Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient-Express : Chronique d'un magazine libanais des années 1990

 | 
Sandra Iché

Partie III. Conjuguer arabité et ouverture sur le monde

Chapitre 9. Le monde vu depuis Beyrouth

Entrées d'index

Mots clés :

presse

Géographique :

Liban

Texte intégral

  • 87 Entretien avec Samir Kassir.

1La rubrique « Extrèmes » donne à voir un Liban généralement méconnu : celui des régions. Symétriquement la rubrique « carte postale » ouvre sur le monde, de la côte californienne au Népal. L’Orient-Express veut, d’une part, faire découvrir aux Libanais leur pays, un pays que les lecteurs auraient avoué ignorer en remerciant L’Orient-Express de leur faire découvrir un Liban qu’« ils ne connaissent pas » 87. D’autre part, « élargir les horizons », c’est aussi vouloir être impliqué dans le monde, en se tenant informé des évolutions qui s’y opèrent, et en participant autant que possible à ces évolutions.

1. Ici et ailleurs

  • 88 Idem.

2Le souci de modernité observé quant à la confection de la maquette est un premier signe de cette volonté. Samir Kassir voulait originellement que le format du magazine ne soit pas le format standard des magazines libanais. L’option retenue était celle du format du Premiere new-yorkais. Samir Kassir exprimait le désir de faire à Beyrouth un produit « qui serait enfin en phase avec ce qui se faisait dans le monde à l’époque et non avec trois ans de retard » 88. De même, le changement de maquette au numéro 24 répondait à l’exigence de s’adapter aux changements intervenus dans le monde du graphisme. Le projet de la rubrique « Algorithme », qui n’apparaît en fait que dans quelques numéros, prévoyait d’informer sur l’évolution des nouvelles technologies et d’Internet en particulier. Le traitement des photographies dans la rubrique « de visu » de même que la sophistication de la cartographie témoignent également de ce souci de modernité. En comblant un décalage, L’Orient-Express espérait séduire les anciens expatriés familiers de la presse européenne ou américaine. Au-delà même de ce public, Samir Kassir pensait qu’un bain de 2 000 abonnés était envisageable en Europe. Mais le peu d’empressement des publicitaires à plébisciter le magazine n’aurait pas permis le nécessaire travail de commercialisation.

  • 89 « Hors-jeu : Extra-muros », L’Orient-Express 17, avril 1997.
  • 90 Medawar Alexandre : « Topos : Sri Lanka. Le paradis en feu », L’Orient-Express 24, novembre 1997.
  • 91 « Hors-jeu : Extra-muros », L’Orient-Express 17, avril 1997.
  • 92 « Algarade : Et si on changeait ? », L’Orient-Express 18, mai 1997.

3L’Orient-Express invite ses lecteurs à affûter leur regard sur le monde, de manière à ne pas procéder à des réductions caricaturales : « cette façon de voir, souvent imbécile, peut même faire des contresens dramatiques. Comme croire que l’Ukraine est un bar à filles, ou le Sri-Lanka et les Philippines des îles à bonnes » 89. L’Orient-Express prend le contre-pied de ses réductions en consacrant par exemple un « Topos » au Sri Lanka 90, rendant ainsi au pays son histoire. Paul Achcar écrit encore que « le reste du monde, ce n’est pas le Vatican ou l’Iran ». Il invite par là les Libanais à se regarder comme un peuple et non plus comme une mosaïque de communautés. En existant en dehors du référent religieux, chacun se débarrasserait de la grille de lecture suggérée par l’appartenance communautaire et pourrait affirmer son individualité. L’enjeu de cet impératif de curiosité et de connaissance, l’enjeu de ce sentiment d’appartenance au monde, est l’accès à une véritable citoyenneté : « Il y a un rapport entre notre absence du village global et nos régressions sur nos petits infra-univers » 91. Et du regard que l’on porte sur soi et le monde dépend l’image que l’on renvoie au monde. Pour que le Liban soit, pour le reste du monde, autre chose qu’un « espace de conflit », les Libanais doivent eux-mêmes se percevoir autrement que comme l’addition d’entités coexistantes. Pour que le pays soit perçu autrement que comme « le siège d’un milliardaire en mal de puissance » 92, il faut un réveil de la société civile.

  • 93 « Topos : Zaïre une mine de tensions », L’Orient-Express 18, mai 1997.
  • 94 « Topos : Colombie, carte blanche », L’Orient-Express 27, février 1998.

4La rubrique « Topos » s’efforce chaque mois de décoder la géopolitique à l’oeuvre dans des pays secoués par un conflit interne. Du Zaïre, « mine de tensions » 93, à la Colombie, fragmentée par les guérillas 94, en passant par l’Italie observée sous l’angle des dissensions internes, « Italie : l’unité en eaux troubles », Alexandre Medawar cherche à rendre saillants les divers mécanismes qui mènent aux affrontements civils, comme pour donner à réfléchir, rétrospectivement et par comparaison, sur la guerre du Liban.

2. Non-alignés

  • 95 « Topos : OTAN. Dräng nach Östern à l’américaine », L’Orient-Express 21, août 1997.

5Les États-Unis ou leurs alliés occidentaux sont souvent présentés dans la rubrique « Topos » comme les maîtres contestables du jeu mondial. Si les membres de l’OTAN veulent intégrer la Pologne, la République tchèque et la Hongrie, ce serait avant tout parce que la dépense financière que va occasionner la mise en conformité de leurs forces armées avec les normes militaires de l’Organisation, profitera largement aux pays constructeurs d’armements, « Américains en tête ». Alexandre Medawar insiste sur la face cachée de l’objectif affiché de l’Organisation : « Le communisme enterré, c’est la paix dans le monde que les shérifs de Washington aimeraient désormais faire régner. Business oblige… » 95. Concernant la rétrocession de Hong-Kong à la Chine, le journaliste remarque : « Plus que les références de façade aux libertés politiques, c’est la pérennité des activités économiques qui inquiète véritablement les capitales occidentales ». À propos de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA, Canada, Mexique, États-Unis), Alexandre Medawar en dénonce la fiction égalitaire. En Colombie, les États-Unis sont accusés de financer la production de coca et d’entretenir les guérillas locales.

  • 96 Ayad Christophe : « Le racket d’Aden », L’Orient-Express 26, janvier 1998.
  • 97 Ayad Christophe : « Les damnés d la terre », L’Orient-Express 27, février 1998.
  • 98 Majdalani Charif : « Transcultures : Tous les démons de l’Inde », L’Orient-Express 6, mai 1996.

6Dans d’autres régions du monde, ce sont les mouvements islamistes fanatisés qui sont incriminés. Au Soudan, Christophe Ayad décrit les conditions de survie de la population chrétienne et animiste du Sud. Au Yémen, la capitale sudiste, Aden, est la grande perdante de l’unification sudiste. Après la guerre de 1994, « les groupes paramilitaires islamistes qui faisaient régner la terreur ont disparu mais la ville s’est mise au diapason des vainqueurs. La mixité est bannie des écoles dès 1995 » 96. Après les massacres de civils en Algérie pendant le mois de ramadan de 1998, L’Orient-Express rend hommage aux victimes de ceux qui « détiennent le pouvoir des armes, militaires éradicateurs et islamistes fanatisés » 97. Par ailleurs, L’Orient-Express apporte un soutien sans faille à l’auteur britannique Salman Rushdie. « L’affaire des Versets sataniques est venue brouiller l’image de cet immense écrivain tout en lui gâchant la vie ». Le dernier soupir du Maure, dernier ouvrage de celui qui tient « dans l’histoire du roman de cette fin de siècle l’une des toutes premières places », est un « immense roman sur un pays qui sombre petit à petit dans les nationalismes étroits et les fanatismes religieux les plus meurtriers » 98.

  • 99 « Sensation très forte », L’Orient-Express 14, janvier 1997.
  • 100 Karam Anthony : « David Bowie. L’Histoire du monde en dix chapitres », L’Orient-Express 12, novembr (...)
  • 101 Boustany Omar : « Un râle plein de gens », L’Orient-Express 18, mai 1997.
  • 102 Ariss Fadi : « Dylan on Dylan », L’Orient-Express 27, février 1998.
  • 103 Karam Anthony : « Notes CD », L’Orient-Express 10, septembre 1996.

7Sur le plan culturel, les choix de L’Orient-Express font preuve du même horizon diversifié déjà remarqué concernant la culture française. On portera notre attention sur deux prises de position. La première est la défense du film Crash de David Cronenberg qui, selon Anthony Karam, « domine l’année cinématographique de 1996 » 99. Film scandaleux, plus amoral qu’immoral, beaucoup de choses ont été dites sur cet opus. Pour Anthony Karam, le propos « d’essence transgressive » du cinéaste canadien est salutaire. Il viendrait provoquer « la congélation moralisatrice de nos sociétés ». À ce cinéma provocateur des années quatre-vingt-dix, s’ajoute une autre préférence de L’Orient-Express, son goût pour la culture alternative des années soixante-dix. On note d’abord une large prédominance, en musique, de la variété rock américaine de cette décennie. Surtout, ce sont des artistes de la culture pop et de la contre-culture occidentales qui sont retenus. Le chanteur David Bowie, à la « déviance subreptice et souterraine », est royalement encensé par Anthony Karam : « Que retenir en musique de l’année 1996 (et, accessoirement, des décennies précédentes) ? Encore lui » 100. Après la mort de Allen Ginsberg en avril 1997, Omar Boustany consacre quatre pages à ce pilier de la « Beat Generation » 101, figure de « l’Amérique psychédélique » engagée « au cours des militantes sixties et seventies dans les grandes batailles politiques et sociales de son temps, de la guerre du Vietnam aux combats antinucléaires et antiracistes et de la dénonciation des régimes soviétiques et cubains au soutien de la cause tibétaine ». Lui et ses comparses, William Burroughs et Jack Kerouac, rejetaient l’Amérique « puritaine et frileuse », revendiquaient une « liberté sexuelle totale » et étaient des « consommateurs assidus de substances hallucinogènes ». Bob Dylan, figure du protest-song des années soixante, chantant son refus de l’injustice 102, et Patti Smith, « qui participe du mythe des années soixante-dix » et dont l’album Gone Again (1996) « ravive sa filiation underground new-yorkaise » 103, ont aussi une place de choix dans les pages de « Transcultures ».

  • 104 Bouchri Ayman : « Le retour des héros », L’Orient-Express 11, octobre 1996.

8Au consumérisme des années quatre-vingt-dix, Paul Achcar répond en présentant L’Orient-Express comme le dernier rempart contre une société mondiale dollarisée, aseptisée et sans désir. Pour présenter un dossier consacré à Nasser et Che Guevara, Paul Achcar devance les railleries probables auxquelles le magazine s’expose. Il défend L’Orient-Express d’être une équipe « d’indécrottables nostalgiques ». Pourtant, si renaissait « un vrai héros de chair et de sang », certes « on n’en parlerait pas sur CNN », mais Paul Achcar demande : « Ni dans L’Orient-Express ? » 104.

Notes

87 Entretien avec Samir Kassir.

88 Idem.

89 « Hors-jeu : Extra-muros », L’Orient-Express 17, avril 1997.

90 Medawar Alexandre : « Topos : Sri Lanka. Le paradis en feu », L’Orient-Express 24, novembre 1997.

91 « Hors-jeu : Extra-muros », L’Orient-Express 17, avril 1997.

92 « Algarade : Et si on changeait ? », L’Orient-Express 18, mai 1997.

93 « Topos : Zaïre une mine de tensions », L’Orient-Express 18, mai 1997.

94 « Topos : Colombie, carte blanche », L’Orient-Express 27, février 1998.

95 « Topos : OTAN. Dräng nach Östern à l’américaine », L’Orient-Express 21, août 1997.

96 Ayad Christophe : « Le racket d’Aden », L’Orient-Express 26, janvier 1998.

97 Ayad Christophe : « Les damnés d la terre », L’Orient-Express 27, février 1998.

98 Majdalani Charif : « Transcultures : Tous les démons de l’Inde », L’Orient-Express 6, mai 1996.

99 « Sensation très forte », L’Orient-Express 14, janvier 1997.

100 Karam Anthony : « David Bowie. L’Histoire du monde en dix chapitres », L’Orient-Express 12, novembre 1996.

101 Boustany Omar : « Un râle plein de gens », L’Orient-Express 18, mai 1997.

102 Ariss Fadi : « Dylan on Dylan », L’Orient-Express 27, février 1998.

103 Karam Anthony : « Notes CD », L’Orient-Express 10, septembre 1996.

104 Bouchri Ayman : « Le retour des héros », L’Orient-Express 11, octobre 1996.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540