Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alep et ses territoires

 | 
Jean-Claude David
, 
Thierry Boissière

Première partie - Comment la troisième ville de l’Empire ottoman est devenue un chef-lieu de mouhafaza en Syrie

Chapitre 4 – La renaissance de la Jéziré : Deir ez-Zor ottomane, de la désertion à la reconstruction

Barout Jamal
Traduction de Rola Baraket

Résumé

Jusqu’à sa chute, le pouvoir ottoman tentera d’aménager la Jéziré, territoire périphérique menacé, domaine des tribus bédouines. Il s’efforça de le pacifier et d’en tirer des revenus en y installant des paysans et en stimulant les échanges entre le Bilad al-Cham et l’Irak. Les tentatives qui se précisent après 1696, réorganisation de l’administration, politiques de peuplement, actions de pacification des bédouins, sont généralement des échecs : les premiers résultats probants ne sont obtenus qu’à la fin du xixe siècle. C’est la position de carrefour des échanges et des communications de la Jéziré entre Alep, Damas, Bagdad et l’Anatolie qui justifie les efforts considérables et les investissements dont cette région est l’objet, d’abord pour y instaurer la sécurité. Deir ez-Zor devient alors un centre de commerce. Dans ce long processus Alep joue un rôle essentiel, avec d’autres villes : ses notables sont propriétaires terriens dans la région et souvent des Alépins occupent les fonctions administratives à la tête de la moutasarrifiyya (1854). Deir ez-Zor se développe, s’urbanise, construit un souk important. Elle s’autonomise mais elle ne parviendra pas, à la fin du xixe siècle, à passer du statut de relais à celui de centre de région.

Until its collapse, the Ottoman Empire tried to develop the Jéziré, a peripheral and threatened territory usually occupied by Bedouin tribes. By settling peasants there, the Empire pacified the area and at the same time benefited from economic activity while stimulating exchanges between Bilad al-Sham and Iraq. However, the attempts made from 1696 such as administrative reorganisation, settlement and population policies, and Bedouins pacification, were unsuccessful. In fact, it was not until the end of the 19th century that the first successes were recorded. Massive investments to restore security in Jéziré were certainly justified by its strategic location between Aleppo, Damascus, Baghdad and Anatolia. Consequently, Deir ez-Zor became a regional trade hub. Aleppo and other cities played a decisive role in this process since their prominent citizens were often landowners and held top positions in the administration at the mutasarrifiyya. Deir ez Zor became increasingly developed and urbanised and even had a big and important souk built. However, even though the city achieved autonomy, by the end of the XIXth century it still had not attained the status of centre of activities in the region.

حاولت السلطة العثمانية، حتى سقوطها، تنظيم الجزيرة السورية. وهي منطقةٌ محيطيةٌ مهدّدَة، كثيراً ما احتلتها القبائل البدوية. كانت تلك المحاولة بهدف تدعيم السلم فيها وتحصيل الإيرادات منها، وذلك عبر توطين فلاحين وتنشيط اهتمام الوجهاء المحليين والإقليميين بين بلاد الشام والعراق. غالباً ما مُنيت بالفشل المحاولات التي بدأت في أوائل القرن السابع عشر، وكان قوامها إعادة تنظيم الإدارة وسياسات الإعمار ودفع البدو إلى التعايش بسلام مع الحضر. وبالفعل، لم يتمّ الحصول على أولى النتائج إلا في الربع الأخير من القرن التاسع عشر في سياق عملية التنظيمات. ونجد أنّ موقع الجزيرة بوصفها معبراً للمبادلات والاتصالات بين حلب ودمشق وبغداد والأناضول يبرّر الجهود الهائلة والاستثمارات التي كانت موضوعةً لها، لإحلال الأمن فيها قبل كلّ شيء. حينذاك، أصبحت دير الزور مركزاً تجارياً. وقد لعبت حلب دوراً أساسياً في هذه العملية الطويلة، مع مدنٍ أخرى. فكان وجهاؤها ملاّكاً للأراضي في المنطقة وكثيراً ما احتلّ الحلبيون الوظائف الإدارية العليا في المتصرفية. بعدها تطورت دير الزور وتحولت إلى مدينةٍ وبني فيها سوقٌ مهم. وغدت مركز المواصلات والعمران والإدارة في الجزيرة السورية كلها إلى أن انتقل مركز الثقل في عملية العمران الحضاري إلى الجزيرة العليا (محافظة الحسكة) في مرحلة الإنتداب الفرنسي.

Texte intégral

Photo 1 : Vue aérienne de Deir ez-Zor, depuis l’est.

Photo 1 : Vue aérienne de Deir ez-Zor, depuis l’est.

Cliché du 15 septembre 1934 par l’observateur du 39e R.A. (original inconnu).

  • 1 Zakaria 1983, vol. 1, p. 18.

1Dans la littérature arabe classique, la Jéziré est présentée comme un système fluvial et pastoral : située entre l’Euphrate et le Tigre, elle a reçu le nom d’al-Jéziré, « l’Île ». Les historiens et géographes arabes la divisent en trois parties : la haute Jéziré, qui inclut la partie montagneuse située en Turquie depuis le traité d’Ankara (1921) ; la moyenne Jéziré, en Syrie depuis le mandat français, qui comprend les territoires actuels des mouhafazat de Raqqa, Deir ez-Zor et Hassaké ; la basse Jéziré, située en Irak, qui se termine à Tikrit sur le Tigre1. Cette division correspond aux territoires des anciennes tribus arabes : Diyar Mudar (Raqqa), Diyarbakr et Diyar Rabia (Mossoul). Après plusieurs attaques mongoles qui ont dévasté la moyenne Jéziré, ses grandes villes ont été désertées et l’on n’y a plus construit. Vers la fin du xive siècle, les rives de l’Euphrate sont quasiment désertes et l’activité agricole y est abandonnée.

2La moyenne Jéziré est devenue ottomane en 1516 : jusqu’à sa chute après la première guerre mondiale, l’Empire ottoman n’aura de cesse de trouver les moyens d’aménager ce territoire, domaine de tribus bédouines, pour le pacifier et en tirer des revenus en y installant des paysans et, plus souvent, en stimulant l’intérêt de notables locaux et régionaux.

  • 2 Orhonlo, 2005, p. 87-104 et p. 127-133.
  • 3 Oppenheim 2009, p. 111 et 223.
  • 4 Oppenheim 2009, p. 222-223.
  • 5 Oppenheim 2009, p. 111 et 223.
  • 6 Deheuvels et Farra 1982, p. 260-266. Ahmad Zakaria prend en compte de nouvelles tribus qui ont adhé (...)

