Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alep et ses territoires

 | 
Jean-Claude David
, 
Thierry Boissière

Première partie - Comment la troisième ville de l’Empire ottoman est devenue un chef-lieu de mouhafaza en Syrie

Chapitre 2 – Le rôle politique des tribus kurdes Milli et de la famille d’Ibrahim Pacha à l’ouest du Kurdistan et au nord du Bilad al-Cham (1878-1908)

Azad Ahmad Ali
Traduction de Salma Azmé

Résumé

L’apogée du pouvoir du chef des tribus kurdes Milli, Ibrahim Pacha, entre 1878 et 1908, s’inscrit dans l’histoire du déclin de l’Empire : Ibrahim Pacha Milli et sa cavalerie hamidienne (Hamidiyyé) sont un soutien du sultan contre le parti Jeune Turc. Elle s’inscrit aussi dans une géographie régionale et dans les politiques d’aménagement du territoire fondées sur une politique de peuplement pour établir la sécurité et renforcer la stabilité des sédentaires au nord du Bilad al-Cham. L’une des fonctions de l’alliance Milli est de limiter les razzias des bédouins Chammar et ‘Anaza et de préserver le mode de vie paysan sédentaire. Les villes qui semblent d’abord assez peu concernées jouent un rôle de plus en plus important, devenant un élément essentiel de structuration de l’espace et des pouvoirs. Alep est la plus grande ville à plusieurs centaines de kilomètres à la ronde, celle qu’Ibrahim Pacha Milli a cherché à investir. Le réquisitoire de l’historien alépin Kamel al-Ghazzi contre Ibrahim illustre le refus par les Alépins d’être englobés dans un espace dominé par le pacha kurde avec l’aval des grandes puissances. L’active campagne des notables citadins pour hâter sa chute en 1908 le confirme. Après l’échec des tentatives d’instauration d’un État kurde, les descendants d’Ibrahim Pacha restent favorables au renforcement du pouvoir central de Damas aux dépens d’une consolidation des pouvoirs locaux.

During the fall of the Ottoman Empire between 1878 and 1908, Ibrahim Pasha’s leadership powers over Milli Kurdish tribes peaked. Ibrahim Pasha Milli and his Hamidian cavalry took the side of the Sultan against the Young Turks party. In relation to the local situation, this strategy is to be understood as part of the territorial planning policies that aimed at fostering immigration in order to strengthen security and ensure the stability of the non-nomadic groups living in the north of Bilad-al-Sham. Milli’s alliance was designed to limit the raids coming from the Bedouin tribes Shammar and ‘Anaza and to preserve a non-nomadic lifestyle in the country side. Cities became increasingly involved in this process and were eventually a determining factor in land and power structuring. As Aleppo is the largest city for hundreds of miles around, Ibrahim Pasha Milli tried to conquer it. The Aleppine historian Kamel al-Ghazzi, describes in his indictment the reasons why Aleppans refused to be incorporated into an area dominated by the Kurdish pasha and backed by the West, as demonstrated by the group of prominent Aleppans that mobilised against Ibrahim Pasha to hasten his fall in 1908. In an attempt to establish a Kurdish state, Ibrahim Pacha’s heirs supported the reinforcement of the central power of Damascus at the expense of local powers merging.

يندرج وصول إبراهيم باشا رئيس قبائل مللي الكردية إلى أوج سلطته بين العامين 1878 و1908 في إطار تاريخ أفول الإمبراطورية العثمانية : كان إبراهيم باشا مللي وفرسانه الحميديون (الحميدية) يشكلون دعماً للسلطان ضدّ حزب تركيا الفتاة. كما يندرج في جغرافيا إقليمية وفي سياسات “تنظيم المناطق” المرتكزة إلى سياسة الإعمار لترسيخ الأمن وتعزيز استقرار غير الرحّل شمالي بلاد الشام. تمثّلت إحدى وظائف تحالف مللي في الحدّ من غزوات البدو من شمّر والعنزة والحفاظ على أسلوب الحياة الفلاحي المستقر. وقد لعبت المدن التي يبدو للوهلة الأولى وكأنّها ليست معنيةً كثيراً دوراً متعاظماً، فأصبحت عنصراً أساسياً لهيكلة الفضاء والسلطات. كانت حلب أكبر المدن في محيطٍ يبلغ مئات الكيلومترات، وقد سعى إبراهيم باشا المللي إلى غزوها. وتبرز مرافعة المؤرخ الحلبي كامل الغزي ضد إبراهيم رفض الحلبيين لدمجهم في فضاءٍ يسيطر عليه الباشا الكردي بموافقةٍ من القوى العظمى. وقد أكّدت ذلك الرفضَ الحملة النشيطة التي قام بها وجهاء المدينة لتسريع سقوطه في العام 1908. بعد فشل محاولات إقامة دولةٍ كردية، واصل خلفاء إبراهيم باشا دعمهم للسلطة المركزية في دمشق على حساب تقوية السلطات المحلية.

