Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alep et ses territoires

 | 
Jean-Claude David
, 
Thierry Boissière

Première partie - Comment la troisième ville de l’Empire ottoman est devenue un chef-lieu de mouhafaza en Syrie

Chapitre 5 – Raqqa, relais commercial d’Alep en Jéziré, en mal de développement

Myriam Ababsa

Résumé

Raqqa, sur les rives de l’Euphrate, à 190 km à l’est d’Alep, est depuis plus d’un siècle un relais commercial de cette ville en Jéziré. Les Alépins surent, dès l’essor mondial du cours du coton de 1863, découvrir le potentiel céréalier et cotonnier de la Jéziré. Mais c’est surtout à partir du boom du coton des années 1950 qu’ils s’y constituèrent de colossales fortunes en finançant l’agriculture mécanisée et l’irrigation, au prix d’un véritable pillage du terroir plutôt que d’une mise en valeur durable. Après la révolution baathiste de 1963, alors que l’État prenait le relais pour les grands travaux et que la propriété foncière était redistribuée lors de la réforme agraire, Alep se maintenait comme centre de la transformation des matières premières agricoles et principal pôle commercial de Jéziré, tandis que Raqqa devenait le centre administratif du projet de l’Euphrate. Couvrant 40 % du territoire national, la Jéziré compte 17 % de la population du pays mais seulement 7 % des installations industrielles. Un ambitieux programme de développement de l’Est syrien a cependant été lancé en novembre 2005. Ces efforts sont contrariés par la crise mondiale et la concurrence qui a frappé en 2008 les industriels alépins. À cela s’ajoutent la sécheresse tragique qui sévit depuis 2008 et la crise que connaît la Syrie depuis mars 2011.

Raqqa, located on the Euphrates and 190km away from Aleppo, has been this city’s commercial station in the Jéziré region during the last century. The agricultural potential of Jéziré was discovered and exploited after the global cotton price increased in 1863. Mechanisation of agriculture and irrigation systems at the expense of sustainable soil were the main areas in which huge fortunes were amassed and invested during the cotton boom in the 1950’s. In 1963 the Baathist revolution meant the state played a key role in implementing economic and agrarian reforms while Aleppo retained a leading position in transforming agricultural raw materials from Jéziré and Raqqa became an administrative centre of the Euphrates Project. Although Jéziré covers 40% of Syrian territory and it is home to 17% of Syrian population, it represents only 7% of Syrian industrial activity. In 2005, an ambitious development project for Eastern Syria was launched. But these efforts were hindered by the global crisis of 2008, that affected the Aleppan industrial sector. To that, one ought to add the tragic drought since 2008 and the March 2011 political crisis.

تلعب الرقة منذ أكثر من قرن، المدينةٌ الواقعة على ضفاف الفرات وتبعد 190 كيلومتراً عن حلب، دور صلة وصلٍ تجارية لهذه المدينة الأخيرة في الجزيرة. وقد عرف الحلبيون، منذ الانطلاق العالمي لسعر القطن في العام 1863، كيف يكتشفون كمون الجزيرة في مجال الحبوب والقطن. وقد جنوا بدءاً من قفزة القطن في الخمسينيات بخاصة، ثرواتٍ هائلةً من الجزيرة عبر تمويل الزراعة الممكننة والريّ، فقاموا بنهبٍ حقيقي للأرض بدلاً من استصلاحٍ مستدامٍ لها. وبعد ثورة البعث سنة 1963، وفي حين كانت الدولة تأخذ على عاتقها الأعمال الكبرى وتعيد توزيع الأملاك العقارية عبر الإصلاح الزراعي، حافظت حلب على موقعها بوصفها مركز تحويل المواد الزراعية الأولية وقطب الجزيرة التجاري، في حين أصبحت الرقة المركز الإداري لمشروع الفرات. تغطي الجزيرة مساحةً تبلغ 40 بالمائة من مساحة البلاد وتضم 17 بالمائة من سكانها، لكنها لا تضمّ إلاّ 7 بالمائة من التجهيزات الصناعية. لكن في العام 2005، انطلق مشروعٌ طموحٌ لتنمية شرق سوريا في تشرين الثاني/نوفمبر 2005. غير أنّ تلك الجهود واجهت الأزمة العالمية والمنافسة التي تعرّض لها في العام 2008 الصناعيون الحلبيون. يضاف إلى ذلك الجفافُ المأساوي الذي يضرب البلاد منذ العام 2008 والأزمة التي تشهدها سوريا منذ آذار / مارس 2011.

Texte intégral

Photo 1 : « Norias de Meyadine ».

Photo 1 : « Norias de Meyadine ».

Cliché de 1939 par l’observateur du 39e R.A. (original inconnu).

1Raqqa situé sur les rives de l’Euphrate, à 190 km à l’est d’Alep, et chef-lieu de sa propre mouhafaza, est depuis plus d’un siècle le relais commercial d’Alep en Jéziré. Les grandes familles de commerçants alépins ont su très tôt, dès l’essor mondial du cours du coton de 1863, découvrir dans les vastes étendues fertiles des rives de l’Euphrate et du plateau de Jéziré le potentiel céréalier et cotonnier de cette partie du Croissant fertile. Ils nouèrent des relations commerciales avec les Raqqawis dès la fin du xixe siècle, liens renforcés au cours du Mandat en dépit des redécoupages administratifs. Mais c’est à partir du boom du coton des années 1950 que les khanjis alépins surent se constituer de colossales fortunes en Jéziré en finançant l’agriculture mécanisée et l’irrigation des plateaux de l’Euphrate (Hannoyer 1982, Métral 1980). Après la révolution baathiste de 1963, alors que l’État prenait le relais pour les grands travaux, Alep se maintenait comme centre de la transformation industrielle des matières premières agricoles et principal pôle commercial de Jéziré, tandis que Raqqa devenait le centre administratif du projet de l’Euphrate.

  • 1 Office for the Coordination of Humanitarian Affairs qui dépend de l’ONU.
  • 2 Cet article s’appuie sur un travail de terrain conduit entre 1997 et 2007, dans le cadre d’une thès (...)

2Depuis l’arrivée au pouvoir de Bachar al-Assad en juin 2000, deux grandes réformes ont été lancées en Jéziré : le démantèlement des fermes d’État et le développement industriel privé de cette région qui produit les deux tiers du coton et des céréales du pays, ainsi que ses hydrocarbures, mais qui est aussi la plus pauvre. Couvrant 40 % du territoire national, la Jéziré compte 3,5 millions d’habitants (17 % de la population), mais seulement 7 % des installations industrielles en 2010. 69 % du coton y est produit, mais seulement 10 % des fils de coton : 7 des 16 filatures d’État se trouvent à Alep. Hassaké et Deir ez-Zor en comptent une (Westlake 2001). Pourtant les premières filatures de Raqqa ont été inaugurées par des investisseurs alépins en 2004 et Abdallah Dardari, vice-ministre des Affaires économiques, a lancé en novembre 2005 un ambitieux programme de développement de l’Est syrien. Les budgets d’investissements dans la région ont été multipliés par 4 entre 2000 et 2007. Mais ces efforts sont contrariés par la crise économique mondiale et la concurrence asiatique qui a frappé en 2008 les grands groupes industriels alépins. À cela s’ajoute la sécheresse tragique qui sévit depuis 2008 et qui a provoqué l’exode vers Alep, Hama, Raqqa et Deir ez-Zor, de près d’un million de personnes. Selon le rapport de OCHA1 du 17 février 2010, il s’agit du plus grand déplacement interne hors conflit que le Moyen-Orient ait connu au cours de la dernière décennie. Une véritable crise humanitaire s’est produite et les agences internationales, autour du Croissant Rouge, ont commencé en 2008 des distributions alimentaires dans le grenier à blé de la Syrie, déstructuré et appauvri2. Le printemps syrien qui a débuté en mars 2011 a pris une signification particulière à Raqqa, ville pauvre dont les manifestations ont été par le passé matées violemment. L’État est cependant parvenu à maintenir un certain calme dans la ville qui ne pleurait, à la mi-septembre 2011, que huit morts (Leverrier 2011).