3En 1696, le village de Deir ez-Zor est le centre d’une circonscription administrative dépendant de Diyarbakr (D’Hont 2001, p. 523, Rousset 2001, p. 564). L’État tente de s’assurer des revenus fiscaux en installant des tribus sur des terres en friches à l’est de l’Anatolie et du Bilad al-Cham. Plusieurs milliers de bédouins de tribus turkmènes, kurdes et arabes sont installés entre Balis (Méskéné), Mambej et Abu Kolkol et jusqu’à Raqqa et la rivière Balikh. Mais entre 1720 et 1725 le projet échoue pour diverses raisons. Seules demeurent les tribus turkmènes, contraintes à rester sur place par les autorités2. Au tournant du xviiie siècle, deux grandes confédérations tribales arabes, les Chammar et les ‘Anaza, arrivent dans la région, venant du nord de l’Arabie. Le pouvoir ottoman les utilise en 1803 et 1805 pour contrer les attaques des Wahhabites sur Bagdad, réprimer le soulèvement d’esclaves, et imposer sa souveraineté dans la Jéziré, pensant que ces tribus seraient « obéissantes, et faciles à diriger »3. Les Chammar atteignent le sommet de leur puissance en 1809, en anéantissant les tribus turkmènes déjà installées4 ce qui entraîne la désertion de Raqqa. Ils dominent dans le Diyar Rabia (et Mossoul), et les ‘Anaza dans le Diyar Mudar (et Raqqa), perpétuant ainsi une vieille opposition dans la Jéziré5. Tandis que les tribus des Milli à majorité kurde dominent Diyarbakr (Amid), de petites tribus forment l’alliance des ‘Agueidat. Celle-ci s’élargit avec l’adhésion d’autres petits clans sans aucun lien avec les tribus fondatrices. Les tribus de l’alliance se répartissent entre Deir ez-Zor, Mayadin et Abou Kamal (al-Bou Kamal), sur les rives de l’Euphrate6.

4La domination conflictuelle des Chammar et des ‘Anaza provoque à nouveau la ruine de la moyenne Jéziré : seul le petit site de Deir al-Atiq, « le Vieux Deir », noyau de Deir ez-Zor est épargné. En 1807, ses périphéries subissent attaques et pillages de la part des Wahhabites. Dans ses rapports de voyages entre 1835 et 1837, le colonel Francis Rawdon Chesney (1789-1872) note que Deir ez-Zor est le seul village habité dans cette partie de la vallée de l’Euphrate. En revanche, les végétaux nécessaires à l’élevage des chameaux poussent le long du fleuve (D’Hont 2001, p. 523, Rousset 2001, p. 564). Ce village remarqué par Chesney est un petit centre dans un milieu désertique, fortifié contre les attaques des bédouins. Ses habitants cultivent le coton, le maïs et le blé. Lors du passage de Chesney en 1836, les habitants ne sont pas plus de quatre mille (Hannoyer 1989, p. 117). La ville n’évolue guère jusqu’à sa renaissance dans le cadre des Tanzimat (Réformes) à partir des années 1860.

Facteurs stratégiques de la revitalisation de Deir ez-Zor durant les Tanzimat : un carrefour entre Alep, Damas, Bagdad et l’Anatolie

  • 7 Les nouveaux centres urbains ont été construits sur des sites antiques dans la vallée de l’Euphrate (...)

5Une seconde phase de reconstruction de la moyenne Jéziré est mise en œuvre pendant la deuxième période des Tanzimat entre 1856 et 1908. Elle débute avec la transformation de Deir ez-Zor en centre de commerce, étape entre Alep et Bagdad d’une part, entre Damas et Bagdad par la route de Palmyre d’autre part, et enfin entre Alep et l’Anatolie centrale et orientale. La politique d’urbanisation dans la région est fondée sur la reconstruction de centres sur des sites désertés7, adaptés aux caractéristiques géographiques.

6Différents facteurs économiques, politiques et stratégiques motivent ces projets :

    • 8 Awad 1969, p. 240.Le coton en Amérique et en Égypte est de meilleure qualité et plus cher. Il s’agi (...)

    l’augmentation de la production de coton pour répondre à une demande mondiale croissante surtout de la part des Britanniques de plus en plus dépendants du coton syrien et égyptien8 en raison de la guerre de Sécession aux États-Unis (1861-1865) ;

  • l’augmentation des impôts pour financer l’armée et couvrir les dépenses des nouvelles institutions mises en place par les Tanzimat ;

  • l’hypothèque de ressources comme les revenus douaniers d’Izmir et de Syrie ;

    • 9 Azzawi (al-) 2003, p. 70 et p. 73-74.

    l’augmentation de la dette puis la banqueroute de l’État9 ;

    • 10 Gaube et Wirth 2007, p. 676.Cette hausse spectaculaire s’est effectivement produite dans la deuxièm (...)

    la nécessité de faire face à la pénurie des céréales au nord de la Turquie, en raison de la guerre russo-ottomane en 1877-1878 et de la difficulté de l’importation depuis le nord de la Syrie et les hauteurs de la Mésopotamie. La pénurie causa une hausse spectaculaire des prix dans le bassin méditerranéen et en Europe10.

7Aux raisons économiques s’ajoutent des facteurs internes à l’Empire ottoman. Deux objectifs des Tanzimat étaient l’amélioration du contrôle des territoires de l’empire et celle des communications entre les vilayet et la capitale. Le renforcement des liens économiques et administratifs de Deir ez-Zor avec la haute et la basse Jéziré, c’est-à-dire avec l’ensemble des territoires structurés par l’Euphrate moyen, devait améliorer les liaisons est-ouest. Il pouvait aussi aider à contrer les stratégies de sape de l’Empire ottoman menées par la Russie, qui s’appuyait sur les Kurdes, les Arméniens et les Syriaques concentrés en haute Jéziré.

  • 11 Hamide 1992, p. 294.
  • 12 Ayyach 1989, p. 362 et p. 364. La navigation à vapeur sur l’Euphrate a été l’une des idées fortes d (...)
  • 13 Deheuvels et Farra 1982, p. 49-50.
  • 14 Plan lancé par Midhat Pacha lorsqu’il était wali de Bagdad entre 1869 et 1872. C’est un ingénieur a (...)

8Un premier outil envisagé était le développement de la navigation sur l’Euphrate depuis Méskéné (Bab Souria/Porte de Syrie), point sur l’Euphrate le plus proche d’Alep et de la Méditerranée11 et port de transit des marchandises vers Falouja au sud-est, considérée comme le port de Bagdad sur l’Euphrate et vers Birejik et Ourfa au nord-ouest12. Il était nécessaire de développer aussi les transports terrestres d’une part entre Alep, Deir ez-Zor et Bagdad, et d’autre part entre Damas, Palmyre et Bagdad et d’en assurer la sécurité. Un projet proposé sous Abdül Hamid II (1876-1909) prévoyait aussi la construction d’une voie ferrée de 1450 km le long de l’Euphrate jusqu’au Golfe Persique13, qui faisait partie d’un plan pour faire d’Istanbul une plaque tournante des chemins de fer européens et asiatiques. Ces voies ferrées devaient aider à renforcer le contrôle sur les vilayet14. L’importance du programme de revitalisation de Deir ez-Zor explique sans doute qu’il ait mobilisé les efforts des vilayet d’Alep, Damas et Bagdad dans les années 1850. La cavalerie légère, baghghalé, a été un outil militaire important pour imposer la sécurité sur le territoire. Elle a permis d’établir des postes dans les nouveaux cazas et nahiés, et le long de la route entre Damas et Bagdad. En outre, elle jouissait d’un certain prestige auprès des bédouins (Hannoyer 1989, p. 123).

  • 15 Deheuvels et Farra 1982, p. 50-51.

9L’intégration de Deir ez-Zor à la direction de la Badiya a été l’une des réformes du wali de Bagdad, Midhat Pacha (1869-1872), connu quelques années plus tard comme le « père de la constitution ottomane ». L’importance stratégique de la vallée de l’Euphrate pour la liaison entre les parties orientales et occidentales de l’Empire, et pour la sédentarisation des tribus bédouines ont été sa préoccupation. Durant son mandat, les premières expériences de navigation entre Méskéné et Falouja ont été lancées par une compagnie française de vapeur. L’échouage de bateaux sur des bancs de sable a mis fin à cette tentative. Abdül Hamid II qui devient sultan en 1876 prend le monopole de la navigation sur le fleuve, et dès la fin du xixe siècle, il entame les travaux pour rendre le fleuve navigable en toutes saisons15.

Restructuration administrative et institutionnelle : loi sur les vilayets et relations accrues avec Alep

  • 16 Saip Bek 1911, p. 27-30.
  • 17 Hourani 1977, p. 89.
  • 18 Elles rattachent le caza de Sinjar à la vilayet de Mossoul, le sandjak de Mardin à la vilayet de Di (...)
  • 19 Gharaibé 1961, p. 59-60 et p. 156.
  • 20 Zakaria 1983, vol. 2, p. 573.

10Les moyens mis en œuvre pour développer Deir ez-Zor évoluent suite à l’accord entre les réformistes ottomans et le sultan Abdül Aziz arrivé au pouvoir en 1861. Jusqu’au milieu des années soixante, le sultan semble partisan des réformes : il débarrasse l’administration des hauts fonctionnaires corrompus et tente de concentrer l’action du gouvernement sur le développement des services publics16. La génération des années soixante compte de nombreux membres et sympathisants du mouvement de la Nahda (Renaissance) dans la capitale et dans les vilayets arabes du Bilad al-Cham qui jouent un rôle essentiel dans la diffusion des idées réformistes jusqu’à la fin de l’Empire ottoman17. Durant la seconde période des Tanzimat, le gouvernement ottoman promulgue la loi sur les vilayets qui réorganise les circonscriptions administratives, sépare le pouvoir juridique du pouvoir administratif, ainsi que le pouvoir administratif du wali du pouvoir militaire du gouverneur militaire. Cette réforme s’accompagne d’un changement structurel dans l’administration fondé sur un principe institutionnel moderne : le conseil de la vilayet, relativement représentatif des communautés non musulmanes, se substitue au diwan bureaucratique. Elle met aussi en place un outil institutionnel consultatif dépendant de la vilayet, chargé du secteur agricole : il encourage les habitants à cultiver d’autres produits que le blé et l’orge dans le but de passer d’une agriculture pluviale à une agriculture irriguée et de renforcer l’urbanisation. En 1870, le caïmacam Arslan Pacha promeut le territoire administratif de Deir ez-Zor du statut de caza à celui de sandjak dépendant de la vilayet d’Alep. Il institue de nouveaux cazas regroupant de larges portions de la Jéziré. Mais, en raison de l’étendue du sandjak et de la nécessité d’une intervention administrative directe du gouvernement pour développer et contrôler la sécurité, il est transformé à la fin de 1870 en une moutasarrifiyya rattachée au gouvernement central. Les limites de la moutasarrifiyya sont redessinées en 187618. En 1888 à l’occasion d’un remaniement, elle devient une moutasarrifiyya mumtasa, l’une des trois, avec celles du Mont Liban et de Jérusalem, directement rattachées à la capitale. Le télégraphe assure la liaison directe avec Istanbul19. Deir ez-Zor regroupe ce qui sera ultérieurement appelé les provinces de l’Euphrate (Raqqa, Deir ez-Zor), la Haute Jéziré (Hassaké), Palmyre, et une partie de Mossoul. Les frontières administratives du sandjak de Deir ez-Zor s’étendent de la région d’Ana, rattachée à la vilayet de Bagdad, jusqu’à Méskéné20.

  • 21 Musa 1993, p. 24-28.
  • 22 Musa 1993, p. 83-111 et p. 133.

11Le centre administratif et militaire de la ville est installé là où la vallée de l’Euphrate est la plus large (12 km). Le développement de la ville et de l’habitat sédentaire dans la vallée est marqué par un conflit : les tribus nomades pastorales et pacifiques, attachées à la terre, disposent d’une surface moindre que celle octroyée aux tribus de chameliers qui méprisent le travail agricole et s’appuient sur l’économie du transport par chameaux et sur le butin (razzia). La vallée est constituée de terrasses alluviales où la plupart des villages sont établis21 : les sédentaires se concentrent sur une bande étroite où au moins 97 % d’entre eux sont installés. La concentration la plus faible se trouve dans la Badiya du Cham22, sur la rive droite de l’Euphrate. Progressivement, des terres arables sont octroyées aux tribus semi-sédentarisées sur les rives de l’Euphrate et du Khabour. Ces tribus sont exemptées du service militaire et de la corvée ; en contrepartie de cette exemption elles paient un impôt annuel en guise de loyer sur les terres, équivalent à 17 % du revenu total de la récolte.

  • 23 Musa 1993, p. 20-21.
  • 24 Les taux annuels des précipitations sont de 272 mm dans le caza d’al-Hasaka, de 358 mm dans celui d (...)
  • 25 Zakaria 1983, vol. 2, p. 18.

12La Badiya de Deir, partagée entre la Chamiya située sur la rive droite de l’Euphrate et la Jéziré sur la rive gauche, est formée de plaines vallonnées qui descendent vers l’Euphrate23. La sédentarisation associant pâturage et agriculture s’accélère dans cette région de steppes connue pour l’abondance relative de ses précipitations24 (200 mm de pluies annuelles). Les tribus arabes parcourent le Hammad (désert pierreux plus sec où elles trouvent des pâturages d’hiver mais se déplacent de préférence avec leurs troupeaux dans les steppes de la Chamiya riche en prairies, puits et ressources en eau)25. Au xixe siècle, les tribus moutonnières parviennent encore à élever des chameaux grâce aux plantes et arbustes épineux mais il s’agit d’une activité secondaire. À la fin de l’époque ottomane, l’élevage de vaches, buffles et ânes nécessaires à l’agriculture se développe et devient vital. Les tribus semi-sédentaires se partagent l’espace : au printemps ceux qui cultivent restent dans les plaines pour s’occuper des champs et les préparer pour l’irrigation tandis que les nomades partent avec les troupeaux et installent leurs tentes noires dans la Badiya (Herault 1995, p. 140-141).

Formation de la classe des notables : confirmation de la mainmise des Alépins

  • 26 Jamil (al-) 1997, p. 399.

13Le développement d’une classe de notables à Deir ez-Zor découle des nouvelles lois foncières issues des Tanzimat, lois relatives aux biens fonciers (1858) et loi sur le tapou (le cadastre) (1859) qui gère les registres de propriétés, les contrats fonciers, et l’octroi des terres agricoles amiriyyé mises en culture. Ces dernières restent sous le contrôle de Bayt al-mal. Les terres distribuées ne peuvent plus être réquisitionnées à tout moment par le sultan, et le bénéficiaire d’une terre jouit de son droit de l’utiliser, conformément à la loi26.

  • 27 Salibi (al-) 1997, p. 129.
  • 28 Blunt 1991, p. 417.

