Version classiqueVersion mobile

Le Comté d’Édesse (1098-1150)

 | 
Monique Amouroux-Mourad

Troisième partie

Chapitre 1. La structure du comté d’Edesse

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

I — Les institutions politiques

L’étude des institutions politiques du comté d’Edesse revêt une grande difficulté en raison de la teneur squelettique des renseignements qui nous sont parvenus. Pendant longtemps, les historiens ont conjecturé à priori que les institutions de tous les états franco-syriens (Edesse, Antioche, Tripoli) se calquaient sur celles du royaume de Jérusalem, pour l’analyse desquelles la documentation est bien supérieure. M. Cahen, dans son livre sur la Syrie du Nord à l’époque des Croisades, a démontré que ce raisonnement amenait « à fausser entièrement le problème »1. Son ouvrage a mis en valeur l’originalité des institutions politiques de la principauté d’Antioche, qui possédaient des caractères en gros communs à tous les états latins d’Orient, mais aussi des particularités2. Car, supposer que les institutions des états franco-syriens fondés par des Francs d’horizons si différents (« Français », Italo-Normands, ou Provençaux) aient été semblables, « c’est lais...

© Presses de l’Ifpo, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search