Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développer en Syrie

 | 
Élisabeth Longuenesse
, 
Cyril Roussel

À la recherche d’un modèle de développement

La Syrie à la recherche d’un modèle de développement : la question agricole, de l’indépendance aux premières réformes agraires (1946-1958)

Syria in search of a development model: the agricultural issue, from the independence until the first agrarian reforms (1946-1958)

سوريا تبحث عن نموذج للتنمية: المسألة الزراعية بين الاستقلال والإصلاح الزراعي الأول 1946-1958

Romain de Tarlé

Résumé

La réforme agraire de 1958 et le modèle dirigiste baassiste dominent nos représentations sur le monde agricole syrien. Toutefois, entre 1946 et 1958, la Syrie hésite sur le modèle économique et les partenaires internationaux à privilégier. La volonté de préserver une entière souveraineté économique se heurte au désir d’accéder le plus rapidement possible à une modernité incarnée par les États-Unis et leurs experts. Cet article montre comment le jeune État syrien et les Puissances adaptent leurs stratégies dans cette fièvre modernisatrice postcoloniale. Des systèmes concurrentiels d’aide à la modernisation se mettent en place, mais la volonté de préserver sa souveraineté conduit la Syrie à se tourner vers un modèle qui assure au seul État l’initiative et le suivi des projets économiques.

The agrarian reform of 1958 and the Baathist state-controlled model are a main topic of our representation on the agricultural sector in Syria. However, between 1946 and 1958, Syria was reluctant as to which economic model and international partners to choose. The will to preserve a full economic sovereignty was faced with the desire to integrate, as fast as possible, a modern world represented by the USA and its experts. This article reveals how the young Syrian State and powers adapted their strategies amidst this post-colonial modernization fever. Competitive systems supporting such modernization were put in place but the will to preserve its sovereignty led Syria towards a model that would keep all economic initiatives and follow-up processes solely in the hands of the State.

سوريا تبحث عن نموذج للتنمية: المسألة الزراعية بين الاستقلال والإصلاح الزراعي الأول (1946- 1958). يهيمن الإصلاح الزراعي لعام 1958 والنموذج البعثي القيادي على مانذكره عن عالم الزراعة في سورية. ومع ذلك، فبين عامي 1946 و 1958، ترددت سوريا في اختيار النموذج الاقتصادي وفي تفضيل الشركاء الدوليين. واصطدمت الرغبة ففاظ على كامل السيادة الاقتصادية بالرغبة في الوصول بأسرع ما يمكن إلى الح داثة المتمثلة في الولايات المتحدة وخبرائها. يوضح هذا المقال كيف تبنت الحكومة السورية الشابة والقوى العظمى استراتيجياتها في حمى حداثة ما بعد الاستعمار. ولقد قامت منظومات تنافسية بالمساعدة في عملية التحديث، لكن إرادة سوريا بالمحافظة على سيادتها دفعها إلى اللجوء إلى النموذج الذي يقدم للدولة فقط المبادرة ومتابعة المشاريع الاقتصادية.

Texte intégral

1L’inflexion de la politique économique du parti Baas, à partir des années 1980, s’est traduite dans le domaine agricole par un mouvement de contre-réforme agraire initié dans les années 2000. La redistribution des terres des fermes d’État à des propriétaires privés, et notamment aux anciens propriétaires, a remis en cause la légitimité de l’interventionnisme étatique en milieu rural (Ababsa 2006). Cette contre-réforme fait suite à quatre décennies d’un modèle de développement agricole dirigé et à trois grandes vagues de réformes agraires (en 1958, 1963 et 1968). Les difficultés auxquelles fait face l’État syrien depuis les débuts de la contre-réforme rappellent en partie les questionnements et les hésitations qui ont traversé la période séparant l’indépendance de la première réforme agraire.

2L’histoire rurale syrienne est le plus souvent étudiée à travers le prisme de la réforme agraire. La littérature sur ces réformes au Proche-Orient est relativement abondante, même si la plupart des travaux concernent l’Égypte. Les études s’intéressent essentiellement aux causes politiques de ces réformes, d’une part, et à leurs conséquences sociales, d’autre part. Les travaux de R. Hinnebusch (1989), essentiels pour comprendre l’histoire rurale récente de la Syrie, sont ainsi centrés sur la période du Baas et sur l’après-réforme. L’histoire rurale des années 1946-1958 fait la part belle aux aspects politiques, la construction de la nation syrienne et les rapports entre l’État et les paysans ayant focalisé l’attention des historiens (Heydemann 1999). En revanche, peu d’études d’histoire économique s’intéressent au secteur agricole avant les réformes. Il s’agit pourtant d’un moment-clef dans la transformation du système productif agricole syrien. Nous étudierons ici les politiques de « modernisation » mises en place par les gouvernements successifs de cette époque, avec l’aide de l’expertise technique mais aussi des machines et des engrais des puissances occidentales.

  • 1 Archives du ministère des Affaires étrangères conservées au Centre des archives diplomatiques de Na (...)
  • 2 De nombreux discours ou lettres du gouvernement syrien sont traduits dans les archives françaises.
  • 3 Syrian Statistical Abstract, 1950-1958, Government Press, Damascus (les statistiques sont publiées (...)

3Les rapports économiques et les études agronomiques publiés par les universités et les organismes internationaux (ONU et FAO essentiellement), ainsi que les études menées par les services diplomatiques américains, français et britanniques, sont des sources précieuses pour comprendre les grands enjeux de la modernisation de l’agriculture syrienne. Les documents diplomatiques français conservés à Nantes 1 et les archives diplomatiques anglaises permettent de mettre en lumière le rôle des acteurs étrangers dans cette modernisation, et la position du gouvernement syrien face à ces systèmes d’aide 2. Mais si ces sources occidentales et les statistiques publiées par le gouvernement syrien 3 permettent de saisir les discours et les actions des centres de décision, elles ne peuvent cependant rendre compte de la réalité du terrain.

4La mise en place des premiers systèmes d’aide au développement, sous forme d’« assistance technique  », occupe une place importante dans cette étude et révèle les enjeux politiques et diplomatiques qui sous-tendent les relations économiques entre la Syrie et ses partenaires. Loin du modèle baassiste qui s’est imposé par la suite, l’agriculture syrienne connaît alors une première « modernisation », guidée par les États-Unis, qui laissait une certaine marge aux initiatives privées. De 1946 au milieu des années 1950, c’est en effet la question de la « modernisation » qui préoccupe le jeune État syrien. Ce terme est abondamment employé dans les sources, bien plus que celui de « développement » qui s’est imposé plus tard. Le contexte de décolonisation joue un rôle prépondérant dans les choix des dirigeants de la République, qui refusent d’abandonner l’initiative de la modernisation à des puissances ou des organisations extérieures, sans pouvoir toutefois y échapper totalement. Cet enjeu essentiel de la souveraineté conduit la Syrie à se tourner vers un modèle qui assure au seul État l’initiative et le suivi des projets économiques.

5Cet article reprend les principaux éléments d’une étude plus approfondie de la modernisation de l’agriculture syrienne entre 1946 et 1958 (De Tarlé 2012). Nous analyserons d’abord les logiques internes qui ont présidé aux choix des politiques agricoles des gouvernements syriens qui se sont succédés dans cette période d’instabilité politique. Nous montrerons ensuite le rôle et les stratégies concurrentielles des puissances occidentales pour peser sur la modernisation de l’agriculture syrienne. Enfin, nous verrons comment la montée en puissance de l’URSS au Proche-Orient, à partir de 1955, a réorienté les choix des dirigeants syriens et mis à mal les systèmes d’aide occidentaux établis auparavant.

