Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alep et ses territoires

 | 
Jean-Claude David
, 
Thierry Boissière

Première partie - Comment la troisième ville de l’Empire ottoman est devenue un chef-lieu de mouhafaza en Syrie

Chapitre 6 – Les fermes d’État dans le gouvernorat d’Alep : une expérience dans le contexte du développement hydro-agricole de la Réforme

Salim Badlissi et Roman-Oliver Foy

Résumé

Dès la période de l’Union avec l’Égypte (1958-1961) puis avec l’arrivée au pouvoir du parti Baath arabe socialiste (1963), la politique syrienne s’affiche comme socialiste et progressiste. La Réforme agraire vise à modifier structurellement les conditions socio-économiques de la production agricole. La planification vise à impulser et à soutenir la modernisation de l’agriculture et l’exploitation rationnelle des ressources naturelles, notamment hydriques. À partir de 1963, les fermes collectives incarnent un idéal à atteindre pour l’avenir de l’exploitation agricole et des relations sociales dans les campagnes. Or, les créations de fermes d’État sont demeurées lentes et marginales. Leur démantèlement a été entamé fin 2000 : près d’un demi-siècle après le démarrage de ces politiques, un bilan de cette expérience s’impose.
Alep est le centre du plus gros gouvernorat (mouhafaza) syrien en nombre d’habitants, où vit 22,6 % de la population du pays. Le nombre de ses habitants est passé de 957 000 en 1960 à 4 337 000 en 2007. Il en a résulté une pression croissante sur les ressources, le maintien d’une population jeune et une urbanisation accrue. Le contexte environnemental, agricole et démographique du gouvernorat d’Alep, d’une part, et les interventions étatiques organisant l’exploitation agricole, d’autre part, constituent le cadre de notre étude. Nous présentons la constitution, le fonctionnement et le démantèlement de deux fermes d’État de ce gouvernorat, ainsi que les modalités de redistribution de ses parcelles et les répercussions vécues sur le terrain.

During the time of the United Arab Republic (1958-1961) and after the Baath takeover (1963), Syria’s politics want to be seen as socialist and progressive. Land reforms aimed a structural change in the socio-economic conditions of the agricultural production. State planning pursued encouraging and sustaining modern agriculture through a rational exploitation of natural resources, namely hydric resources. From 1963 onwards, collective farms represented the ideal of modernised agriculture and social relations in the countryside, yet collective farms implementation remained slow and remained marginal. Their dismantling started in late 2000: half a century after the beginning of these policies, an assessment is needed. Aleppo shelters 22.6% of the national population, being the most inhabited Syrian administrative division. Aleppo’s population grew from 957,000 in 1960 to 4,337,000 in 2007. As a result, the city experienced an increased pressure on natural resources and intensified urbanisation along with a consistently young population. This study is twofold. On the one hand, it discusses the environmental, agricultural and demographic context in the Aleppo governorate. On the other hand, it analyses State interventions to organise the agricultural exploitation. In this article, we expose the constitution, functioning and dismantling of two collective farms in this governorate, as well as the different modalities in land distribution and its repercussion on the ground.

منذ عهد الوحدة مع مصر (1958-1961) ثمّ مع وصول حزب البعث العربي الاشتراكي إلى السلطة (1963)، تظاهرت السياسة السورية بأنها اشتراكيةٌ وتقدمية. وقد هدف الإصلاح الزراعي إلى تعديل شروط الإنتاج الزراعي الاجتماعية ـ الاقتصادية تعديلاً بنيوياً. وهدف التخطيط إلى الحث على تحديث الزراعة ودعمها وإلى الاستثمار العقلاني للموارد الطبيعية، لاسيما المائية منها. بدءاً من العام 1963، جسّدت المزارع التعاونية مثالاً ينبغي الوصول إليه من أجل مستقبل الاستثمار الزراعي والعلاقات الاجتماعية في الأرياف. والحال أنّ إقامة مزارع الدولة بقيت بطيئةً وهامشية. وقد بدأ تفكيكها في أواخر العام 2000، فقد فرضت حصيلة هذه التجربة نفسها بعد نصف قرنٍ من انطلاق تلك السياسات.

Texte intégral

Introduction

1Dès la période de l’Union avec l’Égypte (1958-1961) puis avec l’arrivée au pouvoir du parti Baath (1963), la politique nationale syrienne s’afficha comme socialiste et progressiste. La Syrie entra dans l’ère des réformes et de la planification centralisée de l’économie. Dans ce cadre, le secteur agricole, considéré comme la base du développement économique et social du pays, devait s’intégrer dans ce processus de développement et contribuer pleinement à son essor. La Réforme agraire visa à modifier structurellement les conditions socio-économiques de la production agricole. La planification avait pour objectif d’impulser et de soutenir la modernisation de l’agriculture et l’exploitation rationnelle des ressources naturelles, notamment hydriques. Un demi-siècle après le démarrage de ces politiques, plusieurs questions se posent sur la restructuration agraire impulsée par l’État et sur son avenir. Dans quelle mesure la loi de la Réforme agraire (1958) avait-elle prévu de préserver ou au contraire d’exproprier la propriété privée foncière ? Quels étaient les modèles d’exploitation agricole envisagés pour les propriétés privées expropriées et sur les terres domaniales ? La législation n’a-t-elle pas prescrit la formation de la propriété privée coopérative plutôt que la formation des fermes collectives (coopératives de production ou fermes d’État) tellement louées et souhaitées dans de nombreux écrits et discours politiques officiels ? Dans ce contexte, les fermes d’État n’apparaissent-elles pas comme une énigme dans le processus des « transformations socialistes » entreprises par l’État ? À partir de 1963, les fermes collectives incarnèrent un idéal à atteindre pour l’avenir de l’exploitation agricole et des relations sociales dans les campagnes. Or, la création de celles-ci demeurait lente et marginale dans la recomposition des structures agraires. Le démantèlement des ces fermes, entamé fin 2000, est-il un nouveau tournant dans la politique économique et agricole ou bien ne constitue-t-il qu’un détail dans un ensemble de mesures entreprises et poursuivies depuis un demi-siècle ?

2Le contexte environnemental, agricole et démographique du gouvernorat (mouhafaza) d’Alep d’une part et les interventions étatiques, législatives et appliquées, organisant l’exploitation agricole d’autre part, constituent le cadre logique de notre étude. Les deux seules fermes d’État qui ont existé dans ce gouvernorat (Abou Firas al-Hamadani au sud-est d’Alep et l’établissement al-Assad à Maskéné) représentent deux cas bien différents mais plutôt significatifs des fermes d’État en Syrie. Nous présenterons en particulier la constitution, le fonctionnement et le démantèlement de la ferme al-Assad, ainsi que les modalités de la redistribution de ses parcelles aux bénéficiaires avec leurs répercussions vécues sur le terrain. Il ne s’agit pas seulement d’analyser l’expérience des fermes d’État à travers le processus historique de la politique économique et sociale du pays et de ses applications, afin de tirer les leçons de cette expérience en termes d’avantages et d’inconvénients, mais aussi de jeter les bases cohérentes pour des études plus détaillées portant sur les structures agraires syriennes actuelles et sur leur évolution possible dans le futur. Certaines de nos recherches documentaires et nos enquêtes sur le terrain à Maskéné remontent à la période de fonctionnement de la ferme d’État. Elles se poursuivent actuellement, dans le cadre de l’équipe « Eau & Développement », auprès des différents acteurs (habitants, agriculteurs, fonctionnaires, etc.) à Maskéné et dans les administrations concernées.

