Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développer en Syrie

 | 
Élisabeth Longuenesse
, 
Cyril Roussel

À la recherche d’un modèle de développement

L’extension du port de Lattaquié (1950-1955), étude sur les premiers temps de la fabrique du développement en Syrie

توسيع ميناء اللاذقية (1950-1955)، دراسة حول بدايات صناعة التنمية في سوريا

The extension of the Latakia Seaport (1950-1955). Study of the first stages of the development process in Syria

Matthieu Rey

Résumé

Cette étude porte sur une politique publique particulière, l’extension du port de Lattaquié, au cours des premières décennies après l’indépendance syrienne. La restitution des trois grandes étapes de ce projet permet de comprendre l’imbrication de dynamiques variées qui explique la prise de décision et les modalités de sa réalisation Une attention particulière a été portée aux acteurs publics, aux différentes échelles dans lesquelles s’inscrit cette initiative. Entre 1946 et 1950, plusieurs études concluent à la nécessité de doter la Syrie d’un port. Cependant, engager des travaux pour ces infrastructures implique l’accord d’un réseau d’acteurs complexe. Cela signifie aussi de repenser les liens unissant la Syrie et le Liban. À la fin des années 1940 et au début des années 1950, le projet est en passe d’être approuvé. Sa réalisation est néanmoins retardée par l’instabilité politique et les renouvellements réguliers des équipes ministérielles. Cependant, la convergence d’intérêts politiques et économiques, locaux et régionaux, autorise l’adoption de ce nouveau projet et la mise en place d’une structure originale de gestion, la Société du port. Enfin, entre 1951 et 1958, le projet, à forte valeur symbolique pour le nouveau régime d’Adib Chichakli, est réalisé avec le soutien de l’assistance technique et financière internationale.

This study focuses on a specific public policy that is the enlargement of the Latakia Seaport during the first decade following the Syrian independence. By revisiting the three steps towards the project implementation, we can understand the intricate connections of a multitude of dynamics that would explain the decision-making and implementation methods. A special focus is given to the public actors and the different scales of this policy. Between 1946 and 1950, several surveys revealed the need for a Seaport in Syria. Nevertheless the project execution required the collaboration between complex actors, and a review of the special relationships with Lebanon. At the end of the forties and early fifties, the enlargement plan was approved. However its implementation was delayed due to political instability and a continuous renewal of ministerial staff. Nonetheless, the convergence of political and economic, local and regional, interests allowed for the adoption of this new project and the provision of a unique management structure, the Seaport Corporation. Finally, between 1951 and 1958, the project, which was highly symbolic for the new regime of Adib Chichakli, was implemented ; it received an international technical and financial support.

تتعلق هذه الدراسة بتوسيع ميناء اللاذقية. ويسمح استرجاع مراحل هذا المشروع الثلاث الكبرى بفهم تدخل مختلف الديناميات، الذي يفسر اتخاذ القرار وطرق تحقيقه. وقد أولينا اهتماماً خاصاً بالفاعلين في القطاع العام على مختلف المستويات التي تندرج فيها هذه المبادرة. فبين العامين 1946 و1950، حددت عدد من الدراسات ضرورة تزويد سوريا بميناء. لكن البدء بالأعمال من أجل إنجاز هذا المرفق الحيوي كان يعني الاتفاق على نظام معقد من الفاعلين وكذلك إعادة التفكير في الروابط بين سوريا ولبنان. ففي أواخر الأربعينات ومطلع الخمسينات، كان المشروع في طريقه إلى نيل الإقرار. غير أن تحقيقه تأخر بفعل عدم الاستقرار السياسي والتغيير المتكرر للطواقم الوزارية. بيد أن توافق المصالح السياسية والاقتصادية، المحلية منها والإقليمية، سمح بتبني هذا المشروع الجديد وبإقامة هيكلٍ إداريٍ خاص، هي شركة الميناء. وأخيراً، تم إنجاز هذا المشروع، ذي القيمة الرمزية الكبيرة بالنسبة إلى نظام أديب الشيشكلي الجديد بين العامين 1951 و1958، بدعمٍ تقني ومالي دوليين.

Texte intégral

  • 1 Alif-Bâ, 17 février 1950.

1Le 17 février 1950, le Président du Conseil syrien, Khaled al-‘Azm, se rend à Lattaquié pour inaugurer le chantier d’extension de ce qui doit devenir le premier port de la Syrie. Pour l’occasion, il est accompagné des ministres des Travaux publics et des Finances, et des responsables du gouvernorat. Cette visite, saluée par la presse 1, marque le début des travaux et de la dotation du port en nouveaux équipements (Balanche 2000, p. 105). Ce déplacement et les festivités qui l’accompagnent montrent l’importance accordée à ce nouveau chantier qui se veut une étape nouvelle dans la renaissance économique du pays. Depuis l’accès à l’indépendance, les gouvernements syriens successifs ont défini le développement économique et social comme une mission essentielle de l’État, en réponse aux engagements du président Choukri al-Kouatly (Quwwatli 2001, p. 108-109). Il doit, selon la langue de l’époque, offrir au pays la nahda ou renaissance. À l’encontre d’une rhétorique forgée par les régimes de nature révolutionnaire, postérieurs aux années 1950, il s’agit de montrer ici comment les principaux paramètres des politiques de développement en Syrie ont été pensés et élaborés dès l’indépendance en 1946, et comment ils ont résulté de processus de négociations entre des acteurs variés, forgeant ainsi le visage des pratiques d’aménagement en Syrie.

2Étudier un projet particulier – l’extension du port de Lattaquié  – peut sembler de prime abord réducteur, mais cette démarche doit permettre de croiser les perspectives pour mieux saisir les processus en cours comme la complexité de l’élaboration et de la mise en œuvre d’une telle politique. En soi, l’objectif du projet est relativement simple  : il s’agit de creuser un bassin et d’équiper le site en entrepôts et outils d’embarquement, ce qui revient, pour les acteurs de l’époque, à doter la Syrie d’un port international sur sa façade maritime. Le discours techniciste – il faut un port à la Syrie  – voire naturaliste – le littoral syrien sied à l’accueil d’échanges maritimes  – tend à masquer des orientations qui ne prennent sens qu’en fonction d’échelles spatiales et temporelles différenciées. De multiples aspects s’entrecroisent en effet autour du processus de la formation et de la réalisation d’une politique publique, élaborée par des acteurs aux intérêts et aux horizons d’attente variés et souvent antagonistes.

  • 2 En 1920, les autorités mandataires françaises divisent le territoire syro-libanais en cinq États in (...)

3Le cadre d’analyse se doit ainsi de croiser des échelles spatiales différentes. Il s’agit premièrement de restituer la manière dont une localité et une région, en l’occurrence Lattaquié et son gouvernorat, interagissent avec l’ensemble national. Le rattachement de cette région à la Syrie n’a eu lieu qu’en 1936 et elle reste animée de mouvements centrifuges 2. La seconde échelle correspond à la région arabe dans son ensemble, traversée de concurrences entre les différents pays. L’établissement d’un port en Syrie ne peut s’expliquer sans tenir compte des autres façades maritimes et des équipements portuaires de substitution. L’héritage mandataire pèse lourdement au cours des premières années de l’indépendance et la longueur du processus législatif pour voir aboutir l’extension du port entre 1946 et 1950, ne peut être compris sans référence aux liens complexes qui unissent la Syrie et le Liban. Enfin, la réalisation de cette politique, qui repose sur une mobilisation de capital financier et technique, introduit d’autres acteurs, au premier rang desquels les institutions internationales nouvellement formées. Il faut donc prendre également en compte la dimension internationale.

  • 3 Les archives occidentales reviennent, dans une série de notes diplomatiques, sur ces travaux. Elles (...)

4Peu d’études se sont intéressées à ce jour aux questions de mise en valeur et de développement en Syrie dans les années 1950. Plusieurs facteurs expliquent cet état lacunaire de la question. Les études sur le développement, ou Development Studies, n’ont réellement été instituées qu’à partir des années 1960, et de ce fait, la période antérieure a été omise des analyses (Jollyet alii 2004, p. 49-50). Cette décennie, souvent qualifiée de « développementaliste  », a accaparé l’attention, d’autant plus que les études économiques et sociales connaissent alors, en Occident et dans le monde arabe, un âge d’or, renforcé par l’intérêt des régimes en place (Gombar 1993, p. 67-75). L’oubli relatif et le délaissement de ce thème dans l’historiographie s’expliquent, en outre, par une disqualification à partir des années 1960, dont ont fait l’objet les hommes politiques syriens et le régime parlementaire, perçus comme appartenant à une ère de corruption. Nul mérite n’est attribué aux réalisations de ce temps. Seuls comptent les grands projets de l’ère socialiste. Pourtant, une riche documentation existe 3, permettant la saisie des différentes dimensions de la question de l’extension du port à Lattaquié, dont il faut d’abord préciser la chronologie. Dans un premier temps, entre 1946 et 1949, apparaît l’idée de doter la Syrie d’un port international. En 1950, cette première impulsion aboutit, après de nombreuses négociations et en réponse aux recompositions régionales, à l’élaboration du premier texte de loi posant le cadre juridique de la réalisation technique du projet. Entre 1950 et 1956 enfin, les travaux sont mis en œuvre grâce à l’obtention des capitaux nécessaires et au soutien politique dont il bénéficie.