La logique interne des choix de développement : esprit libéral et rôle de l’État

La continuité des politiques agricoles des gouvernements successifs

6On ne saurait parler du développement de l’agriculture en Syrie dans l’immédiat après-guerre sans rappeler le rôle qu’a joué la Seconde Guerre mondiale en la matière. La combinaison de la guerre et du manque de pluie, en 1942, fait renaître en Syrie le spectre de la famine de 1916. L’armée des Britanniques et de la France Libre qui chasse les forces fidèles à Vichy est dans l’obligation de nourrir la population et les soldats de la région. La spéculation continue malgré les importations massives de grain et la hausse brutale du prix du blé qui pousse les Alliés à faire tout leur possible pour augmenter la production de céréales sur place. C’est le point de départ de la mécanisation de l’agriculture et d’un système plus intensif de production. La mise en place d’un organisme public chargé de la collecte du grain, l’Office des Céréales Panifiables, situe clairement le développement de l’agriculture dans la sphère publique (Lloyd 1956). Avec l’indépendance, le jeune État ne remet pas en cause les fondements de cette politique mais cherche à s’approprier ces éléments clés de mise en valeur du territoire. La thématique centrale des discours des responsables politiques est alors la « modernisation ».

  • 4 Dans un premier temps le Dr. Murray, auquel succède en 1949 M. Windett. Côté syrien, M. Khoury est (...)

7L’État fait de l’agriculture une priorité dès les lendemains de l’indépendance. L’agriculture, encore peu productive et peu rentable, emploie alors près des trois‑quarts de la population syrienne. Dans une visée réformiste, le gouvernement cherche à changer la mentalité du fellah syrien, en faisant de l’enseignement agricole une priorité, et à suivre le modèle occidental afin d’augmenter la production. Cette modernité à portée de main est perçue comme une chance à saisir pour l’État syrien. Avec l’aide d’experts britanniques 4, qui ont l’avantage d’être déjà présents dans la région, notamment en Égypte, il met en place un bureau des statistiques nationales, dont le premier rapport est publié avec les chiffres de l’année 1948. On peut y voir aussi la volonté du gouvernement de rationaliser la production et de rattraper le retard sur les Occidentaux en matière de gestion. Dans le contexte post-indépendance, on considère bien souvent que c’est à l’État qu’il revient de diffuser la modernité au cœur des villages, de la répandre dans les campagnes depuis les centres urbains. Il s’agit par exemple d’électrifier la campagne syrienne pour connecter les paysans au réseau national, ou de transformer les habitations des villages qui ne répondent pas aux normes hygiéniques.

8À la fin des années 1940, le gouvernement fait donc le choix de la modernisation la plus rapide possible, avec l’aide des Occidentaux et de leurs experts. Dans la Constitution de septembre 1951, l’État est défini comme un moteur de la modernisation économique du pays, soucieux de justice sociale, d’amélioration de la condition des paysans et de rationalisation des droits de propriété de la terre (Khuddari 1951). Cette Constitution dessine en quelque sorte un cadre pour une économie capitaliste que l’État souhaite industrialiser. En ce début des années 1950, l’ensemble des forces en présence accepte donc que le développement économique du pays passe par un fort interventionnisme de l’État. Or celui-ci représente alors les intérêts des élites urbaines, essentiellement de Damas et d’Alep, qui sont aussi souvent de grands propriétaires terriens et qui ont tiré un prestige certain de leur rôle dans la lutte pour l’indépendance. À la fois défenseurs d’un État qui promeut leurs intérêts et propriétaires terriens, ils veillent au développement des campagnes, tout en cherchant à conserver leur position dominante. En se maintenant à la tête de l’État et en jouant sur la fibre nationaliste, les élites foncières parviennent à concilier leurs intérêts et la modernisation de la Syrie (Heydemann 1999, p. 14). Le coup d’État du général Chichakli, en 1951, ne remet pas véritablement en cause cette stratégie.

  • 5 CADN, No 667/AL, M. Jacques Émile Paris, Résumé du 3e Congrès des Chambres économiques des pays ara (...)

9En matière agricole, on note en effet de nombreuses continuités, la « cohabitation  » Atassi-Chichakli, de 1949 à 1951, faisant office de transition. Toutefois, les discours du général insistent plus fortement sur la volonté d’un développement économique indépendant de l’étranger et sur le rôle que doit jouer l’État dans l’industrialisation du pays. La Syrie refuse ainsi l’aide américaine du Point IV et le prêt qui l’accompagne, le 7 juin 1951, souhaitant rester indépendante économiquement. Une politique de refus de l’aide internationale s’installe durablement, ce que regrettent les services diplomatiques français et anglais. La fin de l’Union douanière avec le Liban est entérinée par la loi no 151 de mars 1952, qui exclut du marché syrien les marchands libanais mais également occidentaux. Dans son discours d’ouverture du Congrès des Chambres économiques des pays arabes, qui se tient à Damas du 7 au 10 mai 1953, le général Chichakli, après avoir vanté les grands projets mis en œuvre par la Syrie, fait observer que celle-ci vient « de libérer son économie de l’influence étrangère » 5. Le développement de l’agriculture s’inscrit alors dans un grand projet nationaliste, fondé sur la volonté d’un développement indépendant et planifié par l’État. La volonté de mettre en scène la réussite de ce modèle devant le monde entier pour gagner en légitimité conduit Chichakli à demander l’organisation d’une Foire Internationale à Damas. Prévue pour le début du mois de septembre 1954, Chichakli ne pourra toutefois pas l’inaugurer, son gouvernement étant renversé en février de la même année.

10La période qui s’ouvre après la chute de Chichakli est marquée par le retour à une relative liberté d’expression et à des pratiques plus démocratiques. Le gouvernement de 1954, relativement semblable à celui de l’avant-Chichakli, renoue avec une politique plus libérale. Les principaux aspects de la politique agricole se maintiennent, notamment l’encouragement à une mécanisation de l’agriculture, jugée nécessaire. Les relations avec les Occidentaux s’améliorent et bénéficient de la dynamique des foires de 1954 et 1955, décidées par Chichakli mais dont le bénéfice revient à ses successeurs. Les tarifs douaniers sont allégés, même s’ils restent relativement élevés. En 1955, le Parlement approuve un programme de développement en six ans, sur les recommandations de la Banque Mondiale. S’il ne s’agit toujours pas de l’acceptation d’un prêt, la Syrie se rapproche des institutions financières internationales, avant de faire un virage radical en direction de l’URSS.

La modernisation : une initiative publique ou privée ?

11Faut-il attribuer la modernisation agricole aux gouvernements syriens successifs ou à des initiatives privées ? Dans les sources gouvernementales, ainsi que dans certaines sources diplomatiques, la modernisation apparaît comme le fait de l’action du gouvernement et des programmes mis en place par les ministères de l’Économie nationale et de l’Agriculture. Mais dans d’autres sources étrangères, un tableau complètement différent est brossé. Ainsi, après un voyage dans le Nord de la Syrie en 1954, le secrétaire commercial du Royaume-Uni à Damas décrit-il les progrès de l’agriculture dans la région d’Alep :

  • 6 British archives, L.D. SYR, Commercial Secretary Damascus, CRAWFORD, W.F., « Notes on Syria’s agric (...)

« It is a remarkable exhibition of private initiative. The government has done nothing, no roads, no agricultural help and practically no irrigation. All it has done is to collect the export tax and start building Lattakia port 6.  »

12L’État a certes tout intérêt à revendiquer l’initiative de la modernisation et les sources non étatiques dont nous disposons, relativement rares (les sources diplomatiques se basent en général sur des documents émis par l’État syrien), s’avèrent insuffisantes pour nuancer ces déclarations. À l’inverse, l’interventionnisme de la période postérieure ne doit pas non plus faire rétrospectivement apparaître notre période comme plus libérale qu’elle ne l’était.

