Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alep et ses territoires

 | 
Jean-Claude David
, 
Thierry Boissière

Deuxième partie - Ville planifiée et ville spontanée, identité et pouvoirs locaux, centralisme étatique

Chapitre 8 – Production et qualification de l’espace urbain : entre informel et corruption

Jean-Claude David

Résumé

Les habitants/créateurs de quartiers informels à l’est de la ville, sous-produits de l’urbanisme, la jeunesse dorée des quartiers aisés de l’ouest qui fréquente les fast foods et renforce le profond clivage social entre l’est et l’ouest, les réfugiés palestiniens et leurs descendants habitants de deux « camps » à Alep, qui entretiennent leur propre marginalité, les imams originaires de la région rurale d’Alep qui « entrent » dans la ville et l’investissent par la confrérie Nabhaniyya, n’ont pas un rôle direct comme acteurs de l’urbanisme. Cependant, ils comptent parmi les multiples acteurs sur les scènes où la société et l’État s’opposent ou s’allient pour produire la ville et la qualifier. Ils représentent une petite partie de la diversité des intervenants et des moyens qui, en l’absence de démocratie, sont représentés ou agissent en mobilisant les réseaux de leurs multiples appartenances. L’informel, très souvent sollicité comme outil d’intervention sur la ville, est une manifestation du dynamisme de la société et peut aider au développement de mécanismes adaptés aux besoins et aux moyens. Nous montrons ici comment, dans certains contextes, ces mécanismes peuvent être faussés, et comment la corruption systématique peut facilement prendre le pas sur l’informel et l’illégal ou les solidarités anciennes. La corruption qui se nourrit d’elle-même devient un outil d’asservissement dont on ne peut sortir que par la violence.

Neither The habitants/creators of the informal neighbourhoods that sprang up in the East of the city due to its urbanisation, nor the golden youth of the wealthy neighbourhoods in the West who frequent the fast food restaurants, further widening the profound social gap between the the East and the West, nor the Palestinian refugees and their descendants who live in the two “camps” in Aleppo and remain marginalised, nor the imams from the rural region of Aleppo who “enter” the city and embed themselves in the Nabhaniyya brotherhood, play a key role in urbanism. Nevertheless, they are seen as one of the many contributory factors in the clashes and alliances between the state and community that created and formed the city. They represent a small part of the diversified intervenors and the means by which, in the absence of democracy, they are able to act by mobilising the networks of their multiple affiliations. These unofficial sectors, very often used as an intervening tool upon the city, are a manifestation of how social dynamics can help develop methods suited to meet needs. It is demonstrated here how these methods can be distorted in certain contexts and also how systematic corruption can easily overtake the informal and illegal or even ancient solidarities. A self-serving corruption becomes a tool of enslavement whose only way out is violence.

سكان العشوائيات والذين يساهمون في بنائها وتشييدها في شرق مدينة حلب، تلك المنتجات الثانوية للتوسع المديني، والشباب الغني، شباب الأحياء الراقية في غرب المدينة الذين يأكلون في مطاعم الفاست فود ويساهمون في توسيع الهوة بين الانشقاقات الطبقية بين الشرق والغرب، واللاجئون الفلسطينيون من كافة الأجيال الذين يسكنون « المخيمات » ويحافظون على هامشيتهم، والأئمة القادمون من المناطق الريفية المحيطة بحلب، الذين « يدخلون » المدينة ويستثمرونها عبر طريقة النبهانية؛ كل هؤلاء الناس ليس لديهم دور مباشر كفاعلين في الحركة المدينية. ومع ذلك، فهم يعدُّون من ضمن الممثلين الكُثُر على مختلف الساحات حيث تتواجه الدولة مع المجتمع أو يتحالفان لأجل إنتاج المدينة وإعطائها شكلها. إنهم يشكلون جزءاً صغيراً من تنوع اللاعبين والوسائل المتواجدين ويتحركون، في ظل غياب الديمقراطية، عن طريق تفعيل شبكات انتماءاتهم المتعددة. فالبناء العشوائي، الذي كثيراً ما يُلجأ إليه كأداة للتدخل في المدينة، ظاهرةٌ تدل على حركية المجتمع ويمكن أن يساهم في تطور الآليات المناسبة للاحتياجات وللإمكانيات. سنوضح في هذا المقال، كيف يمكن لهذه الآليات أن تكون مزورة، في سياقات معينة، وكيف يمكن للفساد المنهجي أن يفوز بسهولة على العشوائي وغير النظامي أو التضامنات القديمة. لقد أصبح الفساد، الذي يغذي نفسه بنفسه، أداة استعباد لا يمكن الخروج منها إلا عبر العنف.

Texte intégral

Photo 1 : La statue d’Hafez al-Assad et la tour de la Chambre de commerce (et de l’hôtel Amir Palace) sont des signes du pouvoir des années 1970-1980.