La genèse du projet (1946-1950)

Le besoin d’un port pour la Syrie ?

  • 4 « Nouveau port aux Alaouites », le 20 août 1946, Carton 313 (La Courneuve, Archives Diplomatiques).

5Alors même que les derniers soldats français quittent son territoire, le nouveau gouvernement syrien met en place une commission d’experts en vue de déterminer le meilleur emplacement pour aménager un port 4. Cette recherche répond avant tout à une géographie des transports héritée de la période mandataire et des indépendances. La Syrie a été constituée par la réunion progressive de régions anciennement unies sous l’Empire ottoman. Les circuits économiques et les modalités de transports ne s’étaient que progressivement transformés au cours de la première moitié du xxe siècle. La géographie du développement est tributaire, dans une certaine mesure, des modifications politiques. Ainsi, en 1900, Alep, la capitale économique – voire politique (Gilbar 1992) – du Nord de la Syrie servait de carrefour aux échanges entre les espaces de la Cilicie et du vilayet de Mossoul (Shield 1991), selon un axe est-ouest, et entre les villes de Syrie et la Turquie. Le débouché maritime était alors Alexandrette (Iskenderun). À la fin de la Première Guerre mondiale, le Nord syrien est rapidement isolé de son espace marchand avec l’apparition de nouvelles frontières politiques. Les échanges avec la Turquie et l’Irak sont rendus plus compliqués par l’émergence de ces nouveaux espaces nationaux, l’existence de législations commerciales différentes et par la présence de douanes. La construction des territoires mandataires entraîne en outre le renforcement de capitales qui tentent de s’imposer comme centre politique. Dès lors, le littoral syrien et les métropoles du Nord deviennent de nouvelles périphéries.

  • 5 « Fonctionnement de l’Union économique libano-syrienne », 18 mars 1948, carton 303, Syrie-Liban 194 (...)
  • 6 Cette évolution s’achève en 1948 avec la création de l’État d’Israël qui entraîne la fin des échang (...)
  • 7 Et ce jusqu’en 2005. Sur la question du Sandjak, voir Élisabeth Picard, « Retour au Sandjak », Magh (...)

6La politique mandataire conduit à renforcer la marginalité du littoral syrien (entendu comme les mouhafazats actuels de Tartous et de Lattaquié). Deux orientations conduisent à cette situation. Tout d’abord, dès 1922, la région est isolée du reste des territoires mandataires syriens et devient l’État alaouite (Sluglett 2004). Au nom du droit des peuples à l’autonomie, la puissance mandataire rompt le lien entre le littoral et son arrière‑pays immédiat. Il en résulte, en matière de géographie des transports maritimes, un délaissement relatif des ports de la côte syrienne et une concentration des échanges vers trois autres ports : Alexandrette, Beyrouth et Haïfa. Dans le cas de Haïfa, en dépit de la nouvelle frontière entre le Liban, la Syrie et la Palestine, les liens historiques entre les familles commerçantes libanaises, palestiniennes et syriennes expliquent la continuité du recours à ce port. En outre, la Syrie et la Palestine mandataires partagent une union douanière 5. Cependant, au cours des années 1920-1930, la concurrence entre les places portuaires de Beyrouth et de Haïfa profite largement à la capitale libanaise. Une forte croissance des échanges est attestée entre 1920 et 1945. Beyrouth tend à devenir l’un des deux ports d’échanges pour les produits à destination ou en provenance de la Syrie 6. Ensuite, à partir de 1939, Alexandrette cesse d’être intégré à l’espace économique syrien. À l’approche de la Seconde Guerre mondiale, la France cède en effet à la Turquie la souveraineté sur le sandjak d’Alexandrette qui est rattaché au pays en 1939. En réaction, le gouvernement syrien rompt les relations avec la Turquie et refuse de reconnaître le nouvel état des frontières 7. La géographie des transports est donc l’héritière des modifications successives des frontières.

7En 1946, la commission ministérielle d’expertise syrienne parvient à la conclusion que le site de Lattaquié est propice à l’installation d’un port. Le littoral syrien est intégré à l’ensemble national et devient une interface en devenir pour le nouvel État indépendant. Ce ne sont donc pas des facteurs naturels qui expliquent le choix de cette région, mais bien la carte politique qui détermine celle des transports. Comme le rappelle Fabrice Balanche, les sites favorables à l’établissement de ports sont nombreux le long du littoral syrien (Balanche 2000, p. 94), celui de Lattaquié n’est en rien privilégié par la nature par rapport à Tartous ou Banias par exemple. De plus, le littoral reste mal desservi en 1946, ce qui limite les échanges entre la côte et l’arrière-pays. Néanmoins, parmi les différents lieux du littoral, Lattaquié peut apparaître privilégiée dans la compétition locale par sa fonction de capitale de la mouhafazat. Ses élites peuvent plus aisément suggérer la possibilité d’un développement économique à partir d’une infrastructure déjà existante.

Un réseau d’acteurs complexe

  • 8 Alif -Bâ, 15 août 1946.
  • 9 Alif-Bâ, 17 septembre 1946.
  • 10 Al-majlis al-niyâbi al-sûri, Mudhakkiâat Niyâbiya Sûriyya, 1946, 7e session exceptionnelle, 5eséan (...)

8Si l’examen des données géographiques démontre l’importance du choix politique, celui-ci se trouve également largement conditionné, entre 1946 et 1949, par l’actualité et par un mode de gouvernement propre au système parlementaire syrien. Plusieurs acteurs appartenant à des registres différents interagissent au sein d’un système politique en construction. Le suivi du projet permet de cerner plus précisément le rôle de certains d’entre eux et de préciser leur capacité d’intervention. La commission d’étude formée à la fin du mandat rend son rapport en août 1946, invitant à une mise en valeur du site de Lattaquié, à hauteur de 800 000,00 livres syriennes 8. La réunion de la Chambre en septembre conduit à un réexamen de la dotation budgétaire qui relève nettement l’investissement envisagé. Ce dernier passe de 800 000 à 1 795 000,00 livres syriennes 9. Il apparaît ainsi comme l’un des principaux postes de dépense du ministère des Travaux publics, lui-même disposant d’une importante dotation budgétaire 10.

  • 11 « Mouvement el Mourched », 30 septembre 1946, carton 293, Liban-Syrie 1944-1952, La Courneuve, Arch (...)
  • 12 Al-Baradâ, 13 avril 1947.

9Néanmoins, la réalisation du projet rencontre plusieurs difficultés. Dans la seconde moitié de 1946, la région de Lattaquié est le théâtre de violents mouvements de contestation de l’autorité de Damas 11. Suleiman Murched conduit un mouvement réunissant une partie des notabilités locales, provoquant dès lors une scission au sein du groupe dominant du gouvernorat (Landis 1997, p. 144-169, Ma‘ruf 2003, p. 61-67). Le mouvement subit une répression très dure, symbolisée par la pendaison de Murched, le 20 janvier 1947. La conduite de l’ensemble des procédures de répression est menée par le mouhafiz (gouverneur), Adel al-Azmeh, qui s’octroie d’importantes prérogatives pour mener sa mission. Le rôle du mouhafiz devient central au tournant de 1946 et 1947. Ce dernier, représentant l’autorité centrale, agit comme le principal agent politique du gouvernorat, imposant souvent une approche autoritaire. Une fois le rétablissement de l’ordre public achevé, il apparaît rapidement que, loin de se contenter d’actions limitées ou d’arbitrages, le mouhafiz parvient à contrôler la région de manière « despotique 12 », selon la presse contemporaine. Bientôt, les journaux rendent compte régulièrement de protestations multiples et variées de la population et des notables de Lattaquié à l’encontre des conduites autoritaires de Adel al-Azmeh, mais aussi de toute une série de malversations financières. Ces échos attestent de mouvements contradictoires au sein des classes notabilières dans leurs échanges avec le centre politique. Le mouhafiz cristallise les critiques mais demeure la personne à même de conduire et de soutenir les projets régionaux par l’obtention des capacités techniques et financières. Néanmoins, il faut attendre les élections législatives de mai 1947 pour que les procédures administratives et politiques se rétablissent conformément aux attentes de la capitale et des élites locales. Dans ce contexte, Adel al-Azmeh favorise le rétablissement du dialogue, ce qui peut autoriser le développement de la région.

