Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alep et ses territoires

 | 
Jean-Claude David
, 
Thierry Boissière

Troisième partie - Le commerce et les affaires, de l’économie de souk à la mondialisation

Chapitre 13 – Alep, le commerce et les affaires

Françoise Métral

Résumé

Résumé - Le souk, centre traditionnel des échanges au coeur de la ville ancienne, atteste de la longue prospérité d’Alep. Le monde des marchands du souk se proclame gardien d’une « économie morale » fondée sur le crédit, la connaissance et la confiance. Après la mise en place par le Baath, dans les années soixante, d’une économie centralisée organisée autour du secteur public et des monopoles d’État, des circuits commerciaux fondés sur l’éthique traditionnelle et une circulation financière informelle ont pu se maintenir dans les interstices des institutions. Nous présentons ici le monde alépin actuel des affaires, cet héritage et son évolution, en évoquant d’abord l’importance des intermédiaires et des réseaux, des hiérarchies, maillons de la chaîne pour qui la réputation fonctionne comme un « capital symbolique » construit sur la durée ; l’importance du facteur temps est notre second paramètre, qui intègre dynamisme et aléas, où le commerce est un jeu sur les prix, les produits et le transport. La croissance urbaine est le troisième paramètre abordé : la multiplication et la diversification des zones commerciales suivent ce développement. Alep renvoie l’image de « la roue de la fortune », où les commerçants viennent faire « travailler leur argent » : chaque moment de la vie fait partie d’un long processus d’investissement qui, si tout va bien, permet à la famille de progresser sinon de faire fortune. Toutefois le discours des marchands sur l’éthique élude la question de la manière dont cette éthique s’accommode de la corruption et du racket développés à tous les niveaux de l’État, acteur et partenaire essentiel qu’il faut bien intégrer dans les réseaux.

Abstract – Aleppo’s souk, the traditional centre of trade located in the old city, testifies to Aleppo’s historical prosperity. Traders proclaim themselves the guardians of the “moral economy”, based on credits, knowledge, and trust. During the 1960s, the rise of the Ba’ath party led to the implementation of a centralised economy organized through the public sector and the State monopolies. Business networks that were based on traditional ethics and informal finance, managed to survive despite the growth of institutions. This article presents the Aleppan business world along with its legacy and evolution. Firstly, we will highlight the importance of middlemen, networks, and hierarchies that work as an accumulation of ‘symbolic capital’ over time. Time will factor as our second parameter where dynamics and chance are combined due to business toying with prices, goods and means of transport. Thirdly, we will tackle the issue of urban growth, the multiplication and diversification of the commercial areas that result from this development. Aleppo looks like the ‘Wheel of Fortune’ game show where shopkeepers come ‘to make their money work’. Every moment of life is part of a long investing process that may allow a family to make a fortune. However, businessmen’s discourse about ethics evades how ethics coexist with State bribery and racketeering. At every level, the State is an essential actor and partner whom traders must incorporate into their networks.

خلاصة – يمثل السوق المركز التقليدي للمبادلات في قلب المدينة القديمة ويشهد بالتالي على الازدهار الطويل لحلب. يعلن عالم تجار السوق عن نفسه بوصفه حارساً لـ”اقتصادٍ أخلاقي” مبنيٍّ على الثقة والمعرفة والائتمان. وبعد أن أقام حزب البعث في الستينيات اقتصاداً مركزياً يستند إلى القطاع العام واحتكار الدولة، استطاعت داراتٌ تجاريةٌ تتأسّس على الأخلاق التقليدية وعلى انتقالٍ ماليٍّ غير رسميٍّ البقاء في ثنايا المؤسسات. نقدّم هنا عالم الأعمال الحلبي الحالي، هذا الإرث وتطوّره، ونذكر بدايةً أهمية الوسائط والشبكات، والتراتبيات، وحلقات السلسلة التي تعمل السمعة ضمنها بوصفها “رأسمالٍ رمزي” تمّ بناؤه مع الزمن؛ أهمية عامل الزمن هي معيارنا الثاني، وهو يضمّ الديناميكية والأحداث الطارئة، حيث تكون التجارة لعباً على الأسعار والمنتجات والنقل. والنمو المديني هو العامل الثالث الذي نتطرّق إليه، ويتبع هذا التطوّر تعدّدُ المناطق التجارية وتنوّعها. تعكس حلب صورة “دولاب الثروة”، حيث يأتي التجار من أجل “تشغيل أموالهم”: كلّ لحظةٍ من الحياة جزءٌ من عمليةٍ طويلةٍ للاستثمار تسمح، إن كان كلّ شيءٍ على ما يرام، للأسرة بالتقدّم، لا بل بتكديس الثروة. غير أنّ خطاب الباعة عن الأخلاق يلغي السؤال حول الطريقة التي تتوافق فيها هذه الأخلاق مع الفساد والسطو على الأموال الذين تطوّرا في كلّ مستويات الدولة، وهي الفاعل والشريك الأساسي الذي لا بدّ من إدماجه جيداً في الشبكات.

