Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alep et ses territoires

 | 
Jean-Claude David
, 
Thierry Boissière

Première partie - Comment la troisième ville de l’Empire ottoman est devenue un chef-lieu de mouhafaza en Syrie

Chapitre 3 – Les temps et les territoires de la révolte du Nord (1919-1921)

Nadine Méouchy

Résumé

La révolte du Nord constitue un épisode important et mal connu de l’histoire contemporaine de la Syrie. Dans le contexte troublé de la fin de la première guerre mondiale, la France et la Grande-Bretagne occupent les provinces syriennes de l’Empire ottoman alors que le général Mustafa Kémal conduit la guerre d’indépendance à partir de l’Anatolie. La révolte du Nord constitue le plus important mouvement de résistance armée à l’occupation française dans les montagnes occidentales syriennes. La périodisation de la révolte en signale les enjeux et les territoires précisent le profil des acteurs : c’est à partir des territoires environnants que l’on peut analyser la relation de la ville d’Alep à la campagne. C’est à partir de la périphérie que l’on peut témoigner du rapport de la ville à la révolte. La périodisation de l’entrée des territoires dans la révolte éclaire également les relations que les territoires entretiennent entre eux. Entre ville et campagne, entre centre de pouvoir et périphérie, apparaissent des enjeux multiples sur le terrain de l’initiative et de l’action guerrières, de la décision politique et militaire et ensuite de la mémoire nationale. D’ailleurs, dès l’été 1920, c’est bien au cœur des montagnes insurgées que naît la légende de celui qui va devenir une figure alépine prestigieuse du xxe siècle : Ibrahim Hanano. Une figure symbolique qui va finir par incarner à elle seule la mémoire de la révolte du Nord.

The Northern Rebellion constitutes an important yet little known event in Syrian modern history. By the end of World War I, France and Great Britain occupied the Syrian provinces of the Ottoman Empire while General Mustapha Kemal led the war of independence in Anatolia. The Northern Rebellion constitutes the most important armed resistance movement against French occupation in the mountains of Western Syria. The timing of the revolt illustrates how high the stakes were whilst the regions involved defined the main players in the power struggle: from the vantage point of the surrounding areas we are able to analyse the bond between Aleppo and its countryside. It is indeed from the sidelines that we can observe the link between the city and the revolt. The varying times of engagement during the revolt also highlight the relationship amongst the aforementioned regions. Between town and country, between those in power and those not, sprang up several military initiatives and battles, several political and military decisions that are engraved in the national memory. In fact, as of the summer of 1920, the legend of Ibrahim Hanano was born within the heart of the rebel mountains and he would eventually become an eminent 20th century Aleppine figure. This symbolic character would end up single-handedly embodying the memory of the Northern Rebellion.

تشكل ثورة الشمال مرحلة هامة ومجهولة من تاريخ سوريا المعاصر. فقد احتلت فرنسا وبريطانيا، فيما بعد الحرب العالمية الأولى، الأقاليم السورية التي كانت تحت الحكم العثماني بينما كان الجنرال مصطفى كمال يخوض حرب الاستقلال من أنقرة. وتشكل ثورة الشمال أهم حركة مقاومة مسلحة ضد الاحتلال الفرنسي في الجبال الغربية لسوريا. ويشير تسلسل أحداث الثورة إلى الرهانات التي كانت مطروحة كما تحدد المناطق التي شهدت تلك الثورة ملامح الممثلين الذي شاركوا فيها: إذ نستطيع اعتماداً على دراسة المناطق المحيطة تحليل علاقة مدينة حلب بالريف.

Texte intégral

Photo 1 : Ibrahim Hanano (4e en partant de la droite) avec des notables d’Alep, photographiés sur les marches du Sérail (gouvernorat).

Photo 1 : Ibrahim Hanano (4e en partant de la droite) avec des notables d’Alep, photographiés sur les marches du Sérail (gouvernorat).

Cliché anonyme, vers 1919-20 ? (collection privée).

Photo 2 : Réjouissances populaires rue du Khandaq lors de la libération d’Ibrahim Hanano par les autorités françaises.

Photo 2 : Réjouissances populaires rue du Khandaq lors de la libération d’Ibrahim Hanano par les autorités françaises.

Carte postale ancienne, collection privée

Introduction

  • 1 Méouchy 2010.

1La révolte du Nord constitue un épisode important, à divers titres, de l’histoire contemporaine de la Syrie. Entre 1919 et 1921, c’est dans les régions du Nord que les premières révoltes armées contre l’occupation française connaissent la plus vaste extension territoriale et la plus longue continuité dans le temps. L’histoire de cette révolte est encore mal connue en Syrie, notamment parce que son historiographie est incomplète. Si l’on considère qu’une révolte conjugue des événements militaires et politiques qui s’inscrivent dans une durée et qui mettent en scène des hommes et des territoires dans des enjeux à la fois locaux, régionaux et internationaux, on constate que des territoires et des acteurs de la révolte, à la croisée de ces enjeux, ont pendant longtemps disparu des récits officiels.

2Le corpus de sources qui fonde cette contribution est principalement constitué d’archives militaires françaises, de mémoires d’acteurs français et arabes, et de sources orales arabes, étant donné l’absence quasi totale d’archives arabes sur la question. Ma démarche dans cette étude porte sur un aspect particulier de la révolte, sa périodisation et ses territoires, en liaison avec la thématique générale de cet ouvrage. Une étude exhaustive de la révolte pour sa part, devrait montrer comment les formes de ces mobilisations rurales épousent étroitement, dans leur déploiement, les vecteurs et répertoires d’action, les formes de l’organisation sociale et les représentations arabes et musulmanes à l’œuvre dans la société de l’époque 1.

  • 2 Cet article doit beaucoup aux échanges que j’ai eus avec Jean-Claude David sur les différents nivea (...)

3La périodisation de la révolte et de l’entrée des territoires dans cette révolte signalent les enjeux et précisent le profil des acteurs2. D’un côté, entre ville et campagne, entre centre de pouvoir et périphérie, la rivalité prend forme sur le terrain de l’action guerrière mais aussi de la décision politique et militaire autour de cette action. D’un autre côté aussi, à partir de l’automne 1920, c’est bien au cœur de ces périphéries rurales que naît la légende de celui qui va devenir une figure alépine prestigieuse du xxe siècle : Ibrahim Hanano. C’est dans les montagnes, au cœur de la rébellion anti-française, que le chef politique gagne ses galons de chef militaire, que le notable local devient une figure nationale et que citadins alépins et villageois du Nord ont l’illusion d’un horizon commun. La révolte fut d’ailleurs nommée a postériori « révolte de Hanano ». Une sorte de recentrage de la révolte sur Alep et sur le chef alépin Ibrahim Hanano.

4La révolte du Nord permet in fine d’apporter un certain éclairage sur les relations entre Alep et les territoires mobilisés dans la révolte. Dans les liens entre la campagne et la ville, généralement analysés par la façon dont la ville investit les territoires qui l’environnent, la révolte du Nord permet d’inverser les approches : ce sont les territoires de la périphérie et non la ville qui définissent la révolte que la ville s’est ensuite appropriée. Ces territoires n’ont eux-mêmes pas de relation similaire à la ville, certains appartiennent précisément à l’espace rural de la ville et d’autres n’en constituent qu’une marge. Il n’est donc pas sans intérêt d’identifier de quel territoire a été initiée la révolte et comment Alep s’y est projetée.

5Mais à cette fin, il convient de commencer par replacer les acteurs dans leur contexte historique et de situer la chronologie générale de la révolte.

Un contexte mouvementé et des acteurs multiples

  • 3 Les accords Sykes-Picot (mai 1916) prévoient le partage des provinces syriennes ottomanes entre la (...)

6A l’automne 1918, à l’heure des règlements marquant la fin de la première guerre mondiale, l’évacuation des provinces syriennes par l’armée ottomane vaincue ouvre le temps de l’occupation militaire franco-britannique. Avec cette occupation se durcit la compétition franco-britannique pour le contrôle des anciennes provinces syriennes de l’Empire ottoman. Ainsi, entre le 1er et le 3 octobre 1918, les troupes anglo-arabes entrent à Damas. Le prince hachémite Faysal b. Hussein prend la tête du gouvernement arabe de Damas. Les troupes anglo-arabes occupent toute la Syrie intérieure jusqu’à Alexandrette. Les troupes françaises, commandées par le général Hamelin et placées sous l’autorité du général Allenby, sont autorisées à se déployer sur le littoral syrien en début d’application des accords Sykes-Picot (fig.1)3.

7A partir du 8 octobre 1918, les Français commencent une longue opération de débarquement de troupes par le port de Beyrouth, qui va durer des semaines. Le général Gouraud lui-même, Haut-Commissaire en Syrie et en Cilicie, commandant en chef de l’Armée du Levant, débarque à Beyrouth le 21 novembre. Il s’agit pour les Français de renforcer leur potentiel militaire sur place face aux Britanniques. Ces troupes occupent le littoral libanais et remontent le long du littoral syrien en direction d’Alexandrette et de la Cilicie. Antioche et Alexandrette sont occupées par le Détachement français de Palestine-Syrie respectivement en novembre et décembre 1918 (fig. 1 et 2).

Figure 1 : Les accords Sykes-Picot de 1916.

Figure 1 : Les accords Sykes-Picot de 1916.

1) Le vilayet de Mossoul originellement attribué à la France par les accords Sykes-Picot, revient à la Grande-Bretagne en 1919 en contrepartie de son évacuation de la Syrie.
2) C’est dans la zone prévue sous le contrôle de la France que les troupes françaises seront autorisées à se déployer, à partir d’octobre 1918, sous l’autorité du général Allenby (comparer avec la figure 2).

Cartographie B. Dewailly

Les enjeux pour les Français et les Britanniques

8En 1918, du point de vue français, l’enjeu est double : il s’agit tout d’abord de faire procéder à l’application des accords Sykes-Picot de 1916 et ensuite, de pousser les Britanniques à quitter la Syrie.