  • 13 Né en 1886, il poursuit une formation au collège impérial d’Istanbul qui lui permet de devenir prof (...)

10Adel al-Azmeh 13 est donc l’un des principaux acteurs du projet de port. Ce dernier, héros du combat nationaliste et frère du président du parti Watani dont est issu le président de la République (Qasmia 1991, p. 118-119), devient un relais des aspirations locales. Dans une lettre datée du début du mois d’octobre 1947, il mentionne les personnes qui portent le projet de port national à Lattaquié et indique quelles sont leurs justifications (Qasmia 1991, p. 486). Il s’agit des députés, des membres de la chambre de commerce, des chefs de municipalités et des grands commerçants de la ville. Le rassemblement de représentants des milieux du commerce et de la politique a laissé penser qu’une classe bourgeoise capitaliste était en voie de formation au sein du parlement syrien (Heydemann 1999, p. 37). Le projet du port de Lattaquié serait donc, dans une large mesure, une des politiques publiques dont ce groupe serait le défenseur.

  • 14 Al-majlis al-niyâbi al-Sûri, Mudhakkirât niyâbiyya Sûriyya, 1948, deuxième session exceptionnelle, (...)

11L’argumentaire d’Adel al-Azmeh rappelle également les caractéristiques principales de la vision de ce groupe. Ce projet doit être perçu non comme une politique régionale mais bien nationale, requérant l’attention de toute la patrie. En effet, il doit bénéficier à tous, en facilitant les déplacements et les approvisionnements. Adel al-Azmeh défend aussi l’idée que cette infrastructure rétablira l’équilibre de la balance commerciale du pays. Le fait de pouvoir bénéficier d’un port d’export et d’import doit permettre un équilibre de la balance des paiements. Il n’est guère possible d’isoler le projet d’extension du port des autres projets de développement, au premier rang desquels l’approvisionnement en eau de la ville d’Alep. Dans les débats de l’Assemblée nationale, au cours des discussions sur les travaux publics, il apparaît clairement que le développement – entendu par les acteurs comme l’aménagement du pays et la recherche d’une amélioration du niveau de vie  – s’apparente avant tout à la réalisation de grands travaux fortement inscrits régionalement 14. Ainsi, les élites alépines défendent l’idée d’adduction hydraulique de l’Euphrate et sont renforcées par les représentants de la Djézireh, intéressés par un essor de l’aménagement du fleuve pour les besoins d’irrigation. De même, les élites de Lattaquié soutiennent l’extension du port. Ici se croise un polycentrisme fort dans la constitution de l’élite syrienne au lendemain de l’indépendance et une convergence des intérêts dans la définition d’un modèle de développement. Là où de nombreux pays de la région s’engagent dans la programmation de plans nationaux de développement (Kingston 1996), la politique du développement en Syrie est marquée par la promotion de chantiers distincts, régionalement situés mais à prétention de développement national. Aucun plan national de développement n’est donc élaboré. En cela, la promotion d’une extension portuaire permet de préciser les pratiques politiques.

Une condition au projet : rompre avec le Liban

  • 15 « Political Review – 1947 », Boîte 17, série 3248A, Foreign Relations of the United States, Nationa (...)
  • 16 Constitués au lendemain de la création des mandats, les Intérêts communs constituent une administra (...)

12Le second argument mentionné par Adel al-Azmeh – à savoir l’équilibre de la balance commerciale  – mérite d’être analysé. Il s’inscrit plus généralement dans la question des relations commerciales et politiques entretenues par la Syrie. Depuis l’indépendance, les liens particuliers en matière économiques avec le Liban demeurent toujours en vigueur. Ils concernent trois objets  : la monnaie, les douanes, et les intérêts communs 15. Une union monétaire lie les monnaies syrienne et libanaise, toutes deux appartenant à la zone du Franc français. De même, la Syrie et le Liban appartiennent au même espace douanier impliquant une négociation permanente pour la répartition des montants de douanes entre les deux pays. En général, la Syrie obtient 60  % du revenu global des douanes, le Liban 40  %. Enfin, une institution commune gère cet ensemble de questions, dénommée les Intérêts communs 16. En cela, la balance commerciale est largement dépendante du Liban. Ces éléments partagés relativisent grandement la liberté des deux gouvernements en matière de politique économique  : chaque décision d’un des deux cabinets infléchit la politique de l’autre.

  • 17 « Reorientation of Syrian Economic Policy Reconsidered », 26 août 1947, boîte 2, série 3247, FRUS, (...)
  • 18 « Situation du Nord syrien », 12 août 1947, carton 293, Liban-Syrie 1944-1952, La Courneuve, Archiv (...)
  • 19 Al-Ayyâm, 1 janvier 1947.

13D’importantes divergences se font jour rapidement après l’indépendance. Le Liban s’engage dans une politique libérale en matière de commerce, attirant les importations ou les exportations syriennes. Les agences libanaises de commerce s’imposent comme des intermédiaires indispensables aux marchands et producteurs syriens 17. En parallèle, les gouvernements syriens successifs optent pour une politique de protection de leur production, particulièrement concernant le textile 18. Cependant une partie des hommes politiques syriens en vient à critiquer lourdement le Liban, accusé de profiter de l’unique infrastructure portuaire, Beyrouth. En outre, les débats sur les quotas de douanes rappellent régulièrement l’inégalité des deux parties, la Syrie étant forcée de s’aligner sur la politique libanaise en cette matière  : en vertu de l’union douanière, tout bien importé à Beyrouth peut entrer librement sur le territoire syrien, ce qui place le Liban dans une position dominante dans les négociations douanières. Rapidement, l’alternative de l’unité économique complète ou de la rupture s’impose aux dirigeants syriens 19.

  • 20 Alif-Bâ, 27 novembre 1948.

14Aux questions relatives aux institutions communes léguées par la puissance mandataire s’ajoutent, à partir de 1947, les discussions qui portent sur le blé et le pétrole (Chataini 2007, p. 74-90). Depuis la Seconde Guerre mondiale, un accord s’est établi entre la Syrie et le Liban autour de livraisons de blé  : la Syrie doit livrer au Liban du blé à un prix fixe. Cet accord fait l’objet de multiples critiques de part et d’autre. Une partie de la presse libanaise et de la classe politique rappelle sans cesse que le Liban est lésé par un achat à un prix plus élevé que le cours mondial. Au contraire, les Syriens ressentent durement ces livraisons qu’ils honorent dans le cadre d’une politique d’entente entre les deux pays, alors même que la Syrie souffre de pénuries et que les prix du blé ne cessent d’augmenter. Mais une dénonciation des livraisons ne peut être envisagée sans remettre en cause l’ensemble du dispositif d’accords bilatéraux. En outre, une partie de la classe bourgeoise alépine tend à se spécialiser dans ce produit. Elle revendique une autonomie à l’égard du port de Beyrouth en disposant d’un port syrien, et le développement d’un accès littoral plus proche 20. La question pétrolière est également au cœur de tensions importantes. Lorsque l’Iraq Petroleum Society décide de construire un oléoduc entre Kirkuk et la mer Méditerranée, elle se trouve confrontée à des difficultés concernant le choix du port de débouché et le tracé de la conduite. Les autorités syriennes réclament un second débouché sur le littoral syrien en échange du passage de l’oléoduc sur son territoire. En avril 1949, lorsqu’un accord est signé (Abdal-‘Al 2007, p. 212), une clause prévoit la mise en place, à terme, d’un port pétrolier sur le littoral syrien.

15Si des données économiques et législatives lient la question du port de Lattaquié aux relations bilatérales entre le Liban et la Syrie, les sentiments collectifs viennent également s’inviter dans le débat. En décembre 1946, les derniers soldats français quittent le territoire libanais, comme ils l’avaient fait en avril 1946 pour la Syrie. Après l’obtention de l’indépendance politique, de nombreux hommes politiques libanais cherchent à dénouer les derniers liens qui attachaient leur pays à la Syrie. Ces projets libanais, largement connus et commentés dans la presse syrienne, suscitent un triple sentiment au sein de la population syrienne (Chataini 2007). Tout d’abord, l’impression domine que le Liban n’est pas reconnaissant de l’effort syrien pour le fournir en matière agricole et le protéger, et qu’il agit de manière égoïste en matière économique. À cette impression, se greffe un sentiment d’infériorité devant les élites libanaises. Enfin, l’éthos du nationalisme arabe, très fort en Syrie, impose de rechercher en permanence le rapprochement avec les contrées arabes séparées par la colonisation, mais il se trouve bafoué par l’aspiration libanaise à l’isolement. Au cours de 1947, une série de rencontres prévient la séparation économique des deux pays, laquelle est finalement décidée en deux temps, mars 1948 et mars 1949. En parallèle, de nouvelles décisions sont prises concernant le développement du port de Lattaquié.

Des blocages au vote de la loi d’extension

Un projet ajourné par l’instabilité politique

  • 21 Al-Qabas, 21 septembre 1948.
  • 22 Al-Manâr, 12 juillet 1948.
  • 23 Alif-Bâ, 5 janvier 1949.
  • 24 Né en 1903, il est titulaire d’un diplôme de droit délivré par l’université de Damas en 1922. Il es (...)
  • 25 Al-majlis al-niyâbi al-sûri, Mudhakkirât niyâbiyya Sûriyya, 1949, 5e session exceptionnelle, 14e se (...)

16La presse syrienne égrène, entre 1947 et 1950, les décisions sans cesse « définitives  » mais toujours reportées concernant l’extension du port de Lattaquié. Le processus législatif doit être restitué pour comprendre la manière dont les questions d’aménagement et de travaux publics sont fortement imbriquées aux évolutions politiques syriennes, le plus souvent tumultueuses. Le 4 février 1948, deux articles se suivent en page deux dans le journal AlifBâ  : l’un porte sur les difficultés à restaurer l’unité économique avec le Liban, qui refuse le projet d’union économique complète avec la Syrie  ; l’autre proclame, dans son éditorial  : « Lattaquié devient le port de Syrie en dépit de Beyrouth  ». Mais le projet de port, qui semblait entériné après des demandes locales répétées, diverses études et des pressions politiques multiples, est interrompu au cours de l’année 1948 par le déclenchement du premier conflit israélo-arabe. Cependant, au lendemain de la seconde trêve, en septembre 1948, le ministre des Infrastructures indique que le port de Lattaquié fait toujours partie des deux projets prioritaires du pays 21. La question est, selon al-Manâr, de savoir si la Syrie veut se doter d’un port important ou plus réduit, et donc de connaître le montant de capital mobilisé 22. Au début de l’année 1949, des premières études sont réalisées en vue de procéder à une extension du port 23. Le Président du Conseil, Khaled al-‘Azm, veille lui-même à l’avancée de cette question. Rapidement, une identification s’opère entre ce personnage politique et le projet du port de Lattaquié. Khaled al-‘Azm est un indépendant n’appartenant à aucune coalition politique 24. Il s’était illustré en 1941 par la gestion des affaires syriennes au cours de la Seconde Guerre mondiale. Sa collaboration temporaire avec les autorités de tutelle mandataire l’avait empêché d’obtenir le moindre poste dans la période qui suit immédiatement l’indépendance. Il conserve une approche pragmatique et techniciste, à l’instar de quelques autres hommes politiques syriens. Entre janvier et mars 1949, il tente de faire aboutir le projet de port qui figure finalement dans la loi budgétaire votée en février 1949 25. Cependant, le 31 mars 1949, il est démis de ses fonctions après le coup d’État du colonel Husni al-Za‘im.

  • 26 « Plan d’équipements et de grands travaux », 15 juillet 1949, carton 333, Liban-Syrie 1944-1952, La (...)
  • 27 Accord portant sur l’oléoduc traversant la Syrie.
  • 28 Al-majlis al-niyâbi al-sûri, Mudhakkirât niyâbiyya Sûriyya, 1949, Sessions de la Constituante, 9e s (...)

17D’avril 1949 à septembre 1949, une grande instabilité politique marque le paysage politique syrien. Le coup d’État de Husni al-Za‘im est suivi de la suspension de toutes les institutions politiques du pays. Si le nouveau chef de l’État souhaite promouvoir une politique développementaliste, portée par la mise en place de grandes infrastructures à même de fournir de l’emploi et de faire croître les capacités de la Syrie, la courte durée de son gouvernement – 137 jours  – ne lui laisse guère le temps nécessaire pour mener à bien l’ensemble de ses ambitions. Après le mois de mai 1949, pris dans un ensemble complexe d’intrigues politiques, le nouveau régime ne peut que surseoir aux projets de développement 26. Seul le projet de la Tapline est ratifié 27. Il demeure que l’approche développementaliste tend à s’ériger comme l’unique solution aux problèmes économiques à partir du régime de Husni al-Za‘im (al-Imadi 2003 : 70). En août 1949, al-Za‘im est toutefois renversé par nouveau coup d’État, qui rétablit le système parlementaire mais paralyse temporairement la vie politique syrienne. Des élections législatives, qui visent à élire une constituante, se tiennent en novembre 1949 ; le nouveau gouvernement est formé en décembre 1949. Le bulletin de politique générale présenté par le nouveau Président du Conseil comprend, parmi les points qui requièrent toute son attention, le développement du port de Lattaquié 28. Cependant, au nom de la défense de l’indépendance syrienne, ce gouvernement est démis quelques jours plus tard, après un troisième coup d’État mené par Adib Chichakli. Ce dernier confie la constitution du gouvernement à Khaled al-‘Azm. Ce n’est qu’à ce moment que sont réunies les conditions politiques de l’extension du port, autrement dit, une certaine stabilité de l’exécutif et une orientation décisive vers l’aménagement d’infrastructures.

18La nécessité d’une extension des installations du port de Lattaquié s’impose par ailleurs avec la brusque croissance de ses activités (Danial 1961, p. 34).

Date

1929

1948

1949

1950

1951

1952

1954

Volume des échanges en million de tonnes

12

25

146

260

251

431

831

19À partir de 1949, le volume global des échanges atteste d’une croissance de l’usage du port. Cette évolution s’explique par la structure des importations et des exportations transitant par le port, qui reflète la conjoncture économique de la Syrie. La majorité de ces importations sont constituées de produits industriels, alors que les exportations consistent largement en matières agricoles (Danial 1961, p. 38-39).

  • 29 « Industry in Syria », non daté, S-0696-0001, Archives de l’Organisation des Nations Unies, New Yor (...)
  • 30 Al-Nidâl, 13 février 1949.

20Leur volume croît de manière significative en 1949. Cette forte augmentation s’explique par la conjoncture économique de la Syrie qui connaît un fort développement industriel depuis 1947, avec une croissance de 8  % par an (Makdisi 1971, p. 162). Or, deux secteurs participent pour beaucoup à la croissance du pays  : les nouveaux domaines industriels de production récente 29, et surtout les nouvelles activités agraires orientées vers la culture du coton et du blé. À partir de 1949, la production de blé et de coton est encadrée au plan national par des agences gouvernementales qui accélèrent la mise en culture de vastes espaces syriens, tout particulièrement dans la Djézireh et dans la région d’Alep et qui favorisent la commercialisation et la transformation première de ces produits.Dès 1949, le coton syrien s’impose dans le commerce mondial, faisant rêver à un nouvel « or blanc  » 30. De même, après une série de mauvaises récoltes et une désorganisation relative des circuits d’échanges au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le secteur du blé en Syrie connaît de nets surplus à partir de 1949. La nouvelle récolte détermine une part importante du volume du trafic portuaire. Ce dernier bénéficie en outre d’un report des échanges du Liban et de la Palestine. En effet, après la défaite arabe en 1948 et l’établissement, au cours de l’année 1949, d’un blocus arabe à l’encontre d’Israël, une part des échanges du port de Haïfa est reportée sur Lattaquié. De même, la rupture successive de l’union monétaire et de l’union douanière détériore les avantages économiques relatifs de Beyrouth au profit de Lattaquié. À partir de 1949, le port s’impose donc comme un pôle majeur des échanges nationaux.

  • 31 Alif-Bâ, 5 mars 1949.

21En parallèle de cette évolution de la conjoncture économique, se produit une convergence des groupes politiques locaux défendant le projet d’aménagement. Au cours de l’année 1949, une intense campagne de communication se déploie dans la presse syrienne. À partir de septembre 1949, les grands quotidiens nationaux relaient régulièrement les informations concernant le port. Que ce soit à travers les bilans de son activité en croissance ou le suivi des discussions parlementaires, une même visée se retrouve  : la défense du projet d’extension du port. En raison des liens forts entre les milieux politiques et journalistiques (Ilyâs 1983, p. 63-73), il est difficile de ne pas supposer que ces articles répondent à une demande de la part de certains dirigeants politiques. En effet, les acteurs politiques qui soutiennent le projet se multiplient en 1949. Le 5 mars 1949, une réunion se tient entre les représentants des chambres de commerce d’Alep et de Lattaquié pour étudier la réalisation des travaux portuaires. Cette rencontre marque le rapprochement des deux élites, politiques et économiques, autour de projets de développement 31. Elles partagent le souhait de voir aboutir la réalisation de vastes chantiers, principalement l’approvisionnement en eau potable pour Alep et l’extension du port pour Lattaquié. La politique du développement syrien repose donc largement sur la capacité à réunir des initiatives locales pour inscrire un projet régional sur l’agenda national. Ce regroupement s’opère, en outre, à l’heure de l’émergence d’une nouvelle génération politique qui accède aux responsabilités ministérielles dans le sillage du second coup d’État  : la victoire du parti Chaab en novembre 1949 scelle l’entrée d’hommes politiques nouveaux comme Ma‘ruf al-Dawalibi ou Ilian Elias. Or la plupart des membres de ce parti qui forme le premier groupe parlementaire viennent d’Alep. L’idée de l’extension du port s’impose d’autant plus que la Syrie et le Liban rompent alors leurs relations économiques privilégiées et que la recherche d’un port national devient un impératif. Les conditions sont donc réunies pour un vote du projet.

L’adoption du projet et la création de la Société du port

  • 32 Al-majlis al-niyâbi al-Sûri, Mudhakkirât niyâbiyya Sûriyya, 1950, Session de la Constituante, 17e s (...)

22Le 18 mars 1950, à la suite d’un débat parlementaire 32, le projet d’extension est adopté. Il comporte un ensemble de dispositions concernant les aménagements techniques, tels que le creusement d’un bassin en mesure d’accueillir des navires de haute mer ou la construction d’entrepôts. Une programmation sur cinq ans vise à répondre tout à la fois aux besoins immédiats et aux demandes nouvelles qui pourraient être formulées. Le dispositif de programmation offre ainsi une possibilité d’évolution. Il est notamment précisé qu’à partir de 1953, des entrepôts frigorifiques pourraient être mis en place. Les aménagements propres à la ville de Lattaquié sont complétés par une série de mesures pour améliorer le réseau de transport autour de la ville. Le désenclavement de la ville de Lattaquié semble en effet indispensable pour permettre une utilisation optimale du port. C’est principalement la desserte d’Alep qui doit être renforcée par une amélioration du réseau routier. Khaled al-‘Azm, qui conduit le processus législatif, propose – sans doute pour la première fois dans l’histoire de la Syrie  – un plan intégrant les différents aspects du dossier portuaire (al-‘Azm 1965, p. 117-124). Il démontre par là une aptitude technicienne et pragmatique dans la réalisation du projet.

23Le projet de loi prévoit une structure de gestion originale, la Société du port, qui crée un acteur durable de gestion et de supervision des opérations. Il s’agit d’une société par actions qui associe dans son comité de direction des représentants ministériels, notamment un responsable nommé par le ministre des Travaux publics, et des actionnaires privés (al-Za‘im 1996, p. 196-198). Le but est de garantir la participation des milieux économiques à l’entreprise mais aussi une présence étatique susceptible de pourvoir aux besoins futurs en matière d’infrastructures. Ce nouveau dispositif réunit donc les investisseurs privés et l’État comme acteur économique. Cette innovation prend place dans une série de débats sur la position de l’État comme acteur économique, à l’occasion de la nationalisation de sociétés régionales importantes, telles que la Société des eaux et électricité ou la Régie des Tabacs. Elle s’inscrit donc dans le débat qui s’instaure sur la nature de l’action étatique, et plus généralement sur une conception des devoirs de la nation envers les citoyens. L’État encadre la naissance de la Société du port, annonçant sa création, déposant les statuts, émettant les actions à pourvoir. En cela, le port de Lattaquié marque une étape importante entre des politiques d’aménagement qui recourraient jusque-là au système concessionnaire, et des politiques de mise en valeur qui reposeront exclusivement sur l’État. Plus généralement, l’extension votée en mars 1950 symbolise une pratique nouvelle du développement encadré par l’État.

24La cérémonie qui suit le vote, avec le départ d’une vaste délégation ministérielle, les festivités organisées à l’occasion du début des travaux, ainsi qu’une forte publicité par voie de presse faite aux futures réalisations (al-‘Azm 1965, p. 122) renvoie, dans une large mesure, à cette nouvelle conception du rapport entre le citoyen et l’État. Si, classiquement, en régime parlementaire, le citoyen est représenté auprès de l’État par le biais de représentants siégeant en assemblée, un rapport inverse s’établit par de tels projets de développement. Selon Partha Chatterjee (Chatterjee 1993, p. 215), l’État marque de sa présence l’ensemble du territoire par la mise en valeur d’espaces éloignés de la capitale, et se rend ainsi présent aux citoyens. Un contrat social s’élabore donc entre des représentants centraux et locaux, autour d’un projet déterminé qui vient matérialiser cet accord (Heydemann 1999, p. 31). Un autre trait significatif se dégage de ce projet. Il repose sur une coalescence des volontés locales et nationales qui se regroupent de manière ponctuelle. Les élites d’Alep et de Lattaquié soutiennent un premier ministre, Khaled al-‘Azm, avec lequel elles sont pourtant en opposition sur d’autres sujets. La polyarchie syrienne apparaît clairement, dans laquelle des notables parviennent à défendre une ligne commune et à taire leurs différends. Cependant, si une telle convergence des volontés permet le vote, la réalisation, dans les années qui suivent, repose sur la restructuration profonde de l’action politique à partir de la fin de l’année 1951.

Le temps de la réalisation

Un projet défendu par le nouveau régime de Chichakli

  • 33 Sur les relations d’Adib Chichakli et d’Antoun Saadé voir Hani al-Khair, op. cit., p. 22.
  • 34 « Influence de la pénurie en blé et de la mauvaise récolte en coton sur l’équilibre social et écono (...)

25Le troisième coup d’État conduit Adib Chichakli à exercer une influence politique qui lui permet de faire les ministères ou de défaire ceux qui lui sont hostiles. Cependant, les luttes avec les institutions représentatives, principalement avec la Chambre des représentants dominée par le parti Chaab, son principal adversaire, aboutissent au blocage progressif du système politique (al-‘Al 2007, p. 127-130). Chaque ministère est renversé au bout de quelques mois et, finalement, Ma‘ruf al-Dawalibi ne demeure Président du Conseil que quelques heures. À partir du 2 décembre 1951, Adib Chichakli impose un régime militaire en Syrie et dissout les organismes représentatifs, puis cinq mois plus tard les partis politiques (al-Khair 1995, p. 97-98). Le renforcement du pouvoir exécutif au détriment des autres instances est alors justifié au nom de la recherche de l’efficacité, dans une situation où le pays demeure en belligérance avec Israël, où les heurts entre les institutions, et en leur sein entre les personnes, ont conduit à plusieurs mois de paralysie de l’action. Cette transformation institutionnelle s’accompagne d’une redéfinition de la politique générale de l’État et des acteurs participant à la fabrique du politique. Il ne semble pas qu’Adib Chichakli ait adhéré à une idéologie particulière. Il reste cependant très proche de la doctrine d’Antun Saadé, qu’il a découvert dans sa jeunesse, défendant l’idée d’un État fort capable de mettre en œuvre une politique qui permettra d’améliorer significativement le niveau de vie des habitants et d’accroître sa capacité d’action sur la scène régionale 33. À partir d’une lecture personnalisée du programme du Parti populaire syrien (PPS), il entame une œuvre de mise en valeur des différentes régions de Syrie. Il s’appuie sur les projets dont il hérite, pour chercher à les réaliser dans les plus courts délais. En outre, les lendemains du coup d’État de décembre 1951 sont marqués par une grande incertitude dans la construction institutionnelle du régime. Un gouvernement est formé sous la direction de Fawzi Selo, dans lequel Adib Chichakli est chef adjoint à l’État‑Major. Au cours de l’année 1952, une nouvelle assemblée est réunie, se distinguant des parlements par son mode de recrutement. Elle vise en effet à une réunion des corps économiques du pays, que ce soit les chambres de commerce ou les syndicats (Heydemann 1999, p. 45). Cette assemblée, qui a d’abord un but consultatif avant de devenir l’organe légiférant, répond adéquatement aux vœux du nouveau régime de proposer une solution durable aux problèmes de « retards  » 34 économiques afin de répondre aux aspirations sociales de la population.

  • 35 « Inauguration d’un pipe-line, Kirkouk-Banias », 24 novembre 1952, carton 16, Généralité 1944-1952, (...)
  • 36 « Note sur l’évolution du marché agricole syrien », 18 juillet 1951, carton 336, Syrie-Liban 1944-1 (...)

26La question de l’infrastructure portuaire renvoie à des symboles nouveaux pour le régime. En tant qu’édifice moderne, il doit démontrer sa capacité à maîtriser de nouvelles techniques mises au service de l’économie nationale. Plus qu’à tout autre moment, la réalisation de projets régionaux ne devrait s’envisager autrement que sur le plan national. Néanmoins, les projets tendent à demeurer isolés les uns par rapport aux autres, et il manque une réelle volonté de les coordonner dans un plan de développement global. Les politiques de mise en valeur de l’espace restent avant tout attentives à la construction de grandes infrastructures et à la réalisation de projets individualisés. Ainsi, alors que le pipeline Kirkuk-Méditerranée est inauguré le 24 novembre 1952 et que Banias devient le port pétrolier de la Syrie, le projet d’extension de Lattaquié se poursuit sans concertation véritable entre les deux entreprises d’aménagement portuaires 35. Ces multiples impulsions étatiques dans le champ de l’économie visent à favoriser la croissance de différents secteurs. En ce sens, le domaine des transports par l’extension du port ne peut être isolé de la réorganisation industrielle et agricole en cours. Cette dernière concerne principalement, on l’a vu, les productions de blé et de coton qui sont encadrées par de nouveaux offices étatiques afin d’en favoriser la croissance 36. Sous de multiples aspects, le nouveau régime d’Adib Chichakli tente de répondre aux aspirations de la population, alors que le centre du pays connaît d’importants mouvements paysans, ce qui conduit à des affrontements entre forces de l’ordre et partis politiques dissidents (Batatu 1999, Hanna 2009). Parallèlement, la Syrie se désengage de la scène internationale. Dès lors, toute œuvre intérieure prend davantage d’importance. L’extension du port semble répondre adéquatement aux désirs technicistes du nouveau régime.

Le recours à l’aide et à l’assistance technique étrangères

  • 37 « Annonce autour du prêt de la Banque mondiale », 6 Novembre 1950, Carton 333, Syrie 1944-1952, La (...)
  • 38 Ibid.
  • 39 From DeMuth to M. Stinehower, 20 Mai 1947, boîte 9, serie 1030, FRUS, Maryland.

27La réalisation pratique du programme d’extension suppose la mobilisation de ressources techniques et financières que les capitaux syriens et les compétences nationales ne peuvent fournir à eux seuls. Dès lors, le projet portuaire s’inscrit dans les débuts des politiques de coopération, d’« assistance technique  » et d’appel aux fonds étrangers. Depuis 1946, une série d’expertises a été menée pour définir le cadre pratique des travaux. Au cours de l’année 1950, un nouvel acteur intervient  : une société yougoslave propose de conduire le chantier 37. La question du port de Lattaquié s’inscrit donc désormais dans les enjeux internationaux. Le recours possible à une société yougoslave soulève l’opposition de la France qui est le traditionnel pourvoyeur d’aide technique à la Syrie. En outre, les capacités de cette société sont mises en doute par d’autres puissances occidentales 38. Il est difficile de ne pas lire dans ces avertissements une critique des puissances libérales à l’encontre d’un pays se revendiquant du socialisme. Au contraire, le choix syrien pour une société yougoslave peut être interprété comme le résultat d’une reconfiguration des relations diplomatiques s’expliquant par la nécessité de privilégier les partenaires les plus favorables aux projets défendus. Ici, Khaled al-‘Azm défend une conception qui refuse la division bipolaire du monde au nom du principe technique. Néanmoins, le projet ne peut être réalisé par les seuls fonds syriens, ce qui suppose la demande de prêts ou d’aides internationaux. Dans ce cadre, de nouveaux acteurs du développement prennent de l’importance  : l’Organisation des Nations Unies (ONU) et les agences affiliées 39.

  • 40 « Quota for Syria », 21 août 1946, dossier 10, S-0969-0002, Archives de l’ONU, New York.
  • 41 United Nations, Review of Economic Conditions in the Middle East, New York, Department of Social Af (...)

28Les rapports entre l’ONU et la Syrie sont complexes, situation partagée selon des modalités diverses par la plupart des pays arabes. Au plan politique, la Syrie fait partie des pays fondateurs de l’ONU, elle intègre toutes les structures dépendantes, que ce soit le Fonds Monétaire International (FMI) ou la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD) dès leur naissance 40. Cependant, comme la plupart des pays nouvellement indépendants, elle ne perçoit dans ces organismes qu’un espace de rencontre entre égaux et refuse toute ingérence de leur part. En outre, après 1947, le vote du partage de la Palestine change profondément la perception de l’ONU par la Syrie. La guerre de Palestine modifie aussi les rapports de l’ONU avec les pays arabes. Cette organisation internationale se retrouve en charge du problème des réfugiés palestiniens, devenant de fait un acteur politique et économique dans la plupart des pays (Kingston 1996). Au nom d’un règlement de la question qui doit passer par une amélioration des niveaux de vie, la mission Clapp, déléguée par l’ONU en 1949 pour étudier la manière d’intégrer les réfugiés en mettant en valeur les pays de la région, propose un ensemble de grands chantiers, facteur de croissance future. Ce cahier de propositions pose les bases de la plupart des grands travaux syriens des années 1950 41. L’implication de l’ONU permet en outre le recours à son instance de financement, rôle qu’assume de plus en plus la BIRD. Cette dernière conduit des expertises sur les projets pour offrir des prêts, voire une assistance technique à l’occasion d’enquêtes techniques (Sharp 1953). Une première fois, le 16 juillet 1950, le président de la banque Eugène Black se rend en Syrie. Mais il refuse de prêter les fonds nécessaires car le projet repose sur le recours à une société yougoslave qui ne présente pas, selon lui, les conditions techniques requises.

  • 42 Voir dossier S 0511-011, Archives de l’ONU, New York.

29Au cours de son second séjour, en mars 1953, Eugène Black s’entretient avec Adib Chichakli. Au cœur de leurs échanges se trouve la question du port de Lattaquié. L’évolution de la BIRD mérite d’être notée. Adib Chichakli entame alors une politique de rapprochement avec les Américains en quête de soutien dans la région. La nouvelle équipe au pouvoir d’Eisenhower se satisfait des dirigeants arabes autoritaires qui proposent de développer leur pays, sans visée agressive (Khalidi 2009, p. 165-166). Une telle approche permettrait, selon la vision des Américains, de régler le conflit israélo-arabe et donc de préserver leurs intérêts dans la région. La BIRD est devenue, depuis 1950, un acteur diplomatique à part entière. Elle a tenté un temps de régler la question du différend irano-britannique en se portant garant pour l’Iran des compensations à verser à la Grande-Bretagne 42. Elle peut se poser dès lors comme un bailleur de fonds et une puissance diplomatique, alignée sur la politique américaine. Elle dispose en outre de nouvelles compétences en expertise technique, avec l’envoi de missions pour enquêter sur l’état des pays, comme en Irak en 1952 (BIRD 1952). Elle intègre la nouvelle arène des puissances occidentales qui se proposent de fournir de l’assistance technique. Une concurrence des compétences s’ouvre alors entre les Français, les Britanniques et les Américains, pour imposer leur expertise propre. En retour, Adib Chichakli témoigne d’une forte capacité de négociation pour bénéficier des apports de ces puissances sans pour autant faire de concessions en matière de contrôle ou d’inspection, ce qui serait perçu comme une violation de la souveraineté nationale. L’extension du port de Lattaquié se trouve ainsi financée et appuyée techniquement, ce qui favorise la réalisation rapide des travaux.

Vers la réalisation et la finalisation des travaux portuaires

  • 43 Al-Bina, 26 octobre 1952.
  • 44 Government of Syria, Syria, Economy and finance, Damas, 1955.

30Le 2 décembre 1952, un an après son accession au pouvoir, Adib Chichakli se rend dans le port de Lattaquié pour constater les progrès des travaux entamés depuis 1950. Ces derniers doivent symboliser la capacité développementaliste du régime. Une propagande sur le développement se met en place au cours de tournées d’inspection 43. Les travaux sont menés rapidement, ce qui se traduit par une augmentation forte des échanges assurés par le port  : de 1950 à 1954, le volume global passe de 260 à 831 millions de tonnes. L’extension du port se traduit spatialement par un élargissement de son bassin, permettant l’accueil de cinq navires simultanément, et l’aménagement de nombreux espaces de stockage, de chargements et de déchargements. Enfin, il prend place au sein d’un réseau de moyens de transport renouvelé par la mise en place de lignes de chemin de fer et de routes (Danial 1961, p. 19). Ainsi, le port apparaît rapidement comme l’une des grandes réussites du régime d’Adib Chichakli, comme en attestent les images publicitaires et les brochures économiques de l’époque 44. En outre, l’élan fourni par cette infrastructure à la ville de Lattaquié inscrit plus fortement le littoral syrien dans un ensemble national en formation. La lutte contre les forces centrifuges et contre le polycentrisme des débuts de l’indépendance reste une préoccupation forte du régime. Il n’est pas inutile de mettre en relation ici les modifications administratives de 1953 qui aboutissent à un redécoupage des sous-divisions de la mouhafazat de Lattaquié et la réalisation du chantier du port  : le nouveau dessin des nahia (districts) de la mouhafazat de Lattaquié doit en effet favoriser une meilleure intégration de la région à l’ensemble national (Balanche 2000, p. 83). Ces deux entreprises convergent pour assimiler davantage l’espace littoral à la nation.

31La construction du port est achevée alors que le régime du colonel Chichakli est renversé en 1954. L’approche développementaliste n’est nullement remise en cause par le nouveau régime. Cependant, si ce dernier tend à privilégier les aménagements d’infrastructures comme mode de développement du pays, il ne dispose pas d’une même capacité à les réaliser. Les multiples changements de gouvernements à partir de 1955 et les tentatives de coup d’État avortées, aggravés par les crises internationales, empêchent la mise en place de plans d’une aussi vaste ampleur. Le régime parlementaire restauré élabore et propose de nouveaux chantiers, sans toutefois parvenir à mobiliser les capacités techniques et financières pour les réaliser. Il faut attendre le temps de l’Union avec l’Égypte pour que l’approche développementaliste devienne une réalité, fondée cette fois sur une conduite autoritaire et étatique.

32L’examen du projet d’extension du port de Lattaquié, entre 1950 et 1955, permet de cerner la complexité du développement en Syrie, au lendemain de l’indépendance, et les caractéristiques. Ce projet vise tout à la fois à corriger les retards nés du temps mandataire et de l’occupation et à renforcer les capacités du pays à répondre aux attentes nationales, aux nouvelles demandes des populations dont les conditions économiques changent rapidement et, enfin, à l’adversité étrangère née de la guerre de 1948. Le processus de construction du politique se traduit par une polyarchie et une polycentrie. Des pouvoirs sont en voie de constitution en Syrie, les sphères de compétence et d’influence en cours de négociation. Par ailleurs, le territoire national est uni politiquement mais demeure fragmenté autour de lieux de décision et selon des lignes de césure au sein de l’élite dirigeante. Cette dernière tend à amalgamer de plus en plus l’économique et le politique, reconfigurant la structure des catégories de notables.

33Par ailleurs, la dynamique de réalisation de ce projet traduit des originalités syriennes fortes. Tout d’abord, l’idée de planification ne s’impose pas dans les années 1950. Au contraire, des chantiers particuliers, régionaux, sont mis en œuvre sans forcément être coordonnés les uns avec les autres. Tous s’inscrivent comme une mise en valeur locale à vocation nationale et favorisent l’intégration des différents espaces à la nation. Par ailleurs, ces infrastructures nécessitent la mobilisation de capitaux techniques et financiers qui posent les premiers jalons des compétitions internationales pour la définition de l’expertise technique. Des rapports de force s’établissent autour de tels travaux, entre les principales puissances, illustrant l’insertion des dynamiques du développement dans les relations internationales. Enfin, le projet d’extension du port permet d’analyser le processus de formation d’un premier contrat social, autour des populations et des élites, entre les composantes de la classe dirigeante et entre les différents espaces du pays nouvellement indépendant.

Bibliographie

Bibliographie

Abd al-‘Al Said, 2007, al-Inqilâbât al-‘askariyya fi Sûriyya 1949-1954 (Les coups d’État militaires en Syrie, 1949-1954), Le Caire, Maktaba Madbuli, 484 p.

al-‘Azm Khaled, 1965, Mudhakkirat Khâlid al-‘Azm (Mémoires de Khaled al-‘Azm), t. II, Beyrouth, Al-dâr al-muttahida li-l-nashr, 461 p.

Balanche Fabrice, 2000, Les Alaouites, l’espace et le pouvoir dans la région côtière de la Syrie  : une intégration régionale ambigüe, thèse de doctorat, Université de Tours, 751 p.

Batatu Hanna, 1999, Syria’s Peasantry, the Descendants of Its Lesser Rural Notables, and Their Politics, Princeton, Princeton University Press, 481 p.

Chaitani Youssef, 2007, The decline of Arab nationalism and the Triumph of the State, post-colonial Syria and Lebanon, Londres, I.B. Tauris, 210 p.

Chatterjee Partha, 1993, The Nation and its fragments, Colonial and Postcolonial Histories, Princeton, Princeton University Press, 282 p.

Danial Atef, 1961, Le port de Lattaquié dans le cadre de l’économie syrienne, thèse à l’université de Fribourg, 161 p.

al-Dawalibi Ma’ruf, 2005, Mudhakkirât (Mémoires), Riad, Obeikan, 261 p.

Gilbar Gad, « Changing patterns of economic ties, the Syrian and the Iraqi provinces in the 18th and the 19th centuries  » in Philip Thomas, 1992, The Syrian Land in the 18th century and 19th century, the Common and the Specific in the Historical Experience, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 353 p.

Gombar Eduard, 1993, « Modern historiography in the Syrian region », Archiv orientalni, Asian and African studies, vol. 61, nº 4.

Hanna Abdallah, 2009, Al fallâhûn yarwuna tarîkhahum fî Sûriyya fî al-qarn al-ishrûn Alep, Dar Nun 4, 2009, 260 p.

Heydemann Steven, 1999, Authoritarianism in Syria, Institutions and Social Conflict 19461970, Ithaca and London, Cornell University Press, 226 p.

Ilyâs Jûsîf, 1983, Tatawwûr al-sahâfa al-sûriya fî mi’at ‘âm (1865-1965) (Le développement de la presse en Syrie en cent ans, 1865-1965), Beyrouth, Dar al-Nidâl, 810 p.

al-Imadi Muhammad, 2003, Tatawwur al-fikr al-tanmawî fî Sûriyya (L’évolution de la pensée du développement en Syrie), Damas, Dar al-Tlass, 348 p.

International Bank for Reconstruction and Development, 1952, The Economic Development of Iraq, Boston, John Hopkins Press, 592 p.

Jolly Richard, Emmerij Louis, Ghai Dharam, Lapeyre Frédéric, 2004, U.N. Contributions to Development Thinking and Practice, Bloomington and Indianapolis, Indiana University Press, 387 p.

al-Khair Hani, 1995, Adîb al-Shishakli, sâhib al-inqilab al-thâlith fi Sûriyya, al-bidâya walnihâya, Damas, Maktabat al-shark al-jadid, 214 p.

Khalidi Rashid, 2009, Sowing Crisis, The Cold War and American Dominance in the Middle East, Boston, Beacon Press, 308 p.

Kingston Paul, 1996a, « The “ambassador for the Arabs”, the Locke mission and the unmaking development diplomacy in the Near East, 1952-53  », in David Lesch, Middle East and The United States, a Historical and Political Reassessment, Boulder Colorado, Westview Press, 567 p.

Kingston Paul, 1996b, Britain and the Politics of Modernization in the Middle East, 19451958, Cambridge, Cambridge University Press, 191 p.

Landis Joshua, 1997, Nationalism and the Politics of Za’ama : The Collapse of Republican Syria, 1945-1949, PhD Princeton University.

al-Majlis al-niyabi al-sûri 1949-1951, Mudhakkirrât Niyâbiyya Sûriyya, Damas.

Makdisi Samir, 1971, « Syria  : Rate of economic Growth and fixed Capital Formation, 1936‑1968  », Middle East Journal, vol 25, no 2, p. 157-179.

Ma‘ruf Muhammad, 2003, Ayyâm ‘ishtu-hâ 1949-1969, al-inqilâbât al-‘askariya wa asrâruhâ fî Sûria, Beyrouth, Riad al Rayyes Books, 334 p.