La conquête foncière de la Jéziréet les investissements alépins (1863-1950)

  • 3 Ces derniers sont désignés par les bédouins et les citadins, puis par les chercheurs occidentaux, p (...)

3La Jéziré est demeurée pendant des siècles en marge de la maamoura, l’espace construit et exploité par des agriculteurs sédentaires. Elle servait d’espace de parcours à des tribus nomades chamelières (al-badou) des confédérations Anaza Fed‘an et Chammar, ainsi qu’à des tribus semi-nomades moutonnières : les Walda, Afadla, Sabkha, Beggara et ‘Agueidat3. À partir de la deuxième moitié du xixe siècle, ère des réformes administratives (Tanzimat), l’administration ottomane entreprit de contrôler la route de l’Euphrate entre Alep et Bagdad en la jalonnant de garnisons et en versant des pensions aux principaux chefs bédouins. La moutasarrifiyya de Deirez-Zor fut créée en 1854 et dotée d’une force de police. Le caza de Raqqa, jusqu’alors compris dans la vilaya d’Urfa, y fut alors rattaché. À cette date, la limite de la maamoura touchait les villes d’Alep, Homs et Damas (Müller 1931). En 1864 et 1865, des garnisons sont installées à Deir ez-Zor et Raqqa (Lewis 1987, p. 30). En 1885, le caza de Raqqa est détaché du gouvernorat du désert et réassocié à la vilaya d’Alep pour mieux en contrôler les tribus. En 1895, les postes de gendarmerie ottomans sur l’Euphrate sont réactivés.

Alep à la conquête de la Jéziré dès 1864

  • 4 En 1862, la province d’Alep exportait 1 000 balles de coton d’une valeur de 8 503 livres; en 1863, (...)

4Lors de l’envolée des cours mondiaux du coton qui accompagna la guerre de Sécession américaine (1861-1865), des entrepreneurs alépins étendirent les périmètres irrigués vers l’est, près de Maskéné et de la boucle de l’Euphrate4. À la fin de la guerre civile américaine, les cours du coton retombèrent mais les commerçants alépins, qui avaient su s’adapter à la demande internationale, commencèrent à s’approprier des terres sur l’Euphrate, suivant le principe du code foncier ottoman de 1858 de la vivification des terres. En 1866, un département du cadastre (tapou) est créé à Alep, dirigé par un membre de la grande famille Jabri, qui obtint d’immenses superficies de terres princières ou l’enregistrement de terres dont elle avait l’usufruit. Dans ce contexte, dès 1881, des commerçants alépins acquirent de grandes superficies le long de l’Euphrate.

La fondation d’un fort ottoman à Raqqa en 1864

  • 5 Raqqa connut en effet son heure de gloire sous les Abbassides qui y construisirent une capitale éph (...)

5À partir des années 1820, des clans de la tribu semi-nomade des ‘Afadla installèrent leurs campements dans les ruines de la cité grecque de Niképhorion. Raqqa était à cette date un lieu d’hivernage de tribus semi-nomades et présentait des vestiges archéologiques importants d’époque abbasside5. Ce fut l’établissement en 1864 par l’Empire ottoman d’une garnison (karakol) dans l’angle sud-est de l’enceinte abbasside qui permit le renouveau de la ville, attirant des familles venues d’Irak et de Turquie (Blunt 1879, p. 81). À partir des années 1880, le contrôle militaire des bédouins et la réforme de l’appropriation des terres permit la réapparition de villages le long des vallées de l’Euphrate et du Balikh ainsi que près des principales sources, comme à ‘Ain ‘Issa. En 1892, le caza de Raqqa compte 39 villages et 17 campements fixes ; onze ans plus tard, ces chiffres sont passés à 57 villages et 27 fermes. La production agricole demeurait toutefois juste suffisante pour la subsistance de la maigre population. En 1894, moins de 2 000 hectares étaient irrigués et le caza de Raqqa ne comptait que 7 300 sédentaires (Salname-i Haleb 1312 :268).

6Les habitants de Raqqa étaient agriculteurs, commerçants, employés de la compagnie hollandaise de réglisse ouverte à la fin des années 1880 ou trafiquants d’antiquités. La ville jouait un rôle de marché pour les tribus environnantes. En 1912, Raqqa était peuplée par 228 foyers (khané en ottoman) et disposait de 4 cafés, 2 fours et 145 boutiques. En considérant qu’un foyer réunit cinq personnes, cela donne une population d’environ 1 100 personnes pour la ville et de 7300 pour l’ensemble du caza. À la fin de l’Empire ottoman, la ville de garnison de Raqqa est structurée autour de deux rassemblements de population (Acharin et Akrad) qui se divisent les terres fertiles au confluent de l’Euphrate et du Balikh (Deheuvels 1979, Ababsa 2009a, p.42). Les deux cent trente familles de la ville sont semi-nomades et continuent de verser la khouwwa aux bédouins Fed‘an ‘Anaza qui assurent leur protection bien plus que la garnison ottomane. Des commerçants de Sukhné et des petites villes des environs d’Alep (Bab, Tadef, ‘Azzaz) commencent à y ouvrir des échoppes.

Raqqa, relais commercial d’Alep en Jéziré sous le Mandat

  • 6 Ainsi, Alep assurait, en 1929, 80 % des exportations de toisons vers les États-Unis, soit 40 000 pe (...)
  • 7 SHD (Service historique de la Défense), 4H85, BR 19 (16 février 1925).

7Tandis que le mandat français favorisait la mise en valeur agricole des vallées de l’Euphrate et du Balikh, la bourgade de Raqqa se développait comme un marché relais d’Alep, tentant de nouer des relations commerciales avec Urfa malgré la frontière. Dans les années 1920-1930, Raqqa ne fournissait que des produits bruts issus de l’élevage à Alep, auprès de laquelle elle s’approvisionnait en produits manufacturés et de consommation. Alep assurait la vente du bétail et des peaux sur les marchés internationaux6. Les troupeaux et les flux de contrebande circulaient du nord vers le sud, animés par des commerçants raqqawis, mais aussi soukhniotes. Le tracé de la frontière le long de la voie ferrée Alep-Mossoul avait en effet coupé les relations anciennes de Raqqa avec les villes d’Urfa et de Mardin, au nord, distantes de 230 et 250 km, relations que la contrebande reconstituait. Les tribus kurdes et arabes des environs de Tell Abiad se sont trouvées divisées par cette frontière qui rendait la vente des troupeaux moins rentable. Mais, dès 1925, des commerçants de Raqqa reprirent leurs déplacements vers Urfa et Birejik pour acheter des céréales anatoliennes et « renouer des relations d’affaires avec les Turcs »7. Les échanges commerciaux se doublèrent d’intenses trafics de contrebande portant sur l’or, les armes, le pétrole et le sel.

*

8Le mandat français a tenté de couper les liens entre Raqqa et Alep en la rattachant à Deir ez-Zor, au sein d’un « État bédouin » contrôlé par l’armée. Dans le même temps, le Mandat a permis aux semi-nomades moutonniers de s’affranchir des prêteurs citadins d’Alep, Deir ez-Zor et Raqqa, en créant des succursales de la Banque Agricole. À l’indépendance, Raqqa est une petite ville commerçante placée dans la mouvance économique d’Alep et administrative de Deir ez-Zor. La construction du pont de Raqqa par les Anglais en 1942 fut un élément essentiel au renforcement des liens entre Alep et Raqqa.

Le rôle des Khanjis alépins dans le boom du coton des années 1950

9L’essor économique du Nord-Est syrien débuta à partir de l’indépendance, à l’occasion du « boom du coton » qui le fit entrer dans l’économie mondiale. Le cours du coton ayant décuplé lors de la guerre de Corée (1950-1953), des centaines d’entrepreneurs alépins, mais aussi de propriétaires fonciers moyens (10 à 30 ha irrigués), investirent dans l’achat de motopompes et étendirent les superficies de coton. De 1952 à 1962, les superficies irriguées consacrées à la production de coton en Syrie doublèrent (de 100 000 à 239 000 hectares) et décuplèrent en Jéziré, passant de 10 000 à 120 000 ha. Dans un souci d’enrichissement rapide, aucune rotation de culture ne fut entreprise et aucun drainage de ces terres ne fut assuré.