Texte intégral

Photo 1 : Le porche d’entrée d’un grand khan (caravansérail) ottoman, khan al-Wazir, à proximité des souks, consacré traditionnellement au grand négoce. Le petit édicule à colonnes au centre de la cour est une fontaine.

Photo 1 : Le porche d’entrée d’un grand khan (caravansérail) ottoman, khan al-Wazir, à proximité des souks, consacré traditionnellement au grand négoce. Le petit édicule à colonnes au centre de la cour est une fontaine.

Abbé Bretocq vers 1920. Archives départementales de l’Eure, Evreux.

Photo 2 : Un khan d’engraissage des moutons.

Photo 2 : Un khan d’engraissage des moutons.

Construit dans les années vingt à l’époque en périphérie de la ville.

J.-C. David, années quatre-vingt dix.

Photo 3 : Une boutique du souk ; marchand de tissu et clientes.

Photo 3 : Une boutique du souk ; marchand de tissu et clientes.

C. Delpal

Photo 4 : Un carrefour sur l’axe principal des souks.

Photo 4 : Un carrefour sur l’axe principal des souks.

J.-C. David

Photo 5 : Entrée dans la Souweiqa en venant de la rue de la Grande Mosquée.

Photo 5 : Entrée dans la Souweiqa en venant de la rue de la Grande Mosquée.

J.-C. David

Photo 6 : La rue de la Grande Mosquée, percée dans les années cinquante, parallèle aux souks, desservait l’essentiel du centre-ville. Un système de dissuasion détourne maintenant une partie de la circulation automobile, dans un contexte de déplacement et de mutation des fonctions centrales.

Photo 6 : La rue de la Grande Mosquée, percée dans les années cinquante, parallèle aux souks, desservait l’essentiel du centre-ville. Un système de dissuasion détourne maintenant une partie de la circulation automobile, dans un contexte de déplacement et de mutation des fonctions centrales.

J.-C. David

Photo 7 : Le carrefour de la rue de la Grande Mosquée avec la Souweiqa, elle‑même interdite aux véhicules. Les Suzuki stationnent au début de la rue, attendant de charger ou de décharger la marchandise.

Photo 7 : Le carrefour de la rue de la Grande Mosquée avec la Souweiqa, elle‑même interdite aux véhicules. Les Suzuki stationnent au début de la rue, attendant de charger ou de décharger la marchandise.

J.-C. David

1L’existence même d’Alep comme ville depuis près de cinq millénaires est fondée sur deux atouts exceptionnellement réunis :

  • 1 La densité des tells témoins de l’existence d’une ville, en général de l’âge du Bronze, augmente en (...)

– elle se trouve au cœur d’une vaste région fertile et densément habitée dont la richesse repose sans doute dès l’origine sur l’élevage ovin et l’agriculture 1 ;

– elle est bien placée sur l’isthme syrien au carrefour des courants d’échange à plus grande distance entre Mésopotamie, Anatolie, Méditerranée, Égypte, régions riches et peuplées productrices de biens et de « matières premières ». Densité de la population, production, échanges, lui ont permis d’être presque toujours une grande cité marchande. Les souks et les khans (caravansérails), coeur de la vieille ville mamelouke et ottomane, centre traditionnel des échanges, attestent encore de cette longue histoire et notamment de la prospérité d’Alep au cours des siècles ottomans, prospérité qui se prolonge jusqu’à présent, malgré un parcours parfois hésitant.

Le souk, un monde inscrit dans la durée

« Le crédit participe de tout échange économique de négoce ou de boutique » (Fontaine 2008).

La tradition des marchands. L’économie du souk

2Le monde du souk, celui des marchands ayant boutique ou bureau, se proclame gardien d’une tradition qui remonte au Moyen Âge (Rodinson 1973), celle d’une « économie morale » basée sur le crédit et la confiance, qui caractérisait aussi l’économie de l’Europe préindustrielle (Fontaine 2008). Ces hommes du négoce insistent sur leur attachement aux « codes des valeurs », à un ethos du commerce transmis et partagé par un milieu qui sait reconnaître les siens. Dans le souk, monde du marchandage et de la négociation, les transactions économiques s’inscrivent dans des rapports sociaux personnalisés ; les relations marchandes s’appuient sur la connaissance qui fonde la confiance.