Réforme agraire, irrigation et modernisation de l’agriculture dans le gouvernorat d’Alep

L’évolution du contexte démographique et agricole du gouvernorat d’Alep

  • 1 En moyenne, sur la période quinquennale 2003-2007, la superficie irriguée, qui ne représentait qu’e (...)

3Alep est le centre du plus gros gouvernorat syrien en nombre d’habitants, où vit 22,6 % de la population du pays estimée à 19,2 millions en 2007. Comme toute la Syrie, le gouvernorat d’Alep a connu de forts taux d’accroissement démographique : le nombre de ses habitants est passé de 957 000 en 1960 à 4 337 000 en 2007. Il en résulte une pression croissante sur les ressources globales, le maintien d’une population jeune et une urbanisation accrue. Ces difficultés peuvent être résolues par des investissements continus dans tous les secteurs d’activités économiques et sociales afin d’augmenter les productions, de créer des emplois et de procurer des services. Dès l’ère des réformes, l’État intègre les faits démographiques dans la politique de développement économique et social. Il organise l’exploitation des ressources naturelles cherchant notamment à assurer l’autosuffisance alimentaire du pays, ainsi qu’à réaliser l’équité sociale par la distribution convenable de la richesse nationale. Dans la même optique, il vise le repeuplement et la promotion de vastes régions agricoles et agro-pastorales, à travers la réalisation de grands projets d’irrigation. Ces mesures devraient assurer une agriculture plus stable et rentable et fournir du travail dans les campagnes. La carte 1 montre la répartition des « zones de stabilité agricole » dans le gouvernorat d’Alep. Ces zones agricoles ont été déterminées par la planification nationale, suivant les moyennes annuelles des précipitations étudiées sur une longue durée. Dans les conditions de l’agriculture pluviale, le choix des cultures pratiquées et les rendements obtenus dépendent de la pluviosité. Or, la plus grande partie du sol cultivable du gouvernorat d’Alep se trouve dans des régions arides et semi-arides qui reçoivent des précipitations se situant entre 200 et 450 mm en moyenne annuelle. L’irrigation, quand elle est possible, remédie à l’insuffisance des précipitations et à leurs fluctuations et aboutit à accroître fortement la production agricole et à la diversifier 1.

Carte 1 : L’eau et le projet de l’Euphrate dans le Gouvernorat d’Alep.

Carte 1 : L’eau et le projet de l’Euphrate dans le Gouvernorat d’Alep.

Eau et Développement, Université de Paris‑I, 2010.

4Les ressources hydriques disponibles sont-elles suffisantes pour l’irrigation recherchée ? En fait, le bassin hydrographique d’Alep (alimenté par le Qweiq et le lac Jabboul) est assez pauvre en ressources renouvelables : elles sont évaluées à environ 904 hm3/an. L’Afrine, qui fait partie du bassin hydrographique de l’Oronte, fournit au gouvernorat d’Alep environ 300 hm3/an. Le gouvernorat d’Alep empiète, au nord-est, sur une partie du bassin de l’Euphrate. En aval, la rive droite de l’Euphrate marque la limite du gouvernorat à l’est. Le Sajour, qui se jette sur la rive droite de l’Euphrate, fournit au gouvernorat d’Alep une ressource évaluée à 15 hm3 pour une année hydrique moyenne.

  • 2 Notons que la surface cultivée du gouvernorat d’Alep est de 1 230 000 ha en 2007.

5En 1946-47, la superficie irriguée du gouvernorat d’Alep (qui comprenait la zone du futur gouvernorat d’Idlib) représentait environ 28 000 ha, dont à peine 6 500 ha irrigués à partir des puits. Dès les années 1950, l’exploitation des nappes aquifères par forage de puits et installation de motopompes individuelles n’a cessé de croître, à l’initiative de particuliers. La surexploitation des nappes a entraîné la baisse de leur niveau et le déclin du débit des puits. Malgré les mesures prises depuis 1958, le nombre des puits n’a cessé de croître pour atteindre en 2007 les 28 220 ha (dont 60 % non autorisés). Ils irriguent un ensemble de 96 000 ha, soit 49 % de la superficie irriguée du gouvernorat qui couvre 196 000 ha 2. La superficie irriguée à partir des eaux de surface atteint 100 000 ha en 2007, dont 65 000 ha par les eaux de l’Euphrate et le reste essentiellement par trois petits cours d’eau, l’Afrine, le Qweiq et le Sajour. Environ le tiers de la superficie irriguée du gouvernorat d’Alep l’est à partir de l’Euphrate, ce qui nécessite environ 1 milliard de m3 d’eau d’irrigation. Toute extension de la superficie irriguée dans le gouvernorat d’Alep reposera sur la réalisation des projets gouvernementaux de mise en valeur des sols et d’irrigation dans le cadre de l’aménagement de l’Euphrate. La quantité d’eau d’irrigation qui sera réservée au gouvernorat d’Alep atteindrait les 2,5 milliards de m3.

Réforme agraire et modification des structures agraires dans le gouvernorat d’Alep

6La grande propriété latifundiaire prévalait en Syrie avant la promulgation de la loi sur la Réforme agraire. Dans le gouvernorat d’Alep (Idlib inclus donc) en 1945, sur 2 119 000 ha, 35 % des terres appropriées appartenaient à la grande propriété (100 ha et plus) et 22 % appartenaient à l’État, exploités en majeure partie par des grands propriétaires. Le métayage constituait la forme courante d’exploitation sur les grands ou moyens domaines morcelés en petits lopins. Toutefois, les ouvriers agricoles sans terre étaient très nombreux dans les campagnes.