Texte intégral

Photo 9 : La cavalerie Hamidiyyé à Diyarbakr

Photo 9 : La cavalerie Hamidiyyé à Diyarbakr

Photographie vers 1900, collection privée

Figure 1 : Extension approximative du peuplement kurde de part et d’autre de la frontière syro-turque vers 1938.

Figure 1 : Extension approximative du peuplement kurde de part et d’autre de la frontière syro-turque vers 1938.

D’après une carte de Rondot 1938 et une carte des reliefs du fonds de la Cartothèque Ifpo.

Cartographie J.-C. David et H. David.

1Les trois décennies de l’apogée du pouvoir du chef des tribus kurdes Milli, Ibrahim Pacha, entre 1878 et 1908, s’inscrivent dans une période essentielle de l’histoire de l’Empire ottoman : les soubresauts de son agonie. Elles s’insèrent dans la politique plus large de contrôle par Istanbul des territoires de l’Empire, mais aussi dans le mouvement de réformes politiques et idéologiques qui oppose le sultan Abdül Hamid II, les Jeunes-Turcs et les grandes puissances. Ibrahim Pacha Milli et sa cavalerie hamidienne (Hamidiyyé) furent un soutien important du sultan contre le Comité Union et Progrès.

2Ces politiques autour des tribus kurdes s’inscrivent aussi dans une géographie régionale et locale et dans une histoire beaucoup plus longue, au cours de laquelle les politiques d’aménagement du territoire fondées sur des mesures de peuplement, de sédentarisation et de contrôle, justifiées essentiellement par des raisons fiscales et sécuritaires, évoluent, notamment dès les dernières décennies du xviie siècle, en devenant plus systématiques. Après l’échec de l’installation de Turkmènes dans les campagnes de Raqqa et d’Alep, le pouvoir se tourne vers les tribus kurdes, inaugurant une politique régionale qui pendant deux siècles reposa sur une alliance fluctuante avec elles. C’est dans ce contexte que s’effectua la montée du pouvoir de la fédération des tribus Milli.

3Les villes qui semblent d’abord assez peu concernées par cette politique jouent un rôle de plus en plus important, devenant un élément essentiel de structuration de l’espace et des pouvoirs. Sites de rayonnement des réseaux économiques et sociaux et relais du pouvoir central, elles sont aussi convoitées par les chefs de tribus, comme ancrage des dominations régionales et lieux de concentration des richesses. Dans cette géopolitique, Alep est centrale pour les différents protagonistes qui s’y rencontrent ou s’y évitent. C’est la plus grande ville à plusieurs centaines de kilomètres à la ronde, celle qu’Ibrahim Pacha Milli a cherché, un temps, à investir. D’autres villes plus proches, une petite ville comme Raqqa, ou plus éloignées comme Damas, ont figuré dans ses projets. Une réunion de consuls à Alep en 1904, qui semblent favorables à Ibrahim, immortalisée par une photo bien connue (fig.1), mais aussi le réquisitoire de l’historien alépin Kamel al-Ghazzi contre Ibrahim Pacha, illustrent les aspects régionaux de ces stratégies et notamment le refus par les Alépins d’être englobés dans un espace dominé par le pacha kurde avec l’aval des grandes puissances. L’active campagne des notables citadins pour hâter la chute d’Ibrahim Pacha en 1908 le confirme.

Figure 2 : Photo (prise par A. Poché) d’une réunion avec Ibrahim Pacha Milli (au centre) et les consuls des grandes puissances, à Alep en 1904, chez A. Poché consul d’Autriche-Hongrie (à l’extrême droite).

Figure 2 : Photo (prise par A. Poché) d’une réunion avec Ibrahim Pacha Milli (au centre) et les consuls des grandes puissances, à Alep en 1904, chez A. Poché consul d’Autriche-Hongrie (à l’extrême droite).

Formation de l’alliance des tribus kurdes Milli. Stratégies régionales et relations avec le pouvoir impérial ottoman