13En réalité, il ne faut pas considérer la question de la modernisation agricole comme une entreprise monolithique : elle est partagée entre l’action de l’État et celle des intérêts privés. L’État a bien joué un rôle déterminant dans certains secteurs et dans certaines régions. Les différences sont en effet d’abord géographiques. Dans certaines régions de tradition d’agriculture extensive, comme la région d’Alep, l’action du gouvernement se fait discrète en raison de l’implantation de grandes familles propriétaires qui siègent au gouvernement et n’ont pas intérêt à voir l’État intervenir. À l’inverse, dans les régions qui s’ouvrent à l’agriculture et qui ont un potentiel certain, comme la Djézireh ou la région de l’Euphrate, l’action de l’État est déterminante. L’État est d’ailleurs lui-même un gros propriétaire foncier comme le montre le tableau suivant :

Répartition du domaine rural de l’État par Mouhafaza (Gouvernorat) par rapport à la surface cultivable

Mouhafaza Superficie en ha du domaine de l’État Pourcentage par rapport à la surface cultivable
Damas 24 500 3
Hauran 10 900 3
Djebel Druze - -
Homs 720 000 69
Hama 269 200 44
Lattaquié 8 000 1
Alep 462 800 22
Euphrate 224 100 25
Djézireh 95 600 9
Total 1 815 100 23

Source : Ministère de l’Économie Nationale, Statistiques foncières, 1945, cité par B. Khader, La Question agraire dans les pays arabes : le cas de la Syrie, 1979.

  • 7 La grande majorité de ce domaine lui vient du transfert des terres de la couronne des Sultans ottom (...)

14L’État possède 23 % des terres en 1975 7. Antoine Ayoub (1971) décrit l’action de l’État comme celle du plus grand des féodaux, loin d’un modèle collectiviste et progressiste :

« Loués à celui qui peut payer un loyer, c’est-à-dire à l’agriculteur riche ou moyen, ces domaines sont gérés exactement de la même façon que les domaines de type “féodal”, avec en moins le contrôle efficace et les profits importants que le “féodal” tirait de sa terre. D’ailleurs, les contrats de location se confondaient tellement avec le droit de disposer de la terre, que le locataire de l’État sous-louait la terre à son tour et encaissait des bénéfices sans autre contrepartie que ses bonnes relations avec les dirigeants et les politiciens.  »

15La mauvaise gestion de ces domaines (environ 28 % de l’ensemble reste en friche) est un argument majeur des grands propriétaires contre la réforme agraire, dont on commence à parler en Syrie suite à la réforme de 1952 en Égypte. Selon eux, l’État se montrant déjà incapable de gérer ses terres, une réforme agraire serait vouée à l’échec. Par ailleurs, les écarts se creusent entre les grands propriétaires qui dégagent des profits de plus en plus importants et les fellahs dont les conditions de vie ne s’améliorent pas. L’échec du projet initial de l’État en faveur des fellahs est dû à la fois au manque de moyens du jeune État et à l’absence de redistribution foncière, ce qui ne permet pas aux fellahs d’accéder à la propriété. Il n’y a donc pas de cohésion populaire derrière l’État et cela peut expliquer en partie l’instabilité de celui-ci.

16Steven Heydemann (1999) s’est interrogé sur les raisons de la mise en place et du maintien de régimes autoritaires en Syrie à partir de 1958, ce qu’il a appelé le « successful populism ». Plusieurs caractéristiques de la période 1946‑1958 peuvent apporter des éléments de réponse. Politiquement, les régimes sont sur une ligne délicate : il s’agit d’emprunter les modèles occidentaux sans paraître abandonner leur souveraineté, et de concilier la puissance des grands propriétaires avec les désirs de réformes des populations. En termes économiques, on assiste à une modernisation technique de l’agriculture via l’importation de technologies occidentales. Ces transformations entraînent des bouleversements dans les campagnes et engendrent des frustrations, car seuls les grands propriétaires ont les moyens d’accéder à ces innovations. Le parti Baas bénéficie de ces transformations structurelles après 1963 et peut mettre les tensions sociales qui les accompagnent sur le dos des responsables politiques de la période antérieure. Pour se dédouaner et assurer sa propre stabilité, il s’agit pour le Baas de placer les effets négatifs de la modernisation sur le compte de trois boucs émissaires : les capitalistes, les grands propriétaires et les puissances occidentales. En dépit de la permanence des discours souverainistes et d’indépendance, l’action de ces dernières a en effet été déterminante dans le processus de modernisation de l’agriculture syrienne dans les années d’après-guerre. C’est ce rôle des grandes puissances que nous allons aborder maintenant.

Une modernisation guidée par les États-Unis

Les justifications occidentales de l’aide à la modernisation

  • 8 Accords Sykes-Picot du 16 mai 1916.

17Le départ des derniers soldats français, le 17 avril 1946, marque l’indépendance définitive de la Syrie. Les troupes étrangères quittent son sol, mais cela ne signifie bien évidemment pas la fin des influences étrangères en Syrie. Au contraire, le départ des troupes françaises ranime une compétition entre les puissances occidentales qui semblait s’être atténuée depuis le partage du Levant entre les zones d’influence française et britannique 8. En outre, à la fin du conflit, la superpuissance américaine entend bien s’installer à son tour durablement dans la région, l’intégrer dans son aire d’influence économique et développer des relations commerciales avec les pays du Moyen-Orient.

18Dès lors, les enjeux politiques influencent grandement la politique économique des États engagés en Syrie. Les Américains reconnaissent d’ailleurs le caractère très politique de l’« aide  » américaine dans la région. Les investisseurs eux-mêmes tiennent ce type de discours et considèrent que le politique prime sur l’économique  :

« American business has always recognized that industrial development in the Middle East is usually accomplished not through private enterprise but through government initiative, and frequently not for monetary profit but for political reasons  ». (Mattison 1952)

  • 9 Cette politique de production, justifiée par la peur de la pénurie et donc par des prix très élevés (...)
  • 10 British Archives, SUP/OA/310 F, Middle East Agricultural Council, Syria and Lebanon Agricultural Po (...)

19Un argument d’ordre moral est également formulé par un représentant britannique au Proche-Orient, le docteur Murray. Pour lui, les Occidentaux doivent assumer toutes les conséquences que la politique de production de guerre des Nations Unies (United Nations War Production Policy 9) a pu avoir sur la production agricole syrienne : il faut compenser la baisse de la demande et la chute des prix consécutifs à la fin de la guerre 10. Dans les faits, cela consiste à assurer à la Syrie une place stable sur le marché agricole mondial dans lequel elle a été intégrée de facto durant la guerre.

  • 11 British archives, L.D. SYR, Gallagher, « British views on the economic problems faced by the new go (...)

20De plus, si les prospections ne révèlent pas en Syrie d’importantes réserves de pétrole, les États-Unis et leurs alliés ont intérêt à assurer la stabilité de la région la plus pétrolifère du monde. Le maintien de celle-ci est même le principe directeur de la politique américaine au Proche-Orient jusqu’en 1955, date à laquelle la région bascule dans la guerre froide. C’est ainsi que l’on peut lire la réaction américaine à la création de l’État d’Israël et aux conflits qui s’ensuivent. Dans cette perspective, le développement de l’agriculture en Syrie devrait pousser le gouvernement syrien à détourner son attention d’Israël, et favoriser ainsi l’intégration des réfugiés palestiniens en créant un fort besoin de main-d’œuvre 11.