3Clifford Geertz (1979) a analysé les critères et les mécanismes sur lesquels se construisent dans le souk connaissance et confiance : les hommes qui échangent et qui négocient, se concurrencent et s’évaluent. Les marchands, leurs partenaires, leurs clients, sont appréciés en fonction de ce qu’ils « sont », des personnes situées socialement, porteuses d’appartenances communautaires et locales, et d’une histoire familiale que résume leur nom et que traduit souvent leur « nisba » ; mais aussi, des personnes appréciées pour leur moralité et leur compétence dans l’art du négoce. La réputation reconnaît l’habileté et la solidité du marchand qui a su mesurer la prise de risque, saisir les opportunités, répondre aux aléas du marché, s’adapter à la conjoncture économique et politique locale ou internationale et qui respecte ses engagements.

4Dans le monde étroit et resserré du souk, les voisinages facilitent la publicisation des faits et gestes. Le souk est une place publique où se construit et se défait la réputation, source essentielle de la confiance et du crédit qu’on accorde. C’est pourquoi la quête de l’information, sur le marché et sur les transactions, les prix, les quantités, les produits, dont elles font l’objet, tout autant que sur les personnes avec qui l’on traite, y est constante et essentielle. Dans les transactions du marché, la connaissance qui fonde la confiance et la réputation fonctionne à la fois comme garantie et comme sanction ; le milieu a ses règles et ses arbitres et évite ainsi, bien souvent, de recourir à la justice officielle.

5Après la mise en place par le Baath, dans les années soixante, d’une économie centralisée fondée sur le secteur public et les grands monopoles d’État, des circuits commerciaux, fondés sur une éthique traditionnelle de sincérité et de solidarité, ainsi qu’une circulation financière informelle, plus ou moins héritières du souk, ont pu se maintenir à la marge, ou dans les interstices et les failles des institutions étatiques. En l’absence de banques privées, nationalisées en 1965, un fonctionnement libéral du commerce, de l’artisanat et de la petite entreprise s’est ainsi maintenu au travers des réseaux locaux et régionaux, le plus souvent sur la base de contrats d’association capital/travail suivant le principe traditionnel du partage des risques. Négociants du souk de la vieille ville et Khanjis jouent un rôle essentiel dans cette circulation.

  • 2 Bien que périodiquement entamé par les sécheresses, le troupeau d’ovins syrien n’a cessé d’augmente (...)
  • 3 La pistache, produit relativement cher, est aussi une spécialité d’Alep et en arabe la pistache se (...)
  • 4 L’huile et le savon ne sont évidemment pas aux mains des mêmes entrepreneurs. Quelques grandes fami (...)

6L’activité traditionnelle des commerçants du souk de la vieille ville concerne surtout des produits élaborés et riches, bijoux, tapis, épices, soieries et autres tissus, chaussures, ou encore certains produits alimentaires ou d’origine végétale (savon, huile d’olive, pistache) qu’ils distribuent et exportent. Les Khanjis sont surtout installés dans des khans des anciens faubourgs orientaux, là où les pistes et les routes de la steppe et du désert venant du sud et de l’est entrent en ville. Négociants et grossistes, ils se réservent le commerce avec le monde rural tribal et bédouin : ils traitent essentiellement des produits de l’élevage ou de l’agriculture dont ils sont les distributeurs pour une vaste région. L’élevage pastoral n’a pas été nationalisé, ni le commerce de ses produits : viande, fromage et beurre, peau et laine, et celui-ci a pris une ampleur considérable au cours des dernières décennies.2 Or la réputation d’Alep comme centre de ce négoce est immémoriale. Peu touchés par la réforme agraire et les nationalisations des années 1950 et 1960 3, d’autres produits d’une agriculture régionale spécialisée ont eu et ont encore un rôle très important : huile d’olive et savon 4, pistaches et autres graines et oléagineux.

7Les négociants de la vieille ville et Khanjis, grâce à leurs réseaux de fournisseurs, de courtiers et de clients, qu’ils entretiennent par le crédit, ont drainé et irrigué l’économie régionale. Ils ont ainsi maintenu leur activité pendant la période baathiste en dépit des nationalisations et du système coopératif mis en place dans les années soixante-dix pour les court-circuiter. L’importance de ce circuit parallèle au secteur public est difficile à mesurer, mais elle a été certainement essentielle dans le maintien d’une certaine prospérité à Alep pendant toute la période et dans l’accumulation de liquidités disponibles à l’investissement. Plus souple, moins impersonnel et plus adapté aux besoins du monde rural que le système de crédit étatique offert par la Banque agricole, le crédit « privé » octroyé par les marchands, inscrit dans le temps les relations d’Alep avec sa région, lie la campagne à la ville de saison en saison. La chaine du crédit qui relie le khanji aux petits producteurs permet non seulement de capter le produit et de fidéliser la clientèle mais aussi de relancer la production après les périodes de sécheresse ou de crise. Un temps interrompues ou affaiblies par la réforme agraire, ces relations ont repris de l’importance dès les années 1980.

