Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alep et ses territoires

 | 
Jean-Claude David
, 
Thierry Boissière

Deuxième partie - Ville planifiée et ville spontanée, identité et pouvoirs locaux, centralisme étatique

Chapitre 10 – Pratiques quotidiennes et modes de consommation des jeunes à Alep

Sophie-Anne Sauvegrain

Résumé

Les fast foods et cafés, plutôt luxueux et modernes, lieux de rencontre des jeunes en groupes généralement mixtes, sont de plus en plus nombreux dans certains quartiers chrétiens ou musulmans, proches du centre ou situés à l’ouest, accessibles essentiellement en voiture. Cette nouvelle culture jeune qui s’exprime par ces pratiques de consommation dans des lieux publics, offre sans doute la possibilité d’échapper à l’emprise du groupe familial et à la lourdeur de l’espace domestique alors que les conditions de l’entrée dans l’âge adulte évoluent. Nous tenterons de préciser l’histoire récente de ces modes de consommation, d’évoquer leur localisation, leur forme, leur décor, leurs prestations, leur fonctionnement et les noms qui leur sont donnés. Parallèlement, nous interrogerons les jeunes sur leurs pratiques, la perception qu’ils en ont et le sens qu’ils leur donnent. On se demandera enfin si ces pratiques et ces lieux conviviaux concernent l’ensemble de la jeunesse, et notamment celle d’autres quartiers et d’autres milieux. Un million et demi de jeunes Alépins ont moins de vingt ans ; la majorité d’entre eux habite dans les quartiers populaires au sud-ouest, au sud, à l’est, au nord, et ne va jamais consommer dans les lieux chics ou branchés du centre et des quartiers ouest. L’éventualité d’une large diffusion de ces nouveaux modes de consommation n’est pas seulement une question de topographie urbaine, de mobilité, de transports et de moyens économiques mais plutôt un problème d’accès à une culture urbaine mondialisée qui n’est pas uniformément partagée.

Fast food restaurants and cafes are quite luxurious and modern places for young, generally mixed groups, to meet in. These numerous locations are situated in central or Western Aleppo inside specific Christian or Muslim areas that are mainly accessible by car. This brand new culture of young adults is identified by the act of eating and drinking in public places. It probably allows young adults to escape the influence and control of their families as they begin their progression into independent adulthood. We will present the recent history of eating and drinking in public via their locality, form, setting, services, mechanisms and the names attributed to them. At the same time, we will interview these youngsters regarding their habits, their perceptions and the signification they put on them. Finally, we will investigate whether all young people are involved in this practice including those from different areas or socio-economic backgrounds. One and a half million young Aleppans are under twenty years old. Most of them live in working-class areas in South-Western, Southern, Eastern and Northern Aleppo. They would never eat in chic places of Central or Western areas. The very possibility of spreading this new type of consumerism does not merely concern urban topography, mobility issues and wealth, but also highlights the difficulty in accessing a globalised urban culture within differing cultural and economic environments.

في بعض الأحياء المسيحية والمسلمة، القريبة من المركز أو الموجودة في الغرب والتي يتم الوصول إليها أساساً بالسيارة، يتزايد باطرادٍ عدد مطاعم الوجبات السريعة والمقاهي، والتي تميل إلى الفخامة والحداثة، وهي أماكن للقاء الشباب على شكل مجموعاتٍ يغلب عليها الاختلاط. لا شكّ في أنّ هذه الثقافة الشابّة الجديدة التي تتجلّى عبر هذه الممارسات الاستهلاكية في الأماكن العامّة تقدّم إمكانية الإفلات من سيطرة العائلة ومن ثقل الفضاء المنزلي في حين تتطوّر شروط الدخول في سنّ الرشد. نحاول هنا توضيح التاريخ الحديث لأساليب الاستهلاك هذه وذكر تموضعها وشكلها وديكورها ومخصصاتها وآلية عملها والأسماء الممنوحة لها. لقد استجوبنا الشباب عن ممارساتهم وعن رؤيتهم لها وعن المعنى الذي يقدّمونه لها. لكنّ مليوناً ونصف المليون من الحلبيين الشباب أعمارهم أقل من عشرين عاماً ويسكن أغلبيتهم في الأحياء الشعبية في جنوب غرب المدينة وجنوبها وشرقها وشمالها، كما أنهم لا يرتادون أبداً الأماكن الفاخرة أو المشهورة في وسط المدينة وأحيائها الغربية. إنّ انتشار أساليب الاستهلاك الجديدة هذه ليست مسألة طوبوغرافيا مدينية فحسب، بل هي بالأحرى مسألة نفاذٍ إلى حضارةٍ مدينيةٍ معولمة ليست مشتركةً على نحوٍ متماثل.

Texte intégral

Photos 6-7 : Deux vues d’une terrasse de café dans la rue du Cinéma Zahra.

Photos 6-7 : Deux vues d’une terrasse de café dans la rue du Cinéma Zahra.

T. Boissière

  • 1 Les études sur la jeunesse arabe sont nombreuses, plus particulièrement au Maghreb (Meijer 2000 ; B (...)

1La multiplication des fast foods et autres cafés fréquentés par les jeunes dans certains quartiers d’Alep reflète la mondialisation des pratiques alimentaires mais sans doute est-elle aussi caractéristique de bien autre chose. L’affichage d’éléments nouveaux du mode de vie peut être, pour ces jeunes, un moyen de se redessiner une image personnelle ; mais un changement d’alimentation est une démarche plus significative que l’utilisation d’une automobile, de vêtements à la mode et de téléphones portables sophistiqués : elle affecte profondément la personne. Ces lieux de consommation alimentaire dans l’espace public n’offrent-ils pas surtout des possibilités d’échapper maintenant à l’emprise du groupe, d’acquérir une autonomie et d’affirmer sa personnalité ? Ils seraient alors des éléments d’un changement du rapport à la famille et à l’espace domestique et l’expression du développement de nouvelles pratiques de la ville, alors que les conditions de l’entrée dans l’âge adulte évoluent et que le temps d’attente de ce changement s’allonge. En effet, dans la plupart des sociétés modernes, une autonomie à l’égard des parents commence réellement avec le mariage qui, de nos jours à Alep et dans les milieux aisés de la ville, implique de préférence un domicile indépendant et un emploi. Les conséquences de la prolongation de l’ancrage dans la famille semblent pouvoir être atténuées, dans ces milieux, par l’adoption de comportements « modernes » censés favoriser l’épanouissement de la personnalité et permettre une apparence d’autonomie, du moins en attendant. Dans l’espace public de certains quartiers d’Alep, la visibilité croissante des jeunes en groupe, et de leurs lieux de rencontre, laisse supposer le développement d’une « culture de la jeunesse », qui peut s’exprimer par ces nouvelles pratiques de consommation 1.

  • 2 On y consomme par exemple des sandwichs de falafel.

2Cette nouvelle alimentation censée être rapide perd une partie de sa rapidité dans certains contextes : il peut être de bon ton de s’afficher dans ces lieux de consommation et d’y passer du temps en ayant l’air décontracté ou affairé. Les jeunes y tiennent salon, y constituent des assemblées mobiles et fluctuantes, en partie improvisées, en partie planifiées. Le temps qu’ils y passent semble plutôt faire partie du loisir et de la consommation ostentatoire. L’alimentation liée aux temps et aux lieux du travail, qui est souvent aussi une alimentation rapide prise dans l’espace public, fonctionne différemment et se situe plus loin des quartiers d’habitation, notamment dans les quartiers des souks. Elle est moins coûteuse et plus rapide et offre des produits plus traditionnels 2, dans des lieux sans prétention ; elle ne fait pas partie de notre recherche. Nous tenterons de préciser l’histoire de l’évolution récente de ces modes de consommation, en évoquant leur localisation, leur forme, leur décor, leurs prestations, leur fonctionnement et les noms qui leur sont donnés. Parallèlement, nous interrogerons les jeunes sur leur utilisation de ces services, la perception qu’ils en ont et le sens qu’ils leur donnent.

