Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient-Express : Chronique d'un magazine libanais des années 1990

 | 
Sandra Iché

Partie III. Conjuguer arabité et ouverture sur le monde

Chapitre 8. L’Orient-Express et la France

Entrées d'index

Mots clés :

presse, francophonie

Géographique :

Liban

Texte intégral

« La culture française que j’avais élue était celle de l’irrespect. Il y en a d’autres, je le sais. […] l’ironie, talent humoristique de première nécessité, représente à mes yeux, une vertu cardinale. L’irrespect que je revendique est une attitude de l’esprit. Il consiste à ne pas s’incliner devant les arguments d’autorité, à postuler que personne n’a assez de génie pour mériter de votre part une démission de la raison ».

Ahmad Beydoun

1. La politique arabe de la France

La « doulce mère »

  • 52 « Algarade : Le culte et la raison », L’Orient-Express 5, avril 1996.

1Alors que la visite de Jacques Chirac donne l’occasion à certains de louer le « gaullisme de la France éternelle qui, par-delà les avatars de l’Histoire, continue d’évoquer pour beaucoup de Libanais la doulce mère d’antan » 52, L’Orient-Express rappelle que « la politique arabe » de la France initiée par le général de Gaulle était dirigée vers l’ensemble du monde arabe et non spécifiquement vers le Liban. Cette « politique arabe » est né avec la décision du général de Gaulle d’un embargo sur cinquante avions Mirages commandés et payés par Israël, et cette mesure de rétorsion faisait suite à la guerre des Six jours de juin 1967 qui s’est achevée par la déroute des troupes arabes. Elle constitue une rupture totale avec la politique pro-israélienne jusque là suivie par la France. Le 1er janvier 1969, le général de Gaulle condamnait le raid israélien sur l’aérodrome de Beyrouth et décidait d’un renforcement de l’embargo.

  • 53 L’Algérie, le processus de paix au Proche-Orient et l’embargo contre l’Irak.
  • 54 « Version française », L’Orient-Express 5, avril 1996.

2À la fin de l’année 1995, Philippe Séguin est sous les projecteurs : il a œuvré pour la victoire de Jacques Chirac aux élections présidentielles, il occupe la fonction de président de l’Assemblée nationale. Mais, en plus de cette actualité circonscrite à l’espace national français, Philippe Séguin est, selon Samir Kassir, singulièrement « attentif à la politique arabe » de la France : « vous êtes l’un des rares en France à parler encore de  politique arabe  et à exprimer votre disponibilité à comprendre les ressorts du monde arabe ». Samir Kassir ajoute : « on vous a même entendu citer Ibn Khaldoun ». Le journaliste souligne ainsi le fait qu’un Européen convoque le nom d’un penseur arabe pour étayer son argumentation, l’inverse étant incomparablement plus fréquent. Samir Kassir interroge l’homme politique français sur les modalités d’une éventuelle réactivation d’une « politique arabe » dans le contexte d’après guerre-froide. Sur les dossiers importants de l’actualité du monde arabe 53, « doit-on s’attendre à plus qu’une simple continuité ? ». Le journaliste exprime par là la volonté de voir la France plus audacieuse, « l’opposition d’intérêts avec les États-Unis » étant un « risque » à prendre. Samir Kassir invite ce membre de la famille politique dite gaulliste à réaffirmer le principe gaullien de non-alignement sur les positions dominantes, américaine ou soviétique à l’époque de la guerre froide. Pour les Arabes, l’application d’un tel principe offrirait un contrepoids français à la toute-puissance américaine dans la conduite du processus de paix au Proche-Orient. Pour L’Orient-Express, les États-Unis ont une vision globale stratégique contraire à l’intérêt des peuples. La France, puissance méditerranéenne, aurait intérêt à concevoir une politique ambitionnant d’assurer paix et développement dans cette zone du monde. Un article d’al-Hayat reproduit en « version française » 54 explique le bénéfice que pourraient tirer les Palestiniens d’une voix française plus forte : « L’inclination arabe apparue récemment dans les milieux dirigeants français » a été confirmée par des résultats tangents. D’abord, la déclaration finale du sommet de Charm al-Cheikh parle du terrorisme en « des termes généraux, englobant sans les nommer Hamas ou le Jihad islamique, et derrière eux l’Iran, tout autant que le terrorisme juif contre les Palestiniens », alors que la déclaration envisagée par le bloc américano-israélien ne condamnait que « le terrorisme qui a récemment frappé Israël ». Ensuite, Jacques Chirac a convaincu Bill Clinton de rencontrer Yasser Arafat, « ce que le président américain avait d’abord voulu éviter ». « Le  visage arabe  de Chirac de plus en plus net » : tel est le titre choisi par L’Orient-Express pour introduire cette « version française ».

  • 55 « Les aveux les plus doux », L’Orient-Le Jour, 18 janvier 1996.
  • 56 L’Orient-Le Jour, 18 janvier 1996.
  • 57 L’Orient-Le Jour, 16 janvier 1996.

3Parmi les questions posées par Samir Kassir au président de l’Assemblée nationale française, celle concernant le « sens » qu’il donne à sa visite au Liban vient en dernier. Cette manière d’apprécier la politique étrangère de la France dans sa capacité à développer une attitude favorable aux intérêts des peuples arabes en général, la politique en direction du Liban s’inscrivant dans cette stratégie globale, n’est pas celle de L’Orient-Le Jour. Pour le quotidien, la France « n’a plus aucun moyen de s’opposer » 55 à l’hégémonie américaine. « Du moins peut-elle revendiquer le mérite de rappeler inlassablement sa préoccupation pour le sort de ce petit pays, le Liban, auquel l’unissent – pour reprendre la formule consacrée –  tant de liens historiques, culturels et affectifs ». Alors que Samir Kassir faisait s’exprimer Philippe Séguin sur la potentielle marge de manœuvre de l’action de la France au Proche-Orient, Issa Goraieb fait état de son impuissance, la constance de son soutien au Liban révélant d’autant mieux, dans ce contexte, la spécificité de la relation franco-libanaise. La France, puissance fondatrice, est considérée comme le garant de « l’intégrité et de la souveraineté du Liban » 56 et les comptes-rendus des visites d’hommes politiques français s’attardent tous sur ce qui est perçu comme une ambiguïté de la nouvelle politique de la France depuis l’ascension de Jacques Chirac au pouvoir : si la France réaffirme son appui à la souveraineté du Liban, elle ne s’interdit pas pour autant un rapprochement avec la Syrie. « La France va-t-elle demander aux Syriens de retirer les troupes du Liban ? » 57 interroge Élie Masboungi. L’éditorial consacré à l’arrivée du président Chirac à Beyrouth félicite ce dernier de n’avoir pas « sacrifié au rituel du crochet par Damas ». « Comme son prédécesseur et père spirituel de Gaulle, bien que dans un contexte différent, Chirac aspire à montrer qu’on peut être l’ami de tous, et dans le même temps, rester fermement attaché à la spécificité politique et culturelle de notre pays ».

Actualiser les relations franco-libanaises

  • 58 Touma Michel : « La journée marathon de Chirac », L’Orient-Le Jour, 6 avril 1996.
  • 59 Entretien avec Michel Eddé.
  • 60 L’Orient-Le Jour, 6 Avril 1996.
  • 61 L’Orient-Le Jour, 4 avril 1996.
  • 62 L’Orient-Le Jour, 4 avril 1996.

4Samir Kassir insiste sur le fait que la politique de la France au Liban aujourd’hui ne se situe pas dans une logique de continuité par rapport à celle inaugurée par Louis XIV : « Les enjeux de la politique française au Liban, on le sait depuis longtemps, n’ont plus rien à voir avec la vieille « protection » des Chrétiens d’Orient, et c’est tant mieux ainsi ». Pour L’Orient-Le Jour, « on n’est évidemment plus à l’ère du roi Saint-Louis, de François Ier ou de l’expédition française de 1860 sous Napoléon III, mais il est incontestable que la visite du président de la République française au siège du patriarche maronite de Bkerké a permis de redonner un nouvel élan aux relations ancestrales et historiques entre la France et les Chrétiens du Liban » 58. Pour le Président-Directeur général de L’Orient-Le Jour Michel Eddé, de confession maronite, la France garde l’aura dont l’ont dotée les parlementaires catholiques du XIXe siècle : « La France est ici », dit-il. « Et si en France même on se fiche de la France, il y a ici, au Liban, des gens pour l’aimer et prier pour elle » 59. Pour Michel Touma, « la visite du chef de l’État français au siège du patriarcat maronite a sans nul doute constitué le principal temps fort du séjour de Monsieur Chirac » 60. Pourquoi constitue-t-elle ce temps fort ? Parce qu’elle a fourni « au patriarche maronite l’occasion d’exposer sans détour au chef d’une grande puissance ses griefs et ses doléances, qui sont ceux d’une large fraction de la collectivité chrétienne et des Libanais en général » 61. Michel Touma cite Le Figaro qui qualifiait le patriarche maronite d’ « ultime rempart contre l’état de fait qui prévaut aujourd’hui au Liban [l’exclusion des chrétiens de la vie politique]. Reste à savoir si la France sera en mesure de soutenir cet ultime rempart, cette voix de conscience… Pour nombre de Libanais, c’est essentiellement sous cet angle que la visite du président Chirac revêt une importance particulière » 62.

  • 63 « Algarade, le culte et la raison », L’Orient Express 5, avril 1996.

5Samir Kassir souhaiterait que la France elle-même n’entretienne pas l’illusion d’une continuité. « Un folklore » est conservé « qui n’est plus de saison : du petit-déjeuner à Bkerké [siège du patriarche maronite] aux messes  pour la France  auxquelles assiste deux fois l’an, l’ambassadeur de la République laïque ». Ce « culte exagéré des symboles » doit cesser pour deux raisons : d’abord pour que la politique de la France au Liban soit admise par tous ; ensuite pour que la langue française continue son avancée au delà du « milieu socio-confessionnel qui a longtemps vu dans le bilinguisme une marque d’identité ». Hervé de Charrette, en visite au Liban en janvier 1996, a préconisé la tenue d’élections libres et a invité les citoyens, quelque soit leur appartenance confessionnelle, à participer en masse au scrutin. L’Orient-Express loue une politique française qui « consiste à encourager la reconstruction de l’unité nationale, en incitant notamment les chrétiens à réintégrer le cadre institutionnel de l’État ». Anticipant le contenu du discours de Jacques Chirac devant le Parlement libanais, Samir Kassir encourage : « Rassurez-vous, Monsieur le Président, demander la transparence du processus électoral ne saurait être compris comme la manifestation de quelque néo-colonialisme » 63. Ainsi, que la France « s’ingère » dans les affaires intérieures libanaises est en l’occurrence jugé bénéfique, et pour que chacun apprécie ce bénéfice, il est impératif que le cordon ombilical soit rompu.

2. Quel statut pour la langue française ?

Le « ghetto »

  • 64 Entretien avec Samir Kassir.

6Pour Samir Kassir, la francophonie pratiquée au Liban est une « francophonie identitaire » 64. Devenu progressivement un journaliste de langue arabe en rentrant au Liban, il n’a pu accepter sans d’abord hésiter la proposition qu’il lui était faite de lancer un magazine francophone étant donné la connotation idéologique qui accompagne au Liban l’usage de la langue française.

  • 65 Abou Sélim, 1996 : « Pour une société complexe », dans Le Liban second, p. 37-40.
  • 66 Abou Sélim, 1974 : « Langues et cultures au Liban », dans Travaux et jours.
  • 67 Discours prononcé à l’Université Saint-Joseph en mars 1997.
  • 68 Boustany Omar : « Transcultures : des problématiques à cultiver », L’Orient-Express 5, avril 1996.
  • 69 Idem.