4Les Ottomans ont misé sur la loyauté tribale kurde et se sont appuyés sur l’autorité des chefs de tribus sédentaires ou nomades. Ils ont ainsi bénéficié du pouvoir de puissants émirs établis sur des terres périphériques, censés assurer la sécurité sur les frontières orientales, dans les contrées arabes et le Kurdistan, permettant ainsi au sultan de concentrer ses forces contre les menaces venues de l’ouest et du cœur de l’Europe. Dans ce contexte, le rôle de ces forces a pris de l’ampleur en particulier grâce à la formation d’alliances et de pôles tribaux étendus, dont l’un des plus importants a été l’alliance Milli fondée avec une partie de la tribu Milan, les Bamiri, vraisemblablement un ensemble de familles qui en constituait l’élite. Cette alliance apparaît pour la première fois au début du xvie siècle selon Abou Bakr (1973, p. 3) et plus tôt encore selon d’autres références (Ayoub Khan sans date, p. 26). L’alliance Milli a rassemblé des tribus kurdes et arabes et quelques tribus turkmènes. Ce fut une alliance essentiellement défensive et sociale. Elle regroupait une majorité de sunnites avec des Yézidis et des chrétiens. Elle s’étendait aussi à de nombreuses tribus et familles sédentaires arabes et kurdes. L’alliance des Milli est restée active jusqu’au milieu du xxe siècle, période à laquelle on a dénombré cinquante tribus kurdes et arabes regroupées (Zakaria 1983, p. 664). En fait le nombre de tribus que comprenait l’alliance variait suivant les besoins et les intérêts. Il a probablement atteint son apogée à la fin du xixe siècle, sous l’autorité d’Ibrahim Pacha et avec la faveur personnelle du sultan Abdül Hamid II.

5Ces tribus vivaient en Haute Mésopotamie côté Euphrate et parlaient le dialecte kurde du nord kurmandji. Des liens et des traits culturels et religieux communs les rattachaient aux tribus arabes et turkmènes : la religion musulmane majoritaire et la loyauté au sultan ottoman. Plus tard est apparu un autre lien entre toutes ces parties, la défense des intérêts économiques que représentait l’exploitation des pâturages et des terres agricoles ainsi que la nécessité de les protéger contre les razzias et l’accaparement par les bédouins venus du centre de la péninsule arabique.

  • 1 La répartition géographique de l’alliance sur ce territoire correspondait à ce qui suit : « Les ‘ma (...)

6Les tribus Milli vivaient surtout de l’élevage des moutons, des chèvres et des vaches et dans une moindre mesure d’élevage des chameaux. Leurs déplacements saisonniers se faisaient donc vers les pâturages estivaux situés sur les piémonts au nord et vers les pâturages d’hiver dans les plaines de la Mésopotamie « syrienne » sur les rives de l’Euphrate au sud. Ces tribus étaient réparties sur un territoire estimé à plusieurs dizaines de milliers de kilomètres carrés, entre les villes d’Alep, Raqqa, Mardin, Diyarbakr et Mossoul. Mais le centre de cette alliance était Viranshaher, ville actuellement située en Turquie au nord de la ville syrienne de Tell Abiad, à quelque cinquante kilomètres au nord de la frontière actuelle à mi-distance sur une ligne est-ouest reliant Mardin à Urfa1.

Politique ottomane de contrôle du territoire et stratégies des tribus kurdes Milli au xviiie siècle au nord du Bilad al-Cham, autour de Raqqa

7Un épisode important de l’émergence de l’alliance tribale des Milli se situe au début du xviiie siècle, lorsque le pouvoir ottoman met en place une politique de peuplement pour établir la sécurité et renforcer la stabilité des sédentaires au nord du Bilad al-Cham. Il se tourne d’abord vers les éléments turcs et plus particulièrement turkmènes, encourageant certaines de leurs tribus à s’installer dans les campagnes de Raqqa et d’Alep, à partir de 1691. C’est l’une des premières opérations de peuplement forcé dans la région, répondant à des logiques militaires, politiques et sociales. La propriété de la terre est réglementée et son exploitation organisée par des firmans. La taxe d’État sur l’ensemble de la production agricole est fixée à 30 %. Mais cette politique échoue, les Turkmènes ne parvenant pas à atteindre les objectifs, pour le développement agricole comme pour la sécurité. Une partie des Turkmènes retournent vers leurs régions d’origine et une autre s’enfuit vers le Nord, sur les terres d’Anatolie de l’Ouest (Orhonlo 2005, p. 78 et 103). Après ces résultats décevants, il est, semble-t-il, décidé de se tourner vers les tribus kurdes plus nombreuses et situées dans les régions proches du nord du Bilad al-Cham. Les branches issues des Bahaa al-Dinli et des Jamal al-Dinli que sont les Hasanli et les Bidanli de la tribu des Milli sont encouragées à s’installer aux alentours de Raqqa vers 1711 (Orhonlo 2005, p. 134). Plus tard, le pouvoir ottoman encourage d’autres branches, en particulier celles de Bamiran, Omarian et Dodikan, avec quelques familles turkmènes, à s’installer encore à Raqqa pour reconstruire la ville et sa campagne, et travailler la terre. Mais la majorité d’entre eux retourne à la vie semi-nomade tandis qu’une partie s’installe dans la ville. Ceux qui restent à Raqqa sont probablement les ancêtres de ses vieilles familles bourgeoises.