7Les réformes socialistes commencèrent dès le début de l’Union avec l’Égypte (1958-1961). Elles fixèrent les limites des propriétés agricoles, organisèrent les relations entre les propriétaires, les métayers et les ouvriers agricoles. La Réforme agraire visait à réaliser l’équité sociale, la modernisation de l’agriculture et de la paysannerie, tout en prônant « l’éveil des masses paysannes opprimées et sous-développées ». Selon les dispositifs de la loi 161 de 1958 et ses modifications, les limites de la propriété agricole individuelle (en ce qui concerne le gouvernorat d’Alep) furent fixées entre 30 et 40 ha irrigués, 35 et 45 ha de vergers ou bien entre 55 et 140 ha en zones pluviales (suivant les zones pluviales concernées). Jusque dans les années 1980, environ 310 000 ha appartenant à la « classe féodale » furent expropriés dans le gouvernorat d’Alep, essentiellement des terres de zones pluviales. Environ 150 000 ha de ces terres furent distribués à des familles paysannes, en petits lots de 3 ha en zone irriguée ou de 15 ha en zone pluviale. L’État a distribué également dans le gouvernorat d’Alep (en 1968 et 1969) une superficie de 300 000 ha de ses terres domaniales, selon les principes d’application de la loi 161 et ses amendements. Les bénéficiaires des distributions sont tenus de se grouper en coopératives agricoles, d’exploiter la terre eux-mêmes et d’appliquer les plans de production décidés par la planification nationale. Soulignons qu’en revanche, la loi de la Réforme agraire, qui avait fixé les limites de la propriété agricole, n’a jamais fixé les limites de taille de l’exploitation agricole. Ainsi, nous trouvons, même après l’application de la loi de la Réforme agraire, un certain nombre d’exploitants qui détiennent des exploitations dont la taille dépasse de loin le plafond autorisé de la propriété.

Une restructuration réformiste : « les Associations paysannes coopératives »

8Les coopératives agricoles étaient conçues pour pallier les inconvénients de la parcellisation et diffuser auprès des petits exploitants conseils techniques et moyens de se moderniser. Les membres de ces coopératives impulsées par les réformes agraires devaient soutenir les objectifs politiques et sociaux fondamentaux de la Réforme agraire énoncés par l’État. Il s’agissait de démanteler l’influence de l’ancienne classe des propriétaires terriens sur le pouvoir politique et de donner une vigoureuse impulsion aux forces productrices dans l’agriculture afin de créer une classe de « paysans socialistes modernes ».

9L’Union générale des paysans, constituée en 1974, engloba les Associations paysannes coopératives regroupant les bénéficiaires de la Réforme agraire et des petits propriétaires, des métayers et des ouvriers agricoles, volontaires. Ces entités sont essentiellement des coopératives de services encadrées par des fonctionnaires. Dans le gouvernorat d’Alep, le nombre des coopératives atteint 1 061 en 2007, regroupant 107 639 membres. La superficie agricole exploitée par le secteur coopératif couvre alors 540 000 ha (dont 78 000 ha irrigués), soit 46 % de la superficie agricole exploitée du gouvernorat d’Alep.

Et les coopératives de production ?

10Les coopératives de production sont des Associations paysannes coopératives qui appliquent le système de travail collectif et la propriété commune des moyens de production. Le choix politique étatique, selon le discours officiel, visait à transformer graduellement et volontairement les coopératives de services en coopératives de production, afin de profiter des avantages de la grande production. Les coopératives de production furent ainsi considérées comme un modèle évolué pour le futur recherché par le mouvement coopératif agricole. Or, les quelques expériences pilotes, effectuées dès les années 1970, ont complètement échoué, notamment celles situées à Bir al-Hashm (Raqqa) dans le bassin de l’Euphrate sur les terres mises en culture irriguée par les travaux gouvernementaux en 1985. Ces dernières furent transformées en coopératives de services en 1990. Cependant, les discussions des congrès des paysans insistèrent systématiquement, dès les années 1980, sur la nécessité de revoir le modèle, considérant que son échec était dû à l’immaturité de l’expérience. Le mouvement coopératif dans le gouvernorat d’Alep n’a jamais connu ces coopératives de production.

Planification nationale et grands projets d’irrigation

11Dès l’ère des réformes agraires, les grands projets hydro-agricoles et notamment celui de l’Euphrate incarnent dans le langage politique officiel le défi aux caractéristiques pluviales défavorables dominantes dans le pays et, du même coup, la volonté de changement des conditions socio-économiques difficiles dans lesquelles vit la population rurale. La planification nationale, à travers les plans quinquennaux successifs de développement économique et social, depuis 1960-61, vise à réaliser l’extension de l’irrigation qui s’avère indispensable à une augmentation significative de la production agricole. Les travaux pour l’extension de l’irrigation sur de vastes superficies deviennent alors l’outil essentiel de la politique de l’État. Le grand projet de l’Euphrate promet l’irrigation de 640 000 ha, dont 450 000 ha à gagner sur des sols jusque-là incultes, ainsi que le repeuplement et la promotion de ces régions. La construction du barrage d’al-Thawra sur l’Euphrate a débuté en 1966 et s’est achevée en 1975. Elle a reçu l’appui financier et l’encadrement technique de l’Union soviétique. Le lac réservoir (14,1 milliards de m3) fut nommé al-Assad. La superficie à mettre en valeur et en culture irriguée dans le gouvernorat d’Alep devait atteindre 160 000 ha dont 73 000 ha dans les plaines de Maskéné et Maskéné-Alep. Une quantité d’eau d’environ 2,5 milliards de m3 devrait être mobilisée pour l’irrigation de ces superficies. D’autres périmètres sont irrigués par d’autres programmes hydro-agricoles dans le gouvernorat d’Alep : le projet d’Afrine (20 700 ha) et du Sajour (1 550 ha) où la mise progressive en irrigation débuta en 2005 ; sans compter l’aménagement du Matekh (ancien lac dans lequel se jetait le Qouweiq au sud d’Alep) achevé en 1951 et qui avait une superficie équipée initiale de 14 860 ha. Or, la superficie effectivement irriguée chaque année est actuellement variable.

12Quel type de restructuration était envisagé pour ces terres nouvellement irriguées ? En principe, les terres étaient rendues à leurs propriétaires qui devaient les exploiter eux-mêmes et créer des Associations paysannes coopératives. Quant aux terres domaniales aménagées dans l’aire du projet de l’Euphrate, il était prévu de les exploiter en formant des Associations paysannes coopératives de production. Les terres du Projet Pilote devaient être distribuées à des familles paysannes en lots de 3,3 à 6,6 ha, avec un logement dans le village modèle. Or, une grande partie du réseau d’irrigation et de drainage s’est avérée inutilisable après la mise en eau en 1975 du fait des taux élevés de gypse dans les sols qui ont entraîné leur salinisation. Cet échec a provoqué l’arrêt de la distribution de lots à exploiter par les familles paysannes afin d’éviter de leur faire subir des pertes pouvant résulter de la mise en culture. L’exploitation de ces terres fut alors organisée sur le modèle des fermes d’État avec des salariés temporaires. Ce modèle a été fortement contesté par les responsables de l’aménagement eux-mêmes qui l’ont considéré en contradiction avec la philosophie du projet qui visait la formation de sociétés stables constituées de membres solidaires économiquement et socialement. Dans l’aire de l’« Aménagement de l’Euphrate », ce modèle d’exploitation n’a été appliqué que deux fois : les fermes d’État dans le cadre du Projet Pilote et la ferme al-Assad à Maskéné dans le gouvernorat d’Alep.

Quelles formes d’exploitation et de propriété agricole coexistèrent en Syrie jusqu’en 2000 ?

  • 3 General Organization for the Exploitation and Development of the Euphrates Basin.

13Les formes d’exploitation agricole en Syrie se répartissent en quatre secteurs : privé, coopératif, public et mixte. En l’an 2000, la superficie cultivable du secteur privé, de 3 351 000 ha, constitue 56,8 %, donc la majeure partie des sols cultivables du pays. Quant au secteur coopératif englobant les associations paysannes coopératives, il détient 2 462 000 ha soit 41,8 % de la superficie cultivable du pays. Or, comme il ressort de notre présentation du secteur coopératif, ce dernier est aussi de type privé puisqu’il est constitué d’exploitations indépendantes foncièrement, appropriées par les particuliers. Il s’agit donc plutôt d’un secteur privé de type coopératif alors que le secteur dit privé est de type individuel. Les exploitations privées coopératives et individuelles détiennent donc 98,6 % de la superficie cultivable en Syrie. Les cinq sociétés du secteur mixte qui ont vu le jour en 1986 ne détenaient qu’une superficie limitée d’environ 7 000 ha. Le secteur public ne détient que 84 000 ha cultivables (59 500 ha selon le modèle de la ferme d’État), le reste étant exploité par le GOEDEB, 3 soit 1,4 % de la superficie cultivable du pays.

Les fermes d’État en Syrie : le poids des circonstances

Un détail dans le paysage agraire syrien et son histoire

14La Réforme agraire avait imposé la formation des coopératives de services sur les terres expropriées et distribuées aux bénéficiaires. Ce modèle coopératif, prescrit par la volonté gouvernementale mais se basant toujours sur la propriété privée de la terre et des autres moyens de production, fut ensuite généralisé à de vastes superficies. Ainsi, la volonté politique étatique, exécutive et législative, visait à limiter la grande propriété sans supprimer la propriété. Elle visait, en même temps, par la distribution des superficies excédentaires en petits lots aux bénéficiaires, à transformer le plus grand nombre possible de paysans en petits propriétaires libres économiquement et politiquement, et plus attachés à la terre qu’ils exploitaient. En effet, tout le processus de la Réforme agraire s’est axé, pendant des années, sur la distribution de petits lots de terre à des bénéficiaires propriétaires.

15Cependant, les lois de la Réforme agraire et de la formation paysanne avaient autorisé l’instauration des fermes collectives (coopératives de production ou fermes d’État) « quand les circonstances de l’exploitation agricole et les circonstances économiques et sociales dominantes dans certaines régions exigeaient de ne pas diviser la terre pour la distribuer en petites propriétés individuelles aux paysans ». Il en ressort, dès le départ, que c’est la prise en compte de certaines conditions « exceptionnelles » qui impose d’opter pour l’instauration des fermes collectives. Or, malgré la timidité du fondement législatif des fermes collectives, il faut distinguer entre les coopératives de production et les fermes d’État. En effet, de nombreux discours politiques officiels (les plans quinquennaux de développement économique et social, la stratégie de l’agriculture pour l’an 2000 et surtout la loi de la Formation paysanne (loi 21 de 1974) ont tous considéré que l’orientation principale de l’évolution du mouvement coopératif consiste à transformer, graduellement et volontairement, les coopératives de services en coopératives de production. Or, cette expérience, comme nous l’avons vu, ne s’est jamais développée en pratique.

16Certains discours politiques officiels ont attribué un rôle pilote aux fermes d’État. Elles devaient assurer une exploitation collective et rationnelle des terres et profiter des avantages de la grande production. Elles devaient ainsi favoriser la modernisation de l’agriculture et du travail agricole fondé sur les relations socialistes de production. À partir de 1965, les premières fermes d’État virent le jour : elles étaient localisées dans des sites n’offrant pas de bonnes conditions pour le développement de la petite propriété individuelle. Cependant, elles ne semblent pas avoir bénéficié des investissements nécessaires à leur réussite. Leur fonctionnement est en outre vite apparu déficient du fait de la faiblesse de leurs infrastructures et du manque de cadres et d’ateliers techniques. Ces défauts ont eu des conséquences négatives sur leur rendement et sur leur développement, ce qui a soulevé de nombreuses critiques dans le pays dès les années 1970. En revanche, le Projet Pilote et le Projet de Maskéné (Établissement al-Assad), dont l’ensemble des superficies sont irriguées, qui furent fondés dans le cadre du Projet de l’Euphrate dans les années 1970, bénéficiaient de surfaces et de niveaux de mécanisation beaucoup plus importants que ceux des autres fermes d’État du pays. En tous cas, les fermes d’État sont restées peu nombreuses, ne couvrant qu’une superficie minime par rapport à la superficie agricole totale (1,4 % en 2000).

17Dès les années 1990, l’Union générale des paysans n’était pas favorable à la mise en place de nouvelles fermes d’État. Le 7e Congrès (1991) avait discuté de la situation des sols mis en valeur par les projets d’aménagement de l’Euphrate (après la remise des superficies aménagées à leurs propriétaires). Le Congrès avait recommandé de distribuer les superficies excédentaires aux paysans, afin qu’ils s’attachent à la terre qu’ils cultivent, au lieu de les collectiviser en fermes d’État. D’autre part, concernant les terres cultivables domaniales louées, l’Union générale des paysans suggérait depuis le 6e Congrès (1986) soit la vente définitive aux ayants droit, soit l’application de la loi de la Réforme agraire pour réaliser la justice et aboutir aux objectifs productifs recherchés.

  • 4 Les différences entre superficies cultivables et superficies exploitées, dans les fermes d’État et (...)

18Avant le démantèlement des fermes d’État à partir de l’an 2000, ces fermes étaient au nombre de 13, couvrant une superficie totale de 112 422 ha. Or, leur superficie cultivable ne s’élevait qu’à 59 525 ha, dont seulement 33 589 ha exploités. En outre, le GOEDEB détenait une superficie cultivable d’environ 24 500 ha, dont à peine 10 000 ha exploités. Au total, la superficie cultivable du secteur public atteignait 84 000 ha dont seulement 43 000 ha exploités 4. Deux fermes d’État seulement se situaient dans le gouvernorat d’Alep : la ferme d’Abou Firas al-Hamadani et la ferme al-Assad.

Abou Firas al-Hamadani : une petite ferme d’État de la taille d’une grande exploitation individuelle

  • 5 En fait, les promesses n’ont pas pu être tenues car cela aurait débouché sur la constitution de pro (...)
  • 6 International Center for Agricultural Research in the Dry Areas.

19Abou Firas al-Hamadani est un exemple de ferme d’État à l’existence contingente. Dans le village de Brada (District ou Caza du Jabal Sama‘an), l’État était propriétaire de 1127 ha. Dans les années 1960, sur une petite partie de ces terres (167,5 ha), la ferme Abou Firas al-Hamadani a été créée. Or l’objectif, sur l’ensemble de cette propriété d’État, était manifestement, comme ailleurs en Syrie, non pas de mettre en place une ferme d’État, mais d’impulser la constitution de petites exploitations. Ainsi, presque la moitié des terres possédées par l’État à Brada (447 ha) fut distribuée à des bénéficiaires en 1969 selon les directives de la loi 161 de la Réforme agraire. La Direction de la propriété d’État avait même entamé la distribution de 368 ha, jusqu’alors loués avec promesses de vente 5, et établi la liste des bénéficiaires. Ces derniers se sont d’ailleurs mis à cultiver les terres en 1973-1974. Or, en 1974, le transfert de propriété fut suspendu par directives ministérielles, afin d’établir sur 350 ha une station d’élevage bovin. Cette surface fut finalement intégrée à la ferme d’État al-Hamadani. Celle-ci ne jouissait d’aucune indépendance. Elle appliquait les directives de son administration de tutelle : l’Administration générale des fermes d’État. Seuls huit ouvriers permanents, originaires de la région, y travaillaient. Le matériel agricole était loué à des institutions publiques ou privées. À la veille de son démantèlement en 2000, sur 544 ha de superficie, 110 ha étaient loués (95 ha loués à l’ICARDA 6 et 15 ha à des particuliers). La superficie agricole exploitée dans la ferme même était de 405 ha, dont 23 ha irrigués (blé et coton), 382 ha pluviaux (blé, orge, cumin) et 126 ha de pistachiers. Les rendements étaient relativement faibles : environ 3,2 t/ha pour le coton et 0,2 t/ha pour les pistachiers.

La ferme al-Assad : un grand projet qui résulte d’un volontarisme fort de l’État

20Cette grande ferme d’État a été établie, quant à elle, sur les premières terres irriguées à partir du lac al-Assad dans le cadre d’une coopération avec l’Union soviétique à partir de 1972. La superficie totale classée du projet était de 28 540 hectares. Les superficies agricoles, subdivisées en six fermes, furent mises en culture irriguée progressivement jusqu’en 1982. Au total, environ 14 000 ha étaient effectivement équipés et mis en culture. Des villages modèles, qui comprenaient des services scolaires, sanitaires et culturels, avaient aussi été mis en place entre 1976 et 1983 dans chaque ferme pour accueillir les employés du projet.

21Le projet de Maskéné fut réalisé sur le domaine d’État et sur des terres originellement possédées par des particuliers, dont certains étaient bénéficiaires des lois de la Réforme agraire. Avant l’aménagement hydro-agricole sur ces terres recevant en moyenne entre 200 et 250 mm de précipitations annuelles, de l’orge et un peu de blé étaient produits en culture mécanisée, pluviale, extensive et associée à un système d’élevage ovin.

22Le « Projet de 21 000 ha de Maskéné » devait constituer une vitrine de l’agriculture moderne dans la région. Les canaux en béton avaient été conçus pour amener l’eau aux parcelles. Une station de pompage avait été réalisée spécialement pour le projet afin d’assurer la remontée de l’eau du lac al-Assad vers les champs irrigués. Les nombreuses machines devaient permettre de réduire la part du travail manuel. Des expérimentations de nouvelles techniques, comme l’utilisation de cueilleuses mécaniques pour le coton ou de l’irrigation par aspersion pour le blé y ont été réalisées.

23À partir de 1986, le « Projet de 21 000 ha de Maskéné » fut rebaptisé « Établissement al-Assad ». Son nouveau statut de personne morale permit son indépendance financière et administrative. La direction générale de l’Établissement devait assurer le fonctionnement de l’ensemble des fermes et des villages modèles : application du plan agricole, distribution de l’eau d’irrigation à partir de la station de pompage, gestion des machines agricoles, embauche du personnel, entretien des canaux d’irrigation et de drainage. Chaque ferme avait en outre son propre directeur, responsable devant le directeur général de l’Établissement. Durant les années 1980, période de mise en culture des sols aménagés, les terres du périmètre de la ferme al-Assad entraient en exploitation directe par des fonctionnaires et des ouvriers permanents et temporaires. On y produisait des céréales sur 70 % des superficies exploitées. Les autres surfaces étaient consacrées à des cultures industrielles (coton et betterave à sucre), des cultures fourragères (notamment luzerne), du maraîchage et des arbres fruitiers (abricotiers, vignes, etc.).

Carte 2 : La ferme al-Assad

Carte 2 : La ferme al-Assad

Eau et Développement, Université de Paris‑I, 2010.

  • 7 Cette usine ne produisit finalement jamais de papier.

24Les années 1990 marquent un tournant dans l’exploitation de la ferme al-Assad. Tout d’abord, on y introduisit le faire-valoir indirect (exploitation des terres par des personnes extérieures, contre un pourcentage de la récolte ou un loyer). En outre, la plantation de peupliers fut développée afin d’alimenter en matières premières l’usine à papier de Deir ez-Zor qui avait été construite dans les années 1980 7. En 1996, cette culture occupait un peu plus de la moitié de la superficie exploitée, l’autre moitié restant en céréales, cultures industrielles (principalement le coton), cultures maraîchères et un peu d’arboriculture fruitière. En 2000, la ferme al-Assad comptait un effectif de 939 travailleurs, dont 753 fonctionnaires permanents et 186 employés temporaires. Les ouvriers agricoles, dont le nombre s’élevait à 4 215 en 1999, avaient été remplacés durant les années agricoles 1999-2000 et 2000-2001 par des exploitants contractuels (dont le nombre atteignait alors 1 137).

  • 8 Une étude détaillée est en cours dans le cadre des travaux de l’équipe « Eau & Développement ».

25Dès sa création, en se séparant du GOEDEB, la ferme al-Assad hérita d’un déficit financier d’environ 97 millions de Livres syriennes. À partir de 1988, l’Établissement commença à réaliser, selon ses propres comptes, un excédent annuel dans les bilans financiers. Mais ces excédents ne sont jamais devenus des excédents de liquidités car, dans le calcul de ces bilans, l’évaluation financière de la croissance des peupliers était considérée comme des « revenus ajournés ». Ainsi malgré les bilans financiers excédentaires (42 millions de LS en 1999), le déficit annuel en liquidités (54 millions de LS en 1999) s’est aggravé avec l’extension de la culture des peupliers. Soulignons que les frais furent élevés durant la période de mise en culture irriguée, mais ils étaient indispensables pour mener à bien l’exploitation durant cette période. À cela s’ajoute la complexité des problèmes techniques, notamment pédologiques (sols gypseux, rocheux, etc.), affectant les sols aménagés pour l’irrigation, ainsi que le manque de transparence de la comptabilité, faute de données précises. Dans ces conditions, il est difficile de porter un jugement économique sur les résultats obtenus pour l’ensemble de l’expérience 8. En tous cas, les revenus annuels étaient bien inférieurs à ce qu’il aurait été possible d’atteindre. Les rendements médiocres des grandes cultures reflètent les problèmes techniques et administratifs dont souffrait l’Établissement. L’essentiel du débat sur ce sujet porte aussi sur des défauts de fonctionnement collectif ou individuel comme l’excès de bureaucratie, la corruption et la primauté accordée à l’intérêt personnel sur l’intérêt collectif. Ces dysfonctionnements auraient miné progressivement la bonne marche de l’Établissement. En 2001, les rendements des grandes fermes privées voisines et des paysans qui cultivaient de petits périmètres en réutilisant l’eau de drainage, étaient nettement supérieurs (environ le double) à ceux obtenus dans la ferme al-Assad. En revanche, la création des systèmes scolaire et de santé, ainsi que l’émergence d’un espace de mixage culturel, dans les villages-modèles peuvent être perçus comme un vrai développement. Le passage d’une agriculture pluviale très faiblement productive à une agriculture irriguée et intensive a permis indéniablement à la région d’absorber l’importante croissance démographique, de maintenir la population et même d’accueillir de nouveaux arrivants dans des conditions économiques et sociales meilleures qu’auparavant. Néanmoins, comment défendre un développement social qui a partiellement marginalisé les villages préexistants situés sur le périmètre de l’Établissement ? En effet, lorsque l’eau potable et l’électricité parvenaient aux villages-modèles, des personnes antérieurement installées (quelques centaines), étaient déplacées. En revanche, aujourd’hui encore, une partie des villages anciens situés dans le périmètre de l’Établissement, attendent un raccordement aux réseaux d’eau potable, l’électricité étant arrivée pour certains depuis moins de dix ans. Les habitants installés antérieurement étaient invités à quitter leurs anciens villages mal équipés, à s’installer dans les villages-modèles et à travailler dans les fermes d’État. Mais beaucoup n’ont pas répondu positivement à la proposition, pour plusieurs raisons : ils ne voulaient pas s’éloigner de leur tribu, de leurs proches ; les maisons étaient trop petites pour leurs familles nombreuses ; ils se méfiaient de cette nouvelle forme d’exploitation agricole proposée par l’État. Progressivement néanmoins, l’appréhension a disparu et de nombreux habitants anciens ont été embauchés comme ouvriers, exploitants contractuels ou fonctionnaires dans la ferme al-Assad. Parmi ces derniers, tous n’ont pas quitté leurs villages d’origine pour s’installer dans les villages-modèles.

Le démantèlement des fermes d’État et le retour à la petite exploitation

La normalisation de situations exceptionnelles

  • 9 Décision n° 83 du 16 décembre 2000, officialisée par le décret législatif n° 4 du 18 janvier 2005.
  • 10 D’ailleurs, depuis 2009, la redistribution des terres de la ferme al-Assad se fait par lots de 2 ha (...)

26La décision de démanteler les fermes d’État 9 n’a pas été justifiée explicitement. Ces structures étaient exceptionnelles et contingentes et étaient très discutées depuis longtemps. La question est donc plutôt de savoir dans quelle mesure elles avaient atteint leurs objectifs de départ ; et donc si elles avaient permis de mettre en place les conditions suffisantes à la constitution d’une classe de petits propriétaires-exploitants dans ces territoires, afin de « normaliser » l’agriculture pratiquée. Les terres des fermes d’État devaient être distribuées par lots de 3 ha en culture irriguée et de 8 ha en culture pluviale. Ces chiffres semblent avoir résulté d’un compromis entre une taille minimum viable pour les futurs propriétaires et un manque de terres à distribuer par rapport au nombre de bénéficiaires potentiels 10.

27Dans le cadre du démantèlement, les lots ont été redistribués, par ordre de priorité, d’abord aux anciens employés de la ferme d’État et aux anciens propriétaires détenant un droit de propriété avant la réquisition des terres par l’État, puis aux anciens ouvriers annuels et exploitants contractuels, présents à leur poste en 2000 et qui avaient travaillé au moins une année complète, puis, enfin à des personnes mariées non fonctionnaires. En outre, l’exploitation d’une partie des terres a été transférée à des organismes publics. Comme les terres distribuées par la Réforme agraire, les lots des fermes d’État redistribués ne sont pas inscrits au nom de leurs bénéficiaires dans le registre foncier. Ils sont donc, en principe, inaliénables (interdiction de vendre ou de louer) pendant de nombreuses années : les exploitants doivent les exploiter eux-mêmes.

Abou Firas al-Hamadani : quelques bénéficiaires

  • 11 International Center for Agricultural Research in the Dry Areas.

28Du début du démantèlement de la ferme d’État jusqu’au 1er octobre 2009, une superficie de 220 ha de terres dans des zones pluviales a été distribuée à 64 bénéficiaires. Huit de ces bénéficiaires étaient d’anciens ouvriers de la ferme, chacun d’eux ayant obtenu 8 ha. Les bénéficiaires restants, ayant obtenu 2,8 ha en moyenne, sont pour la plupart des anciens locataires (ou leurs héritiers) dont le contrat avait été annulé quand les terres qu’ils exploitaient avaient été affectées à la ferme d’État d’al-Hamadani. Les terres louées à l’ICARDA 11 le sont toujours ; le reste des terres de la ferme, dont une partie est irriguée par puits, a été affecté à différentes administrations publiques (ministère de l’Approvisionnement, ministère de l’Agriculture, etc.).

La distribution des terres de la ferme al-Assad : une procédure longue et complexe

29Les lots distribués dans le périmètre de la ferme al-Assad étaient tous de 3 ha, dans la mesure où toutes les terres étaient considérées comme irriguées. Dix ans plus tard, la liquidation n’est toujours pas terminée. Le 1er octobre 2009, 16 569 ha, dont 3 760 ha en zone pluviale, avaient été distribués à 6 533 bénéficiaires. En outre, l’exploitation de 2 944 ha a été transférée au secteur public. Depuis 2009, une procédure est en cours pour distribuer les terres restantes par lots de 2 ha. Les prix de vente des maisons des villages-modèles ont en outre été fixés en novembre 2009 12 : 90 000 LS pour les maisons des ouvriers, 110 000 LS pour les maisons des cadres, avec un paiement réparti sur dix ans éventuellement. Ces prix sont bien inférieurs à ceux pratiqués lorsque les maisons sont vendues entre bénéficiaires sur le marché informel. Évidemment, même si les dysfonctionnements ont été nombreux et la corruption présente pendant les processus de redistribution des terres, la concentration entre les mains de quelques grands propriétaires a été évitée. Tout au plus, des familles élargies dont plusieurs enfants avaient été ouvriers agricoles ou fonctionnaires dans la ferme al-Assad, et dont le père avait été propriétaire avant la mise en place des fermes d’État, ont pu bénéficier de plusieurs lots. Mais peut-on vraiment parler de concentration sachant que chacun de ces bénéficiaires a une famille à charge ?

Les nouveaux exploitants agricoles de Maskéné : l’augmentation de l’initiative individuelle

  • 12 Lors du recensement 2004, dans l’ensemble du nahié de Méskéné, on comptait 65 000 habitants pour 10 (...)
  • 13 Ceux qui ont décidé de repartir dans leurs régions d’origine ont plus ou moins rapidement vendu le (...)

30Les nouveaux exploitants agricoles de Maskéné étaient de simples employés pendant la période de la ferme d’État. Aujourd’hui, ils prennent les décisions concernant le moment et les manières de conduire l’exploitation, ainsi que pour les assolements et les rotations culturales, dans les limites du plan. Cet encouragement de l’initiative individuelle rend les revenus dépendants du travail fourni : si, à l’époque de la ferme d’État, un salaire fixe tombait tous les mois, aujourd’hui, « si tu travailles, tu produis [et donc, tu gagnes] ; si tu ne travailles pas, tu ne produis pas ». Depuis qu’ils ont bénéficié des terres, ces exploitants respectent les exigences du plan qui sont, sauf exception : 1 ha de coton en été et 2 ha de blé en hiver. Ils peuvent en outre faire pousser des cultures d’été dérobées, après le blé, tels que la pastèque, le maïs, le sésame, le concombre, etc. Ils produisent aussi, sur un ou deux dixièmes d’hectare, des légumes qui seront autoconsommés. En moyenne, en 2009, sans compter la culture dérobée en été et en ne disposant d’aucune main-d’œuvre familiale ni de capital fixe, un exploitant pouvait gagner grâce à la culture de 3 ha 125 000 livres syriennes, soit environ 10 000 livres syriennes par mois. Cela correspond à peu près au revenu net moyen d’un ingénieur fonctionnaire de l’État en début de carrière. C’est juste suffisant pour un jeune couple avec un ou deux enfants mais pas pour une grande famille de plus de 7 ou 8 membres 12. Des revenus complémentaires, ou de remplacement, sont donc parfois nécessaires. Leurs sources sont nombreuses : un capital immobilier ou une épargne, qui peuvent être investis ; des commerces qui peuvent être constitués ; des machines à louer (tracteur, pick-up, etc.) ; le propre travail des membres de la famille (en tant que fonctionnaire ou ouvrier), si ceux-ci sont en âge de travailler. Si les revenus du capital sont suffisants, les enfants sont parfois encouragés à faire des études au lieu de rentrer directement sur le marché du travail. Le plus rarement possible, si les revenus sont temporairement insuffisants, les terres peuvent être louées pour une ou deux saisons. Comme l’attachement à la propriété foncière est très fort chez ceux qui ont décidé de rester à Maskéné 13, les lots vendus actuellement ne le sont que lorsque la situation économique et financière semble désespérée. Ce sont généralement les plus riches (ou en tout cas ceux qui ont suffisamment d’argent pour le faire) qui achètent ou louent des terres. Néanmoins, les droits de propriété n’étant pas encore sûrs, certains disent préférer attendre avant de s’engager dans des stratégies d’achat.

La réorganisation du système multi-acteurs

  • 14 Cette administration gère la station de pompage et la distribution de l’eau aux parcelles depuis 19 (...)
  • 15 C’est ainsi qu’aujourd’hui on assiste à une multitude d’innovations architecturales autour et dans (...)

31Pendant la période de la ferme d’État, l’acteur central était la direction de la ferme al-Assad, qui gérait l’ensemble du territoire. Depuis quelques années, les acteurs se multiplient. Ainsi, les exploitants agricoles sont aujourd’hui plusieurs milliers (en théorie, autant que le nombre de bénéficiaires). Ils sont au cœur du système. Autour d’eux interviennent les services étatiques de l’administration déconcentrée (Banque agricole, Centre de vulgarisation agricole, Direction générale de l’amélioration des sols 14, Centres de collecte des récoltes stratégiques, etc.) ou des acteurs du secteur privé (transporteurs, commerçants, main-d’œuvre temporaire). Cette réorganisation ne se fait pas sans difficulté, notamment pour les administrations déconcentrées de l’État qui peinent manifestement à exercer leurs compétences sur ces nouveaux territoires. Les centres culturels et de santé n’ont été ainsi que très partiellement remis en service, de même que l’urbanisme, qui n’est plus contrôlé 15. En matière d’agriculture, les organismes dépendent chacun de tutelles différentes et sont compétents sur des territoires de taille variable. L’information ne passe pas forcément entre ces différentes administrations, dont les bureaux ne sont pas regroupés. Cette absence de maîtrise se manifeste dans les constructions sur des terres cultivables et en principe obligatoirement destinées à l’agriculture, dans le mauvais entretien des canaux d’irrigation et de drainage, le non-respect systématique par les exploitants des normes conseillées en matière d’opérations agricoles, les ventes et locations, toujours illégales, de terres agricoles, les difficultés à obtenir le statut de village pour les villages-modèles, passage obligé pour constituer une coopérative, etc. Les particuliers doivent donc s’adapter à ce nouveau système. Des exploitants ont acheté des pompes à moteur dont certaines n’ont jamais été utilisées, juste au cas où les canaux ne fonctionneraient plus ponctuellement. Dans quelques villages, on s’est cotisé pour mettre en place ou entretenir les canaux d’évacuation des eaux usées. De nouveaux systèmes de notabilité remplacent les anciens modes de régulation : les nouveaux notables défendent leurs « clients » face à l’État, mettent leur poids dans les rapports de force et les conflits entre clans ou organisent des médiations entre particuliers ou groupes. Ils sont héritiers d’une noblesse tribale, anciens cadres de la ferme d’État, simplement jeunes diplômés et/ou parfois nouveaux riches, etc. Une nouvelle société se dessine donc actuellement, dont les hiérarchies et l’organisation ne ressemblent ni au centralisme étatique de la ferme al-Assad, ni à l’organisation strictement tribale et/ou féodale telle qu’elle existait antérieurement. Cependant, la population reste dans une attitude d’attente par rapport à l’État. La plupart considèrent la modernisation de l’irrigation, et par conséquent son perfectionnement, comme dépendant du secteur public. Ils ne souhaitent pas que les aides et subventions de l’État en matière agricole diminuent. Et tous attendent le retour de la puissance publique en matière d’aménagement du territoire et de services publics.