10Au prix de ce pillage, de nombreux khanjis alépins et membres des tribus arabes de l’Euphrate parvinrent à bâtir des fortunes. Cela eut pour effet de bouleverser les hiérarchies tribales. Pour la première fois, des membres des tribus eurent les moyens matériels de s’affranchir à la fois des commerçants alépins, des citadins raqqawis et de leurs propres cheikhs. Ces nouveaux « cheikhs du coton » construisirent des maisons à Raqqa et Deir ez-Zor, y scolarisèrent leurs enfants, et se présentèrent même aux élections législatives en concurrence avec leurs cheikhs ancestraux. Tandis qu’émergeait cette nouvelle classe d’anciens semi-nomades enrichis, les bédouins ‘Anaza et Chammar subissaient de plein fouet les deux sécheresses de 1954 et 1958-1961 qui décimèrent le cheptel syrien. Beaucoup d’entre eux migrèrent en Arabie saoudite, les autres s’installant dans des quartiers informels de Raqqa et de Deir ez-Zor. Quant aux citadins raqqawis et deiri-s, ils perdirent leur assise économique lors de la réforme agraire de 1958 et plus encore de la révolution baathiste de 1963, qui fut le troisième bouleversement majeur au xxe siècle.

Le pillage de la Jéziré par les khanjis alépins

11La mise en valeur agricole de la Jéziré nécessitait des investissements en matériel d’irrigation et en semences qui plaçaient les agriculteurs dans une situation d’endettement permanent. Les familles de Raqqa purent d’abord financer seules les gharraf mais l’utilisation de motopompes fut le fait de khanjis alépins. Les grandes familles servirent alors de relais entre les khanjis et les paysans. Bien que le coût de l’irrigation ne représentât que 10 % de la valeur de la production, les propriétaires de pompes en prélevaient 50 %. Le contrôle des motopompes permettait celui de la terre, sans valeur si elle n’était pas irriguée. Les propriétaires louaient leurs terres à des khanjis qui apportaient le matériel et y employaient des ouvriers agricoles : les premiers récupéraient 10 % de la récolte, les entrepreneurs 60 % et les paysans 30 %. Quand les chefs de tribus acquirent eux-mêmes des pompes, ils prirent 70 % des revenus, laissant 30 % aux paysans (Deheuvels 1979, p. 80-91 ; Hannoyer 1982 ; Khalaf 1981, p. 90-138).

  • 8 Samir Amin écrit ainsi en 1976: “In order to survive, the urban ruling class of Syria ‘feudalized’ (...)
  • 9 Les khanjis qui louaient les terres des Walda se nommaient « Slaj al-Din, Mahok, Zeyno, Hasrad Chei (...)
  • 10 «L’officier des Services de Renseignement de Rakka s’est rendu les 18-21 novembre dans la tribu Oue (...)

12Le khanji, propriétaire d’un khan où sont entreposées des marchandises mais qui comporte aussi parfois des ateliers de fabrication textile ou alimentaire, fut un acteur essentiel du développement agricole de la vallée de l’Euphrate. À chaque étape du processus de mécanisation, il fut présent pour financer les agriculteurs en contrepartie du monopole de la commercialisation. Le taux d’intérêt des prêts était de 5 à 7 % (Deheuvels 1979, p. 82). À partir du Mandat et de la limitation de leurs activités industrielles à la suite de l’adoption de tarifications douanières défavorables à l’exportation de produits syriens, des notables urbains de Syrie se sont tournés vers l’exploitation agricole, particulièrement des grandes superficies inexploitées de la Jéziré8. Quelques grandes familles de Raqqa investirent ainsi dans la mécanisation de l’irrigation, par l’achat de motopompes essentiellement9. Ce mouvement fut également amorcé à la fin des années 1920 par les moukhta-s de villages de la tribu Walda qui remplacèrent les norias par des moteurs10. Mais ce fut dans les années 1950 que le mouvement se généralisa.

L’or blanc du coton dans les années 1950

13La demande en blé des armées alliées en Syrie a stimulé la production agricole et a attiré un grand nombre d’investisseurs d’Alep. Entre 1940 et 1942, le prix du blé en Syrie a été multiplié par dix, du fait de l’arrêt des importations et de la demande suscitée par les troupes du Levant (Métral 1996, p. 91). Les profits réalisés entre 1939 et 1945, estimés à 535,6 millions de livres syriennes, ont été réinvestis dans la production cotonnière mécanisée (Khader 1984, p. 245). Les Alépins investirent beaucoup dans la culture du coton à partir des années 1950, suscitant une véritable « fièvre du coton ».

14On estime qu’entre 1950 et 1958, le « boom du coton » a été financé à hauteur de 35 % à 40 % par des prêts de la Banque Agricole, à 10-15 % par d’autres banques, et à 50 % par les khanjis alépins et des propriétaires de la vallée de l’Euphrate (Deheuvels 1979, p. 89). Les investissements alépins furent réalisés dans le souci d’un profit rapide : le drainage des terres irriguées ne fut pas prévu, ce qui entraîna la minéralisation des terres. Aucune rotation des cultures ne fut appliquée les premières années, ce qui épuisa aussi les sols. Ces erreurs ont été notées dès 1949. Ainsi, le directeur de l’éducation rurale syrienne prédit que la Jéziré, qu’il compare à « l’Ouest sauvage américain au temps de la Ruée vers l’Or », retournera au désert si les rotations agricoles ne sont pas effectuées par les nouveaux agriculteurs (Batatu 1999, p. 77). Ce pillage des ressources naturelles par une minorité de commerçants et la destruction des terres agricoles du fait de la salinisation fut la justification majeure du lancement de la réforme agraire. Une fois le pillage réalisé par les investisseurs alépins au cours des années 1950, ces derniers se retirèrent, laissant la place à des entrepreneurs nouvellement apparus à Raqqa et Hassaké.

Le grand Projet de l’Euphrate et la prise en main par l’État de la Jéziré

15À partir de la révolution baathiste de mars 1963, Raqqa s’est trouvée élevée au rang de centre administratif du principal projet économique de l’État syrien : le Projet de l’Euphrate, qui visait à doubler les superficies irriguées et à produire de l’électricité, tout en formant les ouvriers et en créant des fermes d’État. La mise en œuvre de ce projet renforça les fonctions administratives de Raqqa et diversifia la population de la ville où des milliers d’ingénieurs syriens et étrangers, d’ouvriers (dont un tiers originaire du gouvernorat d’Alep) et de déplacés par le lac du barrage vinrent s’établir.

Le Projet de l’Euphrate

16Le Projet de l’Euphrate fut la concrétisation d’une volonté affirmée par la Syrie dès son indépendance de maîtriser ses ressources hydrauliques. En 1947, fut réalisée la première étude de mise en valeur des eaux de l’Euphrate par le bureau d’Alexander Gibb. Elle concernait avant tout l’adduction en eau d’Alep ainsi que l’irrigation de 100000 ha et la création d’une usine hydro-électrique de 100 MW. Mais le boom du coton entraîna une exploitation intensive des eaux de l’Euphrate et la ville d’Alep assura son approvisionnement en eau indépendamment de ce projet. Ce fut dans le cadre du traité d’amitié syro-soviétique de 1957, puis de l’Union syro-égyptienne que le principe de construction d’un grand barrage sur l’Euphrate fut repris.

17Le Projet de l’Euphrate prévoyait l’irrigation de 640 000 hectares à partir du lac du barrage Assad, dont 450 000 ha à gagner sur la steppe et 160 000 ha déjà irrigués, situés le long des vallées de l’Euphrate, du Balikh et du Khabour, à bonifier. Ces 640 000 ha irrigués correspondent à 12 % de la superficie agricole utile syrienne qui est de 6,1 millions d’ha (soit le tiers du territoire national d’une superficie de 18 millions d’ha). Le projet devait permettre le renforcement du secteur agro-industriel à partir du blé (biscuiteries, semouleries, usines de pâtes), de la betterave sucrière (raffineries de sucre), des oléagineux (huileries) et du coton (textile). Avec la construction du barrage, pièce maîtresse du contrôle étatique sur l’économie du gouvernorat de Raqqa, d’autres éléments significatifs de la territorialisation de l’État dans l’Est syrien ont été réalisés. La ville nouvelle de la « Révolution » (al-Thawra)fut érigée ; quinze villages fermes modèles du Projet-pilote furent créés et une « ceinture arabe » de 41 villages construite à la frontière turque, dans le gouvernorat de Hassaké. Fermes d’État et villages de colonisation étaient destinés à reloger une partie des 60 000 « submergés » déplacés à la suite de l’ennoiement de leurs terres par les eaux du barrage. Incarnant la gabegie de l’appareil administratif du fait de leurs rendements dérisoires du détournement de la production et des conflits tribaux dont elles sont le théâtre, les fermes d’État sont démantelées à partir de 2000 (décision 83 du 16 décembre 2000, Ababsa 2007 et le texte de S. Baldissi et R. Foy dans cet ouvrage).

La création d’un secteur industriel étatique en Jéziré

18Le secteur industriel étatique créé en Jéziré dans les années 1970 visait à contrebalancer le poids d’Alep dans les industries de transformation des matières premières agricoles et à créer dans l’Est syrien une catégorie d’ouvriers soutenant le régime. Le souci de rentabilité économique fut alors balayé par l’impératif politique de rééquilibrage de la répartition de l’activité industrielle sur le territoire national. Trois opérations d’envergure furent accomplies en Jéziré au cours des années 1970 : la construction de la plus grande papeterie du Moyen-Orient à Deir ez-Zor, de trois usines de sucre le long de la vallée de l’Euphrate (à Méskéné, Raqqa et Deir ez-Zor) et de deux usines d’égrenage du coton à Deir ez-Zor et Hassaké. Alors même qu’il bénéficiait d’investissement en équipement lourd (barrage, ville nouvelle et fermes d’État), le gouvernorat de Raqqa fut négligé en termes d’investissement industriel. Cela fut d’autant plus criant que le gouvernorat contribuait à lui seul au tiers de la production de céréales et de coton du pays.

19Alep conserva ses fonctions de transformation des produits agricoles de la Jéziré, en dépit de la vague de nationalisation de la quasi-totalité des grandes entreprises industrielles syriennes qui accompagna la révolution baathiste. Ayant mis la main sur l’appareil industriel de la bourgeoisie sunnite des grandes villes (Alep, Damas, Homs, Hama et Lattaquié), le nouveau régime eut alors à élaborer une stratégie de développement industriel pragmatique afin d’en tirer le meilleur profit. Il opta pour une politique de développement autocentré avec la création d’un secteur agro-industriel qui assurât la transformation des matières premières agricoles, tant alimentaires que textiles. La création de raffineries de sucre, de semouleries et de filatures devait entraîner l’émergence en amont d’ateliers mécaniques et en aval de petites usines agro-alimentaires, d’ateliers de réparation et de confection ainsi que de sociétés de commercialisation de produits finis.

Autosuffisance alimentaire et puits illégaux

20Au milieu des années 1980, en dépit des investissements étatiques dans la construction de barrages, la superficie agricole irriguée restait faible et la production agricole insuffisante pour couvrir les besoins nationaux d’une population dont le taux de croissance était supérieur à 3 % par an. Ainsi, tout au long des années 1970 et 1980, la Syrie a dû importer une grande partie de sa consommation alimentaire de base : blé, riz, sucre et fruits. L’autosuffisance alimentaire est atteinte en 1991, non grâce au Projet de l’Euphrate, mais à la multiplication de puits privés, souvent illégaux. Ainsi, à partir des années 1980, les superficies irriguées syriennes s’étendent rapidement : elles atteignent 1,2 million d’ha en 1998, soit 20 % de la superficie cultivée syrienne, qui est alors de 5,5 millions d’ha. Ce gain est dû à l’utilisation accrue des nappes phréatiques et à la multiplication incontrôlée de forages de puits individuels. En 2001, 60 % des eaux d’irrigation proviennent de nappes phréatiques non renouvelables, et la moitié des puits sont illégaux11. Dans le gouvernorat de Raqqa, les bédouins Fed‘an Khorsa ont multiplié les puits illégaux. En 2001, le seul wadi Himar, affluent de la rive gauche du Balikh, situé dans les environs de Slouk, comptait ainsi 200 puits de 200 à 270 m de profondeur. Ces puits appartiennent à des cheikhs, qui seuls ont les moyens de les financer : un puits de 270 m de profondeur coûte 15900 euros en 2001 (6800 euros pour le puits seul et le reste pour la pompe et les canaux). En 2001, ces puits illégaux ont permis d’obtenir des rendements de 200 kg de blé par dunum dans la zone 3 du gouvernorat de Raqqa, qui reçoit 250 mm de précipitations annuelles moyennes.

21Parallèlement, l’État a poursuivi la construction des réseaux de canaux dans la badiya (projet Balikh 3, Resafa) afin de permettre la mise en culture de nouvelles superficies. Mais les techniques d’irrigation par aspersion coûtent cher et ne sont pas bien mises en œuvre, les paysans préférant irriguer par gravité, ce qui consomme une eau précieuse et condamne à terme les sols à la salinisation (par remontée capillaire des sels minéraux). Sans compter que les canaux sont affectés par des branchements illégaux équipés de pompes. Plus structurellement, l’État continue de subventionner le prix de l’eau, ce qui est dramatique dans un pays situé dans l’une des aires les plus arides au monde et alors que les eaux de l’Euphrate et du Tigre sont l’enjeu de conflits géopolitiques avec la Turquie et l’Irak. Mais ces investissements hydrauliques étatiques ne compensent pas la faiblesse de l’investissement productif et le sous-équipement du gouvernorat au regard de sa contribution à l’économie nationale. Raqqa est selon eux une colonie intérieure de la Syrie, exploitée par une minorité. Aussi, à partir de l’ouverture économique des années 2000, Alep a-t-elle entrepris de reconquérir la Jéziré.

Le retour d’Alep dans le développement industriel de la Jéziré

22À l’arrivée au pouvoir de Bachar al-Assad, en juillet 2000, la question du sous-équipement industriel de la Jéziré fut soulevée. Fonctionnaires et intellectuels raqqawis soulignèrent le manque d’investissement productif et le sous-équipement du gouvernorat au regard de sa contribution à l’économie nationale. Le secteur industriel d’État du gouvernorat de Raqqa était alors moribond et toute l’activité de transformation avait lieu à Alep jusqu’en 2004. Le gouvernorat de Raqqa, dont la population est la plus pauvre et la plus analphabète du pays, semble à l’écart de la Syrie nouvelle, où le capital des sociétés privées contribue à 65 % du Produit National Brut et où des banques privées ont vu le jour depuis 2003. Il a ainsi fallu attendre un demi-siècle après le boom du coton pour que la première usine publique d’égrenage du coton soit inaugurée à Raqqa, en 2002. C’est dans ce contexte que le gouvernement a lancé en novembre 2005 un nouveau programme de développement du Nord-Est syrien visant à en faire la « base arrière de la reconstruction de l’Irak ». Une conférence internationale pour le développement de la Jéziré était organisée en mars 2008 avec la participation de la chambre de commerce d’Alep. Mais dès 2008, Alep est frappée par la crise mondiale qui conduit à la fermeture de plusieurs dizaines de ses 300 usines textiles en quelques mois. À la crise s’ajoute la sécheresse considérable qui sévit en Jéziré depuis 2008 et qui entraîne un exode rural vers Alep comparable à celui de 1954-58.

Économie sociale de marché et développement de l’Est syrien

  • 11 Comme l’a souligné un rapport conjoint de l’UNIDO (United Nations Industrial Development Organizati (...)

23Depuis le xe congrès du parti Baath de juin 2005, le nouveau credo économique syrien est l’« économie sociale de marché ». Il s’inspire, selon le vice-ministre des Affaires économiques, Abdallah Dardari, du modèle économique de l’Union européenne, accommodé aux règles socialistes du Baath. Ainsi, le salaire mensuel de l’ouvrier reste bas, quasiment au niveau de celui de l’ouvrier chinois (5000 livres syriennes, soit 100 dollars, contre 50 en Chine), en contrepartie du maintien des soins et de l’enseignement gratuits. Pourtant, le problème majeur de l’ouvrier syrien est que, bien qu’il accepte un salaire très bas, sa productivité est aussi l’une des plus basses du Moyen-Orient11. Les compétences techniques des ingénieurs syriens sont faibles, les structures industrielles insuffisantes, le marketing balbutiant. Tant que la Syrie demeurait dans le cadre d’un système de substitution aux importations avec un marché captif, ces insuffisances nombreuses n’entravaient pas la vente de ses produits. Mais, dans le contexte de la zone arabe de libre échange (2005) et des perspectives économiques de 2010 avec l’Europe, la donne a changée. La Syrie doit désormais miser sur la compétitivité. Des zones franches ont été créées et de nouvelles banques privées sont apparues. La bourse de Damas a ouvert en mai 2009. En octobre 2005, le Fonds Monétaire International avait fortement incité la Syrie à réformer son économie dans les quinze ans à venir, afin d’anticiper l’arrêt de la production pétrolière vers 2020. Il a suggéré de privatiser totalement le secteur bancaire, de créer une commission de sécurité financière et d’entreprendre dès maintenant la modernisation des structures industrielles et la formation de la main d’œuvre syrienne, processus susceptible de requérir une génération.

24Après la loi n° 10 de 1991, début de l’infitah économique de la Syrie, qui allégeait la taxation des investissements de plus de 10 millions de livres syriennes (250 000 euros), deux décrets favorables aux investissements ont été promulgués : le décret n° 7 de 2000 et la loi n° 8 de 2007. Le décret présidentiel n° 7 de 2000 amende la loi n° 10 en garantissant les investisseurs contre toute expropriation ou nationalisation, en supprimant les taxes sur le transport naval et le fret et en ajoutant des exemptions à tout projet industriel développé en Jéziré (gouvernorats de Raqqa, Deir ez-Zor et Hassaké) afin d’aider au développement de ces régions pauvres12. La loi n° 8 de 2007 permet aux investisseurs étrangers de rapatrier leurs capitaux.

25En novembre 2005, le vice-Premier Ministre aux Affaires économiques, Abdallah Dardari, a rendu public un grand programme d’industrialisation de la Jéziré. Inscrit dans le dixième plan quinquennal syrien (2006-2010) dont le budget global est de 60 milliards de livres syriennes (1,2 milliard de dollars), ce projet de 523 millions de dollars d’ici 2010, soit la moitié du budget, inclut la construction de la nouvelle raffinerie de Deir ez-Zor, mais aussi de deux villes industrielles (l’une de 450 ha à Raqqa, l’autre de 1200 ha à Deir ez-Zor) et d’un complexe touristique de luxe sur le lac Assad. Ce plan a pris corps le 2 mai 2006 avec la création du « Haut Conseil pour le Développement des Régions de l’Est » dans lequel siègent le vice-Premier ministre aux Affaires économiques, le vice-ministre des Finances, le ministre de l’Agriculture, ceux de l’Irrigation, des Affaires Sociales, du Logement, de la Planification administrative, les gouverneurs de Raqqa, Deir ez-Zor et Hassaké, et le directeur duProjet de développement des régions de l’Est, Abd Nasser Khalil ainsi que son représentant Issa Salloum. Déjà centre administratif du Projet de l’Euphrate, Raqqa a été choisie pour héberger le bureau en Jéziré du « Projet national de développement des régions de l’Est », ouvert en novembre 2006 et dirigé par Issa Salloum, ingénieur agronome formé en Allemagne.

26Le gouvernement syrien, en partenariat avec l’UNDP (United Nations Development Programme), a doté le projet de développement de l’Est syrien pour le seul gouvernorat de Raqqa d’un budget de 10 milliards de livres syriennes pour la période 2006-2010 du dixième Plan quinquennal (soit 200 millions de dollars), de 11,8 milliards pour le gouvernorat de Deir ez-Zor. En 2006, 2,172 milliards de livres ont été affectés au gouvernorat de Raqqa, dont 750 millions consacrés aux réseaux d’égouts et d’adduction en eau et 160 millions au réseau électrique. Une ville nouvelle, « Raqqa al-Jadida », est en projet sur la rive sud de l’Euphrate, juste avant le grand pont de Raqqa, à Kasr Cheikh al-Jumu`a. 500 ha lui sont réservés. Elle devait voir le jour en 2015 et permettre de loger 15 000 familles, soit près de 100 000 personnes. Une nouvelle route reliant Raqqa à Deir ez-Zor (135 km) et Deir ez-Zor à Hassaké (140 km) est en travaux depuis le début de 2009. Elle inclut un nouveau pont à Deir ez-Zor et a nécessité un emprunt de 966 millions de livres syriennes (21 millions de dollars) au Fonds koweitien pour le développement arabe (KFAED).

Le retour des investisseurs alépins à Raqqa depuis 2004

27En 2002, le Premier ministre syrien Mustapha Miro annonça sa volonté de renforcer la filière de transformation du coton qui emploie 15 % de la population active syrienne. Il prévoyait la construction de nouvelles filatures de coton pour traiter le million de tonnes de coton brut produit annuellement par la Syrie (en 2001). En effet, sur les 300 000 tonnes de coton égrené issues du million de tonnes brut produites, seules 100 000 tonnes sont filées en Syrie et les deux autres tiers sont exportés (Oxford Business Group 2002 : 143). Or, la transformation sur place de cette production pourrait renforcer un secteur textile jusqu’à présent très concentré à Alep, sous la forme de petites entreprises localisées en Jéziré et qui exporteraient sur le marché moyen-oriental (Liban, Jordanie). En 2008, la Syrie a produit 700000 tonnes de coton sur une superficie de 176500 ha dont les trois-quarts en Jéziré (56000 ha dans le gouvernorat de Hassaké, 49 000 ha dans celui de Raqqa, 30 200 ha dans celui de Deir ez-Zor)14. En 2009, le volume de coton égrené atteignait 235 000 tonnes pour une production de 180 000 tonnes de coton filé (90 % produits par les 27 filatures du secteur public)13.

28C’est dans ce contexte que deux vastes complexes industriels, dont l’un de 30 millions de dollars de capitalisation, ont été édifiés à la périphérie de Raqqa. Ils comprennent les quatre premières filatures de la ville. Conduits à l’initiative d’une famille alépine et de la famille locale al-Ujaily selon la loi sur les investissements n° 10 de 1991, ils symbolisent la revanche économique des investisseurs citadins qui avaient participé au développement de la Jéziré avant d’être écartés par la révolution baathiste. Les salaires qui y sont offerts, 5 000 livres syriennes mensuelles pour 48 heures de travail hebdomadaire (100 $), sont équivalents aux rémunérations les plus basses dans le public mais les conditions de travail sont bien plus éprouvantes. C’est à ce prix que Raqqa, transformée dans les années 1970 en laboratoire de la Syrie socialiste, est confrontée aux défis de la reconversion libérale du modèle économique baathiste. Lors de sa tournée de septembre 2005, Abdallah Dardari a visité le complexe al-Ujaily et appelé de ses vœux d’autres investissements privés de même envergure. Depuis cette date, quinze nouveaux complexes ont été ouverts dans le gouvernorat de Raqqa et seize autres sont en projet en avril 2007. L’essentiel des projets concernent les deux secteurs du textile et de l’agro-alimentaire, visant à assurer ainsi la transformation sur place de l’importante production agricole du gouvernorat.

29Outre la famille al-Ujaily, la famille Hassoun est représentée par deux frères assis sur une grande propriété foncière le long du Balikh, ainsi que la famille Khalaf (des Chebli Salama). Trois industriels alépins issus de la grande famille Antabi ont investi dans trois complexes de filature et de tissage. En avril 2007, Alaa Antabi estimait sa production à 3 500 tonnes de fils, moitié coton, moitié viscose (importé de Malaisie). Le 1er janvier 2007, la loi n° 8 sur les projets d’investissement a réduit le nombre d’années d’exemption de taxes de neuf à cinq ans, tandis que le niveau de taxation était réduit à 22 %, contre 28 % dans le reste des projets. En plus des quinze complexes industriels ouverts à Raqqa, 52 usines plus petites ont été ouvertes en 2006-2007 au sein du gouvernorat de Raqqa, selon la loi n° 21, dans le secteur textile (6), agroalimentaire (22) et manufacturier (24). L’ensemble de ces projets témoignent du dynamisme industriel du gouvernorat et procèdent du processus de libéralisation de l’économie syrienne.

Tableau1 : Les principaux investisseurs selon la loi n° 10 de 1991 dans le gouvernorat de Raqqa.

Nom

Origine

Textile

Chimie

Manufacture

- Aser Antabi

- Ahmad Ala Antabi

- Zaher Antabi

Alep

Alep

Alep

1

1

1

- Mar`i Bacha Saìd al-Khalaf

Raqqa

2

- Fahed al-Ujaily ben Hassan

Raqqa

1

- Mohammed Jalal Hassoun

Raqqa

1

- Mohammed Taha Hassoun

Raqqa

1

- Abd el-Wudud al-Oweis

1

- Issam Hamchu

1

- Samer Hayani

1

- Abd el-Aziz Dandal

1

- Ahmad Zara

1

- Ahmad Alkalah Ben Mohammed

1

- Nadim Souas

1

- Mohammed Amir Asbat

1

Source : Direction de l’industrie, gouvernorat de Raqqa, avril 2007

L’impact de la crise économique mondiale sur Alep et Raqqa

  • 14 La Chambre de commerce est liée à la municipalité par ses membres. Elle a investi des fonds dans l’ (...)

30À partir de la libéralisation des années 1990, Alep a encore renforcé sa position industrielle en Syrie en attirant la majorité des investissements productifs étrangers. C’est à Alep que le nombre de licences accordées, en vertu de la loi n° 10, fut le plus élevé (Bahout 1994). Avec 30 966 établissements industriels, le gouvernorat d’Alep regroupe 40 % de l’industrie syrienne et les deux tiers de l’industrie textile nationale. Il assure la transformation du coton et de la laine produits en Jéziré. Son industrie textile était encore très active jusqu’en 2008, particulièrement en ce qui concerne les cotonnades et la bonneterie, avec un marché étendu à l’ensemble du Moyen-Orient. Sa Chambre de commerce est la plus ancienne du monde arabe. Elle est capable de négocier directement avec l’Europe et les grandes places financières arabes14. Depuis août 2006, plusieurs rencontres avec des investisseurs turcs se sont déroulées à la Chambre de commerce d’Alep et à Damas, afin de préparer l’accord de libre-échange syro-turc entré en vigueur au 1er janvier 2007. Il a été question de la création d’une compagnie syro-turque d’exploitation pétrolière et d’investissements turcs dans le secteur touristique syrien. L’idée qui guide tous ces projets est de faire de la Jéziré un espace d’investissement commun à la Turquie et à la Syrie, dans la perspective de l’intégration de la Turquie à l’Union européenne et dans le contexte de la mise en œuvre de la Zone arabe de libre échange (Greater Arab Free Trade Area - GAFTA) au 1er janvier 2005.

31Mais, depuis le 1er janvier 2006, Alep est confrontée à un grand défi qui a déjà ralenti considérablement son économie : la libéralisation des échanges dans le textile et l’habillement. La barrière douanière qui était à 47,5 % a en effet été abaissée à 1 % sur le textile. De ce fait, l’industrie textile syrienne n’est pas concurrentielle face au textile chinois et sud-asiatique. Des milliers d’emplois sont menacés en Syrie, tout particulièrement dans l’agglomération d’Alep, qui doit penser à entreprendre la reconversion de ce pan traditionnel de son activité.

  • 15 Ainsi, en 1994, les échanges commerciaux avaient été paralysés après plusieurs affaires de faillite (...)
  • 16 Les créances ont été transformées en actions du groupe Deiri au capital duquel les biens personnels (...)

32De plus, le dynamisme entrepreneurial alépin est limité par l’accès aux liquidités dans un système bancaire syrien trop embryonnaire. Les taux d’intérêt pratiqués par certains créanciers alépins, entre 25 % et 35 %, ont conduit des entrepreneurs à la faillite, quand ils n’ont pas été victimes d’escroqueries15. En mai 2005, ce procédé a failli conduire le groupe textile Deiri à la faillite, ce dernier ne pouvant honorer les 180 millions de dollars d’intérêts à 40 % qu’il devait à ses créanciers, également alépins. Seule l’intervention du ministre de l’Économie et de l’Industrie a permis qu’un accord soit conclu16.

  • 17 Selon Edouard Megarbane, vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie d’Alep, Institute (...)
  • 18 En ligne www.syria-today.com (page consultée au mois d’août 2009).

33À cette ouverture des marchés textiles en novembre 2005, s’est ajoutée la mise en vigueur de l’accord de libre-échange avec la Turquie au 1er janvier 2007 et la pénétration du marché syrien par le textile turc (tissus, prêt-à-porter et tapis synthétiques). Dans le même temps, l’État a cessé de subventionner les prix du coton, vendu désormais au cours international. Dans ce contexte d’ouverture des marchés et de libéralisation, Alep a été particulièrement touchée par la crise économique mondiale de septembre 2008. Selon les sources, entre 41 et 80 de ses 300 usines textiles ont fait faillite17. Le principal groupe textile syrien, Kouefati, a ainsi laissé une ardoise de 21 millions de dollars d’impayés. Les exportations de tissus ont chuté de 17 % entre octobre 2008 et mars 2009 tandis que la consommation intérieure dans le secteur chutait de 80 %. En réaction, le gouvernement syrien a réintroduit en février 2009 des taxes sur les importations de coton et a fixé des prix minimums pour les importations de prêt-à-porter afin de protéger son industrie. Ces mesures de protection sont d’autant plus nécessaires qu’un important phénomène d’importation au noir de textiles chinois a été identifié et condamné par le ministre de l’Industrie en personne, Fouad al-Jouni, annonçant qu’il allait prendre des mesures pour lutter contre cette contrebande18.

Sécheresse et grands projets pour l’Est syrien (2008-2011)

34En mars 2008, s’est tenue la première conférence internationale pour le développement de l’Est syrien à Deir ez-Zor, dans un contexte morose de crise économique mondiale et de grave épisode de sécheresse. Y ont participé 301 invités dont 118 membres du gouvernement syrien, 75 investisseurs syriens, 108 investisseurs internationaux (turcs et saoudiens essentiellement) et 70 journalistes. De nouveaux projets de développement ont été lancés pour la Jéziré : route Raqqa, Deir ez-Zor, Hassaké ; canal destiné à conduire les eaux du Tigre vers le Khabour asséché depuis 2001 ; nouveau programme d’exemption pour les investissements réalisés avant 2012 en Jéziré. La finalité de ces projets était évidemment de satisfaire les revendications des Raqqawis.

L’exode rural de Jéziré vers Alep depuis 2008

35La crise économique de 2008 s’est doublée au Moyen-Orient d’une grave sécheresse avec des précipitations sur trois ans (2007 - 2010) inférieures de moitié à la moyenne, déjà basse dans l’Est syrien (dont les deux tiers du territoire sont semi-arides, à moins de 250 mm de précipitations annuelles). Une grande partie des 420 000 puits syriens (dont la moitié creusés illégalement) se sont retrouvés à sec en 2008 tandis que des vents de sable envahissaient les rares cultures irriguées et les villages. La production de blé sur les terres baal (agriculture sèche) du nord de la Jéziré a chuté de 82 % en 2008 par rapport à une année moyenne. Selon le rapport publié par OCHA en février 2010, 1,3 million de personnes ont été affectées par cette sécheresse, dont 800 000 en Jéziré. En 2009, 160 villages des gouvernorats de Raqqa et Hassaké auraient été abandonnés par leurs populations, contraintes de migrer vers les principales villes de leur gouvernorat mais aussi vers Alep et Damas. Selon la fédération internationale de la Croix-Rouge, 60 000 familles dont 35 000 de Hassaké ont dû migrer après avoir vendu le reste de leurs troupeaux décimés, à 60 % du cours habituel. Selon Oxford Business Group, le cheptel syrien a été réduit de 60 % entre 2007 et 2009. La Syrie a déjà connu de graves épisodes de sécheresse, notamment en 1954-58, qui avaient accéléré la sédentarisation des nomades, mais la nouveauté réside dans l’affaissement considérable, voire l’assèchement, des nappes phréatiques pompées par des dizaines de milliers de puits illégaux.

  • 19 En compensation des aides sur le prix du fioul ont été versées aux producteurs de coton.
  • 20 En ligne www.esyria.sy/eraqqa (page consulte le 5 novembre 2010).

36Cette crise climatique est accentuée par l’augmentation mondiale du prix des denrées alimentaires en 2008 ainsi que des fourrages. Dans le même temps, le gouvernement syrien a supprimé les subventions sur le fioul et les produits pétroliers, essentiels aux éleveurs qui conduisent des citernes d’eau à leurs troupeaux, ainsi qu’aux exploitants pour leur matériel agricole19. La situation sanitaire est dramatique en Jéziré : 42 % des enfants du gouvernorat de Raqqa souffrent d’anémie en 2009, leur régime alimentaire étant réduit à du pain et du thé sucré, sans produits laitiers ni fruits ou légumes. Les cas de malnutrition des femmes enceintes et des enfants de moins de 5 ans ont été multipliés par deux entre 2007 et 2009 dans le gouvernorat de Raqqa. 11500 familles du gouvernorat de Hassaké, 10500 familles du gouvernorat de Raqqa, autant dans celui de Deir ez-Zor et 9 000 dans le reste du pays ont bénéficié de paniers alimentaires (150 kg de farine, 25 kg de sucre, 25 kg de bourghoul, 10 kg de lentilles) du programme alimentaire mondial en octobre 200920.

37Cette crise agraire et humanitaire est avant tout le résultat de trente années de mauvaise gestion hydraulique et de manque d’investissements productifs. La sécheresse a accentué la déstructuration du secteur agricole déjà affaibli par le démantèlement des structures socialistes et notamment la distribution des terres des fermes d’État à partir de 2001 (Ababsa 2009a). De plus, avant même la sécheresse, entre 2002 et 2008, la Syrie avait déjà perdu 40 % de sa force de travail agricole, tombée de 1,4 million à 800000 personnes (Aïta 2010). Le chômage considérable qui frappe le Nord-Est syrien est aggravé par la croissance démographique encore élevée et la fragmentation des propriétés lors des héritages successifs.

De nouvelles mesures pour attirer les investissements dans le Nord-Est syrien

  • 21 Interview du directeur de l’Autorité syrienne d’investissement, Syria-Today juin 2010.

38Au vu de l’ampleur de la crise humanitaire, le gouvernement a décidé de renforcer les mesures destinées à attirer des investissements au sein des trois gouvernorats du Nord-Est syrien. Le décret n° 54 de 2009 exempte ainsi d’impôts pendant dix ans tout projet réalisé avant la fin 2012 selon les lois d’investissement n° 8 de 2007 et n° 15 de 2008. À ces dix années s’ajoutent jusqu’à trois années d’exemption, le temps des travaux. Le but est d’attirer en particulier les industriels turcs en Syrie alors que l’accord de libre-échange de 2006 les exempte de taxes sur les produits et les personnes. La nouvelle cité industrielle de Deir ez-Zor offre des prix du mètre carré très attractifs, comparés à ceux pratiqués dans les cités industrielles turques : 5 060 livres syriennes (110 dollars américains) contre 13 800 (300 dollars)21. D’autre part, afin d’élargir la gamme des investissements, la loi n° 8 de 2007 sera prochainement modifiée pour réduire de moitié le capital minimum d’investissement.

Les nouveaux grands projets hydrauliques

  • 22 Où des réfugiés assyro-chaldéens d’Irak avaient été installés durant le Mandat français après les m (...)

39La Syrie a entrepris depuis 2008 la construction d’un canal de 188 km destiné à conduire les eaux du Tigre dans le Khabour asséché pour relancer les cultures le long de cet affluent de l’Euphrate22. Parallèlement, l’ancienne administration du bassin de l’Euphrate (le GOEDEB, General Organization for the Exploitation and Development of the Euphrates Basin) a été remplacée en 2008 par l’Organisation générale du développement agraire (GOLD, General Organization for Land Development). De nouveaux programmes d’irrigation ont été créés, dont les terres sont louées par 3 ha aux familles résidant près des projets. Le plus vaste, Munchaat Rachîd, s’étend sur 15 500 ha dans le Nord-Est du gouvernorat. Celui de Suweidi couvre 10 000 ha près du barrage et de la ville d’al-Thawra. Le Munchaat Fardous concerne 3000 ha de terres situées sur le plateau qui domine la vallée de l’Euphrate près des villages de Hamrat. Enfin, Maskéné Est s’étend sur 2 860 ha dans le prolongement des fermes d’État de Maskéné. Les projets de Resafé et Balikh 2 ont été relancés. Selon son directeur, Abdallah Darwish, 43 805 ha de terres ont été nouvellement irriguées entre 2006 et 2010 (tableau 2).

Tableau 2 : Superficies irriguées développées par l’Organisation Générale de Développement Agraire (GOLD) en août 2010, par gouvernorat de Jéziré.

Terres irriguées par le G.O.L.D

En projet en 2010

Gouvernorat d’Alep

72 394 ha

14 041 ha

Gouvernorat de Raqqa

107 111 ha

21 329 ha

Gouvernorat de Deir ez Zor

42 574 ha

12 923 ha

Total

222 079 ha

48 293 ha

Source : www.an-nour.com 17/08/2010, n° 448

Figure1 : Raqqa et la Jéziré : équipements, activités, localités.

Figure1 : Raqqa et la Jéziré : équipements, activités, localités.

Raqqa dans le printemps arabe syrien d’avril 2011

40Ce vendredi 15 avril 2011, Raqqa a rejoint le lot des grandes villes syriennes mobilisées pour les réformes, la fin de l’état d’urgence et de la corruption. Mais la mobilisation prend une signification particulière dans cette ville habituée à une répression sévère de toute manifestation. Ainsi, lors de conflits tribaux à l’occasion des élections législatives de 2007, la ville avait été placée sous couvre-feu et près de cinq cents manifestants arrêtés brutalement. La route entre Alep et Raqqa avait alors été contrôlée par un barrage de l’armée. Notons que, lors de ces élections, un médecin alépin avait brigué l’un des deux sièges ouverts au scrutin, à la réprobation de la majeure partie des Raqqawis (Ababsa 2009b). Le 21 mars 2010, les festivités du nouvel an kurde à Nawrouz, ont été marquées par la mort d’un adolescent abattu par la police qui encerclait les 5 000 manifestants kurdes rassemblés à l’appel du Parti de l’Union Démocratique, interdit par les autorités syriennes. Ces militants réclament la restitution de la nationalité kurde pour environ 300000 d’entreeux descendants des 120 000 membres qui s’en sont vu privés en 1962. Après les évènements de Hassaké en 2004, le régime avait annoncé que des mesures seraient prises et que ces demandes seraient étudiées. Mais c’est sous la pression de la rue que le président Bachar al-Assad a annoncé le 10 avril 2011 que la restitution de la citoyenneté aux Kurdes serait mise en œuvre au plus tôt. Le 6 avril 2011, la Syrie a libéré des dizaines de prisonniers politiques, dont 48 manifestants kurdes arrêtés à Raqqa un an auparavant. Tout investissement est désormais suspendu à la fin de la guerre civile et au retour de la sécurité en Jéziré. Afin de s’assurer du soutien des chefs de tribus, le ministère de l’Intérieur distribue des subventions directes aux principaux chefs tribaux, tradition établie dès la fin de l’Empire ottoman et sous le Mandat français. Ainsi, le président Bachar al-Assad a choisi Raqqa pour participer à la prière de l’Aïd al-Adha le 6 novembre 2011, la paix sociale et la mobilisation de soutien au régime étant assurées par la distribution de 55 millions de livres syriennes (Leverrier 2011).

Conclusion

41Depuis plus d’un siècle, Alep a entrepris d’investir dans les régions pauvres du Nord-Est syrien au fort potentiel agricole. Les khanjis alépins financèrent très tôt l’irrigation des plateaux de l’Euphrate, nouant des relations privilégiées avec les grandes familles de Raqqa. Mais le véritable essor se produisit à partir de la ruée vers l’or blanc du coton au cours des années 1950 et de l’introduction de motopompes qui ont permis de décupler les superficies irriguées. À partir de la reprise en main étatique de la Jéziré et de la mise en œuvre du Projet de l’Euphrate, les relations entre les campagnes d’Alep et la ville de Raqqa prennent un nouveau jour : les commerçants originaires de Bab, Azzaz et Tadef, dans le gouvernorat d’Alep, se mettent à contrôler les marchés du textile et de l’électronique de Raqqa, tandis qu’Alep conserve le monopole de la transformation des produits agricoles. À partir de 2004, les premières filatures sont créées à Raqqa par des investisseurs alépins, dans le cadre du décret n° 8 de 2000 sur les investissements qui allègent les taxations en Jéziré. Mais dès 2006, Alep est touchée par la déréglementation des importations de textile et la concurrence asiatique, puis par la crise de 2008 qui conduit à la fermeture de dizaines d’entreprises de la ville. Enfin, l’appauvrissement considérable des campagnes de Raqqa du fait de la sécheresse, mais surtout de l’absence d’investissements structurels dans des modes d’irrigation économes et la déstructuration du système agricole socialiste (redistribution des terres des fermes d’État), poussent des milliers de familles à s’installer à la périphérie d’Alep, dans des quartiers informels (voir l’article de Salwa Sakkal infra), ouvrant ainsi un nouveau volet des relations Alep-Raqqa.

www.thisissyria.net

www.aliqtissadia.com

www.thawra.alwehda.gov.sy

www.teshreen.org

www.sana.org

www.oxfordbusinessgroup.com

www.syria-report.com

Photo 2 : « Noria au bord de l’Euphrate à Deir ez-Zor ».

Photo 2 : « Noria au bord de l’Euphrate à Deir ez-Zor ».

Cliché Vartan Dérounian, années trente (Derounian 2006).

Notes

1 Office for the Coordination of Humanitarian Affairs qui dépend de l’ONU.

2 Cet article s’appuie sur un travail de terrain conduit entre 1997 et 2007, dans le cadre d’une thèse de doctorat de géographie publiée en 2009 sous le titre Raqqa: territoires et pratiques sociales d’une ville syrienne, Ifpo, ainsi que sur la consultation delapresse économique syrienne et de différents journaux en ligne et sites arabes (al-Iqtissadia, Champress, All4Syria, Akhbaral-Charq).

3 Ces derniers sont désignés par les bédouins et les citadins, puis par les chercheurs occidentaux, par le terme relativement péjoratif de chawaya (pluriel de chawî), qui est dérivé de «mouton» et du sobriquet «peu», pour contredire leur statut social basé sur l’honneur. On lui préfèrera le terme neutre de «tribus arabes de l’Euphrate» qu’ils utilisent à leur propre égard.

4 En 1862, la province d’Alep exportait 1 000 balles de coton d’une valeur de 8 503 livres; en 1863, ces exportations furent multipliées par dix en volume pour un total de 103 061 livres et, en 1864, elles passèrent à 22000balles d’une valeur de 119727livressyriennes (Lewis1987, p.47).

5 Raqqa connut en effet son heure de gloire sous les Abbassides qui y construisirent une capitale éphémère : Râfiqa, dont subsiste une enceinte de 5 km de long, bâtie sur le modèle de la ville ronde de Bagdad par le calife Al-Mansûr (Meinecke 1995).

6 Ainsi, Alep assurait, en 1929, 80 % des exportations de toisons vers les États-Unis, soit 40 000 peaux venues de Jéziré et du reste de la Syrie. Mais avec la crise économique mondiale, les États-Unis signèrent un accord avec l’Australie qui conduisit à la fermeture du marché de la laine à Alep pendant quelques mois (SHD (Service historique de la Défense), mai 1930, dossier 1, n°32).

7 SHD (Service historique de la Défense), 4H85, BR 19 (16 février 1925).

8 Samir Amin écrit ainsi en 1976: “In order to survive, the urban ruling class of Syria ‘feudalized’ themselves, that is, endeavored to obtain from the peasants of western Syria the surplus they could no longer obtain from trade. The formation of the latifundia goes back to the nineteenth century, when mercantile bourgeoisie, which had lost its function, began to turn to the countryside” (Amin 1976, p. 309, in Khalaf 1981, p. 146). Il écrit plus tard : «La bourgeoisie marchande syrienne dont la faculté d’adaptation est remarquable, parvient à mettre en valeur la Djezireh syrienne louée bon marché aux cheikhs et organisée à l’américaine en dry-farming aux tracteurs actionnés par des prolétaires recrutés dans les bidonvilles de Damas, Homs, Hama, Alep, Lattaquié et même Beyrouth» (Amin 1982, p. 24).

9 Les khanjis qui louaient les terres des Walda se nommaient « Slaj al-Din, Mahok, Zeyno, Hasrad Cheikh Trab, Georges Abdallah Hussein. Deux grands exploitants (muzar‘i) se nommaient Raffoul Aro et Masjid Asfar Najjar, deux chrétiens» d’après le Cheikh Boursan des Walda (juillet 2001).

10 «L’officier des Services de Renseignement de Rakka s’est rendu les 18-21 novembre dans la tribu Oueldi de Jazira. Il a constaté que le calme y régnait entièrement et qu’en général, la surface cultivée est supérieure à celle de l’an passé. Plusieurs moukhtar-s ont l’intention d’acheter prochainement des pompes pour améliorer l’irrigation. (…) Les cultivateurs des environs [de Deir ez-Zor] travaillent paisiblement à leurs jardins. Certains ont acheté des moteurs pour remplacer les norias.» (SHD, 4H, BR 94, 29/XI/1927).

11 Comme l’a souligné un rapport conjoint de l’UNIDO (United Nations Industrial Development Organization) et du ministère de l’Industrie syrien en janvier 2004.

12 En ligne http://www.syriainvestmentmap.org (page consultée le 5 novembre 2010).

13 En ligne http://gain.fas.usda.gov/Recent%20GAIN%20Publications/Cotton%20and%20Products%20Annual_Damascus_Syria_3-30-2010.pdf (page consultée le 5 novembre 2010).

14 La Chambre de commerce est liée à la municipalité par ses membres. Elle a investi des fonds dans l’hôtel Sheraton et dans un centre culturel et social. Elle contribue aussi à l’embellissement de places et de jardins.

15 Ainsi, en 1994, les échanges commerciaux avaient été paralysés après plusieurs affaires de faillites retentissantes de prêteurs individuels qui avaient amassé des fortunes en offrant des rémunérations annuelles de 25 %, ruinant ainsi des milliers de petits épargnants (voir l’article de Boissière et Anderson).

16 Les créances ont été transformées en actions du groupe Deiri au capital duquel les biens personnels de la famille ont été ajoutés.

17 Selon Edouard Megarbane, vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie d’Alep, Institute of War and Peace Reporting, mars 2009, en ligne www:iwpr.net/report-news/textile-industry-hit-hard-recenssion+Aleppo+industry+crisis&cd=2&hl=fr&ct=clnk&client=safari (page consultée le 5 novembre 2010). Le chiffre de 80 est fourni par un journaliste d’Al-Jazira, en ligne http://www.syria-today.com/index.php/august-2009/379-business-features/2461-hanging-by-a-thread (page consultée le 5 novembre 2010).

18 En ligne www.syria-today.com (page consultée au mois d’août 2009).

19 En compensation des aides sur le prix du fioul ont été versées aux producteurs de coton.

20 En ligne www.esyria.sy/eraqqa (page consulte le 5 novembre 2010).

21 Interview du directeur de l’Autorité syrienne d’investissement, Syria-Today juin 2010.

22 Où des réfugiés assyro-chaldéens d’Irak avaient été installés durant le Mandat français après les massacres de 1932.

Table des illustrations

Titre Photo 1 : « Norias de Meyadine ».
Crédits Cliché de 1939 par l’observateur du 39e R.A. (original inconnu).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6663/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure1 : Raqqa et la Jéziré : équipements, activités, localités.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6663/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Photo 2 : « Noria au bord de l’Euphrate à Deir ez-Zor ».
Crédits Cliché Vartan Dérounian, années trente (Derounian 2006).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6663/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

Auteur

Docteur en géographie ; chercheur associé à l’Ifpo-Amman

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540