Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alep et ses territoires

 | 
Jean-Claude David
, 
Thierry Boissière

Deuxième partie - Ville planifiée et ville spontanée, identité et pouvoirs locaux, centralisme étatique

Chapitre 9 – Croissance et contrôle de l’espace. L’informel et l’urbanisme, la municipalité et l’État

Salwa Sakkal

Résumé

L’application des plans directeurs et le contrôle de l’espace à Alep paraissent irréalisables : le plan de 2004, qui doit organiser le développement de la ville pendant vingt ans, n’a pas encore été approuvé. L’un des obstacles à la maîtrise de l’espace semble être la très forte croissance démographique et les mouvements de population entraînant une demande considérable d’espace urbain : l’appel à l’informel semble inévitable. Pourtant l’informel et l’illégal ne sont pas réservés aux quartiers pauvres : les investisseurs ayant pignon sur rue font tout autant appel à des moyens illégaux respectant les normes en apparence. Les formes planifiées voisinent ou se combinent avec celles produites par des processus spontanés et illégaux, comme si une part de légalité respectée autorisait le recours à une part d’illégalité et à la corruption. En fait, les fonctionnements « parallèles » ne sont pas réservés aux « riches » ou aux « pauvres », pas plus qu’ils ne correspondent précisément à la légalité ou à l’illégalité.
Nous présentons Alep dans la Syrie et dans son environnement régional, puis le contexte de son évolution et de son aménagement : croissance et taux d’urbanisation, population active, développement spatial et répartition des fonctions. Puis nous analysons les moyens de gestion et de production de l’espace, les déviances qui conduisent à l’informel, à l’illégal et à la corruption, ainsi que les solutions institutionnelles proposées pour améliorer la gouvernance de la ville.

Urban planning implementation and territory control seem impossible to attain in Aleppo. The 2004 plan that was to organise urban development for the coming twenty years has yet to be approved. One of the main obstacles to urbanisation control is the ever-growing demographics and population movements resulting in considerable demand for urban space: the call for informal housing seems inevitable. However, informal and illegal housing are not restricted to poor areas. Influential investors make as much use of illegal means and corruption. In fact, informal systems are not exclusive to “wealthy” or “poor” inhabitants nor do they represent exactly legal or illegal means. In this article, we present Aleppo in the Syrian and regional context, then we look at the context of its evolution and its management: economic growth, urbanisation rate, working population, spatial development and functional distribution. Then we analyse the means of space management and production, the deviations which lead to informal, illegal solutions and corruption . Finally, we study the institutional solutions proposed to improve urban policies.

خلاصة – يبدو تطبيق الخطط التوجيهية ومراقبة الفضاء في حلب أمرين لا يمكن تحقيقهما. فمن المفترض أن تنظّم خطة العام 2004 تطوير المدينة لمدة عشرين عاماً، لكنّها لم تكن قد حازت المصادقة عليها في العام 2011. يبدو أنّ إحدى العقبات أمام التحكّم بالفضاء هي التزايد السكاني الكبير وتحرّك السكان، مما يؤدي إلى طلبٍ كبير على الفضاء المديني، ويجعل اللجوء إلى السكن العشوائي أمراً لا يمكن تجنبه. غير أنّ العشوائي وغير الشرعي ليسا حكراً على الأحياء الفقيرة، إذ إنّ المستثمرين الذين لديهم وجائب على الشارع يستخدمون بالقدر عينه وسائل غير شرعية لا تحترم المعايير إلا ظاهرياً. تتجاور الأشكال المخططة مع تلك التي تنتجها مساراتٌ تلقائية وغير شرعية أو تندمج فيها، كما لو أنّ حصّةً من الشرعية المحتَرمة تسمح باللجوء إلى حصّةٍ من اللاشرعية والفساد. ولا تقتصر آليات العمل الموازية على الأغنياء أو الفقراء، كما لا تتوافق مع الشرعية أو اللاشرعية.
نقدّم حلب في سوريا ومحيطها الإقليمي في العام 2011، ثم سياق تطورها وتنظيمها: النمو المديني ونسبته، والسكان الفعالون، والتطور الفضائي وتوزيع الوظائف. ثم نحلّل بعد ذلك وسائل إدارة الفضاء وإنتاجه، والانحرافات التي أدّت إلى العشوائي واللاشرعي والفساد.

Texte intégral

Photo 1 : Vue aérienne Google Earth des quartiers au nord-est de la ville, informels et illégaux à 80%, Trab al-Hollok, Cheikh Khoder, quartiers actifs et dynamiques où se sont développées des zones industrielles et artisanales informelles (cuir, métallurgie notamment). Le vaste espace construit, moins dense au nord-est, Masaken Hanano, est un programme d’habitat populaire construit par l’État, incluant un vaste « souk populaire ». A la limite orientale de l’image, on peut voir comment le découpage parcellaire en longues bandes de terrain se transforme en quartiers.

Photo 1 : Vue aérienne Google Earth des quartiers au nord-est de la ville, informels et illégaux à 80%, Trab al-Hollok, Cheikh Khoder, quartiers actifs et dynamiques où se sont développées des zones industrielles et artisanales informelles (cuir, métallurgie notamment). Le vaste espace construit, moins dense au nord-est, Masaken Hanano, est un programme d’habitat populaire construit par l’État, incluant un vaste « souk populaire ». A la limite orientale de l’image, on peut voir comment le découpage parcellaire en longues bandes de terrain se transforme en quartiers.

Photos 2-3-4 : Trois vues aériennes Google Earth où l’espace est affecté par différentes phases d’urbanisation, commençant par le tracé d’une voirie régulière et le découpage de lotissements. Les zones fertiles sont épargnées dans une première période. La vue numéro 7 se situe dans la zone d’extension de la ville suivant le nouveau plan directeur. On imagine aisément la difficulté de proposer un aménagement par zones homogènes dans ce mitage de lotissements résidentiels, d’activités agricoles et de constructions industrielles.

Photos 2-3-4 : Trois vues aériennes Google Earth où l’espace est affecté par différentes phases d’urbanisation, commençant par le tracé d’une voirie régulière et le découpage de lotissements. Les zones fertiles sont épargnées dans une première période. La vue numéro 7 se situe dans la zone d’extension de la ville suivant le nouveau plan directeur. On imagine aisément la difficulté de proposer un aménagement par zones homogènes dans ce mitage de lotissements résidentiels, d’activités agricoles et de constructions industrielles.

Photo 5 : Villas avec piscines, usines, vergers d’oliviers, caractérisent les espaces en cours d’urbanisation à l’ouest.

Photo 5 : Villas avec piscines, usines, vergers d’oliviers, caractérisent les espaces en cours d’urbanisation à l’ouest.

1À Alep, comme ailleurs dans la région, l’application stricte des plans directeurs et le contrôle de l’espace paraissent être des objectifs irréalisables. Ainsi le plan directeur de 2004, qui doit organiser le développement de la ville pendant vingt ans, n’a pas encore été officiellement approuvé. L’un des obstacles à la maîtrise de l’espace semble être la très forte croissance démographique et les mouvements de population qui en découlent, provoquant une demande de logements à laquelle ni les institutions ni les investisseurs privés ne sont capables de faire face. L’appel à l’informel est inévitable pour loger des habitants dont la solvabilité semble faible et qui ne peuvent être une clientèle rentable. Pourtant l’informel et l’illégal ne sont pas réservés aux seuls habitants pauvres : les investisseurs ayant pignon sur rue font tout autant appel à des moyens et à des fonctionnements illégaux et produisent d’autres espaces « informels », plus policés et respectant en apparence les normes et les formes. Les passe-droits qui permettent d’ajouter un étage, de rogner sur la superficie légale de l’espace non construit dans la parcelle, semblent presque normaux et honnêtes, dans la mesure où ils ont été « payés » et font partie d’une négociation. Si les immenses quartiers dits informels sont presque totalement illégaux dans leur mode de production et d’acquisition comme dans leur forme, l’illégalité est présente presque partout ailleurs, plus ou moins visible et plus ou moins réprouvée, mais difficilement réprimée, par exemple dans les espaces situés en dehors du périmètre municipal, qui font partie des communes voisines avant leur intégration automatique dans le territoire communal d’Alep par un nouveau plan directeur. Les quartiers anciens classés, quoique très contrôlés par l’administration, sont aussi marqués par l’illégalité, soit contre la lettre du règlement dans les transformations souvent réalisées dans l’habitat populaire ancien, soit plutôt contre son esprit dans la plupart des transformations autorisées pour réaliser des équipements touristiques. Presque partout les formes urbaines planifiées voisinent ou se combinent avec celles qui sont produites par des processus spontanés et illégaux. On a parfois l’impression que la loi et les règles existent essentiellement pour favoriser leur contournement et le développement de l’illégal et de l’informel, donc les profits de la corruption. Comme si une part de légalité respectée autorisait le recours à une part d’illégalité. On pourrait penser que l’informel et l’illégal sont inhérents au sous-développement, tandis que la loi et la règle sont représentatifs de la partie « développée » de la ville. En fait « développement » et « sous-développement » s’entremêlent, cohabitent et ne sont pas réservés à l’un des deux grands groupes de la société, « les riches » et « les pauvres », pas plus qu’ils ne correspondent à la légalité et à l’illégalité. Ces contraires complémentaires sont quasiment indispensables l’un à l’autre. Les oppositions sont généralement résolues d’autant plus aisément que les outils administratifs modernes n’ont été importés et appliqués que récemment : les pratiques et les mentalités conservent sans doute de façon plus ou moins inconsciente d’anciens fonctionnements pré-légaux plutôt qu’illégaux, régulés par un minimum de lois et par beaucoup de consensus. Ainsi, les arrangements nécessaires passent-ils souvent par des formes modérées de corruption qui peuvent sembler normales quand elles ne dépassent pas certains niveaux.

2Depuis quelques années, la corruption, de plus en plus sollicitée, tend à fonctionner pour elle-même comme un système et non plus comme l’un des outils de la négociation des solutions. Cette évolution rend le système de plus en plus insupportable dans ses excès et son arbitraire et les réformes de plus en plus indispensables, mais le pouvoir central semble conserver en mains l’essentiel et ne pas concéder autre chose qu’une libéralisation économique progressive et très contrôlée. La décentralisation administrative et un allègement du contrôle de l’État ne sont pas à l’ordre du jour même si le discours sur la régionalisation et les programmes pour la modernisation de l’administration municipale le sont. Des lois et des décrets sont en cours de révision afin d’assurer cette décentralisation, dont fait partie la nouvelle loi de l’administration locale de juillet 2011 qui organise une sorte de décentralisation des pouvoirs et des responsabilités.

3L’évolution de la situation, progressive depuis une vingtaine d’années, s’est récemment accélérée. C’est l’effet d’un « bon gouvernement » municipal pratiqué depuis une décennie. L’espace urbain est la scène où se manifestent les interactions entre ce « bon gouvernement » et les dysfonctionnements, conséquences du centralisme excessif et de la corruption. Il est à la fois le lieu et le produit complexe de ces oppositions.

Alep et le découpage administratif syrien

  • 1 Les chefs-lieux de mantiqa sont : Al-Bab, Mambej, Djarablous, Ain-al-Arab, Azzaz, Afrin, Sfiré, Jab (...)

4La Syrie s’étend sur 185 180 km2 et comprend quatorze gouvernorats (ou mouhafazat), différents dans leur superficie, leurs caractéristiques géographiques et climatiques, la densité de leur population, leur économie. Chaque mouhafaza est divisée en districts (mantiqa) subdivisées en communes (nahié). La répartition de la population est très contrastée : 80 % des habitants sont dans la partie ouest du pays, depuis la mouhafaza d’Alep au nord, jusqu’à celle de Dara‘a au sud, sur à peine 33 % de la superficie totale, tandis que le reste du territoire, à l’est, à l’exception de la vallée de l’Euphrate et de ses affluents, est subdésertique (fig. 1). La mouhafaza d’Alep, presque entièrement située en zone fertile, s’étend sur une superficie de 19 720 km2 soit 10,7 % du territoire syrien. Elle regroupe huit mantiqa 1 qui comprennent plusieurs noyaux urbains et ruraux secondaires (32 nahié-s regroupant 1 423 villages). C’est actuellement la plus peuplée de Syrie : selon le recensement de 2004, sa population atteint presque 4 millions d’habitants, ce qui représente 22,7 % de la population syrienne, alors que les mouhafazat de Damas Ville et Damas Région en regroupent 21,4 %. Sa densité ne cesse d’augmenter : elle est passée de 82 à 218 habitants au kilomètre carré entre 1970 et 2004 et elle a presque doublée entre 1981 et 2004, par le développement de la ville d’Alep, mais aussi par celui des petites villes, des zones rurales et des villages, en dépit de la migration vers les villes. Les mouhafazat d’Alep et de Damas cumulaient en 2004 près de 45 % de la population du pays.

Figure 1 : Répartition de la population syrienne.

Figure 1 : Répartition de la population syrienne.

Croissance urbaine et taux d’urbanisation en Syrie et à Alep

  • 2 United Nations Secretariat, World Population Prospects : The 2006 Revision and World Urbanization P (...)

5La population syrienne a presque doublé en 20 ans, entre 1981 et 2004. Au dernier recensement, en 2004, elle s’élevait à 17,98 millions d’habitants contre 13,8 millions en 1994 et 9,1 millions en 1981. Son taux moyen d’accroissement naturel, très élevé, était de 3,3 % entre 1960 et 1970, 3,35 % entre 1970 et 1980, 3,29 % entre 1980 et 1994. Il a baissé jusqu’à 2,58 % entre 1994 et 2004 (tableau 1). Selon l’UNPP, le taux de croissance de la population en Syrie devrait baisser encore d’ici à 2025 pour être de l’ordre de 1,47 % à cette date 2.

6Le taux de croissance de la population dans la mouhafaza d’Alep connaît aussi un fléchissement depuis les années 1980 : il a clairement baissé dans les régions urbaines de la mouhafaza mais moins dans la ville même d’Alep (tableau 2), reflétant les tendances majeures du processus d’urbanisation en Syrie (tableau 3). Globalement, la population urbaine de la mouhafaza a connu une forte croissance durant les 20 dernières années : le taux d’urbanisation y est passé de 59,7 % à 62,4 %. Le développement d’Alep, qui regroupe 84,5 % des urbains de sa mouhafaza, est accompagné d’une forte augmentation des densités dans toute la région. Alep, métropole de fait du nord-ouest de la Syrie, concentre plus de la moitié (52 %) de la population de sa mouhafaza. Sa population est passée de près d’un million d’habitants en 1981 à 2 132 100 habitants en 2004, suivant un rythme de croissance en baisse, 5 % entre 1970 et 1981, 3,61 % entre 1981 et 1994, 3,3 % entre 1994 et 2004. Les estimations du Bureau central des statistiques prévoient la poursuite de la baisse du taux de croissance qui doit passer de l’ordre de 2,6 % entre 2004 et 2020 à 2,2 % entre 2020 et 2030 : selon ces estimations, Alep devrait avoir 3 130 000 habitants en 2015.

7Cette croissance qui reste forte reflète la situation favorable d’Alep : au cours de son histoire elle a très souvent été le centre d’une vaste région et le moteur de son développement. Elle a presque toujours exercé une attraction, non seulement dans sa mouhafaza ou sa région, mais dans toute la Syrie, voire bien au-delà. Dans la Syrie moderne, elle est le centre principal du marché agricole, un carrefour, national et potentiellement international des transports, un pôle industriel et artisanal pour le pays, un des principaux centres des échanges commerciaux, un centre médical et universitaire. Dans certaines circonstances et à certains moments, elle a pu se trouver appelée à accueillir une immigration importante, notamment de ruraux en cas d’excédent démographique par rapport aux ressources.

Tableau 1: Pourcentage de la population par mouhafaza. Taux d’accroissement (pour mille).

Mouhafazat

% de la population syrienne

Accroissement, pour mille

 

2004

1994

1981

2000-2005

1995-2000

1981 -1994

Damas ville

8,7

10,1

12,3

13,3

14,7

18,0

Région de Damas

12,7

11,9

10,1

34,1

37,6

45,9

Alep

22,7

21,6

20,8

26,8

29,5

36,1

Homs

8,6

8,8

9,0

23,5

25,9

31,6

Hama

7,8

8,0

8,2

23,0

25,4

31,1

Lattakié

4,9

5,4

6,1

17,5

19,3

23,6

Deir-ez-zor

5,7

5,2

4,5

32,4

35,7

43,6

Idlib

7,1

6,6

6,4

25,9

28,5

34,8

Hassaké

6,4

7,4

7,4

24,6

27,1

33,1

Raqqa

4,5

4,0

3,9

26,7

29,4

35,9

Al-Souweida

1,8

1,9

2,2

17,1

18,8

23,0

Daraa

4,7

4,4

4,0

29,9

33,0

40,3

Tartous

4,0

4,3

4,9

16,2

17,9

21,9

Kouneitra

0,4

0,3

0,3

36,2

39,9

48,8

TOTAL

100

100

100

24,5

27,0

33,0

Sources : Bureau central de statistiques. Recensements 1981-1994-2004, estimations 2006.

Tableau 2 : Évolution du taux de croissance dans la mouhafaza d’Alep.

Catégorie

Taux de croissance

1960-1970

1970-1981

1981-1994

1994-2004

Pop. rurale

2.5 %

2.85 %

3,3 %

2.38%

Pop. urbaine

4.2 %

5,29 %

3.7%

2.32%

Ville d’Alep

4.1 %

5.0 %

3,6%

3,3%

Total

3.75 %

4.1 %

3.54%

2.68%

Sources : Bureau central de statistiques, Damas. Recensements 1981-1994-2004.

Tableau 3 : Évolution de l’urbanisation de la mouhafaza d’Alep.

Catégorie

1960

%

1970

%

1981

%

1994

%

2004

%

Pop. totale

957 399

100

1 316 872

100

1 878 700

100

2 952 879

100

4 045 166

100

Pop. rurale

483 338

50,4

608 367

46

756 523

40,3

1 153 726

39,1

1 520 663

37,6

Pop. urbaine

473 061

49,6

708 505

54

1 122 175

59,7

1 799 153

60,9

2 524 503

62,4

Sources : Recensements 1960-1970-1981-1994-2004, Bureau central de statistiques, Damas.

Population active en Syrie et à Alep

8La population syrienne en âge de travailler, entre 15 et 60 ans, ne cesse de croître. Elle représente 60 % de la population totale selon le recensement de 2004. Le tableau 4 montre l’évolution de cette tranche d’âge qui va continuer à augmenter jusqu’en 2025, arrivant à 67% selon l’étude prospective de l’UNPP. La population active évolue aussi depuis 1970 (tableau 5). Les pourcentages des personnes actives à Alep selon les secteurs d’activité montrent l’importance de l’industrie, 22,5 %, et du secteur tertiaire, 35,7 % de la population active dans la mouhafaza d’Alep, part élevée qui correspond à l’importance de la population urbaine dans la mouhafaza (tableau 6). Ces chiffres sont plus élevés si l’on prend en compte uniquement la population urbaine de la mouhafaza : 26,7 % de la population active urbaine travaille dans le secteur de l’industrie.

Tableau 4 : La population syrienne en âge d’activité.

Year

Working Age Population

(%) of total

growth

1970

3132

49,1

1975

3668

48,7

3,2%

1980

4323

48,2

3,3%

1985

5199

48

3,8%

1990

6322

49,2

4,0%

1995

7760

52,6

4,2%

2000

9544

56,8

4,2%

2005

11426

60

3,7%

2010

13198

61,6

2,9%

2015

15031

63,1

2,6%

2020

16910

65

2,4%

2025

18804

67

2,1%

Sources : UNPP, The 2006 Revision and World Urbanization Prospects.

Tableau 5 : La population active en Syrie.

 

Population active

Pourcentage

1970

1 524 552

24,2 %

1981

2 490 887

22,7 %

1994

3 918 000

30,0 %

2002

5 459 561

31,9 %

Sources : Bureau central de statistiques, Damas. Recensements 1970-1981-1994-2004.

Tableau 6 : Pourcentages des personnes actives suivant les secteurs.

Secteur d’activité

Population active syrienne

Population active Mouhafaza d’Alep

Agriculture et forêts

17,1

3,3

Industrie

13,4

22,5

Construction

19,5

18,9

Hôtels, restaurants et commerces

12,1

12

Stockage, transport et communication

6,1

6,2

Finance et autres

1,9

1,4

Services

29,9

35,7

Total

100

100

Sources : Bureau central de statistiques, Damas. Recensement 2004.

9Les activités tertiaires, qui comprennent les transports, le commerce, les activités bancaires et d’assurances, les services et l’administration, emploient à Alep 40,6 % de la population active. Le commerce compte à lui seul pour 15 % de la population active. Alep constitue un pôle dans beaucoup de domaines ; mis à part le commerce et les autres activités tertiaires elle rassemble une grande partie de l’équipement hospitalier et médical de la région ainsi que des universités, publiques et privées, de ce fait, son influence dépasse largement les régions proches et s’étend sur les cinq mouhafazat de la Syrie du Nord.

Développement spatial de la ville d’Alep

10Les transformations majeures qui ont affecté Alep sont des conséquences de la croissance démographique, du développement économique, de l’évolution des modes de vie et plus récemment de la mondialisation. Elles ont un impact sur la répartition spatiale des populations et la production de l’habitat, sur l’occupation et l’usage du sol, sur l’organisation des services, sur la mobilité et les transports, sur les modes d’extension de l’espace urbain.

11La faiblesse des reliefs sur le site d’Alep a favorisé un développement en tache d’huile, prolongé par les choix des différents plans directeurs sous le mandat français. Par la suite, le plan d’aménagement établi par André Gutton en 1954 a guidé les transformations, essentiellement pour la partie moderne, « occidentalisée », avec un développement vers l’ouest. Les zones industrielles se sont développées ailleurs, celle d’Aïn al-Tell au nord, Arkoub à l’est, Kallassé au sud, Belleramoun au nord-ouest. À cette époque, l’industrie alépine a connu une phase d’intense dynamisme, avant les nationalisations des années soixante et le ralentissement. L’essor démographique et la vive prospérité économique ont favorisé alors une extension de la ville avec un passage de la superficie urbanisée de 1 750 hectares en 1953 à 3 410 hectares en 1974. Le développement des nouveaux quartiers de type « européen » se poursuit alors vers l’ouest, le nord-ouest et le nord, suivant le zonage défini par le plan Gutton (1954), puis par le plan Banshoya de 1974 (fig. 2) qui propose aussi de vastes zones d’extension au sud-ouest. L’extension des quartiers populaires s’est faite à l’est, au nord et au sud de la ville, en respectant plus ou moins le plan municipal d’alignement et d’occupation défini pour chaque zone. Mais les espaces prévus pour le développement de ces quartiers dans ces directions étaient très insuffisants comme si l’expansion de la ville devait répondre à une demande d’espace à l’ouest, plus rentable pour l’investissement foncier et immobilier, plutôt qu’aux besoins potentiels d’une population croissante et aux moyens limités qui ne pouvait pas accéder aux logements dans ces quartiers ouest (fig. 3).

Figure 2 : Plan directeur 1974-1976 (carte de la municipalité d’Alep).

Figure 2 : Plan directeur 1974-1976 (carte de la municipalité d’Alep).

Dans le plan directeur 1974-76, le nombre de catégories d’habitat est limité à 7 dont 5 clairement distinctes : la vieille ville (ocre) ; le tissu urbain résidentiel continu avec commerces (rose) qui constitue l’essentiel des quartiers centraux développés de la fin de l’époque ottomane (fin du xixe siècle) aux années 1980 ; le tissu urbain résidentiel discontinu, l’habitat moderne première catégorie et le même en deuxième catégorie (dont le type remonte à l’époque ottomane mais est considéré comme la « trame Écochard ») ; enfin l’habitat style I (ces trois dernières catégories représentées en jaune plus ou moins foncé).
Le projet présenté sous le nom de projet Banshoya, une première version du plan directeur 1974-76, dessinée vers 1972, est plus explicite : les zones en orange, à l’ouest, sont désignées comme l’habitat « classe aisée » ; les zones en marron au sud-ouest, nord-ouest et centre sont l’habitat « classe moyenne », le bleu au nord, sud et est, l’habitat « classe populaire ». Cette dernière catégorie correspond exactement à la zone où seront construits au cours des 25 années qui ont suivi, l’habitat sans permis (informel ou illégal) et les deux programmes d’habitat populaire de l’État. Ainsi, d’une certaine façon, l’espace construit entre les années 1970 et 2000, en logements illégaux, était bien prévu dans le plan directeur comme « habitat populaire ». Le zonage du plan directeur est ainsi « respecté » car l’informel est bien produit sous le contrôle de la municipalité.

Figure 3 : Étalement et développement d’Alep, 1932-2007.

Figure 3 : Étalement et développement d’Alep, 1932-2007.

Carte Salwa Sakkal sur fond Google Earth.

  • 3 Le plan directeur établi par G. Banshoya en 1974 n’a pas pris en considération l’existence de ces q (...)

12De 1974 à 2000, Alep a connu une expansion bien plus considérable de sa superficie, avec un essor de la construction, opposant les vastes zones légales à des zones encore plus vastes de constructions illégales. En principe, il s’agissait de répondre à la très forte demande de logement, conséquence de la croissance de la population liée à l’augmentation naturelle et à l’immigration d’origine rurale, mais en réalité le mouvement de construction résultait surtout du fait que le bâtiment était quasiment l’unique possibilité d’investissement pour les détenteurs de capitaux, conséquence du contrôle étatique sur l’économie au moins jusqu’au début des années 1990. Si l’on excepte quelques programmes de construction de grands ensembles d’habitat populaire par l’État (Hamdaniyyé au sud-ouest, Masaken Hanano au nord-est) dramatiquement insuffisants, l’essentiel de la construction est, d’une part, le fait des Associations coopératives professionnelles (Jama‘iyyat ta‘aouniyat sakaniyat) et, d’autre part, le fait de processus informels dans des quartiers illégaux. Les coopératives professionnelles ont construit beaucoup dans les zones à urbaniser vers l’ouest selon le plan directeur, de petits immeubles aux façades en pierre de taille souvent ornées, restés longtemps inhabités ou sous-habités car ils ne correspondaient ni aux besoins ni aux moyens de la plupart des candidats au logement mais servaient essentiellement de « coffre-fort » pour des investisseurs. Le développement des zones d’habitations non réglementaires, notamment à l’est, a été une réponse à l’inadéquation des choix des plans directeurs et à l’insuffisance de l’investissement public pour le logement populaire. Les quartiers informels fonctionnent aussi comme un processus d’investissement et d’accumulation du capital accessible à des revenus modestes, directement et immédiatement affectés au logement 3.

13La loi numéro 10, de mai 1991, a donné le signal du début de l’ouverture économique après une trentaine d’années de fortes restrictions de l’investissement privé, national et étranger. Elle a permis le développement de projets importants (voir supra l’article de Fabrice Balanche). Le début de changement du contexte économique s’est manifesté, entre autres, par la reprise du développement des zones industrielles légales de Belleramoune à l’ouest et de Jibrine au sud-est (industrie et artisanat). En même temps, les principaux axes routiers ont fortement orienté l’urbanisation, notamment vers l’ouest, en dehors du territoire municipal d’Alep, avec l’implantation de nombreux sites industriels de part et d’autre de la route de Damas, en dehors des zones réservées à cette fonction, et la réalisation de lotissements de villas dans la même région. Le développement des villages périphériques et leur intégration dans l’espace urbain ou périurbain a été aussi stimulé. L’étalement en ville, encore vers l’ouest, des nouveaux lieux du commerce à partir du centre-ville des décennies précédentes et le long des boulevards et des axes principaux des nouveaux quartiers, s’est accentué, ainsi que le développement des quartiers « informels » vers l’est.

14À la fin des années quatre-vingt-dix, dans la continuité de cet essor, la ville connaît encore un développement remarquable, soutenu par la réalisation de projets publics et d’investissements privés : l’amélioration de l’infrastructure routière, la réalisation de contournements et d’autoponts, la construction de logements, et l’investissement privé surtout dans l’industrie et le commerce. Des zones d’activité commerciales et industrielles, ateliers, usines, entrepôts, continuent à pousser le long des axes routiers qui sortent de la ville en direction de Damas, de Bab al-Hawa et vers la Turquie, de ‘Azaz et Mouslimiyyé, ainsi que de nouvelles zones d’activités artisanales, implantations illégales sur la route de Mouslimiyyé vers le nord. Les quartiers illégaux, à cette époque, ont connu aussi une croissance rapide surtout du côté de Cheikh Maqsoud et d’Achrafiyyé ainsi que de Handarate (fig. 8).

15Au cours de la période 1996-2007, la construction des nouveaux quartiers se poursuit vers l’ouest. Elle est caractérisée surtout par l’activité des associations de coopératives professionnelles. L’intensification de l’activité de l’Établissement Public de l’Habitat se manifeste par la poursuite de la construction des ensembles résidentiels populaires au sud-ouest (Hamdaniyyé) et au nord-est (Masaken Hanano) et dernièrement d’habitat pour les jeunes, et par l’extension considérable des zones industrielles officielles vers l’ouest, le sud et surtout le nord-est à Cheikh Najjar où sont aussi en construction des logements ouvriers sur 980 hectares.

16En 2007, l’agglomération alépine, d’après l’image satellite Google Earth, s’étend sur un territoire d’environ 16 870 hectares. Les plans topographiques de 1953, 1974, 1996 et l’image Google 2007 ont permis de calculer l’accroissement moyen entre les différentes dates (tableau 7 et fig. 3). Il est de 66 hectares/an pour la période 1953-1974, de 340 hectares/an pour la période 1974-1996 et de 669 hectares/an pour la période 1996-2007, ce qui confirme l’importance du développement spatial et démographique, et sans doute économique, de la ville.

Tableau 7 : Croissance de la superficie urbanisée d’Alep

Année

Surface totale urbanisée (ha)

Croissance annuelle

ha/an

1932

550

1953

1750

57

1974

3410

66

1996

9520

340

2007

16875

669

Sources: plans topographiques de1953, 1974, 1996 et vue Google 2007.

Occupation de l’espace et répartition des fonctions urbaines (fig. 4)

Figure 4 : Occupation du sol et répartition des fonctions.

Figure 4 : Occupation du sol et répartition des fonctions.

La carte de la fig. 8 souligne certains modes de production de l’espace urbain et notamment l’informel et l’illégal, et le rôle ancien des camps de réfugiés. La carte de la fig. 4 met en évidence d’autres dynamiques actuellement agissantes, causes ou conséquences des difficultés que rencontre la mise en œuvre du nouveau plan directeur. Elle doit être comparée à la carte de la fig. 13, plan directeur « actuel ». La ceinture d’extension entre la limite de la zone du plan directeur de 1974 et celle du plan directeur de 2004 ou 2009 est large en moyenne d’un peu moins de 10 kilomètres au nord, à l’ouest et au sud-ouest. Elle est quasiment inexistante au sud et sud-est au delà d’une limite de zone non constructible généralement respectée. A l’est, elle est réservée à des fonctions non résidentielles ou à des ensembles d’habitat populaire et ouvrier (aéroport, zone industrielle et logistique, cimetière « central », marché aux bestiaux, jardins et espaces verts urbains, zones « spéciales ») et amputée au nord-est de l’immense zone industrielle de Cheikh Najjar, extraite du territoire municipal dans sa version 2009. Le quasi no man’s land du sud-est où l’interdiction de construire est respectée, (peut-être pour des raisons de « Sûreté », le grand arsenal se trouve à moins de trente kilomètres dans cette direction), contraste avec la ceinture ouest et nord-ouest d’extension, largement occupée par le « tissu urbain résidentiel du plan directeur des communes avoisinantes » (intégré au territoire municipal alépin futur), par des « zones boisées », généralement vergers d’oliviers et pistachiers, des bâtiments industriels, des jardins irrigués par des puits illégaux, des lotissement autorisés ou non, construits ou simplement dessinés au sol (parfaitement visibles sur les images Google Earth). Cette occupation systématique par des investisseurs spéculateurs de la zone à urbaniser, rend très difficile la réalisation d’un zonage et l’application d’un projet directeur.

Conception Salwa Sakkal et J.-C. David, dessin H. David. Sources : différents plans de la municipalité d’Alep.

17Depuis quelques années l’évolution de l’emprise urbaine et de la localisation des fonctions n’est plus seulement une extension, planifiée ou informelle, à partir des sites et des formes antérieures. Le développement des périphéries adopte des formes nouvelles comparables à celles qui sont apparues plus anciennement dans les villes des pays développés. Alep, en pleine mutation, met en œuvre des logiques diverses qui coexistent :

18a) Le centre-ville s’était développé progressivement jusque vers 1995 à partir des souks et des extensions nées de la première modernisation ottomane (fin xixe et début du xxe siècle), englobant et transformant des quartiers d’habitation construits entre 1870 et 1970 (‘Aziziyyé, Jamiliyyé, Suleymanié, Mhattat Bagdad) (Pour les localisations, voir le chapitre 19). Il est maintenant en cours de densification sur place et d’éclatement, adoptant de nouveaux modèles qui correspondent à une ville moderne de trois millions d’habitants. La partie topographiquement centrale se caractérise par de hautes densités d’occupation, avec une fonction d’habitat qui reste importante, une armature commerciale diversifiée et une concentration de sites administratifs et de bureaux de services et de professions libérales qui reste importante. Ce pôle d’activités commerciales et de services s’adresse encore à la ville et à son agglomération ainsi qu’à une région plus large. Les sites les plus anciens comme les khans (caravansérails urbains) dans les souks ou les petits immeubles de bureaux de la fin du xixe siècle ont conservé souvent leurs occupants anciens, qui peuvent avoir un poids économique bien supérieur à ce que leur apparence laisserait présumer.

  • 4 Les travaux de construction du nouvel Hôpital National ont débuté au temps de l’Union avec l’Égypte (...)
  • 5 La Faculté de Génie ouvre à Alep en 1946, embryon et cœur du futur campus alépin, développé sur les (...)

19Le déplacement de certaines fonctions centrales vers d’autres sites de la ville s’est manifesté, très progressivement, à partir de la période de prospérité et de modernisation qui a suivi la Seconde Guerre mondiale. Les plus anciens services communs déplacés ou créés en dehors du centre-ville sont, d’une part, les hôpitaux et notamment le nouvel Hôpital National 4, qui succède à un ancien Hôpital National situé depuis la fin du xixe siècle au pied de la Citadelle et qui était un élément important de la centralité, et, d’autre part, des locaux universitaires embryons d’un très vaste campus 5. Dans les années soixante, c’est la municipalité qui a quitté son hôtel ottoman, construit à la fin du xixe siècle, situé au nord de la Citadelle. Beaucoup plus récemment, d’autres fonctions administratives qui étaient aussi groupées autour de la Citadelle, le Palais de Justice et le Gouvernorat (le Sérail), sur les sites historiques du pouvoir, ont été déplacées plus ou moins loin du centre. Les déplacements les plus récents sont ceux d’activités commerciales et de services, des activités artisanales et industrielles, nouvelles ou sorties des zones plus anciennes, qui se sont implantées aux sorties de la ville, vers l’ouest et le nord, sur les axes vers des régions proches et ceux qui mènent à la frontière turque du côté de ‘Azaz et Bab al-Hawa, ainsi que sur l’axe de Mouslimiyyé vers le nord et celui de Damas vers le sud-ouest. Ainsi se constituent de nouvelles zones d’emploi et d’activités, mixtes, périphériques, quasiment inconcevables il y a une quinzaine d’années, accessibles aux automobiles et aux transports en commun, où se côtoient les implantations commerciales, centres commerciaux, qui tendent à se substituer aux commerces centraux ou à s’y ajouter, ou plus largement des activités du secteur tertiaire et des activités de fabrication (zones artisanales officielles) ainsi que de la logistique des transports, mais peu d’habitat. Ainsi voisinent dans certaines périphéries des activités très diverses qui ne sont centrales ni par la topographie, ni du point de vue du rapport aux usagers et du type de service.

  • 6 Depuis la fin des années soixante-dix, les capitaux privés, trouvant rentable l’investissement dans (...)
  • 7 Il repose sur trois institutions : l'Établissement Public de l’Habitat, la municipalité, l’Établiss (...)
  • 8 Il est représenté par des associations coopératives d’habitations : la plupart de leurs projets son (...)

20b) Des quartiers résidentiels qui se différencient en fonction des normes urbaines appliquées, des types de construction, des densités, et du niveau socio-économique des habitants. Les logements dans ces quartiers se répartissent entre trois modes de production, privé 6, public 7, coopératif 8 qui constituent cinq types de quartiers (voir la carte de la fig. 8) :

- les zones mixtes, résidentielles et tertiaires, du centre-ville et des quartiers proches, déjà évoquées, sont une production privée ;

- les zones résidentielles à densité faible, situées à l’ouest de la ville, sont des productions privées et du secteur coopératif ;

- les zones résidentielles à densité moyenne situées dans la couronne proche du centre, au sud-ouest par exemple (Seif al-Dawlé), sont des productions privées et du secteur coopératif ;

- les grands ensembles résidentiels populaires désignés sous le nom de « villes », Hamadaniyyé au sud-ouest et Masaken Hanano au nord-est sont des productions du secteur public ;

- les zones d’habitat spontané situées tout autour de la ville sauf à l’ouest où la spéculation foncière et immobilière est très intense, qui sont du secteur privé.

21Ces deux dernières catégories constituent l’essentiel des quartiers populaires plutôt développés vers l’est, le nord et le sud, suivant une tendance qui existait déjà dans la ville ancienne : le développement de l’agglomération se poursuit donc suivant un processus très ancien de ségrégation sociale et de marginalisation des néo-citadins et des populations d’origine rurale surtout dans les quartiers est, nord-est et sud-est. Le dernier recensement de la population a enregistré des différences considérables de densité selon les quartiers. En général, plus on s’éloigne du centre ancien, surtout du côté ouest, plus les densités diminuent. Les plus fortes densités se trouvent dans les quartiers populaires proches du centre et surtout dans la moitié est, malgré le faible nombre d’étages des constructions informelles (fig. 5).

Figure 5 : Densités de population dans les différents quartiers.

Figure 5 : Densités de population dans les différents quartiers.

Conception et dessin, Salwa Sakkal. Sources : Recensement 2004.

22c) Des zones industrielles dispersées dans la ville et le long des axes routiers et actuellement concentrées à Cheikh Najjar, nouvelle zone industrielle en développement.

23La plupart des ateliers voués à des productions telles que la métallurgie traditionnelle, chaussure et confection, bois et ameublement, cuir et tannerie, matériaux de construction, réparation des appareils électroménagers et réparation de véhicules, une partie du textile, sont dispersés en ville et dans d’anciennes petites zones industrielles imbriquées dans des quartiers d’habitation, dans les souks, les khans et les qaysariyyé de la vieille ville et dans les quartiers de Kallassé, Cheikh Abou-Bakr, Arkoub, Midan, Ramoussé...

24Les vues Google Earth de 2007 (fig. 6) montrent que les zones industrielles modernes sont concentrées le long des axes routiers de ‘Azaz, Mouslimiyyé, al-Bab, Sfiré, sur la route de Bab al-Hawa et celle de Damas. La saturation de ces différents sites a motivé la création de la très vaste zone de Cheikh Najjar au nord-est, en cours d’aménagement :

- La zone de Belleramoune qui s’étend au nord-ouest de la ville le long de la route de ‘Azaz, prolongée par celle de Kfar Hamra, constitue un secteur industriel en pleine expansion depuis les années soixante.

- Les zones de Aïn al-Tell et Boustan al-Basha qui s’étendent le long de la route de Mouslimiyyé au nord de la ville sont anciennes et ont fait partie des sites de l’essor industriel qui a suivi la Seconde Guerre mondiale.

- Au sud-ouest, la zone de Cheikh Saïd est dominée par l’une des deux cimenteries de la ville et la zone de Ramousé, plus récente, a reçu entre autres activités des ateliers de mécaniques et de petite métallurgie déplacés de quartiers urbains mixtes.

- Le parc industriel de Jibrine au sud-est de la ville près de l’aéroport.

- Le parc industriel de Cheikh Najjar situé au nord-est de la ville. Cette zone, considérée comme la plus importante pour le futur, va occuper un espace de 4 285 hectares selon le plan directeur de 2004. Elle sera bien reliée à la ville, aux régions proches et aux axes régionaux et nationaux. Les travaux d’infrastructures ont débuté en 2000 et plusieurs établissements industriels y sont déjà implantés. Elle va mettre à la disposition des entreprises des lotissements sur 2000 hectares soit 46,6 % de la zone, ainsi qu’une zone d’environ 980 hectares, au nord et au sud-est, pour des ensembles résidentiels ouvriers. Le parc industriel sera desservi par la voie ferrée. La zone a été soustraite de l’aire de développement urbain et du territoire municipal définis par le dernier plan directeur : elle échappe ainsi au contrôle direct de la ville qui ne bénéficiera donc pas des retombées fiscales éventuelles à venir (fig. 7).

Figure 6 : La distribution géographique des zones industrielles dans la ville d’Alep.

Figure 6 : La distribution géographique des zones industrielles dans la ville d’Alep.

Cartographie de Salwa Sakkal. Sources : municipalité d’Alep.

Figure 7 : Zonage du parc industriel Cheikh Najjar.

Figure 7 : Zonage du parc industriel Cheikh Najjar.

La genèse des quartiers d’habitat spontané à Alep

  • 9 Voir plus loin la loi de planification urbaine n° 9 et la loi foncière n° 60 de 1979.
  • 10 Le gel des oliviers en 1950 a sans doute eu un premier impact qui ne s’est pas manifesté immédiatem (...)
  • 11 La réforme agraire a pu perturber les équilibres pendant une période mais elle a certainement eu un (...)

25Il existe un lien évident entre la rapidité de la croissance de la ville et le développement de l’urbanisation non réglementaire. L’augmentation de la population depuis les années 1970, conséquence du taux de natalité élevé et de l’arrivée des migrants ruraux en provenance surtout de la région d’Alep, a provoqué de nombreux problèmes : celui du logement est l’un des plus aigus avec celui de l’emploi. Faute d’une planification urbaine et d’une politique de construction efficace, c’est une offre, privée et publique, insuffisante et inadéquate, qui a été présentée en réponse à la demande. En conséquence, la ville, incapable d’accueillir la population croissante, n’a pas pu contrôler son territoire : la carence a été compensée par la naissance et la prolifération de zones d’habitat illégal, pauvres en équipements d’infrastructures et en services publics. Le développement de ces lotissements illégaux était aussi une conséquence des limitations imposées par les lois foncières de la fin des années 1970 fondées sur l’expropriation par la municipalité des terrains constructibles, qui a participé au tarissement de la construction privée légale de logements bon marché 9. Le phénomène des lotissements hors règlement qui a affecté le tissu urbain est particulièrement important et caractéristique à Alep : il se traduit par la production d’un cadre bâti en dur avec un minimum de services de proximité informels puis légalisés, et il laisse aux habitants la possibilité de développer des activités économiques, de faire des investissements et de réaliser une plus-value sur leur bien. Les constructions ont été édifiées sans permis à l’intérieur des limites légales du plan directeur, dans des terrains constructibles non lotis légalement, partiellement viabilisés et dépourvus des réseaux divers, ou dans des terrains agricoles non constructibles. Actuellement 40 % de la population habite les zones illégales, mais la municipalité semble réagir avec plus d’efficacité depuis une dizaine d’années. Vingt-deux zones de quartiers illégaux ou d’habitat non réglementaire sont répertoriées, réparties sur une couronne allant du nord à l’est, au sud et jusqu’au sud-ouest de la ville. Viennent s’y ajouter six villages intégrés dans le périmètre urbain. Ces zones, de superficies diverses, qui ont évolué depuis les années 1970, portent profondément les marques de leur développement spontané. La première phase fut rapide, entre 1963-1973, provoquée surtout par la migration de ruraux ayant quitté leur village en raison de la grande sécheresse qui a duré de 1958 à 1961 10, puis à la suite des bouleversements dus à la réforme agraire 11. L’étalement de ces quartiers s’est effectué durant cette première période surtout aux dépens des zones agricoles. C’est le cas des zones périurbaines situées au sud et à l’est de la ville. Dans cette première phase, seuls des migrants ruraux résidaient dans ces quartiers.

  • 12 Durant l’été 1981, a lieu la destruction de l’iwan Tchaleq, remarquable pavillon de séjour construi (...)

26De 1973 à 1983, ces quartiers sont le lieu d’une véritable explosion urbaine ; l’habitat non réglementé accentue le développement en tache d’huile et remet fortement en question les tentatives de rééquilibrage proposées par la planification. La poussée s’est développée encore à cette époque sur des terrains constructibles non lotis et des terrains agricoles 12. La surface bâtie des logements clandestins périurbains a triplé entre 1973 et 1980. Quant au rythme du développement, il a presque quintuplé par rapport à la période antérieure. Des citadins à la recherche d’un logement sont venus rejoindre les ruraux dans ces quartiers, y trouvant un habitat à prix modéré. En 1980, ces zones occupaient une superficie brute de 945 hectares rassemblant environ 285 000 habitants, soit près de 30 % de la population de la ville. Vers 2000, elles s’étendaient sur 2 400 hectares. Actuellement, elles occupent environ 3 500 hectares soit 21 % de la superficie de la ville (16 250 hectares), contenant presque 40 % de la population, soit 900 000 habitants. Mais en réalité la superficie cumulée des quartiers produits suivant des processus illégaux, en comptant certains quartiers légalisés et viabilisés à posteriori, est bien supérieure et couvre près de la moitié de l’espace urbanisé (fig. 8).

Figure 8 : Les modes de production de l’espace habité

Figure 8 : Les modes de production de l’espace habité

Cartographie : S. Sakkal, J.-C. David, H. David. Source : municipalité d’Alep.

  • 13  Ces lois n’ont eu que des effets négatifs. Elles ont d’une part encouragé les lotissements clandes (...)

27Les parcelles de lotissements illégaux sont découpées dans des terrains situés soit dans les limites du plan directeur, dans des zones constructibles, certaines appartenant à un seul propriétaire, soit en dehors du périmètre de la ville, sur de vastes espaces agricoles ou stériles. Les lotissements illégaux dans le territoire municipal sont sans doute plutôt le cas de lotissements anciens datant probablement des années 1980-1990 mais les limites du territoire municipal, pour Alep en particulier, changent avec chaque nouveau plan directeur, théoriquement tous les vingt ans, pour englober l’ensemble des nouveaux espaces à urbaniser. Des mesures nationales prises il y a trente ou quarante ans pour entraver ou limiter la spéculation foncière et les investissements improductifs et excessifs dans la construction ont été l’une des causes du fort développement des lotissements clandestins : ce sont les lois foncières n° 9 de 1974 et de 1976 qui limitent et contrôlent la spéculation et la construction dans le périmètre de la ville, ainsi que la loi foncière n° 60 de 1979. Par cette dernière, l’État a exproprié systématiquement tous les terrains non lotis inclus dans le périmètre du plan directeur (Sakkal-Theodory 1984). Une série de règles très contraignantes précise le fonctionnement de la loi et l’utilisation des terrains expropriés. Les municipalités sont chargées de procéder à l’aménagement des zones expropriées, d’installer la voirie et les réseaux divers. Les emplacements réservés par le plan directeur pour les espaces et les bâtiments publics et de service sont cédés gratuitement à la municipalité jusqu’à concurrence de 30 à 40 % de la surface des terrains à lotir. Les espaces lotis sont revendus au prix de revient aux utilisateurs (cités ici p. 9) des secteurs, public, coopératif et privé. L’État (la municipalité) a exproprié ainsi 15 millions de mètres carrés à Alep dans les années qui ont suivi la promulgation de la loi, sans avoir le budget nécessaire pour indemniser les propriétaires concernés 13 ni pour viabiliser et aménager les lots et les rendre constructibles : une conséquence de cette carence de l’État est donc le renforcement de la pénurie et la confirmation de la solution dans l’informel.

28Le marché de l’informel repose sur la vente de petites parcelles (60 à 100 m2 ou plus parfois). Les lotisseurs clandestins échappent à la loi en n’étant pas propriétaires des terrains qu’ils vendent. Par contre les acquéreurs deviennent propriétaires et peuvent être considérés comme transgressant la loi surtout en procédant à la construction sans permis. La vente des parcelles aux ménages n’étant pas précédée d’une procédure légale de lotissement, l’acquéreur se contente d’une simple subdivision (ou section) non matérialisée et d’une inscription légale au cadastre ayant une valeur de propriété dans l’indivision : chacun possède un certain nombre de parts ou d’actions immobilières (qirat) sur les 2 400 parts représentant la valeur totale d’un terrain. D’autres systèmes d’acquisition de terrains à construire existent : les usurpations de terres publiques, des waqfs ou de l’État, par des gens qui se prétendent propriétaires légaux à l’appui d’actes falsifiés, et la mainmise sur des terrains vides appartenant à l’État ou aux waqfs, voire à des propriétaires privés, ces procédures constituent 15 à 20 % de la superficie de lotissements clandestins. Les acheteurs de parcelles clandestines qui construisent une maison illégalement misent sur la tolérance de l’administration et à terme sur l’incorporation de ces zones dans le plan directeur et sur une régularisation, ce qui a été le cas autrefois et continue actuellement (fig. 9).

Figure 9 : Quartier de Jabal Badro à l’est d’Alep.

Figure 9 : Quartier de Jabal Badro à l’est d’Alep.

Google Earth, 2011.

Qualité et type de la construction ; voirie et services publics

29Dans les quartiers informels d’Alep, les bâtiments construits sans permis sur des terrains lotis non officiellement, achetés à prix modéré, sont tous édifiés en dur, en pierre ou en moellons de ciment avec des dalles de béton armé pour la couverture. Simplicité et rapidité caractérisent la structure de ces constructions : dès le début des quartiers irréguliers la construction clandestine différait notablement de celle des bidonvilles, qui n’ont jamais existé à Alep et généralement en Syrie ; elle ressemblait par contre dans son principe à celle des anciens faubourgs de Nayrab ou Salhine. Le plan de la maison, dans presque tous les quartiers spontanés, est dérivé au départ des types traditionnels urbains et notamment de la maison populaire à cour intérieure. Les étapes de la construction correspondent aux besoins des ménages et à leurs moyens financiers (fig. 10).

Figure 10 : Plans de maisons (plans photocopiés).

Figure 10 : Plans de maisons (plans photocopiés).

Les étapes de construction. En haut, la phase deux consiste en ajout d’un étage avec deux pièces et terrasse. En bas, la phase deux est un ajout de pièces dans la cour.

Conception et dessin de Salwa Sakkal.

30La plupart de ces maisons sont, à l’origine, des rez-de-chaussée et les maisons plus hautes ont deux, voire trois étages, construits successivement en fonction des moyens financiers et pour satisfaire de nouveaux besoins ou même pour bénéficier des revenus de location comme suppléments de budget familial. C’est seulement dans les quartiers de Ansari Gharbi, Tall al-Zarazir et Kroum al-Jounoubiyyé, qu’on trouve depuis les années 1990 des bâtiments à cinq ou six étages construits sans respecter les règlements administratifs et les règles de stabilité (sans parler des risques sismiques notables à Alep).

  • 14 En circulant dans ces rues ou en examinant les vues de Google Earth, on relève l’existence de vaste (...)
  • 15 Pour une description résumée des processus de création et d’évolution des quartiers informels d’Ale (...)

31Dans ces quartiers, 90 % des occupants sont propriétaires du sol et du bâti. La construction en dur permet au bâtiment de subsister longtemps et de constituer un bien transmissible aux enfants et qui peut être vendu. La simplicité de l’architecture et des techniques de construction autorise l’autoconstruction familiale, ou mixte avec des artisans qualifiés. La qualité relative assure à ces quartiers un statut de fait qui peut être pris en considération par les autorités. Une certaine importance de l’équipement d’infrastructure installé finalement manifeste la réalité du processus de légalisation qui leur est appliquée. De nos jours, 80 % des maisons disposent de l’eau potable et de l’électricité (même si plusieurs maisons partagent le même compteur). L’éclairage des rues est assuré au minimum, même s’il est parfois installé par les habitants. Des écoles primaires (fig. 11 et 12) ont été construites dans 90 % des quartiers. Par contre, la voierie et l’assainissement sont notoirement insuffisants, voire parfois inexistants : les rues de 4 à 5 mètres de large qui parcourent en damier les zones d’habitat sont rarement asphaltées, sauf dans les quartiers régularisés de longue date ; les réseaux d’assainissement sont très primitifs et l’absence d’égout oblige souvent la population à utiliser des systèmes individuels pour l’évacuation des eaux usées qui sont récupérées dans des fosses appartenant à chaque maison ou qui, plus rarement, se répandent à ciel ouvert 14 . Le ramassage des ordures est très inégal suivant les quartiers 15.

Figure 11 : Alep. École primaire.

Figure 11 : Alep. École primaire.

L’école partiellement visible à l’arrière plan, a été construite après les logements. Les maisons sont en dur, moellons de pierre ou de ciment, béton armé pour les terrasses, de qualité correcte. Les coulées d’eau sur le sol sont des fuites d’eau potable des canalisations posées à même le sol, soumises aux pressions des roues des véhicules. Cette rue fait partie du site d’un petit centre spontané de quartier en formation, avec des commerces et des services de proximité.

J.-C. David.

Figure 12 : L’école se trouve dans le quart gauche en bas de l’image

Figure 12 : L’école se trouve dans le quart gauche en bas de l’image

Google Earth, 2011.

32En ce qui concerne les transports en commun, une desserte minimum est assurée : les réseaux de bus publics et privés entrent dans les quartiers à partir des axes routiers périphériques : les lignes de bus parcourent les périphéries des quartiers et le réseau de minibus assure la desserte à l’intérieur de ces quartiers et celle des quartiers les plus éloignés.

Des solutions globales au problème des zones d’habitat informel

33Pour résoudre le problème de l’habitat informel, la municipalité l’a abordé de différentes façons suivant la conjoncture sans adopter une politique volontaire et durable. Le plus souvent elle a choisi le laisser-faire qui a encouragé le développement de l’informel : par cette politique municipale, l’État a pu résoudre indirectement et partiellement la crise du logement, mais en consommant du terrain pour des logements bas et en distendant les réseaux divers de façon excessive, quand ils sont installés. Entre 1970 et 1974, une attitude dure a été adoptée, avec poursuites judicaires et démolitions massives. Depuis 2008, à nouveau, ce genre de procédure est appliqué, avec le décret présidentiel n° 59, qui interdit toute construction illégale dans le territoire municipal. En plus de la démolition du bâtiment construit sans permis, chaque personne considérée comme responsable, propriétaire ou « titulaire », entrepreneur, ou occupant de l’immeuble, est passible d’une peine d’emprisonnement de trois mois à trois ans et d’une amende de deux cent mille à deux millions de livres syriennes.

34Mais ce recours à la répression fait maintenant partie d’une politique globale dans le cadre du nouveau plan directeur approuvé en 2004, qui doit orienter le développement de la ville jusqu’en 2015 pour une population de 3 130 000 habitants (fig. 13 et 14). Le plan doit anticiper en prévoyant des espaces de logement pour répondre à la croissance de la population, en mettant en place les espaces et des infrastructures qui favorisent le développement économique, en répondant aux problèmes de transports, d’espaces publics, d’environnement, de formation, de culture, de valorisation et de protection du patrimoine.

Figure 13 : Plan directeur de la ville d’Alep, 2004-2015.

Figure 13 : Plan directeur de la ville d’Alep, 2004-2015.

Le nouveau plan directeur, dont la préparation a été entreprise en 1994, a été approuvé en 2004 : il est présenté ici. Il a été critiqué au point de nécessiter une révision complète. Sa nouvelle édition présentée en 2009 n’est pas encore approuvée.
Le projet de zone industrielle de Cheikh Najjar (voir le plan de zonage de la ZI fig. 7.) au nord-est, représenté ici dans le cadre du plan directeur, a été finalement soustrait du territoire municipal : il est l’objet d’un statut spécial.
L’est de la ville est voué généralement aux quartiers populaires, informels, aux activités en contact avec les productions de l’agriculture, aux activités polluantes. Dans ce projet, sa fonction résidentielle est très réduite et limitée à de l’habitat ouvrier dans la zone de Cheikh Najjar. Il ne semble pas cependant que le développement de l’habitat populaire soit prévu à l’ouest dans les zones en hauteur, salubres et aérées ?

Conception et réalisation par Salwa Sakkal et d’après le rapport pour le plan directeur.

Figure 14 : Projets d’aménagement en cours

Figure 14 : Projets d’aménagement en cours

Salwa Sakkal d’après le Plan Directeur.

35Ainsi, le traitement du problème des quartiers informels fait intervenir maintenant trois modes d’action parallèles et complémentaires : la répression déjà évoquée, la préparation de nouvelles zones d’habitat, qui est en cours, la régularisation et la réhabilitation des quartiers construits. Pour préparer les espaces à urbaniser, la municipalité dispose de nouveaux moyens : la loi n° 26 a remplacé en 2000 la loi de 1979 qui organisait la maîtrise des zones d’extension de la ville par la municipalité. Cette nouvelle loi, appliquée en Syrie pour la première fois à Alep, repose encore sur l’expropriation des terrains dans la zone d’extension de la ville dans le périmètre du plan directeur, mais à la différence de la loi de 1979, les études détaillées pour l’aménagement de la quinzaine de zones d’extension définies par le schéma directeur ont été effectivement faites pour les programmes de 2005 et de 2006 qui sont en attente de réalisation (fig. 14 et 15). Le conseil municipal a exproprié tous les terrains inclus dans le périmètre de chaque zone pour préparer la redistribution dans des proportions précises : les parcelles destinées aux services publics, écoles, dispensaires, terrains de sport, jardins, sont confiées aux directions concernées suivant les besoins ; 60 % des parcelles destinées à la fonction résidentielle vont aux coopératives du logement et 40 % aux propriétaires initiaux. Ainsi, les logements construits bénéficieront des aménagements, de la viabilisation, de toutes les infrastructures nécessaires.

36Pour les quartiers informels existants, il s’agit d’une part de pratiquer une politique efficace de réhabilitation, tenant compte de la nécessité de les intégrer complètement et de plein droit à la structure urbaine, en poursuivant une politique déjà appliquée depuis les années 1980. Par ailleurs, il s’agit de répondre à la nécessité d’assurer un logement aux plus démunis en proposant de nouveaux espaces par la préparation de trames d’accueil (lotissements équipés) et de zones d’habitat social, en l’occurrence, une zone de 600 hectares pour environ 150 000 habitants, conçue pour fournir un habitat social économique (fig. 14).

37Une section a été créée en 2010 au sein de la Direction des Affaires Techniques de la municipalité, chargée de coordonner les études et les réalisations concernant ces quartiers ; de centraliser et de gérer toutes les données spatiales ; d’organiser la participation de la population et la préparation des plans d’action participatifs pour le développement physique, économique et social de ces quartiers ; de coordonner la collaboration avec les ministères de l’éducation et de la santé pour mener à bien des projets de services ; de coordonner la coopération avec les organisations non gouvernementales ; de gérer les études pour la planification du développement urbain et physique.

  • 16 La démarche d’étude pour la restructuration des quartiers illégaux choisis se fait en plusieurs pha (...)

38En ce qui concerne la réhabilitation et le réaménagement des zones irrégulières, 860 hectares ont été étudiés en 2005 concernant une population estimée à 400 000 habitants et 1 400 hectares en 2006 pour une population estimée à 350 000 habitants. La réalisation de ce programme débutera après la ratification de la nouvelle version du plan directeur, qui n’est pas encore effective, et en fonction des budgets annuels prévus, attribués à la municipalité 16.

Conclusion

  • 17 Le Quweik, petit cours d’eau qui longeait la ville et irriguait ses jardins, tari ou devenu très ir (...)

39Alep a beaucoup changé depuis les années quatre-vingts : sa population a presque triplé tandis que celle de la Syrie a plus que doublé et que le pays s’est ouvert. L’économie de marché s’est développée ainsi qu’un besoin de consommer qui était à peine imaginable pour la grande majorité des habitants dans les années soixante-dix. Le PIB a augmenté de 456 % entre 1979 et 2008 et l’argent se voit beaucoup plus qu’il y a trente ou quarante ans, même si sa répartition reste très inégale : la Syrie sort de son isolement. Le paysage urbain s’est modernisé : automobiles, embouteillages et bouchons, feux rouges, autoponts, autoroutes urbaines, cafés terrasses, téléphones portables, centres commerciaux, font maintenant partis du paysage urbain et du quotidien de certains et sont des signes bien visibles. Les transports en commun publics ont été rétablis et leur modernisation est étudiée. La réalisation des grands projets urbains s’accélère ; l’eau est ainsi revenue dans la rivière Quweiq 17.

  • 18 Les annuaires statistiques syriens (statistical abstracts) donnaient autrefois les renseignements s (...)

40La résorption des quartiers informels et le logement populaire sont des priorités, mais est-ce bien nouveau ? Dès les années soixante-dix sans doute, certains avaient conscience du problème, même si le sujet n’était pas officiellement abordé, comme on peut le constater dans le plan directeur de 1974 qui semble éluder la question. Il est clair aussi que les moyens budgétaires nécessaires pour faire face à l’arrivée massive des immigrants n’avaient pas été attribués alors, notamment les crédits publics pour la construction de logements populaires, longtemps très insuffisants à Alep, bien inférieurs à ceux d’autres villes comme la capitale et surtout comme les villes de la côte 18. On peut déduire de cette carence que le laisser-faire avait été accepté (ou choisi ?) à cette époque comme politique de logement pour les plus pauvres à Alep (et dans d’autres villes), tandis que des moyens étaient mis en place, toujours a posteriori, pour améliorer les conditions de vie dans ces quartiers. On constate que, dès les premières manifestations modernes du phénomène dans les années soixante-dix, les solutions adoptées pour limiter et résorber les quartiers informels ont été diverses, locales, régionales et nationales. Assez rapidement, la municipalité a cherché à améliorer les services publics et les réseaux divers dans les quartiers existants et surtout à légaliser le statut des propriétaires issus de processus informels. Par ailleurs, traiter le problème à la source était déjà l’un des objectifs de la réforme agraire et des investissements considérables dans l’agriculture (irrigation…) qui devaient limiter l’exode rural et élever le niveau de vie des ruraux. Pourtant le problème de l’exode rural reste encore tout à fait d’actualité en 2010 ou 2011 : les quartiers informels, la pauvreté et le chômage des jeunes liés à la démographie sont sans doute aggravés encore par les dernières années de sécheresse qui ont touché le Nord-Est du pays.

41La politique actuelle sera-t-elle efficace dans un contexte particulièrement difficile en dépit d’une réelle volonté affichée de production de logements populaires ? Les budgets qui permettent ces réalisations sont peut-être plus importants et plus disponibles qu’autrefois mais la pression démographique héritée des dernières décennies de natalité record, récemment en baisse, marque encore l’ensemble du pays. Encore une fois, il faut traiter le problème non seulement en ville, mais aussi à la source, dans les campagnes. Les politiques officielles d’aménagement, de développement et d’investissement en ville et dans les campagnes ont été dissociées, et ce qui concerne la campagne proche ou plus lointaine échappe au contrôle ou aux initiatives émanant de villes qui sont pourtant des métropoles régionales de fait et qui revendiquent des moyens d’action ou de participation aux décisions : l’un des objectifs de la politique socialiste centralisée de l’aménagement régional à partir des années soixante, dont les effets restent perceptibles, était bien de dissocier les villes-centres de leurs régions et des campagnes, afin d’entraver la mainmise et l’exploitation des campagnes par les capitalistes et propriétaires citadins. Ce système pourrait être révisé dans le cadre d’une planification nationale articulée entre métropoles et régions. Un premier pas a été réalisé avec la nouvelle loi n° 26 du 24 juin 2010 sur l’organisation du processus de planification et d’aménagement du territoire de la République Arabe Syrienne, qui crée la Commission de planification régionale (Regional Planning Commission) chargée de promouvoir la mise en œuvre et le développement des « tendances nationales » pour la planification régionale et pour le développement, ainsi que pour l’amélioration du rapport à l’environnement, en coordination avec les ministères et les parties concernées. Cette même commission entame, avec la coopération du ministère de l’Administration Locale, une étude nationale « la carte nationale de l’habitat spontané » pour l’amélioration et la réhabilitation des quartiers illégaux dans les grandes villes de Syrie. Mais il ne s’agit pas là d’un programme de gouvernance des régions, qui ne semble pas envisageable pour le moment.

  • 19 Le Plan directeur de 2004 a été critiqué au point de nécessiter une révision complète. Il était par (...)

42Vingt ans après le plan directeur de Banshoya de 1974, la municipalité d’Alep avait entrepris en 1994 l’élaboration d’un nouveau plan directeur qui avait pris dès le début un retard de six ans, plan censé prendre en charge le développement de la ville entre 2000 et 2015. L’équipe du bureau d’études Cherket Dirasat a achevé son travail en 1998 mais le schéma d’organisation général de la ville n’a été approuvé officiellement qu’en 2004 par un décret ministériel 19. Plusieurs problèmes importants ayant été constatés, la municipalité a décidé en 2006 de le réviser et de le moderniser : la dernière version, de 2010, n’est toujours pas approuvée…

43Conséquence importante de l’ouverture et expression d’une volonté de résoudre les problèmes, la Syrie fait maintenant appel systématiquement à la coopération étrangère et à une expertise internationale sans complexe, et Alep n’est pas en reste: la municipalité d’Alep avec la coopération de l’association Cities Alliance et du GTZ a lancé un programme opérationnel pour un CDS (City Development Strategy ou Stratégie de développement urbain). La communauté européenne, quant à elle, finance un projet de modernisation de l’administration municipale co-piloté avec le ministère syrien de l’Administration Locale (voir fig. 14).

Notes

1 Les chefs-lieux de mantiqa sont : Al-Bab, Mambej, Djarablous, Ain-al-Arab, Azzaz, Afrin, Sfiré, Jabel Samaan.

2 United Nations Secretariat, World Population Prospects : The 2006 Revision and World Urbanization Prospects: The 2005 Revision. En ligne http://esa.un.org/unpp

3 Le plan directeur établi par G. Banshoya en 1974 n’a pas pris en considération l’existence de ces quartiers qui s’étendaient déjà à l’époque sur 460 hectares.

4 Les travaux de construction du nouvel Hôpital National ont débuté au temps de l’Union avec l’Égypte, sous Nasser. Le gros œuvre était terminé dans les années soixante, plusieurs décennies avant l’ouverture effective. L’ancien Hôpital National qui était appelé « l’Hôpital des Étrangers » remontait à la fin du xixe siècle et se trouvait à l’ouest de la Citadelle, à la place de l’ancien palais de justice fondé au xiie siècle par Nur ed-din. Il vient d’être transformé en hôtel de tourisme.

5 La Faculté de Génie ouvre à Alep en 1946, embryon et cœur du futur campus alépin, développé sur les collines à l’ouest de la ville dans une zone non encore urbanisée à l’époque.

6 Depuis la fin des années soixante-dix, les capitaux privés, trouvant rentable l’investissement dans l’habitat, finançaient la plupart des constructions. Cette forte demande de terrains à construire avec le retard de la réalisation des plans d’aménagement des espaces à urbaniser par la Municipalité ont entraîné une hausse des prix du foncier, rendant plus critique encore la crise du logement.

7 Il repose sur trois institutions : l'Établissement Public de l’Habitat, la municipalité, l’Établissement Militaire pour l’Habitat.

8 Il est représenté par des associations coopératives d’habitations : la plupart de leurs projets sont situés à l’ouest de la ville (extension des quartiers « bourgeois »).

9 Voir plus loin la loi de planification urbaine n° 9 et la loi foncière n° 60 de 1979.

10 Le gel des oliviers en 1950 a sans doute eu un premier impact qui ne s’est pas manifesté immédiatement par le départ des villageois.

11 La réforme agraire a pu perturber les équilibres pendant une période mais elle a certainement eu un effet positif sur l’ancrage d’une partie de la population rurale sur le terroir agricole (voir l’article de Salim Badlissi et Roman-Olivier Foy).

12 Durant l’été 1981, a lieu la destruction de l’iwan Tchaleq, remarquable pavillon de séjour construit à l’époque mamelouke dans les jardins au nord de la ville, dans le cadre de la réalisation du lotissement illégal de plusieurs dizaines d’hectares dans de très anciens jardins irrigués par le canal de Haïlan.

13  Ces lois n’ont eu que des effets négatifs. Elles ont d’une part encouragé les lotissements clandestins, d’autre part, détournés les spéculateurs des zones d’extension, et enfin ces spéculateurs ont concentré leurs efforts sur les rénovations à l’intérieur de la ville, rénovations qui consistaient à démolir pour rebâtir, sans aucun respect pour le patrimoine. « Ces lois ont surtout servi à maintenir le dynamisme des initiatives privées qui trouvent toujours moyen de contourner la loi pour continuer à spéculer » (Sakkal-Theodory 1984, p. 67-68).

14 En circulant dans ces rues ou en examinant les vues de Google Earth, on relève l’existence de vastes taches d’humidité ou de ruisseaux, qui sont soit des fuites des canalisations d’eau potable, fragiles parce que souvent posées simplement sur le sol, soit l’évacuation des eaux usées, ou encore les deux à la fois.

15 Pour une description résumée des processus de création et d’évolution des quartiers informels d’Alep, voir notamment Sakkal-Theodory 1984 et David 1993.

16 La démarche d’étude pour la restructuration des quartiers illégaux choisis se fait en plusieurs phases :
- état des lieux, observations, constat, élaboration d’un SIG et traitement des données ;
- évaluation et étude des solutions à proposer ;
- élaboration des plans d’aménagement et d’organisation ;
- étude détaillée des infrastructures, rues, eau potable, assainissement ;
- le problème du foncier sera examiné par la municipalité pour trouver les meilleures solutions.

17 Le Quweik, petit cours d’eau qui longeait la ville et irriguait ses jardins, tari ou devenu très irrégulier depuis plusieurs décennies pour diverses raisons, ne fonctionnait plus que comme un égout à ciel ouvert, charriant les eaux pestilentielles des zones industrielles et des quartiers informels au nord. Une canalisation aménagée récemment amène au lit du Quweik de l’eau du lac Assad sur l’Euphrate à une centaine de kilomètres à l’est. Outre la fonction de chasse d’eau, le courant important a permis le réaménagement du paysage des rives en promenade et participe à l’irrigation des jardins maraîchers en aval de la ville.

18 Les annuaires statistiques syriens (statistical abstracts) donnaient autrefois les renseignements sur les permis de construire annuellement attribués pour différentes catégories de construction et notamment pour la construction de logements populaires par l’État dans les différentes villes ou mouhafazat.

19 Le Plan directeur de 2004 a été critiqué au point de nécessiter une révision complète. Il était partiellement inapplicable entre autres du fait de l’inefficacité des contrôles sur les implantations d’activités ou de constructions dans le schéma. La déficience n’était pas uniquement celle des prévisions du schéma, mais rétrospectivement celle de l’absence de contrôle antérieur sur des zones situées à l’extérieur du périmètre municipal et destinées à y être intégrées par l’approbation du nouveau plan directeur. Certains investissements plurifonctionnels courants, juxtaposant usines, mazra‘a (exploitation agricole, jardin ou verger), et villas, sont impossibles à intégrer dans les zonages officiels.

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Vue aérienne Google Earth des quartiers au nord-est de la ville, informels et illégaux à 80%, Trab al-Hollok, Cheikh Khoder, quartiers actifs et dynamiques où se sont développées des zones industrielles et artisanales informelles (cuir, métallurgie notamment). Le vaste espace construit, moins dense au nord-est, Masaken Hanano, est un programme d’habitat populaire construit par l’État, incluant un vaste « souk populaire ». A la limite orientale de l’image, on peut voir comment le découpage parcellaire en longues bandes de terrain se transforme en quartiers.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Photos 2-3-4 : Trois vues aériennes Google Earth où l’espace est affecté par différentes phases d’urbanisation, commençant par le tracé d’une voirie régulière et le découpage de lotissements. Les zones fertiles sont épargnées dans une première période. La vue numéro 7 se situe dans la zone d’extension de la ville suivant le nouveau plan directeur. On imagine aisément la difficulté de proposer un aménagement par zones homogènes dans ce mitage de lotissements résidentiels, d’activités agricoles et de constructions industrielles.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6672/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Photo 5 : Villas avec piscines, usines, vergers d’oliviers, caractérisent les espaces en cours d’urbanisation à l’ouest.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6672/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 1 : Répartition de la population syrienne.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6672/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 2 : Plan directeur 1974-1976 (carte de la municipalité d’Alep).
Légende Dans le plan directeur 1974-76, le nombre de catégories d’habitat est limité à 7 dont 5 clairement distinctes : la vieille ville (ocre) ; le tissu urbain résidentiel continu avec commerces (rose) qui constitue l’essentiel des quartiers centraux développés de la fin de l’époque ottomane (fin du xixe siècle) aux années 1980 ; le tissu urbain résidentiel discontinu, l’habitat moderne première catégorie et le même en deuxième catégorie (dont le type remonte à l’époque ottomane mais est considéré comme la « trame Écochard ») ; enfin l’habitat style I (ces trois dernières catégories représentées en jaune plus ou moins foncé). Le projet présenté sous le nom de projet Banshoya, une première version du plan directeur 1974-76, dessinée vers 1972, est plus explicite : les zones en orange, à l’ouest, sont désignées comme l’habitat « classe aisée » ; les zones en marron au sud-ouest, nord-ouest et centre sont l’habitat « classe moyenne », le bleu au nord, sud et est, l’habitat « classe populaire ». Cette dernière catégorie correspond exactement à la zone où seront construits au cours des 25 années qui ont suivi, l’habitat sans permis (informel ou illégal) et les deux programmes d’habitat populaire de l’État. Ainsi, d’une certaine façon, l’espace construit entre les années 1970 et 2000, en logements illégaux, était bien prévu dans le plan directeur comme « habitat populaire ». Le zonage du plan directeur est ainsi « respecté » car l’informel est bien produit sous le contrôle de la municipalité.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6672/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 3 : Étalement et développement d’Alep, 1932-2007.
Crédits Carte Salwa Sakkal sur fond Google Earth.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6672/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 4 : Occupation du sol et répartition des fonctions.
Légende La carte de la fig. 8 souligne certains modes de production de l’espace urbain et notamment l’informel et l’illégal, et le rôle ancien des camps de réfugiés. La carte de la fig. 4 met en évidence d’autres dynamiques actuellement agissantes, causes ou conséquences des difficultés que rencontre la mise en œuvre du nouveau plan directeur. Elle doit être comparée à la carte de la fig. 13, plan directeur « actuel ». La ceinture d’extension entre la limite de la zone du plan directeur de 1974 et celle du plan directeur de 2004 ou 2009 est large en moyenne d’un peu moins de 10 kilomètres au nord, à l’ouest et au sud-ouest. Elle est quasiment inexistante au sud et sud-est au delà d’une limite de zone non constructible généralement respectée. A l’est, elle est réservée à des fonctions non résidentielles ou à des ensembles d’habitat populaire et ouvrier (aéroport, zone industrielle et logistique, cimetière « central », marché aux bestiaux, jardins et espaces verts urbains, zones « spéciales ») et amputée au nord-est de l’immense zone industrielle de Cheikh Najjar, extraite du territoire municipal dans sa version 2009. Le quasi no man’s land du sud-est où l’interdiction de construire est respectée, (peut-être pour des raisons de « Sûreté », le grand arsenal se trouve à moins de trente kilomètres dans cette direction), contraste avec la ceinture ouest et nord-ouest d’extension, largement occupée par le « tissu urbain résidentiel du plan directeur des communes avoisinantes » (intégré au territoire municipal alépin futur), par des « zones boisées », généralement vergers d’oliviers et pistachiers, des bâtiments industriels, des jardins irrigués par des puits illégaux, des lotissement autorisés ou non, construits ou simplement dessinés au sol (parfaitement visibles sur les images Google Earth). Cette occupation systématique par des investisseurs spéculateurs de la zone à urbaniser, rend très difficile la réalisation d’un zonage et l’application d’un projet directeur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6672/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 5 : Densités de population dans les différents quartiers.
Crédits Conception et dessin, Salwa Sakkal. Sources : Recensement 2004.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6672/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 6 : La distribution géographique des zones industrielles dans la ville d’Alep.
Crédits Cartographie de Salwa Sakkal. Sources : municipalité d’Alep.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6672/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 7 : Zonage du parc industriel Cheikh Najjar.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6672/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 8 : Les modes de production de l’espace habité
Crédits Cartographie : S. Sakkal, J.-C. David, H. David. Source : municipalité d’Alep.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6672/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 9 : Quartier de Jabal Badro à l’est d’Alep.
Crédits Google Earth, 2011.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6672/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 10 : Plans de maisons (plans photocopiés).
Légende Les étapes de construction. En haut, la phase deux consiste en ajout d’un étage avec deux pièces et terrasse. En bas, la phase deux est un ajout de pièces dans la cour.
Crédits Conception et dessin de Salwa Sakkal.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6672/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 11 : Alep. École primaire.
Légende L’école partiellement visible à l’arrière plan, a été construite après les logements. Les maisons sont en dur, moellons de pierre ou de ciment, béton armé pour les terrasses, de qualité correcte. Les coulées d’eau sur le sol sont des fuites d’eau potable des canalisations posées à même le sol, soumises aux pressions des roues des véhicules. Cette rue fait partie du site d’un petit centre spontané de quartier en formation, avec des commerces et des services de proximité.
Crédits J.-C. David.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6672/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 12 : L’école se trouve dans le quart gauche en bas de l’image
Crédits Google Earth, 2011.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6672/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 13 : Plan directeur de la ville d’Alep, 2004-2015.
Légende Le nouveau plan directeur, dont la préparation a été entreprise en 1994, a été approuvé en 2004 : il est présenté ici. Il a été critiqué au point de nécessiter une révision complète. Sa nouvelle édition présentée en 2009 n’est pas encore approuvée. Le projet de zone industrielle de Cheikh Najjar (voir le plan de zonage de la ZI fig. 7.) au nord-est, représenté ici dans le cadre du plan directeur, a été finalement soustrait du territoire municipal : il est l’objet d’un statut spécial. L’est de la ville est voué généralement aux quartiers populaires, informels, aux activités en contact avec les productions de l’agriculture, aux activités polluantes. Dans ce projet, sa fonction résidentielle est très réduite et limitée à de l’habitat ouvrier dans la zone de Cheikh Najjar. Il ne semble pas cependant que le développement de l’habitat populaire soit prévu à l’ouest dans les zones en hauteur, salubres et aérées ?
Crédits Conception et réalisation par Salwa Sakkal et d’après le rapport pour le plan directeur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6672/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 14 : Projets d’aménagement en cours
Crédits Salwa Sakkal d’après le Plan Directeur.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6672/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

Auteur

Architecte-urbaniste ; professeur à la faculté d’architecture, université d’Alep

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540