Picard Élisabeth, 1983, « Retour au Sandjak  », Maghreb, Machrek, Monde Arabe, no 99, p. 47‑64.

Qasmia Khairia, 1991, Al-râ‘îl al-‘arabi al-awwal, hayât wa awrâq Nabîh wa ‘Âdil al-Azmih (La première avant-garde arabe, Vie et papiers de Nabih et Adil al‑Azmeh), Londres, Riad al‑Rayyes Books, 553 p.

alQuwatli Shukri 2001, Yukhâtibu ummatahu (Harangue à sa nation), Damas, 480 p.

Sharp Walter, August 1953, « Institutional Framework for Technical Assistance  : A Comparative Review of UN and US experience », International Organizations, vol. 7, no 3, p. 342‑379.

Shield Sarah, 1991, « Regional trade and 19th century Mosul, revisiting the role of Europe in the Middle East Economy  », International Journal of Middle East, vol. 23, no 1, p. 19‑37.

Sluglett Peter, 2004, « The mandates, some reflections on the nature of the British presence in Iraq and the French presence in Syria  », in Nadine Méouchy et Peter Sluglett, The British and French Mandates in Comparative Perspectives, Les Mandats français et anglais dans une perspective comparée, Boston, Leiden, Brill, 748 p.

alZa‘im Amin, 1996, Muhammad Sa‘id al-Za‘im, rajul al-iqtisâd wa-l-adab (Muhammad Said al-Zaim, Homme de l’économie et de lettres) 1905-1963, Damas, Alif Ba, 382 p.

Notes

1 Alif-Bâ, 17 février 1950.

2 En 1920, les autorités mandataires françaises divisent le territoire syro-libanais en cinq États indépendants, les États des Alaouites, d’Alep, Damas, des Druzes, et le Liban. La région ici considérée formait l’État des Alaouites.

3 Les archives occidentales reviennent, dans une série de notes diplomatiques, sur ces travaux. Elles précisent les liens de cette politique publique aux programmes politiques (La Courneuve, Archives Diplomatiques, Afrique Levant, Liban-Syrie 1944-1952, cartons 293, 294, 313 par exemple pour les notes diplomatiques françaises). La presse contemporaine arabe offre tout à la fois la trame chronologique événementielle et un aperçu de la mise en scène élaborée autour de ce projet. Les autobiographies précisent l’action et le rôle des différents acteurs syriens (principalement Khaled al-Azm, Nabih et Adel Azmeh, Akram al-Hawrani).

4 « Nouveau port aux Alaouites », le 20 août 1946, Carton 313 (La Courneuve, Archives Diplomatiques).

5 « Fonctionnement de l’Union économique libano-syrienne », 18 mars 1948, carton 303, Syrie-Liban 1944-1952, La Courneuve, Archives Diplomatiques.

6 Cette évolution s’achève en 1948 avec la création de l’État d’Israël qui entraîne la fin des échanges entre les provinces arabes et Haïfa.

7 Et ce jusqu’en 2005. Sur la question du Sandjak, voir Élisabeth Picard, « Retour au Sandjak », Maghreb, Machrek, Monde Arabe, no 99, 1983, p. 47-63.

8 Alif -Bâ, 15 août 1946.

9 Alif-Bâ, 17 septembre 1946.

10 Al-majlis al-niyâbi al-sûri, Mudhakkiâat Niyâbiya Sûriyya, 1946, 7e session exceptionnelle, 5eséance, p. 88.

11 « Mouvement el Mourched », 30 septembre 1946, carton 293, Liban-Syrie 1944-1952, La Courneuve, Archives Diplomatiques.

12 Al-Baradâ, 13 avril 1947.

13 Né en 1886, il poursuit une formation au collège impérial d’Istanbul qui lui permet de devenir professeur d’histoire et de géographie entre 1911 et 1914. Membre de l’armée ottomane pendant la Première Guerre mondiale, il est partisan d’al-Fatat. Au cours du mandat, son opposition lui vaut d’être emprisonné avant de partir en exil jusqu’en 1945. De retour en Syrie, il intègre différents postes administratifs.

14 Al-majlis al-niyâbi al-Sûri, Mudhakkirât niyâbiyya Sûriyya, 1948, deuxième session exceptionnelle, septième séance, p. 622-630.

15 « Political Review – 1947 », Boîte 17, série 3248A, Foreign Relations of the United States, National Archives, Maryland (par la suite FRUS, Maryland).

16 Constitués au lendemain de la création des mandats, les Intérêts communs constituent une administration partagée entre le Liban et la Syrie en charge de gérer la banque centrale commune aux deux pays, de veiller au contrôle des frontières, etc.

17 « Reorientation of Syrian Economic Policy Reconsidered », 26 août 1947, boîte 2, série 3247, FRUS, Maryland.

18 « Situation du Nord syrien », 12 août 1947, carton 293, Liban-Syrie 1944-1952, La Courneuve, Archives diplomatiques.

19 Al-Ayyâm, 1 janvier 1947.

20 Alif-Bâ, 27 novembre 1948.

21 Al-Qabas, 21 septembre 1948.

22 Al-Manâr, 12 juillet 1948.

23 Alif-Bâ, 5 janvier 1949.

24 Né en 1903, il est titulaire d’un diplôme de droit délivré par l’université de Damas en 1922. Il est successivement élu à la chambre d’agriculture de la capitale puis au conseil municipal. Il participe à la fondation de la première industrie nationale. Sa vie politique débute en 1939. Les autorités françaises renvoient alors le Parlement d’obédience nationaliste et recherchent des personnalités technocratiques pour organiser un conseil de gestion de la Syrie. Khaled al-‘Azm en devient un des acteurs. En 1943, après avoir fait allégeance à Choukri al-Kouatly, le nouveau président de la République syrienne, il peut être élu avec le soutien du Kutla wataniya (Bloc national) à Damas. Cependant, il demeure un indépendant en politique.

25 Al-majlis al-niyâbi al-sûri, Mudhakkirât niyâbiyya Sûriyya, 1949, 5e session exceptionnelle, 14e session, p. 471.

26 « Plan d’équipements et de grands travaux », 15 juillet 1949, carton 333, Liban-Syrie 1944-1952, La Courneuve, Archives diplomatiques.

27 Accord portant sur l’oléoduc traversant la Syrie.

28 Al-majlis al-niyâbi al-sûri, Mudhakkirât niyâbiyya Sûriyya, 1949, Sessions de la Constituante, 9e séance, p. 89.

29 « Industry in Syria », non daté, S-0696-0001, Archives de l’Organisation des Nations Unies, New York.

30 Al-Nidâl, 13 février 1949.

31 Alif-Bâ, 5 mars 1949.

32 Al-majlis al-niyâbi al-Sûri, Mudhakkirât niyâbiyya Sûriyya, 1950, Session de la Constituante, 17e séance, p. 246 et suivantes.

33 Sur les relations d’Adib Chichakli et d’Antoun Saadé voir Hani al-Khair, op. cit., p. 22.

34 « Influence de la pénurie en blé et de la mauvaise récolte en coton sur l’équilibre social et économique de la Syrie », 2 novembre 1951, carton 333, Liban-Syrie 1944-1952, La Courneuve, Archives diplomatiques.

35 « Inauguration d’un pipe-line, Kirkouk-Banias », 24 novembre 1952, carton 16, Généralité 1944-1952, La Courneuve, Archives diplomatiques.

36 « Note sur l’évolution du marché agricole syrien », 18 juillet 1951, carton 336, Syrie-Liban 1944-1952, La Courneuve, Archives diplomatiques et Al-majlis al-niyâbi al-sûri, Mudhakkirât niyâbiyya Sûriyya, 1951, p. 536-541.

37 « Annonce autour du prêt de la Banque mondiale », 6 Novembre 1950, Carton 333, Syrie 1944-1952, La Courneuve, Archives diplomatiques.

38 Ibid.

39 From DeMuth to M. Stinehower, 20 Mai 1947, boîte 9, serie 1030, FRUS, Maryland.

40 « Quota for Syria », 21 août 1946, dossier 10, S-0969-0002, Archives de l’ONU, New York.

41 United Nations, Review of Economic Conditions in the Middle East, New York, Department of Social Affairs, mars 1951.

42 Voir dossier S 0511-011, Archives de l’ONU, New York.

43 Al-Bina, 26 octobre 1952.

44 Government of Syria, Syria, Economy and finance, Damas, 1955.

Auteur

Docteur en histoire contemporaine (Ehess, Paris). Chercheur associé au Collège de France et à l’Ifpo

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable