Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient-Express : Chronique d'un magazine libanais des années 1990

 | 
Sandra Iché

Annexes, sources et bibliographie

ِAnnexe 1. Notices biographiques

Texte intégral

1Étant donnés les détails biographiques fournis dans le corps même de l’étude (voir Partie I, chapitre 1, p. 39: La constitution d’une équipe), on choisit de s’intéresser ici aux biographies de ceux qui continuèrent, pour un temps, à travailler avec Samir Kassir après la fermeture de L’Orient-Express; cette collaboration prolongée confirmant la formule de Joseph Bahout, selon laquelle les membres de la jeune génération de L’Orient-Express sont devenus « les enfants de Samir ».

Carmen Abou Jaoudé

2Avant de travailler à plein-temps aux côtés de Samir Kassir à la conception du magazine (choix des rubriques, des titres de dossiers, etc.), Carmen Abou-Jaoudé avait réalisé des enquêtes pour Reporters Sans Frontières. Elle était chargée avec Chantal Rayes des « enquêtes et reportages » de L’Orient-Express et a été salariée en janvier 1996. Depuis la fermeture du magazine, elle a collaboré à l’émission télévisée Sans réserve, présentée par Samir Kassir sur Télé-Liban (chaîne publique), suspendue en avril 1999.

Omar Boustany

3Né en 1970, il quitte le Liban pour la France à l’âge de huit ans et est élevé à Paris, en exil, « dans le culte du Liban ». Il a suivi une école de cinéma à Paris et a été pigiste pour la revue Arabies. Il a été membre de la rédaction de Loubnan Al Mouaten (Le Liban du citoyen), journal édité par le Mouvement du citoyen libanais, fondé par l’économiste libanais Georges Corm. Il s’est engagé auprès du mouvement du général Aoun jusqu’à la débâcle de 1990. Profondément patriote et militant entre1988 et 1996, années durant lesquelles il rentre régulièrement au Liban, il milite pour un Liban « laïc et social » et « libéré de la tutelle syrienne ». Il rentre définitivement à Beyrouth en 1996 pour devenir membre permanent de la rédaction de L’Orient-Express à partir du n° 3 (février 1996). Il a été salarié en juin 1996. Il était chargé des articles de « culture et société » et écrit sa propre chronique, « Lebanese dream », à partir du n° 19 (juin 1997), « qui révèle ses velléités littéraires plus que journalistiques ». Surnommé par l’équipe le « décrypteur sociétal », c’est ainsi qu’il est présenté sur la quatrième de couverture d’État limite, recueil de ses articles parus dans L’Orient-Express, édité par la maison d’édition Layali, propriété de Samir Kassir. Depuis la fermeture du magazine, il a réalisé des reportages pour l’émission télévisée Sans réserve. En août 1999, il travaillait à la création d’un site Internet d’informations générales.

Antony Karam

4Père journaliste à l’AFP, il a fait des études de droit à Paris-Assas et a suivi le cursus « économie et finances » de l’Institut d’études politiques de Paris. Dans un premier temps, il a collaboré à L’Orient-Express depuis Paris. De « dilettante », il s’est davantage investi et est rentré au Liban en janvier 1997 pour devenir rédacteur en chef adjoint de L’Orient-Express à partir du n° 19 (juin 1997). Il a occupé ces fonctions avant d’être salarié. Après la fermeture du mensuel, Anthony Karam a réalisé des études financières (Le Monde, El País) en vue du lancement d’un quotidien généraliste. Cela n’a pas abouti. En mars 1999, il projetait de monter un hebdomadaire de programmes télévisés, pour « faire un truc qui ne dépende pas de l’avis des lecteurs. C’est bon ou pas bon ».

Alexandre Medawar

5Dit avoir découvert qu’il était de confession syriaque-catholique à l’âge de 26 ans. À Genève pendant la guerre, il est rentré au Liban en décembre 1995. Dans L’Orient-Express, il « était chargé des rubriques « Topos » et « Place Net ». Après la fermeture du magazine, il travaille avec Samir Kassir pour l’édition du Monde diplomatique en arabe comme infographe.

Chantal Rayes

6Chantal Rayes a suivi des études de gestion à l’Université Saint-Joseph. Elle s’est déplacée entre Paris et Monaco pendant la guerre et est rentrée en 1987. Elle a effectué un stage au Centre de Formation Professionnelle de Journalisme (Paris). Lors d’un stage au journal télévisé de Télé Liban, la rédactrice en chef lui propose de rencontrer Samir Kassir. Ses premiers sujets réalisés pour le numéro 2 sont jugés probants. Elle devient salariée en juin 1997. Depuis la fermeture, elle a effectué des reportages pour l’émission télévisée Sans réserve. Depuis la clôture de l’émission, elle est correspondante pour le journal belge Le Soir et occasionnellement pour Libération.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540