14Entre 1864-1866, Thouraya Pacha, wali d’Alep, avait distribué des terres agricoles sur les rives de l’Euphrate pour encourager la sédentarisation et le développement de l’agriculture. Il avait aussi distribué des parts de propriété aux familles de Deir ez-Zor en fonction du nombre de leurs membres. Théoriquement, la propriété s’étendait sur 12 acres, mais en pratique elle pouvait excéder 100 acres. Les familles devaient verser à l’État une piastre par acre en guise d’impôt27. Ainsi s’est constitué une classe de notables, associée à la bureaucratie ottomane réformiste, civile et militaire, qui joue un rôle essentiel dans le développement de la ville. Arslan Pacha, nouveau caïmacam, poursuit la politique intensive de sédentarisation. Au milieu des années 1860, il construit la première école primaire, un hôpital et une dizaine de villages. Mais lorsque les soldats mis en place pour surveiller les villages les quittent en direction de la Badiya, les villages sont aussitôt abandonnés (Hannoyer 1989, p. 123)28.

  • 29 Comparer Ababsa 2009a, p. 31-32 avec Tabbakh (al-) 1923-26 (1988), vol. 3, 2e éd., p. 367.

15Cette classe se développe à l’époque du moutasarrif Hussein Pacha al-Mudarres (issu d’une grande famille alépine). Les notables d’Alep s’étaient initialement approprié les rives du Balikh (qui conflue avec l’Euphrate à Raqqa) puis avaient gagné la vallée de l’Euphrate à Deir ez-Zor. En 1866, la création d’un département du cadastre à Alep, présidé par Ragheb Effendi al-Jabri, permet aux Alépins d’acquérir de vastes surfaces de terres sultaniennes dans la vallée de l’Euphrate29. À la suite de la chute du prix du coton sur le marché mondial à la fin de la guerre de Sécession en 1865, les commerçants et notables s’approprient des terres dans la vallée de l’Euphrate et transforment les tribus moutonnières dans la campagne d’Alep et la vallée du fleuve en bergers.

Activité économique et commerciale : l’axe Diyarbakr - Alep - Damas

  • 30 Ayyach 1989, p. 151.
  • 31 Dans la dernière décennie du xixe siècle, l’Égypte à elle seule importait des chevaux par millions (...)
  • 32 À la fin de 1878, l’aristocrate britannique, écrivain et amatrice de chevaux, Lady Anne Blunt, arri (...)
  • 33 Issawi 1988, p. 487.
  • 34 Bakhit (al-) 2008, p. 309.Selon les statistiques de 1922, les habitants du quartier étaient issus d (...)

16Arslan Pacha, Omar Pacha et Hussein Pacha al-Mudarres ont fait venir d’Ourfa des artisans et des spécialistes (des maraîchers…) pour qu’ils s’établissent à Deir ez-Zor30 et y travaillent. Ils sont issus de différents groupes confessionnels et ethniques. À la fin de 1878, le nombre de chrétiens chaldéens à Deir ez-Zor est de 100. Originaires de Mossoul et d’Alep, ils s’installent dans la ville pour y faire du commerce. On y trouve également des commerçants juifs. Le commerce des chevaux est alors l’un des principaux négoces. Des éleveurs achètent des poulains de différentes races et les revendent surtout aux commerçants d’Alep31, après trois ans de dressage. Certains notables de la tribu ‘Anaza laissent leurs chevaux chez les spécialistes de Deir pour les dresser dans la tradition de la Badiya32, considérant qu’ils ont eux-mêmes pris du retard dans ce domaine33. Une nouvelle relation de dépendance s’établit ainsi entre les bédouins et la ville qui modifie les rapports de force entre les différents acteurs sociaux. Le commerce des chevaux reflète les importantes relations commerciales et sociales s’étendant de Diyarbakr, centre de la nouvelle force kurde émergente, à Ourfa, Ras al-Aïn, Deir ez-Zor, Palmyre et Damas. C’est notamment le cas dans le quartier kurde historique de Damas où la plupart des familles sont originaires du Sud-Est de l’Anatolie, et demeurent très liées aux Kurdes de Diyarbakr et de Mardin par les mariages et le commerce, dont celui des chevaux34.

  • 35 Issawi 1988, p. 399.
  • 36 Issawi 1988, p. 329.
  • 37 Gaube et Wirth 2007 (1984), p. 689.
  • 38 Issawi 1988, p. 486.
  • 39 Stein 2007, p. 117.
  • 40 Issawi 1988, p. 119.

17Deir ez-Zor est devenue le carrefour des routes commerciales qui relient Alep et Damas à Bagdad, cumulant un trafic est-ouest important. Les caravanes qui s’y forment ou y passent, constituées de chameaux et de mulets, étaient estimées à 4500 mulets annuellement35, chaque mulet pouvant transporter entre 137 et 170 kg de marchandises36. Deir ez-Zor est également, avant la première guerre mondiale, un passage obligé des troupeaux de moutons de la « troisième saison », la fin de l’été, qui viennent notamment de la région de Mossoul, pour être exportés vers l’Égypte par le port d’Iskenderun (Alexandrette)37 : « moutons rouges » en provenance d’Erzurum, « moutons blancs » arrivant de Mossoul et Deir ez-Zor, transitent vers Alep, tandis que des « moutons blancs » de Diyarbakr, partent pour l’Égypte et Istanbul38. Cet essor commercial qui inclut Ana39 plus en aval (maintenant en Irak), centre du commerce des dattes et des céréales vers Alep et Damas par Deir ez-Zor, a poussé les autorités ottomanes à instituer une taxe sur le commerce, comparable aux impôts payés par les paysans40 : ceci révèle le statut international qu’a acquis Deir ez-Zor.

  • 41 Salibi 1997, p. 122.
  • 42 Musil 1990, vol. 1, p. 20.
  • 43 Ayyach 1989, p. 156.

18L’essor du commerce des moutons sur le marché intérieur et à l’exportation, accélère l’évolution des bédouins dans le liwa de Deir ez-Zor et dans la moyenne Jéziré en général : une partie d’entre eux deviennent agro-pasteurs ; leur ressource de base passe de la razzia et du butin à une économie pastorale et agricole, dans un environnement plus stable et plus sûr. La qualité des relations avec le centre du pays et l’administration peut alors être un critère pour classer les clans entre fidèles et pacifiés qui payent les impôts et participent à la sécurité et à la stabilité de la ville, et ceux qui s’y refusent et conservent leur ancien mode de vie. Cependant deux principaux obstacles ralentissent cette transformation : la persistance du transport caravanier chamelier qui ne disparaîtra qu’au milieu des années 1920, et qui génère des gains importants ; la pénurie des terres arables en raison de la déficience des techniques d’irrigation41 qui demandent de gros efforts aux paysans : Aloïs Musil a évoqué la lenteur et la dureté du travail pour l’irrigation lors de sa visite à Deir ez-Zor42. Le paysan chawi (pluriel “chawaya”), bédouin transformé en cultivateur, est tenu sous le joug des propriétaires terriens notables qui contrôlent l’irrigation et ses techniques. Les intérêts (riba) à payer font partie de la vie des agriculteurs, atteignant 50 % et parfois 100 %. Pour cette raison l’on utilise parfois le surnom de « ville de Riba » pour Deir ez-Zor43. Ainsi les Tanzimat ont largement protégé les paysans de l’oppression des bédouins mais ont échoué à les préserver des notables et des propriétaires terriens : les terres distribuées aux familles de paysans sont souvent devenues la propriété des grandes familles notables et des affiliés aux clans.