8Dans le cadre du même objectif de maintien de la stabilité sociale et politique au sud de l’Anatolie et au nord du Bilad al-Cham, des chefs de tribus sont invités à Istanbul par le sultan en 1779. Parmi eux se trouve Tamer (Timour) bek, chef des Milli. Son pouvoir sur ces tribus s’est accru et il a étendu son territoire et concurrencé les chefs sédentaires de Diyarbakr. « Il commença à lever un impôt sur des habitants à son profit personnel et mit la main sur tous les centres situés dans les vilayet d’Alep, de Diyarbakr et de Raqqa. En 1215 de l’hégire, 1800 apr. J-C., Timour bek al-Milli, ancien dissident, fut nommé wali de Raqqa après avoir été amnistié par le sultan. Le titre de vizir lui fut attribué » (Ayyach 1989, p. 324). L’un des principaux rôles de l’alliance Milli est donc de limiter les razzias des bédouins Chammar et ‘Anaza et de préserver le mode de vie paysan sédentaire. Ce rôle se poursuit jusqu’au début du xxe siècle. Mais il apparaît que tout au long de l’histoire de l’alliance Milli, lorsque celle-ci acquiert trop de pouvoir et que ses chefs ambitionnent d’accéder à plus d’indépendance vis-à-vis du pouvoir ottoman, ce dernier a recours à la force pour la contraindre à rester dans les limites du contrôle de l’État. Après une période d’alternance entre faveur et disgrâce pour la dynastie et la tribu Milli (avec des passages en prison de certains chefs, un possible assassinat politique de Timaoui Pacha, l’aïeul d’Ibrahim Pacha Milli, et une alliance lucrative avec l’occupant de la Syrie, le khédive d’Égypte Ibrahim Pacha, contre le sultan), le pouvoir ottoman reprend le contrôle de la région en 1841. Les chefs des Milli sont amnistiés et la tribu retrouve son rôle dans la fidélité au sultan.

La formation de la cavalerie « hamidienne » et le rêve alépin d’Ibrahim Pacha Milli

9Le firman qui crée la cavalerie hamidienne vers 1891 a une très forte incidence sur l’histoire de la famille de Timour. À cette époque, les troupes hamidiennes sont le principal levier du pouvoir de l’alliance tribale et de la famille, et renforcent en particulier le pouvoir d’Ibrahim Pacha « Barho », petit-neveu de Timour. Sous son commandement, l’alliance intervient dans les problèmes du Sud anatolien et du Nord de l’actuelle Syrie. À la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, Ibrahim Pacha devient l’une des personnalités politiques les plus importantes et les plus populaires de l’empire, au point qu’il est nommé « mir miran Kurdistan » (grade de Pacha équivalent au grade militaire d’amir al-liwa‘).

10Les cavaliers hamidiens sont foncièrement fidèles au sultan et fournissent une protection à l’État contre nombre de dangers intérieurs et de menaces extérieures. Abdül Hamid II avait recommandé leur formation sur le modèle des cosaques de Russie, après que plusieurs hauts gradés de l’armée ottomane en aient encouragé l’idée. La principale composante de ces troupes est kurde et, malgré leur caractère tribal les rapprochant d’une milice, leurs chefs obtiennent des grades militaires (et des uniformes). En pratique, les troupes hamidiennes deviennent des forces de soutien au sultan comme complément de l’armée régulière d’une part et outil politique pour contenir les Kurdes et les récompenser d’autre part (Van Bruinessen 2007, p. 404). C’est une occasion pour Ibrahim Pacha de s’introduire dans le réseau du pouvoir ottoman, transformant ce qui est tribal et populaire en outil politique directement relié à l’État. Ibrahim Pacha entre alors en concurrence avec des gouverneurs de grandes villes : il n’est pas loin de réaliser son rêve d’étendre sa puissance sur la ville d’Alep, centre économique, portail vers la mer et l’Europe, objectif politique et ouverture pour ses ambitions d’indépendance vis-à-vis d’Istanbul. Mais il doit d’abord se contenter de former le noyau d’un territoire autonome avec pour capitale sa ville de Viranshaher. Il accumule une fortune considérable et rallie autour de lui les artisans, les commerçants et l’administration. Bien que son rôle de chef tribal et militaire l’oppose parfois aux dirigeants de l’État et qu’il se soit heurté aux représentants des élites urbaines, particulièrement à Diyarbakr et Alep, l’indépendance et la force des Milli sous sa direction revêtent un caractère loyaliste à l’égard du sultan. Deux tendances politiques se manifestent au début du xxe siècle chez les Kurdes à l’est de l’Empire ottoman. La première est le nationalisme civil kurde, représenté entre autres par la jeune association qui appelle à la réforme à l’intérieur de l’État ottoman, s’oppose au pouvoir du sultan et travaille avec le comité Union et Progrès. La seconde est représentée par les dynasties tribales dont la plus puissante est celle d’Ibrahim Pacha, ralliées au sultan. Ibrahim Pacha mise sur Abdül Hamid et sur le mouchir Chaker Zaki Pacha commandant de la quatrième armée ottomane à Erzinjan, pour la réalisation de ses espoirs politiques en premier lieu et pour renforcer son pouvoir de chef tribal en second lieu.

