville ancienne comme pour le nouveau plan directeur avaient été âprement discutées et marchandées par les responsables alépins et critiquées par les experts polonais de l’équipe (fig. 2).

Figure 1 : Plan du projet Gutton pour la ville ancienne.

Figure 1 : Plan du projet Gutton pour la ville ancienne.

S’il avait été réalisé, le plan de voirie de Gutton dans les quartiers anciens aurait conduit à leur destruction quasi complète. La force d’inertie administrative, le coût élevé des expropriations, ont limité les réalisations, avant que, en plusieurs étapes, ne se fasse la prise de conscience de la valeur de ces quartiers. Ce projet est typique de l’idéologie moderniste des urbanistes à l’époque, plus motivés par l’intensification nécessaire de la circulation des véhicules que par l’hygiénisme, la qualité de l’environnement, le respect du patrimoine culturel.

Carte intitulée « Zonage » in Gutton André 1954, Programme et rapport justificatif de l’aménagenent d’Alep, Paris, 24p.

Figure 2 : Projet Banshoya vieille ville.

Figure 2 : Projet Banshoya vieille ville.

Le projet de l’urbaniste G. Banshoya pour la ville ancienne d’Alep a été élaboré entre 1970 et 1972. Il peut sembler encore très agressif pour le tissu ancien, mais il faut tenir compte du contexte de son élaboration, non pas dans une agence d’une ville européenne, mais dans les locaux du bureau d’urbanisme de la municipalité, avec des « urbanistes » locaux rodée dans l’élaboration des projets d’élargissement des rues et de percement des impasses dans le tissu ancien. Chaque changement par rapport au projet Gutton a été littéralement marchandé par l’urbaniste. Banshoya a réussi à faire passer au moins deux idées essentielles : celle de la protection d’ensembles anciens cohérents et vivants, considérés comme un patrimoine architectural et social, lieu de vie, espace du quotidien ; celle de la nécessité d’une mise à niveau des service pour les quartiers et de l’aménagement des accès pour les habitants et non pas de percées pour le trafic de transit, d’où l’idée des impasses.

Document personnel dont une version a été publiée dans Banshoya et David 1973.

4Les projets de Gutton, très partiellement réalisés à l’époque et qui avaient été mis en cause par Banshoya, ont été repris au cours des années 1970-80, dans le cadre du modernisme baathiste, manifestation des idées « anti-urbaines » du parti. Certaines racines rurales et minoritaires mais aussi socialistes et progressistes, du parti baath et du régime pouvaient expliquer son opposition assez systématique aux vieilles bourgeoisies et aux aristocraties citadines, à leur espace et à leur culture, notamment à Alep, au moment des nationalisations et de la réforme agraire.

  • 3 Ces prises de position marquaient leurs différences avec le projet Banshoya : elles émanaient d’Ale (...)

5Pour des raisons à la fois topographique et sociales, la ville ancienne d’Alep était à la fin des années 1970 l’un des principaux sites des caches des Frères musulmans, comme l’avait été la Casbah d’Alger pour les groupes de la résistance anti-française puis plus tard pour les islamistes héritiers du FIS. L’une des réactions des autorités, notamment du mouhafaza d’Alep (préfet), représentant du pouvoir central, a été de réaliser les percées prévues par les anciens plans directeurs, pour faciliter l’accès à l’armée et aux forces de sécurité, en supprimant le lacis de ruelles et d’impasses. Il s’agissait aussi d’effacer ce paysage d’autrefois, expression de l’obscurantisme et de la domination « féodale » par l’aristocratie citadine. À Alep, paradoxalement, cette dernière était plutôt favorable à la réalisation des percées qui lui permettaient de détruire ses anciens palais et de valoriser son patrimoine foncier dans la ville ancienne. Si les destructions prévues à Alep n’ont été que partiellement réalisées, les bombardements de Hama en 1982 ont détruit, intentionnellement, beaucoup de monuments importants, religieux et civils, et notamment tout le quartier autour des palais de la famille Keylani et de la tekiyyé Keylaniyé, symboles de l’identité citadine, ensembles exceptionnels disparus à jamais, tandis que le Palais Azem, partiellement détruit est maintenant reconstruit. À Alep les projets de destruction ont mobilisé une opposition dynamique, engagée dans la conservation de la vieille ville, sans doute l’une des premières expressions collectives et publiques « modernes » de la cause du patrimoine au Proche-Orient3.