7Le père Sélim Abou, recteur de l’Université Saint-Joseph, est un théoricien du bilinguisme. Pour lui, le Liban serait une « fédération de communautés ethnoreligieuses » 65, il n’y aurait donc pas d’ethnicité commune à tous les Libanais. Du moins du point de vue de la langue, il existerait des groupes linguistiques distincts et « l’arabisation » de la culture libanaise représenterait « concrètement l’imposition de la langue officielle comme seule langue d’enseignement et de culture et la réduction des autres au simple statut de langues étrangères ». La langue française se voit dotée d’un statut spécial : ni langue officielle ni langue étrangère, le français participe de l’identité d’un des groupes « ethnoreligieux » qui composent le Liban, la communauté chrétienne. « Le pluralisme communautaire a pour première conséquence la diversité culturelle issue des patrimoines respectifs des divers groupes qui composent la nation […] ». Pour Sélim Abou, « le chrétien se sent effectivement plus à l’aise dans le domaine de la langue et de la culture françaises et le musulman dans celui de la langue et de la culture arabes ». Le bilinguisme manifeste la « vocation culturelle » 66 du Liban et sa préservation est garante de la cohésion nationale, la libre expression des spécificités de chacun étant la primordiale condition de possibilité d’une coexistence nationale : « Le Liban risquerait la dislocation, car la pluralité des langues et des cultures est ici un impératif » 67. Pour Omar Boustany, cette conceptualisation de la société libanaise en « fédération de communautés ethnoreligieuses » perpétue les clivages et les représentations issues ou renforcées par la guerre 68. Lui-même se présente comme une preuve de l’invalidité de la thèse de Sélim Abou. Il se classe parmi les « déculturés de la langue arabe » : il est arabe, « eh oui ! », bien que « son arabophonie soit sensiblement limitée » 69.

La langue française, outil d’acculturation

  • 70 Idem.
  • 71 « Algarade : le culte et la raison », L’Orient-Express 5, avril 1996.
  • 72 Sassine Farès : « Transcultures : le charme discret de la Phénicie », L’Orient-Express 5, avril 199 (...)
  • 73 Idem.
  • 74 Douaihy Jabbour : « Transcultures : Georges Schéhadé à bonne école », L’Orient-Express 5, avril 199 (...)

8La réédition par la maison Dar an-Nahar des treize numéros d’une revue francophone des années trente, Phénicia, amène Farès Sassine à poser clairement la question suivante : « la nostalgie de l’époque du Mandat est-elle permise ? » 70. La formulation de la question induit deux niveaux, celui du sentiment spontané, qui peut s’éveiller malgré nous, qui peut « nous échapper », et celui du positionnement politique, de l’ordre du choix conscient. Que penser d’un projet qui fait revivre un « milieu socio-confessionnel » 71 qui saluait « la puissance de l’Empire français » 72, disait entretenir « un rapport horizontal avec l’Occident » et invoquait les Phéniciens, peuple de commerçants, pour justifier ce rapport ? Or « le lecteur, quelles que soient ses appréhensions, est entraîné par une volupté presque coupable […] ». L’ambivalence se retrouve dans le titre : « Le charme discret de la Phénicie ». La Phénicie remplace « la bourgeoisie » du titre d’un film de Luis Buñuel. Ainsi cette bourgeoisie libanaise et francophone de l’époque du Mandat a du charme. Et c’est une émotion esthétique qui gagne d’abord Farès Sassine : « les titres baudelairiens », « une langue précieuse qui rappelle le Mallarmé de la Dernière Mode », « les bals », « les thés ». Mais ce qui séduit surtout Farès Sassine est que la revue Phénicia ne « se cantonnait pas aux frivolités » 73. Il salue l’intelligence des commentaires portant sur des œuvres littéraires, picturales ou musicales et signale que les choix et les préférences n’allaient pas nécessairement aux artistes d’outre-mer : un rédacteur « parle longuement des influences d’Al-Farabi et d’Avicenne sur la musique occidentale ». Enfin, des auteurs d’expression arabe sont traduits. Bref, la revue était un lieu où la langue française offrait aux cultures arabe et occidentale l’opportunité de se côtoyer et d’où émergeait une littérature libanaise d’expression française, telle celle de Georges Schéhadé, artiste dont, une page plus haut, L’Orient-Express publie quelques extraits 74.

  • 75 « Algarade : idéologies », L’Orient-Express 17, avril 1997.
  • 76 Auteur notamment de Identité confessionnelle et temps social chez les historiens libanais, Beyrouth (...)
  • 77 Abou 1981, p. 313 : « Accepter de se dire arabe, c’est, pour le Liban, aliéner sa personnalité cult (...)