Intermédiaires, réseaux

8Le souk a ses règles et ses hiérarchies : la force du marchand, homme du grand négoce ou de la boutique, sur la place d’Alep en particulier, réside aussi dans le nombre et la qualité des intermédiaires qu’il a su choisir et fidéliser, dans les relais et les agents qu’il a su établir en province dans les villes et les campagnes ou à travers le monde. Le souk vit ainsi de la trame visible et invisible des réseaux qui se croisent, entretenus par une multitude de commissionnaires (komisyonji), courtiers, « ramasseurs d’argent », maillons des chaînes du crédit, qui irriguent la société, alimentent le commerce, financent la production, captent le produit et relient Alep à son arrière-pays industriel et agricole. À ceux-ci s’ajoutent, intermédiaires tout aussi indispensables, les transporteurs, hier caravaniers, aujourd’hui camionneurs, qui comme les Khanjis appartiennent à des tribus de l’Est ayant d’importants et anciens ancrages dans les quartiers est de la ville ainsi que dans les villes étapes des routes conduisant jusque dans la Péninsule arabique.

  • 5 C’est là que réside l’informel dans un système étatisé où l’on se défie de l’État et de ses institu (...)

9La force d’Alep réside dans l’étendue, la densité, la diversité, la profondeur de ces réseaux et des circulations qui les empruntent. L’étude de cas de la bourse du fil au khan ‘Olabiyé (voir infra Paul Anderson) nous montre une face cachée du souk, qui ne s’expose pas aux consommateurs, aux touristes, mais où se font des affaires. Elle met en relief la distribution des rôles et des statuts dans la chaîne des opérations : si le commerce c’est vendre et acheter, faire circuler et travailler l’argent, les « gens du commerce » ne sont pas tous des « marchands ». La sédentarité et la visibilité du commerçant présent à la boutique, celle du négociant à son bureau dans le khan, ou encore celle de l’entrepreneur relié à internet avec l’international, au fait de la mondialisation, ne se conçoivent pas sans la mobilité des courtiers. Ces gens du commerce qui font circuler l’argent et le produit 5, qui captent les clientèles, apportent au marchand par leurs réseaux personnels, communautaires, locaux ou professionnels, une garantie de la solvabilité et de la fiabilité des clients ou des fournisseurs. Ces intermédiaires travaillant à la commission à la différence du marchand, n’engagent pas de capital financier propre dans les transactions, ne prennent pas les mêmes risques, d’où leur statut inférieur sur la place, mais ils engagent aussi leur réputation et par suite leur crédit. Tout autant que pour les marchands, les relations qu’ils nouent autour du crédit dans les transactions qu’ils opèrent s’inscrivent dans des rapports personnalisés, sont un échange pas seulement économique et social mais de « valeurs ». Ainsi, intermédiaires, agents et clients, tous les maillons de la chaîne connaissent et partagent les règles. Pour tous, la réputation fonctionne comme un « capital symbolique », auquel le groupe solidaire apporte sa caution, et qui se construit dans le temps.

10Toutefois le discours des marchands sur l’éthique du souk, sur une tradition maintenue dans les rapports internes, laisse en suspens la question essentielle des pratiques et celle de la manière dont cette éthique s’accommode du système de corruption et de racket mis en place à tous les niveaux de l’État syrien actuel. La place publique, lieu de la publicisation où se joue la réputation n’exclut pas les compromissions. Marchands et courtiers connaissent les arrangements. La bourse du fil fonctionne le soir entre courtiers, après le départ des marchands respectables qui refusent de se livrer à ce jeu spéculatif, mais qui ne se privent pas de passer discrètement des ordres à leurs courtiers.

11La souplesse que laisse le régime au jeu du commerce et de l’informel, sa plus ou moins grande tolérance dans l’application des réglementations, fixe les limites dans lesquelles il le contient. La tolérance maintient dans l’incertitude et la vulnérabilité ceux qui en bénéficient ; et rend les protections nécessaires. Les affaires s’accommodent des compromissions qui s’opèrent dans l’ombre, en coulisse, de ce dont on ne parle qu’en aparté.

12Car l’État baathiste reste souverain. Il contrôle les frontières, interdit, autorise, ou taxe, entrées et sorties des marchandises et des devises, intervient sur les prix ou les cours locaux des produits. Le commerce international, tout comme l’industrie, sont étroitement dépendants de la législation sur les changes, des réglementations et de la rigueur ou de l’arbitraire de leur application. Dans la conduite des affaires en Syrie, un des risques majeurs réside dans l’incertitude de cette application, dans l’appréciation de la tolérance et du jeu qu’autorise le fonctionnement du système.

