Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Alep et ses territoires

 | 
Jean-Claude David
, 
Thierry Boissière

Prologue

Thierry Boissière et Jean-Claude David

Texte intégral

1Notre présentation d’Alep a été rédigée, pour l’essentiel, plusieurs mois avant le début de la révolte syrienne, alors que rien de précis ne la laissait prévoir. Entre l’appel à contribution lancé au printemps 2009 et la parution en hiver 2013-2014, le contenu de cet ouvrage a changé de signification avec la destruction d’une partie de la ville et l’interruption du cours du temps et de la vie à Alep. Il devient ainsi un témoignage sur un passé révolu. Si l’heure n’est malheureusement pas encore au bilan et au réinvestissement scientifique, les textes présentés ici proposent toutefois, à travers les différents éclairages qu’ils offrent de la ville et de sa région, de saisir Alep telle qu’elle prenait forme avant d’être rattrapée par l’histoire. C’est donc le portrait d’une ville et de ses territoires avant la révolution que nous proposons. Portrait certes partiel, mais offrant toutefois des éléments de compréhension des tensions du présent et permettant d’anticiper peut-être les dispositifs urbains, sociaux, économiques et politiques qui sont susceptibles de se mettre en place dès que la paix reviendra et avec elle, nous l’espérons, un autre système politique. Cet ouvrage se veut ainsi un outil pour préserver la continuité et aider à la reconstruction. Il sera aussi nécessairement un support de la mémoire.

2Les textes composant cet ouvrage rédigés avant mars 2011 ne rendent donc pas compte pour la plupart de la spirale de violences dans laquelle le pays se trouve actuellement engagé, ni de ses conséquences, pas plus qu’ils ne rendent compte de la place qu’Alep occupe dans ces évènements. Le soulèvement populaire et la guerre totale que lui mène le régime de Bachar al-Assad n’ont atteint que tardivement Alep, alors qu’ils avaient déjà touché de façon extrêmement violente des localités et des zones proches, situées plus au sud (massif calcaire, région d’Idlib). Jusqu’au printemps 2012, la ville d’Alep a surtout connu des manifestations sporadiques et vite réprimées, se tenant sur le campus universitaire et en périphérie, plus rarement dans le centre. Depuis le mois de mai 2012 cependant, la ville a partiellement rejoint le soulèvement armé et a donc subi les conséquences dévastatrices de cet engagement, à la fois dans des quartiers périphériques (Salaheddine, Sukkari, Masaken Hanano, etc.) et dans des quartiers centraux (les vieux souks, Jdeidé, Soulaymaniyyé, Tilal, ‘Aziziyyé, etc). Si les premiers font l’objet de bombardements intensifs et particulièrement meurtriers, les seconds ne sont pas épargnés, en dépit de leur grande valeur historique, symbolique et patrimoniale, et de la mobilisation de l’Unesco en leur faveur. La question de la survie même de ce patrimoine urbain irremplaçable est désormais posée. Alep reste cependant encore divisée face au mouvement insurrectionnel. Pour l’heure, ce sont surtout les zones périphériques populaires et les campagnes alentour, dont celles du Nord, qui échappent depuis le printemps 2012 au régime, qui portent la contestation et cela, jusque dans le centre‑ville. L’analyse des origines, des logiques de mobilisation et des ressorts de ces différentes formes et degrés d’implication de la ville et de sa région, nécessite une distanciation et une documentation complémentaire.

3Aujourd’hui, tous les fils vitaux se sont rompus. Le tissu de la ville est déchiré ; de part et d’autre d’une ligne de front discontinue les rapports entre les habitants et les combattants sont complexes. Ces derniers luttent pour conserver ou conquérir, en fonction de stratégies locales obscures, des territoires dont certains ne sont plus que des ruines vidées et pillées, alors que les habitants qui sont restés, qui n’ont pas les moyens ou pour certains pas le désir de partir, ont leur survie pour seul objectif.

4Dans une ville comme Alep transformée en champ de bataille, la destruction matérielle est-elle un dommage collatéral ou un objectif en soi ? Le pillage des biens, le viol, la destruction du bâti, ne font-ils pas partie de l’action guerrière au même titre que l’occupation de l’espace et l’anéantissement de l’ennemi combattant ? Il ne semble pas que la conquête et l’occupation d’un bâtiment pour sa fonction ou sa valeur historique, patrimoniale, et esthétique soit un objectif primordial : sa destruction semble généralement plus importante que sa préservation. La destruction matérielle de la ville n’est-elle pas indissociable de celle de la société et des habitants et en ce sens n’est-elle pas aussi insupportable ? Actuellement à Alep, les belligérants ne paraissent pas concernés par la qualité des lieux qu’ils semblent ignorer.

5Mais la destruction de la ville n’est pas seulement le fait de la guerre ou des cataclysmes naturels. Ce peut être en temps de paix, un processus normal pour le renouvellement et le progrès. Les bouleversements de l’espace urbain, les remodelages en profondeur, la recherche de la nouveauté ne vont pas sans destructions. Ainsi les démolitions de quartiers anciens pour des opérations d’urbanisme ou le « nettoyage » des vieux centres sont-ils souvent des préfigurations spectaculaires des destructions du fait de guerre, caractérisées par la volonté d’effacer les signes de la vie et des activités, et de pilonner l’architecture pour la réduire en fragments informes qui disparaissent dans des remblais. C’était le cas à Beyrouth dans les dernières années de l’Empire ottoman où les destructions massives des quartiers anciens n’étaient pas liées à la guerre.

6À Alep, dans les années 1978 à 1982, les importantes démolitions dans les quartiers anciens (plus de 15 hectares entre Bab al-Faraj et Bab al-Nérab), justifiées par des projets d’urbanisme au nom d’un idéal de développement et de modernité, étaient aussi fondamentalement politiques. Comme les bombardements à Hama en 1982, les opérations d’urbanisme à Alep un peu plus tôt visaient, avec l’anéantissement matériel de quartiers déclarés insalubres ou impénétrables, à détruire ou punir une société considérée comme rétrograde et islamiste ou simplement dissidente. Les habitants furent relogés dans de grands ensembles type HLM (masaken cha‘abiyyé), notamment Masaken Hanano, en périphérie.

7La valeur patrimoniale des quartiers détruits était importante mais cette valeur a été un argument supplémentaire pour les détruire rapidement avant une éventuelle prise de conscience et avant les mesures de protection mises en oeuvre quelques années plus tard pour ce qui restait.

Photo 1 : Démolition des quartiers de Bab al-Faraj, Bahsita et Bandara, en juin 1979 (Projet d’urbanisme).

Photo 1 : Démolition des quartiers de Bab al-Faraj, Bahsita et Bandara, en juin 1979 (Projet d’urbanisme).

Jean-Claude David

Photo 2 : Démolition du quartier de Bab al-Faraj, juin 1979 (Bâtiments des xviiie et xixe siècles et au centre une tour de l’enceinte mamelouke) (Projet d’urbanisme).

Photo 2 : Démolition du quartier de Bab al-Faraj, juin 1979 (Bâtiments des xviiie et xixe siècles et au centre une tour de l’enceinte mamelouke) (Projet d’urbanisme).

Jean-Claude David

Photo 3 : Démolition des quartiers de Bab al-Faraj, Bahsita et Bandara, en juin 1979. Matériaux de récupération à vendre.

Photo 3 : Démolition des quartiers de Bab al-Faraj, Bahsita et Bandara, en juin 1979. Matériaux de récupération à vendre.

Jean-Claude David

Photo 4 : Démolition des quartiers de Bab al-Faraj, Bahsita et Bandara, en juin 1979. Matériaux de récupération à vendre.

Photo 4 : Démolition des quartiers de Bab al-Faraj, Bahsita et Bandara, en juin 1979. Matériaux de récupération à vendre.

Jean-Claude David

Photo 5 : Démolition du quartier de Bab al-Faraj, en juin 1979. Matériaux de récupération à vendre.

Photo 5 : Démolition du quartier de Bab al-Faraj, en juin 1979. Matériaux de récupération à vendre.

Jean-Claude David

Photo 6 : Démolition du quartier de Bandara, en juin 1979. Ancienne demeure aristocratique du xviie siècle.

Photo 6 : Démolition du quartier de Bandara, en juin 1979. Ancienne demeure aristocratique du xviie siècle.

Jean-Claude David

Photo 7 : Démolition du quartier de Bab al-Faraj, en juin 1979. Une rue principale.

Photo 7 : Démolition du quartier de Bab al-Faraj, en juin 1979. Une rue principale.

Jean-Claude David

Photo 8 : Démolition du quartier de Bab al-Faraj, en juin 1979. Une impasse de quartier.

Photo 8 : Démolition du quartier de Bab al-Faraj, en juin 1979. Une impasse de quartier.

Jean-Claude David

Photo 9 : Démolition du quartier de Bab al-Faraj, en juin 1979. Destruction d’une des tours de l’enceinte mamelouke.

Photo 9 : Démolition du quartier de Bab al-Faraj, en juin 1979. Destruction d’une des tours de l’enceinte mamelouke.

Jean-Claude David

Photo 10 : Démolition du quartier de Bandara, en juin 1979. Une grande demeure du xviie siècle.

Photo 10 : Démolition du quartier de Bandara, en juin 1979. Une grande demeure du xviie siècle.

Jean-Claude David

Photo 11 : Démolition en cours. Opération privée d’un promoteur.

Photo 11 : Démolition en cours. Opération privée d’un promoteur.

Jean-Claude David

Photo 12 : Démolition en cours en présence de l’inspecteur du Service des Antiquités et du promoteur.

Photo 12 : Démolition en cours en présence de l’inspecteur du Service des Antiquités et du promoteur.

Jean-Claude David

Photo 13 : Démolition en cours. Les éléments de décor en pierre sont systématiquement brisés.

Photo 13 : Démolition en cours. Les éléments de décor en pierre sont systématiquement brisés.

Jean-Claude David

Photo 14 : Démolition en cours.

Photo 14 : Démolition en cours.

Jean-Claude David

Photo 15 : Démolition en cours.

Photo 15 : Démolition en cours.

Jean-Claude David

Photo 16 : Démolition des quartiers hors de Bab al-Nérab en 1982 (constructions du xixe siècle).

Photo 16 : Démolition des quartiers hors de Bab al-Nérab en 1982 (constructions du xixe siècle).

Jean-Claude David

Photo 17 : Démolition des quartiers hors de Bab al-Nérab en 1982 (constructions du xixe siècle).

Photo 17 : Démolition des quartiers hors de Bab al-Nérab en 1982 (constructions du xixe siècle).

Jean-Claude David

Photo 18 : Démolition des quartiers hors de Bab al-Nérab en 1982. Un hammam mamelouk peu avant sa destruction.

Photo 18 : Démolition des quartiers hors de Bab al-Nérab en 1982. Un hammam mamelouk peu avant sa destruction.

Jean-Claude David

Photo 19 : Démolition d’un iwan pavillon de jardin d’époque mamelouke, en mars 1981, par le promoteur d’un lotissement informel et illégal. Démolition approuvée par la Direction des Antiquités.

Photo 19 : Démolition d’un iwan pavillon de jardin d’époque mamelouke, en mars 1981, par le promoteur d’un lotissement informel et illégal. Démolition approuvée par la Direction des Antiquités.

Jean-Claude David

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Démolition des quartiers de Bab al-Faraj, Bahsita et Bandara, en juin 1979 (Projet d’urbanisme).
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Photo 2 : Démolition du quartier de Bab al-Faraj, juin 1979 (Bâtiments des xviiie et xixe siècles et au centre une tour de l’enceinte mamelouke) (Projet d’urbanisme).
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Photo 3 : Démolition des quartiers de Bab al-Faraj, Bahsita et Bandara, en juin 1979. Matériaux de récupération à vendre.
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-3.jpg
Fichier image/, 152k
Titre Photo 4 : Démolition des quartiers de Bab al-Faraj, Bahsita et Bandara, en juin 1979. Matériaux de récupération à vendre.
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-4.jpg
Fichier image/, 112k
Titre Photo 5 : Démolition du quartier de Bab al-Faraj, en juin 1979. Matériaux de récupération à vendre.
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-5.jpg
Fichier image/, 120k
Titre Photo 6 : Démolition du quartier de Bandara, en juin 1979. Ancienne demeure aristocratique du xviie siècle.
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-6.jpg
Fichier image/, 184k
Titre Photo 7 : Démolition du quartier de Bab al-Faraj, en juin 1979. Une rue principale.
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photo 8 : Démolition du quartier de Bab al-Faraj, en juin 1979. Une impasse de quartier.
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Photo 9 : Démolition du quartier de Bab al-Faraj, en juin 1979. Destruction d’une des tours de l’enceinte mamelouke.
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-9.jpg
Fichier image/, 124k
Titre Photo 10 : Démolition du quartier de Bandara, en juin 1979. Une grande demeure du xviie siècle.
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-10.jpg
Fichier image/, 132k
Titre Photo 11 : Démolition en cours. Opération privée d’un promoteur.
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-11.jpg
Fichier image/, 148k
Titre Photo 12 : Démolition en cours en présence de l’inspecteur du Service des Antiquités et du promoteur.
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photo 13 : Démolition en cours. Les éléments de décor en pierre sont systématiquement brisés.
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-13.jpg
Fichier image/, 140k
Titre Photo 14 : Démolition en cours.
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photo 15 : Démolition en cours.
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-15.jpg
Fichier image/, 184k
Titre Photo 16 : Démolition des quartiers hors de Bab al-Nérab en 1982 (constructions du xixe siècle).
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-16.jpg
Fichier image/, 180k
Titre Photo 17 : Démolition des quartiers hors de Bab al-Nérab en 1982 (constructions du xixe siècle).
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photo 18 : Démolition des quartiers hors de Bab al-Nérab en 1982. Un hammam mamelouk peu avant sa destruction.
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Photo 19 : Démolition d’un iwan pavillon de jardin d’époque mamelouke, en mars 1981, par le promoteur d’un lotissement informel et illégal. Démolition approuvée par la Direction des Antiquités.
Crédits Jean-Claude David
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6644/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540