9Pour Samir Kassir, le français est « une langue qui reflète des civilisations vivantes y compris la civilisation arabe vivante ». C’est en tant que tel que L’Orient-Express entend en faire usage. D’autant plus que, du fait de la guerre, « toute une génération a été privée de la langue arabe » 75 : le français peut alors permettre à cette génération de découvrir une culture arabe qui constitue son patrimoine. Pour parler du bilinguisme, L’Orient-Express choisit plutôt de donner la parole à Ahmad Beydoun, militant de l’OACL pendant les premières années de l’organisation, professeur de sociologie à l’Université Libanaise, auteur utilisant aussi bien l’arabe que le français 76. Le magazine continue ainsi à se démarquer du milieu duquel pourtant il dépend financièrement tout en poursuivant la mission qu’il s’est donnée dès l’éditorial du premier numéro : celle de promouvoir une « francophonie différente », non plus « identitaire » mais de choix. « Heurs et malheurs d’un volontaire du bilinguisme », tel est le titre donné à la reproduction intégrale d’un discours prononcé par Ahmad Beydoun en octobre 1995 et dans lequel il raconte sa relation à la langue française : « Le français, j’y suis arrivé, pour ainsi dire, volontairement, en profitant de quelques chances qui se présentaient, certes, mais au prix de longs efforts prolongés ». Cette définition d’un bilinguisme volontaire est l’inverse de celle que Sélim Abou donne à la double pratique du français et de l’arabe puisque pour le père jésuite, le bilinguisme libanais est un « archétype psychologique » de la société libanaise. Sur la querelle idéologique concernant les dommages ou bénéfices de l’emploi de la langue française 77, Ahmad Beydoun se prononce en racontant sa propre expérience : « Avoir fréquenté le français pendant de si nombreuses années, y avoir tant lu, enseigné, écrit ne m’a jamais inspiré de véritable crainte pour mon identité linguistique ou, plus généralement, culturelle. […] je reste fondamentalement arabe, arabophone et – pour vous infliger un néologisme – arabographe ».

3. Quelle langue et quelle culture françaises ?

Irrespect et principe de plaisir

  • 78 « Lebanese dream », L’Orient-Express 25, décembre 1995.
  • 79 « Lebanese Dream : Degré de cuisson », L’Orient-Express 21, août 1997.
  • 80 Kassir Samir : « Francophonie du minimum », L’Orient-Express 23, octobre 1997.
  • 81 « Le babillage de Marie-Chantal : Paréo parade », L’Orient-Express 8, juillet 1996.

10« L’angoisse planétaire, on s’en soucie comme d’une guigne de par chez nous. Ils ont mieux à faire, les médias locaux. Imaginez le poids des magazines mondains à l’approche de la nouvelle année 1999, de la 2000. Entre sept et huit kilos. Une fois qu’ils auront casé toute leur pub, pour la vaisselle, les robes, les costards, les bijoux, les sapins, l’argenterie, les montres, les breloques, les bijoux, les crèmes amincissantes, les crèmes hydratantes, les grigris, le chocolat, les bijoux, le whisky, le champagne, les décolletés, les meubles, les bijoux, y a plus de place pour l’info brûlante : une interview d’Alexandre Najjar » 78 : « rituel d’appartenance », « sabir de colonie », « nombrilisme », la francophonie libanaise telle que perçue par L’Orient-Express agit comme un repoussoir. Le magazine défend l’utilisation de l’arabe dès que cela est possible, sans toutefois tomber dans un extrémisme borné : si dans un colloque, l’identité linguistique des locuteurs réclame l’emploi du français ou de l’anglais, imposer l’arabe relèverait de l’idéologie. Omar Boustany raconte qu’à l’occasion de l’intervention dans un colloque du pakistanais Iqbal Ahmad, Élias Khoury s’était vu interpellé par un assistant qui demandait pourquoi certaines sessions du colloque se déroulaient en anglais. Élias Khoury répliquait qu’ « il [est] lui-même un partisan de la langue arabe, mais que dans le cas d’Iqbal Ahmad par exemple, c’était ça ou l’ourdou. Parlez-vous l’ourdou ? » 79. En revanche, une planche de Mazen Kerbaj se moque de l’utilisation du français dans des situations quotidiennes où elle paraît déplacée : l’affectation de celui ou celle qui commanderait une « man’ouché », pizza au thym dont la dénomination en arabe est automatique, par un « Jeune homme ! un chausson au thym ! ! ! » le rendrait ridicule. En plus d’être fautive, la langue française au Liban ne véhiculerait que des futilités. Pour décrire cette francophonie qui baigne entre « Camomille vieille France » et « culture Voici », L’Orient-Express a choisi le persiflage : d’une envolée en franbanais : « Yîîî, qu’est ce que vous croyeeeeez ? On a lu Lamartine, Guitry et Séguéla ! On aime beaucoup Sulitzer aussi » 80, au second degré du « babillage de Marie-Chantal » 81, dont les obsessions sont l’argent, les nouvelles techniques d’amincissement et les téléphones portables, le niveau culturel de la francophonie libanaise est vertement moqué. Samir Kassir, commentant les critiques formulées par Charif Majdalani sur le supplément du Magazine littéraire consacré à la littérature libanaise, réaffirme son intransigeance à l’égard de la francophonie libanaise : « Alexandre Najjar sait que la critique de Charif Majdalani rejoint bien d’autres qu’on a pu lire en arabe dans la presse libanaise, et notamment dans le Nahar. Croyait-il que, parce que nous écrivons en français, nous devrions être complaisants avec tout ce qui se fait en matière de francophonie ? Nous avons l’exigence exactement inverse depuis le début ». Le magazine se voit comme le bastion d’une langue française à la fois rigoureuse et actuelle.