  • 3 Dans une ville comme Alep, on compte seulement une voiture pour neuf habitants. Les transports en c (...)

3On pourra enfin se demander si ces pratiques et ces lieux effectivement conviviaux et propices au développement de sociabilités, concernent l’ensemble de la jeunesse, notamment celle d’autres quartiers et d’autres milieux où la population ne dispose pas des mêmes moyens économiques, et n’a pas les mêmes préoccupations et les mêmes idéaux. Les principaux lieux de la consommation alimentaire moderne en public, situés soit dans le centre-ville, soit dans des centres commerciaux en périphérie, à l’ouest, ne sont pas facilement accessibles pour la plupart des jeunes des quartiers populaires situés à l’est 3.

  • 4 Pour les détails de l’étude, la méthode d’enquête, les entretiens, voir Sauvegrain Sophie-Anne 2009 (...)

4L’étude a permis d’observer les lieux et les comportements dans deux sites d’Alep, ‘Aziziyyé et « Mogambo », bien différents mais tous deux privilégiés et situés à l’ouest : ‘Aziziyyé, quartier chrétien (voir le texte infra de Thierry Boissière « Entre développement des espaces de commerce et mutations urbaines, le quartier de ‘Aziziyyé à Alep » chap. 18), est un espace plutôt fermé à l’origine, qui s’est ouvert au commerce et fait maintenant partie du centre-ville. Mogambo, au cœur de quartiers beaucoup plus modernes et ouverts, est plus éloigné du centre-ville, accessible essentiellement en voiture, au coeur de quartiers majoritairement musulmans 4.

Petite histoire des lieux publics de consommation alimentaire à Alep

  • 5 Les églises et les lieux de convivialité religieuse des chrétiens se caractérisent par l’accès égal (...)
  • 6 Le tabac, venu d’Amérique, est connu à Constantinople à partir de 1603. Le sultan Murat IV interdit (...)
  • 7 Le café comme boisson se dit généralement qahwa, terme arabe qui a désigné aussi le vin (khamr), ut (...)

5La consommation du café est une révolution ancienne introduite dans les villes du Moyen-Orient au cours de la première moitié du xvie siècle. Elle s’est accompagnée de l’ouverture de nouveaux lieux, souvent monumentaux et richement décorés, de consommation et de convivialité, voués à cette boisson autour de laquelle foisonnent les activités de loisir, les spectacles, les jeux de société, la conversation. Dans ces lieux publics où par définition les femmes n’ont pas accès, les hommes trouvent un espace de confort presque domestique, de loisir, où ils peuvent s’arrêter, s’asseoir et passer le temps. Ces espaces se différencient d’autres, dont ils sont plus ou moins complémentaires : la boutique et l’atelier, la maison, le hammam, les espaces de la religion, églises, mosquées, tekiyyé, zawiyé (lieux de vie et de rassemblement des confréries), généralement aussi réservés aux hommes 5, enfin des cabarets et autres lieux de débauche plutôt discrets, où l’alcool pouvait être consommé, fréquentés par les hommes seuls qui cherchent un passe-temps plus canaille que dans les bons cafés où l’on boit essentiellement du café et où l’on fume 6. Les cafés d’autrefois - qui existent encore - sont aussi des lieux de liberté de pensée, d’imagination, de vagabondage mental et souvent politique, qui ont été interdits à plusieurs reprises par les autorités ottomanes sous des prétextes de moralité publique, le café étant parfois assimilé à l’alcool et au vin 7.

  • 8 Pour les femmes, c’était plus exceptionnel, en fonction de la relative rareté des sorties de la mai (...)

6Généralement on ne mange pas au café. Pourtant, manger en dehors de la maison a toujours été une pratique courante en Orient, pour les hommes, sur le lieu de travail (la boutique du souk, l’atelier), dans des gargotes au souk, dans la rue, lieux où l’on s’attardait peu, où l’on venait acheter des plats simples que l’on consommait sur le pouce ou de retour dans la boutique 8. Il est connu aussi que des commerçants et des artisans emportaient de la maison leur gamelle, matba’iyé. Ces pratiques ont été peu étudiées sauf peut-être au Caire où une part importante de la population, sans doute pauvre et mal logée, achetait pour l’alimentation familiale des plats tout prêts, ce qui évitait de mobiliser une partie de l’espace domestique surpeuplé pour faire la cuisine. Cette pratique encore très commune au Caire ne semble pas avoir été courante au Bilad al-Cham.

7À partir de la seconde moitié du xixe siècle, de nouveaux quartiers d’habitation sont aménagés à Alep en dehors de la vieille ville. Des moyens de transport « modernes » apparaissent, voitures à chevaux et fiacres puis automobiles et tramways, et avec eux se développe un nouveau centre à Bab al-Faraj, signalé par la « Tour de l’Horloge », caractérisé par la multiplication des lieux publics de service, de convivialité, de consommation. L’architecture est nouvelle, les rues sont plus larges et plus régulières. Des garages, des hôtels et des restaurants à l’occidentale sont, à leur tour, des nouveautés presque révolutionnaires. Les nouveaux cafés sont fréquentés par les citadins et certains aussi par des gens de passage ; par contre, les restaurants et les hôtels sont au service quasiment exclusif des gens qui n’ont pas de famille dans la ville, voyageurs et touristes étrangers, mais aussi visiteurs venus d’autres villes ou de la campagne, essentiellement pour trouver dans la grande ville des services qui n’existent pas ailleurs. Ces nouveaux lieux sont caractérisés par une certaine mixité : les femmes qui les fréquentent sont surtout des étrangères, mais aussi des femmes originaires des campagnes, ou des bédouines, généralement en famille.

8Sous le Mandat français, d’autres nouveautés se mettent en place, quelques salons de thé, pâtisseries et restaurants à l’occidentale, des cafés-théâtres en plein air, quelques cabarets. Mais la mixité en public reste plutôt rare, limitée à des milieux occidentalisés. Une pratique nouvelle dans l’espace public apparaît, qui se développera entre les années 1960 et 1990, celle de l’espace « familles » (‘a’ilat), dans les restaurants et cafétérias surtout, mais jamais dans les cafés qui restent exclusivement masculins : une partie de l’espace, souvent en mezzanine, dont la limite est annoncée par un petit écriteau, est interdite aux hommes seuls, mais autorisée aux hommes accompagnés de femmes, groupe désigné comme une famille. Certains salons de thé ou cafétérias étaient entièrement et en permanence réservés aux femmes et aux familles.

  • 9 Des vendeurs de sandwiches de petits pains à la française et de jus de fruits pressés et cocktails (...)
  • 10 L’un des premiers établissements de ‘Aziziyyé est une boutique de sandwiches suivie notamment d’une (...)
  • 11 Mogambo et Montana, établissements aux noms typiques des années cinquante et soixante, n’existent p (...)