21Les grandes puissances mènent aussi au Proche-Orient des politiques de prestige. La France, ancienne puissance mandataire, voit d’un mauvais œil l’affirmation de la toute puissance américaine et s’agace des manières des experts américains. La nouvelle donne engendre des frustrations et les différents pays occidentaux entrent rapidement en compétition, bien que le maintien de la stabilité de la région soit le premier objectif commun. Mais la volonté française d’instaurer avec la Syrie une relation privilégiée, comme celle qui existe entre le Royaume-Uni et l’Irak, se heurte au refus catégorique des Syriens. La France doit y renoncer et suivre l’exemple américain, basé sur une politique de coopération, pour retrouver de l’influence en Syrie.

22La présence occidentale est enfin légitimée par des arguments d’ordre économique. La justification par les acteurs occidentaux de leur interventionnisme passe par la promotion de l’« assistance technique », l’ancêtre de l’« aide au développement ». Elle est formulée dans le Point IV du discours d’investiture du président américain Truman du 20 janvier 1949. On retrouve dans ce discours plusieurs éléments clés qui aident à comprendre les transformations rapides de l’économie en Syrie. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale dominent la foi dans le progrès, la conviction que le progrès technique et l’amélioration du « niveau de vie » mèneront à la paix et à la prospérité, la certitude que le monde entier a tout à gagner à se moderniser et que les États-Unis ont un rôle prépondérant à jouer dans cette perspective. Ce devoir d’assistance, ce nouveau « fardeau de l’homme blanc », rencontre bien entendu des oppositions, que Truman entend contrer dans son discours en affirmant que la nouvelle entreprise américaine n’a rien à voir avec le « vieil impérialisme ». Les États-Unis, champions des indépendances des peuples depuis Wilson, ne reviennent pas sur ces principes. Dans la presse américaine, le Point IV est présenté de manière simple mais idéologiquement très chargée :

  • 12 Lewiston Evening Journal, 11 juin  951.

« Point IV is a programme designed to make all the world a happy, productive community with the aid of American skill and money 12.  »

23Ces deux lignes présentent à la fois la fin et les moyens de l’aide américaine. La modernité que prône le Point IV est en réalité celle d’une « happy productive community » qui ne peut se réaliser sans les apports américains en matière de savoirs et de moyens financiers. Si la Syrie refuse en 1951 le Point IV et la proposition de prêt qui l’accompagne, elle ne peut toutefois échapper à une influence et une action directe des États-Unis dans le domaine agricole.

24Les causes qui ont poussé les États-Unis et les pays occidentaux à développer cette coopération internationale et cette aide pour la transformation des systèmes agricoles sont complexes et souvent liées les unes aux autres. Ainsi le responsable commercial de l’ambassade britannique à Damas explique‑t‑il  :

  • 13 British archives, L.D. SYR, Gallagher, « British views on the economic problems faced by the new go (...)

« It is in our interest that Syria should be prosperous, and we should do what we can to break down Syrian suspicion of western economic imperialism 13. » 

25Il convient ici de rappeler le contexte idéologique de l’époque et la façon dont la volonté d’aider les pays « sous développés  » ou « en retard » pouvait évoquer celle des missionnaires qui s’efforçaient, un siècle auparavant, de « civiliser » des hommes encore un peu « sauvages  ». C’est pour échapper à ce type de critiques qu’une dépêche, rédigée par le Département d’État américain et destinée à la presse, tente de justifier l’envoi de la première mission agricole américaine au Proche-Orient en 1946. On y insiste sur le fait que les États-Unis y vont pour répondre à une demande et non pour manifester une volonté hégémonique  :

  • 14 British archives, E.A. SYR, Pr Pickett, US Commercial Secretary via the Chancelry of Damascus, « Em (...)

« This mission is being arranged as a result of requests received by the United States government over the last two years from several Near Eastern governments and private institutions for agricultural advice and assistance 14. »

26Les Américains se savent exposés aux potentielles accusations d’impérialisme de la part de la presse ou de l’opinion syrienne et internationale. L’éventualité d’un refus de collaborer avec les États-Unis n’est d’ailleurs pas exclue :

« The primary purpose of the mission is to survey the agricultural situation in conjunction with local authorities in order to indicate possibilities of long-term developmental projects which might be undertaken by Near Eastern governments independently or in collaboration with the American government. The cooperation of private American and local institutions would also be encouraged. »

27L’aide américaine se présente donc comme un encouragement à la coopération, une proposition en réponse à une demande de la part de ces pays. L’idéal de diffusion du savoir est aussi invoqué  :

« The secondary purpose is to share with governments and private organizations American agricultural experience and to extend advice pertinent to the regions’ need when requested. »

La mise en place des aides américaine et française

  • 15 Il s’agit du Dr. Franklin Stewart Harris, président de l’Utah State Agricultural College, ingénieur (...)

28Une première mission d’experts envoyée en 1946 15 témoigne de l’intérêt précoce des Américains pour le secteur agricole syrien :

  • 16 British archives, E.A. SYR, Pr Pickett, US Commercial Secretary via the Chancelry of Damascus, « Em (...)

« Under the joint sponsorship of the Department of State and the Department of Agriculture of the United States of America, a mission was dispatched to Syria in 1946 to survey the agricultural situation in Syria, to share American agricultural experience with the Syrian Government, and to indicate the possibilities of long-term developmental projects which might be undertaken by the Syrian Government independently or in collaboration with the Government of the United States 16. »

29L’aide américaine émane du Département d’État américain, ou du ministère de l’Agriculture, le plus souvent des deux à la fois. La Near East Foundation, une agence de développement américaine présente dans la région depuis la première moitié du xxe siècle, et qui dispose donc de personnel sur place, fait souvent la liaison avec le terrain. Fin 1946, cette première mission recommande l’envoi de douze experts américains, neuf pour diriger les stations d’expérimentation destinées à être installées dans chaque mouhafaza, et trois pour l’administration centrale : un pour coordonner les stations d’expérimentation, un pour l’enseignement agricole et un pour conseiller le ministère de l’Économie nationale. Amin Nezif, haut fonctionnaire en charge de l’agriculture, est quant à lui envoyé aux États-Unis pour se familiariser avec les méthodes agricoles américaines. Finalement, trois hommes sont envoyés en Syrie en 1947, suite aux recommandations de la mission de 1946 : le Pr. Aaron Bracken, professeur d’agronomie au Utah Agricultural College ; le Dr Ralph Hunt, chef du département d’élevage au Virgnia Polytechnic Institute ; et le Dr B.S. Pickett, chef du département d’horticulture à l’Iowa State College. Leurs opérations touchent tous les aspects de l’agriculture. Cette mission illustre à quel point le choix d’un certain modèle de développement a profondément transformé le milieu dans lequel vivaient les Syriens. L’impact des experts est déterminant, mais uniquement dans la mesure où leur présence et leurs missions sont appuyées et relayées par le gouvernement. En quelques années, le secteur agricole a changé de manière significative, de même que le milieu naturel, les espèces et les variétés cultivées, le goût des aliments. Avec les nouvelles variétés, ce sont aussi les maladies et leurs traitements qui ont changé. C’est ainsi tout un écosystème qui s’est transformé. Plus qu’une révolution uniquement environnementale, c’est aussi toute une conception de l’agriculture qui commence à changer. Cette première mission, qui prend fin en août 1949, pose les bases de l’aide américaine pour la « modernisation » de l’agriculture syrienne. À la fin de la guerre, l’économie syrienne se retrouve de fait inscrite dans un système économique mondial. La modernisation de son agriculture et le développement de cultures d’exportation deviennent nécessaires. Pour se positionner dans ce système économique, la Syrie peut compter sur l’aide américaine. De fait, l’agriculture syrienne se retrouve sous tutelle américaine à peine deux ans après l’indépendance, et en dépit de l’attachement de la Syrie à son indépendance économique. Mais la présence américaine est rapidement concurrencée par des programmes d’aide proposés par d’autres pays occidentaux, ce qui crée une compétition favorable aux intérêts syriens.