Photo 1 : La statue d’Hafez al-Assad et la tour de la Chambre de commerce (et de l’hôtel Amir Palace) sont des signes du pouvoir des années 1970-1980.

J.-C. David

 

Photo 2 : La Tour de l’Horloge ou tour de Bab al-Faraj a été construite en 1898 par l’ingénieur en chef de la Vilayet d’Alep, le français Charles Chartier, au service du gouverneur ottoman Râ’if Pacha (collection privée). C’est le premier signe public urbain de la modernité (l’horloge donne un découpage du temps exact et immuable) et d’une volonté de maîtriser l’organisation de l’espace, qui se manifeste par la création de quartiers à la trame régulière et par le désenclavement des lieux centraux anciens.

Photo 2 : La Tour de l’Horloge ou tour de Bab al-Faraj a été construite en 1898 par l’ingénieur en chef de la Vilayet d’Alep, le français Charles Chartier, au service du gouverneur ottoman Râ’if Pacha (collection privée). C’est le premier signe public urbain de la modernité (l’horloge donne un découpage du temps exact et immuable) et d’une volonté de maîtriser l’organisation de l’espace, qui se manifeste par la création de quartiers à la trame régulière et par le désenclavement des lieux centraux anciens.

 

Photo 3 : À l’arrière-plan, on aperçoit le haut de la Tour de l’Horloge et l’immeuble massif qui regroupe maintenant la Municipalité et le Gouvernorat.

Photo 3 : À l’arrière-plan, on aperçoit le haut de la Tour de l’Horloge et l’immeuble massif qui regroupe maintenant la Municipalité et le Gouvernorat.

J.-C. David

 

Photo 4 : La place Bab al-Faraj en 1968 était un étonnant mélange de modernité populaire et de tradition (1968).

Photo 4 : La place Bab al-Faraj en 1968 était un étonnant mélange de modernité populaire et de tradition (1968).

 

Photo 5 : Nouveaux quartiers résidentiels construits juste après la première guerre mondiale, dans la continuité des principes urbains et architecturaux mis en œuvre dans les dernières décennies ottomanes (l’actuelle rue Qouwatly) (Carte postale ancienne).

Photo 5 : Nouveaux quartiers résidentiels construits juste après la première guerre mondiale, dans la continuité des principes urbains et architecturaux mis en œuvre dans les dernières décennies ottomanes (l’actuelle rue Qouwatly) (Carte postale ancienne).

 

Photo 6 : Le quartier industriel de Kallasé. Les immeubles conformes à un permis de construire résidentiel sont totalement occupés par des ateliers de tissage.

Photo 6 : Le quartier industriel de Kallasé. Les immeubles conformes à un permis de construire résidentiel sont totalement occupés par des ateliers de tissage.

J.-C. David

 

Photo 7 : Un immeuble du quartier industriel de Kallasé, occupé par des ateliers de tissage.

Photo 7 : Un immeuble du quartier industriel de Kallasé, occupé par des ateliers de tissage.

J.-C. David

 

Photo 8 : Une usine textile moderne construite en pierre de taille à l’extérieur de l’espace du plan directeur en fonction à l’époque.

Photo 8 : Une usine textile moderne construite en pierre de taille à l’extérieur de l’espace du plan directeur en fonction à l’époque.

J.-C. David. Début des années 1990.

 

Photo 9 : L’atelier envahit le trottoir.

Photo 9 : L’atelier envahit le trottoir.

J.-C. David

 

Photo 10 : Transport d’une « poche » de fonte ou d’acier en fusion depuis le site du four jusqu’au lieu de la coulée dans un moule. Le quartier est une vaste usine regroupant des dizaines de petites unités indépendantes.

Photo 10 : Transport d’une « poche » de fonte ou d’acier en fusion depuis le site du four jusqu’au lieu de la coulée dans un moule. Le quartier est une vaste usine regroupant des dizaines de petites unités indépendantes.

J.-C. David

 

Photo 11 : Dans le quartier informel de Cheikh Maqsoud, majoritairement habité par des Kurdes. Les fuites des canalisations d’eau potable se répandent dans la rue. Cette rue plus large et passante semble en passe de devenir un centre pour le quartier, avec un petit souk regroupant diverses spécialisations commerciales.

Photo 11 : Dans le quartier informel de Cheikh Maqsoud, majoritairement habité par des Kurdes. Les fuites des canalisations d’eau potable se répandent dans la rue. Cette rue plus large et passante semble en passe de devenir un centre pour le quartier, avec un petit souk regroupant diverses spécialisations commerciales.

J.-C. David

 

Photo 12 : Dans le quartier informel de Cheikh Maqsoud, majoritairement habité par des Kurdes ; un petit esprit villageois.