  • 4 Du Hays 1978, p. 5 n. 2.

9Depuis la révolution russe de 1917, la Grande-Bretagne ne tient plus vraiment à l’application de ces accords parce qu’elle est en position de force sur le terrain militaire proche-oriental. Elle préférerait un partage basé sur le rapport des forces militaires. Dès décembre 1918, Clemenceau est disposé à renoncer à la province de Mossoul au profit des Britanniques en échange d’un futur retrait anglais de Syrie et de la reconnaissance de la domination française sur les provinces syriennes dévolues à la France par l’accord Sykes-Picot4.

10Les Britanniques occupent donc le terrain et les Français doivent accepter le commandement allié unique du général Allenby qui divise les régions syro-palestiniennes en trois zones militaires : d’abord une zone arabe officiellement confiée au gouvernement de Faysal – en fait l’Est de l’hinterland syrien, comprenant les villes d’Alep, Hama, Homs, Damas et le Hauran, placé sous la tutelle britannique –, ensuite, une zone sous contrôle britannique direct en Palestine et enfin, le littoral syro-libanais et la Cilicie placés sous occupation militaire française (fig.2). Cette répartition des pouvoirs dans les « territoires ennemis occupés » implique que, jusqu’à l’évacuation anglaise de l’automne 1919, le commandement français n’a aucune initiative en dehors des zones qui relèvent de son autorité, y compris dans le cadre de la répression des insurgés.

11Autrement dit, jusqu’à la bataille de Maysaloun et l’occupation complète de la Syrie par la France, la région de l’Est sous contrôle arabe peut naturellement servir de base arrière à la révolte, tout comme les régions du Sud de l’Anatolie. Le retrait anglais de Syrie, en novembre 1919, laissera donc les Français et les Syriens face à face. C’est notamment une des raisons pour lesquelles Faysal choisit la politique de négociation et non de confrontation, afin d’empêcher la pénétration française en Syrie intérieure car jusqu’à Maysaloun, en juillet 1920, la répartition territoriale des troupes françaises demeure celle des débuts. De plus, dans le face à face entre Français et Syriens, le rapport des forces militaires est défavorable au gouvernement arabe.

  • 5 Il y a également, en 1919, des attaques de tribus de l’Euphrate contre les troupes britanniques. A (...)
  • 6 Ansarieh ou Ansariyyé : c’est l’appellation par laquelle les Français nomment à l’époque les Alaoui (...)

12L’occupation militaire française provoque un mouvement de résistance qui se développe dans les montagnes de Syrie occidentale du Sud au Nord, en suivant la progression des troupes françaises5. En décembre 1918, la révolte de la montagne Ansarieh6, connue sous le nom de révolte du cheikh Saleh al-Ali, se propage rapidement. Mais, c’est quelques semaines plus tard, dans le Nord, que le mouvement de guérilla trouve son extension la plus large et ses réseaux les plus diversifiés. Révolte du cheikh Saleh al-Ali et révolte du Nord, sans jamais se confondre, auront des territoires d’interpénétration et des réseaux semblables d’approvisionnement. Une alliance stratégique existe entre les chefs et des opérations communes ont pu être conduites.

Figure 2 : Les territoires de la révolte du Nord.

Figure 2 : Les territoires de la révolte du Nord.

Cartographie B. Dewailly

13A la fin de la première guerre mondiale, les termes de la convention de Moudros (30 octobre 1918) qui réduisent la Turquie à l’Anatolie et qui ouvrent la voie à l’occupation de territoires de l’empire par les Grecs (en Thrace orientale), les Italiens (dans le Sud-Ouest anatolien), les Britanniques et les Français, provoquent en 1919 la guerre d’indépendance dirigée par Mustafa Kémal. A partir de 1920, les Kémalistes exercent une forte pression sur la Cilicie et les régions situées au sud du Taurus.

14Les Français estiment qu’ils n’ont pas les moyens militaires et financiers de lutter à la fois contre les Kémalistes, qui les combattent en Anatolie, et contre les « bandes » en action sur tout le territoire syrien. Ils choisissent de traiter avec Mustafa Kémal. Par l’accord d’Angora, la Cilicie, qui relevait du vilayet d’Alep, passe alors en Turquie et le sandjak d’Alexandrette, créé de toutes pièces par le haut-commissaire en 1920, se voit attribuer un statut spécial reconnaissant l’usage officiel de la langue turque.

  • 7 Zakaria 1950, p. 124. L’accord d’Angora du 20/10/1921 a été négocié, du côté français, par Franklin (...)

15L’accord d’Angora « recula la ligne frontière de la Syrie de plus de 50 km tout le long de la région Nord, abandonnant ainsi les derniers contreforts du Taurus et laissant à la Syrie une frontière indéfendable sur près de 700 km, la frontière la plus longue de la Syrie et avec le voisin le plus dangereux »7.

Les acteurs sur le terrain du Nord syrien

16La résistance syrienne évolue en fonction de deux paramètres : le mouvement des troupes françaises d’une part et l’évolution du front kémaliste d’autre part.

  • 8 Du Hays 1978, p. 119 sqq.
  • 9 “Badal” (remplacement, substitution) : terme arabe désignant la somme d’argent versée par un conscr (...)
  • 10 Voir par exemple : Ali Murtada al-Amin, 1985, Sadiq Hamzé al-Faour 1894-1926, (en arabe) Dar Asia, (...)

17À la fin 1918, et au début 1919, la situation est confuse car il y a des milliers d’hommes en armes en circulation sur le terrain que ce soit en Cilicie, dans l’Amanus, dans le Sud anatolien ou dans le Nord syrien. En Cilicie par exemple, le retrait de la IIe Armée turque laisse sur place « de nombreuses armes, des déserteurs et des démobilisés isolés qui étaient livrés à eux-mêmes »8. En l’absence de frontières, ces hommes circulent volontiers d’une région à l’autre. Qui sont-ils ? Tout d’abord, il y a des soldats en armes libérés par la démobilisation de l’armée ottomane. Ensuite, les désertions qui se sont produites durant la première guerre mondiale, fournissent un certain nombre de combattants irréguliers aux groupes armés ; ces villageois déserteurs ont généralement été enrôlés parce qu’ils ne pouvaient pas payer le « badal »9, ils ont ensuite déserté et le plus souvent formé des groupes armés10.

  • 11 Entretien avec Abd al-Hamid ‘Amich, Alep, 11/09/1989. Selon cet interlocuteur, originaire du Jabal (...)

18Entre les irréguliers kémalistes, qu’on appelle les Tchétés, et les ‘isabat arabes (voir infra) il y a un ennemi commun, la France, que les Kémalistes combattent en Cilicie et que les ‘isabat combattent dans les régions d’Alexandrette, d’Antioche et du Nord. Entre les groupes de Tchétés et les ‘isabat, il y a un mode d’organisation et de combat identique qui facilite le rapprochement. D’ailleurs dans le Nord syrien, on appelle indifféremment les combattants « moujahidines » ou « Tchétés »11.

  • 12 Cet accord délimite notamment les frontières entre la Syrie et la Turquie, voir supra note 7.

19L’alliance stratégique qui se met en place entre Kémalistes et moujahidines syriens érige la proche Anatolie du Sud en base arrière principale des ‘isabat arabes. Après Maysaloun, quand les troupes françaises se seront déployées sur la totalité du territoire syrien, quand le gouvernement arabe de Damas sera tombé, il ne restera plus aux rebelles que le poumon anatolien pour survivre militairement. Et quand Français et Kémalistes passent, en octobre 1921, l’accord d’Angora12, la révolte est étranglée.

20Subséquemment, à partir de la fin 1918 et de l’année 1919, quatre acteurs principaux sont en action sur le terrain du Nord syrien :

  • 13 La ville de Beylan devient Kirik-khan en 1921.

Les Troupes françaises du Levant (ex-Détachement français de Palestine-Syrie) sont peu nombreuses jusqu’au printemps 1919 et largement composées d’unités arméniennes de la Légion d’Orient. D’une manière générale d’ailleurs, ces troupes seront constituées de soldats de l’Empire colonial : infanterie de Sénégalais, artilleurs algériens et spahis marocains. Ces troupes, au début donc composées majoritairement d’unités arméniennes, sont stationnées dans le Nord à Alexandrette, à Kirik-khan13, dans le Jabal Barakat et en Cilicie. Elles sont placées, nous l’avons vu, sous le commandement britannique jusqu’en novembre 1919.

  • 14 Chérifiens : soldats de l’armée arabe du Nord conduite à partir de 1916 par Faysal, le fils du chér (...)
  • 15 Du Hays 1978, p. 24.

Les Chérifiens14 tiennent des garnisons dans les villes de l’intérieur syrien jusqu’à la bataille de Maysaloun (24 juillet 1920). Outre leurs bases de Damas, Alep, Homs, Hama, ils contrôlent plusieurs casernes en Syrie et font cause commune avec les moujahidines. A Antioche, par exemple, ils ont une garnison de 400 hommes qui devront quitter la ville sur ordre des autorités britanniques15. Les Britanniques financent, avec plus ou moins de régularité, le gouvernement arabe, les Chérifiens doivent obtempérer.

  • 16 De fait, jusqu’en octobre 1919, le colonel de Piépape, chef des Troupes françaises du Levant, se so (...)

Les forces kémalistes sont constituées essentiellement d’irréguliers turcs et kurdes, mais aussi tcherkesses, et sont appelés Tchétés. Les Tchétés sont encadrés par des officiers turcs. Il semble que les Français, au moins jusqu’en 1919, aient sous-estimé les capacités militaires des Kémalistes comme celles des ‘isabat arabes16.

  • 17 SHD, Fort de Vincennes, 4H58, rapport hebdomadaire 14, 26/01-2/02/1920, Sandjak d’Alexandrette.
  • 18 Du Hays 1979, p. 23.