Conclusion

32Avant comme après les réformes agraires, la propriété privée a toujours constitué la forme prédominante des structures agraires en Syrie. Les superficies excédentaires ont été expropriées puis distribuées, ainsi que d’autres terres domaniales, en petits lots, à des bénéficiaires sans terre. La Réforme agraire a en fait permis d’affaiblir le pouvoir de la classe « féodale » qui possédait la majorité des moyens de production et de redistribuer les terres aux paysans sans terre qui les cultivaient. Ces distributions sont allées dans le sens d’une meilleure équité sociale. Néanmoins, couplées à la pression de l’héritage foncier due à l’explosion démographique, elles ont entraîné un émiettement de la propriété agricole, cependant que les grandes et moyennes exploitations privées sont restées omniprésentes. Les réformes agraires se manifestent aussi par l’extension des superficies aménagées et irriguées grâce à la réalisation des grands projets gouvernementaux. Cette extension s’avère indispensable pour aboutir à un développement agricole et socio-économique solide. La planification nationale a pu imposer l’organisation centralisée de la production agricole, surtout pour les cultures stratégiques, à travers les plans annuels appliqués au niveau de chaque village, de chaque région agricole et de chaque gouvernorat. Ces interventions de l’État ont été réalisées parallèlement à une politique de développement rural qui s’est traduite par des investissements dans les domaines sociaux (services scolaires, de santé, etc.), infrastructurels (eau, électricité, routes, communications, etc.) et économiques (développement d’activités dans d’autres secteurs que l’agriculture). Ces interventions dans leur ensemble ont modifié profondément les relations agricoles et ont abouti à l’ouverture des campagnes et à l’intégration des paysans dans la vie publique du pays. Dans le périmètre de la ferme al-Assad, les aménagements irrigués, avec la modernisation de l’agriculture, ont été à l’origine d’une augmentation de la production qui a permis de faire face à la croissance de la population. Ainsi, la population du nahié de Maskéné est passée de 13 000 habitants en 1970 à 65 000 en 2004. En outre, la mise en exploitation sous forme de fermes d’État et la mise en place des villages-modèles ont engendré la mise en place d’une nouvelle société dans un territoire où les relations étaient à l’origine essentiellement tribales.

33Depuis le démantèlement de la ferme al-Assad, l’organisation de l’agriculture et les modes de production ont encore une fois été profondément modifiés. Ce sont des petits exploitants bénéficiaires des terres de la ferme d’État redistribuée qui perçoivent aujourd’hui directement les bénéfices de leurs activités, comme dans de nombreux autres territoires en Syrie. Ainsi, le démantèlement des fermes d’État doit être surtout vu comme une normalisation dans des territoires où les modes d’exploitation étaient particuliers et non comme une mesure de rupture idéologique et politique ou comme une contre-Réforme agraire. L’émergence d’une classe de petits exploitants propriétaires était présentée dès la fin des années 1950 comme l’un des grands objectifs de la Réforme agraire en Syrie. Certes, suite à la redistribution des terres de la ferme al-Assad, les droits de propriété restent encore fragiles. Mais les processus de concentration sont somme toute limités. Et il ne semble pas que nous soyons face à un retour en arrière. Les riches propriétaires ou cheikhs d’aujourd’hui ne sont pas forcément les « féodaux » ou les chefs tribaux d’hier. Le démantèlement des fermes d’État a ainsi plutôt favorisé l’émergence d’une classe moyenne assez large et non la constitution d’une armée de paysans sans terre qui cultiveraient les propriétés de quelques-uns.

34Dans le gouvernorat d’Alep, les projets d’irrigation menés par l’État se poursuivent. Eu égard à la stratégie adoptée, les subventions publiques importantes, dans ces opérations de grande ampleur, sont indispensables dans la mesure où les retours sur investissement ne peuvent être attendus qu’à très long terme. Par contre, il n’y aura à priori plus de fermes d’État. En effet, il semble que l’exploitation des terres est plus productive lorsqu’elle est le fait de particuliers, dans la mesure où le travailleur perçoit directement, et à court ou moyen termes, le fruit de son travail et de ses investissements. Il faut donc d’une part mieux protéger les droits des propriétaires pour encourager les investissements productifs à long terme, et d’autre part mieux défendre les droits des métayers et des fermiers, pour éviter un partage trop inéquitable des fruits du travail et du capital. Un nouvel enjeu concerne en outre l’agriculture en Syrie : c’est la modernisation des réseaux d’irrigation. Afin de rationaliser les utilisations de l’eau, l’irrigation à la surface, par submersion, ou en ligne, doit être transformée en goutte-à-goutte ou aspersion. L’État sera-t-il en mesure de faire face à cet enjeu ? Quelles modifications de l’organisation de l’agriculture et des structures agraires seront engendrées par de probables nouvelles transformations ? Comment les exploitants agricoles s’adapteront-ils ?

Notes

1 En moyenne, sur la période quinquennale 2003-2007, la superficie irriguée, qui ne représentait qu’environ 16 % de la superficie agricole exploitée du gouvernorat d’Alep, avait contribué à 57 % de la production agricole totale du gouvernorat en quantité. Un hectare irrigué avait produit 7,6 t. alors qu’un hectare exploité en culture pluviale n’avait produit que 1,1 t. en moyenne de cette période.

2 Notons que la surface cultivée du gouvernorat d’Alep est de 1 230 000 ha en 2007.

3 General Organization for the Exploitation and Development of the Euphrates Basin.

4 Les différences entre superficies cultivables et superficies exploitées, dans les fermes d’État et du GOEDEB, sont principalement dues à des difficultés liés aux sols (salinisation, gypse, sols rocheux, etc.) et au fonctionnement des réseaux d’irrigation et de drainage.

5 En fait, les promesses n’ont pas pu être tenues car cela aurait débouché sur la constitution de propriétés de taille supérieure aux limites de la loi de Réforme agraire.

6 International Center for Agricultural Research in the Dry Areas.

7 Cette usine ne produisit finalement jamais de papier.

8 Une étude détaillée est en cours dans le cadre des travaux de l’équipe « Eau & Développement ».

9 Décision n° 83 du 16 décembre 2000, officialisée par le décret législatif n° 4 du 18 janvier 2005.

10 D’ailleurs, depuis 2009, la redistribution des terres de la ferme al-Assad se fait par lots de 2 ha afin d’augmenter le nombre de bénéficiaires.

11 International Center for Agricultural Research in the Dry Areas.

12 Lors du recensement 2004, dans l’ensemble du nahié de Méskéné, on comptait 65 000 habitants pour 10 500 maisons, soit environ 6 membres par famille.

13 Ceux qui ont décidé de repartir dans leurs régions d’origine ont plus ou moins rapidement vendu le lot dont ils avaient bénéficié.

14 Cette administration gère la station de pompage et la distribution de l’eau aux parcelles depuis 1996.

15 C’est ainsi qu’aujourd’hui on assiste à une multitude d’innovations architecturales autour et dans les maisons des villages-modèles, dont la construction était originellement standardisée et les modifications interdites.

Table des illustrations

Titre Carte 1 : L’eau et le projet de l’Euphrate dans le Gouvernorat d’Alep.
Crédits Eau et Développement, Université de Paris‑I, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Carte 2 : La ferme al-Assad
Crédits Eau et Développement, Université de Paris‑I, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6665/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

Auteurs

Ingénieur agro-économiste (de l’INA P-G) ; docteur en géographie économique et aménagement hydro-agricole (de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; expert – chercheur, équipe « Eau & Développement »
Doctorant, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut français du Proche-Orient, équipe « Eau & Développement »

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540