  • 82 Entretien avec Joseph Samaha, Londres, décembre 1999.
  • 83 Boustany Omar : « Transcultures : Alla Franca », L’Orient-Express, n° 19, juin 1997.

11Pour Joseph Samaha, journaliste de langue arabe, le français continue de transmettre, aujourd’hui encore et bien plus naturellement que l’anglais, des « valeurs humanistes » : « il suffit de lire Le Monde et Herald Tribune, sur la mondialisation par exemple » 82 pour le remarquer. Et son attachement pour une francophonie au Liban vient de cette qualité du message dont la langue française saurait être porteuse. Pour Omar Boustany, la langue française porte en elle « l’héritage d’hommes et de femmes qui, de 1789 à nos jours, ont bâti une démocratie, évidemment imparfaite, mais dont le niveau de réflexion culturelle et sociale impose le respect » 83. Il ajoute que le français se caractérise « par son aspect universaliste et friand d’altérité, par son goût inné pour l’esprit critique et le débat d’idées ». On passera sur le « inné » qui cède quelque peu à l’image d’Épinal.

  • 84 Idem.
  • 85 « Transcultures : tout le suc du monde », L’Orient-Express 22, septembre 1997.
  • 86 « Transcultures : l’espion illuminé », L’Orient-Express 19, juin 1997.

12« Le français pourrait même représenter un tremplin pour qu’enfin communiquent les uns et les autres, ceux qui déclament Badr Chaker al-Sayyab et ceux qui lisent Libé » 84. Est une nouvelle fois invoqué ce désir de rapprocher des univers qui s’ignorent du fait de l’image sectaire que renvoie l’usage du français au Liban. Mais n’importe qui n’est pas invité à la communion. Il est préférable pour le francophone d’être un lecteur de « Libé ». L’arabophone, pour sa part, doit aimer le poète irakien Badr Chaker as-Sayyab, engagé dans l’action politique avec les communistes, mais surtout traducteur de Rimbaud ou Éluard et instigateur, dans les années cinquante, du renouveau poétique arabe. En matière de francophonie, Omar Boustany retient plusieurs noms : Toussaint-Louverture, esclave noir affranchi de la deuxième moitié du XVIIIe siècle qui proclamait l’autonomie d’Haïti en 1801 avant qu’elle ne soit à nouveau soumise par Bonaparte ; Aimé Césaire, né en Martinique en 1913, membre du Parti Communiste jusqu’en 1956 et chantre de la négritude ; Kateb Yacine qui lutta pour l’indépendance de l’Algérie ; ou encore René Lévesque, indépendantiste québécois. Le numéro 0 prévoyait un article sur Jean Genet, engagé auprès de la cause palestinienne dans les années soixante-dix. La sortie de Loués soient nos seigneurs de Régis Debray, est l’occasion de saluer « la longue marche d’un philosophe combattant ». Charif Majdalani salue « les savoureux moments que procure aux avides de littérature non galvaudée » 85 le récit de voyage d’Olivier Rolin (Mon galurin gris. Petites géographies), militant repenti de la Gauche prolétarienne en 1968. Les chanteurs Léo Ferré, Gainsbourg ou Barbara, rappellent encore la quête de liberté, le plaisir des sens et les facéties du langage qui séduisaient les jeunes des années soixante-dix en rupture avec la culture classique de leurs aînés. Philippe Sollers et Michel Onfray font chacun l’objet de deux critiques littéraires. Une photographie du premier le montre en train d’envelopper de ses bras le personnage féminin du Baiser de Rodin ; la légende dit : « Autour du Baiser de Rodin, les jeux du corps et de l’esprit » 86. Michel Onfray est qualifié d’« hédoniste rebelle ».

Un magazine trop parisien ?

13L’Orient-Express adopte le contre-pied de la « préciosité policée » de la France des années trente qui, selon lui, continue de caractériser la francophonie libanaise des années quatre-vingt-dix. À côté des dossiers et chroniques politiques écrites dans un français soutenu et didactique, L’Orient-Express opte pour une langue dont le rythme est parfois celui du registre oral et dont le vocabulaire est emprunté à l’argot ou au langage dit « jeune » (verlan, abréviations...). Pour L’Orient-Express, la langue française au Liban doit suivre les « mutations qu’elle a subies ailleurs » et les rédacteurs du magazine veulent que la langue qu’ils emploient supporte la comparaison avec celle de Paris. Cet enjeu est notamment révélé par une différence d’appréciation au sein même de la jeune génération du magazine. Selon Alexandre Medawar, la langue avec laquelle Omar Boustany traite de la vie nocturne beyrouthine serait frileuse comparée à celle des « Nuits blanches » d’Eric Dahan dans le Libération actuel, lequel, grâce à un savant codage, parvient à faire passer des informations très privées sur telle ou telle figure publique. Mots abrégés (« comme d’hab’ » ou « coup’ de champ’ »), rythme enlevé qui cherche un effet percutant, argot : les textes qui vantent l’abonnement au magazine sont significatifs. Ils consistent en une association entre un thème traité par le magazine et un mot exprimant la curiosité ou une sensation forte, écrit en caractère gras et en couleur. Un contraste est créé entre la familiarité du mot et le thème parfois a priori rébarbatif. Les questions rapides adressées aux lecteurs ne respectent pas la règle du sujet inversé du mode interrogatif ; l’effet rendu est un style plus direct et plus affirmatif. Enfin l’énumération donne un rythme haletant : « La géopolitique afghane, ça vous cloue sur place ? La vie nocturne, ça vous donne la chair de poule ? Les romans de Hassan Daoud vous intriguent ? La presse mondaine, ça vous excite ? Le pianiste Zad Moultaka transcende votre quotidien ? […] ». L’emploi de termes familiers tourne parfois au défi : pour ironiser sur une publicité francophone jugée de mauvaise qualité, L’Orient-Express écrit « J’y entrave que dalle » : les publicitaires francophones prétendent maîtriser le français, or ils ne sont pas compris par ceux qui connaissent la langue jusque dans ses recoins. On a vu que beaucoup des rédacteurs de L’Orient-Express ont vécu à Paris : la langue française telle que pratiquée à Paris est la leur. De retour, leur langue est de fait une langue importée. Ils n’ont d’ailleurs pas rapporté que la langue mais aussi des habitudes de consommation qui ne peuvent être satisfaites à Beyrouth : Jamal Asmar cherche un café où l’on puisse jouir du même anonymat qu’à Paris : « le trompe l’œil semblait parfait, les tables tout à fait comme à Paris. Sauf, qu’hélas trois fois hélas, pour le jambon-beurre, le steak-frites ou même le hot-dog, vous repasserez. Reprenez donc de ce hommos. Et question café, c’est plutôt un mélange de mépris et d’étonnement dans l’œil du serveur quand vous avez le mauvais goût de réclamer un p’tit noir pour toute commande ».