Les moujahidines syriens sont regroupés en ‘isabat. Ce dernier terme est souvent traduit de manière restrictive par « bandes » et il est aujourd’hui porteur d’une charge négative en arabe ; il convient donc d’en clarifier le sens et l’usage à l’époque des faits qui nous intéressent (voir infra). Dans ce cas encore, les Français ont quelque peu sous-estimé leur adversaire : le Service des Renseignements observe au début de 1920 que les soldats français font face à des forces entraînées : “ L’armement, la discipline, la manière de combattre à l’européenne, l’emploi de tranchées…montrent que les bandes qui nous ont attaquées ne sont pas de simples bandes de brigands mais constituent des troupes exercées ”17. Et il en va de même pour les bédouins, dont les chefs sont passés par l’École des chefs de tribus d’Istanbul au sujet desquels les Renseignements français notent qu’ils ont modifié leurs tactiques de guérilla. Malgré cela, les militaires français accusent les moujahidines d’être de vulgaires “ bandes à la solde de (…) la Syrie fayçalienne”18 ou encore ont tendance dans leurs notes à assimiler les moujahidines arabes aux Tchétés ou au Turcs comme s’ils étaient de simples instruments des Kémalistes.

Qu’est-ce qu’une ‘isaba ?

21La ‘isaba est une forme de regroupement armé sans aucun doute très ancienne au Proche-Orient. Elle n’est spécifique ni à une ethnie, ni à une communauté, ni à une région. Au tournant des années 1920, ce terme désigne une petite unité de 30 à 100 combattants (parfois beaucoup plus jusqu’à 1000), piétons et cavaliers, qui sont des villageois et qui font allégeance au chef de ‘isaba. Traditionnellement, ce chef (râ’is ‘isâba) est un notable rural aisé ou un chef de clan.

  • 19 Le terme “thawra” désigne à la fois une révolte et une révolution. Dans la mesure où la “thawra” du (...)

22Après la première guerre mondiale, le chef peut être aussi un officier. En Syrie du Nord, l’allégeance qui lie les combattants au chef est très souvent fondée sur une ‘asabiyya locale. Une révolte (thawra19) englobe plusieurs ‘isabat et la « thawra » renvoie plutôt à un principe qu’à une assise territoriale qui serait de toutes façons plus large que celle de la ‘isaba. Le mode de combat de la ‘isaba est la guérilla avec prise de butin : armes, munitions (‘atâd), bétail. Les ‘isabat peuvent opérer ponctuellement avec les bédouins (par exemple la tribu semi-sédentaire des Mawali ou la tribu Fedaan des ‘Anaza) mais villageois et bédouins ne se mélangent guère dans les combats.

  • 20 Les mémoires de ces deux acteurs militaires sont déposées au centre des archives historiques de Dam (...)
  • 21 Mounir al-Rayyis, Souriyya bayna cahdayn, (la Syrie entre deux époques), Damas, 1928.
  • 22 Adham al-Jundi, Tarikh al-thawrat al-suriyya fi ahd al-Intidab al-firansi, (Histoire des révoltes s (...)
  • 23 Youssef al-Hakim, Suriyya wa-l-‘ahd al-faysali (La Syrie à l’époque de Faysal), 2e édit., Dar al-na (...)
  • 24 L’arrivée de ces nationalistes arabes très idéologiques a eu pour conséquence une lecture officiell (...)

23Enfin, sur l’emploi du terme, aujourd’hui déconsidéré, il convient de rappeler qu’il est employé dans les mémoires des acteurs de l’époque tels l’officier chérifien chef de ‘isaba, Ibrahim al-Chaghouri et le chef de ‘isaba et de région militaire, Youssef al-Saadoun20. On trouve le terme également chez Mounir al-Rayyis, un acteur politique de l’époque du mandat21. Ensuite, le terme est utilisé chez divers auteurs ayant traité des révoltes anti-coloniales, Adham al-Jundi (1960), Ihsan Hindi (1962)22, et Youssef al-Hakim. De même, chez les historiens libanais : Mounzer Jaber en 1978 et Ali Murtada al-Amin (1985) dans sa biographie de Sadiq Hamzé al-Faour, un chef de ‘isaba du jabal Amel au Sud Liban23. La charge négative qui frappe désormais le terme de ‘isaba, semble bien être apparue relativement tardivement, peut-être concomitamment avec l’arrivée des baathistes au pouvoir en Syrie24. Ce terme a été remplacé par un usage très large du terme « thawra ». On notera toutefois que le terme ‘isaba, subsiste de manière neutralisée dans l’expression « harb ‘isabat » qui désigne la guérilla, le mode d’action des ‘isabat précisément, et qui s’est diffusé dans le milieu des militaires vers la fin des années cinquante.

  • 25 Voir Méouchy 2009 et Méouchy 2010.

24L’important est que le mouvement de résistance anti-coloniale, structuré en ‘isabat, porte un double héritage militaire : d’une part, l’héritage des Réformes ottomanes qui a apporté la modernité militaire et d’autre part, l’héritage de la Grande Guerre qui a diffusé cette culture militaire moderne à toute une catégorie de groupements armés désormais familiers de l’expertise et de l’expérience militaires25. Ce double héritage crée un lien dynamique entre les acteurs venus de la ville ou formés en ville et ceux venus des villages, et il enracine les vecteurs de la révolte dans une durée à l’échelle de l’Empire.

Temporalités de l’entrée des territoires dans la révolte

  • 26 Du Hays 1978, p. 5. L’ouvrage du général du Hays “trouve ses sources dans la documentation des Serv (...)

25Pour les officiers français, le temps de leur présence sur le terrain entre la fin 1918 et 1921 se divise en deux grandes périodes comme l’indique le général du Hays26 :

  • La première période s’étend de la fin des hostilités contre les Turcs à novembre 1919 ; c’est celle de l’occupation sous commandement britannique. Les frictions sont fréquentes entre celui-ci et notre haut-commissaire et les moyens qui n’augmentent que lentement sont toujours insuffisants pour l’accomplissement des missions administratives et militaires. Pendant ce temps, les négociations se poursuivent entre Paris et Londres pour que la France ait les mains libres dans les territoires que l’accord de 1916 lui avait reconnus comme zone d’influence.

  • La deuxième période s’étend de novembre 1919 à la fin de 1921. Les Anglais sont partis et tous les pouvoirs politiques, administratifs et militaires sont dans les mains d’un haut-commissaire, commandant en chef français. Mais tout le pays occupé par nos forces entre en rébellion. C’est donc une période de grande activité opérationnelle pour l’armée du Levant considérablement renforcée.

26Des ensembles territoriaux se dégagent sur le terrain dont on constate qu’ils sont repris par les officiers des Renseignements français. Ces ensembles sont définis par le relief, les habitants et les réseaux des chefs. Nous pouvons identifier quatre grands ensembles :

  • le Sud de la Cilicie et les « confins militaires » (Djihan, Tash Obasy, Meidan Ekbès, Mar‘ach, Islahié) ;

  • la région d’Antioche et du jabal Qusayr, et le reste du sandjak d’Alexandrette (le sandjak sera formé le 1er septembre 1920 par la réunion des cazas d’Alexandrette, d’Antioche et de Kirik-Khan) ;

    • 27 Voir par exemple : SHD, 4H60, BR 91, 95, 96-1, 99-5.

    l’Est d’Alep qui est une zone steppique à découvert. Ces secteurs à grande visibilité sont gérés par l’aviation française et les bombardements aériens27 ;

  • le caza de Harim et les zones montagneuses (jabal Zawiyé, jabal Sahyoun, jabal Akrad).

27Tout en prenant acte d’une part de la difficulté de tracer des ensembles territoriaux bien délimités dans une révolte structurée par la guérilla et d’autre part, de la quasi impossibilité de restreindre la circulation d’acteurs autonomes à un territoire particulier, nous essayons cependant de proposer une périodisation et une caractérisation de l’entrée des différents territoires dans la révolte du Nord (fig.2) :

Des prémices armées venues des marges de l’Ouest : le temps de la constitution d’une révolte (janvier 1919 – novembre 1919)

  • 28 Saadoun, Mudhakkirat, p. 5 “La bataille de Hammam”.
  • 29 Saadoun, Mudhakkirat, p. 5.

28Cette phase correspond à la première période de l’occupation française, entre novembre 1918 et novembre 1919. C’est le temps de la domination militaire britannique sur la Syrie. De manière très intéressante, Youssef al-Saadoun, un chef de ‘isaba du jabal Qusayr, raconte dans ses mémoires que les deux premières ‘isabat formées pour attaquer les Français furent le fait de deux chefs kurdes, Maho et Tek bik Hadji, originaires du delta de l’Oronte. Les Français, stationnés à al-Hammam au sud du Kurd Dagh et au nord-est des plaines du delta de l’Oronte, sont attaqués en janvier 1919 par ces groupes armés28. Plus tard ces deux hommes rejoindront la résistance turque (« al-thawra al-turkiyya » dit Saadoun)29. L’initiative de la révolte serait donc venue d’une périphérie géographique et ethnique… Elle est aussi venue de régions frontières entre ce qui sera la Syrie et la Turquie.

  • 30 Lawson 2004, p. 259.

29Ainsi, des opérations de guérilla ont lieu dès janvier 1919. En février 1919, le consul britannique d’Alep, tout comme les archives américaines, rapportent que des formations de guérilla composées d’Arabes et de Turcs ont attaqué les Français à Kirik-Khan et à Hammam, et que les routes sont infestées de bandits turcs30. Kirik-Khan a été occupé le 2 janvier 1919 pour sécuriser la route d’Alep. Le Kurd Dagh est en zone chérifienne et donc sous contrôle britannique, les Français ne sont pas autorisés à poursuivre les insurgés dans les secteurs qui ne leur sont pas attribués. Entre janvier et mars 1919, la révolte s’étend au sud-ouest, notamment dans la région d’Antioche et du jabal Qusayr. La famille Barakat à Antioche constitue une ‘isaba dont la direction est confiée à Subhi bey Barakat.