Photo 12 : Dans le quartier informel de Cheikh Maqsoud, majoritairement habité par des Kurdes ; un petit esprit villageois.

J.-C. David

1Les habitants/créateurs des quartiers informels, la jeunesse dorée des quartiers aisés qui fréquente les fast foods, les réfugiés palestiniens et leurs descendants habitants de deux « camps » à Alep, les imams originaires de la région rurale d’Alep qui « entrent » dans la ville par la confrérie Nabhaniyya, n’ont pas en tant que tels un rôle direct comme acteurs de l’urbanisme. Cependant, leur action s’inscrit dans des lieux précis de la ville au façonnement et à la qualification desquels ces habitants participent par leurs stratégies et leurs pratiques. Simples citadins producteurs et consommateurs, ou détenteurs d’un pouvoir spirituel et potentiellement politique, ils comptent parmi les multiples acteurs sur les scènes où la société et l’État s’opposent ou s’allient pour produire la ville. Les quatre études suivantes de cette partie évoquent quelques aspects de la diversité des intervenants et des moyens qui, en l’absence de démocratie, sont représentés ou agissent en mobilisant les réseaux de leurs multiples appartenances. Nos analyses montrent comment, dans certains contextes, ces mécanismes peuvent être faussés et comment la corruption systématique peut facilement prendre le pas sur l’informel et l’illégal ou sur les solidarités anciennes. Elles montrent aussi, accessoirement, que les appartenances confessionnelles ou ethniques ne sont pas le principal déterminant de l’inscription dans un espace et de l’intervention sur cet espace. Elles suggèrent enfin la complexité des stratégies du pouvoir central, presque toujours indirectes, qui ne se disent jamais et qui agissent sur les détails autant que sur les choix fondamentaux, si bien que l’on peut presque toujours se demander si ces stratégies sont conscientes et volontaires ou si elles sont le produit du hasard, de maladresses et d’erreurs.

  • 1 Sans vouloir fonder un déterminisme culturel régional, on constate au Proche-Orient et notamment au (...)

2La ville actuelle est nouvelle par beaucoup de ses aspects, matériels et immatériels, très éloignée de la modestie et de la discrétion caractéristiques de la société citadine des siècles ottomans, qui perpétuait certaines préférences anciennes dans la région 1. Mais Alep est maintenant à peu près trente fois plus peuplée qu’il y a 150 ans. Cette société en expansion se caractérise par une réduction progressive de la taille des unités familiales, plus souvent limitée au groupe conjugal. Dans cette nouvelle configuration, l’individualisme s’affirme et la consommation qui doit être visible, fait partie des marqueurs personnels ou d’un groupe réduit. Les objectifs sont moins qu’autrefois la conservation et la transmission des valeurs familiales et d’un capital économique permettant de se garantir des risques et de progresser collectivement, mais de plus en plus d’afficher ses biens et ses moyens, avec une tendance à accaparer et à accumuler pour soi-même et son entourage le plus proche. L’apparence de la ville reflète beaucoup plus qu’autrefois des inégalités sociales et économiques, volontairement affichées, alors que des différences confessionnelles et communautaires, parfois visibles, restent souvent masquées par les différences de statut social, ou interviennent comme des facteurs parmi d’autres. Cet affichage, toujours complexe, des différences marque l’espace de la ville actuelle malgré la mise en œuvre d’une planification urbaine, censée l’organiser et le rendre plus juste. La gouvernance et les choix politiques autant que la mondialisation en cours, l’augmentation de la quantité de biens disponibles et de la consommation, se combinent dans l’élaboration de cette nouvelle ville, si différente.

3Plutôt que de constituer des caractères secondaires comme c’était le cas jusqu’à la fin du xixe siècle, ces différences qui s’affichent font voisiner des formes caractéristiques du développement et de la mondialisation, avec le sous-développement, ainsi que des parties de la ville relativement contrôlées, légales en apparence, « organisées » par l’urbanisme et la planification, avec d’autres générées par des processus spontanés et illégaux. Cependant, ces différences profondes entre quartiers « pauvres » et quartiers « riches » ne reflètent pas une différence de nature car ils sont le produit du même système socio-économique, avec plus ou moins de moyens. Ils font partie de la même ville et s’ils semblent participer de deux mondes différents, leurs différences sont plutôt dans les moyens disponibles : quand les quartiers informels sont régularisés, les habitants qui le peuvent affichent leur ascension relative par les mêmes types de signes que ceux des quartiers riches.

4Les quatre textes rassemblés dans cette partie abordent de façon non exhaustive des questions de société, les oppositions entre développement et sous-développement, dynamisme et stagnation, aménagement planifié et processus spontanés, centralisme et forte conscience de l’identité locale, corruption et dynamique de la « débrouille ». Mais le poids écrasant de la jeunesse constitue peut-être un élément commun renforcé par la difficulté pour la plupart de trouver du travail et une stabilité personnelle, y compris pour les diplômés. Ce déséquilibre semble entraîner un surcroît de stress social, une certaine crainte de l’avenir, et un besoin d’être encadré et rassuré. Il peut favoriser ainsi l’entrée dans des systèmes de corruption et de clientélisme. En même temps, certains des changements profonds qui affectent la ville et son environnement depuis moins d’un siècle, notamment le développement parallèle et concomitant de la réglementation et de la référence à la loi, d’une part, et d’autre part de l’illégal et de l’informel, sont très significatifs. Ils semblent faire partie du même mécanisme de dérive progressive vers une corruption généralisée.

L’informel en urbanisme, conséquence de choix conscients du pouvoir central ?

5La société locale et l’administration urbaine s’opposent et s’associent dans différentes stratégies pour produire l’espace matériel et l’espace social de la ville. En fonction du contexte, certaines stratégies mettent en œuvre un mode de production et de fonctionnement de la ville, « pré-légal » plutôt qu’illégal, désigné couramment comme informel. Le terme s’applique d’abord à un art « qui refuse de représenter des formes reconnaissables et classables » (Petit Robert). Mais après un passage par l’anglais informal, il équivaut à « simple », « sans cérémonie », « improvisé », « non officiel », « sans règles pré-établies ». Il peut donc convenir pour désigner un secteur économique (économie informelle, familiale et domestique) essentiel dans une ville comme Alep. Plus spécifiquement il désigne très souvent des formes spatiales et architecturales non définies par des règles officielles, des formes non géométriques. Les promoteurs des quartiers informels sont les habitants eux-mêmes, assistés par des agents dont le statut peut être officiel mais dont la fonction n’est pas institutionnelle en l’occurrence. Ces modes de production de l’espace se substituent à l’urbanisme officiel ou le complètent. L’informel peut être mis en œuvre dans un contexte légal ou dans l’illégalité. Il peut désigner des modes d’action sur l’espace dans ses composantes matérielles ou immatérielles, et être mis en œuvre par des groupes ou des individus.

6À Alep, la plupart des espaces sont produits, au moins en partie, par des mécanismes informels ou dans lesquels l’informel intervient, qui peuvent être classés suivant les procédures et en fonction du type d’espace produit :

7- ce sont soit des quartiers entiers regroupant de vastes lotissements, couvrant des dizaines ou des centaines d’hectares, en fait des solutions collectives développées à une grande échelle. Dans ces quartiers, la quasi-totalité des caractères morphologiques et sociaux et les rapports avec l’administration sortent de la légalité tout en utilisant la loi ; ce sont les produits typiques des dysfonctionnements de la gouvernance ;

8- ou soit des solutions illégales développées dans un contexte légal : des solutions collectives ou individuelles et diffuses, bien représentées par les « petites » (et grandes) tricheries sur les règlements de construction dans les quartiers « légaux » ou des comportements quasiment culturels, comme la privatisation de fait des trottoirs devant les magasins.

  • 2 Voir infra la contribution de Salwa Sakkal.
  • 3 Le Bureau de l’urbanisme (maktab takhtit) de la Municipalité produit les projets qui sont discutés (...)

9L’informel peut se développer essentiellement comme une conséquence d’actes légaux. Ainsi, certains choix développés dans les plans directeurs ou dans des projets urbains préfigurent ou préparent des solutions informelles. L’espace urbain peut être le produit direct ou indirect des déficiences et des erreurs d’acteurs institutionnels dans l’application de la réglementation ; il peut procéder de l’inaction, ou de l’omission volontaire ou involontaire ; il peut encore découler de causes lointaines, souvent politiques, des stratégies sécuritaires ou de contrôle de la société, éloignées des préoccupations de qualité de la vie urbaine et des intérêts immédiats des citadins 2.Le fonctionnement normal de l’urbanisme officiel peut donc produire de l’informel ; à la limite c’est devenu une de ses vocations. Ce fonctionnement est relativement simple : le Bureau de la planification et les Services techniques de la Municipalité élaborent les projets qui correspondent aux besoins dans le cadre des lois et des codes de construction, appliqués suivant le zonage défini par le plan directeur, en tenant compte éventuellement de certains intérêts particuliers. Les projets préparés, discutés et entérinés par plusieurs assemblées (comités, commissions et bureaux, représentatifs) à la Municipalité et à la Mouhafaza (Gouvernorat) sont présentés au ministère à Damas 3. Avant d’être signé par le ministre, un projet important peut faire de nombreux allers et retours entre la ville et le ministère : le Directeur technique au ministère joue un rôle essentiel. Mais le projet ainsi élaboré localement, avec la participation d’agences locales d’importants bureaux d’étude nationaux (Maktab Dirasat et Iskan al-‘askari), amendé puis approuvé, ne peut être exécuté que si le financement en est assuré par l’État : l’absence de financement d’un projet est l’une des causes essentielles de la mise en place de processus informels. Dans le cas d’Alep, si l’on excepte la période de répression ouverte des mouvements d’opposition dans les années 1979-1982, les processus de contrôle et de mise en place de l’espace urbain ont généralement utilisé les mécanismes administratifs courants, notamment la maîtrise des financements ; ainsi, durant les décennies de marginalisation de la ville et de ses élites traditionnelles par le pouvoir, l’attribution par le ministère de budgets très serrés, fut un moyen efficace de « contrôle » de la ville. Entre les années soixante-dix et quatre-vingt-dix, plusieurs projets très importants ont été produits par la Municipalité d’Alep :

10- le plan directeur dont la préparation est achevée en 1974 ;

11- l’aménagement du quartier central de Bab al-Faraj pour lequel au moins cinq projets successifs ont été étudiés dans le détail, certains ayant connu un début de réalisation ;

12- les questions liées à la protection de la ville ancienne ;

13- les programmes de production d’habitat populaire financé par l’État.

  • 4 L’aménagement de Bab al-Faraj est exemplaire et mériterait d’être décrypté en détail : les plaies l (...)

14Pourtant, ces projets sont restés en partie lettre morte jusqu’à la fin des années quatre-vingt-dix, faute de financement adéquat, soit quand la conjoncture économique n’était pas favorable, ce qui fut le cas entre 1983 et 1996, soit pour des raisons plus politiques en rapport avec la volonté étatique de contrôler la ville 4, de limiter les initiatives locales et de répartir le budget national en fonction d’objectifs régionaux particuliers.

  • 5 D’autres projets de percées à travers les quartiers anciens intra-muros et certains faubourgs ont é (...)

15Pendant la même période, des projets, devenus soudain prioritaires, recevaient de Damas des budgets importants qui répondaient à une urgence politique : au début des années quatre-vingts, le budget pour réaliser les expropriations en vue des percées à visées sécuritaires à travers plusieurs quartiers anciens, a été débloqué mais finalement détourné par la Municipalité et utilisé autrement, par exemple pour restaurer la couverture des grands souks centraux ; à Bab al-Faraj, les démolitions du quartier, les travaux de terrassement, puis les premières constructions, entreprises d’urgence dans un contexte idéologique, ont été brutalement interrompus sous des prétextes archéologiques. Ils ont repris plus tard suivant d’autres principes et avec un projet totalement différent. Ils sont loin d’être terminés en 2011. D’autres choix sont lourds de conséquences, comme la disparition progressive des transports en commun publics laissés au secteur privé, la faiblesse des investissements étatiques dans l’habitat populaire, abandonné à l’informel. À l’inverse, pour des raisons sécuritaires, le déblocage de budgets spéciaux fut autorisé à nouveau pour réaliser, après 1982, des percées dans les faubourgs anciens de l’est (Bab al-Nérab), comportant d’importantes expropriations, destructions et déplacements de population 5.

  • 6 Depuis la fin des années soixante, qui ont vu s’accélérer le développement de quartiers informels, (...)
  • 7 On peut remarquer que ces deux grands ensembles d’habitat populaire construits par l’État (Masaken (...)

16Les quartiers populaires d’habitat informel, qui occupent la majeure partie de l’est de la ville, abritent officiellement au moins 40 % de sa population 6. Après leur croissance rapide dans les années soixante, des moyens de limiter leur développement ont été mis en œuvre. Pourtant leur extension s’est poursuivie et accélérée. Mais on peut se demander s’ils n’ont pas été, plutôt qu’un problème, une solution permettant de compenser à peu de frais la pénurie d’habitat collectif financé par l’État. En comparaison, quand on consulte les Statistical Abstract de Syrie des années 1970 et 1980, on constate, qu’à la même époque, les programmes de logement populaire dans des villes de la côte comme Lattaquié et Tartous (ou encore à Damas) étaient particulièrement bien financés ; globalement le nombre de permis de construire attribués par rapport au nombre d’habitants, y était aussi très supérieur à celui d’Alep. La pression démographique très forte dans la région autour d’Alep et l’exode rural sont historiquement à l’origine du développement des quartiers spontanés. Les autorités ont tenté de résoudre le problème du départ des campagnes en développant et en modernisant l’agriculture, et en implantant de nouvelles activités. Pour faire face aux problèmes que connaissaient les agglomérations où aboutissaient les migrations, l’État et les municipalités ont engagé une lutte inefficace contre la spéculation foncière et immobilière et lancé une politique de construction de logements sociaux, très insuffisante (à Alep, Masaken Hanano et Salaheddin 7). L’ensemble de ces politiques, en ville et dans les régions, n’était pas réellement coordonné et surtout n’était pas correctement financé (Sakkal infra ).

  • 8 Voir l’article de Samir Aïta en fin d’ouvrage.

17Cette faiblesse de la coordination pose aussi les questions délicates à aborder en Syrie, celles de la régionalisation administrative et de la décentralisation budgétaire. Grâce aux plans quinquennaux, l’État a totalement pris en main l’aménagement régional pour limiter l’emprise des pouvoirs urbains sur les régions. Par les nationalisations et la réforme agraire des années soixante, il a rendu théoriquement impossible l’investissement privé par les notables et capitalistes citadins dans le monde rural. Tout mouvement de développement régional ne pouvait être décidé et/ou financé autrement que par l’État. Malgré la libéralisation et quelques projets de régionalisation 8, le problème des articulations entre politique urbaine et aménagement régional est encore loin d’être résolu, ce qui peut expliquer certains dysfonctionnements et le recours à des solutions informelles.

Ville « informelle » et ville « légale » : une bipolarisation est/ouest planifiée ?

  • 9 Voir les images de Google Earth en hors-texte.
  • 10 Les plans directeurs d’aménagement d’Alep entérinent plus ou moins clairement cette polarisation qu (...)

18Les quartiers informels officiellement répertoriés, qu’on pourrait définir comme l’habitat social de production illégale, sont surtout situés dans la moitié orientale d’Alep, mais l’informel, et l’illégal, concernent aussi des zones qui, en dépit de leur paysage policé, reflet de riches investissements, échappent en partie à la loi. Les découpages parcellaires viabilisés et les constructions qui jalonnent des zones très étendues à l’ouest de la ville, parfaitement visibles dans les images satellitaires, notamment les centaines de lotissements dessinés seulement par la voirie ou en cours d’occupation, sont des investissements spéculatifs 9. Ces zones d’extension non maîtrisées se caractérisent par le mélange des fonctions : résidentielle (lotissements de grandes villas avec piscines), agricole (mazra‘a-s irriguées par pompage dans la nappe phréatique, autorisé ou clandestin), industrielle (petites et grandes usines). Ces investissements qui n’occupent pas la totalité de l’espace et qui peuvent être formellement légaux (autorisés par les municipalités dans les territoires desquelles ils se trouvaient à l’origine), sont maintenant intégrés au territoire alépin par le nouveau plan directeur, alors qu’ils ne correspondent pas aux zonages homogènes proposées par un plan directeur plutôt théorique (Sakkal infra). L’objectif des investisseurs est sans doute une appropriation du foncier en prévision d’investissements à longue échéance, appropriation facilitée par l’absence de mesures de réserve foncière efficaces. Les processus qui en ont permis le développement, ont conduit aussi à la mise en place de paysages urbains que l’on peut qualifier d’informels et qui perpétuent une polarisation sociale de la ville, héritage pluriséculaire d’une opposition entre quartiers citadins et bourgeois à l’ouest, et quartiers plus pauvres, en contact avec le monde rural et tribal, à l’est. Cette polarisation qui correspond à des pratiques enracinées dans la géographie et l’histoire de la ville est autant le produit légal de stratégies et de moyens institutionnels, notamment des plans directeurs 10, que l’effet des comportements sociaux et culturels qui président aux choix des habitants des quartiers informels, et à ceux des investisseurs et des spéculateurs. Zonage officiel et comportements sociaux et culturels sont ainsi les facteurs conjoints essentiels de la détermination de la valeur foncière et donc de modes d’occupation de l’espace qui peuvent être qualifiés d’informels ou de planifiés.

  • 11 Le contraste entre l’Est et l’Ouest est visible dans un plan distribué gratuitement, produit public (...)
  • 12 Carrefour qui s’est implanté en 2009 à la périphérie ouest de la ville, dans la ville « officielle  (...)

19À une autre échelle, les comportements publics de la « jeunesse dorée » et l’action des investisseurs qui créent les services et les espaces de loisirs se rencontrent et sont parfaitement légaux et réguliers, étrangers à tout caractère informel. Cependant, en participant au façonnement de l’espace public de certains quartiers aisés, ils confirment la polarisation du développement de la ville. Des sociabilités sont fondées sur des pratiques importées de consommation alimentaire en public (fast foods), adaptées aux goûts et aux pratiques locales, dans un ensemble significatif d’habitudes et de parcours qui comprennent aussi le footing ou des trajets courts en voiture, la visite de lieux de shopping branchés et intègrent de plus en plus une certaine mixité des sexes dans l’espace public. Ces loisirs, cohérents avec les quartiers ouest, la ville « légale », où ils s’inscrivent, et avec une certaine société, ne sont pas transposables dans les quartiers informels à l’est où l’espace et les moyens sont différents, où l’on découvre d’autres formes de sociabilités, plus en rapport avec des moyens économiques réduits et un contexte culturel et identitaire particulier. Les commerces et les services modernes s’implantent dans les quartiers ouest, où l’argent est abondant 11, où l’offre de consommation est pléthorique et fortement affichée dans des sites aisément accessibles. À l’inverse, l’offre minimale, qui caractérise l’autre moitié de la ville, est cantonnée à des quartiers peu accessibles où ceux qui n’y habitent pas ont peu de raisons de se rendre. À Alep, de façon beaucoup plus claire qu’à Damas, la différence s’inscrit dans le paysage et la topographie entre l’Est et l’Ouest 12. Cette répartition sociale pourrait-elle être corrigée par des mesures incitatives ou autoritaires inscrites dans le plan directeur ? Mais qui pourrait prendre l’initiative de mesures contraires aux tendances du marché foncier et immobilier ? Les pratiques informelles à très grande échelle semblent avoir été tolérées ou favorisées comme outil de correction ou de confirmation du plan directeur théorique.

L’informel entre « esprit d’entreprendre » et corruption

  • 13 Voir la carte des zones industrielles de Salwa Sakkal, infra (figure 6, p. 215).

20L’informel a longtemps mis en œuvre des processus négociés et consensuels proches des jurisprudences anciennes. La corruption, qui en était un moyen parmi d’autres, est maintenant banalisée, systématisée, inscrite dans les mentalités et les pratiques, non plus comme un outil permettant de résoudre un problème précis, mais comme un objectif en soi. Certains processus étaient justifiés par la volonté politique de contrôler le pays et la ville et de planifier le développement régional, mais les pratiques actuelles ne sont pas compréhensibles autrement que comme l’organisation de profits ou de prébendes régulières. La nouvelle zone industrielle de Cheikh Najjar de 4 285 hectares, créée au nord-est de la ville, qui doit offrir aux projets industriels alépins tout l’espace nécessaire au développement des entreprises, a été soustraite au territoire municipal défini par le plan directeur de 2004 13 et donc à sa juridiction et à sa gestion, fiscale en particulier. Elle constitue une enclave extérieure dans le territoire municipal dont les motivations sont difficiles à comprendre.

21L’informel peut utiliser la corruption. Pourtant, il est aussi une manifestation du dynamisme de la société et de l’esprit d’entreprendre. Une certaine part d’informel cadré peut aider le développement de mécanismes adaptés aux besoins des habitants, permettant de favoriser leur création d’habitat, leurs activités économiques, leurs services de proximité... L’informel implique aussi une certaine concertation, un consensus, et produit des outils d’adaptation progressive aux besoins, proportionnés aux moyens… Il est collectif et affiché en général, alors que la corruption tend à demeurer cachée et à se pratiquer de personne à personne. L’informel participe de tout un héritage de relations de confiance, d’échange de services, de solidarités dans le groupe ou de solidarités plus larges, réflexes encore très forts dans la société, qui ne disparaîtront pas du jour au lendemain et qu’il doit être possible d’orienter d’une façon rationnelle. Ainsi, une gestion équilibrée du patrimoine culturel, notamment de l’habitat ancien, devrait admettre une part d’intervention des habitants sur leur espace (Moutia infra), qui pourrait aider à garder vivants les quartiers traditionnels et à éviter leur transformation généralisée en parcs touristiques.

Notes

1 Sans vouloir fonder un déterminisme culturel régional, on constate au Proche-Orient et notamment au Bilad al-Cham une modestie et une discrétion de l’architecture du pouvoir, même à l’époque omeyyade, peu pratiquées dans l’Irak abbasside ou la Perse safavide par exemple.

2 Voir infra la contribution de Salwa Sakkal.

3 Le Bureau de l’urbanisme (maktab takhtit) de la Municipalité produit les projets qui sont discutés et entérinés dans divers comités, lejné ‘omraniyé (comité technique) à la Municipalité, maktab tanfizi (bureau exécutif) à la Mouhafaza (Gouvernorat ou Préfecture) puis présentés au ministère (des Affaires rurales et municipales, à l’époque), à Damas, qui garde la haute main sur les projets.

4 L’aménagement de Bab al-Faraj est exemplaire et mériterait d’être décrypté en détail : les plaies laissées par ces projets successifs dans le tissu central de la ville ont affecté le paysage alépin, pendant plusieurs décennies, par leur éternel inachèvement. Autre conséquence : certains investisseurs, faute d’espace disponible pour des locaux neufs destinés aux activités du secteur secondaire, bureaux notamment, s’étaient rabattus sur des immeubles relativement récents (début du xxe siècle) dans les quartiers proches du centre, ou anciens dans la vieille ville, immeubles du patrimoine non encore classés ou protégés à l’époque ou déclassés pour les détruire et construire à la place du neuf avec un ou plusieurs étages supplémentaires.

5 D’autres projets de percées à travers les quartiers anciens intra-muros et certains faubourgs ont été finalement annulés à la suite de campagnes pour la protection du patrimoine.

6 Depuis la fin des années soixante, qui ont vu s’accélérer le développement de quartiers informels, une partie des quartiers installés a été régularisée progressivement et n’est plus comptabilisée comme informelle ou illégale. Il serait intéressant de réaliser une étude rétrospective et une cartographie précise de ces zones avec leurs dates de création et de régularisation.

7 On peut remarquer que ces deux grands ensembles d’habitat populaire construits par l’État (Masaken Hanano et Salaheddin) sont au centre du soulèvement alépin (été 2012).

8 Voir l’article de Samir Aïta en fin d’ouvrage.

9 Voir les images de Google Earth en hors-texte.

10 Les plans directeurs d’aménagement d’Alep entérinent plus ou moins clairement cette polarisation quasi naturelle et historique de la ville, que l’on retrouve à Hama et à Homs, mais qui, à Damas, produit une répartition différente de l’espace du fait de l’environnement particulier de la Ghouta, l’oasis irriguée.

11 Le contraste entre l’Est et l’Ouest est visible dans un plan distribué gratuitement, produit publicitaire d’un investisseur alépin, approuvé par diverses administrations et institutions. Il montre sur une face un petit plan de bonne qualité de la vieille ville, des listes d’hôtels, de restaurants et de commerces et services de luxe, encadrés par des publicités, et sur l’autre face un plan de la ville, développé vers l’ouest, limité au nord et au sud, et drastiquement coupé à l’est de la citadelle, effaçant la moitié de la ville. Il représente exclusivement l’espace urbain de la consommation mondialisée, disons l’espace utile pour une certaine clientèle locale et internationale.

12 Carrefour qui s’est implanté en 2009 à la périphérie ouest de la ville, dans la ville « officielle », a mis en place un service de navettes pour drainer vers ses espaces une clientèle potentielle d’habitants de certains villages proches, de quartiers riches comme Halab Jdidé ou Sabil et des quartiers informels du nord (voir infra l’article de Thierry Boissière).

13 Voir la carte des zones industrielles de Salwa Sakkal, infra (figure 6, p. 215).

Table des illustrations

Titre Photo 1 : La statue d’Hafez al-Assad et la tour de la Chambre de commerce (et de l’hôtel Amir Palace) sont des signes du pouvoir des années 1970-1980.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6662/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photo 2 : La Tour de l’Horloge ou tour de Bab al-Faraj a été construite en 1898 par l’ingénieur en chef de la Vilayet d’Alep, le français Charles Chartier, au service du gouverneur ottoman Râ’if Pacha (collection privée). C’est le premier signe public urbain de la modernité (l’horloge donne un découpage du temps exact et immuable) et d’une volonté de maîtriser l’organisation de l’espace, qui se manifeste par la création de quartiers à la trame régulière et par le désenclavement des lieux centraux anciens.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6662/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photo 3 : À l’arrière-plan, on aperçoit le haut de la Tour de l’Horloge et l’immeuble massif qui regroupe maintenant la Municipalité et le Gouvernorat.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6662/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Photo 4 : La place Bab al-Faraj en 1968 était un étonnant mélange de modernité populaire et de tradition (1968).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6662/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Photo 5 : Nouveaux quartiers résidentiels construits juste après la première guerre mondiale, dans la continuité des principes urbains et architecturaux mis en œuvre dans les dernières décennies ottomanes (l’actuelle rue Qouwatly) (Carte postale ancienne).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6662/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photo 6 : Le quartier industriel de Kallasé. Les immeubles conformes à un permis de construire résidentiel sont totalement occupés par des ateliers de tissage.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6662/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photo 7 : Un immeuble du quartier industriel de Kallasé, occupé par des ateliers de tissage.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6662/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Photo 8 : Une usine textile moderne construite en pierre de taille à l’extérieur de l’espace du plan directeur en fonction à l’époque.
Crédits J.-C. David. Début des années 1990.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6662/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photo 9 : L’atelier envahit le trottoir.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6662/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photo 10 : Transport d’une « poche » de fonte ou d’acier en fusion depuis le site du four jusqu’au lieu de la coulée dans un moule. Le quartier est une vaste usine regroupant des dizaines de petites unités indépendantes.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6662/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photo 11 : Dans le quartier informel de Cheikh Maqsoud, majoritairement habité par des Kurdes. Les fuites des canalisations d’eau potable se répandent dans la rue. Cette rue plus large et passante semble en passe de devenir un centre pour le quartier, avec un petit souk regroupant diverses spécialisations commerciales.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6662/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photo 12 : Dans le quartier informel de Cheikh Maqsoud, majoritairement habité par des Kurdes ; un petit esprit villageois.
Crédits J.-C. David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6662/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

Auteur

Docteur en géographie, chercheur associé au GREMMO

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540