13Les grands marchands alépins, les têtes de réseaux, spécialisés dans l’import-export, qui croisent et articulent le marché local et l’international sont directement confrontés au pouvoir ; ils ont nécessairement à négocier, à traiter avec lui pour leurs affaires.

14Par-delà le dynamisme, les réseaux ou le savoir-faire de ses marchands, la prospérité du marché dépend des ouvertures autorisées, de l’attitude du pouvoir de Damas à l’égard d’Alep, métropole contestée, ville dont se méfie la capitale. L’inscription de la ville dans la mondialisation accentue cette dépendance, elle passe nécessairement par des clefs et les personnes qui les détiennent.

Temporalités, dynamisme et aléas

Le commerce est un jeu sur les prix, les produits et le transport

15Les relations qu’Alep a su établir, dans les frontières actuelles, avec son arrière-pays agricole sont aujourd’hui relativement assurées. Le destin du grand commerce et de l’industrie qui nécessitent pour leur approvisionnement ou leurs débouchés le franchissement des frontières est par contre beaucoup plus soumis aux aléas des décisions de la politique nationale et internationale. L’économie alépine en raison de la conjoncture a connu dans le moyen ou le court terme, au cours du xxe siècle, des temps de prospérité, d’arrêt ou de déclin, mais grâce au dynamisme du milieu et à la trame de la société, à ses réseaux, elle s’est montrée prompte à rebondir.

  • 6 La nouvelle réglementation autorise l’importation de matières premières, l’entrée de devises et la (...)

16En réponse à l’effondrement de la monnaie syrienne sur le marché des changes en 1985, et à la baisse dramatique du pouvoir d’achat des salariés qui s’ensuivit, le régime syrien a engagé une ouverture économique progressive qui s’échelonne sur deux décennies. La « période de transition » des années 1985-1995 caractérisée par une ouverture semi-libérale (lois de 1987, 1990, 1991) et une relative tolérance des autorités centrales, a facilité l’initiative entrepreneuriale et permis un développement spectaculaire du commerce et des activités de fabrication. En l’absence d’institutions bancaires et de compagnies d’assurances, le déploiement d’investissements que connaît l’économie alépine pendant cette période 6 s’opère selon les principes traditionnels de collecte de l’argent, en utilisant et en croisant les réseaux personnels et en rémunérant le capital sur la base de contrats d’association, de prise de parts. Le dynamisme de l’époque met en évidence les ressources de la société alépine, la quantité considérable d’argent disponible à l’investissement, la flexibilité qu’a pu apporter au marché alépin le fonctionnement d’une économie financière informelle, capable de mobiliser rapidement l’épargne de la bourgeoisie citadine comme celle de milliers de petites gens.

  • 7 Le paysage alépin a été profondément marqué alors et les traces n’en sont pas effacées, notamment d (...)

17Ce mode de fonctionnement ancien et éprouvé est alors mis en oeuvre à différentes échelles. Pratiqué à l’échelle familiale et communautaire ou en réseaux d’ampleur limitée, il a permis un nouveau développement de la petite industrie du textile, de la confection, de la chaussure, fonctionnant jusque-là dans des entreprises de petite dimension réparties entre des ateliers dispersés. Les débouchés essentiels de cette industrie sont alors le marché national protégé et les exportations en direction des régions de l’Union Soviétique les plus proches ou, après 1991, de la CEI en particulier, les républiques du Caucase 7. Les commerces du centre-ville d’Alep, notamment les commerces de chaussures et de vêtements, profitent aussi de cette dynamique, en développant leur présence dans le quartier d’Aziziyyé et en commençant à s’implanter ponctuellement dans le quartier Sabil.

  • 8 Des usines de cette époque sont des « palais » industriels aux façades en pierre de taille luxueuse (...)

18Mais à une échelle beaucoup plus large, et notamment suite à l’incitation étatique donnée par la loi n° 10 de mai 1991 sur les investissements, des masses très importantes de liquidités inemployées qui ne trouvaient plus de débouché, sont ramassées et investies dans des projets industriels d’une échelle plus large. La réussite rapide de quelques-uns, la soif des affaires chez beaucoup, provoquent des engouements. Les Alépins sortent leur argent et cherchent à le placer. La facilité de réunir du capital tente des commerçants ou affairistes sans expérience qui s’engouffrent dans des secteurs qui marchent, ajoutant de nouvelles usines à celles qui produisent déjà : certaines de ces usines ne sont jamais terminées, tandis que d’autres, à peine ouvertes, font faillite pour cause de surproduction dans le secteur, comme ce fut le cas par exemple dans l’impression sur étoffe ou pour certains biens d’équipement 8. Les opérations les plus catastrophiques ont été les crédits pyramidaux, censés rapporter jusqu’à 36%, enviés par les gens de Damas ou d’autres villes du pays.

19La fièvre d’investissement de l’époque provoque l’emballement et le dérèglement du système de la confiance fondée sur la connaissance, qui fonctionne alors sans garde-fou ; entre 1991 et 1994, des milliards de Livres syriennes disparaissent dans les oubliettes d’investissements risqués. Les déposants étaient séduits par l’idée de « faire de l’argent le plus rapidement possible », pour « vivre sans travailler » (voir infra Thierry Boissière). La ruine de dizaines de milliers de petits et moyens investisseurs n’a pourtant pas réussi à ruiner la ville et le pays. Il est resté de cette envolée inorganisée un tissu industriel, artisanal et commercial plutôt renforcé malgré le gaspillage. Quelques-uns de ces nouveaux entrepreneurs passés généralement par la « boutique » ont réussi et ont apporté un sang neuf à l’Entreprise.

20Cet épisode récent de développement industriel qui témoigne de l’esprit d’entreprise des alépins n’est pas sans rappeler celui qu’avait connu la ville dans les années quarante et cinquante ; il prend fin tout aussi brusquement. Paradoxalement alors que l’essor industriel de la période libérale des années cinquante est tué par les nationalisations, celui des années quatre-vingt-dix est menacé par l’ouverture libérale. Pour certains Alépins proches des entrepreneurs faillis, le régime avait pris ombrage de l’importance du succès et du risque qu’il représentait en échappant à son contrôle. En 1994, l’État cherchant à institutionnaliser le crédit, interdit le ramassage de l’argent, et sanctionne brutalement les entrepreneurs imprudents, aggravant les faillites et les fermetures d’usines. Mais sans doute était-il nécessaire alors d’assainir la situation rendue impossible par la gestion calamiteuse des apprentis financiers tels que K. dépassé par son succès, évoqué ici par Thierry Boissière et Paul Anderson.

21L’aventure avait été possible dans une ville capable de profiter des avantages d’une économie encore protégée. Malheureusement ce mouvement ne préparait certainement pas le tout venant des nouveaux entrepreneurs à l’ouverture du pays à la mondialisation.

22L’adhésion au marché commun arabe, l’ouverture de frontières, l’autorisation des banques privées qui accentuent l’ouverture libérale, sonnent le glas d’une jeune industrie syrienne de la transformation et de la confection, brusquement soumise à la concurrence des produits finis asiatiques. Certains petits et moyens industriels limitent ou arrêtent la fabrication et deviennent même importateurs de produits asiatiques. Mais en 2007, l’accord de libre-échange que conclut la Syrie avec la Turquie inaugure un nouvel épisode économique pour la grande ville du Nord syrien. La position géographique d’Alep et son histoire lui redonnent toutes ses chances. De nouvelles perspectives s’ouvrent alors auxquelles la société alépine est prête à répondre mais que les violences politiques qui éclatent en mars 2011 pourraient compromettre.

Croissance urbaine et extension du commerce

23Le souk de la vieille ville enserré dans ses murs anciens qui expriment la longévité et la permanence de la tradition marchande d’Alep reste un élément significatif du centre des affaires et une référence de la citadinité. La ville cependant se développe, croît, se modernise. Sa population a plus que doublé au cours des vingt dernières années. Passant de près d’un million d’habitants en 1981 à 2 132 000 en 2004, elle ne doit pas être aujourd’hui loin des trois millions. La superficie de l’agglomération a été pratiquement multipliée par cinq entre 1974 (3410 hectares) et 2007 (16 875 hectares). La multiplication et la diversification des zones commerciales qui suivent le développement des quartiers depuis la fin du xixe siècle attestent du dynamisme économique de la ville. La boutique, l’atelier, fonctionnent pour de nouvelles populations urbaines comme une voie d’intégration dans la ville. Les quartiers où celles-ci s’inscrivent et développent leurs activités économiques racontent l’histoire des immigrations du dernier siècle, hier Arméniens, chrétiens syriaques de Turquie et de Jéziré où ils s’étaient établis, aujourd’hui Kurdes et Turkmènes du nord d’Alep ou provinciaux des petites villes de l’Est.

24La métropole a drainé le succès et la misère de sa vaste région. À ces provinciaux, Alep renvoie l’image de la roue de la fortune. C’est la ville où les commerçants des petites villes qui réussissent viennent faire « travailler leur argent ». Ils montent à la ville en suivant la chaîne commerciale, empruntant les réseaux de leurs fournisseurs ou de leurs anciens patrons d’atelier, s’appuyant sur des réseaux locaux, communautaires ou confrériques. Alep est aussi la ville où l’on aboutit après une série de mauvaises récoltes ou quand la sécheresse a décimé le troupeau, la ville où l’on vient chercher du travail et du secours auprès des gens de même pays déjà établis.

25La multiplication des zones commerciales dans les nouveaux quartiers et l’extension de la centralité commerçante du souk aux quartiers résidentiels proches brouillent aujourd’hui l’organisation urbaine traditionnelle fondée sur le principe de séparation entre le centre d’activité économique ouvert à tous et les quartiers résidentiels marqués par la ségrégation communautaire. Le cas du quartier de ‘Aziziyyé illustre bien ce processus.

26La zone de centralité commerçante, après s’être développée à partir du souk de la vieille ville à la fin du xixe siècle sur des espaces hors de Bab al-Faraj, a gagné les nouveaux quartiers proches, d’abord Tilal, puis ‘Aziziyyé. Ce quartier chrétien et résidentiel de la fin du xixe siècle incarnait la modernité au temps du Mandat français et jusqu’aux années cinquante et soixante. Son ouverture au commerce a été le fait de commerçants chrétiens puis musulmans, nouveaux venus en ville ou qui, déjà installés dans différents sites, dédoublaient leur activité en ouvrant des boutiques plus « à la mode » pour répondre aux goûts de leur clientèle bourgeoise. Avec la croissance de la ville et le dynamisme économique, la modernité s’étant déplacée dans les nouveaux quartiers de l’ouest d’Alep, certains commerçants d’Aziziyyé y ont transféré leurs affaires, suivant ainsi leur clientèle. Les boutiques d’Aziziyyé ont été reprises par des commerçants citadins non alépins puis d’origine rurale. Au fil des décennies, la centralité commerçante d’Aziziyyé s’est accentuée, ses commerçants et leur clientèle changeant de statut, alors que la composante chrétienne demeurait plutôt stable à l’intérieur des immeubles. La ségrégation traditionnelle s’opère aujourd’hui au sein même du quartier entre une population majoritairement musulmane et plutôt populaire qui circule et commerce, et une population résidente plus bourgeoise et chrétienne qui occupe les immeubles et maintient l’entre-soi communautaire.

27Alep s’ouvre à la mondialisation actuelle et aux nouveaux styles de consommation. La modernité qu’incarnent les centres commercieux et les espaces de loisirs pour les jeunes générations, semble très éloignée du monde des souks et de sa tradition. Pourtant ces deux mondes ne sont pas étrangers l’un à l’autre et s’ignorent d’autant moins que nombre de marchands du souk ont investi dans les nouveaux quartiers, et que leurs enfants et souvent eux-mêmes, habitent les quartiers de l’Ouest. Ils peuvent y avoir aussi ouvert des commerces, mais beaucoup d’entre eux n’ont pas lâché la place qu’ils occupaient dans le souk de la vieille ville ou ses extensions et répartissent l’activité familiale sur plusieurs sites, y compris, pour certains, dans les centres commerciaux.

En guise de conclusion : dynamiser l’argent, une idée fixe et une nécessité vitale ?

28Une visite dans les quartiers populaires à l’est de la ville, ceux que l’on qualifie d’informels, illustre une autre mise en œuvre de l’esprit d’entreprise et de l’investissement familial. Dans ces quartiers qui naissent de la nécessité de se loger malgré l’insuffisance des moyens, les habitants ne se contentent pas de résoudre un problème de nécessité immédiate. Ils font aussi un pari sur l’avenir et pensent à la plus value qu’ils comptent obtenir. Leur démarche s’inscrit dans une certaine durée, avec une succession de petits investissements, l’achat d’une parcelle dans un lotissement clandestin, la construction d’une ou deux pièces, puis d’autres, puis plus tard enfin la transformation possible de la maison en un petit immeuble par modification du rez-de-chaussée et construction d’étages. En amont, la réalisation d’un lotissement clandestin n’a pas grand-chose d’informel autre que l’illégalité liée à l’absence de permis de construire, car la plupart du temps il ne s’agit pas d’une invasion de terrains, mais de partage d’un terrain agricole pour la vente, par un géomètre qui réserve l’espace pour la voierie et pour certains services, respectant les règlements d’urbanisme et le plan de la municipalité. Dans la même logique, l’ouverture d’une boutique dans une rue qui tend à devenir un petit souk de quartier répond à un besoin immédiat tout en s’inscrivant dans un projet familial à plus longue échéance. Les Kurdes fabricants de chaussures ont procédé de même dans leurs propres quartiers informels de Trab al-Hellok en ouvrant, il y a une trentaine d’années, de petits ateliers qui sont parfois devenus des entreprises importantes (Cornand 1997). Chaque moment de la vie fait partie d’un long processus d’investissement qui, si tout va bien, permet à la famille de progresser sinon de faire fortune.

