Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alep et ses territoires

 | 
Jean-Claude David
, 
Thierry Boissière

Deuxième partie - Ville planifiée et ville spontanée, identité et pouvoirs locaux, centralisme étatique

Chapitre 11 – Aux marges d’Alep : les camps de réfugiés palestiniens

Yasmine Bouagga

Résumé

Comme de nombreuses métropoles de la région, Alep a été un lieu d’accueil pour les réfugiés palestiniens. Leur présence s’est inscrite durablement dans le paysage urbain, avec la pérennisation depuis soixante ans, des camps dans lesquels ils ont été regroupés. Ces espaces, en marge de la ville, entretiennent avec l’agglomération une relation complexe, entre intégration fonctionnelle et mise à distance symbolique : en effet, ils sont à la fois reliés au tissu urbain par le réseau routier, les transports, les services, et en même temps ils sont vécus comme des lieux à part. Le camp de Neirab, qui est le premier à Alep à avoir accueilli des réfugiés lors de l’exil de 1948, est situé à l’est de la ville, près de l’aéroport. Sur un espace très réduit (environ 15 ha), il héberge plus de 17 000 habitants. Le second camp, Aïn al-Tell (ou Handarat), situé au nord, présente une physionomie différente : sur une superficie semblable, il ne compte que 4 000 habitants. Les Palestiniens vivant en ville sont, quant à eux, une minorité : d’après les données de l’UNRWA (United Nations Relief and Works Agency), l’agence des Nations-Unies en charge des réfugiés palestiniens, les deux camps regroupent à eux seuls 70 % des Palestiniens enregistrés à l’UNRWA sur toute la région Nord.

Like many other important cities in the region, Aleppo hosts Palestinian refugees. The presence of Palestinians has become a durable feature of the urban landscape in the aftermath of their settlement in camps that began sixty years ago. These areas, located in Aleppo’s outskirts, have complex relationships with the centre. They are functionally integrated but symbolically marginalised. Palestinian camps are linked to the urban network through roads, public transports and services but at the same time they are perceived as being a world apart. Neirab camp was the first camp to welcome refugees from the 1948 exile. It is located in the Eastern part of the city, close to the airport. More than 17,000 people lived there in a small space (about 15 ha). The second camp, Aïn al-Tell (also known as Handarat), located in the North, presents a different physiognomy: it hosts only 4,000 residents on a similar surface. Palestinians residing in cities represent a minority. According to UNRWA (United Nations Relief and Works Agency), the two camps host 70% of registered Palestinians in the total Northern region of Syria.

خلاصة – كانت حلب، مثلها مثل عددٍ كبيرٍ من مدن المنطقة، مكاناً لاستقبال اللاجئين الفلسطينيين. وقد اندرج وجودهم اندراجاً مستداماً في المشهد المديني، مع ديمومة المخيمات التي تجمعوا فيها منذ ستين عاماً. تقيم هذه الفضاءات، الموجودة على هامش المدينة، علاقةً معقّدة، بين الاندماج الوظيفي والإبعاد الرمزي؛ فهي ترتبط بالنسيج العمراني بشبكة الطرقات ووسائل النقل والخدمات، كما أنّها في الوقت عينه تعاش بوصفها أماكن مختلفة. كان مخيّم النيرب أول مخيمٍ في حلب يستقبل اللاجئين بعد نكبة 1948، وهو يقع شرقي المدينة قرب المطار. يؤوي المخيّم الذي يحتلّ مساحةً ضيّقةً (نحواً من 15 هكتاراً) أكثر من 17 ألف نسمة. ويقع المخيم الثاني، عين التل (أو عندرات)، في الشمال على مساحةٍ معادلةٍ ولا يعد سوى 4 آلاف نسمة. أمّا الفلسطينيون الذين يعيشون في المدينة، فهم أقلّية : يضم المخيمان 70 بالمائة من الفلسطينيين المسجلين في وكالة غوث اللاجئين الفلسطينيين (الأونروا) في كلّ منطقة الشمال.

Texte intégral

Photo 1 : Au sud de l’aéroport d’Alep, la pression foncière semble plus faible. Une concurrence est claire entre la demande d’espace pour des logements informels et illégaux et l’activité agricole : culture des rosiers pour les sirops et confitures, à l’ouest, pistachiers et oliviers au sud et à l’est. Les deux zones d’habitat les plus denses sont l’ancien village de Neirab au nord, tout près des pistes d’atterrissage et le rectangle du camp des réfugiés palestiniens plus à l’ouest, à la limite des vergers de rosiers.

Photo 1 : Au sud de l’aéroport d’Alep, la pression foncière semble plus faible. Une concurrence est claire entre la demande d’espace pour des logements informels et illégaux et l’activité agricole : culture des rosiers pour les sirops et confitures, à l’ouest, pistachiers et oliviers au sud et à l’est. Les deux zones d’habitat les plus denses sont l’ancien village de Neirab au nord, tout près des pistes d’atterrissage et le rectangle du camp des réfugiés palestiniens plus à l’ouest, à la limite des vergers de rosiers.

Google Earth

Photo 2 : Le camp de réfugiés palestiniens, extrêmement dense !

Photo 2 : Le camp de réfugiés palestiniens, extrêmement dense !

Google Earth

Photo 3 : L’ancien camp de réfugiés syriaques, très dense et en bandes étroites, consolidé sous forme de petits immeubles.

Photo 3 : L’ancien camp de réfugiés syriaques, très dense et en bandes étroites, consolidé sous forme de petits immeubles.

Google Earth

Photo 4 : Camps de réfugiés arméniens photographiés vers 1925 par Vartan Dérounian.

Photo 4 : Camps de réfugiés arméniens photographiés vers 1925 par Vartan Dérounian.

Dérounian 2010

Photo 5 : Des maisons construites par les Arméniens entre 1925 et 1940, dans le quartier de Midan. Pour ces constructions encore modestes, avant d’utiliser la pierre de taille alépine, on a construit avec les grosses briques anatoliennes de terre crue

Photo 5 : Des maisons construites par les Arméniens entre 1925 et 1940, dans le quartier de Midan. Pour ces constructions encore modestes, avant d’utiliser la pierre de taille alépine, on a construit avec les grosses briques anatoliennes de terre crue

J.-C. David, années 1980.

Photo 6 : Midan, quartier de mécaniciens arméniens, puis kurdes.

Photo 6 : Midan, quartier de mécaniciens arméniens, puis kurdes.

J.-C. David, années 1980.

  • 1 Données démographiques de l’UNRWA, 2003.

1Comme de nombreuses métropoles de la région, la ville d’Alep a été un lieu d’accueil pour les réfugiés palestiniens. Leur présence s’est inscrite durablement dans le paysage urbain, avec la pérennisation, depuis soixante ans, des camps dans lesquels ils ont été regroupés. Ces espaces, en marge de la ville, entretiennent avec l’agglomération une relation complexe, entre intégration fonctionnelle et mise à distance symbolique : en effet, ils sont à la fois reliés au tissu urbain par le réseau routier, les transports, les services, et en même temps ils sont vécus comme des lieux à part. Le camp de Neirab, qui est le premier à Alep à avoir accueilli des réfugiés lors de l’exil de 1948 est situé à l’est de la ville, près de l’aéroport. Sur un espace très réduit (environ 15 ha), il héberge plus de 17 000 habitants. Le second camp, Aïn al-Tell (ou Handarat), situé au nord, présente une physionomie différente : sur une superficie semblable, il ne compte que 4 000 habitants. Les Palestiniens vivant en ville sont, quant à eux, une minorité : d’après les données de l’UNRWA (United Nations Relief and Works Agency), l’agence des Nations-Unies en charge des réfugiés palestiniens, les deux camps regroupent à eux seuls 70 % des Palestiniens enregistrés à l’UNRWA sur toute la région Nord1.

2La situation des camps de réfugiés palestiniens en Syrie est contrastée : certains, comme Yarmouk (Damas), sont très bien intégrés au système urbain (le camp est devenu un quartier populaire de la capitale en expansion) ; d’autres demeurent isolés de l’activité sociale et économique (c’est le cas de Khan Danoun, dans la campagne damascène). Les camps alépins ont une position plus mitigée, et surtout les évolutions récentes tendent à les intégrer dans les plans de développement de l’agglomération. En particulier, un programme de développement mis en œuvre par l’UNRWA vise à transformer les camps et à favoriser leur meilleure insertion urbaine. Dans le même temps, les camps sont, pour la première fois, intégrés par la municipalité au plan directeur de la ville d’Alep. La période actuelle correspond donc à un moment de mutation de la situation des camps par rapport à la ville. Ces changements s’accompagnent de tensions, qui mettent en lumière le paradoxe au coeur de la question des réfugiés palestiniens : un refus politique de toute installation définitive, dénoncée comme tawtin, et une exigence pratique de normalisation des conditions d’existence dans les camps.

  • 2 Les matériaux d’enquête ont été recueillis par observations et entretiens, d’août à octobre 2005 (d (...)

3Ce paradoxe, mis en lumière dans d’autres lieux (Destremau 1995), permet dans le cas d’Alep de mieux saisir les complexités du rapport entre la ville et ses camps du point de vue des habitants. Lieux de l’urgence, de la mise à l’écart, les camps sont aussi des instruments politiques, qui ont fait l’objet de réappropriation par les réfugiés eux-mêmes, pour qui ils matérialisent la conservation d’une identité propre. On s’intéressera tout d’abord aux pratiques et aux contextes spécifiques qui permettent de rendre compte de l’évolution et de la stabilisation des camps palestiniens d’Alep. Dans un second temps, on s’interrogera sur les visions de la ville déployées lors de la mise en œuvre du projet de réhabilitation : entre revendication d’un particularisme et acceptation pratique d’une normalisation, en quoi les enjeux moraux et identitaires affectent le rapport au camp et le rapport à la ville ? Cette réflexion s’appuie sur une enquête ethnographique dans les camps de Neirab et Aïn al-Tell2.

Évolution et stabilisation des camps d’Alep

  • 3 Je n’ai pas pu consulter de documents d’archives, ce qui constitue une limite importante pour l’écr (...)

4Pour comprendre les rapports entre la ville et ses camps, il faut tout d’abord s’interroger sur ce qui a conduit à créer des camps pour les réfugiés palestiniens arrivant à Alep, sur les choix qui ont amené à les constituer comme des lieux à l’écart de la ville, et sur le contexte institutionnel qui a permis leur stabilisation. Une véritable histoire des camps de réfugiés reste à écrire ; nous ne proposons ici que des pistes, constituées à partir des documents disponibles3 et des témoignages des habitants des camps de Neirab et Aïn al-Tell. Ce matériau, bien que lacunaire et souvent imprécis, présente l’avantage de pouvoir mettre en relation les manières d’habiter le camp avec les trajectoires sociales.

Une politique de l’urgence ?

5La création des camps, pour les pays du Proche-Orient qui accueillirent des réfugiés au moment de la « Nakba », constitue en premier lieu une réponse pratique à un problème logistique aigu. Lorsque les Palestiniens furent forcés de fuir les villes et villages de Galilée pendant l’automne et l’hiver 1948-1949, ils affluèrent en masse au Liban, de manière désordonnée. C’est depuis les camps provisoires qu’un encadrement se mit en place et des dizaines de milliers de Palestiniens furent acheminés, en train, vers les grandes villes du Liban et de Syrie. Les réfugiés furent accueillis le long de la ligne de chemin de fer, du littoral libanais à Homs, Hama et enfin Alep (Morris 1994, Doraï 2006, p. 46) ; ils furent placés sur des terrains mis à disposition par l’État d’accueil, souvent là où des infrastructures existaient déjà (camps militaires et caravansérails – khan – en désuétude).

6La majorité des réfugiés palestiniens arrivés à Alep se trouva regroupée dans les casernes d’un ancien camp de l’armée britannique (fig.1). Là, soixante baraquements furent sommairement aménagés pour les circonstances, comme le raconte un des habitants du camp :

  • 4 Entretien avec Abou Mahmoud, Neirab, septembre 2005.

« À Neirab nous avons été mis dans les baraques de l’armée. Les baraques étaient des bâtiments de 2,5 m sur 3,5 m, avec un grand couloir au milieu et 8 fenêtres de chaque côté ; chacune était divisée en 16 « chambres », une par famille ; les familles nombreuses qui avaient de la chance ont pu avoir deux chambres. (…) Il y avait des sortes de cloisons de séparation entre les chambres des baraques, des cloisons de 2 mètres, cela ne couvrait pas toute la hauteur…4 »

Figure 1 : Photographie ancienne du camp de Neirab en 1950.

Figure 1 : Photographie ancienne du camp de Neirab en 1950.

Source UNRWA

7Des aides d’urgence furent organisés rapidement. L’État syrien mit en place un comité de secours pour le camp, chargé de la distribution des dons publics et privés. Les militaires syriens aidaient aux secours tout autant qu’ils contrôlaient la population des réfugiés, surveillant les entrées et sorties du camp, qui était alors entouré de barbelés.

8C’est donc à l’écart de la ville que sont placés les réfugiés, dans un lieu qui permet à la fois de les secourir et de les contrôler, de faire face à la crise humanitaire et au risque politique. Quelques dizaines de familles seulement trouvèrent abri dans la ville d’Alep – soit parce qu’elles avaient les moyens de s’y loger, soit parce qu’elles ont eu la chance d’être prises en charge par des réseaux confessionnels organisés autour des églises, ou, plus rarement, des mosquées. Des casernes, khans et biens religieux furent mis à disposition (c’est le cas par exemple des logements du quartier Abu Bakr à Alep).

Le choix assumé des camps : une politique de l’identité palestinienne

  • 5 Jihane Sfeir-Khayat (2001) décrit cette période de flottement et de regroupements familiaux pour le (...)

9La politique à l’égard des réfugiés s’organisa dans l’urgence mais dessina rapidement des orientations particulières, en faveur du regroupement à proximité des centres urbains. Certaines familles de réfugiés qui avaient été dispersées dans les campagnes furent fortement incitées à venir rejoindre les camps, parfois tardivement. Cette politique « post-urgence » pourrait être caractérisée par son caractère idéologique plutôt que pragmatique ; en effet, il ne s’agissait pas de faciliter la distribution de secours mais d’empêcher l’intégration des réfugiés à la population locale. C’est ainsi que des camps pour les réfugiés palestiniens ont été créés bien après la période de l’exode, à Lattaquié (1955), à Damas dans le quartier de Yarmouk (1957) et à Alep : le camp de Aïn al-Tell, créé en 1962, devait permettre de regrouper à la fois les réfugiés dispersés dans la campagne alépine et la « population flottante » des réfugiés qui n’étaient pas encore fixés dans les camps5. La création d’un nouveau camp hors de l’urgence humanitaire signale bien ce lieu de regroupement comme un outil politique.

10Le choix de regrouper les réfugiés dans un camp renvoie en effet à des enjeux de politique internationale. Pour le gouvernement syrien, il s’agissait de maintenir les réfugiés comme une population distincte, revendiquant ses droits sur la Palestine. L’intention politique était clairement de contrer les plans onusiens visant à résoudre le problème des réfugiés palestiniens par leur intégration socio-économique dans les pays hôtes. En effet, alors que la situation politique ne permet pas d’envisager de retour en Palestine pour les réfugiés, les Nations Unies mandatent une mission chargée d’examiner les possibilités économiques d’absorption des réfugiés par les pays arabes limitrophes : la mission Clapp préconise une politique de grands travaux pour permettre l’intégration des réfugiés, et identifie la Syrie comme un des lieux (avec l’Irak) les plus propices à ce projet. C’est à la suite de cette mission que l’UNRWA est créée, organisation ad hoc et opérationnelle en charge d’assurer les secours mais aussi les travaux destinés à permettre cette intégration. C’est ce projet qui est dénoncé par les autorités syriennes comme une manière de solder - aux dépens des pays arabes comme des réfugiés palestiniens - le conflit né de la création de l’État d’Israël. Le terme de « tawtin » (intégration, assimilation) désigne ce risque d’une aliénation qui serait à la fois politique et identitaire ; la forme de regroupement des réfugiés en camp devait permettre de les protéger contre ce risque, de maintenir une identité palestinienne propre et une précarité garante du droit au retour.

  • 6 Les familles ayant ainsi accédé à la propriété ne disposaient pas alors d’un titre de propriété not (...)

11Ainsi, les camps ne sont pas tant caractérisés par la permanence de l’urgence, que par le souci persistant, à différents niveaux, d’entretenir et recréer continuellement du particularisme. De manière encore plus paradoxale, c’est ce souci de maintenir l’exil comme provisoire qui a mené à la création de structures durables : la création du second camp d’Alep en est un cas d’école. La création du camp d’Aïn al-Tell était motivée, on l’a vu, par le souci de regrouper des Palestiniens dispersés dans les campagnes, mais aussi par le souci de transférer ceux des réfugiés qui occupaient, en ville, des bâtiments dont la valeur foncière était devenue un enjeu important alors que la métropole alépine se développait. Cette création signifiait en même temps la pérennisation de la présence des réfugiés palestiniens à Alep. Pour créer ce camp, l’État syrien a, par l’intermédiaire de son administration spéciale en charge des affaires palestiniennes, exproprié des terrains de peu de valeur (il s’agissait d’anciennes carrières), et les a mis gratuitement à disposition des réfugiés pour bâtir leur demeure ; d’autres terrains ont pu être acquis par les familles qui en avaient les moyens, accédant ainsi à la propriété alors même que les lois concernant le statut des Palestiniens en Syrie ne le permettaient pas en théorie6. La priorité était au regroupement des Palestiniens, ce qui a facilité leur implantation locale, comme il apparaît dans la trajectoire familiale d’un des réfugiés de Aïn al-Tell :

« Omar est un jeune enseignant de 27 ans. Sa famille, originaire de Saint-Jean d’Acre (Akka), avait fui la Palestine via le Liban au moment de la « Nakba ». Pris en charge par la Syrie, ils ont été hébergés dans le village de Jisr al-Choughour, où l’on manquait de main-d’œuvre agricole ; son grand-père travaillait comme mécanicien dans le village. À la fin des années 1950, le gouvernement syrien leur proposa de s’installer à Aïn al-Tell. Ils arrivèrent en 1961, achetèrent une parcelle à un propriétaire syrien où ils bâtirent la maison que les parents d’Omar occupent actuellement. Omar a fait construire en 2008 un étage à la maison, doublant la surface habitable, pour pouvoir s’y installer avec sa future épouse. »

12Pour la famille d’Omar, la politique de regroupement en camp a constitué une opportunité pour accéder à la propriété, dans un lieu peu éloigné de la ville, qui a permis aux enfants de suivre des études et d’aller à l’université. Destiné à matérialiser le provisoire, le camp est devenu, dans les pratiques de ses habitants, un lieu normalisé où l’on peut projeter un avenir.

Les conditions de la normalisation

13À Neirab aussi cette normalisation eut lieu, avec une banalisation du fonctionnement du camp. Dès la fin des années 1950, entrées et sorties ne sont plus autant surveillées et le quotidien s’améliore. Comme le décrit H. Jaber à propos du camp de Wihdat en Jordanie, l’aspect quasi « carcéral » du camp cède rapidement la place à une stabilisation, une reconstruction (ou réinvention) des liens sociaux et des activités économiques (Jaber 1996 : 2002). Trois facteurs permettent d’expliquer ce processus de normalisation du camp : le contexte institutionnel (en particulier avec le rôle de l’UNRWA), le statut juridique dont jouissent les réfugiés palestiniens et les initiatives individuelles de ces derniers pour améliorer leur quotidien.

Contexte institutionnel

  • 7 Selon Hana Jaber, l’agence « entérine la confusion entre la dimension politique et la dimension hum (...)

14Dès le début des années 1950, les réfugiés palestiniens de Syrie sont encadrés par deux administrations. La plus connue, internationale, est en charge des actions de secours et de développement. Il s’agit de l’UNRWA, créée en 1950 (l’organisme a été créée en 1949 mais ses opérations débutent en 1950) pour assurer l’intégration des réfugiés palestiniens dans les pays d’accueil, comme l’avait préconisé la Mission Économique (Mission Clapp)7. En institutionnalisant l’exil, l’UNRWA va cependant avoir un rôle exactement inverse (Schiff 1965 ; Husseini (al-) 2000).

15Alors que l’agence onusienne voyait les camps comme « démoralisants » et comme un obstacle à l’intégration socio-économique des réfugiés dans les pays d’accueil (UNRWA 1983), elle fut contrainte de fait d’accepter la nouvelle réalité géographique. Des protocoles furent signés avec les autorités, délimitant le rôle de l’agence onusienne et les responsabilités des gouvernements nationaux.

  • 8 La distinction entre camps officiels et camps non officiels, qui apparaît dans les statistiques de (...)

16Une véritable administration se mit en place, avec des centres de distribution régulière d’aide alimentaire (qui fonctionneront jusque dans les années 1970), des écoles et des dispensaires médicaux, présents dans tous les camps8.

17Cette présence institutionnelle marque fortement la physionomie de Neirab - les écoles sont signalées par le drapeau onusien qu’un poète du camp cite, dans ses œuvres, comme un symbole de ses souvenirs d’enfance (Abou Rahman 2001). Plus largement, la présence de cette institution commune à tous les réfugiés palestiniens, dans leurs différents lieux d’exil, a constitué un élément très fort de construction d’une conscience commune (Husseini (al-) 2000 ; Peteet 2005). L’UNRWA assure les services humanitaires, éducatifs, médicaux, tandis que les autorités locales assurent les pouvoirs de police et ont la responsabilité de l’équipement en infrastructures (routes, réseaux d’eau, d’électricité, etc.) d’une zone dont elles conservent la propriété foncière. Il n’est pas indifférent toutefois que ce soit l’UNRWA qui assure la partie « visible » des services, celle qui implique davantage de relations de face-à-face entre l’administration et ses usagers : le quotidien des camps est ainsi fortement marqué par la présence de l’agence onusienne et de ce fait distingué du reste de la ville ; l’agence intervient très peu dans Alep, bien qu’elle y ait son siège local.

  • 9 Le sigle renvoie au nom anglais de l’administration : Government Administration for Palestine Arab (...)

18Au niveau de l’État syrien, une administration spécialement créée, le GAPAR9, est en charge de l’état-civil, de la sécurité, et de la supervision de toutes les activités menées dans les camps. Cette administration ne mène pas d’intervention spécifique dans les camps mais exerce un fort pouvoir de contrôle, voire d’interdiction, d’activités politiques ou associatives. De ce fait, elle n’est pas très bien vue par les réfugiés, qui estiment qu’elle ne leur apporte aucun service et ne constitue rien d’autre qu’une émanation d’un pouvoir policier, ou même corrompu. Le GAPAR a cependant manifesté, tout au long de l’histoire des camps en Syrie, une tolérance assez large, de sorte que s’il n’a pas impulsé de développement dans les camps, il a autorisé les initiatives individuelles pour l’amélioration de l’habitat.

Un statut juridique favorable à l’installation

  • 10 Ces dispositions ne sont donc pas valables pour les Palestiniens d’Irak qui ont fui la guerre en 20 (...)
  • 11 La zone d’extension du camp (en particulier au sud, au-delà de la ligne de chemin de fer), constitu (...)

19Un autre facteur de normalisation est le statut accordé aux Palestiniens. Si la Syrie n’est pas signataire des Protocoles de Genève relatifs aux réfugiés, et donc ne reconnaît pas à ces derniers de protection particulière, elle a adopté à l’égard des Palestiniens une politique relativement favorable. Les réfugiés palestiniens arrivés en Syrie avant 195510, et leurs descendants, ont un statut de « résidents temporaires », sans limitation de validité. Ce statut particulier leur donne des droits identiques à ceux des citoyens syriens, à l’exception des droits politiques. Ainsi, les Palestiniens de Syrie (contrairement aux Palestiniens du Liban) ne subissent aucune restriction en termes d’accès au marché du travail, y compris à la fonction publique, à l’éducation et aux autres services. Les restrictions en termes d’accès à la propriété existent (interdiction d’acheter des terres agricoles ou des locaux commerciaux, et interdiction de posséder plus d’un logement), mais elles sont facilement contournées : on l’a vu pour le cas de Aïn al-Tell, c’est aussi le cas pour Neirab11.

Initiatives individuelles

  • 12 Cette carence est due en partie à de la négligence des institutions (en particulier syriennes) mais (...)

20Dès la fin des années 1950, l’habitat à Neirab devient de moins en moins provisoire et précaire. Officiellement nommé, au début, al-Madhafa al-Awla ( « le premier abri ») – appellation soulignant le caractère temporaire du camp – il s’est finalement installé dans la durée et a pris le nom du village avec lequel il se confond de plus en plus, à mesure des extensions des deux côtés. Cette normalisation n’a pas été le produit d’interventions planifiées12, mais d’initiatives individuelles additionnées à l’échelle du camp.

21Les réfugiés, installés dans les baraques, se sont efforcés de les transformer en lieux d’habitation, par des modifications et des empiètements progressifs sur les espaces vacants. Les constructions, d’abord en glaise, et plus tard en ciment, se sont faites de manière anarchique, sans aucune planification urbaine. Le GAPAR, qui restait propriétaire du terrain, était responsable de la délivrance de permis de construire, mais n’exerçait qu’un contrôle minimum, se réduisant à la résolution de querelles de voisinage. De cette absence de planification a résulté une utilisation frénétique de l’espace, bien visible lorsqu’on visite le camp : la densité du bâti est extrême, les espaces publics réduits à l’infime, au point que seulement deux rues sont accessibles aux véhicules, les autres voies de communication étant des ruelles où deux personnes peuvent à peine se croiser.

  • 13 Source : entretien avec Abou Hussein, Neirab, septembre 2005.

22Ce sont aussi des initiatives privées qui ont permis le développement de l’équipement du camp : ainsi, avant que les autorités syriennes n’acceptent de relier le camp au réseau d’électricité, des habitants se sont constitués en petites coopératives pour acheter un générateur et fournir l’électricité à leur quartier13. Les infrastructures du camp se développent donc de manière autonome par rapport à celles de l’agglomération urbaine d’Alep, tant que la ville ne reconnaît pas la réalité de la présence permanente des réfugiés.

Une prise en compte progressive : les évolutions des années 1970

23À mesure que s’éloignent les perspectives concrètes de retour des réfugiés sur leur terre d’origine, des interventions planifiées sur le camp l’intègrent davantage au système urbain. Les infrastructures en particulier se développent, comme le raconte un habitant du camp de Neirab :

  • 14 Source : idem.

« C’est seulement au milieu des années 1970 que le gouvernement syrien est intervenu pour mettre en place les réseaux d’eau, d’électricité, d’égouts. Avant, l’État ne s’occupait pas trop des réfugiés, il pensait que le séjour serait provisoire… mais dans les années 70 ils ont fini par se rendre compte que la situation allait durer, que nous étions là pour longtemps et ils ont décidé d’améliorer la situation du camp14. »

24L’homme qui parle est un personnage important dans le camp : « Community Liaison Officer » pour l’UNRWA, il a en charge de représenter les intérêts des réfugiés, mais aussi de préserver la mémoire de sa communauté. Sa famille, originaire d’un village de Galilée (Jish), était importante par le nom mais est arrivée en Syrie dans le dénuement le plus total ; lui-même était tout jeune enfant. Il a grandi dans le camp, fait des études universitaires et est devenu professeur d’anglais à l’école de l’UNRWA dans le camp ; ce statut social lui a permis de reconstruire sa maison de manière moderne et confortable. Un autre exemple d’ascension sociale est celui d’Abou Mahmoud, fonctionnaire également, qui explique comment il a pu faire construire une maison cette fois hors des limites officielles du camp, sur un terrain agricole qu’il a acheté à un propriétaire privé du village de Neirab :

« J’étais fonctionnaire ; j’avais en plus les revenus d’une épicerie, que je tenais de mon père – autrefois mon père travaillait dans une usine sidérurgique ; avec sa prime de retraite il a acheté une boutique et tirait des revenus de ce commerce pour sa retraite. J’ai hérité du commerce de mon père, parce que mes frères avaient tous une meilleure situation que moi. Mon frère a travaillé en Algérie et il est revenu avec un bon pécule (et une femme !), et il a acheté une maison en ville. Mon autre frère a émigré aux Émirats ; l’autre en Libye et le quatrième en Arabie Saoudite. Ils se sont tous installés en ville et ont accepté que j’hérite de la boutique, parce que j’étais le seul à n’avoir pas pu émigrer. J’ai pu acheter un terrain après cinq ans et faire construire. »

25Dans les années 1970, avec la tolérance tacite des autorités syriennes, le camp de Neirab déborde de ses limites officielles, et s’étend vers le sud (photos 1-2). Les Palestiniens qui ont fait fortune, en particulier grâce à l’émigration dans le Golfe à l’époque du boom pétrolier, soit s’installent en ville, soit achètent des terrains agricoles privés (en contournant les restrictions d’accès à la propriété) et construisent de nouvelles habitations sur une zone appelée depuis « l’extension » du camp. Extension informelle, elle est cependant reconnue de fait par les autorités locales qui procèdent aux raccordements aux réseaux d’eau et d’électricité. La période des années 1970 correspond ainsi à une amélioration des conditions socio-économiques de certains des réfugiés palestiniens, qui a une répercussion sur la physionomie même du camp, mais davantage à sa périphérie qu’en son centre. Bien que les liens avec la ville se renforcent, puisque certains des réfugiés du camp peuvent s’y installer, l’intégration au réseau urbain demeure limitée. D’autre part, sur le plan des représentations, les habitants renforcent leur conception d’une entité distincte, le camp étant vu comme le lieu privilégié d’une identité propre. La spécificité palestinienne du camp est ainsi affirmée dans l’espace, à travers la toponymie et l’iconographie : les noms des rues renvoient aux villes de Palestine, et les murs sont recouverts d’affiches de militants nationalistes palestiniens, éléments qui, aujourd’hui encore, singularisent visuellement le camp d’autres quartiers de l’agglomération alépine.

  • 15 Ces remarques s’approchent du constat fait par K. Doraï concernant les camps de Tyr (2005).

26Ce retour sur l’histoire des deux camps d’Alep, Neirab et Aïn al-Tell, nous permet de voir comment ils se sont constitués non pas simplement comme des lieux de l’urgence et de la relégation, mais comme des lieux cristallisant l’expérience des réfugiés palestiniens en exil – dans une relation problématique à la ville d’Alep. Si un contexte institutionnel, juridique et économique a favorisé la normalisation des camps, en particulier à partir des années 1970, ces derniers restent moins bien équipés, en termes d’infrastructures, que la ville, et surtout moins dynamiques15. Les problèmes de logement identifiés dans le camp palestinien devaient toutefois amener à des interventions porteuses de rapprochements possibles avec l’agglomération alépine. En effet, à l’orée des années 2000, la partie « historique » du camp de Neirab présentait des conditions d’habitation très insalubres, du fait de la dégradation des baraquements anciens, et des constructions anarchiques qui ne permettaient pas d’assurer une hygiène minimale. Cet état de fait a conduit l’UNRWA à identifier le camp comme lieu de sous-développement, devant faire l’objet d’une intervention spécifique et systémique, au moment même où de telles interventions de développement urbain avaient lieu dans les quartiers populaires d’Alep.

Visions du camp, visions de la ville

27Le camp de Neirab, lieu historique de l’exil des Palestiniens à Alep, est devenu un lieu de cristallisation identitaire, un point de repère géographique pour l’identité des réfugiés ; c’est pourtant également un ghetto, un lieu de paupérisation d’où l’on tente de sortir dès qu’on en a les moyens, soit pour s’installer en ville, soit pour construire dans les extensions du camp. Le paradoxe est que, si les réfugiés restent dans le camp pour ainsi dire par défaut, parce que l’habitat y est moins cher, ils manifestent cependant un attachement très fort au lieu, comme matérialisation physique, géographique, d’une revendication politique – celle du retour. Dans ce contexte, le projet de l’UNRWA, sous-tendu par la vision d’une meilleure intégration du camp à la ville, ne pouvait que rencontrer des résistances. Pourtant, dans le même temps, certaines pratiques suggèrent la possibilité d’un dépassement des oppositions entre le camp et la ville, en négociant des attachements multiples, et des circulations renforcées entre les espaces.

Le projet, un point d’entrée de la mondialisation ?

  • 16 Les études réalisées par l’UNRWA à l’occasion de la mise en place de ces projets mettent en avant l (...)

28Malgré les améliorations de l’habitat décrites à propos du camp de Neirab et du camp de Aïn al-Tell, ces deux lieux étaient, au moment du lancement du projet, d’importantes poches de pauvreté, regroupant un grand nombre de travailleurs précaires et de chômeurs16. En particulier, la partie « historique » du camp de Neirab, constituée de la structure ancienne des baraquements et des ajouts successifs, se trouvait dans un état d’insalubrité préoccupant au tournant des années 2000. Les familles les plus pauvres étaient celles des locataires, foyers dont le chef de famille était souvent un ouvrier non qualifié, l’épouse ne travaillant pas, et ayant à charge plusieurs enfants ; beaucoup vivaient dans des logements insalubres et surpeuplés dans la zone des « baraques ». Pour répondre de manière globale aux problèmes de logement et aux difficultés socio-économiques, l’UNRWA avait entrepris un vaste projet de réhabilitation, incluant un volet physique de réhabilitation urbaine et un volet social.

  • 17 Voir Midterm Plan 2005. Les autres interventions de construction dans les camps conduites ces derni (...)

29Le projet devait être mis en œuvre en deux phases : la première consistait à « dédensifier » le camp de Neirab, en transférant trois cents familles parmi les plus mal logées dans des unités d’habitation neuves construites à Aïn al-Tell ; elle se déroula entre 2003 et 2009. La seconde, qui devait commencer fin 2009 - début 2010, consiste à détruire l’habitat insalubre à Neirab et reconstruire des immeubles d’habitation ainsi que des équipements collectifs. Ce projet intervenait, dans les années 2000, dans un contexte nouveau, et marquait dans une certaine mesure un changement du statut des camps, de plus en plus intégrés aux plans de développement. Au niveau de l’agence, le projet de réhabilitation du camp de Neirab traduisait un changement de politique. L’intervention planifiée pour la réhabilitation d’un camp était présentée par l’UNRWA comme un projet pilote17, puisqu’il s’agissait d’assurer l’avenir durable du lieu d’habitation des réfugiés, et ce dans la perspective d’une réorientation des activités de l’agence (UNRWA 2003a).

  • 18 Sur les quartiers informels et le masterplan de la ville d’Alep, je remercie Valérie Clerc (Ifpo) e (...)

30Au niveau des autorités syriennes également le projet peut être vu comme un début de changement d’orientation. Le plan de réhabilitation dans son ensemble reçut le soutien des autorités syriennes, et leur contribution financière fut importante. Autre élément digne d’être signalé : les camps de Neirab et Aïn al-Tell figurent depuis 2004 dans le plan directeur de l’agglomération d’Alep – identifiés comme des « zones informelles » devant faire l’objet d’interventions spécifiques18, dont la responsabilité est laissée à l’UNRWA. Les autorités syriennes ont cependant assuré le développement des infrastructures (routes, égouts, électricité) pour la nouvelle zone de Aïn al-Tell, construite sur des terrains expropriés au bénéfice du GAPAR. L’intervention de réhabilitation urbaine sur les camps palestiniens était donc mise sur le même plan que celles destinées à améliorer l’habitat dans les quartiers populaires syriens de l’agglomération alépine.

  • 19 Les recherches menées par la FAFO, et citées ci-dessus, peuvent être lues dans ce contexte.

31Pour comprendre ce qui a rendu possible le fait de considérer les camps de réfugiés sur le même plan que les autres zones dans l’agglomération d’Alep, il faut s’intéresser au contexte international. En effet, ce dernier était alors devenu plus favorable à une approche pragmatique de la question des réfugiés et des projets d’infrastructure (Husseini (al-) 2008). Après les accords d’Oslo, la question palestinienne eut tendance à se limiter aux territoires de l’Autorité palestinienne (la bande de Gaza et la Cisjordanie) et les pays arabes acceptèrent de plus en plus (dans les faits) la gestion de la population des réfugiés résidant sur leur territoire. Les initiatives socio-économiques se développèrent19 et les camps furent envisagés comme des zones comme les autres pour l’intervention développementiste et la planification.

32Le contexte international intervint à un autre niveau dans le projet : en effet, la mise en œuvre du programme de réhabilitation fut financée par des donateurs internationaux (les agences pour le développement de la Suisse, du Canada, des États-Unis, de l’Allemagne, et autres, ont contribué financièrement) qui imposèrent des normes internationales en matière de développement. Cette entrée de la mondialisation dans le camp via l’intervention développementiste apparut non seulement via le personnel recruté pour superviser le projet (des professionnels du développement, issus de pays développés) mais aussi via les concepts utilisés : ceux de sustainable development en particulier, un terme qui renvoie au souci de rendre les communautés autonomes de façon durable.

Les résistances des intéressés

33Alors que le projet de réhabilitation du camp de Neirab s’inscrivait dans un contexte favorable à ce genre d’intervention, il rencontra, comme les précédentes tentatives d’intervention de l’UNRWA sur l’habitat dans le camp, d’importantes résistances de la part des réfugiés.

34Sur bien des aspects en effet, ces procédures, justifiées sur le plan méthodologique, n’étaient pas acceptables par les réfugiés : tout d’abord, il n’était pas acceptable de parler de construction durable tant qu’une solution au conflit politique n’aurait pas été négociée ; la seule intervention politiquement acceptable était, selon ceux des réfugiés qui prenaient la parole lors des réunions de consultation organisées par l’UNRWA, une solution à la fois temporaire et sans limite de durée – comme leur carte de séjour en somme. Ensuite, il n’était pas acceptable pour les réfugiés de réduire leur dépendance vis-à-vis de l’UNRWA, car ils se représentaient cette dépendance moins comme un signe de vulnérabilité, que comme une garantie de l’attention internationale à la question palestinienne.

35Ainsi, lors des réunions de consultation entre les planificateurs de l’UNRWA et les bénéficiaires du projet, au cours desquelles devait émerger un consensus, une vision commune de la ville, s’exprimaient au contraire de fortes divergences. Des familles parmi les plus défavorisées exigeaient des garanties pour que leur participation au programme de relogement ne signifie pas un renoncement au droit au retour et demandaient que l’UNRWA étende ses programmes dans le camp plutôt que de favoriser l’accès aux services de l’État syrien. Cet aspect de la négociation de l’aide a été souligné ailleurs comme une manière de transformer la charité en droit (Feldman 2007). Il s’agissait également de s’assurer de la permanence d’une institution vue comme structurante de la conscience collective palestinienne. Un exemple peut permettre d’éclairer ces positionnements ambigus :

36Mustafa, jeune ouvrier non qualifié, était issu d’une famille pauvre et nombreuse, il continuait d’habiter, à Neirab, un logement insalubre sans pièce privative. Travaillant de manière irrégulière comme soudeur dans les ateliers de ferraille non loin du camp, il craignait l’idée de devoir sortir de ce milieu qui lui était familier. Il soutenait le projet de réhabilitation, en s’impliquant comme bénévole, et espérait pouvoir bénéficier d’une amélioration de ses conditions de vie ; mais dans le même temps, il critiquait sévèrement les risques de tawtin que ce projet impliquait et n’hésitait pas à prendre la parole en public pour dénoncer les « agendas secrets » de l’agence.

37Alors que le camp était vu par l’UNRWA comme une sorte de ghetto paupérisé, nécessitant une intervention non seulement sur l’habitat mais aussi sur les conditions socio-économiques, les habitants du camp l’envisageaient en même temps comme le lieu de préservation de la mémoire et de l’identité. Beaucoup d’habitants de Neirab, bien que vivant dans des conditions insalubres, refusaient ainsi l’opportunité qui leur était offerte de déménager dans l’autre camp et mettaient en avant l’importance des sociabilités qu’ils avaient tissées à Neirab, tandis que Aïn al-Tell, camp constitué après l’exil, n’avait ni la même histoire, ni le même dynamisme associatif. Ces discussions faisaient ressortir l’identification du camp comme lieu de réinvention de la communauté en exil (Bouagga 2006). Ce phénomène de création d’une « cosmologie nationale » a été décrit par L. Malkki : dans le cas des réfugiés hutus de Tanzanie, l’isolement spatial et social des réfugiés dans les camps a profondément influencé le processus de construction d’une identité commune et d’un imaginaire commun de l’exil. Le camp a été le moyen central pour affirmer une séparation par rapport aux « autres » catégories, pour résister à une forme d’assimilation (nationalization) et constituait en ce sens le lieu d’une pureté (« a locus of categorical purity » 1995, p. 3). Cependant, les réfugiés avaient aussi des raisons matérielles de vouloir conserver un certain mode de vie propre au camp : les relations de voisinage constituaient un tissu social essentiel pour faire face aux difficultés économiques (UNRWA 2006). Les femmes en particulier s’affirmaient très attachées aux réseaux de solidarité fondés sur l’interconnaissance proche - tant de la famille que des voisins, et surtout de la caisse de famille constituée sur la base de l’origine villageoise commune.

38Soulignons cependant que le projet de l’UNRWA (relogement de familles de Neirab à Aïn al-Tell et reconstruction d’habitations à Neirab), après avoir rencontré de fortes résistances, a fini par être accepté par la majorité des habitants du camp – ces derniers voyaient un intérêt à ce que les habitations soient reconstruites. Comme le rappelle J. al-Husseini, les réfugiés des camps acceptent le principe de l’intervention pour améliorer leurs conditions de vie, « à condition que cette amélioration ne vise pas le démantèlement ou la dissolution des camps, ou encore moins qu’elle porte atteinte à leur caractère temporaire ou au mandat de l’UNRWA » (2008, p. 47). La condition de réfugié, parce qu’elle est à la fois constitutive de l’identité politique et individuelle, et bancale (sa reconnaissance n’étant pas garantie), constitue le point sensible où s’articulent les conflits autour de l’habitat dans le camp : c’est parce que le camp matérialise la non résolution du conflit israélo-palestinien que les Palestiniens y sont attachés ; tant que le camp existe, il constitue un témoignage du tort qui leur a été fait, fondement du droit qu’ils demandent qu’on leur reconnaisse – un droit au retour, sinon effectif, tout au moins de principe. Il est à cet égard significatif d’observer qu’au moment même où le projet de développement se mettait en place à Neirab – et que selon toute vraisemblance le camp devenait davantage permanent – des associations pour le droit au retour se sont constituées pour organiser des conférences sur la notion de droit au retour mais aussi participer à des projets d’histoire orale et documenter tant sur l’histoire de l’exode que l’histoire du camp20. Bien que la réhabilitation du camp de Neirab ait été pensée en conjonction avec la réhabilitation des quartiers populaires d’Alep, elle n’a pas permis une meilleure intégration du camp à la ville : au contraire, pour des raisons politiques, et même morales, les habitants du camp ont exigé de maintenir la spécificité du lieu, comme distinct de la ville syrienne.

Diasporisation et pragmatisme des citadins

39Par certains aspects toutefois, on pouvait noter des éléments d’évolution dans le camp qui relèveraient d’un phénomène de diasporisation davantage propice à une intégration des réfugiés dans l’ensemble urbain. De nombreux auteurs ont réfléchi à la question de savoir si la communauté des réfugiés palestiniens constituait, ou non, une diaspora. B. Kodmani-Darwish estime qu’avec le processus de territorialisation de l’Autorité palestinienne, la situation des réfugiés palestiniens va devenir, de plus en plus, une situation définitive (1997 : xiii) : les liens avec la terre d’origine vont devoir être repensés, mais aussi les liens entre le camp et la ville. En effet, la relation diasporique se caractérise par un lien fort avec le pays d’origine, qui sert de fondement aux réseaux sociaux et économiques individuels, mais elle se caractérise aussi par un rapport pragmatique au lieu de vie. Lorsqu’un Palestinien habitant en ville (Bassam) décrit ceux qui vivent dans le camp (en l’occurrence, le Community Liaison Officer évoqué précédemment), on voit émerger deux attitudes contrastées par rapport à la ville et par rapport au camp : la ville est le lieu de l’ascension sociale, de la promotion individuelle, tandis que le camp, lieu de marginalisation économique, est aussi le lieu de conservation d’une mentalité propre, authentique et jugée positivement.

Bassam : « Il y a des gens qui se sentent isolés, en marge s’ils viennent habiter en ville, parce qu’il n’y a pas l’UNRWA, ils se sentent perdus et il y en a qui reviennent habiter dans le camp. Certains ne sont vraiment pas faits pour la vie en ville… Abou Hussein vient d’une grande famille, une très grande famille qui dominait vraiment dans le camp ; la plupart étaient membres du parti baath, ils étaient presque tous fonctionnaires de l’UNRWA ! (…) Et pourtant ils mènent toujours une vie de paysans… (…) Cette famille n’a personne en ville, ne joue aucun rôle à Alep, ils sont tous restés dans le camp, mais il n’y a pas d’entreprise possible dans le camp. Il y a vraiment une différence entre la mentalité palestinienne, simple (basit) et brave (tibbé) et la mentalité commerçante d’Alep… Pour s’imposer il faut aller en ville, c’est dans la vie citadine qu’un développement est possible. »

  • 21 Entretiens avec Bassam, septembre 2005 (avec son épouse), février 2006 et octobre 2009.
  • 22 Lisa Malkki décrit une telle relation « cosmopolitique » à la ville parmi les réfugiés des villes, (...)

40Dans ce commentaire qui tend à essentialiser la culture palestinienne « simple » par opposition à la mentalité commerçante d’Alep, on voit émerger en creux l’attitude plus pragmatique du locuteur. Bassam a grandi à Neirab, dans une famille originaire de Haïfa (une des plus grandes villes de la Palestine mandataire) ; après des études universitaires, il est devenu directeur d’école et a déménagé dans un quartier résidentiel d’Alep avec son épouse, enseignante ; comme il gère, en plus de son travail de fonctionnaire, une agence immobilière, les revenus du couple sont confortables. Ils ont adopté un mode de vie bourgeois éloigné des pratiques de sociabilité du camp mais Bassam se dit très attaché à Neirab, qui constitue pour lui un point de repère identitaire ; il est très impliqué dans la vie culturelle, associative et politique du camp21. Son épouse, en revanche, que sa situation professionnelle affranchit des dépendances aux solidarités locales, se dit heureuse de ne pas avoir à subir le contrôle social très fort dans le camp. Ce couple représente une trajectoire sociale ascendante, qui est à la fois la conséquence et la cause d’une renégociation des relations entretenues avec la ville, dans laquelle ils se fondent au même titre que, par exemple, la diaspora arménienne très importante à Alep. Bien que conservant une mémoire nationale spécifique, leur rapport à l’espace urbain local n’est pas celui du déni (repli dans le camp), mais celui d’une appropriation pragmatique22. Cette appropriation ne semble pas possible à ceux qui se sentent économiquement menacés, en situation précaire et vulnérable. Ainsi, on rencontre à Neirab des Palestiniens qui, après avoir habité en ville, avaient décidé de revenir au camp pour scolariser leurs enfants dans les écoles de l’UNRWA, faute de pouvoir s’offrir le privé. D’autres revenaient au camp dans un contexte de difficultés économiques, afin d’y bénéficier de conditions de vie moins chères. Le camp, quasi-ghetto par certains aspects, joue par d’autres aspects une fonction de protection contre la paupérisation. Il est apparu au cours de l’enquête que l’incertitude économique redoublait les craintes quant à la disparition de la spécificité distinctive des réfugiés.

41On voit à travers ce cas la complexité des rapports du camp et de la ville : ce n’est pas seulement le camp qui, comme lieu marginalisé, aurait besoin de la ville ; les Palestiniens issus du camp et habitant en ville continuent de s’y référer comme un point essentiel de leur identité. Non exclusive d’une intégration économique en ville, leur relation au camp semble dessiner un rapport diasporique à l’origine palestinienne que matérialise le camp. Ce rapport est cependant rendu possible par la mobilisation de ressources, économiques et sociales, qui restent inaccessibles à la plupart des réfugiés habitant le camp.

Conclusion

42Établis comme espaces à la marge de la ville, les camps palestiniens se sont peu à peu stabilisés, à mesure que la présence des réfugiés s’installait dans la durée. Le camp s’est progressivement normalisé, à la faveur de contextes internationaux, institutionnels, et d’initiatives individuelles qui ont laissé des traces dans les différentes strates de l’habitat. Lieux de vie et symboles politiques tout à la fois, les camps (et en particulier celui, historique, de Neirab), sont des espaces de relégation pour des populations paupérisées, et des espaces de fierté identitaire, sur lesquels toute intervention développementiste est extrêmement délicate. Les deux camps palestiniens d’Alep semblent en voie d’intégration à l’agglomération urbaine mais ils demeuraient, en 2010, des espaces marginalisés, peu dynamiques.

43Les efforts pour remédier à cette marginalisation semblaient compromis par l’attachement des réfugiés pour ce qui leur apparaissait comme le cœur de leur identité propre. L’amélioration des conditions de vie, nécessaire sur le plan pratique, était en même temps crainte comme un risque d’aliénation morale. Si la misère de l’existence dans ce lieu à l’habitat dégradé et aux faibles opportunités économiques était vécue comme intolérable, une intervention « développementiste » qui considérerait le camp simplement comme un ghetto à supprimer ne pouvait être non plus acceptable. Le rapport des réfugiés palestiniens à la ville d’Alep était donc marqué par l’ambiguïté : des échanges constants mais l’affirmation d’une autosuffisance, une progressive assimilation de fait et le rejet de cette assimilation. Un difficile équilibre devait être trouvé entre ces deux exigences morales – celle de l’amélioration des conditions de vie et celle de la préservation de l’identité et du droit des personnes. À la recherche de cet équilibre, les intervenants du développement, comme les habitants des camps d’Alep, tentaient de redéfinir les rapports du camp à la ville, entre inclusion et maintien d’une spécificité distinctive.

Notes

1 Données démographiques de l’UNRWA, 2003.

2 Les matériaux d’enquête ont été recueillis par observations et entretiens, d’août à octobre 2005 (dans le cadre d’un mémoire de master, ENS-EHESS, dir. Didier Fassin), en février 2006 (grâce à une aide financière du programme Asile, EHESS) et en octobre 2009.

3 Je n’ai pas pu consulter de documents d’archives, ce qui constitue une limite importante pour l’écriture de cette histoire des camps.

4 Entretien avec Abou Mahmoud, Neirab, septembre 2005.

5 Jihane Sfeir-Khayat (2001) décrit cette période de flottement et de regroupements familiaux pour le cas libanais.

6 Les familles ayant ainsi accédé à la propriété ne disposaient pas alors d’un titre de propriété notarié mais d’un contrat de cession validé par un tribunal, ce qui leur conférait pratiquement les mêmes droits quant au terrain.

7 Selon Hana Jaber, l’agence « entérine la confusion entre la dimension politique et la dimension humanitaire de la question des réfugiés » (2002, p. 240). Le libellé de la résolution du 8 décembre 1949 est le suivant :
«
The General Assembly ( …) establishes the United Nations Relief and Works Agency for Palestine refugees in the Near East :
- To carry out in collaboration with local governments the direct relief and works programmes as recommended by the Economic Survey Mission
- To consult with the interested Near Eastern Governments concerning measures to be taken by them preparatory to the time when international assistance for relief and works projects is no longer available. »

8 La distinction entre camps officiels et camps non officiels, qui apparaît dans les statistiques de l’agence, n’est en réalité pas pertinente sur le terrain. Les camps non officiels sont ceux qui ont été créés après la création de l’agence (comme Aïn al-Tell). L’UNRWA y prodigue les mêmes services que dans les camps officiels, à l’exception du ramassage des ordures.

9 Le sigle renvoie au nom anglais de l’administration : Government Administration for Palestine Arab Refugees. Le GAPAR s’appelait initialement PARI.

10 Ces dispositions ne sont donc pas valables pour les Palestiniens d’Irak qui ont fui la guerre en 2006 et n’ont pas bénéficié de cette protection (voir Gabiam 2006 sur ce « protection gap »).

11 La zone d’extension du camp (en particulier au sud, au-delà de la ligne de chemin de fer), constituée de maisons individuelles, sera bâtie, à partir des années 1980, sur des terrains achetés par les Palestiniens aux agriculteurs syriens (voir infra, le cas de Mahmoud).

12 Cette carence est due en partie à de la négligence des institutions (en particulier syriennes) mais aussi à l’opposition active des réfugiés envers toute intervention planifiée sur leur habitat. Comme le souligne un rapport de l’agence : « The refugees’ attitude to shelters was ambivalent ; on the one hand they sought improved camp standards, while on the other they disliked solid concrete quarters as indicating a degree of permanency which affronted their determination to return home » (UNRWA 1983, p. 82).

13 Source : entretien avec Abou Hussein, Neirab, septembre 2005.

14 Source : idem.

15 Ces remarques s’approchent du constat fait par K. Doraï concernant les camps de Tyr (2005).

16 Les études réalisées par l’UNRWA à l’occasion de la mise en place de ces projets mettent en avant les difficultés économiques auxquelles sont confrontés les réfugiés habitant Neirab et Aïn al-Tell.

17 Voir Midterm Plan 2005. Les autres interventions de construction dans les camps conduites ces dernières années concernaient des situations d’urgence, comme à Jénine ou Nahr al-Bared, camps totalement détruits lors d’opérations militaires.

18 Sur les quartiers informels et le masterplan de la ville d’Alep, je remercie Valérie Clerc (Ifpo) et Salwa Sakkal (Université d’Alep) pour leurs explications éclairantes et la documentation qu’elles ont bien voulu me communiquer.

19 Les recherches menées par la FAFO, et citées ci-dessus, peuvent être lues dans ce contexte.

20 On peut voir un exemple de ces activités sur le site internet http://www.palestineremembered.com/, qui contient des photographies du camp de Neirab.

21 Entretiens avec Bassam, septembre 2005 (avec son épouse), février 2006 et octobre 2009.

22 Lisa Malkki décrit une telle relation « cosmopolitique » à la ville parmi les réfugiés des villes, qu’elle oppose, dans son étude ethnographique, aux réfugiés des camps (1995).

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Au sud de l’aéroport d’Alep, la pression foncière semble plus faible. Une concurrence est claire entre la demande d’espace pour des logements informels et illégaux et l’activité agricole : culture des rosiers pour les sirops et confitures, à l’ouest, pistachiers et oliviers au sud et à l’est. Les deux zones d’habitat les plus denses sont l’ancien village de Neirab au nord, tout près des pistes d’atterrissage et le rectangle du camp des réfugiés palestiniens plus à l’ouest, à la limite des vergers de rosiers.
Crédits Google Earth
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Photo 2 : Le camp de réfugiés palestiniens, extrêmement dense !
Crédits Google Earth
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6677/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Photo 3 : L’ancien camp de réfugiés syriaques, très dense et en bandes étroites, consolidé sous forme de petits immeubles.
Crédits Google Earth
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6677/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Photo 4 : Camps de réfugiés arméniens photographiés vers 1925 par Vartan Dérounian.
Crédits Dérounian 2010
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6677/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Photo 5 : Des maisons construites par les Arméniens entre 1925 et 1940, dans le quartier de Midan. Pour ces constructions encore modestes, avant d’utiliser la pierre de taille alépine, on a construit avec les grosses briques anatoliennes de terre crue
Crédits J.-C. David, années 1980.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6677/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Photo 6 : Midan, quartier de mécaniciens arméniens, puis kurdes.
Crédits J.-C. David, années 1980.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6677/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 1 : Photographie ancienne du camp de Neirab en 1950.
Crédits Source UNRWA
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6677/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

Auteur

Doctorante en anthropologie à l’EHESS et associée à l’IRIS

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540