14Avec l’intransigeance comme mot d’ordre, L’Orient-Express n’adopte-il pas, en réaction à des comportements jugés dépassés, une attitude au bout du compte similaire à celle de la francophonie qu’il dénonce, en ce sens que lui-aussi revendique d’être en phase avec Paris. Il ne s’agit pas de la même France, mais il est dans les deux cas fait appel à l’étranger pour dessiner une partie de son identité. Une question d’Omar Boustany à Jean Rouch pourrait concerner le journaliste tout autant que le cinéaste : « Vous vivez à la lisière de deux civilisations ; est-ce que c’est le plus souvent un enrichissement ou y a-t-il des moments de déchirement très forts ? ». Si L’Orient-Express affirme son identité arabe, il ne s’en réfère pas moins à d’autres univers culturels. En ce qui concerne la langue et la culture françaises, le magazine dont les rédacteurs sont pour beaucoup d’anciens expatriés en vient à comparer le mode de vie beyrouthin à celui de la capitale française. Et Paris a parfois la faveur de L’Orient-Express. Son équipe pourrait n’être alors que la « frange de la frange », selon la formule de Paul Achcar. Pour se démarquer de la francophonie pratiquée au Liban, le magazine en vient à courir le risque d’être le lieu d’un nouveau « snobisme » et de manquer son objectif initial qui consiste à faire de la langue française, un vecteur d’ouverture. Il faut cependant noter que la démarche ne s’apparente pas à un phénomène de mimétisme. Cette langue est la leur et l’excès dans la recherche de formules typiquement parisiennes et argotiques est voulu et assumé. Et selon Samir Kassir ou Jabbour Douaihy, l’objectif de désacralisation de l’image de la francophonie et d’ouverture vers des Libanais a priori réticents à l’usage du français aurait été atteint, preuve en est les lecteurs de la presse arabophone que L’Orient-Express comptaient parmi les siens.

Notes

52 « Algarade : Le culte et la raison », L’Orient-Express 5, avril 1996.

53 L’Algérie, le processus de paix au Proche-Orient et l’embargo contre l’Irak.

54 « Version française », L’Orient-Express 5, avril 1996.

55 « Les aveux les plus doux », L’Orient-Le Jour, 18 janvier 1996.

56 L’Orient-Le Jour, 18 janvier 1996.

57 L’Orient-Le Jour, 16 janvier 1996.

58 Touma Michel : « La journée marathon de Chirac », L’Orient-Le Jour, 6 avril 1996.

59 Entretien avec Michel Eddé.

60 L’Orient-Le Jour, 6 Avril 1996.

61 L’Orient-Le Jour, 4 avril 1996.

62 L’Orient-Le Jour, 4 avril 1996.

63 « Algarade, le culte et la raison », L’Orient Express 5, avril 1996.

64 Entretien avec Samir Kassir.

65 Abou Sélim, 1996 : « Pour une société complexe », dans Le Liban second, p. 37-40.

66 Abou Sélim, 1974 : « Langues et cultures au Liban », dans Travaux et jours.

67 Discours prononcé à l’Université Saint-Joseph en mars 1997.

68 Boustany Omar : « Transcultures : des problématiques à cultiver », L’Orient-Express 5, avril 1996.

69 Idem.

70 Idem.

71 « Algarade : le culte et la raison », L’Orient-Express 5, avril 1996.

72 Sassine Farès : « Transcultures : le charme discret de la Phénicie », L’Orient-Express 5, avril 1996.

73 Idem.

74 Douaihy Jabbour : « Transcultures : Georges Schéhadé à bonne école », L’Orient-Express 5, avril 1996.

75 « Algarade : idéologies », L’Orient-Express 17, avril 1997.

76 Auteur notamment de Identité confessionnelle et temps social chez les historiens libanais, Beyrouth, Université libanaise, 1984, et Itinéraires dans une guerre incivile, Paris, Karthala, 2000.

77 Abou 1981, p. 313 : « Accepter de se dire arabe, c’est, pour le Liban, aliéner sa personnalité culturelle ».

78 « Lebanese dream », L’Orient-Express 25, décembre 1995.

79 « Lebanese Dream : Degré de cuisson », L’Orient-Express 21, août 1997.

80 Kassir Samir : « Francophonie du minimum », L’Orient-Express 23, octobre 1997.

81 « Le babillage de Marie-Chantal : Paréo parade », L’Orient-Express 8, juillet 1996.

82 Entretien avec Joseph Samaha, Londres, décembre 1999.

83 Boustany Omar : « Transcultures : Alla Franca », L’Orient-Express, n° 19, juin 1997.

84 Idem.

85 « Transcultures : tout le suc du monde », L’Orient-Express 22, septembre 1997.

86 « Transcultures : l’espion illuminé », L’Orient-Express 19, juin 1997.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540