Les notables d’Alep, Deir ez-Zor et Diyarbakr contre Ibrahim Pacha al-Milli

  • 44 Oppenheim 2009, p. 79.
  • 45 Zakaria 1983, p. 665. Sur les relations entre les campagnes de Mardin et Diyarbékir et entre leurs (...)
  • 46 Les fermiers prélevaient entre 40 % et 50 % des récoltes des paysans locataires des terres, et s’il (...)

19L’interconnexion des marchés intérieurs grâce à l’amélioration des routes et des moyens de transport et le développement des échanges commerciaux décrits ci-dessus, renforcent l’implication des régions dans les affaires politiques de l’Empire. Ainsi, les notables d’Alep et de Deir ez-Zor sont-ils très concernés par ce qui se passe à Viranshehir, au nord de Deir ez-Zor, et à Diyarbakr, à plusieurs centaines de kilomètres d’Alep et encore plus à Damas, autour du chef de la principale tribu kurde de la région, Ibrahim Agha devenu Ibrahim Pacha al-Milli, chef de la tribu kurde Milli. Il est aussi chef de la cavalerie Hamidiyyé créée par le sultan Abdül Hamid II à la fin des années 1880 pour contrôler les tribus kurdes, contenir les Arméniens et protéger les provinces ottomanes proches des lignes russes, mais également pour inciter les Kurdes nomades et semi-nomades à s’installer sur les terres arables. Les intérêts économiques des notables d’Alep et de Deir ez-Zor dans le commerce des moutons et des céréales, très importants dans les régions de l’Euphrate et sur les marchés de Diyarbakr, dépendent plus ou moins de la cavalerie d’Ibrahim Pacha, très mobile, qui contrôle les routes, tient les régions, circule dans les villages et sur les terrains de parcours des troupeaux. Les plaintes des habitants, commerçants et paysans, des vilayets d’Alep et de Diyarbakr et de la moutasarrifiyya du Zor se sont élevées contre les abus d’Ibrahim Pacha et de ses hommes dont l’image est celle « du banditisme et du crime » (Luke 1913, p. 240-41)44. Ibrahim Pacha a constitué un quasi-État à Deir ez-Zor passé sous sa domination après sa victoire sur les Chammar. Sa notoriété est importante à Alep où les consuls occidentaux l’entourent de tout leur intérêt. Il reçoit des sommes d’argent importantes des commerçants de Mardin, Diyarbakr et Alep : sa taxe sur chaque chameau des caravanes équivaut à sept piastres45. Ses attaques lèsent aussi les intérêts des fermiers chargés du recouvrement des taxes sur les récoltes, les terres et le bétail, dont le niveau dépend de la sécurité et la stabilité de la production agricole46.

  • 47 Ibid.
  • 48 Sur l’intervention de Nafe‘ Pacha al-Jabri : Al-Ittihad al-‘uthmani, 16 janvier 1909, p. 1.
  • 49 Khidr Effendi n’est autre que Khidr Lotfi descendant du clan « Boukhriss » de la tribu de Khafajja, (...)
  • 50 Lutsky 1975, p. 383.
  • 51 Amrou Mallah Zada a effectué la traduction de la totalité des textes sources du turc vers l’arabe p (...)
  • 52 (Başbakanlık Osmanlı Arşivi BOA., 17/C /1323 (Hicrî), 2647/ 198489).

20Une alliance s’était constituée, pour le liquider47, entre Nafe‘ Pacha al-Jabri représentant d’Alep48 et Khidr Effendi49 représentant de Deir ez-Zor, avec le soutien d’un notable éminent de Diyarbakr, Aref Barnaji, son ennemi juré, proche d’une branche du parti Jeune Turc. Les intérêts locaux et régionaux rejoignaient ici la politique de l’Empire et ses rapports avec les grandes puissances (évoqués supra dans son article sur Ibrahim Pacha par Azad Ahmed Ali). Après l’ouverture du Canal de Suez (1869), l’importance d’Alep dans l’Empire ottoman s’est renforcée : les exportations à partir d’Alep constituent entre 1884-1914 près du cinquième du total des exportations ottomanes50. Raison de plus pour se débarrasser de l’obstacle d’Ibrahim Pacha al-Milli, et pour obliger le Sultan à s’en éloigner. En septembre 1905, une campagne débute. Une commission présidée par le général Dia Pacha est instituée pour enquêter sur les abus qui lui sont imputés (Emiroğlu 1999, p. 219)51. Le wali d’Alep nomme trois notables, d’Alep, de Hama et d’Urfa comme membres de cette commission. Sami Effendi al-Mudarres, qui avait réussi à acquérir de grandes propriétés à Deir ez-Zor, rejoint la commission52 ainsi que Khidr Effendi, notable de Deir ez-Zor. Ibrahim Pacha est tué en 1908 après quatre années de campagne (1905-1908). Cet épisode reflète les divisions qui affectent l’autorité ottomane à l’époque, au niveau régional, national et international, avec l’opposition entre d’un côté Ibrahim Pacha al-Milli soutenu par le sultan Abdül Hamid et les grandes puissances représentées par les consuls à Alep et d’autre part les nouveaux notables réformistes issus des Tanzimat, souvent hauts fonctionnaires et grands propriétaires, alliés avec les Chammar qui partagent leurs intérêts locaux (voir supra l’article de Azad Ahmed Ali).

Accélération de l’urbanisation : croissance spatiale et démographie

  • 53 ‘Ayyach 1989, p. 151.
  • 54 Les Fed‘an sont une composante de la confédération des ‘Anaza.
  • 55Intabi et ‘Uthman 1993, vol. 1, p. 36.
  • 56 Al-Ittihad al-‘uthmani, 13 septembre, 1908, p. 3.
  • 57 Blunt 1879, p. 102-104.
  • 58 Blunt 1879, p. 109.

21Dans le cadre des programmes de développement impulsés par Arslan Pacha, caïmacam du caza, et Thuraya Pacha, wali d’Alep, le moutasarrif fait construire à Deir ez-Zor une maison du gouvernement, une caserne et un hôpital, et commence la construction du marché Miri53. Il octroie aux chefs des bédouins Fed‘an-‘Anaza54 des grades militaires. Ainsi les échanges commerciaux reprennent entre les Fed‘an et la ville55. Le nouveau moutasarrif Hussein Rachid Pacha al-Mudarres Zada (1827-1885), fils du Mufti d’Alep Hussein Effendi al-Mudarres, appartient à l’une des plus éminentes familles d’Alep. Il suit la politique de son prédécesseur Omar Pacha. Après sa nomination à la fonction de moutasarrif, il reçoit en mai 1877 le titre de Pacha avec le grade de Rumili Beylerbey équivalent de général56. Al-Mudarres a attiré les notables de Deir ez-Zor autour de lui57. Durant quatre années, la ville a connu un développement relatif grâce à la sécurité et notamment à l’arrêt des attaques des Fed‘an. Lady Anna Blunt décrit, fin 1878, l’essor de la ville comparable à « une banlieue européenne grâce au Pacha ottoman, avec une route droite et large, avec de part et d’autre une caserne et un jardin avec une clôture et des portails en fer, six maisons sur deux étages, la plus importante étant la maison du gouvernement »58. Pourtant Hussein Pacha al-Mudarres doit faire face en janvier 1879 au siège de la ville par un groupe de Chammar. Il ne dispose que d’un faible nombre de soldats, les effectifs de gendarmes disponibles étant tombés à 390 dont 290 cavaliers ; après avoir échoué à les éloigner par la diplomatie et pour compenser le manque d’hommes, il propose d’armer chaque habitant disposé à résister au blocus des Chammar. Finalement, il faudra qu’il menace de démissionner pour qu’une troupe de baghghalé soit envoyée en renfort par le wali d’Alep.

  • 59 Salibi 1997, p. 207.
  • 60 Les nouveaux quartiers sont Cheikh Yassine, Abou Abed et Rachidia. En 1893, le quartier Hamidiyyé a (...)
  • 61 Lawlah 2010. En ce qui concerne al-Warchan et les jardins de Hweqah voir Salibi 1997.
  • 62 L’immigration de populations musulmanes originaires du Caucase, chassées par la conquête russe, est (...)
  • 63 ‘Ayyach 1989, p. 151-152.
  • 64 La surface de la ville jusqu’aux années 1990 du xixe siècle ne dépassait pas les 5 km² (Salibi 1997(...)

22En 1887, l’urbanisation s’accélère. La construction de souks voûtés était achevée, prolongement de la vieille ville du point de vue de l’architecture, du cachet et des techniques de construction. Certains souks abritent les nouveaux métiers de l’artisanat et du commerce (charpentiers, orfèvres, marchands de vaisselle et d’ustensiles en cuivre ou de plomberie, marchands d’épices), d’autres sont spécialisés dans les produits agricoles (truffes, céréales, etc.), et d’autres encore dans les productions des villages voisins59. La ville s’étend sur les deux rives du fleuve. En 1880, différents établissements étatiques et administratifs sont construits ainsi que de nouvelles zones résidentielles60. Au début du xxe siècle, les axes qui encadrent le centre se développent. De part et d’autre, s’alignent des boutiques rejoignant les marchés couverts61. Plus tard apparaît le quartier des Jaraksa (Tcherkesses) qui reçoit des immigrants tcherkesses62. À la fin de l’ère ottomane, on construit le pont de bois reliant la Chamiya et la Jéziré, un jardin public, une zone industrielle et un hôpital63. Cette modernisation a été possible grâce à la vitalité de la ville, à l’augmentation de son revenu et à l’accélération du rythme des dépenses pour les services publics64. En 1910, son revenu atteignait 3000 livres par an, tandis que celui d’Alep comme de Damas ne dépassait pas 11000 livres (Velud 1995, p. 71).

  • 65 Zakaria 1916, p. 49.
  • 66 Ce conflit reflétait une image du pouvoir et de la notoriété attachés au groupe et au quartier. Il (...)
  • 67 Zakaria 1916, p. 49.
  • 68 Blunt 1879, 1879, p. 109.
  • 69 Salibi 1997, p. 33, 79.

23L’organisation sociale de l’espace urbain se caractérisait par l’opposition entre les notables, al-wasatiyyin, habitants des quartiers du centre, al-gharbiyyin, habitants des quartiers situés à l’ouest, et al-charqiyyin, habitants des quartiers est65. Le troisième espace, le quartier Khorchane, contenait les vergers de la Hweiqa66. Chaque habitant de la ville appartenait à l’un des trois espaces et la compétition opposait surtout « habitants des quartiers du centre » et « habitants des quartiers ouest ». La situation pouvait rapidement se transformer en division de la ville67. Chaque partie était aussi alliée à un clan parmi les bédouins. Dans le bourg d’Abou Kémal plus à l’est, la même division existait entre wasatiyyin et gharbiyyin. L’affiliation aux wasatiyyin ou aux gharbiyyin était donc régionale68. Chacune des parties représentait en réalité une alliance entre des habitants qui appartenaient à divers clans, chaque partie était ouverte aussi à ceux que l’on dénommait les « étrangers ». En réalité à l’exception des habitants du « vieux Deir », la totalité des habitants étaient des « étrangers » ! Les quartiers et même les ruelles portaient le nom du clan ou des grandes familles qui les occupaient69. Chacun des membres d’un groupe clanique prétendait appartenir à une grande famille, ce qui lui permettait de mieux asseoir son influence sociale et de se placer sur les rangs des candidats éligibles aux nouvelles fonctions liées au développement d’administrations locales représentatives dans le cadre des Tanzimat. Ces différentes administrations pouvaient refléter une diversité d’origines régionales, claniques, religieuses et ethniques (turkmènes, tcherkesses et arméniennes, avec une domination relative des clans arabes).

Processus d’urbanisation et croissance démographique

  • 70 ‘Intabi et ‘Uthman 1993, vol. 1, p. 45.
  • 71  ‘Ayyach 1989, p. 32-33, 44-45, 138.

24Dès 1907, les mouvements des marchandises et des personnes entre Deir ez-Zor et Alep d’une part, Deir ez-Zor et Bagdad d’autre part, sont devenus plus intenses grâce à la compagnie des véhicules rapides de nuit qui reliait Alep et Bagdad. Le gouvernement mettait à la disposition de cette compagnie des soldats et un accompagnateur bédouin pour le trajet70. Tout au long de cette route des agglomérations urbaines s’étaient développées, comme Raqqa ou Abou Kémal au sud-est, tout près de la frontière irakienne actuelle. Le gouvernement avait érigé Abou Kémal en caza et y avait construit un tribunal de première instance puis une caserne, puis en 1904, une maison du gouvernement, une poste, l’hôtel de ville (dar al- caïmacam) et une école agricole71.

  • 72 L’estimation de la population de la ville en 1912, varie d’une source à l’autre. Selon les estimati (...)

25Le développement relatif de Deir ez-Zor et de la région incitait les gens à venir s’y installer. Sa population qui comptait au début du xxe siècle quelque 9000 habitants était passée à environ 15 00072 en 1910, dont 800 chrétiens assyriens originaires, presque tous, de Mardin, 600 Arméniens catholiques et 200 Juifs. La communauté assyrienne de Deir ez-Zor était très dynamique et contribuait à la modernisation du secteur agricole et à l’expansion des terres cultivables dans les cazas du liwa de Mayadine. La majorité des Chaldéens étaient originaires d’Irak. C’étaient des travailleurs habiles qui se distinguaient dans le domaine du commerce. Les Juifs qui venaient majoritairement d’Ana étaient spécialisés dans la joaillerie et les services financiers. Les Assyriens étaient presque tous originaires de Mardin.

  • 73 Zakaria 1916, vol. 2, p. 18.
  • 74 Ternon 2008, p. 223.
  • 75 Ternon 2008, p. 253, et Zakhubi 2008, tome I, p. 170.

26La population de Deir ez-Zor a connu un autre essor entre 1915 et 1916, dû à l’« immigration » forcée des Arméniens suite à l’application du programme connu sous le non de « transfert » des Arméniens des provinces orientales de l’Anatolie. En 1916, Deir ez-Zor comptait de 20 à 25 000 habitants selon les estimations d’Ahmed Wasfi73, car la ville avait été en pratique le lieu principal de rassemblement des Arméniens74. Ce fut une migration forcée tragique, aggravée par le contexte à Deir ez-Zor : fièvre typhoïde, extrême sécheresse et froid glacial, mort d’une part importante du bétail, forte inflation, misère (Hannoyer 1989, p. 129). La migration a eu cependant, à long terme, un impact positif avec l’augmentation du nombre d’habitants et l’amélioration de l’équipement urbain : le quartier arménien, « Assawadiyya »75, est devenu un lieu dynamique comportant des fours à pain et un petit souk où travaillaient des artisans habiles.