11Plus tard, ayant conscience de la décomposition de l’Empire ottoman, il projette de prendre ses distances et demande l’aide des Européens. « Certaines sources historiques évoquent même le fait qu’il entre en rébellion contre le pouvoir ottoman. Mais en 1906-1907, Diyarbakr, Urfa et Alep sortent pratiquement de sa zone d’influence. » (Ayoub Khan sans date, p. 77). Les dernières années de son aventure politique et militaire sont l’expression provinciale de questions qui ont bouleversé l’Empire. Le théâtre en est une région à la charnière du Bilad al-Cham et de l’Anatolie orientale au centre de laquelle se trouve Alep. Un récit significatif en est donné par l’historien alépin Kamel al-Ghazzi, lui-même partisan du courant civil qui soutient le comité Union et Progrès et s’oppose aux troupes hamidiennes.

  • 2 Entretien avec Mohammad Ali petit-fils d’Ibrahim Pacha, Revue Hiwar, n. 11, 1996 ainsi qu’un entret (...)
  • 3 Les unionistes constituaient l’une des deux grandes tendances dans le parti nationaliste des Jeunes (...)

12Ibrahim Pacha a voulu commencer sa marche vers l’indépendance à partir d’Alep où il a pris contact avec les consuls européens et en particulier le consul français. Des sources de la famille d’Ibrahim2 indiquent qu’une réunion s’est tenue à Alep en 1904, avec le consul de France dans la maison du consul des Pays-Bas, Albert Poche (fig. 2). Mais les efforts d’Ibrahim Pacha vis-à-vis d’Alep sont vains et ses habitants rejettent son pouvoir et refusent que leur ville soit englobée d’une quelconque manière dans sa zone d’influence : ce refus des Alépins est certainement influencé par les unionistes turcs3 ; de plus, l’élite urbaine alépine ne veut pas dépendre du pouvoir d’un chef tribal kurde. Ceci correspond à la version et à la description que donne Kamel al-Ghazzi du rôle politique d’Ibrahim Pacha et de l’insistance des dirigeants urbains de Diyarbakr et d’Alep pour qu’une instruction soit ouverte contre lui pour mettre fin à sa puissance. La réunion chez le consul des Pays-Bas à Alep marque vraisemblablement le début des contacts sérieux d’Ibrahim avec les consuls européens, qui sont des alliés dans son conflit avec les unionistes. Kamel al-Ghazzi qui n’est donc pas favorable à Ibrahim Pacha décrit ainsi le rejet de ce dernier par les Alépins :

« Puis les gens se mirent à se plaindre de lui auprès du sultan par le télégraphe, s’adressant à lui dans un langage violent, peu inquiets de la portée de sa force et de son pouvoir. Un groupe de riches se prépara et partit à la capitale pour parler des injustices que leur faisait subir cet homme et ils dépensèrent de grosses sommes ainsi que du temps pour arriver à leurs fins ; leur tentative échoua et ils rentrèrent déçus. L’homme, quant à lui, ne laissait pas passer un mois sans offrir des cadeaux au sultan, à sa mère, à ses espions, pour sa cuisine et pour ses écuries. Il donnait au sultan, à sa mère et aux espions beaucoup d’argent et des caisses de beurre aux cuisines et des chevaux de race aux étables. Ainsi le sultan n’entendait aucune critique contre cet homme et n’entendait aucune plainte » (Ghazzi (al-) 1926, t. 3, p. 482).

13Finalement, le sultan sous la pression des opposants à l’influence d’Ibrahim Pacha, est contraint de former une commission d’enquête à son propos :

« Les gens s’agitèrent et perdirent patience dans les vilayets de Diyarbakr et d’Alep et se mirent à envoyer télégrammes sur télégrammes (…). Ils furent aidés en cela par le wali (gouverneur) d’Alep et celui de Diyarbakr qui appuyèrent leur requête et lui donnèrent une couleur politique. Le sultan eut peur alors de se voir désavoué et fit connaître sa décision de former une commission pour contrôler les affaires de cet homme, la commission devant être basée à Diyarbakr, trois de ses membres devant venir de la ville d’Alep, un de Hama, un autre d’Urfa et les autres de Diyarbakr, et dont le wali serait le président » (Ghazzī (al-) 1926, p. 482).