30La France, traditionnellement très présente en Syrie, souhaite y garder son influence. Voyant les résultats de l’aide américaine, elle se lance aussi dans un programme d’aide au début des années 1950 : l’Assistance technique bilatérale. Il est difficile de retracer précisément l’histoire de ce programme. Toutefois, nous disposons d’un rapport de la Conférence des chefs de postes diplomatiques français au Moyen-Orient, qui a eu lieu à Téhéran du 3 au 13 avril 1954, et qui dresse un premier bilan de cette aide publique au développement. L’Assistance technique bilatérale française s’est construite au Proche-Orient dans le cadre de la compétition économique accrue entre les différentes puissances occidentales. Les chefs de postes s’accordent pour souligner son importance pour le rayonnement de la France au Proche-Orient, et notamment pour son « expansion économique  » :

  • 17 CADN, 188 PO/01/26, Rapport de la Conférence des chefs de postes diplomatiques français au Moyen-Or (...)

« Après avoir pris connaissance des résultats obtenus tant pas nos missions agricoles que par nos experts, la Conférence constate l’intérêt qui s’attache au développement de l’Assistance Technique Française au Moyen-Orient dans toute la mesure de nos moyens, et à obtenir du Ministère des Finances une augmentation notable des crédits destinés à cette méthode efficace de pénétration économique 17.  »

31L’action de la France est précisée plus loin et manifeste un certain pragmatisme  :

« La faiblesse des moyens dont nous disposons dicte les principes de notre politique d’assistance bilatérale  : nous ne pouvons disperser nos efforts. Il faut donc à la fois nous concentrer sur les points où nos techniques sont comparables, voire supérieures à celles de nos concurrents et nous spécialiser dans les domaines où les pays assistés ont particulièrement besoin de notre aide. Il faut utiliser pleinement le préjugé favorable que nous vaut le caractère désintéressé de notre action et profiter des positions culturelles que nous occupons dans la plupart des pays sous-développés et sur lesquelles notre expansion économique peut s’appuyer en même temps qu’elle les étaye. »

  • 18 M. Ballot, M. Petit, M. de Lambilly, M. Malicormet.
  • 19 M. Pech, M. Soleille, M. Barbier et M. Mennesson.

32L’Assistance technique bilatérale française s’est rapidement étendue. En 1953, elle a permis d’envoyer trente missions d’experts au Moyen-Orient et d’accueillir cinquante boursiers, contre onze missions et huit boursiers en 1951. À cela s’ajoutent les quatre experts 18 permanents de la Mission agricole française en Proche-Orient (un système moins onéreux et plus efficace que de faire venir des missions ponctuelles de France), ainsi que les quatre experts employés en permanence sur la station agricole de Syrie 19 et qui peuvent s’appuyer sur un Comité Technique de Coopération et de Réalisations Agricoles à Paris. Cette dernière mission, qui se met en place en 1953 à Deir al-Hajjar malgré les réticences du gouvernement syrien, a des objectifs techniques (essentiellement l’expérimentation de nouvelles céréales) et des objectifs commerciaux (vendre du matériel agricole français). L’Assistance technique française en Syrie s’inscrit donc dans les grandes lignes rappelées à la Conférence de Téhéran : se concentrer sur les domaines dans lesquels la France possède un avantage technologique et sur les domaines dont le gouvernement syrien a un besoin urgent. Cela se traduit par trois projets phares en Syrie : la Mission de Deir al-Hajjar, près de Damas, le système de bourses (de stage ou d’étude) et l’aide financière pour la venue d’experts.

Le rôle clé des experts

33L’envoi en Syrie d’experts internationaux est sans doute la forme la plus marquante de l’intervention étrangère en Syrie après la Seconde Guerre mondiale. Les puissances se livrent alors une compétition acharnée pour placer leurs experts aux meilleurs postes. Ici encore, la suprématie des États-Unis relève à la fois de la chronologie (ils sont les premiers) et de la masse des moyens employés. La première mission d’experts américains au Proche-Orient date de février 1946 (avec ses trois experts), et trois experts sont ensuite envoyés en Syrie en 1947 pour une durée de trois ans (mais un seul reste plus d’un an). Les Français et les Anglais ont encore du personnel dans la région mais pas d’« experts ». Le rôle des experts est double : discrets agents de l’expansion économique de leur pays, ils diffusent aussi des savoirs qui conduisent à l’adoption d’un modèle unique d’agriculture. Ils constituent un personnel à part dans les dispositifs diplomatiques occidentaux car ils bénéficient en tant que scientifiques d’un préjugé favorable d’impartialité, étant donné qu’ils ne travaillent pas directement pour leur État. Ce statut particulier de l’expert dans le dispositif diplomatique est parfois à l’origine de tensions entre États, lorsque ces experts court-circuitent les relations traditionnelles interétatiques. Ils ne sont pas nécessairement perçus comme des agents d’intrusion de l’étranger, et certains se mêlent bien aux populations locales, mais ils n’en restent pas moins des contacts privilégiés lorsque les États veulent intervenir, notamment pour proposer du matériel agricole ou des engrais. Il semble en effet difficile pour les gouvernements occidentaux d’avoir des contacts efficaces dans l’administration syrienne pour plusieurs raisons. Outre le problème linguistique se pose celui de l’instabilité du régime, qui s’accompagne souvent d’une restructuration des effectifs et donc du départ du ministre de l’Agriculture et de nombreux fonctionnaires. Le manque de personnel syrien qualifié et bilingue est également largement souligné par le personnel des ambassades.

34La volonté de développer l’enseignement agricole est également très présente chez les Américains, qui précisent à quel point cette tâche est difficile en raison du refus des Syriens éduqués de s’intéresser aux problèmes de la terre. Ils insistent sur la nécessité de former le personnel syrien et cherchent pour cela des films et des moyens modernes de diffusion des connaissances. Ce contenu théorique, les experts le transmettent à leurs collaborateurs syriens, essentiellement des membres de l’administration dont certains (mais finalement peu) ont reçu une formation agricole, le plus souvent en français. C’est à l’administration syrienne de diffuser le « progrès » vers la base, vers ceux qui peuvent mettre en pratique les innovations. Le rôle de l’État en matière de développement économique s’en trouve ainsi renforcé.

Des stratégies différentes de la part des puissances occidentales

35Si la période du mandat est souvent décrite économiquement comme celle de « l’intégration de la Syrie au capitalisme français » (Khader 1979, p. 128), l’après-guerre pourrait alors être celle de la tentative de mise au pas de l’agriculture syrienne par le capitalisme occidental. Si l’intégration de l’économie et de l’agriculture syriennes est un phénomène relativement connu et facile à appréhender (bien que difficile à dater), nous nous proposons ici de différencier les pays occidentaux pour voir dans quelle mesure aide au développement et partenariats commerciaux sont liés. Le graphique ci-dessous montre l’évolution des balances commerciales des principaux partenaires commerciaux de la Syrie.

Évolution des balances commerciales des principaux partenaires commerciaux de la Syrie

Évolution des balances commerciales des principaux partenaires commerciaux de la Syrie

Source  : Statistical Abstracts of Syria, 1951-1958

  • 20 « L’importance croissante de nos achats de coton devrait nous donner le droit de demander aux Syrie (...)