La période post-ottomane : la Jéziré, une terre à mettre en valeur

  • 76 Qaddouri 2000, p. 42.

27Le 8 octobre 1918, le dernier soldat ottoman quitte Deir ez-Zor. Les trois coalitions, les « centraux », les « orientaux » et les « Khorchane » dépassent leurs dissensions et constituent un gouvernement local provisoire qui préserve l’équilibre des forces, mettant fin au vide causé par le retrait des Ottomans. Ce gouvernement dirige les affaires de la ville jusqu’au 6 décembre 1918, date de l’arrivée des troupes arabes sous la direction du chérif Nassir, de la constitution d’un gouvernement local et d’une nouvelle administration dirigée par Mar’aa Pacha al-Mallah l’un des grands Pachas des Tanzimat76. Deir ez-Zor ottomane, réussite des Tanzimat, entre alors dans une période complexe et critique avec l’émergence de la première génération d’intellectuels modernistes qui vont participer aux nouveaux mouvements intellectuels et sociaux des villes à l’intérieur de la Syrie sous mandat français (1920-1943). Les programmes de développement se succèdent, généralement à l’initiative d’entrepreneurs extérieurs ou de l’État, mais sont de plus en plus souvent le produit du dynamisme local. Après l’indépendance et surtout avec les réformes apportées par l’union avec l’Égypte puis l’arrivée du parti Baath au pouvoir, les relations avec Alep et les réseaux régionaux perdent de l’importance au profit de la centralisation opérée par Damas.

Photo 2 : Vue aérienne de Raqqa, vers le sud-est.

Photo 2 : Vue aérienne de Raqqa, vers le sud-est.

Seule une très petite partie du site de la ville abbasside, à l’angle sud-ouest, est alors urbanisée.

Cliché de 1939 par l’observateur du 39e R.A. (original inconnu).

Photo 3 : Vue aérienne de Raqqa, vers le sud-est.

Photo 3 : Vue aérienne de Raqqa, vers le sud-est.

Au centre du cliché, la grande mosquée abbasside. Le reste de la ville abbasside est envahi par les petits cratères des fouilles clandestines.

Cliché de 1939 par l’observateur du 39e R.A. (original inconnu).

Notes

1 Zakaria 1983, vol. 1, p. 18.

2 Orhonlo, 2005, p. 87-104 et p. 127-133.

3 Oppenheim 2009, p. 111 et 223.

4 Oppenheim 2009, p. 222-223.

5 Oppenheim 2009, p. 111 et 223.

6 Deheuvels et Farra 1982, p. 260-266. Ahmad Zakaria prend en compte de nouvelles tribus qui ont adhéré à la coalition comme les Abi Saraya, Abi Hardan, Abi Badran, al-Baq’an, Abi Layl, Al-Majawda, Al-Machada et d’autres (Zakaria 1983, vol. 2, p. 578).

7 Les nouveaux centres urbains ont été construits sur des sites antiques dans la vallée de l’Euphrate et du Khabour. Musa 1993, p. 83-111 et p. 133. Voir aussi Mardini 1986, p. 65-66 et ‘Ayyach 1989, p. 148.

8 Awad 1969, p. 240.Le coton en Amérique et en Égypte est de meilleure qualité et plus cher. Il s’agit donc de cultiver ces semences dans les propriétés des Shahan. Voir la Loi sur le Tapou traduit du turc par Rifat Nikula Effendi Nakkach : Naqqach 1873, p. 252-253 et p. 356-357.Cette politique est le reflet d’un intérêt croissant de l’agriculture ottomane pour les marchés mondiaux durant les années 1861-1865. Des bénéficiaires d’Alep ont été exonérés d’impôts sur les instruments de production du coton et des frais de douanes pour encourager la culture du coton. Les récoltes de 1863 ont été multipliées par dix par rapport aux années 1857-1858. En 1862, Alep exporte près de 1000 unités de coton d’une valeur de 8503 livres ottomanes. Et en 1864, les exportations s’élèvent à 22 000 unités d’une valeur de 119 727 livres : Issawi 1990.

9 Azzawi (al-) 2003, p. 70 et p. 73-74.

10 Gaube et Wirth 2007, p. 676.Cette hausse spectaculaire s’est effectivement produite dans la deuxième moitié du xixe siècle.

11 Hamide 1992, p. 294.

12 Ayyach 1989, p. 362 et p. 364. La navigation à vapeur sur l’Euphrate a été l’une des idées fortes des milieux de l’Empire britannique entre 1834-1845 à la recherche d’une voie fluviale commerciale et politique vers l’Inde, plus rapide que les routes terrestres. C’était la tâche de la mission dirigée par Francis Rawdon Chesney sous le règne du roi William IV (1789-1872). Voir également : Deheuvels et Farra 1982, p. 49-50.En 1911, le plan mis en place par Abdül Hamid commence à porter ses fruits, grâce à la compagnie des bateaux à vapeur qui organise le transport d’Alep à Deir ez-Zor, Falouja, Bagdad par Méskéné en cinq à six jours, théoriquement, au lieu des vingt jours nécessaires pour le parcours des 970 kilomètres de la route terrestre. ‘Intabi et ‘Uthman 1993, p. 192.Méskéné fut un élément central dans la reconstitution du réseau urbain et la mise en service des routes et des moyens de transport même en mer Méditerranée (Hamidé, 1992, p. 294). Mais les bateaux étaient si lents que le trajet entre Falouja et Deir ez-Zor durait 34 jours, alors qu’il était possible de le parcourir par terre en 12 jours. Oppenheim 2009, p. 22.

13 Deheuvels et Farra 1982, p. 49-50.

14 Plan lancé par Midhat Pacha lorsqu’il était wali de Bagdad entre 1869 et 1872. C’est un ingénieur allemand qui met en place en 1871 le plan pour faire d’Istanbul le noeud du réseau. La ligne Istanbul-Bagdad était la première phase de ce projet. Kurd ‘Ali 1926, p. 209.Ce plan fut à la base de la plupart des voies ferrées ultérieurs dans l’Empire ottoman. Le chemin de fer du Hedjaz, dans le cadre de ce programme, fut l’unique projet stratégique financé et exécuté par des dons ottomans et musulmans et par les Ottomans eux-mêmes. Faroqhi, Quataert, McGowan, Pamuk, éd. Inalcik et Quataert 2007, p. 557-554.

15 Deheuvels et Farra 1982, p. 50-51.

16 Saip Bek 1911, p. 27-30.

17 Hourani 1977, p. 89.

18 Elles rattachent le caza de Sinjar à la vilayet de Mossoul, le sandjak de Mardin à la vilayet de Diyarbakr, et le caza de Méskéné à la vilayet d’Alep. Mais le moutassarrif du liwa, Hassan Pacha al-Mudarres, passe en 1881 directement sous l’autorité directe du gouvernement central d’Istanbul.