9Entre 1960 et 1990, en même temps que la ville se développe, son centre s’étend et se densifie, et le nombre de petits commerces d’alimentation rapide augmente dans les parties les plus actives et les plus passantes, dans des boutiques ou sur des étals mobiles, de vente de sandwiches de falafel et de chawarma, de sfiha, de kebbé, d’abats et de grillades, etc. : dans les souks et à proximité, sur la place Bab al-Faraj et aux alentours, et dans les extensions les plus récentes du centre moderne, ‘Abbara, rue Baron et au début de la rue Yousef al-‘Azmé 9. D’assez nombreux restaurants, de différentes catégories, plus dispersés mais dans des localisations significatives, ouvrent à Djamiliyé, à la limite nord-ouest de ‘Aziziyyé (Challal) en bordure du Qouweiq, ainsi que quelques restaurants arméniens au Midan et les restaurants des piscines, mais très peu à l’intérieur de ‘Aziziyyé 10. Le Mogambo est alors un restaurant cafétéria, isolé dans de nouveaux quartiers résidentiels à l’ouest, tandis que le dancing et restaurant du Montana, vaste établissement très couru sur les hauteurs à l’ouest de la ville dans un très beau site de la corniche proche de l’Université, est transformé en mosquée à la fin des années soixante-dix 11. Les glaciers, assez nombreux sur la limite ouest de ‘Aziziyyé et à Mhattat Bagdad, sont renommés et certains attirent beaucoup de monde, notamment des jeunes pour lesquels ils sont déjà des lieux de rendez-vous (en face de la bordure du grand Jardin Public). Des cafés sont fréquentés de préférence par certaines clientèles : al-Qasr est le café des artistes et des écrivains. Un autre est celui des joueurs d’échecs : les plateaux des tables où l’on consomme boissons fraîches, thé et cafés, y sont des échiquiers…

Les sorties des jeunes à ‘Aziziyyé, quartier chrétien : de la déambulation du soir à l’arrêt consommation aux différents moments de la journée

  • 12 Autrefois (aux xviiie et xixe siècles), les parcours pour atteindre les lieux de pique-nique dans l (...)
  • 13 Depuis 30 ans, la sandwicherie Crosby, l’un des premiers fast foods à l’alépine, fonctionne pour un (...)
  • 14 Le restaurant Batata, au cœur de ‘Aziziyyé, est ouvert depuis cinq ans. L’aménagement s’inspire du (...)

10Les origines à Alep, et dans d’autres villes de Syrie, des pratiques déambulatoires très méditerranéennes, connues sous le nom de khat, la « ligne », ne doivent pas être très anciennes sous cette forme. À Alep, elles étaient typiquement communautaires : garçons et filles se croisaient dans leurs allers et retours le long de certains trajets, sans s’adresser formellement la parole. Mais ces promenades autorisaient des échanges de regards à visage découvert, les femmes chrétiennes ayant cessé de porter le voile au cours de la seconde moitié du xixe siècle 12. Ces itinéraires s’étaient plusieurs fois déplacés : jusqu’à la Première Guerre mondiale, ils occupaient peut-être la rue intérieure du vieux quartier des églises à Salibé, puis ils s’étaient déplacés vers la rue Tilal, rue « moderne » située juste à l’extérieur des vieux quartiers. Après la Seconde Guerre mondiale, ils avaient gagné vers l’ouest la place Qostaki Homsi à ‘Aziziyyé puis, plus tard, s’étaient installés plus loin encore vers la limite extérieure nord-ouest du quartier de ‘Aziziyyé, dans des espaces ouverts et dégagés de Challal, proches du « fleuve », le Qouweiq. Progressivement, depuis la fin des années 1980, le parcours du khat est revenu vers l’est, se développant dans une des rues intérieures de ‘Aziziyyé, un espace plus réservé. Dans les années quatre-vingt-dix, quelques snacks et fast foods s’y sont installés 13, puis quelques restaurants modernes, servant pizzas ou hamburgers 14, pour une clientèle jeune qui inaugurait la tendance à se retrouver en groupe ou en tête à tête autour d’une table dans un lieu public, pratique qui allait progressivement supplanter la déambulation du khat.

11À ‘Aziziyyé, c’est donc d’abord dans leur propre quartier que les jeunes se réunissent, sous le regard de leurs congénères, non loin des familles. Mais bien avant les fast foods et dès les dernières années du Mandat français ou les premières années de l’indépendance nationale, les points fédérateurs sont d’abord des lieux d’activités collectives, d’origine confessionnelle, le Cercle Catholique, la Bibliothèque Spirituelle, les aumôneries des paroisses ou des écoles privées, la Maison des Pères Jésuites, des clubs de sport, la salle de spectacle des Arméniens, autant de lieux appartenant à des institutions chrétiennes, généralement catholiques, toutes situées dans un cercle de quelques centaines de mètres de rayon. Tous ces lieux voués à des activités diverses favorisent les rencontres des jeunes du même groupe, et participent sans doute à la perpétuation du groupe. Le khat, itinéraire de la déambulation des jeunes le soir et au début de la nuit, dans l’espace public ouvert, qui se déroulait au cœur de ce cercle d’institutions ou à sa marge, avait les mêmes objectifs.

12Avec le temps (et le début d’un nouveau millénaire), la possibilité de s’arrêter, de s’asseoir autour d’une table pour consommer sous le regard des autres, donc avec la garantie morale du contrôle collectif, favorise d’abord à ‘Aziziyyé, la mixité des rencontres et l’instauration de pratiques de conversation et de côtoiement, qui existaient déjà dans le cadre de l’Université, de façon relativement libre ou encore dans les clubs et les cercles communautaires. La mixité, même si les garçons restent largement les plus nombreux, joue un rôle important pour que ces lieux deviennent à la mode, la présence de jeunes filles étant un attrait supplémentaire.

  • 15 Dans les années quatre-vingts, la topographie des lieux mettait en scène le mouvement des jeunes, s (...)
  • 16 Un jeune homme chrétien de 30 ans explique que « de jeunes chrétiens cherchent à séduire les jeunes (...)

13La topographie des espaces des jeunes à ‘Aziziyyé et leur déplacement au cours des quarante dernières années, entre des lieux plus fermés et des lieux plus ouverts, sont caractéristiques d’une pratique d’origine communautaire : les chrétiens, minoritaires, et les jeunes à la mode quelle que soit leur appartenance communautaire, doivent choisir entre se fermer et se protéger pour rester entre eux ou s’ouvrir et accepter de devenir un spectacle, un modèle ou un objet de curiosité de la part de passants et promeneurs venus d’autres quartiers 15. Les lieux où se retrouvent actuellement les jeunes à ‘Aziziyyé et dans ses prolongements sont enfin devenus des lieux de rencontre ouverts, qui n’excluent pas des rencontres et des démarches de séduction entre jeunes appartenant à des communautés différentes 16. Ces nouveaux espaces de mixité répondent à l’attente des jeunes, mais un processus de séduction engagé en marge des stratégies des familles a peu de chances d’aboutir à un statut officiel et à un mariage, dans un contexte encore très fermé sur le groupe.

14La diversification des rencontres hors de la famille, la mixité possible des groupes qui se constituent temporairement, le regard des autres qui renforce la préoccupation de son image physique et sociale, composent un programme de vie, pour un temps des loisirs, très marqué par une culture de la beauté et du corps, suivant la mode. Les jeunes filles se font belles pour être vues dans l’espace public, évidemment sans voile. Il faut marquer sa différence et son individualité tout en s’identifiant au groupe. Dans l’existence de ces restaurants et cafés, la convivialité, l’agrément du cadre, le fait d’être vu dans un lieu à la mode, comptent largement autant que ce qu’on mange, qui ne peut détrôner l’incontournable cuisine familiale et maternelle.