36On peut observer que, de 1951 à 1955, la France et l’Italie se distinguent par des déficits commerciaux chroniques et croissants, caractéristiques d’une politique d’achat assumée et motivée par des arguments politiques (du moins dans le cas français 20), comme en témoigne l’inversion de la tendance après la dégradation des relations diplomatiques dans les années 1955-1956. Une autre preuve du caractère politique des achats de produits syriens (et essentiellement du coton) est fournie avec le déficit commercial soviétique qui plonge littéralement en 1958. Les importations et les exportations soviétiques ont commencé en 1955, date à laquelle l’URSS commence à essayer de s’implanter dans la région, et les importations massives de coton syrien par l’URSS caractérisent plus une politique d’achat qu’une politique d’exportation. Les États-Unis, le Royaume-Uni et la RFA ont choisi une tout autre politique et dégagent des excédents commerciaux sur toutes ces années (sauf en 1953 pour l’Angleterre). En effet, ces pays importent relativement peu et exportent beaucoup, et de plus en plus. Contrairement à la stratégie d’achat qui a une visée d’abord politique, cette politique d’exportation s’inscrit essentiellement dans une logique économique. Elle se maintient donc après la dégradation des relations entre les deux parties.

Volumes des importations et des exportations permettent de resituer les balances commerciales

Volumes des importations et des exportations permettent de resituer les balances commerciales

Source  : Statistical Abstracts of Syria, 1951-1958

37Les deux graphiques présentant les volumes des importations et des exportations permettent de resituer les balances commerciales. La balance commerciale de la France est très déficitaire en dépit d’un volume d’exportations élevé car ses importations sont plus élevées encore. Le volume d’échange avec l’Italie est moindre et son déficit commercial croissant s’explique par une hausse de ses importations alors que ses exportations stagnent. Les échanges avec la RFA sont en hausse constante sur cette période, les exportations vers la Syrie augmentant sensiblement plus que les importations. Les États-Unis, quant à eux, exportent de plus en plus vers la Syrie, sans augmenter leurs importations, creusant ainsi le déficit commercial de la Syrie avec eux. Mais les années 1950 voient aussi les États-Unis perdre dans une certaine mesure leur position de superpuissance écrasante. Le refus du Point IV par la Syrie en 1951 et les efforts de la France, du Royaume-Uni et de l’Allemagne pour revenir ou s’implanter dans la région expliquent certainement en partie cette perte de domination écrasante des États-Unis.

Balance commerciale agricole, 1955-1956

Pays Valeur des exportations agricoles vers la Syrie Valeur des importations de produits agricoles syriens Balance commerciale agricole de ces pays avec la Syrie
1955 1956 1955 1956 1955 1956
Royaume-Uni 4 263 4 525 35 710 9 282 - 31 447 - 4 757
États-Unis 11 893 9 751 987 1 240 10 906 8 511
R.F.A. 7 592 9 040 16 216 27 346 - 8 624 - 18 306
Italie 1 254 697 44 070 43 743 - 42 816 - 43 046
France 1 118 427 97 348 62 618 - 96 230 - 62 191
  • 21 Nous avons calculé la balance commerciale agricole à partir des sections Exports by main countries (...)

38Le calcul de la balance commerciale agricole 21 pour 1955 et 1956 des principaux partenaires de la Syrie (voir tableau ci-dessous) montre que seuls les États-Unis dégagent un bénéfice direct grâce à leurs exportations de machines et à leur absence d’importation de céréales ou de coton, dont ils sont eux-mêmes de gros producteurs. Cette exception notable peut nous aider à mieux comprendre l’aide américaine au développement de l’agriculture syrienne présentée au début de ce chapitre. Les Américains ont initié en Syrie un développement qui rend indispensable l’achat de produits qui ne peuvent être qu’importés, comme les machines agricoles et les engrais. Étant eux-mêmes de gros producteurs de matières premières agricoles, ils ne peuvent s’appuyer sur une politique d’achat massif comme un moyen de pression pour faire acheter leurs produits manufacturés. Leur moyen efficace de pénétration économique a donc été l’envoi de leurs experts avant les autres pays occidentaux, afin que la modernisation se fasse avec des produits américains. Les États-Unis ont ainsi réussi à se rendre indispensables à la modernisation de la Syrie, et ce pratiquement sans contrepartie.

39Les Anglais et les Allemands, pays occidentaux qui ont besoin de matières premières agricoles, n’ont cependant pas développé une politique d’achat massif à l’égard de la Syrie. Le succès de leur politique d’exportation semble s’expliquer par la qualité de leur offre, leurs bas prix et l’efficacité de leurs techniques commerciales. L’initiative semble avoir été menée essentiellement par le secteur privé (particulièrement les entreprises chimiques et mécaniques).

Exportations de machines agricoles vers la Syrie

Pays d’origine Valeur des exportations de machines agricoles vers la Syrie en M.LS
États-Unis 4 091
Royaume Uni 2 507
R.F.A. 1 741
France 885
Italie 884

40La France et l’Italie ont favorisé une politique d’achat de matières premières agricoles qui n’est pas récompensée par l’achat de matériel français ou italien. Cette politique ne semble plus fonctionner au lendemain de la guerre, les prix déterminant avant tout les commandes. Si elle ne semble plus un moyen d’installer une relation économique privilégiée, cette politique d’achat reste un instrument pour peser politiquement en Syrie. C’est la stratégie que privilégie également l’URSS pour s’imposer en Syrie, les Américains tenant déjà les rênes de la modernisation. En effet, si les États-Unis ont réussi à se rendre indispensable en amont de la production, la Syrie, en tant que producteur de céréales et de coton, est dépendante de ses acheteurs et des prix, fixés par des cours mondiaux. Les exportations syriennes vers l’URSS bondissent à partir de 1955. Ainsi la Syrie, politiquement indépendante, se retrouve-t-elle rapidement dépendante de puissances extérieures en amont et en aval de sa production, pour produire et pour vendre, et ce en dépit de la volonté politique affichée de rester économiquement indépendante.

La rétraction de la participation occidentale et l’intérêt grandissant pour l’URSS

L’influence occidentale critiquée

41Le modèle de développement prôné par les États-Unis est cependant très rapidement critiqué, à la fois sur les scènes nationale et internationale. En Syrie, dans les années 1950, on observe une montée des partis de gauche au Parlement et dans la société en général. Les Partisans de la Paix, qui recrutent dans les milieux progressistes, constituent un groupe relativement fort qui s’appuie sur un discours anti-occidental et panarabe. Le parti communiste, qui a dû s’organiser dans la clandestinité sous Chichakli, refait surface en 1954. Ses idées se répandent, essentiellement chez les intellectuels et les étudiants, mais aussi, dans une moindre mesure, chez des groupes de paysans de minorités confessionnelles (essentiellement chez les Grecs-orthodoxes) ou chez ceux que l’absence de réforme agraire irrite. Les communistes s’intéressent à la politique agricole du gouvernement et de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer la stagnation du niveau de vie des fellahs et ce que l’on appelle aujourd’hui une « croissance sans développement ». Ainsi, on trouve dans les archives françaises le résumé d’un article paru dans un organe socialiste, Hourriyé, intitulé « La logique féodale dans le partage des terres – notre but consiste à libérer l’homme avant la terre », écrit par un avocat dont il n’est rien dit, Me Nazem Saqqal. Il y mène une campagne virulente contre les féodaux et en faveur des fellahs. L’article commence par deux chiffres (75 % des Syriens vivent à la campagne et les féodaux possèdent 65 % des terres), puis décrit la vie des féodaux qui constituent la classe dirigeante et empêchent ainsi toute réforme qui améliorerait le sort des fellahs. Il poursuit en décrivant le « misérable sort du fellah » et les charges qui l’oppressent. Il annonce enfin ses objectifs politiques :