19 Gharaibé 1961, p. 59-60 et p. 156.

20 Zakaria 1983, vol. 2, p. 573.

21 Musa 1993, p. 24-28.

22 Musa 1993, p. 83-111 et p. 133.

23 Musa 1993, p. 20-21.

24 Les taux annuels des précipitations sont de 272 mm dans le caza d’al-Hasaka, de 358 mm dans celui de Qamechli, de 500 mm dans celui de Deirek avoisinant la Haute Jéziré. Ce dernier taux est similaire à celui des régions côtières ; tandis que le taux dans la région du Hammad (Badiya) va de 100 à 200 mm dans les plaines. (Zakaria 1983, vol. 1, p. 19.)

25 Zakaria 1983, vol. 2, p. 18.

26 Jamil (al-) 1997, p. 399.

27 Salibi (al-) 1997, p. 129.

28 Blunt 1991, p. 417.

29 Comparer Ababsa 2009a, p. 31-32 avec Tabbakh (al-) 1923-26 (1988), vol. 3, 2e éd., p. 367.

30 Ayyach 1989, p. 151.

31 Dans la dernière décennie du xixe siècle, l’Égypte à elle seule importait des chevaux par millions du Machrek arabe, notamment de Syrie (Oppenheim 2009, p. 22.).

32 À la fin de 1878, l’aristocrate britannique, écrivain et amatrice de chevaux, Lady Anne Blunt, arrive avec ses compagnons à Deir ez-Zor. Dans ses notes publiées elle parle longuement du comportement du moutasarrif Hussein Pacha. Elle rencontre quelques chrétiens chaldéens qui lui disent qu’ils « s’adaptent avec les habitants du Deir ». Elle parle également de l’élevage des chevaux et de leur commerce à Deir ez-Zor. Blunt 1879, p. 102-104, 108, 110. À comparer avec Hannoyer 1989, p. 124.

33 Issawi 1988, p. 487.

34 Bakhit (al-) 2008, p. 309.Selon les statistiques de 1922, les habitants du quartier étaient issus de grandes familles ayyoubides historiques affiliées à Najm Eddine Ayyoub, et de tribus kurdes turques (Baravie, Rachouania, Malia, Zaza et Awmaria…). Les Ayyoubides, Malimou et les Zaza étaient les familles dominantes du quartier. La totalité de ces familles avaient leurs racines à Diyarbakr et Mardin (‘Ali Mulla, 1998, p. 34-37.)

35 Issawi 1988, p. 399.

36 Issawi 1988, p. 329.

37 Gaube et Wirth 2007 (1984), p. 689.

38 Issawi 1988, p. 486.

39 Stein 2007, p. 117.

40 Issawi 1988, p. 119.

41 Salibi 1997, p. 122.

42 Musil 1990, vol. 1, p. 20.

43 Ayyach 1989, p. 156.

44 Oppenheim 2009, p. 79.

45 Zakaria 1983, p. 665. Sur les relations entre les campagnes de Mardin et Diyarbékir et entre leurs commerçants et les commerçants d’Alep, voir Gaube et Wirth 2007 (1984), p. 680-682, ainsi que Gharaybé, p. 152. Au sujet des caravanes dans la région voir aussi Oppenheim 2009, p. 232.

46 Les fermiers prélevaient entre 40 % et 50 % des récoltes des paysans locataires des terres, et s’ils fournissaient les semences, leurs revenus pouvaient atteindre 80 % des récoltes (To‘meh 1992, p. 264.).

47 Ibid.

48 Sur l’intervention de Nafe‘ Pacha al-Jabri : Al-Ittihad al-‘uthmani, 16 janvier 1909, p. 1.

49 Khidr Effendi n’est autre que Khidr Lotfi descendant du clan « Boukhriss » de la tribu de Khafajja, qui a constitué avec les « Jweichnah » dépendante du clan « Tay » de la ville Deir ez-Zor l’une des tribus du centre les plus importantes (Salibi 1997, p. 43).

50 Lutsky 1975, p. 383.

51 Amrou Mallah Zada a effectué la traduction de la totalité des textes sources du turc vers l’arabe pour la rédaction de cet article.

52 (Başbakanlık Osmanlı Arşivi BOA., 17/C /1323 (Hicrî), 2647/ 198489).

53 ‘Ayyach 1989, p. 151.

54 Les Fed‘an sont une composante de la confédération des ‘Anaza.

55Intabi et ‘Uthman 1993, vol. 1, p. 36.

56 Al-Ittihad al-‘uthmani, 13 septembre, 1908, p. 3.

57 Blunt 1879, p. 102-104.

58 Blunt 1879, p. 109.

59 Salibi 1997, p. 207.

60 Les nouveaux quartiers sont Cheikh Yassine, Abou Abed et Rachidia. En 1893, le quartier Hamidiyyé au sud-est de la vieille ville est créé en forme d’échiquier. En 1900, s’ajoute al-Hweiqa le quartier ottoman avec ses vergers.

61 Lawlah 2010. En ce qui concerne al-Warchan et les jardins de Hweqah voir Salibi 1997.

62 L’immigration de populations musulmanes originaires du Caucase, chassées par la conquête russe, est importante au Proche-Orient à la fin du xixe siècle.

63 ‘Ayyach 1989, p. 151-152.

64 La surface de la ville jusqu’aux années 1990 du xixe siècle ne dépassait pas les 5 km² (Salibi 1997, p. 35).

65 Zakaria 1916, p. 49.

66 Ce conflit reflétait une image du pouvoir et de la notoriété attachés au groupe et au quartier. Il exprimait la concurrence pour la nomination aux postes municipaux, ou pour la représentation de Deir ez-Zor au Conseil des envoyés après la mise en place de la constitution (1908-1909).

67 Zakaria 1916, p. 49.

68 Blunt 1879, 1879, p. 109.

69 Salibi 1997, p. 33, 79.

70 ‘Intabi et ‘Uthman 1993, vol. 1, p. 45.

71  ‘Ayyach 1989, p. 32-33, 44-45, 138.

72 L’estimation de la population de la ville en 1912, varie d’une source à l’autre. Selon les estimations de Hajji Beik Babaan Zadah, qui s’était rendu dans cette ville en 1910, ce nombre est de 15 000 (Velud 1995, p. 70).

73 Zakaria 1916, vol. 2, p. 18.

74 Ternon 2008, p. 223.

75 Ternon 2008, p. 253, et Zakhubi 2008, tome I, p. 170.

76 Qaddouri 2000, p. 42.

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Vue aérienne de Deir ez-Zor, depuis l’est.
Crédits Cliché du 15 septembre 1934 par l’observateur du 39e R.A. (original inconnu).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6659/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photo 2 : Vue aérienne de Raqqa, vers le sud-est.
Légende Seule une très petite partie du site de la ville abbasside, à l’angle sud-ouest, est alors urbanisée.
Crédits Cliché de 1939 par l’observateur du 39e R.A. (original inconnu).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6659/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photo 3 : Vue aérienne de Raqqa, vers le sud-est.
Légende Au centre du cliché, la grande mosquée abbasside. Le reste de la ville abbasside est envahi par les petits cratères des fouilles clandestines.
Crédits Cliché de 1939 par l’observateur du 39e R.A. (original inconnu).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6659/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

Auteur

Politiste, historien, démographe ; ancien pensionnaire scientifique à l’Ifpo Alep
Rola Baraket (Traducteur)

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540