  • 4 Le classement de plusieurs quartiers d’Alep (comme Jdeidé) par le Ministère de la Culture a fait pa (...)

6Ces projets ont pu aboutir grâce à l’activité de réseaux animée par une intelligentsia réduite, très hétérogène, intellectuelle mais aussi nostalgique et aristocratique où figuraient certains héritiers de la vieille société citadine. Le maire d’Alep à l’époque, un Alépin qui sera plus tard premier ministre pendant une longue période, a fait partie des personnalités baathistes qui ont agi pour la protection de la ville ancienne contre les percées. La demande de classement de Damas et d’Alep et l’élaboration des dossiers pour l’UNESCO par la Direction générale des Antiquités et le Ministère de la culture ont fait partie des outils mobilisés pour contrecarrer la volonté de destruction manifestée par d’autres autorités de l’État. Le retard de l’acceptation de la demande d’Alep est en partie imputable au conflit en cours autour de la réalisation des percées justifiées par l’existence de l’opposition politique dans ces quartiers4.

Prise de conscience du patrimoine : attachement « populaire » ou « rupture patrimoniale » ?

  • 5 Extrait de la quatrième de couverture de La rupture patrimoniale (2003).

7Ainsi, une conscience du patrimoine s’était développée dans les années 1980, dans un climat de violence qui semblait correspondre assez bien à l’idée de « rupture patrimoniale » développée par Michel Rautenberg (2003) : « La patrimonialisation détache symboliquement l’objet patrimonial de son contexte, le convertit en une ressource culturelle visant à perpétuer le souvenir de l’événement passé sous une forme stabilisée. Ainsi, pour exister en tant que tel, le patrimoine naît d’une rupture qui résulte d’un travail de deuil au sens freudien mais aussi d’une opération fondamentale de la mémoire collective telle qu’analysée par Maurice Halbwachs. En décontextualisant l’objet patrimonial et en le rendant irrévocable, la patrimonialisation construit, entre un territoire ou un groupe social et son passé mis à distance, une relation souvent mythique mais néanmoins créatrice de lien social et qui imprègne même les ambiances urbaines »5. La réflexion sur les projets et sur les moyens à mobiliser, les dossiers élaborés, nécessite un recul du regard, généralement celui de citadins qui ne sont plus ou qui n’ont jamais été des habitants de la vieille ville. En ce sens, il s’agit effectivement pour eux d’une rupture et d’une mise à distance de l’objet reconnu comme patrimoine.

  • 6 L’évolution du peuplement des différents quartiers est assez bien connue par les enquêtes de GTZ et (...)
  • 7 L’institution des waqfs a joué un rôle essentiel en ce qui concerne l’entretien et la perpétuation (...)

8Mais la rupture n’était qu’un volet de cette histoire. La majorité des habitants, plus pauvres ou issus des classes moyennes aisées, restés dans les vieux quartiers, entretenait l’espace domestique avec soin malgré la dégradation de l’espace collectif et des service publics6. Ainsi c’est d’abord pour sa valeur d’usage comme lieu de vie, comme bien hérité, transmis de génération en génération, que la ville a été prise en charge, entretenue et développée pendant des siècles par ses habitants, et l’est encore aujourd’hui7. Si au cours du temps certaines constructions ont été admirées et vantées par les commentateurs, cette admiration a rarement entravé l’évolution et la mise au goût du jour d’une ville qui s’est toujours inscrite dans un mouvement d’adaptation : ce qui disparaît reste seulement pour un certain temps dans les mémoires, mais demeure dans les chroniques. Au Proche-Orient jusqu’au milieu du xxe siècle, les villes héritées, Alep ou Damas et d’autres, sont des entités vivantes, aisément identifiables, tant par leur présent encore fonctionnel que par tout ce qui est connu, conservé ou raconté de leur passé, avec ses signes matériels, ses inscriptions monumentales, dans le cumul des textes écrits et commentés par la chaîne des historiens et des chroniqueurs.

Chroniques et chaînes écrites de transmission des descriptions de villes par les historiens : un patrimoine à part entière8

  • 8 Voir par exemple David 2000, p. 336.
  • 9 Voir p. XVII-XVIII de l’introduction de la traduction française d’Ibn Chaddad sur le Bilad al-Cham, (...)

9Le concept de patrimoine culturel est récent au proche-Orient, importé avec la pénétration occidentale pré-mandataire et mandataire. Le mot tourath, « héritage », choisi pour le traduire en arabe, est ambigu car ses significations plus anciennes imprègnent son sens actuel et influent sur sa compréhension dans le sens de « patrimoine ». Au Proche-Orient arabe et musulman, l’ancienneté d’une conscience du passé et l’intérêt témoigné pour les vestiges qu’il a laissés ne font aucun doute, ainsi que l’accessibilité de ce passé à tous, dans les monuments conservés et les commentaires écrits ou oraux qui les concernent. Cette conscience pourrait être en voie de marginalisation. Alep, comme beaucoup d’autres villes orientales anciennes, avec ses bâtiments remarquables, ses rues, ses quartiers, ses fontaines, ses souks, a été inlassablement décrite avec une grande précision dans son évolution, racontée par ses historiens géographes, au moins depuis le xiie siècle9, jusqu’à l’Encyclopédie d’Alep, œuvre monumentale de Khayr al-Dîn al-Asadî, publiée dans les années 1980 (Asadi (al-) 1984). Ainsi, dans cette tradition, il se peut que le patrimoine reconnu, célébré et transmis, ne réside pas tant dans des constructions et des espaces de la ville ou dans une émotion esthétique provoquée par leur contemplation, que dans l’œuvre écrite ou les récits oraux qui les évoquent et dans ce qu’ils rappellent ou racontent. Il serait lié à un genre littéraire ou plutôt au rapport devenu indissociable entre le patrimoine matériel présent ou disparu et l’immatériel écrit et oral qui le commente.

Mondialisation du patrimoine et valorisation touristique

  • 10 Cette mondialisation est paradoxale : elle doit être fondée sur un espace de culture commune qui im (...)
  • 11 Meinolf Spiekermann était responsable de 2001 à 2008 de la contribution allemande (GTZ) au processu (...)
  • 12 Rapport Bianca et alii 1980.
  • 13 Rapport de Mohamed Berriane Tourisme, culture et développement dans la région arabe, UNESCO, Décenn (...)

10La question est devenue plus complexe avec la « mondialisation » du patrimoine par l’inscription d’Alep dans la liste des sites du Patrimoine Mondial10. Le développement du regard touristique et d’investissements cherchant à le satisfaire est un aspect concret de cette mondialisation. Un court article de Meinolf Spiekermann11 et Anette Gangler, paru en 2003, « Urban Heritage Preservation and Tourism Development in the old city of Aleppo » est un signal important dans la chronologie de la transformation du patrimoine en ressource touristique, lancé par deux artisans de ce processus. À Alep, le couple « héritage et tourisme » s’est imposé progressivement après 1991, alors que le projet Banshoya (Banshoya et David 1973) pour la protection et l’aménagement de la ville ancienne (1974) et le rapport Unesco de 1980 sous la direction de Stefano Bianca12 en parlaient à peine. Il semble maintenant normal d’utiliser le patrimoine comme support d’activités touristiques dans le cadre de sa valorisation. Pourtant, un rapport UNESCO de 1999, intitulé « Tourisme, culture et développement dans la région arabe », sous la direction de Mohamed Berriane, prend beaucoup de précautions à ce sujet : « Le tourisme de la plupart des pays arabes est avant tout à composante culturelle. Mais le fait même que la culture se trouve placée, par le biais du tourisme, en position de produit commercial, constitue un grand danger pour son authenticité (…). Il est donc judicieux d’initier une réflexion sur le tourisme et la culture pour éviter les dérapages et assurer la durabilité du développement, le souhait de faire venir le maximum de touristes en vendant de la culture pouvant être préjudiciable aux identités culturelles »13.

Compatibilité des différents statuts du patrimoine : nécessité d’un traitement global par l’urbanisme, tenant compte des différents usagers et acteurs

  • 14 La collaboration est prolongée actuellement par le fonctionnement des institutions et des outils lo (...)

11L’institutionnalisation du patrimoine est une démarche essentielle qui permet d’obtenir des moyens d’agir et notamment des moyens financiers. En 1992, est créée une annexe autonome de la municipalité d’Alep, la Direction de la vieille ville, qui présente en 1993 un « projet pour la réhabilitation de la vieille ville ». Depuis 1993 cette institution est animée et soutenue efficacement par GTZ, l’agence allemande de coopération (Deutsche Gesellschaft Für Technische Zusammenarbeit, du ministère allemand de la Coopération économique et du Développement). La collaboration de ces deux organismes se poursuit jusqu’en 200714.

Figure 3 : Propriété et location dans la ville ancienne.

Figure 3 : Propriété et location dans la ville ancienne.

Traditionnellement la majorité, sinon la quasi totalité des habitants dans les quartiers anciens sont propriétaires : les enquêtes réalisées par GTZ en 1994 montraient le maintien de la forte proportion de propriétaires. La carte suivante (fig. 4) de la densité d’habitation permet aussi de localiser les quartiers les plus touchés par la paupérisation, ceux où la densité d’occupation dépasse la moyenne. Un certain temps, au cours des premières décennies du processus de désertion des vieux quartiers, ceux où étaient concentrées les plus grandes maisons se caractérisaient par la baisse de l’occupation et la densité basse là où n’habitaient plus que des anciens de chaque grande famille. La carte des subdivisions de maisons et de parcelles qui n’est pas montrée ici, peut être significative aussi des phénomènes de transformation de la société des quartiers anciens. A Alep ces subdivisions sont restées relativement rares.

Figure 4 : Densité résidentielle par quartier dans la ville ancienne.

Figure 4 : Densité résidentielle par quartier dans la ville ancienne.

12Le classement des quartiers anciens d’Alep par l’UNESCO en 1986 est global : la ville ancienne est soumise dans son ensemble à des règlements censés organiser sa conservation, en fonction d’une sorte de contrat avec l’UNESCO. En cas de non respect du contrat, le classement peut être annulé. Pour Alep, les règles de protection mises en place par la municipalité et la Direction de vieille ville en plusieurs phases, vont sans doute au-delà des exigences de l’UNESCO. Elles concernent non seulement l’ensemble du tissu mais englobent également l’espace privé, domestique, dans lequel les modifications autorisées sont très limitées, ce que beaucoup d’habitants considèrent comme un abus de pouvoir et une expropriation déguisée. Cet ensemble classé qui comprend la majeure partie de la vieille ville, entité organique autrefois homogène, est maintenant très segmenté. Les enquêtes auprès des usagers de la vieille ville montrent qu’en réalité, les différentes formes du patrimoine relèvent de la perception des acteurs concernés : pour une majorité des 130 000 habitants actuels des vieux quartiers, la valeur d’usage de l’espace construit, les modes de vie qui l’animent et les valeurs qui lui donnent sens, font de la maison un patrimoine identitaire, culturel et spirituel commun, ce que montre bien l’article de Touria Moutia. L’investissement pour le tourisme et la transformation de certains bâtiments en service touristique, autre forme de patrimoine, ne sont théoriquement autorisés que dans les zones définies par le projet de réhabilitation de la vieille ville. Mais les rapports qui existaient autrefois à l’intérieur d’un même quartier entre les habitants, ceux des palais comme ceux des maisons les plus pauvres, dans une solidarité pour l’entretien de l’espace collectif, le contrôle de la sécurité et de la moralité, ont disparu. Les grandes demeures qui peuvent être transformées en lieu touristique ou en investissement de luxe sont devenues l’objet d’un marché qui ne concerne pas les maisons ordinaires.

13Les trois contributions qui suivent ce chapitre évoquent concrètement les contradictions, les incompatibilités, les problèmes et les solutions possibles, concernant essentiellement l’espace privé domestique, son entretien, sa restauration, ses transformations par les différents acteurs. Pauline Bosredon, après une présentation du plan de développement mis au point en 1998 par la Direction de la vieille ville, met en évidence la contradiction qui existe entre l’idée que les responsables ont privilégié le tourisme, exprimée par certains de ses interlocuteurs, alors que la majorité des habitants associent le patrimoine au mode de vie traditionnel encore vivant dans les quartiers anciens. Touria Moutia étudie les problèmes que pose la contradiction entre la réalité d’un patrimoine domestique vivant qui doit évoluer avec le mode de vie des gens et d’autre part la réglementation qui interdit la plupart des modifications tout en aidant les habitants à entretenir leur habitat et potentiellement à le faire évoluer à dans certaines limites. Dans son analyse, ce mode de vie qui s’inscrit très précisément dans l’espace est fortement marqué par l’islam, tout en étant partagé par d’autres sociétés orientales. Thierry Grandin revient, en professionnel, sur les problèmes que pose la restauration des maisons, la définition et l’application des normes architecturales, dans des interventions populaires comme dans les projets touristiques.

  • 15 Deux projets actuellement réalisés ont eu des effets positifs sur leur environnement et sont généra (...)
  • 16 Le projet d’aménagement de la place al-Hatab à Jdeidé, beaucoup plus modeste, est dans la même logi (...)
  • 17 L’esplanade située en contrebas de l’entrée de la Citadelle a également accueilli en 2009 une expos (...)

14Notons que l’espace public ou collectif est peu évoqué dans ces articles, alors qu’il est essentiel. Il constitue le véritable ciment de l’espace et permet la continuité du fonctionnement. Il peut donner une cohérence à des projets et à des intérêts qui semblent contradictoires. L’amélioration des espaces publics urbains fait d’ailleurs partie des priorités définies par l’administration alépine de la vieille ville comme par GTZ et par la Fondation Aga Khan. Contrairement à ce que l’on attendrait, les grands projets en rapport avec le tourisme qui sont de l’ordre de l’aménagement urbain, créent des espaces de vie partagés dont les habitants ne sont pas exclus. Ils peuvent avoir des effets positifs multiples, justement parce qu’ils sont à la rencontre de la valeur d’usage traditionnelle, de l’héritage culturel, du turâth, et de la rentabilisation touristique15. L’aménagement des abords de la Citadelle16 est l’une de ces réalisations exceptionnelles, où les circulations piétonnes, les espaces de promenade et de repos, les activités, sont partagés, fréquentés par les Alépins autant que par les touristes. Les concepteurs de l’aménagement touristique du site de la Citadelle ont certainement pensé aux habitants alépins : on constate que ces derniers ont investi l’espace qu’ils se sont approprié ; beaucoup de gens, souvent en famille, passent, flânent, s’arrêtent et consomment dans les cafés. Les gens des quartiers voisins y sont nombreux le soir, les vendredis, ceux des vieilles maisons d’al-Ajam et de Assilé, mais aussi ceux des immeubles populaires construits dans les années soixante, juste derrière la Grande Mosquée ottomane Khosrowiyyé. L’aménagement leur offre un espace dégagé, propre, beau, au pied de la Citadelle, emblème de leur ville, espace qui leur appartient même s’il est aussi celui des touristes17. Ces derniers déambulent entre l’aire de stationnement des autocars, plusieurs hôtels de haut niveau aménagés non pas dans de vieilles maisons mais dans des anciens bâtiments administratifs de l’époque ottomane ou mandataire, d’anciens cafés populaires en terrasse agrandis et réaménagés et, enfin, plusieurs sites qui réunissent incontestablement les qualités d’espaces culturels et de mémoire pour les Alépins et de hauts lieux touristiques, que sont la Citadelle, les souks, des hammams anciens et plusieurs mosquées. Au nord de la Citadelle, un restaurant luxueux, avec vue panoramique, et de bonne qualité gastronomique traditionnelle, mais sans alcool, attire une clientèle issue des milieux alépins et syriens aisés bien plus que les touristes !

  • 18 La même fusion se rencontre dans les lieux touristiques qui font se croiser les grandes civilisatio (...)

15Plutôt que d’un détournement de projet, on peut parler ici de plus-value et d’enrichissement réciproque des fonctions des espaces par les habitants dans le côtoiement et dans certaines formes d’échange. Dans ce côtoiement où chacun pourrait être à la fois un spectacle et un spectateur, les regards ne s’alourdissent pas, ne s’arrêtent pas de façon insistante. Chacun est intégré dans un ensemble métisse, preuve de la réussite architecturale du projet18.

Notes

1 Collaborateur de M. Écochard pour le plan directeur de Damas, G. Banshoya est chargé par l’Unesco de celui d’Alep puis du projet d’aménagement de la vieille ville. Son équipe comprend essentiellement des architectes, ingénieurs et urbanistes syriens du Maktab takhtit (Bureau de la Planification) à la Municipalité, un architecte, expert polonais de Polservice, le géographe Jean-Claude David, coopérant français. L’ingénieur Mamoun Jazzar, héritier d’une grande famille, est directeur des services techniques de la Municipalité.

2 L’idée d’aménager des accès automobiles limités, en cul-de-sac vers des petits centres de service pour le quartier, est inspirée de la réalité, où quelques rues anciennes plus larges permettent par endroits aux voitures privées et aux taxis de passer. Le seul aménagement de ce type réalisé dans le faubourg nord en direction du hammam Almaji n’est pas encore terminé et les quelques locaux pour un petit souk sont restés vides : l’architecture médiocre et le non achèvement ne donnent pas une bonne image du projet.

3 Ces prises de position marquaient leurs différences avec le projet Banshoya : elles émanaient d’Alep et non des idées d’experts étrangers.

4 Le classement de plusieurs quartiers d’Alep (comme Jdeidé) par le Ministère de la Culture a fait partie de ces moyens pour entraver la réalisation des percées. Certaines personnalités de l’État et de l’administration locale ont été sollicitées et ont fait pression pour rendre plus efficaces ces interventions.

5 Extrait de la quatrième de couverture de La rupture patrimoniale (2003).

6 L’évolution du peuplement des différents quartiers est assez bien connue par les enquêtes de GTZ et les recensements et si le surpeuplement, la pauvreté et les conditions de vie médiocre ont caractérisé des quartiers comme Qalaat al-Charif, la plupart des autres quartiers sont restés un habitat de qualité.

7 L’institution des waqfs a joué un rôle essentiel en ce qui concerne l’entretien et la perpétuation des fondations religieuses et de bienfaisance.

8 Voir par exemple David 2000, p. 336.

9 Voir p. XVII-XVIII de l’introduction de la traduction française d’Ibn Chaddad sur le Bilad al-Cham, (Ibn Chaddad 1984). Pour la traduction d’Ibn Chaddad sur Alep dans Ibn al-Chihna, voir Sauvaget 1933. Sur Alep à l’époque mamelouke, Ibn al-’Ajami (Sauvaget 1950) et Ibn al-Chihna (Sauvaget 1933), d’autres à l’époque ottomane, Tabbâkh (1923-26), et Ghazzī (1926) au début du xxe siècle, etc. Pour Alep, cette pratique remonte avant le xiie siècle, mais l’un des auteurs les plus marquants en est Ibn Chaddad qui se réfugie au Caire pour fuir l’invasion et les destructions mongoles de 1260. Sa description d’Alep est rédigée au Caire d’après ses souvenirs. Kamil al-Ghazzi et Muhammad al-Tabbâkh deux historiens alépins rédigent au début du Mandat français chacun sa propre somme de ces témoignages anciens et du présent.

10 Cette mondialisation est paradoxale : elle doit être fondée sur un espace de culture commune qui implique une reconnaissance des autres cultures et donc une conscience des différences, à moins qu’une culture dominante n’ait marginalisé les autres en se les appropriant?

11 Meinolf Spiekermann était responsable de 2001 à 2008 de la contribution allemande (GTZ) au processus de réhabilitation de la vieille ville d’Alep.

12 Rapport Bianca et alii 1980.

13 Rapport de Mohamed Berriane Tourisme, culture et développement dans la région arabe, UNESCO, Décennie mondiale du développement culturel 1999 (75 pages). Le sous-titre est intéressant : Soutenir la culture pour développer le tourisme, développer le tourisme pour soutenir la culture. Le titre du rapport n’utilise pas le terme « patrimoine culturel » et M. Berriane expose une ambiguïté de ce terme qui selon lui, ne s’applique qu’aux sites et monuments historiques, alors que la culture « ne se limite pas au seul patrimoine et (…) intègre également la culture du vécu quotidien des peuples » (p. 8).

14 La collaboration est prolongée actuellement par le fonctionnement des institutions et des outils locaux mis en place. Un acquis essentiel dû à l’installation de GTZ est une certaine stabilisation des financements pour la recherche et l’exécution de projets. L’association allemande des « Amis d’Alep », des Fonds arabes, la Fondation Aga Khan (AKDN, AKTC), etc. participent à ce financement.

15 Deux projets actuellement réalisés ont eu des effets positifs sur leur environnement et sont généralement appréciés par les habitants : l’aménagement de la place Sahet al-Hatab dans le vieux quartier chrétien et celui du site de la Citadelle. Par ailleurs, la priorité a été donnée au rétablissement du pavage des rues après réfection des réseaux divers, notamment l’adduction d’eau et les égouts, dans toute la ville ancienne.

16 Le projet d’aménagement de la place al-Hatab à Jdeidé, beaucoup plus modeste, est dans la même logique. Il est cité par Pauline Bosredon dans son article.

17 L’esplanade située en contrebas de l’entrée de la Citadelle a également accueilli en 2009 une exposition ouverte et gratuite de Yann Arthus Bertrand sur la « Syrie vue du ciel ».

18 La même fusion se rencontre dans les lieux touristiques qui font se croiser les grandes civilisations du monde, c’est le cas aussi du tourisme en Chine.

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Vue aérienne Google Earth du 24 mai 2009, représentant l’ensemble du quartier central (mdiné) de la vieille ville d’Alep. On reconnaît aisément le tracé des souks jalonné par les cheminées d’aération pratiquées dans les terrasses.
Crédits Google Earth
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photo 2 : Miniature turque de Matrakci Nasuh représentant Alep. Le relevé a été réalisé au cours d’une expédition militaire du sultan Soliman en 1534-35. Le recueil des miniatures, en quatre volumes, est conservé à la bibliothèque de l’Université d’Istanbul.
Crédits Bibliothèque de l’Université d’Istanbul
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Photo 3 : La rue de la Grande Mosquée, montant à la Citadelle. Le projet d’aménagement comprenait l’interdiction de cet axe aux véhicules motorisés. Cette mesure a été suspendue peu après la réalisation de l’aménagement.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Photo 4 : Le tour de la Citadelle aménagé pour les piétons, parcouru le soir par les gens rentrant chez eux (La Fondation Aga Khan a financé les études et la réalisation des aménagements de l’espace public). Le bloc au fond à gauche est le Sérail (Préfecture ou Gouvernorat). Construit par les Français au début des années trente, il était en cours de transformation en hôtel touristique quand ont éclaté les évènements.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Photo 5 : Vu depuis la Citadelle, l’aménagement des circulations et des terre-pleins au sud de la Citadelle. Les vieux cafés ont été modernisés. A droite l’ancien Hôpital National est devenu l’hôtel Carlton qui n’a pas véritablement eu le temps de fonctionner.
Crédits Thierry Boissière
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Photos 6-7 : Sous les parasols des cafés. Au fond à droite, le talus appareillé de la Citadelle.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photo 8 : La pratique des cafés, avant la modernisation.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Photo 9 : L’état ancien et la pratique des cafés, avant la modernisation.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Photos 10-11 : Les bancs sont appréciés des passants et promeneurs.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Photo 12 a : La Citadelle au cœur du quotidien de la ville.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photo 12 b : La Citadelle au cœur du quotidien de la ville.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Photo 13 : La tour sud de la Citadelle, d’époque mamelouke.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photo 14 : La tour sud de la Citadelle, d’époque mamelouke, gros plan
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Photo 16 : Le dallage de la cour dans la lumière du soir.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Photo 17 : Dans la salle de prière pendant le prêche du vendredi
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Photo 18 : Dans la cathédrale des Roum Orthodoxes, reconstruite après les destructions de 1850. Comme la cathédrale des Roum Catholiques, c’est un musée vivant d’icônes de l’école d’Alep (active du xviie à la fin du xviiie siècle)
Crédits C. Delpal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Photo 19 : La cathédrale maronite, les quartiers anciens nord, la Citadelle, vus depuis la terrasse d’un immeuble de la rue Tilal. On peut remarquer la quantité et la densité des reconstructions et des surélévations d’immeubles dans ces quartiers qui font partie intégrante de la vieille ville classée Patrimoine Mondial par l’UNESCO. Cependant la plupart de ces constructions sont antérieures aux années quatre-vingts et au classement de la ville.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 1 : Plan du projet Gutton pour la ville ancienne.
Légende S’il avait été réalisé, le plan de voirie de Gutton dans les quartiers anciens aurait conduit à leur destruction quasi complète. La force d’inertie administrative, le coût élevé des expropriations, ont limité les réalisations, avant que, en plusieurs étapes, ne se fasse la prise de conscience de la valeur de ces quartiers. Ce projet est typique de l’idéologie moderniste des urbanistes à l’époque, plus motivés par l’intensification nécessaire de la circulation des véhicules que par l’hygiénisme, la qualité de l’environnement, le respect du patrimoine culturel.
Crédits Carte intitulée « Zonage » in Gutton André 1954, Programme et rapport justificatif de l’aménagenent d’Alep, Paris, 24p.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 2 : Projet Banshoya vieille ville.
Légende Le projet de l’urbaniste G. Banshoya pour la ville ancienne d’Alep a été élaboré entre 1970 et 1972. Il peut sembler encore très agressif pour le tissu ancien, mais il faut tenir compte du contexte de son élaboration, non pas dans une agence d’une ville européenne, mais dans les locaux du bureau d’urbanisme de la municipalité, avec des « urbanistes » locaux rodée dans l’élaboration des projets d’élargissement des rues et de percement des impasses dans le tissu ancien. Chaque changement par rapport au projet Gutton a été littéralement marchandé par l’urbaniste. Banshoya a réussi à faire passer au moins deux idées essentielles : celle de la protection d’ensembles anciens cohérents et vivants, considérés comme un patrimoine architectural et social, lieu de vie, espace du quotidien ; celle de la nécessité d’une mise à niveau des service pour les quartiers et de l’aménagement des accès pour les habitants et non pas de percées pour le trafic de transit, d’où l’idée des impasses.
Crédits Document personnel dont une version a été publiée dans Banshoya et David 1973.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 3 : Propriété et location dans la ville ancienne.
Légende Traditionnellement la majorité, sinon la quasi totalité des habitants dans les quartiers anciens sont propriétaires : les enquêtes réalisées par GTZ en 1994 montraient le maintien de la forte proportion de propriétaires. La carte suivante (fig. 4) de la densité d’habitation permet aussi de localiser les quartiers les plus touchés par la paupérisation, ceux où la densité d’occupation dépasse la moyenne. Un certain temps, au cours des premières décennies du processus de désertion des vieux quartiers, ceux où étaient concentrées les plus grandes maisons se caractérisaient par la baisse de l’occupation et la densité basse là où n’habitaient plus que des anciens de chaque grande famille. La carte des subdivisions de maisons et de parcelles qui n’est pas montrée ici, peut être significative aussi des phénomènes de transformation de la société des quartiers anciens. A Alep ces subdivisions sont restées relativement rares.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 4 : Densité résidentielle par quartier dans la ville ancienne.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6708/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

Auteur

Docteur en géographie, chercheur associé au GREMMO

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540