  • 31 SHD, 4H60, BR 125, 4 mars 1921.

30Selon les Renseignements français, ce serait les comités Union et Progrès d’Antioche qui organiserait les bandes armées31. En effet, nous l’avons dit, les Français ont du mal à identifier les insurgés comme des acteurs autonomes et, considérant qu’ils ont deux ennemis les Kémalistes et les Chérifiens, ils pensent que, dans le Nord, ce sont les Kémalistes qui encouragent les « bandes de bandits » et qui créent des fronts de résistance en territoire syrien.

  • 32 SHD, 4H60, BR 125, 4 mars 1921. Selon les sources, l’officier kémaliste, Bedri bey, est présenté co (...)

31De fait, les premiers territoires à entrer dans la révolte sont ceux qui bordent la Cilicie et les cazas qui constitueront, en septembre 1920, le sandjak d’Alexandrette. Certes, on ne différencie pas sur le terrain les combattants arabes et turcs. Les groupes armés sont mobiles et les frontières « officielles » n’existent pas encore. C’est une des particularités de la révolte du Nord que de mélanger Tchétés et ‘isabat et que de voir, jusqu’en 1921, des chefs turcs opérer en territoire syrien aussi loin que dans le Sahyoun par exemple… Un des chefs de Tchétés, Bedri bey, avait encore à l’hiver 1921 son quartier général dans le jabal Qusayr, à Berdj Buyuk32.

32Le Sahyoun, sorte de trait d’union entre la montagne des Ansariehs et le sandjak d’Alexandrette, vibre en écho aux passages des hommes armés. En effet, l’approvisionnement en armes et en munitions, que ce soit pour la révolte du Nord ou pour celle du chaykh Saleh al-Ali, vient des centres du Sud de l’Anatolie : Aïntab, Mar‘ach et Killis. Il vient aussi accessoirement du gouvernement de Damas, qui a peu de moyens militaires et qui envoie surtout des officiers instructeurs, pour former les moujahidines, et des officiers de liaison (qui sont souvent les mêmes). Alep également enverra des caisses de munitions aux villages rebelles.

  • 33 “Président de la municipalité d’Alep”, il est aussi député du caza de Harim.
  • 34 Saadoun, Mudhakkirat, p. 7.

33Dès les premières actions kurdes, le gouvernement arabe d’Alep, représenté par Ibrahim Hanano (ra’is baladiyya Halab33) et Rashid Talia (wali d’Alep), ainsi que Subhi Barakat d’Antioche, se mobilisent. Deux hommes sont chargés d’établir la liaison avec les groupes insurgés : un lieutenant-colonel (muqaddam) ottoman, Assem bek, et un notable propriétaire foncier, Haqqi bek34.

Les territoires de l’Ouest au cœur de la révolte (novembre 1919 - juillet 1920)

  • 35 Du Hays 1979, p. 31-32.

34Le retrait britannique de Syrie modifie la configuration territoriale de la révolte comme celle de la répression. Ce retrait a pour effet de stimuler l’effervescence politique hostile à la France notamment à Antioche et dans les territoires de l’Est. Très vite, dès janvier 1920, les actions armées s’intensifient d’abord dans le sandjak d’Alexandrette, surtout au sud d’Antioche, au sud de l’Anatolie (Mar‘ach), et à l’Est de l’Amanus. La montagne des Ansariehs est très troublée35. Or, les Français dont le dispositif militaire s’étire sur 400 km de front de Mersine à Ourfa, sont affaiblis par le manque de forces vives.

  • 36 Du Hays 1979, p. 45.

35Le général Gouraud envoie en février la majorité de ses troupes vers le Nord et demande des renforts à Paris. Entre temps, le haut-commissariat tente d’établir dès avril 1920 des contacts avec les Kémalistes pour soulager la pression du front turc. Les moyens de l’Armée du Levant demeurent insuffisants et aucun allégement du dispositif placé sur le front turc n’est encore possible36. En mai 1920, la 4e division débarque à Beyrouth. La brigade sénégalaise et le 1er régiment de spahis marocains achèvent pour leur part leur débarquement le 25 juin 1920. L’épreuve de force avec le gouvernement arabe de Damas peut commencer.

36Les rebelles du Nord pensent encore qu’ils peuvent l’emporter en profitant d’une relative « absence » des Français sur le terrain et de la proximité de la base arrière turque…

  • 37 Les troupes françaises sont alors constituées de 10 bataillons, 4 batteries de 75, 2 batteries et d (...)

37Le tournant de cette période est bien la bataille de Maysaloun, le 24 juillet 1920, avec la victoire prévisible des troupes françaises qui entrent à Damas37, avec le départ en exil du roi Faysal 1er, et avec la fin du gouvernement arabe. La colonne du général Goubeau entre ensuite à Alep qui n’offre aucune résistance. Subhi bey Barakat fait sa soumission.

Les territoires d’Alep et l’entrée d’Ibrahim Hanano dans la révolte (juillet 1920 – juillet 1921)

38Cette période correspond à la fin progressive des illusions des rebelles mais aussi au temps de la maturité et des regroupements. La région entre Antioche et Alep, tout comme le territoire des Alaouites, sont en insurrection générale.

  • 38 C’est le commandant Salah al-Din bey, qui est à la tête du 2e corps d’armée turc, qui négocie l’acc (...)

39Après Maysaloun, grâce à l’arrivée de 6 bataillons de l’Armée d’Orient, les Français lancent des colonnes de « pacification » sur la totalité du territoire. Une forte colonne est constituée sous les ordres du général Goubeau qui va y conduire des opérations du 11 octobre 1920 au 15 janvier 1921. Ibrahim Hanano quitte Alep avec l’arrivée des Français et se réfugie à Kfar Takharim son village natal, puis il « prend le maquis »… De nombreux villages sont sous le choc de l’occupation française et un mouvement de dépôt des armes est sensible durant l’été 1920. Hanano fait la tournée des centres de résistance et il passe avec les Kémalistes un accord militaire et politique le 6 septembre 192038, accord qui renforce la coopération entre les deux mouvements arabe et turc. Sa présence sur le terrain militaire facilite des regroupements d’allégeance autour de lui, il galvanise les villageois et conduit désormais des actions militaires. À l’automne 1920, le Service des Renseignements français considère que la situation est sérieuse notamment dans le jabal Qusayr, la région du Harim, celle de Jisr al-Choghour et dans le Sahyoun. Mais les troupes françaises ne sont pas encore en mesure d’être omniprésentes.

  • 39 SHD, 4H60, BR128, 8-9 mars 1921 ; BR131, 12 mars 1921 ; BR141, 26 mars 1921 ; BR162, 26 avril 1921.
  • 40 On notera que les mémoires de Saadoun, qui comptent 88 pages (45 à 50 lignes par page de 23 cm/33 c (...)

40Le 1er décembre 1920, alors que le cheikh Saleh al-Ali aurait appelé à la guerre sainte, Ibrahim Hanano accompagné de Bédri bey et de ses hommes, s’empare de Jisr al-Choghour et y proclame un gouvernement local. Le Qusayr, le Sahyoun, le jabal Akrad se rallient à ce gouvernement. Les moujahidines marchent alors sur Idlib. Le général Goubeau envoie une colonne dirigée par le colonel Debieuvre sur Jisr al-Choghour qui tombe le 17 décembre. Mais l’action des colonnes de répression est sans effet durable. Jisr al-Choghour sera à nouveau occupé par une « bande » de 500 puis 1000 Sahyounais en mars et avril, sous la direction de Omar Bitar en liaison avec Hanano39. L’insurrection s’étend encore dans les montagnes intérieures de part et d’autre de la vallée de l’Oronte ; Jisr al-Choghour, Kfar Takharim, le jabal Qusayr, le jabal Zawiyé, le jabal Sahyoun, le jabal Akrad, toute ces régions tiennent le devant de la scène opérationnelle40.

  • 41 De manière intéressante, les officiers du Renseignement donnent une autre division également en 4 z (...)
  • 42 SHD, 4H60, BR114, 19 février 1921.

41C’est dans cette phase que les régions insurgées sont regroupées en régions militaires. Selon Youssef al-Saadoun, la révolte du Nord est divisée au moins en 4 régions, chaque région possède son chef. Cheikh Youssef, de son surnom, est le chef des rebelles du jabal Qusayr (thuwwar jabal al-Qusayr). Najib ‘Uwayyid, un proche de Hanano, dirigerait les hommes pour le caza de Harim avec Kfar Takharim, Mustafa Hajj Hussein pourrait mobiliser dans le jabal al-Zawiyé, et Omar Bitar dans le jabal Sahyoun (Nahiya al-Haffeh-Lattaquieh) (fig. 3)41. Le chef de région est habilité à nommer un qaimaqam pour gérer l’administration et le prélèvement fiscal (la dîme – al-‘ushr – et la taxe sur les moutons). Ces taxes servent à payer les salaires des moujahidines et à assurer le ravitaillement. En février 1921, « un gouvernement est constitué dans le Kosseïr. La perception des dîmes qui se fait sans difficulté, le versement des denrées et d’effets imposés aux villageois, permettent de payer les fonctionnaires et de faire face aux besoins de la troupe »42.

  • 43 Srijeh est à 20 km au sud d’Idlib. Saadoun, Mudhakkirat, p. 23. SHD, 4H60, BR142, 29 mars 1921.
  • 44 Du Hays 1979, p. 59.

42Le général Goubeau envoie deux colonnes de pacification dirigées par le colonel Debieuvre. En mars 1921, alors que le Qusayr, le Sahyoun, le Harim et le Zawiyé sont en insurrection, le Zawiyé se singularisera par sa résistance, lors de la bataille sur les crêtes de Srijeh, contre les hommes de Debieuvre43. Après l’heure des héros, vient le temps des reculs : la défaite des Ansariehs du cheikh Saleh al-Ali entre mai et juillet 1921, la réduction de l’insurrection dans la plaine de l’Oronte et le jabal Zawiyé. Les colonnes du colonel Debieuvre repoussent les ‘isabat vers les montagnes du Nord, certaines se réfugient dans le jabal Qusayr. En juillet, Ibrahim Hanano s’enfuit à travers la badiya syrienne et gagne la Transjordanie. À l’Est même, les alliés des Français, Moudjhem bey de la tribu des Anézés et Mahmoud Pacha de la tribu kurde des Millis contrôlent la région de Deir ez-Zor avec l’aide d’un poste installé par les militaires français et tenu par des auxiliaires assyro-chaldéens44.

Les derniers des moujahidines (juillet 1921 – octobre 1921)

  • 45 Du Hays 1979, p. 477.

43Progressivement toutes les ‘isabat de dissolvent, leurs chefs se réfugient en Anatolie et les Tchétés remontent vers les terres sous contrôle kémaliste. Le 20 octobre 1921, l’accord d’Angora vient fermer la frontière turque aux Syriens. La révolte a perdu son dernier poumon… Les bulletins du Service des Renseignements témoignent toutefois que deux chefs sont encore sur le terrain, cheikh Youssef du Qusayr et Omar Bitar du Sahyoun. Les deux hommes finiront eux aussi, au cours de l’automne 1921, par traverser la frontière turque45. Les officiers français ont en effet achevé la pacification du Nord.

Figure 3 : Les principaux chefs de la révolte du Nord selon Youssef al-Saadoun.

Figure 3 : Les principaux chefs de la révolte du Nord selon Youssef al-Saadoun.

1 - Ibrahim Hanano 2- Najib Uwayyid 3- Youssef al-Saadoun 4- Mustafa Hajj al-Husayn 5- Omar Bitar

Réalisation : A. Eid

  • 46 Mizrahi 2003, p. 156 sqq.
  • 47 Mizrahi 2003, p. 160.

44Pourtant entre 1922 et 1924, le Service des Renseignements recense 381 actions armées soit une tous les 3 jours et environ 300 à 400 personnes qui meurent « pour fait de banditisme »46. Toutes ces actions ne sont pas politiques loin de là, et on peut dire que « plus que dans l’espace, c’est dans la chronologie que s’inscrit la différenciation entre « grand banditisme » et action politique »47.

Alep et les territoires de la révolte du Nord

  • 48 Se reporter au Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, édité chez Belin en 2003, (...)

45Le territoire n’est pas uniquement un espace physique, la géographie promeut depuis longtemps l’idée qu’il est aussi un « espace des sociétés »48: il est un support de l’identité mais aussi des liens d’appartenance locale, et un élément important chez ses habitants de la représentation de soi dans le rapport à l’environnement immédiat. Sa définition en espace physique demeure opératoire dans la mesure où la topographie joue un rôle : dans les mobilisations armées du type de la guérilla, le relief a une importance centrale. Nous avons vu que les territoires de l’Est, espace de steppe à découvert, traversé par les tribus et habité sur ses marges, joue un rôle très secondaire dans la révolte du Nord d’une part parce que son relief à découvert facilite les bombardements de l’aviation mais aussi parce qu’il constitue un territoire de passage.

46Les zones insurgées sont de manière privilégiée des montagnes en raison du relief mais aussi de la nature de l’exploitation des sols : les montagnes sont plutôt le domaine de la petite et moyenne propriété, où les paysans jouissent d’une certaine autonomie, alors que les villages des plaines, placés sous la domination de grand propriétaires citadins, abritent des fermiers et des métayers. Ces derniers, sauf à y être encouragés par leur propriétaire, n’ont pas le loisir de quitter le travail de la terre pour aller combattre.

  • 49 Méouchy 2010, p. 514-515.

47Les moujahidines sont donc des villageois et leurs motivations dans la révolte signalent la centralité de l’échelle locale et rurale : tout d’abord, la défense du territoire, al-bilâd, al-watan qui renvoie au terroir, et pas au territoire national. Et ensuite, la défense de l’Islam puisque pour les villageois de 1918-1920, c’est la réalité ottomane qui est encore prégnante, il s’agit de défendre le Dar al-Islam contre les infidèles. Ces deux motivations sont d’ailleurs reflétées dans le mot d’ordre que porte Hanano dans ses appels à la révolte de l’été 1920 : la défense de la patrie et de la religion (watan wa din). La terre et l’Islam représentent bien les deux piliers de l’identité du moujahid dans la société rurale49.

Vers une tentative de cartographie de la révolte

  • 50 Saadoun, Mudhakkirat, p. 6.

48La révolte du Nord est née sur les traces de l’occupation militaire française dans un climat d’effervescence guerrière et insurrectionnelle renforcé par la démobilisation de l’armée ottomane et par la résistance kémaliste en Anatolie. Les centaines d’hommes démobilisés et la circulation de grande quantité d’armes ont facilité la constitution de bandes armées dont le recrutement principal fut villageois et local. Les témoignages confirment que les premières actions armées sont venues de périphéries géographiques et sociales pourrait-on ajouter. Le récit de Youssef al-Saadoun place le jabal Qusayr au cœur de la résistance anti-coloniale de ses débuts jusqu’à la fin. Lorsque les Alépins apprennent la victoire des deux premières isabat kurdes sur les Français, ils se concertent pour former une thawra dans la région d’Alexandrette. Ibrahim Hanano appelle alors les « braves » (chuj‘an) de Kfar Takharim, son village, au combat50.

49L’entrée de Kfar Takharim et du caza de Harim dans la révolte coïncide avec « la prise du maquis » par Hanano. Autrement dit, quand Hanano apparaît sur le terrain de l’action armée, quand il peut faire figure de chef de ‘isaba auquel le moujahid fait allégeance, quand le moujahid peut s’identifier au même territoire que Hanano, c’est alors que le Harim entre véritablement dans la révolte. Hanano est toujours représenté comme un chef alépin alors qu’il vient du Harim, preuve que pour les uns et les autres, une étroite relation existe entre cette ville et cette région.

50Il est notoire également que les territoires se projettent dans la révolte en fonction des liens qu’ils entretiennent entre eux et pas uniquement avec la ville. Quand le Harim auréolé de la présence de son chef entre en insurrection, lui répondent en écho le jabal Sahyoun, le jabal Akrad et le jabal Zawiyé. Ces montagnes elles-mêmes entraînent le réseau des villes qui leur sont proches et qui ont en commun d’avoir une relation économique à la métropole régionale (voir supra fig.1, p. 47). Ce sont les ‘isabat constitués dans les montagnes et dans le Harim qui descendent « libérer » les villes. Ce sont les grandes isabat, alliées d’officiers turcs comme Bédri bey, qui peuvent installer un gouvernement provisoire dans les villes.

51Bien plus encore, si l’on cartographie les territoires insurgés autour du jabal Qusayr, entre juillet 1920 et juillet 1921, nous constatons qu’ils correspondent à peu près à ceux que Jean-Claude David décrit comme étant « la petite région » d’Alep au xixe siècle : du jabal Semaan au nord-ouest de la ville jusqu’à Maarat al-Nu‘man, en passant par Idlib et Jisr al-Choghour, et en laissant le Qusayr à l’ouest, en prenant le jabal al-Zawiyé en écharpe (fig. 2 et 4).

52Les résistances chérifiennes à Antioche, dès novembre 1918, puis l’entrée du jabal Qusayr dans l’insurrection, n’ont guère provoqué de sursaut dans les campagnes du Nord. Ce sont les chefs alépins qui ont compris l’intérêt politique de rallier la guérilla naissante (comme plus tard les nationalistes damascains lors des débuts de la Grande Révolte syrienne, avec l’insurrection druze de l’été 1925).

53Pour résumer cette tentative de cartographie et prendre en compte également la dimension conjoncturelle, historique, de la relation des territoires entre eux, il faut inclure dans l’analyse deux paramètres : d’une part les moments forts de l’insurrection sur le plan des territoires, c’est-à-dire en 1920-1921, et d’autre part la motivation qui relie tous les moujahidines (qu’ils soient arabes, turcs ou kurdes), qui associe les villageois et les citadins : la défense du terroir (pour les citadins, de la région) et la défense du Dâr al-Islam. La défense du terroir est opératoire au moment où les soldats étrangers foulent le sol, le territoire, auquel le villageois s’identifie. Tant que les soldats pénètrent dans une région avec laquelle il n’a pas de liens de solidarité, le villageois semble peu motivé pour se battre. L’appartenance au grand ensemble musulman se vit d’abord à travers l’appartenance au terroir local où la culture musulmane s’inscrit dans le quotidien, par la prière dans les masjids, par les rites collectifs. En Orient, dans l’islam comme dans le christianisme, la vie quotidienne des paysans est rythmée par les fêtes religieuses, les processions, les appels à la prière ou le son des cloches de l’église (dans le Mont-Liban maronite par exemple).

54C’est cet ancrage local de la culture religieuse populaire qui médiatise dans le village, dans la montagne, l’appartenance au Dâr al-Islam.

La ville et la campagne : histoires croisées, rivalités d’histoire

55La question de la relation entre la ville et la campagne est une question sensible dans les révoltes syriennes des années vingt mais, comme pendant longtemps ce sont les élites citadines qui ont écrit l’histoire, la question a été rarement posée et lorsqu’elle l’a été, c’est à l’avantage des villes…

  • 51 Druze originaire du Mont Liban, il avait été auparavant le Directeur de l’intérieur du gouvernement (...)
  • 52 La grande bourgeoisie, musulmane mais aussi chrétienne, d’Alep soutient les action d’Hanano car la (...)

56La ville pour les hommes du Nord c’est Alep, centre des élites politiques, ralliées très progressivement au gouvernement arabe de Damas, incarnées par des hommes engagés comme Ibrahim Hanano et Rachid Talia, le wali d’Alep51. Les chefs de troupes d’irréguliers ont à leur côté des officiers qui sont des médiateurs entre la campagne et la ville : Alep apporte en effet un soutien financier et matériel notamment en munitions au moins jusqu’en juillet 192052.

  • 53 Après l’achèvement de l’occupation française en juillet 1920, Hanano déclare la révolte (aclana al- (...)

57Dans la révolte, il apparaît clairement que le champ militaire est au coeur de la relation entre la ville et la campagne. Il y a les armes, les alliances stratégiques (comme l’accord du 6 septembre 1920)53 et les officiers, qui ne sont pas seulement instructeurs mais qui apparaissent aussi comme les principaux vecteurs de l’introduction des fondements de la modernité politique dans les campagnes : c’est vrai en 1919-1921 ce sera aussi vrai en 1925-1926. La circulation des hommes en ce temps troublé favorise la diffusion des appels à la révolte de Hanano, par exemple, et répercute l’écho de l’ébullition politique qui anime la ville (club arabe, comité de défense nationale, etc.). Les moujahidines commencent à élargir les frontières de la « petite patrie », c’est-à-dire le terroir local, à celle de la « grande patrie », c’est-à-dire la Syrie contemporaine. Ce processus se poursuivra jusqu’à la Grande Révolte syrienne de 1925-1926.

  • 54 Voir par exemple, la description par Saadoun de l’entrée du jabal Zawiyé dans la révolte : ce sont (...)

58Les campagnes sont engagées dans le jihad, elles en ont été le pôle d’initiative, elles en assurent la continuité. De plus, quand il y a allégeance d’un chef de ‘isaba ou d’une région insurgée à Ibrahim Hanano, en fait, l’initiative est partie de la campagne, ce sont les villageois qui décident d’entrer en révolte, qui envoient une délégation chez Hanano pour faire allégeance et surtout pour demander des armes54.

59Mais il ne faudrait pas déduire du prestige d’Ibrahim Hanano que la révolte a acquis une direction politique et militaire unifiée ou centralisée. Au contraire, on constate même une certaine distance entre les chefs politiques et les chefs militaires. A la différence de ce qu’on verra dans la Grande Révolte syrienne, la direction de la révolte est locale et repose sur un groupe de chefs militaires, issus des mêmes terroirs que les moujahidines. Il n’existe guère de stratégie d’ensemble des opérations armées.

  • 55 Le rôle d’Hanano dans la révolte du Nord commence vraiment après Maysaloun. Il apparait effectiveme (...)

60Il n’en demeure pas moins qu’à partir de juillet 1920, la relation entre Hanano et les chefs militaires s’ancre véritablement dans le terrain, Hanano participe à des opérations armées. Au point que, à l’automne 1920, le Service des Renseignements français le prend pour un chef de ‘isaba du Jabal Qusayr et dans un autre rapport, on le désigne comme le chef des ‘isabat de toute la région. Il est vrai qu’Ibrahim Hanano est alors totalement investi aux côtés des moujahidines. Le chef politique est devenu aussi un chef militaire aux yeux des montagnards. C’est à ce moment-là, dans les montagnes du Nord, que naît la légende de Hanano….55

61Alors d’où vient l’amertume de certains moujahidines dans le regard qu’ils portent sur la ville ? Le témoignage de Youssef al-Saadoun dans ce qu’il dit et dans ce qu’il omet de dire, nous éclaire sur ce point et nous pouvons retenir au moins trois grandes raisons :

62Tout d’abord, les moujahidines considèrent que la mémoire officielle syrienne n’accorde pas de place suffisante à la campagne dans l’histoire de la révolte, alors que la ville, que ce soit Alep ou Damas d’ailleurs, n’a pas pris les armes contre l’occupant français. Son soutien à la révolte fut circonstanciel.

63En effet, la ville, Alep ou Damas, au temps du gouvernement arabe cherche uniquement à accompagner le mouvement de résistance qui se propage dans toute la Syrie. D’un côté, Damas considère qu’il sert ses revendications à la conférence de la Paix. C’est notamment la raison pour laquelle Faysal envoie des conseillers et des officiers de liaison auprès de la plupart des chefs de grande ‘isaba. D’un autre côté, après le retrait anglais, Damas cherche aussi à contrôler ou à limiter l’expansion du mouvement armé pour ne pas dégrader ses relations avec la France et lui donner le prétexte d’envahir la Syrie. Après l’accord Faysal-Clémenceau du 6 janvier 1920, Faysal cherche à arrêter les combats et privilégie une solution diplomatique. Les raisons de Faysal sont des raisons éloignées des raisons des chefs de ‘isabat.

  • 56 FO 684-2/264, vol. 2, 1924, F 32.

64Et finalement les moujahidines voient leurs campagnes payer un lourd tribut à la répression française : non seulement les colonnes françaises provoquent évidemment des destructions dans les villages qu’elles attaquent mais encore, les Français font payer de lourdes amendes, en livres-or turques, aux centres rebelles et aussi, de manière dissuasive, aux villages ayant abrité des rebelles56. Ainsi, Jisr al-Choughour reçoit une amende de 3000 livres-or et Idlib de 4000 livres-or.

  • 57 Saadoun, Mudhakkirat, p. 5.
  • 58 Hanano est accompagné de Omar Zaki al-Afyouni, Hachem Najib et du lieutenant Ibrahim al-Chaghouri. (...)
  • 59 Saadoun, Mudhakkirat, p. 36.

65La seconde grande raison repose sur la critique par les chefs de ‘isabat des modalités de la prise de décision politique dans la révolte : en effet, après Maysaloun, les décisions qui concernent l’avenir de la révolte sont prises sans consulter les chefs de ‘isabat qui sont sur le terrain57. Ces décisions concernent pourtant l’avenir de la révolte : par exemple, la décision de Hanano d’accepter des négociations avec le général Goubeau, en avril 1921. C’est le lieutenant-colonel Fouin qui sert d’intermédiaire dans un premier temps puis il escorte la délégation rebelle auprès du commandant de la colonne de répression du Nord58. Ces négociations seront un échec. Autre exemple, en juillet 1921, la décision de Hanano de se réfugier en Transjordanie aurait été prise sans consultation des chefs militaires alors qu’elle sonne le glas de la révolte sur les plans politique et symbolique59.

66Enfin, la troisième raison pose la question de l’initiative et la continuité du combat ; c’est un enjeu dans l’historiographie de la révolte : qui a commencé, qui a porté l’action et qui est resté le dernier sur le terrain ? Et donc qui en porte la légitimité ?

  • 60 Il y eut des opérations armées contre les Français, en novembre et décembre 1918, mais elles furent (...)

67Selon le récit de Saadoun, les opérations de guérilla commencent en janvier 1919, (nous l’avons vu, de la part de deux obscurs chefs de ‘isabat, Mahho et Tek bik Hadji, originaires du sandjak d’Alexandrette60) et c’est après le début des opérations que les chefs alépins ont pris contact de manière naturelle avec les chefs de ‘isabat, en leur envoyant des émissaires. Pour ce qui est des derniers combattants sur le terrain, le témoignage des officiers français des Renseignements est sans appel, nous l’avons également vu, ils sont du Sahyoun et du Qusayr, cette dernière région étant dans le sandjak d’Alexandrette.

68Toutes ces questions doivent être soulevées et traitées pour que la révolte du Nord retrouve enfin son histoire.

Temps des mémoires, mémoires de territoires

69Pendant longtemps cette révolte a été mal connue en Syrie. En premier lieu, dans son évocation, il y manquait souvent un territoire, le jabal Qusayr, pour ne pas parler du sandjak tout entier, à tel point qu’on trouve difficilement une carte complète des territoires de la révolte du Nord. En second lieu, on évoquait plus facilement la révolte de cheikh Saleh al-Ali ou celle, ensuite, de 1925. Enfin, la révolte fut appelée a postériori « révolte de Hanano ». Un recentrage de la révolte sur Alep et sur le chef alépin Ibrahim Hanano qui devint une légende vivante déjà à l’époque du mandat.

  • 61 Le 1er septembre 1920, le haut-commissaire Henri Gouraud avait annoncé la création du sandjak auton (...)

70La mémoire officielle de la révolte, construite donc bien plus tard à partir de la ville d’Alep, renvoie certes à la rivalité politique entre ville et campagne, mais surtout, nous semble-t-il, à la perte de territoires dans le Nord syrien entre 1921 et 1939. En effet, en 1920, quand Alep devient la seconde ville de Syrie, derrière Damas, alors qu’elle fut la troisième ville de l’Empire ottoman, la frontière du Traité d’Angora en 1921, puis de celui de Lausanne en 1923, lui enlève son espace économique vers l’Anatolie et place au-dessus d’elle une frontière à découvert, indéfendable du point de vue même des généraux français… De plus, la cession par la France du sandjak d’Alexandrette à la Turquie en 1937-39 enlève à la mémoire régionale un territoire combattant de premier plan dans la révolte. Le sandjak d’Alexandrette, cédé à la Turquie, perd jusqu’à son nom pour devenir la province turque du Hatay : la turquisation totale qui s’ensuit recouvre notamment la mémoire religieuse, culturelle et historique d’Antioche. Des dizaines de milliers d’Arabes et d’Arméniens du sandjak sont rapidement contraints à l’exil61.

71Après l’indépendance, le Nord de la Syrie doit construire sa mémoire régionale dans le traumatisme des amputations de territoires… Alep s’approprie alors la mémoire de la révolte en la recentrant loin du sandjak, en absorbant la mémoire des territoires du Nord au point de devenir elle-même l’esprit de la révolte, un peu à l’image de l’homme de Kfar Takharim, Ibrahim Hanano, qui finit par incarner la ville et l’esprit de résistance, désincarné cette fois, des campagnes.

72Ceci étant dit, la question de comprendre pour quelle raison le sandjak d’Alexandrette, avec Youssef al-Saadoun chef de la révolte dans le Qusayr, a été oublié de l’histoire est d’importance puisqu’en Syrie ces résistances anti-françaises constituent une source de légitimité pour les élites de la période postérieure à l’indépendance. Nous l’avons dit, ce sont ces élites qui écrivent l’histoire officielle et les critères de sélection des territoires et des héros sont divers. Ils sont souvent régionaux : chaque ville a intérêt à pousser en avant les combattants de sa région parce qu’ils confortent sa légitimité historique et sa place dans la construction nationale. Chaque région, chaque communauté voire chaque tribu, fait la promotion d’une figure susceptible d’avoir une envergure nationale. Les hommes du sandjak deviennent des anonymes faute de pouvoir prétendre à une postérité syrienne…

73Les critères de sélection peuvent être aussi politiques (et communautaires selon l’analyse que l’on fait) : le chaykh Saleh al-Ali est devenu un héros national parce qu’il est alaouite et qu’il est précisément le seul chef alaouite d’envergure à avoir combattu. Les critères peuvent enfin être économiques. Sur ce point je voudrais m’appuyer encore sur l’analyse de Jean-Claude David, parue en 2000 dans le Bulletin d’études orientales. Il prend pour point de départ la réorganisation économique du territoire syrien qui s’est produite au xixe siècle et qui est liée au développement du port de Beyrouth. Ce dernier attire alors le trafic en provenance d’Alep au détriment de son débouché historique, le port d’Alexandrette. A la percée de Beyrouth vient s’ajouter une réorientation de la demande agricole vers les céréales et les fibres textiles, qui a conduit Alep à se désintéresser de toutes les régions situées au nord et à l’ouest, au profit de celles situées à l’est, c’est-à-dire l’Euphrate et la Jéziré. Jean-Claude David précise par ailleurs que la bourgeoisie alépine ne possède pas de terres au nord et à l’ouest. Ainsi donc, nous dit-il, nous pouvons identifier une région urbaine d’Alep qui est en fait un territoire pérenne depuis le xiiie siècle. C’est ce territoire-là qu’Alep a toujours défendu. Finalement, nous comprenons qu’entre 1919 et 1921, les Alépins ont laissé à d’autres les espaces dans lesquels leurs intérêts n’étaient pas vitaux (fig.4) :

  • 62 J.-C. David, « Dynamiques citadines et production de l’espace en Syrie : le cas d’Alep » in BEO 52, (...)

L’action de Hanano n’est pas du tout une résistance systématique à l’amputation des espaces administrés par Alep : les régions qui faisaient partie de la wilaya d’Alep (au nord de la voie ferrée du BagdadBahn, du caza de ‘Antab, caza de Rum Qala’a, sandjak de Marash, sandjak d’Urfa) étaient tenues par les nationalistes turcs kémalistes qui luttaient aussi contre les Français. Il semble bien que pour les Alépins cette région ne faisait plus partie de la Syrie et n’avait jamais vraiment fait partie de la région d’Alep62.

74Dès lors, après l’indépendance, les Alépins n’ont trouvé aucun intérêt à faire entrer dans la mémoire régionale et nationale un homme comme Youssef al-Saadoun, un homme du sandjak, autrement dit un homme dont le souvenir aurait entretenu celui de la perte d’un territoire pour lequel les Alépins n’avaient plus d’intérêt. Il est vrai qu’un autre acteur du sandjak laissait lui, peu après, un immense souvenir dans le pays en la personne de Zaki al-Arsuzi, un des théoriciens nationalistes arabes du parti Baath. Mais Arsuzi non seulement ne revendiquait aucun patriotisme régional mais encore sa promotion a été portée par son rôle dans la fondation du parti et depuis 1970, par son appartenance confessionnelle.

Conclusion

75Pendant que la ville observe puis en écrit l’histoire, un autre fait majeur se joue dans la révolte : c’est tout de même dans les actions armées, dans les campagnes périphériques, que se noue le rapport contemporain entre le militaire et le politique. Les officiers sont entrés en scène durablement, auréolés du prestige de leur engagement anti-colonial, prestige qui sera encore confirmé lors de la Grande Révolte syrienne de 1925-1926.

  • 63 Il s’agit du Comité national pour la mémoire du Nord syrien (al-Lajna al-wataniyya li-dhakirat al-c (...)

76Aujourd’hui, le temps a passé, l’heure des historiens est venue... Est venue aussi l’heure des périphéries qui ont commencé depuis le début des années 2000 à se réapproprier leur histoire régionale. Jusqu’en 2011, il s’agissait de faire entrer cette histoire dans le récit national officiel. En 2007, un comité issu de la société civile syrienne, majoritairement composé d’universitaires, se donnait notamment pour tâche de reconstituer et d’écrire l’histoire de cette révolte63.

77Depuis mars 2011, si nous ignorons à quel moment va se réécrire l’histoire contemporaine de la Syrie, nous pouvons espérer par contre que les périphéries géographiques (et sociales) qui ont à nouveau joué un rôle d’initiateur dans la révolution syrienne en cours, trouveront toute leur place non seulement dans le récit national de demain mais aussi dans l’histoire de la révolte du Nord.

Bibliographie

Sources non publiées :

- Centre des archives historiques de Damas, Qism khas, dossier 127 : « Mudhakkirât » (Les mémoires de)Youssef al-Saadoun ; dossier 128 : « Mudhakkirât » (Les mémoires de) Ibrahim al-Chaghouri.

- Service historique de La Défense (SHD), Fort de Vincennes, série 4H Syrie-Liban, cartons 58 à 61, Bulletins de renseignements sur la situation générale en Orient, 1919-1921.

- Public Record Office, Londres : Embassy and Consular Archives for Damascus FO 684. Volume 2 : 1924.

- Altug Seda, 2002, Between Colonial and National Dominations : Antioch Under the French Mandate (1920–1939), Master of Arts, Atatürk Institute for Modern Turkish History, Bogaziçi University.

Pour la bibliographie, se reporter à la bibliographie générale.

Notes

1 Méouchy 2010.

2 Cet article doit beaucoup aux échanges que j’ai eus avec Jean-Claude David sur les différents niveaux de territoires d’Alep. Qu’il en soit ici remercié. Voir David 2000b. Je remercie aussi vivement Bruno Dewailly, à la fois pour nos discussions sur la question des territoires du point de vue de la géographie et de l’espace des sociétés et pour avoir bien voulu réaliser deux cartes illustrant cet article.

3 Les accords Sykes-Picot (mai 1916) prévoient le partage des provinces syriennes ottomanes entre la France et la Grande-Bretagne. Sir Edmund Allenby, placé à la tête de la “Egyptian Expeditionary Force”, commande les “Territoires ennemis occupés”. Le Détachement français de Palestine-Syrie (DFPS) est chargé de suivre le repli des Turcs en Cilicie. Le 13 janvier 1919, il devient les “Troupes françaises du Levant”.

4 Du Hays 1978, p. 5 n. 2.

5 Il y a également, en 1919, des attaques de tribus de l’Euphrate contre les troupes britanniques. A la tête de ces tribus, se trouve un jeune chef passé par l’École des Tribus d’Istanbul, Ramadan Chellache. Cette École offrait une formation militaire moderne aux fils des chefs de tribus.

6 Ansarieh ou Ansariyyé : c’est l’appellation par laquelle les Français nomment à l’époque les Alaouites. Le terme de Nosaïris est aussi utilisé. Le jabal Ansari dit jabal Ansariyyé est un massif de la chaîne côtière syrienne habité par une grande partie de la communauté alaouite.

7 Zakaria 1950, p. 124. L’accord d’Angora du 20/10/1921 a été négocié, du côté français, par Franklin-Bouillon, un ami personnel de Mustapha Kémal. Angora est le nom ancien d’Ankara.

8 Du Hays 1978, p. 119 sqq.

9 “Badal” (remplacement, substitution) : terme arabe désignant la somme d’argent versée par un conscrit en échange de son dégagement de la conscription.

10 Voir par exemple : Ali Murtada al-Amin, 1985, Sadiq Hamzé al-Faour 1894-1926, (en arabe) Dar Asia, Beyrouth, p. 73.

11 Entretien avec Abd al-Hamid ‘Amich, Alep, 11/09/1989. Selon cet interlocuteur, originaire du Jabal Zawiyé, le terme “Tchétés” était utilisé par les paysans pour désigner les rebelles. Voir aussi la définition de Tchétés donnée par Jean-David Mizrahi : “ terme générique par lequel les officiers français désignaient tous les irréguliers turcs et dont l’équivalent arabe pourrait être ‘isaba (pluriel : ‘isabat)”. Mizrahi 1998, p. 94, n. 7.

12 Cet accord délimite notamment les frontières entre la Syrie et la Turquie, voir supra note 7.

13 La ville de Beylan devient Kirik-khan en 1921.

14 Chérifiens : soldats de l’armée arabe du Nord conduite à partir de 1916 par Faysal, le fils du chérif Hussein de la Mecque. Les Chérifiens entrent à Damas, en octobre 1918, avec l’émir Faysal qui instaure le premier gouvernement arabe et le premier État arabe moderne de l’histoire de la Syrie.

15 Du Hays 1978, p. 24.

16 De fait, jusqu’en octobre 1919, le colonel de Piépape, chef des Troupes françaises du Levant, se soucie principalement de procéder à la relève des troupes britanniques dans les territoires de l’Est et il lui est plus difficile de conduire des opérations de répression contre les insurgés. Du Hays 1978, p. 130-131.

17 SHD, Fort de Vincennes, 4H58, rapport hebdomadaire 14, 26/01-2/02/1920, Sandjak d’Alexandrette.

18 Du Hays 1979, p. 23.

19 Le terme “thawra” désigne à la fois une révolte et une révolution. Dans la mesure où la “thawra” du Nord n’a pas abouti à un “changement de régime”, nous le traduisons par révolte. Avant 1914, le terme portait une connotation négative qui devient positive après la grande révolte arabe de 1916 (al-thawra al-‘arabiyya al-kubrâ).

20 Les mémoires de ces deux acteurs militaires sont déposées au centre des archives historiques de Damas.

21 Mounir al-Rayyis, Souriyya bayna cahdayn, (la Syrie entre deux époques), Damas, 1928.

22 Adham al-Jundi, Tarikh al-thawrat al-suriyya fi ahd al-Intidab al-firansi, (Histoire des révoltes syriennes à l’époque du Mandat français), Matbaat al-ittihad, Damas, 1960 ; Ihsan al-Hindi, Kifah al-chaab al-arabi al-suri 1908-1948, (La lutte du peuple arabe syrien, étude militaire et historique), édition Idarat al-chuun al-amma wa-l-tawjih al-maanawi, Syrie, 1962.

23 Youssef al-Hakim, Suriyya wa-l-‘ahd al-faysali (La Syrie à l’époque de Faysal), 2e édit., Dar al-nahar lil-nachr, Beyrouth, 1980 ; Mounzer Jaber, Pouvoir et société au jabal ‘Âmil de 1749 à 1920 dans la conscience des chroniqueurs chiites et dans un essai d’interprétation, thèse de doctorat de 3e cycle, université de Paris-Sorbonne-Paris IV, 1978. Ali Murtada al-Amin, Sadiq Hamzé al-Faour 1894-1926, (en arabe) Dar Asia, Beyrouth, 1985.

24 L’arrivée de ces nationalistes arabes très idéologiques a eu pour conséquence une lecture officielle négative des formes anthropologiques de l’organisation sociale : voir Méouchy 1995, p. 128.

25 Voir Méouchy 2009 et Méouchy 2010.

26 Du Hays 1978, p. 5. L’ouvrage du général du Hays “trouve ses sources dans la documentation des Services historiques des trois armées, mais plus particulièrement celui de l’armée de terre, ainsi que dans les archives des Affaires étrangères”, p. 7.

27 Voir par exemple : SHD, 4H60, BR 91, 95, 96-1, 99-5.

28 Saadoun, Mudhakkirat, p. 5 “La bataille de Hammam”.

29 Saadoun, Mudhakkirat, p. 5.

30 Lawson 2004, p. 259.

31 SHD, 4H60, BR 125, 4 mars 1921.

32 SHD, 4H60, BR 125, 4 mars 1921. Selon les sources, l’officier kémaliste, Bedri bey, est présenté comme un chef de Tchétés ou comme conduisant des réguliers turcs.

33 “Président de la municipalité d’Alep”, il est aussi député du caza de Harim.

34 Saadoun, Mudhakkirat, p. 7.

35 Du Hays 1979, p. 31-32.

36 Du Hays 1979, p. 45.

37 Les troupes françaises sont alors constituées de 10 bataillons, 4 batteries de 75, 2 batteries et demi de 65 et une batterie de 155 avec un régiment de spahis marocains, 1 escadron et demi de chasseurs d’Afrique, 1 compagnie de chars d’assaut et 1 section d’auto-canons, le tout appuyé par l’aviation. SHD, 4H58, Rapport hebdomadaire 19-27 juillet 1920.

38 C’est le commandant Salah al-Din bey, qui est à la tête du 2e corps d’armée turc, qui négocie l’accord avec Ibrahim Hanano. Saadoun nomme l’interlocuteur de Hanano : Salah al-Din Adil Pacha : Mudhakkirat, p. 13.

39 SHD, 4H60, BR128, 8-9 mars 1921 ; BR131, 12 mars 1921 ; BR141, 26 mars 1921 ; BR162, 26 avril 1921.

40 On notera que les mémoires de Saadoun, qui comptent 88 pages (45 à 50 lignes par page de 23 cm/33 cm), consacrent 11 pages à la période qui va de janvier 1919 à juillet 1920 et tout le reste à l’année qui va de l’été 1920 à l’été 1921. Saadoun date l’entrée du jabal Zawiyé dans la révolte au 11 février 1921, Mudhakkirat, p. 21.

41 De manière intéressante, les officiers du Renseignement donnent une autre division également en 4 zones : “le commandement kémaliste de Marache aurait divisé la région en 4 zones placées sous la haute autorité d’Hanano” : 1) le Qusayr et le Harim sous la direction de Najib ‘Uwayyid, 2) Jisr al-Choghour et Lattaquieh sour la direction de Hatchem bey, 3) le jabal al-Zawiyé sous la direction de Mustafa Hajj Hussein et 4) le jabal al-Nawāyra sous la direction du cheikh Salah Hussein. SHD, 4H60, BR133, 15-17 mars 1921.

42 SHD, 4H60, BR114, 19 février 1921.

43 Srijeh est à 20 km au sud d’Idlib. Saadoun, Mudhakkirat, p. 23. SHD, 4H60, BR142, 29 mars 1921.

44 Du Hays 1979, p. 59.

45 Du Hays 1979, p. 477.

46 Mizrahi 2003, p. 156 sqq.

47 Mizrahi 2003, p. 160.

48 Se reporter au Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, édité chez Belin en 2003, sous la direction de Jacques Lévy et Michel Lussault. Une seconde édition augmentée est annoncée.

49 Méouchy 2010, p. 514-515.

50 Saadoun, Mudhakkirat, p. 6.

51 Druze originaire du Mont Liban, il avait été auparavant le Directeur de l’intérieur du gouvernement arabe de Damas. Après son départ d’Alep, en juillet 1920, il se réfugie en Transjordanie où il prend la tête du premier gouvernement national en avril 1921 avant de démissionner en juillet en raison de désaccords avec les Britanniques.

52 La grande bourgeoisie, musulmane mais aussi chrétienne, d’Alep soutient les action d’Hanano car la création de la frontière syro-turque disloque des réseaux anciens d’échange avec l’Anatolie (familles al-Jabiri, Mudarris, Kikhiyya).

53 Après l’achèvement de l’occupation française en juillet 1920, Hanano déclare la révolte (aclana al-thawra) de son village Kfar Takharim puis se rend en Anatolie pour chercher du ravitaillement et des armes dans le cadre de son accord avec le commandant kémaliste Salah al-Din bey, le 6 septembre 1920.

54 Voir par exemple, la description par Saadoun de l’entrée du jabal Zawiyé dans la révolte : ce sont les notables du jabal qui décident de proclamer la révolte et qui envoient une délégation chez Ibrahim Hanano pour annoncer leur participation à condition que Hanano leur fournisse des munitions. Hanano donnera “deux caisses de cartouches”. Mudhakkirat, p. 21-22.

55 Le rôle d’Hanano dans la révolte du Nord commence vraiment après Maysaloun. Il apparait effectivement dans les archives militaires après cette date.

56 FO 684-2/264, vol. 2, 1924, F 32.

57 Saadoun, Mudhakkirat, p. 5.

58 Hanano est accompagné de Omar Zaki al-Afyouni, Hachem Najib et du lieutenant Ibrahim al-Chaghouri. Saadoun, Mudhakkirat, p. 29-30.

59 Saadoun, Mudhakkirat, p. 36.

60 Il y eut des opérations armées contre les Français, en novembre et décembre 1918, mais elles furent le fait des garnisons chérifiennes d’Antioche et d’Alexandrette. Il s’agit de soldats réguliers et non de moujahidines.

61 Le 1er septembre 1920, le haut-commissaire Henri Gouraud avait annoncé la création du sandjak autonome d’Alexandrette, un territoire de 5 570 km2 constitué de trois districts du vilayet d’Alep : Alexandrette, Antioche et Kirik-khan. Cette région n’avait jamais constitué une unité administrative auparavant. Dès 1921-24, la France y applique une politique favorable aux quelque 38% d’habitants turcs. Ankara n’aura de cesse de réclamer le rattachement du sandjak à la Turquie. En 1938, les Français, préoccupés par la situation internationale et les risques de conflit, veulent s’assurer l’alliance de la Turquie et le 23 juin 1939, le sandjak passe à la Turquie en dépit des protestations syriennes et de la violation flagrante de la charte du mandat qui garantit l’intégrité des territoires confiés à la France.

62 J.-C. David, « Dynamiques citadines et production de l’espace en Syrie : le cas d’Alep » in BEO 52, IFEAD, Damas, 2000, p. 293.

63 Il s’agit du Comité national pour la mémoire du Nord syrien (al-Lajna al-wataniyya li-dhakirat al-chimal al-suri) dont le siège est à Idlib et qui est présidé par Mohammed Khaled Omar. Voir ma contribution aux travaux de ce comité : Méouchy 2009.

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Ibrahim Hanano (4e en partant de la droite) avec des notables d’Alep, photographiés sur les marches du Sérail (gouvernorat).
Crédits Cliché anonyme, vers 1919-20 ? (collection privée).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Photo 2 : Réjouissances populaires rue du Khandaq lors de la libération d’Ibrahim Hanano par les autorités françaises.
Crédits Carte postale ancienne, collection privée
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6657/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 1 : Les accords Sykes-Picot de 1916.
Légende 1) Le vilayet de Mossoul originellement attribué à la France par les accords Sykes-Picot, revient à la Grande-Bretagne en 1919 en contrepartie de son évacuation de la Syrie.2) C’est dans la zone prévue sous le contrôle de la France que les troupes françaises seront autorisées à se déployer, à partir d’octobre 1918, sous l’autorité du général Allenby (comparer avec la figure 2).
Crédits Cartographie B. Dewailly
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6657/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 2 : Les territoires de la révolte du Nord.
Crédits Cartographie B. Dewailly
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6657/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 3 : Les principaux chefs de la révolte du Nord selon Youssef al-Saadoun.
Légende 1 - Ibrahim Hanano 2- Najib Uwayyid 3- Youssef al-Saadoun 4- Mustafa Hajj al-Husayn 5- Omar Bitar
Crédits Réalisation : A. Eid
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6657/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

Auteur

Docteur en histoire, ingénieur de recherches au CNRS, responsable des Presses de l’Ifpo

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540