« Lorsque nous réclamons le partage des terres et la suppression du régime féodal, nous visons la libération du fellah, cet homme qui souffre des maux énumérés plus haut […]. Les féodaux font preuve d’une sotte logique en invitant le fellah à aller en Djézireh alors que ce fellah vit sur sa terre depuis des milliers d’années. Pour notre part, nous invitons les féodaux, les propriétaires et les richards à se rendre en Djézireh pour y faire exploiter les fortunes gelées dans leur coffre-fort. »

42Cet article, non daté, semble pourtant caractéristique de cette période qui court de 1954 à 1958, durant laquelle les idées de gauche gagnent du terrain en Syrie et s’expriment plus librement. L’appropriation de l’État par les grands « féodaux  » et les débats sur la position du fellah caractérisent ce type de discours sur la politique agricole. Heydemann (1999) explique cette poussée de la gauche justement parce que les classes dirigeantes s’identifient avec l’État et perdent ainsi le soutien des classes paysannes et travailleuses. Avec la liberté de la presse et d’expression retrouvée, les idées baassistes, socialistes ou communistes se diffusent et ont en commun la dénonciation de l’action de l’Occident en Syrie et des propriétaires qui pactisent avec lui.

  • 22 La première réforme agraire en Égypte date de 1952.

43Parallèlement, l’influence de l’URSS est de plus en plus forte et les regards commencent à se tourner vers l’Égypte de Nasser et vers sa politique agricole 22. Un accord commercial avec l’URSS est signé le 16 novembre 1955 et une délégation parlementaire soviétique, bien accueillie par l’opinion publique syrienne, est reçue à Damas du 4 au 15 septembre 1956. Avec la crise de Suez, la fin de l’année 1956 voit la rupture de la Syrie avec l’Occident et l’année suivante, en octobre 1957, la Syrie s’engage dans un programme de développement soviétique. Elle signe avec l’URSS ce qu’elle s’était toujours refusé de signer avec l’Occident, un prêt (d’une valeur de 534 millions de livres syriennes) assorti d’un programme d’assistance technique en dix ans. Cette nouvelle orientation politique se traduit dès 1957 par une première loi en faveur des fellahs, préfigurant la réforme agraire de 1958. La loi no 363 est votée et l’expulsion des paysans de leurs terres désormais interdite. Si les techniques de modernisation restent globalement les mêmes (motorisation et utilisation des produits chimiques), la place du fellah dans la production et dans la nation évolue. C’est un échec cuisant pour la politique américaine au Moyen-Orient et pour la stratégie de développement telle qu’elle était proposée par les pays occidentaux, lesquels n’ont pas su passer outre la critique d’impérialisme et se défaire de leur image de pays coloniaux (même pour les États-Unis).

La foire de Damas, théâtre des rivalités diplomatiques

44Les deux foires de Damas de 1954 et 1955, où les pavillons des pays du bloc de l’Est occupent une place de plus en plus importante, illustrent bien la montée en puissance de l’URSS en Syrie. L’idée d’une foire internationale à Damas est née de la volonté du général Chichakli. Pour lui, c’est un moyen d’organiser la concurrence internationale pour bénéficier des meilleurs prix et éviter de tomber dans une relation de dépendance unilatérale, mais c’est aussi l’occasion de promouvoir le développement économique de la Syrie, et de faire rayonner le pays qu’il dirige. L’annonce de l’organisation de la foire suscite d’intenses activités diplomatiques. La nationalité des experts internationaux chargés d’aider à la préparation de la foire est dans un premier temps au cœur des rivalités. Ensuite, il s’agit de savoir quels pays vont participer. En effet, la participation à une telle foire coûte cher et la participation des uns dépend de celle des autres  : les États-Unis ne sauraient être absents si l’URSS participe ; la France, en tant qu’ancienne puissance coloniale, ne saurait avoir un pavillon plus modeste que celui de l’Angleterre ou de la RFA. On retrouve dans l’organisation de la foire une belle synthèse des relations internationales de l’époque. Les services de l’Ambassade de France à Damas insistent auprès de Paris sur l’importance, à la fois politique et économique, de la participation de la France :

« Du point de vue économique, l’absence de pavillon français à la Foire de Damas apparaît à juste titre incompréhensible alors que les pouvoirs publics ont, au cours des dernières années, multiplié leurs efforts pour représenter aux sociétés françaises l’intérêt du marché syrien et obtenir de celles-ci une intensification de leurs ventes. Il serait vain de dénoncer inlassablement le danger que font peser sur notre expansion économique en Orient les initiatives allemandes, italiennes ou yougoslaves, si nous laissions échapper les occasions qui nous sont offertes de faire valoir les mérites de notre technique et de notre industrie.

  • 23 CADN, PLN/MG, Direction générale des Affaires politiques, Direction d’Afrique-Levant, Sous Directio (...)

45Du point de vue politique, la France, qui après huit ans d’efforts incessants a réussi à reprendre une place prépondérante en Syrie dans presque tous les domaines, ne peut se permettre d’être absente d’une manifestation à laquelle le gouvernement syrien attache une importance toute particulière 23. » 

46En matière agricole, les foires sont l’occasion d’exposer les dernières machines, de présenter les derniers engrais et de signer des contrats. La foire de 1954 est un succès pour les organisateurs : les principaux partenaires de la Syrie ont répondu présents et la foire a rencontré un certain engouement populaire. L’opération est donc reconduite, mais la foire de 1955 est marquée par l’absence de participation des États-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne et de l’URSS. Les coûts élevés engendrés par une participation à la foire ne se justifient aux yeux des puissances que par la compétition avec les autres puissances  : un refus entraîne donc celui des autres. La très forte présence des pays satellites de l’URSS (la Chine, la RDA, la Pologne entre autres) suscite en revanche une vive émotion à l’ambassade de France qui prévoit une participation officielle en 1956. Mais les tensions entre la Syrie et les puissances occidentales ne permettront pas la tenue d’une nouvelle foire.

Conclusion

  • 24 Voir définition plus haut.

47Durant la Seconde Guerre mondiale, la Syrie se retrouve pour la première fois au cœur de la mondialisation. La fin de la guerre et l’indépendance vis-à-vis de la France contraignent la Syrie à s’intégrer dans de nouveaux circuits économiques qui dépassent son champ de rayonnement traditionnel. L’objectif économique invoqué par tous les gouvernements qui se succèdent est celui de la « modernisation  ». On a souvent tendance à présenter les années d’après-guerre comme une période durant laquelle la Syrie, et d’autres pays nouvellement indépendants, font un choix idéologique entre deux modèles bien établis, le modèle libéral et le modèle socialiste. En réalité, le modèle libéral s’impose de fait au lendemain de la guerre, l’URSS n’ayant pas les moyens d’être présente avant les années 1954-1955. Plus qu’une compétition entre deux modèles, c’est une compétition entre différents partenaires économiques qui s’installe. L’aide à la modernisation devient alors un terrain privilégié de la compétition. Les États-Unis, en imposant presque systématiquement le recours à leur expertise grâce à une implantation précoce, deviennent les champions de ce que les sources appellent l’assistance technique. Grâce aux recommandations des experts, la modernisation de l’agriculture se fait avec des machines et des engrais américains, ce qui permet aux États-Unis de dégager une balance commerciale agricole 24 positive. Face à cette hégémonie, d’autres puissances comme la France optent pour une politique d’achats massifs qui leur permet de garder une influence politique.

