Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alep et ses territoires

 | 
Jean-Claude David
, 
Thierry Boissière

Première partie - Comment la troisième ville de l’Empire ottoman est devenue un chef-lieu de mouhafaza en Syrie

Chapitre 7 – La frontière turco-syrienne dans la province d’Alep : un nouvel espace de circulation

Anne-Fleur Delaistre, Camille Lafrance et Cyril Roussel

Résumé

L’entente turco-syrienne telle qu’elle se présente encore en 2001, préparée par les évolutions depuis la fin 1998 après une période de tensions extrêmes entre les deux pays, fait partie d’une politique régionale destinée à asseoir la Turquie sur la scène moyen-orientale et à dynamiser ses échanges commerciaux. Nous décrivons et tentons d’expliquer les conséquences qui interviennent en 2010 pour les habitants d’Alep et de sa province qui jouxte la frontière turque, et comment cette frontière restée longtemps une cause de discorde entre les deux pays a pu se muer en un espace ouvert aux activités transnationales et à la circulation. Nous évoquons l’évolution politique, économique mais aussi l’aspect social, ethnique et linguistique : la frontière apparaît comme un espace où s’interpénètrent les groupes communautaires (arabes sunnites ; turkmènes ; chrétiens ; alaouites) : les mariages transfrontaliers ont été longtemps significatifs d’une interdépendance entre des groupes communautaires vivant sur deux territoires nationaux séparés par l’histoire. Le développement récent des échanges et des coopérations a concerné autant le tourisme que la contrebande ou les accords d’entreprise, mais les blocages et les déséquilibres dans les réalisations économiques conjointes sont restés très lourds.

After a period of extremely tense relations, Turkey and Syria managed to find common ground in 1998. In 2009, this agreement is part of a Turkish attempt to improve the country’s situation in the Middle East and to boost its trade. Our aim is to not only describe and explain the consequences in 2010 for both Aleppo’s people and its province- adjacent to the Turkish border- but also how this border could be turned into an open space for cross-border activities and circulation, having remained a bone of contention between the two countries for so long. As for the social, ethnic and linguistic dimension, the border between Turkey and Syria is inhabited by mixed communities (Sunni Arabs, Turkmenians, Christians, Alawites). Cross-border marriages constituted significant indicators of the interdependent relationships between communities living in two national territories divided by history. The recent development lived in the field of exchange and cooperation has had an impact on tourism, smuggling, and trade. However, the blockages and imbalance, present in the joint economic initiatives remained a heavy burden.

إنّ التفاهم التركي السوري مثلما بدا في العام 2009، والذي تمّ التحضير له منذ أواخر العام 1998 بعد فترة توترٍ شديدٍ بين البلدين، جزءٌ من سياسةٍ إقليميةٍ تهدف إلى إبراز تركيا في المشهد الشرق أوسطي وتفعيل تبادلاتها التجارية. سنحاول في هذه المقالة وصف ثم تفسير العواقب التي حدثت في العام 2010 بالنسبة إلى سكان حلب وريفها المجاور للحدود التركية، وكيف أمكن أن تتحوّل هذه الحدود التي بقيت لوقتٍ طويلٍ سبباً للخلاف بين البلدين إلى فضاءٍ مفتوحٍ أمام النشاطات العابرة للقومية وأمام التجوال. نذكر التطور السياسي والاقتصادي، وكذلك الناحية الاجتماعية الإثنية واللغوية إذ تبدو الحدود فضاءً تتداخل فيه الجماعات المذهبية (عرب سنة؛ تركمان؛ مسيحيون؛ علويون). فغالباً ما كانت حالات الزواج العابرة للحدود تدلّ على اعتمادٍ متبادلٍ بين الجماعات المذهبية في الإقليمين الوطنيين الذين فصلهما التاريخ. وقد طال التطوّر الحديث للمبادلات وأشكال التعاون السياحة بقدر ما طال التهريب والاتفاقات بين الشركات، غير أنّ العقبات واختلال التوازن في الإنجازات الاقتصادية المشتركة بقيت شديدة الوطأة.

Texte intégral

Photo 1 : Drapeau turc déployé par un commerçant alépin lors de la fête musulmane .

Photo 1 : Drapeau turc déployé par un commerçant alépin lors de la fête musulmane .

T. Boissière

Figure 1 : « Palestine‑Syrie‑Cilicie ».

Figure 1 : « Palestine‑Syrie‑Cilicie ».

Carte sans frontières et sans date « exécutée avec l’aide de documents du service Géographique de l’Armée ».

 

Photo 2 : Pique-nique des visiteurs turcs au pied de la tour de Bab al-Faraj lors de la fête musulmane.

Photo 2 : Pique-nique des visiteurs turcs au pied de la tour de Bab al-Faraj lors de la fête musulmane.

T. Boissière

1Alep, novembre 2009 : durant les quatre jours de l’Aïd al-Kabir (ou al-Adha), le quartier de Bâb al-Faraj est le théâtre de scènes inhabituelles. Voitures particulières, taxis collectifs, bus, tous immatriculés en Turquie (à Antakya pour l’essentiel), encombrent les trottoirs, occupent les emplacements de stationnement habituellement libres les jours fériés. Tous les commerces sont restés ouverts pour satisfaire les clients turcs occasionnels venus pour la plupart de la province du Hatay à 50 km de là. Par milliers, ils ont envahi les rues commerçantes de ce quartier populaire dans lequel, pour la circonstance, les marchands syriens interpellent les passants dans leur langue. Jusque tard le soir, des groupes de femmes et d’enfants venus de Turquie, assis sur des sacs ou des cartons pleins à craquer des achats de la journée, attendent, à même le pavé, le chargement de leur véhicule puis le départ. Au petit matin, les rues sont encore jonchées d’emballages. Une fois le nettoyage effectué, les commerçants reconstituent à la hâte leurs stocks, pour se préparer à une nouvelle journée de fortes ventes. Cette scène exceptionnelle est une conséquence locale d’un processus initié par la Turquie qui vise à recomposer sa situation géopolitique et économique au Moyen-Orient. Au-delà de la frénésie d’achat transparaît le rapprochement de deux États longtemps hostiles – Turquie et Syrie – et le changement qui affecte leur longue frontière commune.

  • 1 Cet article a été écrit avant le déclenchement de la révolte qui bouleverse la Syrie depuis le prin (...)

2Il nous a paru important de tenter de comprendre, au moment où des changements géopolitiques majeurs se produisent dans cette région, quels en étaient les conséquences économiques et spatiales pour les habitants d’Alep et de sa province qui jouxte la frontière turque1. Nous avons voulu savoir comment la frontière restée longtemps une cause de discorde entre les deux pays pouvait se muer en un espace ouvert aux activités transnationales et à la circulation.

Un contexte régional nouveau

3L’entente turco-syrienne telle qu’elle se présente en 2009, préparée par les évolutions antérieures, fait partie d’une politique régionale destinée à asseoir la Turquie sur la scène moyen-orientale et à dynamiser ses échanges commerciaux.

Politique et diplomatie de la Turquie au Moyen-Orient : le rapprochement avec le voisin syrien

  • 2 Mais sans jamais toutefois avoir été totalement hermétique.
  • 3 « Ahmet Davutoğlu est un musulman pratiquant, avec ce mélange de romantisme, de moralisme et de sou (...)
  • 4 Depuis 2003, Abdullah Gül, futur président de la République en août 2007, alors ministre des Affair (...)
  • 5 Le durcissement de la Turquie à l’égard d’Israël, la condamnation en public à Davos par Erdogan, de (...)
  • 6 Comme le montre le récent soutien d’Ankara et son refus de nouvelles sanctions contre l’Iran lors d (...)

4Depuis l’intervention américaine en Irak, l’évolution du contexte politico-économique au Moyen-Orient s’est accélérée. Le Liban, la Syrie, la Turquie, tout comme l’Iran, ont dû s’adapter au bouleversement des rapports de force, sans pouvoir en prévoir les conséquences à plus long terme. En moins d’une décennie, une frontière bien surveillée séparant2 deux puissances militarisées est devenue une interface entre deux systèmes politiques, économiques et socio-culturels en quête de contacts. Ainsi, la Turquie s’est-elle engagée dans un processus de rapprochement diplomatique et économique global à l’échelle du Moyen-Orient et à une échelle bien plus vaste, comme son rapprochement avec la Libye le laissait entrevoir ; ce qui fait dire qu’elle s’est lancée, sous l’autorité du gouvernement de Tayyip Erdogan – actuel premier ministre et membre du parti islamique-conservateur AKP – et de son très dynamique ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoǧlu, dans une diplomatie « à l’ottomane »3, même si ce dernier récuse cette idée. Mal à l’aise avec la politique américaine de l’administration Bush dans la région et certainement vexée par l’attitude méprisante de l’Union européenne, la Turquie s’est tournée vers l’Est et le Sud4 : le monde arabe5 (Syrie, Irak, Libye), le Caucase (Arménie), l’Iran6 et la Russie.

  • 7 Ce territoire qui a fait l’objet de tractations entre la France puissance mandataire de la Syrie à (...)

5C’est cependant bien avant l’arrivée de l’AKP au pouvoir, en 2002, qu’un dégel s’est produit, à la fin de l’année 1998, après une période de tensions extrêmes entre les deux pays. Certains les présentaient comme « en situation de conflit larvé » (Yilmaz 2006, p. 109) ou expliquaient pourquoi la Syrie était vue depuis Ankara « comme un ennemi dangereusement irrationnel » (Picard 1993, p. 167). En effet, de nombreux différends ont abouti à une situation tendue héritée du contexte de guerre froide et des rivalités de voisinages : outre le fait que la Turquie soit une ancienne puissance occupante, la Syrie ne pouvait se rapprocher d’une Turquie alliée avec Israël depuis 1996. Mais surtout, le partage des eaux de l’Euphrate demeura longtemps une source de discorde, tout comme le soutien de Damas apporté au PKK ainsi que les tensions territoriales autour du sandjak d’Alexandrette toujours revendiqué par la Syrie7. L’amorce de détente qui a eu lieu fin 1998 est imputable à l’expulsion par la Syrie de l’ennemi public n° 1 d’Ankara, le chef historique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Abdullah Ocalan, décision qui semble avoir été un déclic pour la politique étrangère turque – jusque là marquée par sa position atlantiste depuis son adhésion à l’OTAN en 1952.

6Il apparaît maintenant, avec le recul, que la guerre en Irak et la pression exercée par le département d’État américain sur le régime syrien (sanctions du Syria Accountability Act de mai 2004) ont contraint Damas « à revoir ses relations avec ses voisins » (Yilmaz 2006, p. 109). Les plans américains pour la construction d’un « Grand Moyen-Orient » ont également amené Ankara à redéfinir sa politique régionale et à rechercher une entente tant avec l’Iran qu’avec la Syrie. « L’objectif principal était d’empêcher que n’émerge un Kurdistan autonome ou indépendant » (Yilmaz 2006, p. 109). Cela montre bien, même si cet objectif n’a pas été atteint, qu’une telle politique de rapprochement est avant tout, tant pour Damas que pour Ankara, une affaire de conjoncture.

72005 est une année cruciale. Suite à l’assassinat de Hariri, le 14 février 2005, la Syrie perd sa tutelle sur le Liban au printemps 2005. Rapidement, Bachar al-Assad, qui profite de la volonté de la Turquie de s’impliquer au Moyen-Orient, œuvre de son côté pour sortir de son isolement par un renforcement des relations avec la Turquie. La normalisation des relations entre les deux pays est passée à une phase de réelle coopération multisectorielle à la suite de la crise turco-israélienne provoquée par l’opération « Plomb durci » à Gaza fin 2008-début 2009. Ainsi, une ère nouvelle a débuté entre les deux voisins au détriment des relations avec Israël, sans pour autant que Jérusalem et Ankara n’aient rompu leurs relations dans tous les domaines. Pour Damas, la perte de l’ouverture commerciale privilégiée vers le Liban, conséquence de son retrait du pays, est en partie compensée par la normalisation de ses relations avec la Turquie.

  • 8 Les travaux d’alimentation en eau et de suppression de la dalle ont débuté en septembre 2009, finan (...)

8Face à ces nouveaux enjeux, les anciens différends ont soit trouvé un dénouement, soit été relégués au second plan. La question du sandjak demeure le seul dossier conflictuel non résolu entre les deux États mais elle n’a plus la même acuité. Sur tous les autres points, des avancées spectaculaires se sont produites : l’accord d’Adana (20 octobre 1998), précurseur de la normalisation des relations turco-syriennes, a mis fin aux tensions de la décennie 1990, déclenchées par le soutien syrien à la guérilla du PKK ; une entente sur le partage de l’eau semble avoir été trouvée et a fait baisser l’intensité du litige autour du débit de l’Euphrate. La stabilisation du débit du fleuve à son entrée sur le territoire syrien a été obtenue, ainsi que l’alimentation par tubes du Quweiq : ce petit cours d’eau qui traversait Alep était devenu un égout à la suite du tarissement de ses sources et avait été recouvert d’une dalle de béton occupée par des jardins publics8.

L’« ouverture » progressive de la frontière turco-syrienne aux biens et aux personnes

9Le passage de la frontière nécessitait un visa, tant pour les Syriens que pour les Turcs. Pour les Alépins, il était courant de se rendre au consulat de Turquie à Alep pour effectuer cette demande. Le visa était en principe facile à obtenir, mais restait payant et pouvait jouer à tout moment son rôle de filtre. Mais déjà en 2003, un accord entre les deux pays avait bousculé la routine d’une frontière strictement contrôlée et surveillée : à la fin du Ramadan, elle avait été ouverte pour trois jours, avec l’accord de la Turquie, dans le sens Syrie-Turquie. Ce fut l’occasion pour les familles de retrouver leurs proches qui vivaient de l’autre côté. Munis d’un simple laisser-passer avec leur photo et leur date de naissance, les Syriens affluèrent. Ils venaient surtout d’Alep et de la région frontalière, même si certains avaient fait la route depuis Damas. Ainsi, les deux pays s’étaient entendus pour que, durant les grandes fêtes religieuses, la frontière s’ouvre en alternance : pour l’Aïd al-Fitr, fête de la clôture du Ramadan, les Syriens pouvaient se rendre en Turquie sans visa ; pendant l’Aïd al-Kebir, la fête du Sacrifice, c’était le tour des Turcs.

  • 9 Date de la visite d’État effectuée par le président Bachar al-Assad en Turquie, première visite d’u (...)

10Ainsi, entre 2003 et 2009, le mouvement progressif de rapprochement turco-syrien a conduit à l’amélioration des échanges commerciaux et à l’assouplissement du contrôle frontalier. En 2004,9 la visite historique du jeune président Bachar al-Assad en Turquie fut suivie par la signature d’accords commerciaux. Un accord de libre-échange fut mis en application en 2007, dans cinq domaines : pétrole, tourisme, électricité, commerce, chimie. Il prévoyait la réduction des droits de douane entre les deux pays – suppression totale des taxes à l’exportation depuis la Syrie vers la Turquie et réduction sur douze ans des taxes à l’importation de produits turcs vers la Syrie.

  • 10 Entretiens en septembre 2009 auprès de douaniers turcs et syriens.

11Durant cette période, la circulation des personnes n’a pas baissé, avec des pics de fréquentation durant les fêtes religieuses10. En septembre 2009, pendant les jours de l’Aïd al-Fitr, nous avons observé les circulations à la frontière de Bab al-Hawa. Un trafic dense de véhicules divers avait entraîné rapidement des embouteillages gigantesques : « Aujourd’hui, plus de 3000 personnes vont passer par Bab al-Hawa ! », nous dit un douanier syrien. Du côté turc, les dispositifs de sécurité avaient été renforcés avec l’appel à des policiers venus d’autres régions de Turquie. Des files de voitures et de fourgonnettes étaient rapidement contrôlées à leur entrée en Turquie. Certains, qui avaient fait le trajet en taxi jusqu’à la frontière, étaient attendus côté turc par leurs proches agglutinés contre les grilles. D’autres se pressaient déjà sur le chemin du retour. Pour beaucoup l’ouverture de la frontière pendant les fêtes n’était pas seulement l’occasion de retrouvailles familiales, mais aussi de se faire un peu d’argent en important des produits turcs pour les vendre en Syrie. Pour certains qui, malgré le bakchich payé au fonctionnaire, furent obligés de payer une taxe légale, la rentabilité du trafic était sans doute compromise...

  • 11 La Turquie œuvre aussi pour l’ouverture de sa frontière avec l’Irak et entreprend de le faire avec (...)
  • 12 Exception faite des unions interarabes comme la République Arabe Unie formée de l’union de l’Égypte (...)

12Le 16 septembre 2009, à la fin du Ramadan, la Syrie et la Turquie annoncent leur décision d’annuler l’obligation des visas dans les jours à venir. Le 13 octobre, les ministres turc et syrien des Affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu et Walid Mouallem, venus entériner l’accord de libre circulation, se montrent main dans la main à la frontière turco-syrienne. « Nos deux peuples vont pouvoir circuler librement entre nos deux pays comme si chaque peuple était à l’intérieur du sien » est allé jusqu’à dire Ahmet Davutoğlu. La « lune de miel » entre la Syrie et la Turquie a débouché sur l’ouverture effective de la frontière turco-syrienne aux ressortissants des deux pays, mais aussi aux marchandises, sous certaines conditions et selon le bon vouloir des douaniers. L’ouverture de cette frontière, la plus longue que les deux pays partagent avec un État voisin, apparaît comme un élément essentiel de la nouvelle dynamique impulsée par la Turquie11, même si elle ne reste qu’un volet parmi d’autres. Ainsi depuis leur rapprochement, les deux pays auraient « signé quarante-six conventions de coopération », et Damas serait devenue « la capitale la plus fréquentée par les ministres de l’AKP » (Schenker 2009). L’ouverture de la frontière aux biens et aux personnes est donc un acte fort et inédit12 dans une région plutôt habituée au repli sécuritaire, au contrôle strict des frontières nationales et aux sentiments nationalistes.

La frontière turco-syrienne : discontinuité spatiale, interface culturelle

13La frontière turco-syrienne est paradoxale : considérée à l’échelle locale, elle apparaît comme un espace où s’interpénètrent les groupes communautaires (arabes sunnites ; turkmènes ; chrétiens ; alaouites). Malgré des tensions politiques récurrentes, elle était restée un espace d’échanges. Ainsi, les mariages transfrontaliers ont-ils été longtemps significatifs d’une interdépendance entre des groupes communautaires vivant sur deux territoires nationaux séparés par l’histoire.

Un espace de relations socio-culturelles coupé par une frontière politique

  • 13 Le terme d’ethnie sera ici compris « comme l’unité de base dans la description culturelle d’une pop (...)
  • 14 Sur son blog bien documenté, P. Bazantay donne, pour l’année 1936, les effectifs suivant : 99 163 A (...)

14La figure 2 présente un extrait de la carte ethnographique13 réalisée sous le Mandat français. Les services de cartographie de l’Armée du Levant ont représenté des zones linguistiques (kurdes, turques, arméniennes, tcherkesses) et confessionnelles (musulmans sunnites et sectes musulmanes, diverses églises chrétiennes), mais les surfaces coloriées, sans nuance, ne tiennent pas compte des espaces de mixité qui existaient entre ces diverses communautés dans les villes autant que dans les villages. Ce mode de représentation (figurés de surface, non proportionnels aux densités de population), laisse croire aussi que certaines zones, pourtant presque vides, sont peuplées par tel ou tel groupe, aboutissant ainsi à une surreprésentation : on pourrait croire que la population turque est majoritaire alors que certaines zones indiquées comme peuplées de Turcs sont des régions montagneuses dans lesquelles la densité est faible. À l’époque du Mandat, la population du Sandjak est divisée entre turcophones (39 % des habitants) et arabophones (45 %). Les seconds sont majoritairement alaouites (musulmans) à 65 %, mais aussi sunnites (20 %) et chrétiens orthodoxes (15 %). D’autres minorités cohabitent, comme les Arméniens, les Kurdes ou les Tcherkesses14, qui, ensemble, représentent 16 % de la population.

  • 15 Sur son blog, P. Bazantay évoque : « les files de camions transportant des Arméniens, des Chrétiens (...)
  • 16 Côté turc, Ankara a rapidement, après le rattachement du sandjak à la Turquie, appliqué une politiq (...)

15Ainsi, la population du Sandjak d’Alexandrette dans les années 1930 était une marqueterie complexe. E. Picard le souligne en écrivant que « la zone de contact entre le monde arabe et le monde turc n’est pas une ligne tangible mais un espace géographique aux limites imprécises, aux diversités culturelles irréductibles qu’elles soient ethniques (turques, arabes et autres) ou religieuses » (Picard 1993, p. 157). Ainsi, en 1938-39, la nouvelle frontière syro-turque ne pouvait correspondre à une limite ethnolinguistique et confessionnelle nette. Les populations frontalières se retrouvèrent coupées de leurs proches. Les échanges communautaires (visites familiales, mariages endogames) à l’intérieur d’un même groupe sont partie intégrante des pratiques culturelles et identitaires. On peut donc supposer que ces groupes, disloqués, ont dû se réadapter et inventer de nouvelles configurations sociales et spatiales qui tiennent compte de la discontinuité imposée. Certains choisirent de s’exiler, comme la quasi-totalité des Arméniens15. D’autres durent s’adapter à la frontière. Malgré le pouvoir d’attraction qu’exercent, chacun de son côté, les deux États fortement centralisés et en perpétuel effort d’intégration nationale16, la persistance à l’époque contemporaine, par-delà la frontière, de liens intercommunautaires ou interfamiliaux est remarquable. Ce sont ces liens qualifiés par E. Picard (1993, p. 160) « d’anciennes logiques sociétales » que nous proposons d’analyser.

Les mariages transfrontaliers : la permanence des liens socio-culturels au-delà de la frontière

16Syriens originaires du Sandjak, Turkmènes installés en Syrie ou Turkmènes partis se marier en Turquie, Arabes en Turquie ou Turcs en Syrie : parmi ces groupes sociaux distendus, car séparés par la frontière, plusieurs ont choisi le mariage comme stratégie de contournement

17Turgut a 18 ans lorsqu’il quitte Iskenderun pour un village proche d’Alep, au nord-est de la Syrie. Parce qu’il se sent arabe, il préfère fuir le Sandjak d’Alexandrette avec sa famille lorsque la Turquie l’annexe. Dans son nouveau lieu d’adoption, il rencontre Dalia au début des années 1940. Ensemble, ils ont deux enfants. Il n’a pas connu de problème d’intégration puisque sa famille, venue du Sandjak, était syrienne et que chez lui, on parlait déjà arabe. Mais tous ses proches n’ont pas fui le régime ultra-nationaliste d’Atäturk. Certains sont restés de l’autre côté de la frontière. Malgré la distance, Dalia et son mari ont veillé à maintenir des liens avec leurs cousins et amis restés en Turquie. Si bien que leur fille, Maya, qui a grandi en Syrie, s’est installée en 1976 à Antakya, l’ancienne Antioche, chef-lieu administratif du Hatay. Elle y a épousé son cousin, un Turc d’origine arabe. Certes, le mariage était arrangé. Mais destiné à recomposer les liens du clan familial divisé par la frontière. En 2003, première année d’ouverture du point de contrôle de Bab al-Hawa pendant l’Aïd, une tente était installée pour que les familles venues de part et d’autre de la frontière se rencontrent. Des mariages s’y déroulaient parfois. « Ce n’était pas confortable », explique Maya. Depuis, la tente a disparu. Désormais, à l’occasion de mariages transfrontaliers, les familles organisent la plupart du temps deux cérémonies : l’une côté turc, l’autre côté syrien, pour que tous les proches puissent être conviés, dans le respect des traditions de chacun. « Les Turcs ont plus tendance à conserver les habits traditionnels », atteste Maya. La tradition est une préoccupation importante pour les Turkmènes, bien que celle des pièces d’or brodées sur une écharpe rouge pour la mariée se perde peu à peu.

Figure 2 : Carte ethnographique du Nord-Ouest de la Syrie à l’époque du Mandat français. Source : Carte du Mandat français réalisée par les services géographiques l’Armée du Levant (date inconnue), Cartothèque Ifpo de Damas.

Figure 2 : Carte ethnographique du Nord-Ouest de la Syrie à l’époque du Mandat français. Source : Carte du Mandat français réalisée par les services géographiques l’Armée du Levant (date inconnue), Cartothèque Ifpo de Damas.

Cartographie : C. Roussel

  • 17 Cette réflexion est issue d’entretiens réalisés à Alep ainsi que dans plusieurs villages frontalier (...)
  • 18 TRT (Türkiye Radyo Televizyon Kurumu) est une des plus grandes chaînes de télévision diffusant ses (...)

18D’après nos interlocuteurs syriens au sein des communautés ethniques de la région, comme les Turkmènes, les mariages transfrontaliers répondraient à une « volonté de conserver un sang pur ». Tout comme pour d’autres communautés transnationales, comme les Druzes, les mariages endogames seraient ainsi un moyen de sanctuariser le groupe, de le préserver de l’extérieur et en fin de compte de créer une frontière intrinsèque protectrice. Néanmoins, lorsque nous avons interrogé des Turkmènes sur cette volonté de préserver la pureté de la communauté, il apparaît que ces derniers peinent à donner du sens à leurs propos, lesquels peuvent être considérés soit comme le véhicule purement rhétorique d’une tradition, soit comme la marque d’un réel repli communautaire. Actuellement, le mariage transfrontalier est de moins en moins pratiqué. Il apparaît que ces stratégies familiales de conservation de l’intégrité du clan n’ont plus la même raison d’être que dans le passé, puisque d’une part la frontière, moins contestée, est devenue perméable et que d’autre part, la mobilité des individus a facilité la cohésion sociale et familiale malgré la distance. À cela, viendraient s’ajouter l’évolution des pratiques matrimoniales qui, partout dans la région, tend à faire reculer le nombre de mariages endogames ainsi que celui des mariages arrangés17. Dans le village syrien de Rabia, situé à quelques kilomètres de la frontière turque, le moukhtar – le chef du village – raconte qu’il y a quarante ans, la pratique du mariage transfrontalier était beaucoup plus répandue qu’aujourd’hui : lors de l’Aïd al-Fitr en septembre 2009, aucun mariage n’était prévu dans le village et dans les alentours. Pourtant les liens avec le voisin turc sont encore très présents. « Les enfants apprennent le turc par la télévision. Ils regardent les séries sur la TRT18. Dans les familles aussi on parle turc dans la vie quotidienne. Dans une des familles de ce village, les femmes ne comprennent pas l’arabe. La langue de conversation est uniquement le turc », explique le moukhtar.

Le rapprochement turco-syrien : l’émergence d’une nouvelle aire de circulation transfrontalière et d’échanges commerciaux

  • 19 L’ouverture commerciale n’étant qu’un aspect de ce renforcement.

19À Alep aussi bien qu’à Antakya, on remarque facilement que les échanges commerciaux entre les deux pays sont devenus une pratique courante. Pour celui qui franchit la frontière, la différence de prix de nombreux produits permet de réaliser des économies substantielles, de faire des affaires et parfois des trafics juteux. Il semble bien qu’une réelle dynamique commerciale soit en train d’émerger. En parallèle, les pouvoirs publics oeuvrent pour une amélioration de la coopération stratégique, énergétique et pour un renforcement de la sphère économique au sens large19.

Des transactions commerciales en hausse mais des blocages

dans les réalisations économiques conjointes

20Les tensions entre Damas et Ankara ont, par le passé, incontestablement entravé les échanges commerciaux. Certes, ces derniers ont évolué entre d’une part les années 1940, époque pour laquelle E. Picard (1993) note une « interruption totale des échanges commerciaux » du Sandjak avec la Syrie, si bien que « l’herbe poussait sur l’axe Iskanderûn-Alep », et d’autre part la fin du xxe siècle. Mais même à la fin des années 1980, les relations commerciales entre la Turquie et la Syrie demeuraient marginales. Elles le resteront encore durant la décennie suivante. La Syrie ne se plaçait, alors, qu’au 9e rang des partenaires commerciaux de la Turquie dans le monde arabe, loin derrière l’Irak, la Libye et l’Arabie Saoudite (Ilkin 1993, p. 91-93). Dans la région, et ce jusqu’au début des années 2000, le premier partenaire commercial de la Turquie était Israël ! Au début de la décennie 1990, aucune entreprise turque n’opérait en Syrie.

  • 20 Voir les travaux de l’économiste Samir Aïta (2007, p. 551).

21La politique de libéralisation de l’économie menée sous la présidence de Bachar al-Assad20 a conduit la Syrie à franchir une nouvelle étape dans le processus d’ouverture de son économie et de ses frontières tant aux marchandises qu’aux investisseurs, créant de nouvelles opportunités pour les investisseurs étrangers (venus du Golfe, de Turquie, d’Iran). Le rapprochement stratégique de la Turquie et de la Syrie s’est donc rapidement matérialisé par une embellie des relations commerciales. Il apparaît que « les intérêts propres à la Turquie sont d’abord économiques. (…) Il suffit de compter le nombre d’hommes d’affaires turcs qui accompagnent en voyage le Premier ministre Tayyip Erdogan pour comprendre que les intérêts économiques priment sur la fabrication de la politique étrangère » (Bonzon 2009). « La stabilité par l’économie », vantée par Ahmet Davutoğlu qui nourrit le projet d’une intégration économique de la Turquie avec les pays de la région, trouve un écho favorable dans la Syrie de Bachar al-Assad en pleine libéralisation. Si les dirigeants syriens voient probablement leurs relations florissantes avec la Turquie comme une bonne occasion pour remodeler les alliances régionales, nous pouvons supposer que l’ouverture au marché turc constitue un bon test pour des affairistes protégés par le régime qui cherchent à entrer dans le jeu de la mondialisation économique sans toutefois remettre en cause leurs prérogatives. Ainsi, pour reprendre les termes d’A. Bonzon (2009), qui soulignait dans son article la collusion probable entre hommes d’affaires turcs et moujiks russes, nous serions tenté d’écrire à notre tour que les nouveaux tigres d’Anatolie, comme on surnomme les nouveaux entrepreneurs turcs, proches du gouvernement AKP, doivent se sentir tout à fait à l’aise avec les nouveaux businessmen syriens.

  • 21 Source : Mission économique de l’Ambassade de France à Damas.

22Les échanges économiques se sont beaucoup intensifiés ces dernières années entre la Turquie et la Syrie : en 2004, avant les accords de libre-échange, le volume des transactions s’élevait tout juste à 500 millions de dollars américains. Fin 2008, après la mise en application des accords (en 2007), il était proche des 2 milliards (1,8 selon la banque Audi à Alep). La Turquie est devenue, en quelques années seulement, un des principaux partenaires commerciaux de la Syrie.Celle-ci exporte vers la Turquie surtout des carburants minéraux (pétrole et gaz), des produits agro-alimentaires et du coton ; à l’inverse, elle importe du fioul, des produits manufacturés et des produits chimiques21. Dans le domaine financier, l’année 2009 a été marquée par un projet d’ouverture en Syrie d’une branche de la banque publique turque Halk Bank. En septembre 2009, un accord a porté sur la création d’un nouveau Conseil de coopération stratégique (CCS) dans le but de faciliter les échanges économiques entre les deux pays. Le 14 octobre, la Syrie et la Turquie ont participé à une première réunion de leur Conseil de coopération stratégique. Mais il serait bien sûr exagéré de déduire de cette simple embellie des échanges commerciaux une véritable interdépendance des deux économies, même si des accords commerciaux ont été signés entre Damas et Ankara et qu’une réelle volonté d’intégration est affichée par les instances politiques des deux pays. Ainsi, en 2004, dès le début de la mise en place du partenariat turco-syrien, un premier congrès d’investissements syro-turcs s’était tenu à Alep afin de favoriser la coopération économique entre investisseurs des deux pays. D’après une source syrienne qui avait participé à ce congrès, plusieurs projets d’initiatives conjointes furent discutés. Ils concernaient des domaines aussi variés que la chimie, l’alimentation, le tourisme et le commerce. Un seul projet fut signé entre entrepreneurs syriens et turcs pour une usine de fertilisants et d’intrants agricoles, mais celui-ci n’a toujours pas vu le jour. En Syrie, les blocages rendent encore trop souvent irréalisables les projets individuels – aussi sérieux soient-ils – et la réalité administrative reste largement déconnectée du volontarisme politique affiché. Les lenteurs de la bureaucratie syrienne, l’incompétence de l’administration locale pour créer un terrain propice au développement d’entreprises privées et les nombreux problèmes d’accès à des terrains industriels viabilisés dans des délais acceptables ont annihilé toute initiative de coopération turco-syrienne dans le domaine industriel sur le sol syrien. En réalité, d’après nos enquêtes, il semblerait que les réalisations concrètes se fassent toujours attendre de ce côté. Cependant, il est encore prématuré de tirer des conclusions hâtives d’un processus de collaboration économique aussi récent.

Le commerce transfrontalier : les « fourmis du souk » et les transporteurs contrebandiers

  • 22 Entretiens réalisés en novembre 2009.

23D’après plusieurs commerçants alépins22, la hausse de la fréquentation durant l’Aïd al-kebir a entraîné, entre le vendredi 27 novembre et le lundi 30 novembre 2009, une demande très forte de marchandises et par conséquent une augmentation du chiffre d’affaires de certains commerçants comprise entre + 10 % et + 30 % selon les cas. Nombreux ont été ceux qui, pour répondre à l’afflux de la clientèle turque, ont ouvert leur boutique. Les produits les plus vendus furent sans conteste les paquets de cinq kilos de thé de Ceylan, les sacs de sucre de 50 kg, les nattes en plastique et la fripe, comme en témoigne Zayd, un commerçant semi-grossiste de Bab al-Faraj :

« Importé par des grossistes, le thé est conditionné en sac de 5 kg dans notre atelier. C’est ce que nous vendons le plus aux Turcs. Le sucre, comme ces sacs de 50 kg, s’arrachent également. Il est fabriqué au Brésil, en Égypte ou en Syrie. Et puis, il y a ces sacs d’acide citrique ! On les vend bien également ; ça remplace le citron dans la préparation du thé. Cette année les ventes sont exceptionnelles durant l’Aïd. C’est grâce aux Turcs du Hatay. Ils sont venus nombreux. Il suffit de voir tous ces bus : une véritable fourmilière ! » (Zayd, commerçant d’Alep, 30 novembre 2009).

  • 23 En Syrie, le diesel coûte 20 LS et le super est à 40 LS ; en Turquie, le diesel est trois fois plus (...)

24Le prix de vente à Alep de ces quelques marchandises est très avantageux pour les Turcs : près d’un dollar de différence sur le kilogramme de sucre, alors que le thé en Syrie coûte 40 % moins cher qu’en Turquie (200 LS le kg contre 350 LS). Le carburant23 est aussi un produit très bon marché pour les Turcs en Syrie. Ceci explique que les conducteurs turcs remplissent leur réservoir d’essence avant de traverser la frontière, provoquant des files d’attente démesurées devant les stations services. Les contrôles stricts à la douane turque sont destinés à empêcher le trafic d’essence : certains transporteurs turcs utilisent un double réservoir pour acheminer du carburant en Turquie afin de le revendre en contrebande.

  • 24 Entretiens réalisée à Antakya auprès de Syriens en septembre 2009.
  • 25 Gaziantep est un important centre de près d’un million d’habitants ; Iskenderun, ville la plus impo (...)

25Les Syriens achètent en Turquie des vêtements de bonne qualité et des objets en cuir (sacs, chaussures, vestes), privilégiant ainsi surtout le secteur de l’habillement. Des agences de voyage, depuis Alep, proposent des « séjours shopping » à Gaziantep (fig. 3). Ces séjours, étalés généralement sur trois jours et deux nuits, s’effectuent en bus et permettent aux Alépins qui le peuvent – surtout les ménages aisés – de se rendre dans les centres commerciaux de cette grande ville turque située au Nord d’Alep. Antakya exerce aussi une certaine attraction sur les Alépins et autres Syriens qui s’y rendent volontiers pour acquérir des vêtements ou des produits d’alimentation courante24 – les biscuits de la marque ETI, le chocolat, le coulis de tomates – réputés de meilleure qualité qu’en Syrie. Ainsi s’est constituée une zone d’attraction commerciale englobant Alep et les villes turques de Gaziantep et d’Antakya, « zone d’interdépendance commerciale » sur la figure n° 2. Même si Alep, métropole de près de trois millions d’habitants, est bien plus peuplée, elle doit partager son rayonnement commercial avec ses très dynamiques voisines turques25.

26Pour ceux qui ne peuvent pas s’offrir un séjour « bus plus hôtel » en Turquie, il existe d’autres alternatives. À Azzaz, une bourgade à 40 km d’Alep, le commerce de produits de contrebande de Turquie est important, comme le montre ce témoignage :

« Je me rends parfois en minibus à quelques kilomètres de la frontière turque. Lorsque l’on arrive à Azzaz, les enfants vous demandent, dès votre arrivée, si vous voulez acheter des vêtements. Puis il suffit de les suivre ; ils vous conduisent dans des maisons particulières. À l’intérieur, on trouve une grande quantité d’habits de toutes sortes (vestes de cuir, manteaux, pantalons, robes) qui viennent de Turquie, et ce à des prix très bas. Les vêtements turcs sont de bien meilleure qualité que ceux fabriqués en Syrie » (Salloum, fonctionnaire à Alep, 29 novembre 2009).

27Les mêmes produits importés de Turquie coûtent souvent bien plus cher dans les magasins d’Alep qu’à Azzaz. En effet, l’importation de produits turcs est encore soumise à des droits de douane destinés à protéger la production syrienne. Même si depuis 2007, date des accords de libre-échange entre les deux pays, la Syrie s’est engagée à baisser ses droits de douane de 10 % par an, les produits turcs demeurent taxés. L’entrée de marchandises turques, que l’on retrouve couramment dans les magasins syriens, passe donc parfois par des circuits de contrebande. Des chauffeurs transporteurs acheminent de grandes quantités de marchandise pour les commerçants d’Alep. Il s’agit généralement de biens de consommation courante, de biscuits, de produits d’entretien ou d’habillement, réputés de bonne qualité et bon marché. Le moyen le plus couramment employé pour ce commerce est de ne pas déclarer aux douanes syriennes la totalité des produits destinés à la revente. Cette pratique semble s’accompagner de versements de bakchich aux fonctionnaires de la douane. La contrebande permet aux clients syriens de ne pas aller jusqu’en Turquie pour effectuer ces achats et de gagner ainsi du temps et de l’argent.

Les pratiques touristiques : une nouvelle aire d’attraction en Turquie

28Les Syriens semblent attirés de plus en plus par la côte turque, ce qui pour les Alépins marque un retour à la belle époque où la côte du Sandjak, à moins de cent kilomètres, faisait partie de la Syrie. Le témoignage de Rajah apparaît comme représentatif de l’évolution en cours des nouvelles pratiques touristiques syriennes :

« Début octobre, je me suis rendue avec une amie à Alanya. On a pris le bus puis on a cherché un hébergement pour la semaine une fois sur place. Nous avons négocié une chambre dans un hôtel cinq étoiles pour 65 $, chambre double en demi-pension. Comme nous étions hors saison, c’était plus facile d’avoir des tarifs avantageux. Si je compare avec Lattaquié, le choix est vite fait. La côte syrienne est beaucoup moins belle et les prix sont trois fois plus élevés ! Et puis, en Turquie, le service est impeccable, les prestations vraiment dignes d’un grand hôtel. Ce n’est quasiment jamais le cas en Syrie » (Rajah, profession libérale, Alep, 26 novembre 2009).

29La grande variété d’offres touristiques sur la côte méditerranéenne de la Turquie mais surtout la qualité des prestations en font l’une des régions touristiques parmi les plus prisées du bassin méditerranéen. Entre Mersin et Antalya en passant par Alanya, une gamme hôtelière complète, de qualité, offre des opportunités pour presque tous les budgets. Cette côte turque est à proximité immédiate de la frontière syrienne, ce qui la rend facilement accessible depuis Alep (fig. 3).

30D’après nos interlocuteurs syriens, deux éléments déterminants participent à l’attraction de la côte turque et à la perte d’intérêt de la côte syrienne. D’abord, l’offre tarifaire turque apparaît imbattable : si pour 65 $ la nuit il est possible de négocier une chambre double en demi-pension dans un hôtel cinq étoiles, une nuit à l’hôtel Côte d’Azur de Lattaquié coûte jusqu’à 200 euros ! Enfin, beaucoup de Syriens recherchent pour leurs vacances non seulement un séjour « soleil, mer, plage », mais également des villes modernes avec une ambiance qu’ils ne trouvent pas en Syrie. Seule Beyrouth était encore récemment synonyme pour eux de modernité et offrait cette atmosphère trés prisée (fig. 3).

Figure 3 : L’aire de circulation turco-syrienne dans la province d’Alep (fin 2009). Source : Enquêtes personnelles.

Figure 3 : L’aire de circulation turco-syrienne dans la province d’Alep (fin 2009). Source : Enquêtes personnelles.

Conception et réalisation : C. Roussel.

Conclusion

31Dans ce contexte nouveau, Alep pourrait être l’une des gagnantes de l’ouverture de la frontière turco-syrienne. La proximité de la Turquie a un effet dynamisant sur l’activité commerciale et touristique, mais aussi sur l’investissement de capitaux turcs dans la production industrielle comme par exemple dans le secteur du textile – transformation du coton et filatures. Si cette dynamique se pérennise, le renforcement du rôle économique d’Alep lui permettrait de compenser une partie de son retard par rapport à la capitale. Son poids dans un réseau urbain syrien centré sur Damas serait ainsi renforcé. Nous avons montré la rapidité du passage d’une frontière qui « sépare et divise » à un espace frontière qui « réunit » et qui tend à devenir un territoire transfrontalier. Certes, une réelle intégration économique, sociale et spatiale, héritée de la période ottomane, existait avant la mise en place de la frontière ; mais loin de s’être étiolés, les liens socio-culturels se sont remobilisés aussitôt que les conditions politiques se sont améliorées, favorisant ainsi les échanges économiques.

  • 26 Avec la plupart des pays arabes ZALE.
  • 27 The Syria Report. http://www.syria-report.com/
  • 28 D’après l’institut turc des statistiques, Turkstat, les exportations de la Turquie vers la Syrie on (...)

32Quelles pourront être pour la Syrie les conséquences à moyen terme de l’ouverture de sa frontière nord ? La levée progressive du protectionnisme économique et commercial dont a bénéficié la Syrie pendant plusieurs décennies, apparaît comme un changement majeur pour un pays qui a longtemps refusé toute influence étrangère sur son territoire. L’intégration accrue de l’économie syrienne dans son environnement régional – accords de libre-échange en 200526 et 2007 – risque pourtant de fragiliser une économie peu habituée à la concurrence. L’accord de libre-échange qui unit Ankara à Damas a d’ailleurs, semble-t-il, surtout profité aux exportateurs turcs. « En effet, les magasins syriens sont inondés de produits turcs mieux présentés et plus compétitifs que les produits syriens » pouvait-on lire dans la presse spécialisée27. Ainsi, la balance commerciale de la Syrie avec son puissant voisin était largement déficitaire en 200928.

  • 29 Ce texte a été écrit avant que ne se déclare l’insurrection populaire qui touche une grande partie (...)

33Force est de constater aussi que les dynamiques – rapprochements diplomatiques, économiques, etc. – ont un caractère cyclique, tout comme les tensions et conflits, ainsi que la décennie passée nous le rappelle. Il convient de ne pas sous-estimer le poids des questions non résolues qui peuvent ressurgir : le problème kurde, le contrôle et l’accès aux eaux du Tigre et de l’Euphrate, le contrôle et l’acheminement du pétrole irakien. L’euphorie de l’année 2009 doit donc être tempérée. Les conflits longs, même restés partiellement enfouis, possèdent un « pouvoir de résurgence » plus important dans cette région du monde où calculs stratégiques, renversement d’alliances, contrôle des ressources, imbrication d’identités communautaires et territoires, contribuent souvent à la détérioration de la situation globale29.

Blogs:

http://bazantay.p.chez-alice.fr/​

http://auxfrontieres.free.fr

http://kurde-moyen-orient.20minutes-blogs.fr/​

http://www.turquie-fr.com/​tag/​syrie/​

Notes

1 Cet article a été écrit avant le déclenchement de la révolte qui bouleverse la Syrie depuis le printemps 2011. Tout ce qui pouvait être attendu à la fin de l’année 2009 de l’ouverture de la frontière avec la Turquie est évidemment devenu caduc, en attendant le retour à une situation qui autoriserait à nouveau les projets d’avenir.

2 Mais sans jamais toutefois avoir été totalement hermétique.

3 « Ahmet Davutoğlu est un musulman pratiquant, avec ce mélange de romantisme, de moralisme et de souci de la justice que présentent parfois certains croyants », explique Beril Dedeoğlu, universitaire spécialiste des relations internationales à l’université francophone de Galatasaray. « Il a donc, comme au temps de l’Empire ottoman, l’envie d’étendre l’influence régionale de la Turquie aux autres pays musulmans. Mais ce n’est pas une démarche impérialiste, l’idée c’est d’être le grand frère pour la région, un peu comme votre président Nicolas Sarkozy aimerait que la France le soit pour l’Union européenne ! ». En ligne : http://kurde-moyen-orient.20minutes-blogs.fr/

4 Depuis 2003, Abdullah Gül, futur président de la République en août 2007, alors ministre des Affaires étrangères dans le nouveau gouvernement dominé par l’AKP, s’emploie à impliquer son pays dans les affaires régionales. Cette nouvelle orientation de la Turquie n’est aucunement un abandon de ses prétentions sur la scène européenne.

5 Le durcissement de la Turquie à l’égard d’Israël, la condamnation en public à Davos par Erdogan, de l’intervention de Tsahal à Gaza fin 2008-début 2009 ont permis à Ankara de s’attirer la sympathie arabe.

6 Comme le montre le récent soutien d’Ankara et son refus de nouvelles sanctions contre l’Iran lors d’un vote à l’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique).

7 Ce territoire qui a fait l’objet de tractations entre la France puissance mandataire de la Syrie à l’époque et la Turquie kémaliste est finalement passé, en 1939, sous domination turque. Ce territoire crée une tension persistante entre les deux pays, la Syrie revendiquant depuis, sa souveraineté sur ce sandjak perdu (désormais province du Hatay).

8 Les travaux d’alimentation en eau et de suppression de la dalle ont débuté en septembre 2009, financés par la fondation Agha Khan.

9 Date de la visite d’État effectuée par le président Bachar al-Assad en Turquie, première visite d’un chef d’État syrien depuis l’indépendance du pays en 1946.

10 Entretiens en septembre 2009 auprès de douaniers turcs et syriens.

11 La Turquie œuvre aussi pour l’ouverture de sa frontière avec l’Irak et entreprend de le faire avec l’Arménie. Des accords avec la Libye ont abouti à l’annulation des visas pour les ressortissants des deux pays.

12 Exception faite des unions interarabes comme la République Arabe Unie formée de l’union de l’Égypte et de la Syrie entre 1958 et 1961.

13 Le terme d’ethnie sera ici compris « comme l’unité de base dans la description culturelle d’une population ». « Tout groupe disposant de marqueurs ethniques spécifiques (langue, religion, tradition ou autres) forme ainsi une ethnie différenciée » (Rosière 2005, p. 208).

14 Sur son blog bien documenté, P. Bazantay donne, pour l’année 1936, les effectifs suivant : 99 163 Arabes, 85 274 Turcs, 28 857 Arméniens, 4 831 Kurdes, 954 Tcherkesses (soit 219 079 habitants).

15 Sur son blog, P. Bazantay évoque : « les files de camions transportant des Arméniens, des Chrétiens de langue arabe et des familles de toutes communautés s’en allant vers Alep ou Lattaquié avant l’annexion du sandjak à la Turquie (…) ». E. Picard confirme que « seulement la communauté arménienne » fut touchée par « un exode massif », et que « l’exode a été moins spectaculaire mais tout de même important pour les autres communautés non turques ». Ainsi, « près de la moitié des Arabes sunnites sont partis » (Picard 1983, p. 51).

16 Côté turc, Ankara a rapidement, après le rattachement du sandjak à la Turquie, appliqué une politique d’intégration économique volontariste et d’assimilation culturelle du Hatay.

17 Cette réflexion est issue d’entretiens réalisés à Alep ainsi que dans plusieurs villages frontaliers en septembre 2009, et notamment avec Mayson Mursel, jeune femme professeur de mathématique et descendante d’une famille turkmène originaire de la région frontalière avec la Turquie à l’Ouest d’Alep.

18 TRT (Türkiye Radyo Televizyon Kurumu) est une des plus grandes chaînes de télévision diffusant ses programmes en Turquie et dans plusieurs autres pays à minorités turques. Elle diffuse ses programmes en turc.

19 L’ouverture commerciale n’étant qu’un aspect de ce renforcement.

20 Voir les travaux de l’économiste Samir Aïta (2007, p. 551).

21 Source : Mission économique de l’Ambassade de France à Damas.

22 Entretiens réalisés en novembre 2009.

23 En Syrie, le diesel coûte 20 LS et le super est à 40 LS ; en Turquie, le diesel est trois fois plus cher alors que le super coûte plus du double (tarifs antérieurs à 2011).

24 Entretiens réalisée à Antakya auprès de Syriens en septembre 2009.

25 Gaziantep est un important centre de près d’un million d’habitants ; Iskenderun, ville la plus importante du Hatay et centre commercial de la région, était peuplé d’environ 300 000 habitants en 2009. Antakya, quant à elle, comptait 202 000 habitants en 2008. Adana, avec 1,55 million d’habitants, est la 5e ville de Turquie ; elle est au cœur d’une grande région métropolitaine de 3 millions d’habitants (avec Mersin, Tarsus, Ceyhan).

26 Avec la plupart des pays arabes ZALE.

27 The Syria Report. http://www.syria-report.com/

28 D’après l’institut turc des statistiques, Turkstat, les exportations de la Turquie vers la Syrie ont progressé de 27 % en 2009 ; durant la même année, les exportations syriennes vers la Turquie ont baissé de 48 %. Source : The Syria Report.

29 Ce texte a été écrit avant que ne se déclare l’insurrection populaire qui touche une grande partie du territoire syrien. Il ne rend donc pas compte de l’évolution très négative des relations entre la Syrie et la Turquie, évolution liée en partie à la présence de réfugiés syriens sur le sol turc et aux prises de positions antagoniques du gouvernement turc et du régime syrien.

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Drapeau turc déployé par un commerçant alépin lors de la fête musulmane .
Crédits T. Boissière
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6667/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 1 : « Palestine‑Syrie‑Cilicie ».
Légende Carte sans frontières et sans date « exécutée avec l’aide de documents du service Géographique de l’Armée ».
Crédits  
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6667/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Photo 2 : Pique-nique des visiteurs turcs au pied de la tour de Bab al-Faraj lors de la fête musulmane.
Crédits T. Boissière
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6667/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 2 : Carte ethnographique du Nord-Ouest de la Syrie à l’époque du Mandat français. Source : Carte du Mandat français réalisée par les services géographiques l’Armée du Levant (date inconnue), Cartothèque Ifpo de Damas.
Crédits Cartographie : C. Roussel
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6667/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 3 : L’aire de circulation turco-syrienne dans la province d’Alep (fin 2009). Source : Enquêtes personnelles.
Crédits Conception et réalisation : C. Roussel.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6667/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

Auteurs

Journaliste
Journaliste
Docteur en géographie ; chercheur associé au GREMMO ; chercheur à l’Ifpo-Amman

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540