14Selon Ghazzi, ce comité a travaillé durant six mois sans pouvoir interroger Ibrahim Pacha qui refusait de le rencontrer. Puis il évoque la dernière phase du rôle d’Ibrahim :

« Au mois de chaaban de 1324 (septembre 1906), le sultan exprima sa volonté de voir Ibrahim Pacha se joindre aux soldats stationnés au Hedjaz pour qu’il les aide à repousser les tribus des Aouf et des Hozan et d’autres tribus arabes qui s’opposaient à l’État dans ses travaux de construction de la voie ferrée de Médine à la Mecque. Ibrahim Pacha quitta Viranshaher en direction du Hedjaz par la route d’Alep et y arriva en quelques jours. Ils descendirent lui et ses soldats hamidiens au Midan al-Akhdar (la Place Verte) d’Alep, sous des tentes que la caserne militaire leur fournit avec de la nourriture et du foin. Le wali et le gouverneur militaire l’accueillirent et le gouvernement lui fit grand honneur. Puis, après avoir passé quelques jours à Alep, il quitta la ville pour Damas par le train. À peine était-il installé à Damas qu’éclata le coup d’État et que la Constitution fut réclamée. Ibrahim Pacha s’en inquiéta et eut peur d’être arrêté sachant bien qu’il était le premier à mériter de se voir punir pour ses actions passées. Il fit croire au mouchir à Damas qu’il souhaitait retourner à Alep pour amener le reste de ses troupes, et avant d’obtenir son autorisation, il leva le camp de nuit et pris la fuite vers son pays par la route d’Alep, sans toutefois y entrer. Il se dirigea vers Viranshaher en contournant Alep. Lorsque le gouvernement eut confirmation de sa fuite, il envoya des soldats à sa poursuite depuis Alep, qui le poursuivirent mais ne purent l’atteindre qu’aux environs de Mardin, où il s’était barricadé dans une montagne. Ils l’assiégèrent alors durant un mois… » (Ghazzī (al-) 1926, p. 483).

  • 4 « Et on dit de cet homme qu’il possédait à peu près deux millions de livres et qu’il avait creusé u (...)

15Ghazzi confirme qu’Ibrahim Pacha possédait une forte influence militaire et politique, que les valis d’Alep et de Diyarbakr le craignaient, qu’il était totalement dévoué au sultan Abdül Hamid et opposé au comité Union et Progrès. D’après certaines sources, Ibrahim Pacha avait vraiment aussi voulu occuper Damas pour contrer l’action des unionistes au Bilad al-Cham et soutenir le pouvoir d’Abdül Hamid avec l’approbation des Damascènes et des Arabes en général. Il n’avait notamment jamais reconnu le pouvoir des Unionistes et souhaitait que toute la Syrie se soulève contre eux. « En juillet 1908 la révolution Jeune Turque met fin au règne d’Abdul Hamid. Ibrahim résiste et refuse de reconnaître le nouveau régime. Il déclare son indépendance et tente, semble-t-il, de pousser l’ensemble de la Syrie à se révolter en faveur du sultan et contre les Jeunes Turcs mais les opérations militaires menées par l’armée conduisent à sa défaite » (Van Bruinessen 2007, p. 412). Ses ambitions politiques s’envolèrent, en particulier celle de rattacher la ville stratégique d’Alep au territoire qu’il contrôlait4. Les unionistes firent marcher une armée puissante sur les régions des Millan et détruisirent Viranshaher. Ils mirent la main sur une partie des biens d’Ibrahim Pacha. Celui-ci se retira alors vers l’est, pour se réfugier dans la montagne de Sinjar chez les Kurdes Yézidis, pour rassembler ses forces et attendre que le contexte militaire et politique évolue. Il espéra longtemps un soutien de la France et de la Grande Bretagne. Son alliance tribale s’effondra et il ne put résister aux troupes turques. Malade, il mourut en 1908, dans le village de Safia au nord de la ville de Hassaké, en Syrie. Son tombeau est toujours à Tell Bizari à l’est de Safia. Ses fils se rendirent et les forces turques les jetèrent en prison et les condamnèrent à mort.

Le démembrement de l’Empire ottoman, les grandes puissances et le rêve d’un État kurde : le rôle des Kurdes Milli sous Mahmoud bek

16Après la disparition d’Ibrahim Pacha Milli, sa veuve Khansa Khanom, prend sa succession sur ce qui reste de l’union Milli qu’elle dirige jusqu’au début des années 1920, tandis que Mahmoud bek, un de ses fils, en prison, est formellement chargé de la direction de la tribu depuis 1912. Les membres de la famille et ce qui reste de sa cour s’installent à nouveau à Viranshaher. Mahmoud bek tente de reconstruire la fédération Milli, mais une tendance anti-kurde est puissante à Istanbul à cette époque. L’objectif principal est de se débarrasser des centres de pouvoir kurdes, parmi lesquels la direction de la fédération tribale Milli. Enfin, Mahmoud bek peut réunir les branches de la tribu et la relever en gagnant la confiance des unionistes et en manifestant sa fidélité à l’État ottoman. Pendant quelques années encore, se poursuit la politique traditionnelle des Kurdes Milli, alliés de l’Empire : le gouvernement d’Istanbul les charge de repousser les attaques des bédouins ‘Anaza, en particulier lors de la grande razzia dirigée par Ibn Majalat et Ibn Kaachich. La création d’un État kurde reste un des objectifs négociés. Des documents diplomatiques et les sources historiques montrent que la Grande Bretagne pousse alors Mahmoud bek à être candidat, parmi d’autres, à la présidence de l’État du Kurdistan qu’elle souhaite créer : en même temps,

  • 5 Il existe aussi d’autres indices du sérieux de la proposition de confier la présidence du Kurdistan (...)

« Après la guerre, les autorités turques du sud-est de l’Anatolie, sous la domination des unionistes, firent libérer Mahmoud et lui promirent de garantir son pouvoir sur la majorité des Kurdes Milli-s vivant à l’ouest de l’Euphrate, en échange de l’organisation de la résistance contre les Anglais pour les chasser de la région d’Urmiyeh. Mais Mahmoud bek ne fait pas cas de cette mission, établit des relations avec les Anglais et commence à émerger comme candidat au poste probable de chef du Kurdistan unifié. Mais, il échoue ici encore et précisément à cause de l’incertitude liée à l’opération » (Lazarev 1991, p. 115)5.

17Après la défaite de la Turquie et de ses alliés et la démission du mouvement Union et Progrès en octobre 1918, le traité de Sèvres en août 1920 prévoit la création d’une entité autonome kurde. Or, la résistance kémaliste, nationaliste turque et engagée dans une guerre d’indépendance gagne du terrain, et en mars 1921, la France signe un accord avec le gouvernement kémaliste. Le traité de Lausanne de juillet 1923 entérine la fin du soutien des puissances à l’autonomie du Kurdistan. Localement la France et l’Angleterre se sont éloignées des fils d’Ibrahim Pacha ; l’action et le soutien des Kurdes dans la région ne sont plus essentiels. Leurs relations sociales et politiques se transforment d’année en année ainsi que leurs alliances : ils se marient avec les Arabes de la région et s’éloignent progressivement de la culture et des politiques kurdes au point d’en oublier la langue, particulièrement durant le mandat français. Wasfi Zakaria (1983) le confirme :

« La tribu Milli fut divisée en deux par le tracé des frontières. Une partie se trouva à l’intérieur des frontières turques sous Abderrahmane bek et l’autre à l’intérieur des frontières de Syrie, sous Mahmoud bek ».

18L’histoire de l’alliance Milli est caractéristique des mouvements politiques tribaux au sein de l’Empire ottoman. Elle offre un exemple des relations qui opposent la tribu à l’État, d’une part, et les identités non turques à l’Empire ottoman, d’autre part. Ceci dit, Pierre Rondot considère l’alliance tribale Milli comme l’une des tentatives essentielles pour l’unification des Kurdes sur une base nationale, bien qu’elle ait commencé sur un mode tribal au début du xxe siècle : 

« Cette tentative d’unification est curieuse à divers égards. Tout d’abord, ainsi que le remarque M. Minorsky dans son article « Kurdes » de l’Encyclopédie de l’Islam, elle est issue d’un point assez excentrique du Kurdistan, entre Diarbekir et Alep, en tout cas « en dehors des centres habituels du mouvement kurde ». De plus, elle a pour origine la tribu Milli, qui est elle-même une confédération de tribus, amalgame d’éléments très divers, dont un bon nombre d’ailleurs ne sont pas kurdes mais arabes » (Rondot 2000, p. 60).

19Mahmoud et Khalil bek sont clairement favorables à la tendance nationaliste syrienne et s’éloignent du mouvement nationaliste kurde qui milite pour une indépendance en Mésopotamie syrienne ; ceci apparaît clairement lors de la visite en Jéziré, en 1939, du haut-commissaire Gabriel Puaux, car Mahmoud bek et Khalil bek sont tous deux favorables au renforcement du pouvoir central de Damas, aux dépens d’une consolidation des pouvoirs locaux. Ces positions les rapprochent encore de celles des tribus arabes, tandis que la majorité des tribus kurdes, des familles et des communautés chrétiennes penchent pour l’instauration d’un pouvoir local sous mandat français.

  • 6 Note des éditeurs scientifiques : après l’effondrement de l’Empire ottoman, les rapports entre une (...)

20Enfin, on considère que Mahmoud bek tout comme Khalil bek font partie des fondateurs du parlement syrien. Khalil bek est décoré en remerciement de ses services à la nation. Mais les évènements des dernières décennies éloignent les petits-fils d’Ibrahim Pacha de la vie politique, notamment lorsque des centaines de milliers de dunums de leurs terres leur sont enlevés dans le cadre de la réforme agraire de 1963-1966. En tant que groupe familial, ils sont maltraités durant ces dernières années au point que l’un de leurs fils est tué dans la ville de Ras al-‘Aïn lors du soulèvement kurde de Qamechli, en mars 20046.

Notes

1 La répartition géographique de l’alliance sur ce territoire correspondait à ce qui suit : « Les ‘maisons’ de ces tribus kurdes sont situées dans les vilayets est et sud de la Turquie, et au nord-est de la Syrie. Cette zone dessine un arc de cercle depuis la Mésopotamie à l’est (actuellement en Irak), la localité d’al-Jazira (Cizre en Turquie sur le Tigre), le fleuve Khabour à l’Est (Syrie), Hassaké (Syrie) et le mont Sinjar (Irak) au Sud-Est, Mardin (Turquie) plus à l’Ouest, Bingöl (Turquie) en remontant vers le Nord, Siverek (Turquie) en descendant vers le Sud-Ouest, et de là jusqu’à Urfa (Turquie) et Biredjik (Turquie) vers l’Ouest. Leur territoire était donc situé au sud du Taurus oriental et sur l’Euphrate. » (Abou Bakr 1973, p. 5).

2 Entretien avec Mohammad Ali petit-fils d’Ibrahim Pacha, Revue Hiwar, n. 11, 1996 ainsi qu’un entretien avec son frère Abdel-Ilah al-Pacha dans l’objectif de remettre à jour et de compléter les données de cette recherche.

3 Les unionistes constituaient l’une des deux grandes tendances dans le parti nationaliste des Jeunes Turcs ou du Comité Union et Progrès, avec les fédéralistes. Les unionistes souhaitaient un Empire centralisé et unitaire. Pour l’autre tendance, un Empire fédéral était censé favoriser le ralliement des minorités dans une citoyenneté ottomane.

4 « Et on dit de cet homme qu’il possédait à peu près deux millions de livres et qu’il avait creusé un tunnel secret sous terre ou il les cachait et qu’il avait fait tuer le constructeur de ce tunnel dès la fin de son travail pour qu’il ne puisse pas en parler. Et on dit que seul son fils aîné savait où était ce tunnel, et Dieu seul sait la vérité. Quoi qu’il en soit Ibrahim Pacha était très généreux, intelligent et courageux. Il parlait le kurde, langue de ses pères, de ses grands pères et de sa tribu, l’arabe, langue de sa mère et de son épouse, le turc, langue de l’État. Et notons qu’il créa à Souerik (Siverek) un lieu ressemblant à un hospice (tekiyyé) où il nourrissait les pauvres et les voyageurs, Dieu ait son âme. » (Ghazzī (al-) 1926, t. 3, p. 484).

5 Il existe aussi d’autres indices du sérieux de la proposition de confier la présidence du Kurdistan à Mahmoud Bek : « L’expert britannique qui est très certainement le major Noël lui-même, le choisit en 1919, lui, fils d’Ibrahim Pacha, Mahmoud Beik, comme l’un des deux meilleurs candidats pour diriger le royaume kurde que les Britanniques avaient l’intention de créer à l’époque. » (Van Bruinessen 2007, p. 412).

6 Note des éditeurs scientifiques : après l’effondrement de l’Empire ottoman, les rapports entre une entité kurde et un territoire changent totalement dans l’environnement régional au sud-ouest des régions kurdes, au nord de la Syrie. Alep ne peut plus être le centre d’un quelconque espace national ou d’un émirat kurde. Mais si les villes de Diyarbakr en Turquie et Erbil ou Sulaymaniyyé au Kurdistan d’Irak rassemblent les plus fortes populations kurdes en région kurde, Alep qui passe pour abriter 600 000 Kurdes reste une importante agglomération pour ce peuple : elle demeure donc certainement une base de référence pour leur identité.

Table des illustrations

Titre Photo 9 : La cavalerie Hamidiyyé à Diyarbakr
Crédits Photographie vers 1900, collection privée
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 1 : Extension approximative du peuplement kurde de part et d’autre de la frontière syro-turque vers 1938.
Légende D’après une carte de Rondot 1938 et une carte des reliefs du fonds de la Cartothèque Ifpo.
Crédits Cartographie J.-C. David et H. David.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6654/img-2.png
Fichier image/png, 146k
Titre Figure 2 : Photo (prise par A. Poché) d’une réunion avec Ibrahim Pacha Milli (au centre) et les consuls des grandes puissances, à Alep en 1904, chez A. Poché consul d’Autriche-Hongrie (à l’extrême droite).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6654/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

Auteur

Docteur en histoire ; ancien enseignant à l’université d’Alep
Salma Azmé (Traducteur)

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540