29Alep, la ville marchande où l’argent tourne, où la roue du commerce entraîne les uns et ruine les autres, fait face aux aléas de l’histoire, s’étend, croît, intègre de nouvelles populations tout en maintenant sa personnalité.

Notes

1 La densité des tells témoins de l’existence d’une ville, en général de l’âge du Bronze, augmente en remontant vers le nord à partir de Homs et surtout de Hama. Elle est particulièrement importante entre Hama et Alep puis à l’est d’Alep. Elle souligne la densité de la population dans ces territoires. Les recherches archéologiques sur la ville d’Ebla à soixante-dix kilomètres au sud d’Alep, ancienne capitale d’un royaume important de l’âge du Bronze plus ou moins contemporain de celui d’Alep, ont montré la part essentielle de l’élevage ovin dans l’économie.

2 Bien que périodiquement entamé par les sécheresses, le troupeau d’ovins syrien n’a cessé d’augmenter ; il est passé de 6 millions de têtes en 1970 à 14 millions en 1990 et approche les 21 millions en 2010.

3 La pistache, produit relativement cher, est aussi une spécialité d’Alep et en arabe la pistache se traduit « fustuq halabi », « pistache d’Alep ». Elle est traditionnellement produite dans de vastes vergers aux portes de la ville au sud-est mais aussi plus loin vers le nord-ouest. Depuis quelques décennies de très vastes plantations ont été réalisées au nord de Hama avec l’aide ou l’association des Alépins. La commercialisation reste dominée par des commerçants alépins. Les négociants qui préparent et commercialisent ce produit d’une riche arboriculture suburbaine et villageoise, ne sont pas des khanjis des quartiers orientaux tribaux, mais des négociants du souk de la vieille ville, qui s’occupent aussi des pignons, des amandes, des raisins secs, des noix, etc.

4 L’huile et le savon ne sont évidemment pas aux mains des mêmes entrepreneurs. Quelques grandes familles de savonniers ont leurs usines en ville et leurs entrepôts dans la vieille ville. Les négociants khanjis en olives et huile d’olive ont leurs khans et leur souk aux portes ouest de la ville, du côté des régions productrices.

5 C’est là que réside l’informel dans un système étatisé où l’on se défie de l’État et de ses institutions : on peut se demander si ces fonctionnements se maintiendront lorsque les moyens de communication (informatique, portables) auront pénétré l’arrière-pays et quand le système libéral aura établi un réseau de banques, d’assurances et d’organismes privés de crédit.

6 La nouvelle réglementation autorise l’importation de matières premières, l’entrée de devises et la fabrication sous licence étrangère, mais pas l’importation de produits finis. Jusqu’à l’ouverture en 2004, l’industrie syrienne bénéficie donc d’un protectionnisme.

7 Le paysage alépin a été profondément marqué alors et les traces n’en sont pas effacées, notamment dans le centre traditionnel autour de Bab al-Faraj, avec les enseignes rédigées en russe. Quand ce commerce était actif, l’espace était jalonné par les ballots de tissus, de vêtements, de chaussures, en attente de chargement. La présence des femmes « russes » bien reconnaissables, en groupes, était remarquable…

8 Des usines de cette époque sont des « palais » industriels aux façades en pierre de taille luxueusement décorées, avec balustres aux balcons, inscriptions religieuses, al-mulk lillah (La propriété est à Dieu), sculptées avec le nom du propriétaire en belle calligraphie, comme autrefois…

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Le porche d’entrée d’un grand khan (caravansérail) ottoman, khan al-Wazir, à proximité des souks, consacré traditionnellement au grand négoce. Le petit édicule à colonnes au centre de la cour est une fontaine.
Crédits Abbé Bretocq vers 1920. Archives départementales de l’Eure, Evreux.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6682/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photo 2 : Un khan d’engraissage des moutons.
Légende Construit dans les années vingt à l’époque en périphérie de la ville.
Crédits J.-C. David, années quatre-vingt dix.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6682/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Photo 3 : Une boutique du souk ; marchand de tissu et clientes.
Crédits C. Delpal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6682/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photo 4 : Un carrefour sur l’axe principal des souks.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6682/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Photo 6 : La rue de la Grande Mosquée, percée dans les années cinquante, parallèle aux souks, desservait l’essentiel du centre-ville. Un système de dissuasion détourne maintenant une partie de la circulation automobile, dans un contexte de déplacement et de mutation des fonctions centrales.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6682/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Photo 7 : Le carrefour de la rue de la Grande Mosquée avec la Souweiqa, elle‑même interdite aux véhicules. Les Suzuki stationnent au début de la rue, attendant de charger ou de décharger la marchandise.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6682/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

Auteur

Docteur en anthropologie, chercheur associé au GREMMO

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540