Les lieux de sortie des jeunes dans les nouveaux quartiers à l’ouest de la ville : une topographie plus ouverte

  • 17 À proximité du quartier populaire de Khaldiyyé développé à partir d’une implantation illégale, quel (...)

15Les lieux de loisir et de consommation, développés à l’ouest du centre-ville, s’inscrivent dans une topographie très différente de celle de ‘Aziziyyé. L’espace des quartiers de Mouhafaza, Sabil et Chahba est très ouvert, structuré par de larges avenues au tracé souvent sinueux, parcouru par des voitures, des taxis et des transports en commun, à proximité de l’Université et de quartiers majoritairement musulmans signalés par des mosquées monumentales. Bien reliés à la route de Damas et aux périphériques, ces quartiers communiquent aisément avec tous les espaces importants de la moitié ouest de la ville. Mis en place surtout à partir des années 1960, ils sont le produit d’un urbanisme moderne, qui sépare les fonctions : à l’origine, ils étaient quasiment dépourvus de commerces et de services et leurs habitants disposaient généralement de voitures ou pouvaient se faire livrer depuis les souks et les marchés du centre et des quartiers anciens. Plusieurs petits centres de services y avaient été planifiés, comprenant quelques boutiques d’alimentation, un four à pain de l’État, quelques lieux collectifs (club de quartier), éventuellement un jardin public et une mosquée. Progressivement, le besoin de commerces de proximité s’est fait sentir et les garages pour une ou deux voitures, construits avec chaque petit immeuble, ont été transformés en boutiques tandis qu’un important souk d’alimentation se développait dans un quartier populaire situé à un ou deux kilomètres 17.

16Depuis quelques années, le nom de Mogambo est devenu un repère au coeur d’une concentration de commerces et de services nouveaux, au carrefour de plusieurs quartiers qui s’étendent depuis le carrefour du Mouhafaza à l’est (ou depuis l’immeuble du Syndicat des Ingénieurs – Naqabet al-Mohandessin) et le collège des Franciscaines, pôle d’attraction depuis au moins les années soixante-dix, jusqu’au rond-point de l’hôtel Pullman Chahba et de la route de l’Université. La demande de consommation, le dynamisme de l’économie et du développement de la ville, les capitaux disponibles, ont entraîné l’ouverture de nombreuses boutiques franchisées de marques connues, de restaurants et de cafés, dans ces quartiers caractérisés par un mode de vie plutôt occidentalisé avec, pour certains, la pratique du jogging et la promenade du chien… L’un des espaces les plus animés s’est développé à proximité du rond-point de l’hôtel Pullman Chahba, avec un grand centre de loisirs, le Lavender café et La Rose Café, non loin du club et de la piscine de Chahba, sur le passage des étudiants montant à l’Université. Après 2006, des centres commerciaux ont été construits dans ces quartiers, caractéristiques d’un paysage inimaginable encore récemment.

17Les nouveaux espaces de consommation alimentaire, à ‘Aziziyyé ou à Mogambo, se caractérisent par leurs noms, leur décor, leur organisation, leurs terrasses sur les trottoirs, leur accès à internet par la Wi-Fi. Ils sont très différents des cafés traditionnels et des restaurants des années soixante, et s’inspirent de lieux comme les Starbucks américains ou les bars à expresso italiens, revus par Beyrouth. L’idéal est un endroit familier et confortable, à l’instar aussi des cafés français et viennois, des pubs anglais et irlandais. Les noms sont parfois originaux, souvent inspirés de lieux évocateurs, exotiques, en anglais et en français, ou mêlant les deux langues, très rarement en arabe : Turk Away, La Rose café, Monroe Café, Arabica Coffee, Jalaa Club, Boudoir, Pizza House, T square, Mosaic, Casa Luna, Batata, In-out Café, In House Café, Crosby Snack, Chez Maria, Turtles, Bel Ami Pizza, Taza, Hattab, Papaye, Blue Café, Castana, le Balcon, etc.

  • 18 La diversité des cafés à l’italienne annoncés sur la carte est un signe de modernité et d’exotisme  (...)

18Plusieurs de ces lieux se désignent comme « Café », qui doit se prononcer à la française, d’autres comme coffee. Les cartes présentées traduisent aussi le style et l’ambiance : certaines, écrites dans un anglais parfois approximatif, veulent exprimer le raffinement occidental 18. La diversité du service est sans doute un héritage des influences extérieures adoptées à différents moments.

Rencontres impromptues ou rendez-vous fixés à l’avance. Pratiques, codes et étiquette du junk food alépin

19« Ce que vous observez là n’est pas régulier, c’est excentrique et exceptionnel ». Cette remarque d’un père de famille, inquiet, exprime sans doute l’idée que la pratique de ces nouveaux lieux n’est pas habituelle, même chez les jeunes qu’il connaît, sans doute issus de milieux privilégiés. « Quand on se donne rendez-vous en ville ça fait un peu comme dans les feuilletons qu’on voit à la télévision », déclare une jeune fille de 23 ans.

20Ces pratiques suivent un modèle considéré comme très valorisant, sans doute adopté par un faible pourcentage de jeunes, et qui attire aussi une société moins jeune et installée, également à la recherche d’espaces de liberté, hors de la maison: Nabil, 30 ans, médecin, va directement au restaurant lorsqu’il a terminé sa journée de travail. « C’est le meilleur endroit pour se changer les idées et oublier les soucis de la journée ». Il constate que les femmes se retrouvent là aussi le soir entre amies, de sept heures à neuf heures, plutôt que d’attendre chez elles le retour de leur mari. « Elles boivent du thé et grignotent des douceurs. Elles se réunissent et partagent de la nourriture comme au cours des visites qu’elles organisent chez les unes ou chez les autres. » Pour les femmes, ces pratiques se substituent d’une certaine façon à la fréquentation du hammam qui a maintenant disparu (en attendant de redevenir à la mode ?). Mais ce pur loisir personnel, ce plaisir partagé de la rencontre et du bavardage entre amies, est bien différent de la pratique collective et festive qui déplaçait les femmes au hammam avec les enfants, dans un rôle familial auquel elles n’échappaient pas facilement !

  • 19 Les jeunes qui peuvent disposer d’une voiture font des tours, sans autre but que d’être vus et de v (...)

21Les garçons plus que les filles apprécient de consommer boissons et nourritures entre amis, dans un lieu « jeune », de manière habituelle ou exceptionnelle. L’ambiance y est meilleure, plus festive et change de la routine du repas familial. Ces sorties peuvent être préparées mais l’improvisation est particulièrement appréciée. Il n’est pas nécessaire de se donner rendez-vous car ces lieux sont situés sur des trajets quotidiens plus ou moins réguliers ou sur des itinéraires de promenade plus aléatoires mais qui passent toujours par quelques pôles, trajets que l’on effectue en voiture ou à pied et qui peuvent faire partie d’une promenade de santé ou du sport et non plus du khat d’autrefois 19 : pour certains, la marche peut être maintenant un loisir dans la ville. S’alimenter dans l’espace public est donc souvent l’occasion de faire un tour, de s’aérer et d’avoir une activité physique. « Nos promenades changent selon les saisons et selon le centre autour duquel on tourne » (un groupe de jeunes garçons). Dans les quartiers fréquentés par les jeunes, il y a toujours une ou plusieurs rues où ils forment une petite foule à certains moments de la journée. Les jeunes sont entre filles ou entre garçons ou mélangés. Les snacks peuvent être proches des commerces de mode et de lieux du shopping et du lèche-vitrine, dans différents sites.

Trois garçons d’une vingtaine d’années expliquent qu’ils organisent leur temps en fonction des programmes de sortie

  • 20 Les nouveaux grands hôtels internationaux et certains lieux touristiques peuvent offrir des lieux d (...)

« Après 18 heures, nous ne revenons plus à la maison. Jusqu’à au moins dix heures du soir, on traîne dans les rues et nos circuits dépendent de ceux des filles. Le point de départ de notre soirée est en général devant le restaurant Turtles (à Soulaymaniyyé). Comme ça on peut se retrouver les uns les autres et on forme un groupe de six à neuf personnes. Puis on décide où on va. On aime bien regarder les filles, on essaie de créer des rencontres et de parler avec elles. Elles ne pensent qu’à faire du shopping. Souvent on ne rentre qu’à deux heures du matin ou parfois plus tard. On aime bien parler jusqu’au petit matin. » « Nos discussions sont différentes le jour ou la nuit. Donc de six heures du soir à deux heures du matin, on passe le temps dehors et on parle beaucoup. Parfois on joue au billard, au football, au tennis. Mais le problème c’est qu’il n’y a aucun night club ici. Nous n’avons aucune place pour faire des « party». Parfois, on aimerait bien virer les parents de chez nous pour organiser des « party » mais ici c’est impossible. Et aucun lieu ne peut nous accueillir la nuit : ni discothèque, ni bars, ni chambres indépendantes, ni night club » 20

22La concentration dans deux ou trois zones (Mogambo, ‘Aziziyyé, Soulaymaniyyé), connues et fréquentées par des habitués, rend très fortes les probabilités de rencontrer des connaissances, puisque « tout le monde » y vient : le lieu de consommation sera défini par le lieu de la rencontre probable. Le passage au snack ou au restaurant ne dure pas nécessairement très longtemps et souvent après une demi-heure chacun repart, mais parfois les discussions peuvent se prolonger. Les moments de ces rencontres, avec ou sans réservation ou rendez- vous, sont plus particulièrement situés en milieu d’après-midi, ou le soir entre 19 heures et 21 heures, et souvent beaucoup plus tard ! L’heure à laquelle le jeune doit rentrer à la maison varie aussi suivant les saisons. L’été, les Alépins sont dehors jusque tard dans la nuit. La nuit, le temps passe vite, le bruit des voix enfle, les rires montent, même sans alcool. Le groupe donne de l’assurance : on peut exprimer ses idées plus librement qu’à la maison. Souvent les groupes se forment par affinités d’idées et appartenance au même milieu. Les garçons aiment rester longtemps et parler fort. Les filles sont beaucoup plus réservées et rentrent à la maison beaucoup plus tôt, entre 20 heures et 21 heures. En fin de promenade, la jeune femme se fait raccompagner, cela fait partie de la sortie et est le signe d’une galanterie toujours de mise.

23Ces cafés permettent une coupure avec la ville et un certain dépaysement familier. Les jeunes recherchent de toute évidence un espace de liberté qu’ils n’ont pas en dehors du portable et d’internet. Le téléphone portable (mobaïl) est l’accessoire essentiel de cette forme de loisir. Il offre une liberté considérable en comparaison du téléphone fixe familial, souvent situé dans la pièce commune si bien que tout le monde participe à la conversation ou peut l’entendre. Avec le portable, chacun peut être joint plus discrètement hors de la présence des témoins familiaux. Les SMS sont encore plus discrets. Cependant les téléphones portables s’avèrent aussi un moyen d’être « suivi à la trace ». Le jeune est joignable partout par ses parents qui ne manqueront pas de contrôler où il se trouve et avec qui.

Des jeunes entre transgression et conformisme : le fast food, l’utopie au coin de la rue 

  • 21 Le propriétaire du restaurant Batata se situe hors du contexte de la mondialisation : son restauran (...)
  • 22 Dans un contexte occidental, Percq (1998) nomme ces espaces doués tant de particularismes locaux qu (...)

24Le fast food est l’un des outils favoris de la société de consommation. En offrant des produits finis (hamburger, glaces en cornet, poulet frit, pizzas, kebab, pâtisseries, etc.), à prendre sur place ou à emporter, il incite à consommer du service et de l’emballage en plus de la nourriture et sans doute plus que de la nourriture, donc à dépenser autrement et plus que dans le cadre de l’économie familiale traditionnelle. Dans le contexte économique des sociétés où cette pratique est née et s’est développée, cette nourriture peut être perçue comme relativement bon marché et pratique. Le service ajouté à l’aliment peut être considéré comme utile et son prix abordable : rapidité, consommation simplifiée - on y mange avec les doigts ou des couverts en plastique – l’emballage est adapté à une consommation rapide. Mais pour le consommateur moyen syrien et alépin, la part ajoutée est relativement onéreuse 21. On est donc conduit à s’interroger sur les raisons de la réussite d’un tel projet et de son efficacité. Pour Olivier Badot (2002), les fast foods, par leur refus apparent de certaines conventions alimentaires et sociales, sont de véritables lieux de transgression. Mais à Alep la transgression n’est-elle pas une utopie et le fast food une « utopie au coin de la rue » 22 ?

25Fouad, 30 ans, dentiste, exprime sa lassitude de sortir systématiquement au restaurant avec ses amis. Il aimerait aller ailleurs mais constate qu’il n’y a pas d’autre endroit. Ce que confirme Rami, 25 ans :

  • 23 Les cinémas sont en voie de disparition en Syrie, où ils sont une trentaine, dont moins de dix à Al (...)

« Pour nous, manger représente une distraction, et finalement l’unique distraction. Alep manque de distraction. Donc cela pousse les gens à manger. Les jeunes rêvent beaucoup de liberté et veulent voir la vie en rose, comme les jeunes Européens ils voudraient aller en boite, au cinéma 23… Mais finalement, les ados d’ici pour un oui ou pour un non, se nourrissent de la « junk food ». Ce qui leur importe c’est de ne pas rentrer à la maison. Ils copient le modèle de vie type canette de coca à la main et sandwich dans l’autre. Avec des vêtements de marque, ils pensent être au top niveau. »

26Il y a ici une volonté évidente de copier un modèle plus ou moins mythique : la vision qu’ils ont des jeunes Européens ou Américains est complètement biaisée par les images publicitaires et les feuilletons de la télévision.

  • 24 Les jeunes parlent entre eux en arabe évidemment, sauf exception, mais certains parlent bien frança (...)

27En dehors des sorties pour marcher ou pour manger, on se retrouve entre amis pour regarder un match, un film ou un feuilleton à la télévision, pour jouer aux cartes, ou faire un jeu de société. L’activité la plus courante est de discuter de longues heures durant. Avec la famille, on parle de soi et de la maison ; avec les amis, on parle de ses problèmes, des déceptions, des études 24. À la question « de quoi parlez-vous avec vos amis ? », une jeune fille de 22 ans répond :

« Il n’y a pas de sujet spécifique, par exemple si quelqu’un d’entre nous décide qu’on va passer la soirée ensemble, il lance l’idée et après ça s’organise entre les uns et les autres, avec nos téléphones. Les jeunes, comme la plupart des gens ici, aiment beaucoup parler des autres. Par exemple : tu voies cette fille, elle rencontre ce garçon et elle parle avec lui... Moi je déteste ce genre de discussion. Je dis que c’est la liberté de chacun et qu’on leur fiche la paix (...) mais finalement tous les gens parlent comme ça. Il faut parler car ça fait bien. »

28Un jeune homme de 30 ans répond ainsi :

« Quand on se réunit entre filles et garçons, les sujets sont superficiels, par exemple : qui s’est marié, qui s’est fiancé, qui on a vu chez le coiffeur à la mode… C’est rare de parler avec les filles de l’économie, de la politique, de l’histoire et des sciences… Elles préfèrent faire des commentaires sur la société... Nous, les garçons, ça nous intéresse à peine, juste pour changer un peu d’air et aussi on est content d’être en présence des filles. Les mecs s’embêtent un peu, mais comme on dit en arabe, ils se nettoient les yeux ! »

29Ce à quoi il ajoute :

  • 25 Il est vrai que les jeunes gens émigrent plus que les jeunes filles, mais ce sont aussi des couples (...)

« Depuis 10 ans, les jeunes filles sont très préoccupées par leur corps, par ce qu’elles mangent et par leurs vêtements. Juste pour attirer les hommes. Avant c’était plus naturel alors que maintenant c’est vraiment sophistiqué. Parfois les mecs lancent des mots, ils remarquent que des filles se sont fait refaire le nez, s’habillent bien toutes propres. Beaucoup de filles ne pensent qu’au mariage et je crois qu’elles sont plus nombreuses que nous, les garçons. Ceux qui n’avaient pas les moyens de se marier ont fui. Les filles restent donc chez leurs parents. Il y a une révolution à l’intérieur de chacune pour partir à l’étranger et se révolter un peu 25. »

  • 26 Des années soixante aux années quatre-vingts, le Nadi Sa‘ad était l’une des deux ou trois boîtes de (...)
  • 27 En France, surtout dans la bourgeoisie urbaine, des familles de la même société ou du même quartier (...)

30La diffusion actuelle de cette forme d’alimentation commerciale est certainement stimulée par un phénomène de mode mais son succès et l’appréciation positive qu’en ont certains jeunes sont liées aussi à sa fonction de compensation de la pénurie de lieux de loisir et de rencontre hors de la cellule familiale et de la maison. La ville traditionnelle et même ses espaces nouveaux de la fin du xixe siècle et du xxe siècle ne proposent pas de lieux de rencontre rassemblant garçons et filles, même chez les non musulmans, ou pour flirter, draguer, pour danser 26. Les possibilités institutionnelles sont rares, réservées à certaines fêtes, ou limitées à l’espace familial : les jeunes filles dansent à la maison (la danse « orientale » ou le samah, danse plus hiératique), en famille, devant la télévision en copiant ce qu’elles voient sur l’écran, en regardant les autres depuis leur enfance, ou en suivant leur inspiration… L’équivalent des « rallyes » 27 est exceptionnel, comme les boîtes, les discothèques, contrairement à Beyrouth où la rue Monot, les quartiers Verdun, Gemmayzé, Hamra, sont de hauts lieux de distraction des jeunes dans des dizaines de boîtes de nuit. Mais ces revendications ou ces regrets concernent-ils tous les jeunes de tous les quartiers ? Ces espaces sont certainement territorialisés et communautaires, à Alep comme à Beyrouth. Mais à Beyrouth, des lieux comme ceux de Hamra étaient connus depuis les années soixante ou soixante-dix comme ouverts. Alep n’a pas développé d’équivalent de Hamra ou peut-être seulement des équivalents très localisés, très limités.

‘Aziziyyé, Mogambo et autres lieux des jeunes : de l’espace communautaire à l’espace public ?

  • 28 La ‘asabiyya est un esprit de corps, une solidarité indéfectible, qui peut être familiale ou tribal (...)

31Dans l’assemblage de multiples groupes sociaux, ethniques, et confessionnels qui constituaient autrefois la ville « traditionnelle », des lieux et des dispositifs existaient qui permettaient le côtoiement et la rencontre, dans certains cadres et limites, notamment dans l’espace public des souks, dans d’autres espaces professionnels et souvent aussi dans les hammams. Les quartiers d’habitation n’étaient pas des ghettos et les relations de voisinage étaient généralement bonnes ou marquées par une solidarité profonde quand les circonstances le demandaient. Dans ce contexte, les clivages les plus profonds n’étaient pas entre les groupes d’appartenance confessionnelle, qui partageaient à peu près le même mode de vie, ni entre les riches et les pauvres mais plutôt entre les « vrais » citadins d’une part et d’autre part les habitants d’origine rurale, les bédouins sédentarisés, gens de tribus qui pratiquaient la ‘asabiyya, la solidarité basée sur les liens du sang 28, et qui vivaient dans les faubourgs à l’est de la ville. Les citadins connaissaient leur propre quartier, allaient au souk, parcouraient certaines rues principales, et ignoraient le reste de la ville, en particulier les faubourgs orientaux, ceux des gens de tribus… Il n’existait pas de réelle curiosité pour ces quartiers marginaux considérés comme dangereux dont on n’imaginait pas que la différence puisse être intéressante et dont on pensait qu’elle était surtout la marque d’un déficit de civilisation.

32L’évolution « moderne » au cours du xixe siècle avait introduit de nouveaux modes de vie et accentué des différences qui pouvaient susciter des incompréhensions. Les changements actuels incitent-ils au contraire à l’atténuation de ces clivages ? Les nouveaux espaces urbains, plus ouverts, favorisent-ils les côtoiements ? Effectivement, les nouvelles pratiques alimentaires développées dans les espaces publics de l’architecture et de l’urbanisme modernes peuvent être anonymes ou au contraire rassembler des habitués : actuellement, les jeunes qui fréquentent les fast foods, snack et cafétérias de ‘Aziziyyé, quel que soit leur quartier ou leur communauté d’origine, peuvent revendiquer une identité citadine commune, un peu comme dans le souk traditionnel. Ceux qui viennent, de plus ou moins loin, dans les établissements de « Mogambo » peuvent partager un anonymat caractéristique des grandes villes modernes mais aussi se connaître. Mais ces nouvelles pratiques et ces nouveaux lieux ne sont pas également répartis et les différences avec d’autres quartiers se sont considérablement accentuées : ainsi est-il parfois banal encore de regarder les autres avec curiosité, de les percevoir comme différents, presque étrangers dans la même ville, et de se situer par rapport à eux, soit en souhaitant les imiter, soit en les rejetant.

33Nous avons mis en évidence un ensemble de facteurs culturels, sociaux et économiques, mais aussi topographiques, qui font de ‘Aziziyyé, et de Mogambo, des lieux particuliers. L’élément fondateur pour ‘Aziziyyé est l’existence, à l’origine, d’une clientèle spécifique de jeunes prêts à répondre positivement aux offres de nouveaux modes de consommation : la localisation des implantations et le développement des pratiques sont directement liés à l’existence de cette clientèle potentielle. Le caractère réservé et communautaire chrétien du quartier à l’origine est maintenant relativisé par la proximité du centre-ville et le développement d’une nébuleuse de lieux divers, tout autour de ‘Aziziyyé, lieux de promenade et de chalandise, avec accès à d’autres produits et à d’autres sites proches, plus publics, qui en font un élément fort d’un centre-ville ouvert et partagé. Ainsi pour schématiser, à ‘Aziziyyé, on est passé en quelques décennies d’espaces communautaires où les pratiques de consommation et la communication entre individus étaient gérées par des règles de comportement internes d’un groupe, qui plus est un groupe minoritaire, à des situations plus publiques où des membres de groupes sociaux ou confessionnels différents sont mis en présence dans l’espace public dans des rapports divers, de curiosité, de communication réelle ou d’indifférence. Ainsi, l’évolution actuelle tendrait vers des comportements plus publics et moins communautaires.

34Dans les quartiers de Mogambo, l’urbanisme a produit d’emblée des espaces plus ouverts. Et si les habitants y sont majoritairement musulmans, la proximité de l’Université et l’ouverture déjà ancienne de l’hôtel Pullmann avec sa cafétéria, ont favorisé depuis plus d’une décennie une certaine diversité moderne. Dans cette cafétéria, autant et plus que dans les fast foods de ‘Aziziyyé, on peut transposer l’observation d’Hannah Davis Taïeb à propos des femmes de Casablanca au Maroc et des McDonald’s, il y a plus de quinze ans, toutes proportions gardées : « On traverse le seuil, et on est « ailleurs ». Les femmes marocaines ont été assez habiles pour s’approprier l’offre de McDonald’s et utiliser son américanité pour en faire un lieu public détendu et mixte. La plupart des autres lieux mixtes sont soit des lieux sérieux, de concentration sur le travail ou sur les études, soit des lieux douteux. Les femmes qui pratiquent McDonald’s se sont saisies de l’opportunité présentée pour y créer un lieu de détente, de loisir, de solitude ou d’ouverture, à l’abri de la critique et du harcèlement masculins. Ici, une femme marocaine peut être vue, sans être mal vue » (Davis Taïeb 1995).

  • 29 La municipalité et la Chambre de commerce d’Alep ont mis au point un programme de construction de « (...)

35Si les jeunes de moins de 20 ans représentent à peu près 50 % d’une population proche de 3 millions, ils sont donc près d’un million et demi à Alep, dont une large majorité dans les quartiers populaires les plus pauvres, au sud-ouest, au sud, à l’est, au nord, qui ne vont pas consommer à ‘Aziziyyé ou à Mogambo. Pour réfléchir efficacement à une possible diffusion du modèle de consommation observé à ‘Aziziyyé ou Mogambo, il faudrait savoir aussi comment les jeunes d’autres quartiers et d’autres groupes sociaux construisent leur identité individuelle et collective ; il faudrait mettre en évidence ce qui les préoccupe pendant leurs temps de loisir, d’ennui, de vide ou d’activité, ou de pensée et de spiritualité, comment ils vivent par exemple la mixité, si elle existe, hors de la maison, dans l’espace public : l’article de Thomas Pierret (entre autres), dans ce même volume, offre des pistes pour saisir la diversité de la jeunesse alépine avec des éclairages sur l’enseignement des nouvelles madrasas et l’importance de la religion et des vocations religieuses dans ces milieux populaires surtout néo-citadins. En effet, la ville est une société « à plusieurs vitesses » : la visibilité des lieux et des pratiques étudiés dans les sites de ‘Aziziyyé et de Mogambo découle justement du fait qu’ils se trouvent dans les quartiers centraux ou bien reliés au centre, où l’on accède régulièrement et facilement et où l’on peut avoir quelque chose à faire sans en être un habitant. L’autre large moitié de la ville, au sud, à l’est et au nord, caractérisée par la topographie architecturale plus compacte des quartiers informels, est un monde différent où ne vont que ceux qui y habitent, où, pour le moment, rien ne concerne les gens des autres quartiers et où les investissements ne peuvent être que modestes, issus de capitaux locaux, pour répondre à des besoins locaux 29. Mais l’éventualité d’une large diffusion des nouveaux modes de consommation est-elle seulement une question de topographie urbaine, de mobilité, de transports et de moyens économiques ? N’est-elle pas plutôt un problème d’accès à une certaine citadinité, à une culture urbaine qui n’est pas uniformément partagée ?

Notes

1 Les études sur la jeunesse arabe sont nombreuses, plus particulièrement au Maghreb (Meijer 2000 ; Bennabi-Chraïbi 2000 ; Mahdi 2003) mais elles sont encore assez rares en Syrie. Ces nouveaux comportements des jeunes peuvent avoir des fonctions comparables, toutes proportions gardées, dans la vie des individus et des groupes à des mobilisations anciennes de jeunes hommes, foutouwwé ou abadaï, qui existent encore par ailleurs et dans certaines circonstances.

2 On y consomme par exemple des sandwichs de falafel.

3 Dans une ville comme Alep, on compte seulement une voiture pour neuf habitants. Les transports en commun publics avaient presque totalement disparu des villes de Syrie au profit de minibus privés et de taxis mais les municipalités ont rétabli récemment les transports en commun publics, avant 2011.

4 Pour les détails de l’étude, la méthode d’enquête, les entretiens, voir Sauvegrain Sophie-Anne 2009.

5 Les églises et les lieux de convivialité religieuse des chrétiens se caractérisent par l’accès égal des femmes et des hommes mais aussi souvent par la division de l’espace de prière entre hommes et femmes.

6 Le tabac, venu d’Amérique, est connu à Constantinople à partir de 1603. Le sultan Murat IV interdit sa consommation sous peine de mort en 1633. Il est autorisé dans l’Empire après 1647.

7 Le café comme boisson se dit généralement qahwa, terme arabe qui a désigné aussi le vin (khamr), utilisé dans ce sens par exemple par le poète Abu Nuwwas au viiie siècle. Beaucoup de restaurants où l’on consomme de l’alcool à Alep, Damas, Homs, Beyrouth, ont souvent pris comme enseigne le nom d’Abu Nuwwas.

8 Pour les femmes, c’était plus exceptionnel, en fonction de la relative rareté des sorties de la maison ; les principales occasions de manger dehors étaient les journées au hammam, les visites au cimetière et les pique-niques à la belle saison.

9 Des vendeurs de sandwiches de petits pains à la française et de jus de fruits pressés et cocktails de fruits constituent dans un passage au rez-de-chaussée d’un immeuble moderne du ‘Abbara, proche d’un cinéma de la rue Kouwwatly, un souk d’une quinzaine de boutiques. On y trouvait notamment les fameux sandwiches de Sérop à l’agneau farci rôti, disparus depuis quelques années.

10 L’un des premiers établissements de ‘Aziziyyé est une boutique de sandwiches suivie notamment d’une pizzeria.

11 Mogambo et Montana, établissements aux noms typiques des années cinquante et soixante, n’existent plus. Le Mogambo a changé de nom mais il a laissé son nom à tout un quartier à l’ouest, « branché » et en pleine mutation avec la création de dizaines de boutiques, restaurants et cafés, centres commerciaux.

12 Autrefois (aux xviiie et xixe siècles), les parcours pour atteindre les lieux de pique-nique dans les jardins extérieurs de la ville à la belle saison, moments de détente dans la nature, et certains autres rassemblements festifs, pouvaient être aussi des occasions d’esquisser des démarches de séduction par le regard…

13 Depuis 30 ans, la sandwicherie Crosby, l’un des premiers fast foods à l’alépine, fonctionne pour une clientèle jeune, majoritairement âgée entre 10 et 18 ans. Elle propose des sandwiches au poulet, au fromage, aux langues d’agneaux, à la cervelle panée, au foie de volaille, ainsi que des Crosby Burgers au poulet, au fromage, au jambon… Les produits intègrent des éléments traditionnels à des formes de présentation importées. Un pseudo McDonald’s, une pizzeria, des vendeurs de sandwiches de chawarma, ont aussi ouvert dans le quartier.

14 Le restaurant Batata, au cœur de ‘Aziziyyé, est ouvert depuis cinq ans. L’aménagement s’inspire du modèle américain, ainsi que l’équipement. Leur burger shop propose une gamme variée, dont le « kafta hamburger », qui intègre une touche orientale. Les tarifs des hamburgers vont de 200 LS (3 euros) pour les super size à 175 pour les moyens. Les petits pains spéciaux sont importés d’Arabie Saoudite, mais il est prévu de prendre un fournisseur local. Des menus saisonniers sont proposés. Des nouveautés sont introduites, comme la mexican food, épicée, des menus aux fruits de mer avec par exemple des beignets de crevettes.

15 Dans les années quatre-vingts, la topographie des lieux mettait en scène le mouvement des jeunes, surtout chrétiens, sous le regard de familles, majoritairement musulmanes, venues de quartiers éloignés, ou d’autres jeunes. L’ensemble constitué par la foule de jeunes mobiles et les familles assises, était très dense, animé par une curiosité placide et paisible. Actuellement, la diversité fait encore partie de l’agrément de ‘Aziziyyé mais le site s’est développé surtout dans la rue du Cinéma Zahra, plus large, et dans des rues adjacentes.

16 Un jeune homme chrétien de 30 ans explique que « de jeunes chrétiens cherchent à séduire les jeunes musulmanes, pour flirter à l’abri des regards de leur propre communauté et vice versa ». Mais tout ceci n’est pas aussi nouveau que semblent le penser les jeunes interviewés !

17 À proximité du quartier populaire de Khaldiyyé développé à partir d’une implantation illégale, quelques ateliers, boutiques d’électriciens, épiceries, se sont installés et constituent désormais tout un petit souk spécialisé. Des boutiques d’alimentation destinées au quartier se sont également spécialisées dès les années quatre-vingts dans la vente des légumes, prêts à cuire, nettoyés, épluchés, préparés pour les farcis, attirant la clientèle des quartiers riches, proches, accessibles rapidement en voiture. Les boutiques occupent désormais de façon continue les deux côtés de la rue principale ainsi que de nombreuses petites rues adjacentes. On y trouve aussi deux des tout premiers supermarchés à ouvrir à Alep, le One Stop et le Saveway, ce dernier ayant cependant fermé en 2009.

18 La diversité des cafés à l’italienne annoncés sur la carte est un signe de modernité et d’exotisme : expresso, machiato, moccacino, capuccino, ristretto. Les consommations coûtent entre 85 et 125 LS, soit entre 1,5 et 2 € (2010).

19 Les jeunes qui peuvent disposer d’une voiture font des tours, sans autre but que d’être vus et de voir, tenant le volant d’une main et de l’autre une canette de boisson gazeuse, non alcoolisée, avec une paille. Parfois, rarement, certains se lancent dans des courses, des rodéos qui, rarement, peuvent mal finir. La voiture peut être un élément du paysage des jeunes : les cafés et autres lieux de rencontre autour de Mogambo sont essentiellement accessibles en voiture et la déambulation à pied y est courte ou intégrée au jogging.

20 Les nouveaux grands hôtels internationaux et certains lieux touristiques peuvent offrir des lieux de distraction de ce type, mais leur fréquentation n’est accessible qu’à une clientèle limitée qui en a les moyens, et pour laquelle l’anonymat n’est pas recherché.

21 Le propriétaire du restaurant Batata se situe hors du contexte de la mondialisation : son restaurant est un projet syrien de toutes pièces. Cela se répercute sur les prix qui de ce fait sont compétitifs. Un repas au KFC de Damas (Kentucky Fried Chicken) coûte environ 7 euros, ce qui est inenvisageable pour un syrien moyen.
Chez Batata, le prix d’un repas est compris entre 3 et 6 euros. L’ouverture de restaurants étrangers à Alep (Mac Donald’s et autres) permettrait aux restaurants syriens d’être perçus comme compétitifs et d’attirer ainsi la clientèle. Mais il est possible qu’à l’avenir les restaurants étrangers aménagent leurs prix comme le fait, pour les produits de consommation courante, le tout récent Carrefour dont les prix sont intéressants (fruits, légumes et autres…) même pour une clientèle populaire, grâce à une politique d’approvisionnement local et régional.

22 Dans un contexte occidental, Percq (1998) nomme ces espaces doués tant de particularismes locaux que de singularités ordinaires, « utopie du coin de la rue ».

23 Les cinémas sont en voie de disparition en Syrie, où ils sont une trentaine, dont moins de dix à Alep, avec des programmes plus que médiocres et totalement déphasés par rapport à la production mondiale.

24 Les jeunes parlent entre eux en arabe évidemment, sauf exception, mais certains parlent bien français ou anglais et peuvent utiliser avec l’enquêteur un langage qu’ils estiment bien parisien et à la mode.

25 Il est vrai que les jeunes gens émigrent plus que les jeunes filles, mais ce sont aussi des couples constitués qui partent et parmi les jeunes qui vont à l’étranger terminer leurs études, comme boursiers ou sans bourse, beaucoup sont des filles, qui obtiennent en général de meilleurs résultats que les garçons dans leurs études.

26 Des années soixante aux années quatre-vingts, le Nadi Sa‘ad était l’une des deux ou trois boîtes de nuit d’Alep, située en limite de ‘Aziziyyé. Le Club d’Alep, aussi à ‘Aziziyyé, club privé plutôt fermé est toujours un espace de rencontre et de loisirs de l’aristocratie alepine, toutes appartenances confondues. Le restaurant et dancing du Montana a été transformé en mosquée dans les années soixante-dix. Quelques restaurants font venir des orchestres et un chanteur, mais les moments de danse présente surtout des danses traditionnelles. Les fêtes privées ou communautaires offrent sans doute les principales occasions de danser les danses modernes ou « occidentales ».

27 En France, surtout dans la bourgeoisie urbaine, des familles de la même société ou du même quartier (ou de la paroisse) organisaient chez elles à tour de rôle des soirées dansantes rassemblant régulièrement les jeunes garçons et filles du groupe. L’un des objectifs de ces « rallyes » est de favoriser les « bons » mariages. Sur ce sujet, voir les travaux des sociologues de la grande bourgeoisie parisienne, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot.

28 La ‘asabiyya est un esprit de corps, une solidarité indéfectible, qui peut être familiale ou tribale. Le terme est déjà employé dans un hadîth où le prophète condamne les pratiques qui lui sont liées, comme contraires à l’esprit de l’islam (EI2 I, 701-702). L’analyse de la ‘asabiyya a été développée par Ibn Khaldoun au xive siècle. Voir glossaire.

29 La municipalité et la Chambre de commerce d’Alep ont mis au point un programme de construction de « souks populaires », regroupant notamment des commerces préexistants ou des commerçants ambulants. Un marché de ce type, rassemblant 400 boutiques, est actuellement réalisé et fonctionne dans le quartier « Masaken Hanano » au nord-est. Plusieurs autres sont prévus. Autre forme de désenclavement, la grande surface ouverte par Carrefour à l’extrémité ouest de la ville est rendue accessible à une clientèle populaire des quartiers périphériques par la desserte de bus privés affrétés par Carrefour.

Table des illustrations

Titre Photos 6-7 : Deux vues d’une terrasse de café dans la rue du Cinéma Zahra.
Crédits T. Boissière
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6675/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

Auteur

Docteur en anthropologie biologique et culturelle ; chercheur associé au laboratoire d’anthropologie bioculturelle de Marseille, UMR 6578

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540