Version classiqueVersion mobile

L’Orient-Express : Chronique d'un magazine libanais des années 1990

 | 
Sandra Iché

Conclusion

Texte intégral

« Je sais que Beyrouth ne sera jamais plus ce qu’elle fut. Beyrouth est morte et d’elle ne reste qu’un fantôme dans la mémoire. Nous, intellectuels, sommes exilés dans la ville qu’ils bâtissent aujourd’hui. Exil réel et pesant dans un État sectaire et injuste, indifférent à la culture et à la pensée! ».

Abdou Wazen

  • 1  Entretien avec Samir Kassir, Beyrouth, février 1999.
  • 2  Kassir Samir: « Renouer le lien qui s’est rompu », dans Mulhaq al-Nahar, mars 1998. Voir annexe 8.

1Le pari de la « déghettoïsation » a-t-il été gagné ? D’évidence non : Joseph Bahout parlait d’un rapport de force avec la « vieille maison », or L’Orient-Le Jour a décidé de la fermeture du magazine. Le pari de faire du français « une arme de culture » a-t-il été gagné ? Là encore la réponse est non : Noun, un magazine francophone dit « féminin », s’est substitué à L’Orient-Express pour accueillir le trop-plein d’annonces publicitaires en français. L’Orient-Express a publié vingt-sept numéros et pour certains de ses rédacteurs, cette longévité inattendue 1 est déjà une victoire. Mais à la question posée en introduction – L’Orient-Express, qui a occupé d’emblée une place marginale, pouvait-il trouver sa place dans le Liban d’après-guerre ? – , il faut conclure à l’échec. De quel échec s’agit-il ? Les aînés de l’équipe du magazine ont pour la plupart lutté dans les rangs de la gauche des années 1970, laquelle réclamait un État de droit, laïc et démocratique, et une plus grande justice sociale ; les membres les plus jeunes ont voulu insuffler un esprit critique dans une presse volontiers révérencieuse ou pratiquant l’autocensure. D’une manière générale, L’Orient-Express a voulu œuvrer dans le sens d’une individuation de l’espace public, notamment en critiquant la structuration communautaire de la société libanaise. Ainsi, L’Orient-Express représentait à bien des égards une avant-garde, face à une société civile fragmentée et tentée par l’amnésie, une francophonie identitaire et surannée, un personnel politique qui confisque le débat public et des décideurs financiers qui bâillonnent la liberté d’expression. L’Orient-Express pratiquait l’intransigeance que comporte toute avant-garde : le persiflage n’épargnait ni ses propres financiers ni le lectorat potentiel que constituaient les lecteurs de L’Orient-Le Jour. L’absence de passerelles entre l’esprit de L’Orient-Express et ces lecteurs potentiels n’a pas servi la survie du mensuel. Mais, selon Samir Kassir, c’est moins le lecteur qui a manqué à l’appel que l’intelligence des publicitaires. Quand Samir Kassir parle du « beau ghetto multicolore » entretenu par « les richards de la guerre » 2, il vise précisément le publicitaire. L’histoire de L’Orient-Express est l’histoire du sursaut d’une élite vaincue par les vrais vainqueurs de la guerre que sont le communautarisme et l’arrivisme ultra-libéral.

Notes

1  Entretien avec Samir Kassir, Beyrouth, février 1999.

2  Kassir Samir: « Renouer le lien qui s’est rompu », dans Mulhaq al-Nahar, mars 1998. Voir annexe 8.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search