48L’aide à la modernisation, en favorisant un certain modèle économique et en insérant la Syrie dans les circuits mondiaux, contribue à une nouvelle mise sous tutelle de l’agriculture syrienne, en amont et en aval de la production. La volonté d’indépendance économique affichée par les gouvernements syriens leur fait refuser les formes les plus explicites de cette domination (notamment les emprunts et le Point IV). Mais la supériorité occidentale dans le domaine des savoirs et des techniques rend cependant nécessaire aux yeux des Syriens le recours aux experts.

49Dans les sources françaises et syriennes traduites en français, le mot « développement » n’est utilisé qu’au sens strict et quantitatif de « rendre plus important ». Il s’applique au commerce, à une production particulière, mais jamais au pays ou même à l’agriculture en général. C’est le mot « modernisation » qui est utilisé pour décrire ce que l’on qualifierait aujourd’hui de « développement ». La modernisation remplace ce que la colonisation appelait la « civilisation ». La rhétorique de la « modernisation » a été abandonnée, aussi bien dans les sciences sociales qu’en matière de politiques publiques, tant le mot était chargé de sens implicites. Le terme de « développement » semble lui avoir succédé. L’étude de l’« aide » à la modernisation dans l’immédiat après-guerre, de ses présupposés théoriques, de ses modalités et de ses résultats, peut s’avérer utile pour penser le développement et l’aide au développement invoqués à l’heure actuelle.

Bibliographie

Ababsa Myriam, 2006, « Contre-réforme agraire et conflits fonciers en Jazîra syrienne  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 115-116, p. 211-230.

Ayoub Antoine, 1971, Réforme agraire et propriété rurale : le cas de la Syrie, Centre de recherche en aménagement et en développement, Université Laval, Québec.

De Tarlé Romain, 2012, La Modernisation de l’agriculture en Syrie - 1946-1958, Mémoire de Master d’histoire contemporaine, ENS de Lyon.

Heydemann Steven, 1999, Authoritarianism in Syria : Institutions and Social Conflict, 1947-1970, Cornell University Press, New York City.

Hinnebusch Raymond, 1989, Peasant and Bureaucracy in Ba’thist Syria : the political economy of rural development, Westview Press, Boulder.

Khader Bichara, 1979, La Question agraire dans les pays arabes : le cas de la Syrie, CIACO, Louvain-la-Neuve.

Khuddari Majjid, 1951, « Constitutional Development in Syria : With Emphasis on the Constitution of 1950 », Middle East Journal 5/2, p. 137-160.

Lloyd E.M.H., 1956, Food and Inflation in the Middle East, 1940-1945, Food Reasearch Institute, Stanford University Press.

Mattison Frances C. (ed.), 1952, A Survey of American Interests in the Middle East, The Middle East Institute, Washington D.C.

Notes

1 Archives du ministère des Affaires étrangères conservées au Centre des archives diplomatiques de Nantes (désormais CADN).

2 De nombreux discours ou lettres du gouvernement syrien sont traduits dans les archives françaises.

3 Syrian Statistical Abstract, 1950-1958, Government Press, Damascus (les statistiques sont publiées dès 1948 en arabe).

4 Dans un premier temps le Dr. Murray, auquel succède en 1949 M. Windett. Côté syrien, M. Khoury est le grand architecte de cette série statistique.

5 CADN, No 667/AL, M. Jacques Émile Paris, Résumé du 3e Congrès des Chambres économiques des pays arabes.

6 British archives, L.D. SYR, Commercial Secretary Damascus, CRAWFORD, W.F., « Notes on Syria’s agriculture, communications and general economic development », 21 avril 1954.

7 La grande majorité de ce domaine lui vient du transfert des terres de la couronne des Sultans ottomans (931 villages, 1 263 785 ha.). Le reste a été acquis suite à des déshérences ou des déchéances de leurs anciens propriétaires pour défaut de mise en valeur du sol.

8 Accords Sykes-Picot du 16 mai 1916.

9 Cette politique de production, justifiée par la peur de la pénurie et donc par des prix très élevés, a conduit à étendre les surfaces cultivées dans des zones auparavant inexploitées et à privilégier la production de céréales pour nourrir les troupes stationnées dans la région.

10 British Archives, SUP/OA/310 F, Middle East Agricultural Council, Syria and Lebanon Agricultural Policy, Minute on the letter from Dr K.H.A. Murray to Spear’s Mission by Mr. Duckham, 16 janvier 1945.

11 British archives, L.D. SYR, Gallagher, « British views on the economic problems faced by the new government », 26 octobre 1954.

12 Lewiston Evening Journal, 11 juin  951.

13 British archives, L.D. SYR, Gallagher, « British views on the economic problems faced by the new government », 26 octobre 1954.

14 British archives, E.A. SYR, Pr Pickett, US Commercial Secretary via the Chancelry of Damascus, « Employment of agricultural experts in Syria », 1er septembre 1950.

15 Il s’agit du Dr. Franklin Stewart Harris, président de l’Utah State Agricultural College, ingénieur agronome et expert en irrigation et en éducation agricole, du Dr. Robert Earle Buchanan, directeur de la station expérimentale d’agriculture de l’État de l’Iowa et de l’Iowa State College of Agriculture and Mechanic Arts, et du Dr. Afif Tannous, sociologue rural et membre du Département du bureau de l’agriculture des relations agricoles étrangères.

16 British archives, E.A. SYR, Pr Pickett, US Commercial Secretary via the Chancelry of Damascus, « Employment of agricultural experts in Syria », 1er septembre 1950.

17 CADN, 188 PO/01/26, Rapport de la Conférence des chefs de postes diplomatiques français au Moyen-Orient de Téhéran, du 3 au 13 avril 1954, « Les principes de la politique française en matière d’assistance technique au Moyen-Orient ».

18 M. Ballot, M. Petit, M. de Lambilly, M. Malicormet.

19 M. Pech, M. Soleille, M. Barbier et M. Mennesson.

20 « L’importance croissante de nos achats de coton devrait nous donner le droit de demander aux Syriens une contrepartie à ces achats », CADN, 188 PO/01/26, conclusions de la Conférence de Beyrouth de mai 1953.

21 Nous avons calculé la balance commerciale agricole à partir des sections Exports by main countries and commodities et Imports by main countries and commodities du Statistical Abstract of Syria 1956. Ont été prises en compte les catégories douanières suivantes : Seeds for sowing; Nitrogenous, mineral or chemical fertilizers; Mineral or chemical fertilizer made of two materials at least; Tubes and tyres for agricultural use; Pumps; Agricultural tractors; Sowing machines; Threshing machines; Detached parts of cars and tractors; Internal combustion engines for cars and tractors; Wheat; Barley; Lentils; Raw cotton.

22 La première réforme agraire en Égypte date de 1952.

23 CADN, PLN/MG, Direction générale des Affaires politiques, Direction d’Afrique-Levant, Sous Direction du Levant, George Bidault, Lettre du Ministre des Affaires Étrangères au Ministre des Finances et des Affaires Économiques au sujet de la foire exposition de Damas.

24 Voir définition plus haut.

Table des illustrations

Titre Évolution des balances commerciales des principaux partenaires commerciaux de la Syrie
Légende Source  : Statistical Abstracts of Syria, 1951-1958
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6543/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Volumes des importations et des exportations permettent de resituer les balances commerciales
Légende Source  : Statistical Abstracts of Syria, 1951-1958
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/6543/img-2.png
Fichier image/png, 187k

Auteur

ENS Lyon

© Presses de l’Ifpo, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable