Version classiqueVersion mobile

Damas et la Syrie sous la domination fatimide (359-468/969-1076). Deuxième tome

 | 
Thierry Bianquis

Cinquième partie. L'effondrement de la domination fatimide en Syrie intérieure

Chapitre 3. La Syrie du nord rattachée à l’Orient Seldjoucide-abbasside

Texte intégral

Les Turcs appelés en Syrie du Nord

1cAṭiyya b. Ṣāliḥ, désireux de récupérer la totalité de sa principauté, fit appel à un chef de bande turcoman, Ibn Ḫān ou Ibn Ḫāqān. Celui-ci, vint du Diyār Bakr avec un millier d’archers à cheval. On lui promit dix mille dinars par mois de présence. Pour la première fois, des Turcs libres, ni esclaves, ni intégrés dans une armée régulière, entraient en Syrie.

2Leur approche contraignit Maḥmūd b. Naṣr à renoncer à une attaque contre Alep qu’il préparait et il accepta au début 457/1065, un nouvel accord reprenant les clauses de celui de 456. La présence des Turcomans devenait gênante et cAṭiyya les emmena avec les aḥdāṯ d’Alep dans une expédition en territoire byzantin. Mais la chasse aux captifs et le pillage se déroulèrent sans incidents et les Turcs revinrent avec cAṭiyya à Alep. Sur la suggestion de cAṭiyya les aḥdāṯ surprirent de nuit le camp des Turcomans : ils le pillèrent, emportant les armes et les bagages et tuant un certain nombre d’archers.

3Ibn Ḫān se trouvait éloigné d’Alep. Lorsqu’il apprit l’attaque du camp, il revint à Alep et du pied de la citadelle, apostropha cAṭiyya, invoquant sur lui la malédiction divine pour sa trahison. Puis il quitta Alep.

4Les survivants se divisèrent : une troupe partit vers l’est et fut détroussée par les Banū Numayr. Un groupe, conduit par Ibn Ḫān, tomba à l’improviste sur une armée byzantine, très nombreuse, vingt mille hommes d’après Ibn al-cAdīm, armée commandée par un Patrice, al-Naḥt. Les Byzantins tentèrent d’encercler les Turcs qui purent se frayer un passage. De nombreux Byzantins furent tués. Les Turcs survivants, cent cinquante, rencontrèrent les tribus arabes, Qurayẓ et Rabīca b. Kacb. Qimār, un émir turc, conseilla à Ibn Ḫān de choisir la mort dans une charge glorieuse plutôt que de faire confiance à des Bédouins. Ibn Ḫān demanda asile à Manṣūr b. Ǧābir qui lui remit en gage de loyauté le voile de son épouse et son coussin de selle avant de trahir les Turcs et de tuer Qimār. Ibn Ḫān dut à nouveau fuir avec les quelques hommes qui lui restaient. Il revint en Syrie du Nord et rejoignit Maḥmūd qui lui accorda l’amān et l’envoya avec ses hommes à Macarrat al-Nucmān.

5Maḥmūd rassembla des Arabes des tribus et Ibn Ḫān reconstitua sa formation de Turcomans et ils marchèrent sur Marğ Dabiq, au nord d’Alep, près de cAzāz. cAṭiyya sortit d’Alep, accompagné de ses troupes ; il avait recruté des Banū cAwf. Il fut vaincu par Maḥmūd le 11 ğumādā II 457/20 mai 1065. Il s’enfuit à Alep, poursuivi par Maḥmūd.

  • 1 Ibn al-cAdīm. I, 296-297. Qurayẓa, voir EI2, V, 438, était le nom d’une tribu juive de Yathrib, él (...)

6Un siège très dur fut mené par Maḥmūd et les Turcomans pendant cent deux jours. Au cours du siège arriva l’envoyé d’al-Mustanṣir, Ẓafar al-Mustafādī, déjà venu précédemment. Maḥmūdb. Naṣr qui avait reçu à une date antérieure les laqab de cIzz al-Dawla wa-Šamsu-hā, se vit accorder cette fois-ci ceux de cAẓīm Umarā’ al-cArab, cAḍud al-Dawla, Sayf al-Ḫilāfa, Ḏū’l-Faḫrayn. Puis, la ville étant affamée, Asad al-Dawla cAṭiyya b. Ṣāliḥ la livra à son neveu Maḥmūd. Il conservait cAzāz, Manbiǧ, Bālis et tous les territoires de la principauté à l’est d’Alep. Maḥmūd recevait Alep et ce qui se trouvait au sud et à l’ouest. Une nouvelle trève était conclue1.

Maḥmūd b. Naṣr, maître d’Alep

  • 2 Ibn al-cAdīm, II, 9-10, Zakkar (8), 166 et suiv. Pour l’identité et la carrière précédente de Hārū (...)

7Le 15 ramaḍān 457/20 août 1065, Maḥmūd b. Naṣr entrait à Alep. Il modifia les laqab qu’il portait et adopta : al-Ağall, Šaraf Umarā’ al-cArab, Sayf al-Ḫilāfa, Mucizz al-Dawla wa-Faḫru-hā wa-cAḍudu-hā, Nāṣir al-Mulk, Ḏū’l-Ḥasabayn. Quant à son oncle cAṭiyya qui partit pour Raḥba, il établit les siens ainsi : Ḫāliṣat al-Umarā’, cUmdat al-Imāma, cAḍud al-Ḫilāfa, Asad al-Dawla wa-Sayfu-hā, Ḏū’l-cAẓīma-tayn. Il avait conservé une référence plus explicite que son neveu au régime fatimide en acceptant un laqab en Imāma. Maḥmūd, par son laqab de Šaraf Umarā’ al-Arab, affichait une détermination de s’appuyer sur sa tribu et sur les tribus voisines et alliées pour élargir son pouvoir en Syrie du Nord et en Ǧazīra. Pourtant, il conserva l’appui des Turcomans. Ibn Ḫān, auquel Ibn al-cAdīm attribue l’ism de Hārūn et le laqab de Malik al-Turk, reçut Macarrat al-Nucmān en iqṭāc. Il rassembla un milliers de combattants, Turcs, Daylamites, Kurdes, et gagna sa ville le 17 šawwāl 458/11 septembre 1066. Il installa ses hommes hors de la ville, dans le Muṣallā. Les habitants arabes de la ville et des environs furent surpris par le respect qu’ils manifestèrent à l’égard des vergers et des vignes dont la région était recouverte. Ils ne prenaient rien, même l’eau pour leurs bêtes, sans en payer le prix2.

8La principauté d’Alep se trouvait confrontée à des tensions internes et à des menaces extérieures. La traditionnelle politique de bonne entente avec Byzance et avec le Caire menée par les Banū Kilāb dans la première moitié du siècle, ou celle de relations équilibrées avec Bagdad, Byzance et le Caire, menée par les principautés arabes et kurde de Ǧazīra à la même époque, n’était plus de mise. A Bagdad, un pouvoir fort, celui des Seldjoucides s’était installé. Alp Arslān avait succédé en 455/1063 à son oncle Tuġrīl Bak. Il avait à diriger des combats sur plusieurs fronts mais deux idées guidaient son action à long terme, abattre l’Imamat, hérétique à ses yeux, d’al-Mustanṣir au Caire et réduire la puissance byzantine ainsi que l’étendue du territoire contrôlé par les Grecs. Pour ces deux projets, la Ǧazīra comme la Syrie du Nord étaient des carrefours d’accès dont la maîtrise préalable était nécessaire. Par ailleurs, les bandes de Turcomans qui, avec son aval, précédaient les armées régulières turques, affaiblissant les pays à conquérir grâce à des destructions, des pillages, des captures de personnes et de bétail, lui ouvraient la voie et parfois le contraignaient à intervenir avant l’heure prévue. Certaines de ces bandes s’avançaient vers l’ouest par l’itinéraire traditionnel des vallées de l’Euphrate et de ses grands affluents, traversaient la Ǧazīra puis entraient en Syrie du Nord. D’autres s’infiltraient dans les montagnes d’Arménie, puis dans les plateaux de l’Asie Mineure byzantine, pour ensuite obliquer vers le sud et pénétrer en Syrie du Nord par les passages situés entre les places fortes de la zone frontière.

  • 3 Maqrīzī (107), II, 265 et suiv. ; Ibn al-cAdīm, II, 10.

9Dès lors que les Mirdassides avaient introduit de leur plein gré des Turcomans sur leur territoire, ils devaient se trouver responsables du comportement de ceux-ci à l’égard de leurs sujets, comme à l’égard de leurs voisins, Byzantins ou Fatimides. La grande crise qui frappait alors l’Égypte amoindrissait la capacité d’intervention de l’armée fatimide, occupée en Syrie centrale et méridionale par une reprise de l’agitation urbaine et des mouvements tribaux. La famine et les épidémies se faisaient d’ailleurs sentir au-delà de la vallée du Nil et en rağab 459/mai-juin 1067 la mortalité mensuelle dépassa de quatre mille décès, la moyenne, à Alep3.

10Les Kilabites auraient aimé reprendre le combat contre cAṭiyya. En 459/1067, ils virent Maḥmūd se diriger sur son camp familial, al-Mucāšira, puis sur Hama, enfin sur Homs, ils crurent qu’il allait couper à travers la steppe. Maḥmūd b. Naṣr, accompagné d’Ibn Ḫān et de la fraction cAwf b. Abī Bakr des Banū Kilāb, affirma son autorité en Syrie centrale mais ne traversa pas la steppe pour aller attaquer son oncle cAṭiyya à Raḥba. D’après Ibn al cAdīm, la versalité de ses contribules lui faisait peur et il ne voulut pas porter atteinte à la gloire de sa famille, mağd āl Mirdās, en engageant une nouvelle guerre civile.

11La présence, toujours plus importante, des Turcomans en Syrie du Nord, se faisait pesante. Un seigneur kilabite, Ḥusayn b. Kāmil b. al-Dawḥ, eut la totalité de ses villages, ğamīc ḍiyāc i-hi, pillée. Quand Hunāk, une ancienne forteresse située près de Macarrat al-Nucmān fut attaquée, Ḥusayn b. Kāmil remit Ḥiṣn Asfūna, une autre citadelle qu’il détenait à proximité, aux Fatimides.

12Afšīn b. Bakğī, un des chefs d’armée d’Alp Arslān, avait tué un autre commandant turc. Pour fuir la colère de son maître, il avait traversé l’Euphrate vers l’ouest et était passé en territoire kilabite. Puis, en šawwāl 459/août-septembre 1067, il avait marché avec un millier d’hommes, loin à l’intérieur des terres byzantines. Il avait atteint Duluk, à cent kilomètres au nord d’Alep. Les paysans étaient dispersés dans les champs et dans les pâturages éloignés. Afšīn avait pillé les campagnes et les villages jusqu’aux environs d’Antioche. Au retour, les Turcomans poussaient devant eux quarante mille buffles, des vaches, des moutons, des chèvres, des ânes ainsi que nombre de jeunes filles et de jeunes garçons. Quand ils vendirent leur butin en territoire musulman, les cours s’effondrèrent et ils n’obtinrent que de un à trois dinars pour un buffle, deux dinars pour une jeune-fille. Un garçon s’échangeait contre un fer à cheval (bitaṭbīkā nic āl al-ḫayl). Les dommages créés par de telles expéditions étaient durables. La population qui avait pu échapper aux Turcomans s’était réfugiée dans les places fortifiées, dans les montagnes sauvages, dans les grottes, laissant les villages à l’abandon, le blé sur l’aire à battre, à la merci des passants.

13Afšīn, après avoir vendu son butin, récidiva en 480. Il assiégea Antioche, réduisant la population à la famine. On vendit les deux qafīz -de blé pour un dinar. Afšīn était sur le point de s’emparer de la ville quand il fut rappelé en Iraq. Il partit rejoindre Alp Arslān en ğumādā II 460/avril-mai 1068. Son second raid avait été plus fructueux que le premier. Ibn al-cAdīm rapporte que les contrôleurs du marché d’Alep (aṣḥāb macūnat al-sūq bi-Ḥalab), enregistrèrent sur leurs rôles (fī dafātiri-him), soixante dix mille esclaves, hommes et femmes, sans compter ceux qui furent rendus hors du marché officiel et ceux qui furent rendus contre rançon en pays grec. Pour lever le siège d’Antioche, Afšīn s’était fait remettre par le gouverneur de la ville cent mille dinars, des étoffes de brocart et des instruments divers.

14Le 27 šacbān/19 juillet de la même année, Ibn Ḫān prenait d’assaut Artaḥ, après un siège de cinq mois pendant lequel les Byzantins avaient envoyé une armée pour tenter d’imposer une négociation. De nombreux chrétiens des environs s’étaient réfugiés dans la place. Trois mille hommes furent massacrés après la chute de la ville. Tout l’espace compris entre l’Oronte et l’Euphrate était ouvert aux musulmans. En ramadan 460/juillet-août 1068, on estimait les pertes grecques, tués ou prisonniers, dans cette région frontière, pour les deux dernières années, à trois cent mille.

***

  • 4 Sibṭ (80°°°) 74 v° à 75 v° ; Ibn Taġrī Birdī. V. 79, 459H. La lettre adressée par le Basileus. Sib (...)

15Sibṭ b. al-Ǧawzī place en 459 un épisode qu’Ibn Taġrī Birdī mentionne dans les mêmes termes que lui et qui n’apparaît pas chez Ibn al cAdīm. Al-Mustanṣir aurait écrit à Maḥmūd b. Naṣr, désigné ici comme Ibn al-Rawqaliyya, du nom de sa mère. Al-Mustanṣir aurait demandé au maître d’Alep de lui verser le tribut, d’organiser des expéditions contre les Byzantins et de chasser de ses États le Turc Ibn Ḫān et ses Ġuzz. En effet, l’Imām fatimide était alors affronté à une situation financière très grave et il désirait obtenir d’Alep plus qu’une mention à la prière du vendredi. Quant aux relations avec Constantinople, elles s’étaient détériorées depuis que les Grecs avaient compris que la menace la plus grave dirigée contre leur empire était celle des Seldjoucides de Bagdad. Sibṭ b. al-Ǧawzī cite une lettre très mielleuse adressée en 457 par le Basileus au vizir en Iraq et à Alp Arslān4.

16La réponse de Maḥmūd b. Naṣr au Caire fut aimable mais négative en tous points. Il avait dû emprunter de l’argent pour reprendre Alep à son oncle cAṭiyya ; seuls ses débiteurs avaient des droits sur ses rentrées monétaires. Dès qu’il aurait remboursé ses dettes, il enverrait un tribut. Ces mêmes dettes lui enlevaient toute liberté d’action envers les Byzantins, car il leur avait emprunté une forte somme et il avait envoyé son fils près d’eux, comme gage de la volonté de les rembourser. Dans ces conditions, il n’était pas question de monter des expéditions de pillage contre le territoire grec. Enfin, Ibn Ḫān était plus puissant que lui et Maḥmūd était dans l’incapacité de lui imposer de quitter ses terres. Si l’Imām fatimide disposait de forces militaires capables de s’imposer aux Ġuzz, le prince d’Alep était disposé à les recevoir et même à les assister dans leur mission.

17Cette réponse déplut au Caire. On écrivit à Badr al-Ǧamālī, le gouverneur fatimide de Damas, commandant en chef de l’armée de Syrie, que Maḥmūd s’était engagé dans la voie de la désobéissance et qu’il était en train de trahir le camp fatimide pour rejoindre le camp iraqien. Badr al-Ǧamālī était prié d’agir en conséquence. Le gouverneur de Damas écrivit à cAṭiyya, qui se trouvait à Raḥba, et l’incita à lancer une expédition contre son neveu Maḥmūd afin de lui reprendre Alep. Lorsque ses troupes approcheraient de cette ville, Badr viendrait l’aider avec l’armée fatimide. cAṭiyya recruta des Banū Kilāb et marcha sur Hama. Maḥmūd l’ayant appris, rassembla ses troupes et demanda aux Ġuzz d’intimider les Banū Kilāb afin qu’ils ne rejoignent pas son oncle. La guerre semblait inéluctable quand intervint le cadi-prince de Tripoli, Ibn cAmmār. Il parvint à réconcilier les princes kilabites et à leur faire prêter des serments les engageant l’un par rapport à l’autre et engageant chacun d’eux envers l’Imām al-Mustanṣir qu’il représentait. Le partage entre cAṭiyya, maître de Raḥba, Bālis et Raqqa ainsi que de la vallée de l’Euphrate, et Maḥmūd, maître d’Alep, était à nouveau confirmé.

  • 5 Sibṭ (80°°°) 78 v°. La lettre annonçant la prise de Raḥba accompagnée d’un étendard fatimide à la (...)

18cAṭiyya se rendit alors à Damas pour se mettre au service de Badr al-Ǧamālī. Le prince uqaylide de Mawṣil, Muslim b. Qurayš, en profita pour mettre la main sur Raḥba5. Les mauvaises relations qui avaient existé entre les habitants et le Kilabite lui facilitèrent la conquête de la ville. Muslim fit prononcer l’invocation en faveur du calife abbasside comme prince des Croyants et de lui-même comme prince temporel. L’invocation en faveur de l’Imām fatimide fut abandonnée à cette date.

19Ce récit, dont la source originelle était proche de la chancellerie iraqienne, s’intègre mal avec l’enchaînement des événements chez Ibn al-cAdīm. Certes, l’expédition de Maḥmūdb. Naṣr à Hama alors que cAṭiyya se trouvait à Homs, en 459, s’explique mieux. cAṭiyya était en route pour aller attaquer Maḥmūd sur ordre de Badr al-Ǧamālī, quand Maḥmūd vint à sa rencontre. Les Banū Kilāb espéraient une bataille, mais une conciliation de dernière minute intervint. Ce qui se comprend moins, c’est que Maḥmūd b. Naṣr, alors qu’un armistice existait entre les Byzantins et lui et que son fils se trouvait entre les mains des Grecs, ait toléré les expéditions turcomanes dans la région d’Antioche et la vente sur le marché d’Alep de captifs chrétiens.

***

20Ibn al-cAdīm mentionne en 461 une forte réaction byzantine aux raids turcomans des années précédentes. Un an plus tôt, en 1068, un nouveau Basileus, Romain Diogène, avait obtenu le pouvoir suprême en épousant l’impératrice veuve. En 461/1068-1069, il attaqua Manbiǧ, Hiérapolis pour les Grecs, à une soixantaine de kilomètres au nord-est d’Alep. La population s’était retranchée dans la forteresse, qui fut prise. Le butin fut important et les captifs nombreux. Mais quand il voulut, ensuite, s’emparer de cAzāz, Romain Diogène essuya un échec : ses troupes, affaiblies par la disette, furent frappées par une épidémie. Une épizootie tua trois mille de ses chevaux en une seule journée. Il rentra donc en territoire byzantin après avoir installé une garnison grecque à Manbiǧ. Ibn al-Aṯīr place l’épisode en 462/1069-1070 et mentionne la présence parmi les combattants musulmans aux côtés de Maḥmūd b. Naṣr, d’un fils de Ḥassān b. al-Ǧarrāḥ al-Ṭayy.

21La même année, le samedi 1er šacbān, Ibn al-cAdīm signale une attaque du Duc d’Antioche, al-Naḥt ( ?), sur Ḥiṣn Asfūna. Or, le 1er šacbān est un mardi en 461 et un samedi en 462/15 mai 1070, les deux nouvelles sont donc, sans doute, à placer en 462, selon la chronologie d’Ibn al-Aṯīr. Ḥiṣn Asfūna, près de Macarrat al-Nucmān, avait été livré aux Fatimides en 459. L’année suivante, le gouverneur fatimide Ibn al-Mar’a l’avait cédé à Maḥmūd b. Naṣr qui l’avait confié à son allié, l’émir Sadīd al-Mulk Abū’l-Ḥasan cAlī b. Munqiḏ. Le Duc d’Antioche put se rendre maître de la place par suite d’une trahison (camla), montée par les Banū Rabīc de Ǧawzan ( ?). Une garnison de quatre vingts hommes commandée par un Turc, Nādir, fut exterminée. Le lundi, Maḥmūd b. Naṣr, qui se trouvait devant Alep, apprit la nouvelle. Sans rentrer dans sa capitale, il réunit une importante armée de Turcs et d’Arabes et marcha sur la place que venait d’occuper l’armée byzantine. Après un siège de sept jours il s’en empara et tua les deux mille sept cents soldats qui composaient la garnison.

22Un armistice fut conclu à la suite de ces opérations. Maḥmūd obtenait des Byzantins un prêt de quatorze mille dinars et plaçait son fils Naṣr en otage chez les Grecs jusqu’au remboursement. Le Ḥiṣn Asfūna serait rasé. Son cousin, Ṯābit b. Mucizz al-Dawla Ṯimāl, assisté de Šibl b. Ǧamīc, rassembla les hommes de Macarrat al-Nucmān, de Kafr Ṭāb et de leurs environs, et ils détruisirent la forteresse.

  • 6 Ibn al-cAdīm. II, 11-16 ; Ibn al-Aṯīr. X. 57. 460H/1067-1068. place la même année un très fort tre (...)

23L’armistice aurait été conclu en 462, d’après la place qu’il occupe dans la chronologie d’Ibn al cAdīm. Or, la réponse à la lettre d’al-Mustanṣir ne pourrait qu’être postérieure à cette date, Sibṭ b. al-Ǧawzī la situe en 459. Enfin, Ibn al-cAdīm ne mentionne pas la perte de Raḥba par les Kilabites mais Ibn al-Aṯīr en fait un récit, plus détaillé que celui de Sibṭ ibn al-Ǧawzī, qu’il introduit dans l’année 460. Il est difficile de réduire ces contradictions6.

***

  • 7 Al-Ǧazr, Yāqūt, II, 70-71, donne ce nom comme celui d’une fille des Banū Abī Bakr b. Kilāb et comm (...)

24La tension entre Arabes et Turcomans s’accroissait. Un combat éclata à Alep : quarante Turcs furent tués contre dix Alépins, en 462/1069 1070. Cette année-là, arriva un nouveau chef turc, Ṣanduq, qui étendit son pouvoir sur une grande partie de la principauté. Ibn al cAdīm dit qu’il investit le pays d’al-Artiq à al-Ǧazr, et d’al-Macarra et de Kafr Ṭāb jusqu’à Hama, et de Homs jusqu’à Rafaniyya7. Il fit passer l’hiver à ses hommes dans cette grande région. Ils y pillèrent les villages et en capturèrent les jeunes habitants. Ils volèrent les grains dans les fosses et les silos, wa-fataḥū ğibāb al-ġalla wa madāfina-ha. Ils infligèrent de lourdes taxes aux localités qui avaient refusé leur installation. Pour la première fois, la Syrie faisait connaissance avec les méfaits de la soldatesque turque, ajoute Ibn al-cAdīm. Quand l’hiver s’acheva, Ṣanduq réunit ses hommes et pénétra en territoire byzantin. Avant son départ, il reçut force dons de Maḥmūd b. Naṣr. Le prince d’Alep, incapable de se défendre contre les bandes turcomans, devait trouver un protecteur.

La principauté d’Alep entre dans la mouvance seldjoucide-abbasside.

  • 8 Les Iraqiens, à l’inverse des Syriens et des Egyptiens, accordaient le titre de chérif aux descend (...)

25La période d’administration directe fatimide en Syrie du Nord avait été courte mais l’appel à la prière chiite et l’invocation à Dieu en faveur de l’Imām du Caire lors de la ḫuṭba du vendredi étaient choses établies à Alep, presque sans discontinuer, depuis 360. La population musulmane y était chiite dans sa majorité et plus tournée vers la Méditerranée que vers l’Iraq. Pourtant, en 462/1069-1070, Maḥmūd b. Naṣr b. Ṣāliḥ b. Mirdās, prince d’Alep envoya un message à Alp Arslān al-Sultān al-cĀdil, le maître seldjoucide de Bagdad, pour lui signifier son ralliement au califat abbasside. Le syndic des chérifs d’Iraq, Abū’l- Fawāris Ṭirād b. Muḥammad b. cAlī, un abbasside hanbalite, vint établir la nouvelle invocation à Alep8. Celle-ci était prononcée tout d’abord en faveur du calife al-Qā’im, puis du Sultān Alp Arslān, puis du prince Maḥmūd b. Naṣr.

26Ibn al-cAdīm a rapporté le discours réaliste par lequel Maḥmūd b. Naṣr signifia sa décision à ses sujets :

« L’État égyptien est en train de passer ! Et voici un État nouveau, un royaume solide, et nous, nous vivons dans la crainte de ceux qui le gouvernent. Ils trouveraient légitime de verser votre sang à cause du maḏhab que vous pratiquez. Le plus raisonnable est d’instaurer, nous-mêmes, la ḫuṭba (en leur faveur) de peur que vienne un temps où ni une parole ni quoi que ce soit d’autre ne pourra nous tirer d’affaire ! »

  • 9 Ibn al-cAdīm. II, 16-18 ; Sibṭ (80°°°). 93 v° et 94 r°. 462H. La version de Sibṭ est légèrement di (...)

27Les cheikhs de la ville acquiescèrent à leur cœur défendant. On habilla de noir les muezzins et le khatib. Lors du premier vendredi « abbasside », Ibn Ḫān disposa des soldats turcs à la porte de la grande mosquée d’Alep avec l’ordre d’occire tout fidèle qui refuserait de participer à la prière ou d’écouter le ḫuṭba. Le hanbalisme iraqien et le goût de la discipline turc s’accordaient pour créer un unanimisme factice. Les cheikhs de la ville intervinrent auprès du chef des Turcomans et lui firent ressortir le danger d’une émeute dont il n’était pas certain que ses hommes soient en mesure de triompher. Il est probable qu’Ibn Ḫān retira ses troupes car les Alépins sortirent de la grande mosquée, emportant avec eux les nattes. Pour eux, ces nattes revenaient à cAlī ibn Abī Ṭālib ; si Abū Bakr en voulait, qu’on lui en apportât d’autres9.

28Maḥmūd b. Naṣr avait changé de mouvance religieuse. Il lui fallut abandonner tous les laqab qu’il s’était fait accorder par l’Imām al-Mustanṣir et, en contrepartie, il en reçut une série d’autres encore plus prestigieux, attestant de son entrée au service du califat abbasside : al-Amīr al-Ağall, Ḥusām al-Dawla al-cAbbāsiyya, Zacīm Ǧuyūši-hā al-Šāmiyya, Tāğ al-Mulūk, Nāṣir al-Dīn, Šaraf al-Umma, Ḏū’l-Ḥasabayn, Ḫalīṣat Amīr al-Mu’minīn.

29L’invocation abbasside fut rétablie à Alep le vendredi 19 šawwāl 462/30 ou 31 juillet 1070, mais la population demeura profondément attachée au chiisme pendant trois quarts de siècle, jusqu’à l’époque où l’action patiente de Nūr al-Dīn commença à porter ses fruits.

30On ne peut dans le cas d’Alep parler d’un rejet spontané par le prince ou par la population d’une tutelle fatimide devenue odieuse. Depuis la défaite de Nāṣir al-Dawla b. Ḥamdān à la bataille d’al-Funaydiq en 452/1060, il n’y avait plus eu de tentative d’administration directe de la principauté d’Alep par le Caire ni même d’attaque menée par l’armée maghrébine. Les princes kilabites portaient avec fierté les laqab qu’ils avaient reçus du Caire.

31Le changement d’affiliation s’explique par l’affaiblissement du prestige fatimide. La grave crise économique, militaire et politique qui frappa l’Égypte de 457/1064 à 464/1072 avait enlevé au Caire ses moyens financiers. Or ce régime avait constamment utilisé le versement public ou secret de subsides pour le soutien de ses actions de propagande au cœur des populations ou pour l’approche politique des détenteurs du pouvoir.

  • 10 Maqrīzī (107), II, 303-304.

32Cette même année 462/1070 vit arriver à Bagdad un envoyé du Maître de la Mekke, Muḥammad b. Abī Hāšim, accompagné de son fils. Il annonça au Sultān Alp Arslān que son maître abandonnait l’invocation en faveur de l’Imām fatimide et l’appel à la prière chiite et que désormais lors de la ḫuṭba Dieu serait invoqué en faveur du calife abbasside al-Qā’im bi-Amr Allāh puis du Sultān Alp Arslān. Le sultan remit à l’envoyé trente mille dinars et promit une rente annuelle de dix mille dinars. Il fit savoir que si le maître de Médine se ralliait, il aurait droit à un don de vingt mille dinars et à une rente de cinq mille dinars10.

33Maqrīzī détaille les dépenses que l’État fatimide consentait en faveur du pèlerinage au temps de sa grandeur, cent mille dinars par an au début du règne d’al-Mustanṣir, deux cent mille dinars par an sous le vizirat d’al-Yāzūrī. Survint la grande crise : les troupes et les grands mirent l’État fatimide au pillage : pendant les années 460-461/1068-1069, trente millions de dinars auraient été détournés des fonds publics en quinze mois. En 461, l’État se trouva sans moyens et ne put plus subvenir aux besoins en numéraire et en grain des villes saintes. Le maître de la Mekke dut pour la survie de sa ville se tourner vers Bagdad. La subvention qu’il retira de son ralliement était très modeste comparée à l’aide fatimide qu’il recevait précédemment. Les Seldjoucides ne disposaient pas de moyens financiers comparables à ceux qu’avaient eus les Fatimides.

  • 11 Maqrīzī, (107), II, 302.

34Dans cette même année 462 où la Syrie du Nord et la péninsule arabique sortaient de la mouvance fatimide, le Yémen ayant établi l’invocation en faveur du calife abbasside en 459, un Alépin servit d’intermédiaire dans une négociation qui aurait dû entraîner la chute définitive de l’Imāmat fatimide. Nāṣir al-Dawla b. Ḥamdān, l’ancien paralysé d’al-Funaydiq, devenu l’homme fort de la révolte de l’armée d’Égypte contre al-Mustanṣir, fit partir le Faqīh Abū Ǧacfar Muḥammad b. Aḥmad al-Buḫārī, cadi d’Alep, auprès d’Alp Arslān. Nāṣir al-Dawla réclamait au Sultān seldjoucide l’envoi d’une armée susceptible de rétablir par la force l’orthodoxie sunnite et l’invocation en faveur du Calife abbasside en Égypte. Le Sultān se trouvait au Khurasan et il prépara une armée qui marcherait vers l’ouest11.

Le Sultān Alp Arslān assiège Alep

  • 12 Ibn al-cAdīm, II, 19 et suiv., fait un récit détaillé du siège d’Alep, récit que nous avons suivi  (...)

35Alp Arslān renvoya le cadi Abū Ǧacfar à Alep, porteur d’un message destiné à Maḥmūd b. Naṣr. Celui-ci était invité à venir fouler le tapis (waṭ’ bisāṭi-hi), afin de manifester sa soumission comme l’avaient fait des chefs turcs et daylamites et nombre de princes d’État bordiers de la steppe : Ibn Marwān le souverain du Diyār Bakr, Ibn Mazyad al-Asadī, Šaraf al-Dawla Muslim b. Qurayš al cUqaylī, le souverain de Mawṣil qui venait d’occuper Raḥba. Tous ces exemples illustres ne convainquirent pas Maḥmūd al-Kilābī de quitter Alep et de se rendre auprès du sultan turc, qu’il redoutait. Il fit donc le mort et ne répondit pas12.

36Alp Arslān avait traversé le Diyār Bakr pour aller investir la ville d’Edesse qui se trouvait entre les mains des Byzantins, mais un siège de plus de trente jours n’aboutit à aucun résultat. Dépité, il se remit en marche et traversa l’Euphrate pour amener Maḥmūd à plus de souplesse. A l’occasion de cette traversée, Abū Ǧacfar, le cadi d’Alep, lui fit la réflexion célèbre :

  • 13 Ibn al-cAdīm, II, 20.

« Ô mon maître, loue le Seigneur pour cette grâce insigne : ce fleuve, aucun Turc ne l’a traversé, sinon en esclave, illa mamlūkan et toi, tu le traverses en souverain, malikan ! »13.

37Alp Arslān fut tellement heureux de l’a propos de son commensal qu’il convoqua tous les princes, les généraux et les Turcs qui l’accompagnaient et qu’il donna l’ordre au cadi d’Alep de répéter bien haut cette belle parole.

38A la tête d’une immense armée, il dressa son camp entre Qinnasrīn et al-Funaydiq. Les tentes couvraient le sol des proches environs d’Alep jusqu’à Nuqra Banī Asad sur le territoire de Qinnasrīn, vers le sud-est, jusqu’à cAzāz vers le nord, et jusqu’à al-Aṯārib, vers l’ouest. Le nom de Tall al-Sultān fut conservé par l’éminence sur laquelle avait été dressée la tente d’Alp Arslān.

39Maḥmūd enfermé dans Alep, envoya le naqīb des chérifs abbassides d’Iraq, celui qui était venu pour veiller à la nouvelle liturgie, auprès du Sultān, pour rappeler tous les témoignages de bonne volonté que le chef kilabite venait de donner. Alp Arslān ne voulut rien savoir : à quoi pouvait servir que Maḥmūd prononçât la ḫuṭba au nom d’al-Qā’im et qu’il revêtit les robes d’honneur venues de Bagdad, s’il manifestait son désir de révolte et son mauvais esprit en refusant de fouler le tapis du Sultān ? Maḥmūd était têtu, il renforça les fortifications d’Alep, appela à l’aide ses partisans et se garda de bouger. Cela dura deux mois. L’armée seldjoucide se conduisit bien ; contrairement à l’attente des gens, il n’y eut ni pillage, ni viols, ni enlèvement. Les soldats ne prenaient jamais à un paysan une gerbe de paille (calīqa tibn), sans la lui payer à son prix.

40Alp Arslān était dans l’indécision. Il ne pouvait tolérer qu’on le narguât. Ayant échoué devant Harrān, il avait peu d’espoir de prendre Alep d’assaut ; c’est pourquoi il fit savoir qu’il n’osait pas s’emparer de cette place-frontière à la pointe du sabre, de crainte d’offrir un exemple aux Grecs.

41Il n’y eut qu’une journée de combat rapproché. Une sape avait été pratiquée au pied d’une tour de l’enceinte, Burğ al-Ġanam. Les assiégeants s’y ruèrent à l’assaut ; certains purent passer et les Alépins les firent prisonniers, les autres furent ensevelis par un éboulement. Alp Arslān revint au bombardement. Un jour, alors qu’il se trouvait sur le Mīdān de Bāb Qinnasrīn, il vit que le couronnement du Burğ al-Ġanam était barré d’un grand bandeau d’étoffe noire. On lui expliqua que les Alépins avaient découvert que leur tour souffrait d’une migraine tenace depuis que sa tête avait été atteinte par un projectile de mangonneau. Pour la soulager ils avaient jugé bon de lui poser ce bandage. Furieux, Alp Arslān, fit distribuer quatre vingt mille flèches de bois dur (nuššāb ḫalnağ), qui furent tirées sur la ville en sus de la ration quotidienne. Les assiégés ripostèrent et au petit matin, le sultan eut son cheval tué sous lui, atteint à la tête par un projectile de mangonneau.

42Ibn al-cAdīm, dans le récit très détaillé qu’il donne de ce siège, laisse percer sa fierté d’Alépin, habitant d’une ville qui ne perdit ni son courage ni son humour face à la plus puissante armée jamais levée par des musulmans. Il oppose l’attitude prudente et réservée de Maḥmūd b. Naṣr à la rigueur et au goût de la discipline affichés par Alp Arslān.

43Désespérant de venir à bout de la résistance de Maḥmūd et pressé de lever le camp pour aller en Arménie affronter l’armée byzantine, Alp Arslān convoqua les chefs kilabites. Il les consulta publiquement afin de savoir auquel d’entre eux il pourrait confier la principauté d’Alep après son départ. La réaction de Maḥmūd fut immédiate : dans les jours qui suivirent il fit savoir au sultan qu’il était disposé à fouler son tapis. Le Prince ne craignait pas les Turcs, mais il redoutait les dispositions à la trahison de ses contribules. A l’instar d’un autre Turc, Anūš Takīn, le sultan Alp Arslān avait fait preuve d’une grande finesse dans le maniement des antagonismes à l’intérieur des tribus. Cette double capacité des Turcs, militaire et politique, à faire face à toute situation nouvelle allait être le secret d’une longue réussite.

44Maḥmūd sortit d’Alep, accompagné de sa mère cAlawiyya, celle qui s’était rendue auprès d’al-Mustanṣir en 442/1051, et ils allèrent fouler le tapis du sultan. D’après Ibn al-Aṯīr, la mère dit : voici mon fils, fais de lui ce que tu veux ! Ibn al-cAdīm rapporte la scène autrement. Le sultan, comme l’avait fait al-Mustanṣir, demanda à cAlawiyya si c’était bien elle que l’on appelait al-Sayyida, la Maîtresse ou la Dame. cAlawiyya répondit, une fois encore, la Maîtresse de mon peuple, mais elle n’ajouta pas comme elle l’avait fait au Caire « et la Servante du Prince des Croyants ». Princesse chiite, fille et sœur d’un émir numayrite, épouse de deux princes kilabites, mère d’un autre prince, elle répugnait à affirmer son humilité envers un calife abbasside, et cela en présence d’un Turc.

***

45Une fois parvenue à ses fins et l’hommage prêté, Alp Arslān se montre plein de bienveillance envers Maḥmūd. Il le reçut à plusieurs reprises, lui offrit des vêtements d’honneur et lui confirma par écrit la possession d’Alep. Il lui confia le soin de chasser les Fatimides de Syrie centrale et méridionale et, à plus long terme, d’Égypte. L’Imāmat du Caire paraissait incapable de toute résistance.

  • 14 Ibn al-Aṯīr, X, 66. Cahen (175), II. La campagne de Mantzikert d’après les sources musulmanes, par (...)

46Alp Arslān quitta alors la Syrie et gagna l’Arménie. Son armée qui n’avait pas pu prendre Alep à une poignée de Bédouins infligea aux Byzantins la plus humiliante des défaites à Mantzikert en ḏū l-qacda 463/août 1071. Les nombreux récits de la bataille ont été publiés, traduits et commentés depuis longtemps et sortent du cadre de cette étude. Pourtant, un passage d’Ibn al-Aṯīr apporte un éclairage sur la tactique turque qui ne se modifiait pas, que le combat se déroulât en Arménie ou en Syrie14. Cet historien décrit le sultan faisant la prière du vendredi sur le front des troupes, pleurant avec ses soldats, invoquant Dieu avec eux, demandant aux hommes ne désirant pas combattre de sortir des rangs, déclarant enfin que de cet instant (jusqu’à l’issue de la bataille) il ne serait plus le sultan, celui qui ordonne et celui qui interdit. « Puis, il lança au loin son arc et ses flèches et se saisit de son sabre et de son fléau d’armes (dabbūs). Il noua à sa main la queue de son cheval. L’armée fit comme lui. Puis, il enfila un vêtement blanc et versa sur lui un parfum d’embaumeur : Ainsi, si je suis tué, je serai déjà enseveli ! »,

47Le cavalier turc qui avait commencé à combattre de loin comme archer monté, prenait en main de nouvelles armes pour le combat rapproché. Le fléau d’armes lui servait à décortiquer la cuirasse de ses ennemis. Il les taillait ensuite de son sabre. La queue du cheval nouée à la main devait soit permettre de remonter en voltige si l’on avait été démonté, soit plus probablement de s’assurer qu’en cas de blessure ou de mort, le corps serait ramené dans les rangs amis.

48Faire d’un seul combattant, un archer et un escrimeur, permettait de disposer d’armées plus réduites, plus mobiles et plus économiques et de maintenir une meilleure efficacité et une meilleure coordination pendant le combat. On comprend aisément comment des formations réduites de professionnels, rompus à l’usage de toutes les armes, pouvaient venir à bout d’armées nombreuses, aux corps différenciés, mais dépourvus d’unité d’action. Moins coûteuses et plus actives, ces formations allaient éliminer les armées traditionnelles, surtout en un siècle où la crise de numéraire se faisait pressante.

49Ibn al-cAdīm signale que le Basileus Romain Diogène, interrogé par Alp Arslān après sa défaite, sur le but de son expédition hors des territoires byzantins, aurait répondu qu’il voulait simplement s’attaquer à Alep car Maḥmūd était la cause de toutes les difficultés qu’il rencontrait dans ce secteur.

  • 15 Cahen (175), I, 28, Qaralū. Notre récit, ici, n’est que le complément de celui de Cahen (175), I, (...)

50Maḥmūd n’avait pas accompagné Alp Arslān en Arménie. En šacbān 463/mai 1071, il avait gagné Baalabakk, accompagné d’un mercenaire turc, Aytakīn al-Sulaymānī, et des Banū Kilāb. Ils désiraient attaquer Damas où se trouvait le gouverneur kutamite Ibn Manzū. Mais, l’oncle de Maḥmūd, cAṭiyya, ayant trouvé refuge chez le Duc d’Antioche, saisit l’occasion de l’absence de son neveu pour aller piller et brûler Macarrat Miṣrīn, au sud-ouest d’Alep sur la route qui va à l’Oronte. Maḥmūd, dès qu’il l’apprit, rentra à Alep pendant qu’al-Sulaymānī rejoignait Alp Arslān. Comme les Byzantins continuaient à manifester des dispositions hostiles à son égard, il fit appel à des chefs turcomans qui étaient en train de conquérir la Palestine pour leur propre compte. Qurlū al-Turkī, ainsi qu’un neveu d’Ibn Ḫān et que Atsiz b. Awq et ses frères vinrent lui apporter leur aide15.

51Pendant ce temps, cAṭiyya était parti pour Constantinople où il mourut un soir de beuverie, étant tombé d’un toit où il s’était endormi. On ramena son corps à Alep où il fut enterré. Son neveu Maḥmūd alla s’emparer de Raḥba, en 464/1072, puis il renvoya les mercenaires turcs, comblés de dons.

  • 16 Ibn al-cAdīm, II, 30-42. Le trésor découvert à sa mort, page 45.

52Jusqu’en 464/1072, Maḥmūd b. Naṣr avait manifesté un caractère semblable à celui de ses prédécesseurs : goût pour les faits d’armes brillants, camaraderie de combat et de beuverie, respect envers les poètes, les orateurs, générosité sans limite. Son comportement se modifia totalement d’après Ibn al-cAdīm à partir de 464/1072. Il devint méfiant et méchant envers ses proches. Il fit disparaître par une mort violente ceux dont la réussite à son service pouvait lui porter ombrage. Il fit preuve d’une avarice sordide. Alors qu’il avait dû recourir à des emprunts pour équiper une armée et prendre le pouvoir à Alep, il laissa à sa mort un trésor considérable à la citadelle d’Alep. On évalua le numéraire, or monnayé ou non, et les instruments, les ustensiles, la vaisselle et les vêtements que son fils Naṣr découvrit quand il lui succéda à l’équivalent d’un million et demi de dinars16.

  • 17 Voir page 589, note (1), cAlī b. Muqallid était souvent nommé cAlī b. Munqiḏ, sa famille était dev (...)
  • 18 D’après Zambaur et EI 2, I, 461, Banū cAmmār, le fondateur de la dynastie se nommait al-Ḥasan b. c(...)

53Dans cette dernière partie de son règne, Maḥmūd b. Naṣr ne fut plus en rapport avec les armées fatimides et de ce fait il sort du champ d’analyse de cette étude. Pourtant, il faut signaler la fuite de l’émir Sadīd al-Mulk cAlī b. Muqallid b. Naṣr b. Munqiḏ al-Kinānī, le frère de lait et le compagnon d’armes de Maḥmūd b. Naṣr17. Il avait servi comme gouverneur de forteresse. En 465/1072-1073, ayant été informé que Maḥmūd voulait se débarrasser de lui, il gagna Macarrat al-Nucmān, puis Kafr Ṯāb, villes où il jouissait de l’appui de ses contribules kinanites. Puis il partit pour Tripoli, pensant s’embarquer de là pour l’Égypte. Or, en rağab 464/avril 1072, le fondateur de la dynastie des cadis de Tripoli, Abū Ṭālib Abd Allāh b. Muḥammad b. Ammār al-Qāḍī al-Ağall Amīn al-Dawla était mort et une lutte pour la succession s’était ouverte entre les membres de sa famille18. Sadīd service d’un des prétendants, Abū’l-Ḥasan cAlī qui prit le pouvoir et porta le laqab de Ǧalāl al-Mulk. Ce nouveau maître de Tripoli reçut une lettre de Maḥmūd b. Naṣr, lui promettant de lui verser trois mille dirhams d’argent s’il lui livrait Sadīd al-Mulk, prix ridicule pour un chef de guerre comme Ibn Munqiḏ. Ǧalāl al-Mulk conserva celui-ci à ses côtés, lui confiant une partie du pouvoir. Ils essayèrent en vain de se réconcilier avec Maḥmūd b. Naṣr. Les Banū cAmmār et la population de Tripoli étaient chiites et l’invocation s’y faisait en faveur d’al-Mustanṣir, mais la cité jouissait d’une autonomie complète dans son mode de gouvernement.

Les derniers émirs kilabites d’Alep

  • 19 Sibṭ, cité dans Ibn al-Qalānisī, note 1, page 113.

54Sadīd al-Mulk ibn Munqiḏ, à Tripoli, continua à s’informer de la vie politique dans la principauté d’Alep. Arabe, disposant d’alliances familiales dans cette terre, il était opposé à la domination absolue des chefs turcomans. Ses sympathies chiites faisaient de lui un instrument possible pour une intervention des Fatimides contre l’orthodoxie abbasside. Il disposait de la sympathie des chrétiens arabes, nombreux dans les plateaux de Syrie du Nord. Dans une lettre célèbre dans laquelle il rapporte comment il put se tailler une seigneurerie dans la vallée de l’Oronte, il décrit comment il apprivoisa les chrétiens, laissant leurs porcs pâturer aux côtés des moutons des musulmans et acceptant que le son des simandres (nawāqīs), frappés par les moines, se mêlât à l’appel à la prière des muezzins. Il croyait à une coexistence possible des divers groupes religieux, musulmans et non-musulmans, dans cette vaste zone de contact que représentait la principauté d’Alep. Une telle conception d’un ordre politique équilibré, fondé sur la tolérance, avait été celle de princes kilabites ; elle s’accommodait plus aisément d’une domination lointaine du Caire que d’une soumission rigoureuse au sultanat seldjoucide19.

55Sadīd al-Mulk devait revenir à Alep, après la mort de Maḥmūd b. Naṣr, sous le court règne de Naṣr b. Maḥmūd. Grâce à l’assistance d’un chef turc, Aḥmad Šāh, et des contingents turcomans qu’il commandait, Naṣr avait pu reprendre aux Byzantins la place de Manbiǧ, en ṣafar 468/septembre-octobre 1065. Aḥmad Šāh repoussa ensuite Ǧawālī, un autre chef turc qui ravageait le sud de la principauté d’Alep. Ǧawālī dut se réfugier auprès de son frère, Atsiz b. Awq ou Uvaq, qui avait chassé les Fatimides de Damas et qui se taillait une principauté en Syrie méridionale. Quand Aḥmad Šāh revint à Alep, Naṣr b. Maḥmūd, inquiet de son succès, le fit incarcérer. Puis, le Kilabite se mit à boire pour célébrer cette victoire facile et, emporté par l’ivresse, il se lança à la charge des contingents turcs bivouaquant aux portes de la ville. Il fut tué par une flèche en šawwāl 468/mai 1076.

  • 20 Ibn al-cAdīm, II. 45-49

56Sadīd al-Mulk se trouvait dans la citadelle auprès du gouverneur. Il obtint que l’on proclamât immédiatement Sābiq b. Maḥmūd, le frère de Naṣr, prince d’Alep. On le rechercha et on le trouva, ivre lui-aussi20.

Les derniers princes arabes d’Alep

  • 21 Cahen (175) I. 38-48. Zakkar (8). 172-214.

57Si la Syrie du Nord avait abandonné la mouvance du Caire en 462/1070, le contrôle direct ou indirect des Fatimides sur la Syrie intérieure ne prit fin qu’en 468/1076. Damas tomba à cette date sous la domination d’un chef militaire turc, mais Alep demeura jusqu’en 478, pendant dix ans, gouvernée par des princes arabes. Les nombreuses batailles, les renversements d’alliances, les successions rapides et désordonnées de pouvoirs civils ou militaires qui ont constitué la trame événementielle de cette période de transition ont été exposés dans des travaux contemporains, bien informés et il serait inutile d’en présenter un nouveau récit. Claude Cahen a intitulé son étude : La première pénétration turque en Asie Mineure, proposant d’emblée au lecteur de considérer cette période comme un préambule à la longue présence turque en Syrie21. Suhayl Zakkar, à l’inverse, place dans la dernière partie de son ouvrage sur l’émirat d’Alep, le chapitre traitant de la migration turcomane et des efforts des derniers princes arabes de Syrie du Nord pour conserver sinon leur indépendance, du moins une certaine autonomie. A ses yeux, il s’agit de la triste fin d’une époque glorieuse.

  • 22 Sayf al-Dawla Ḫalaf b. Mulācib, voir Ibn al-cAdīm, (84), publié dans Zakkar (9), 280, Sauvaget, RE (...)

58Sābiq b. Maḥmūdb. Ṣāliḥ, le dernier prince mirdasside d’Alep, contesté ou soutenu par ses deux frères, Waṯṯāb et Šabīb, conserva officiellement son titre jusqu’en 473/1080. A cette date l’énergique maître de Mawṣil, l’uqaylide Muslim b. Qurayš, devint maître d’Alep et de la plus grande partie de la Syrie du Nord. Il tenta de rétablir la paix dans cette province et d’en restaurer l’économie après les ravages subis du fait des Turcomans. Mais réunir en un État unique la Ǧazīra et la Syrie du Nord était une gageure pour un modeste seigneur arabe. A l’est, le Diyār Bakr était menacé par Ibn Ǧuhayr, le vizir du calife abbasside al-Qā’im. A l’ouest, Sadīd al-Dawla Ibn Munqiḏ, maintenant maître de la place forte de Šayzar, ne désirait pas voir s’installer à Alep un pouvoir fort, susceptible de se mettre en travers de ses projets sur la vallée de l’Oronte. Ameutant les Banū Kilāb contre l’usurpateur, il s’associa avec Ibn Mulācib, le maître de Homs, et ils firent appel au gouverneur turc de Damas, Tāğ al-Dawla Tutuš. Enfin, à Harran, un cadi hanbalite, Ibn Ǧalaba, souleva la population sunnite contre le gouverneur uqaylide, chiite22. Face à toutes ces menaces, Muslim b. Qurayš ne disposait pas de troupes aguerries en nombre suffisant, ni de rentrées financières assurées.

59Šaraf al-Dawla Muslim b. Qurayš avait pris le pouvoir à Alep en tant que représentant du sultān seljoucide Malik Šāh b. Alp Arslān. Mais une fois maître d’Alep, il avait laissé se distendre le lien de vassalité, bien qu’une de ses épouses, Ḫātūn, ait été la propre sœur du sultān. En effet, Malik Šāh avait envoyé à la demande de Šaraf al-Dawla son vizir à Alep prendre possession du tribut qui lui était dû. Le prince uqaylide s’était alors trouvé dans l’obligation de doubler le montant du ḫarāğ qu’il percevait sur ses sujets et de reprendre des iqṭāc qu’il avait concédés aux princes kilabites lors de sa prise de pouvoir. Un des dysfonctionnements du système financier des États musulmans médiévaux était apparu clairement. Le sultān exigeait le tribut qu’une province devait au pouvoir central mais laissait le soin au seigneur de celle-ci d’y assurer l’ordre et de la défendre contre des entreprises guerrières venues de l’extérieur. Tant que la principauté était de taille réduite et que son maître pouvait compter sur une parentèle rémunérée en iqṭāc pour constituer le gros de son armée, un tel système pouvait survivre. Mais dans le cas de Muslim, les ravages exercés par les Turcs, la multiplicité des foyers de révolte, l’affaiblissement des ressources de l’État par suite du trop grand nombre d’iqṭāc concédés aux seigneurs kilabites, l’abandon par les marchands des anciennes routes de commerce pour cause d’insécurité, tout un ensemble de facteurs se conjuguaient pour lui retirer tous les moyens de faire respecter son autorité. Démuni, il était plus exigeant dans ses perceptions et créait ainsi de nouveaux foyers de rébellion.

  • 23 Ibn al-cAdīm, II, 80. Ibn al-Qalānisī, 115 et notes.

60En 476, Muslim b. Qurayš tenta de réunir une coalition d’Arabes de Syrie occidentale et de Syrie méridionale, tant qaysites que yamanites, fractions des Banū Kilāb, des Banū Numayr, des Banū cUqayl ainsi que des Banū Ṭayy, Banū Kalb et Banū cUlaym contre la coalition des Arabes et nomades de Ǧazīra, fractions de Banū Numayr, Banū cUqayl, Banū Šaybān, ainsi que des Kurdes et des Mawālida23. En même temps, il voulut se rapprocher des Fatimides, se proposant de reprendre Damas pour leur compte. Mais sa tentative échoua. Badr al-Ǧamālī, le vizir tout puissant du Caire avait trop souffert de l’inconstance des Arabes de Syrie pour se lancer dans une telle aventure. En šacbān 477/décembre 1084, Sulaymān b. Qutlumiš, un cousin des sultāns seldjoucides, qui s’était fait reconnaître une principauté en Anatolie par les Byzantins, s’empara par surprise d’Antioche. Les musulmans fêtèrent le retour, après cent dix-neuf années lunaires, de la ville dans le Dār al-Islām. Cent dix muezzins appelèrent à la prière les fidèles en même temps dans Antioche et la Syrie fêta particulièrement cette victoire : l’Empire byzantin n’était plus un foyer d’où partait l’ennemi grec pour ravager les campagnes et les villes arabes mais apparaissait désormais comme un fructueux champ de razzias.

  • 24 Ibn al cAdīm, II, 92, où l’auteur donne également la liste des cadis d’Alep sous Muslim.

61Antioche et Alep étaient trop proches pour que, réunies dans la même religion, elles puissent relever de deux princes indépendants. Muslim b. Qurayš voulut faire payer à Sulaymān b. Qutlumiš le tribut jusque là versé par le gouverneur byzantin d’Antioche. Sulaymān refusa et. disposant de numéraires en abondance, il en profita pour débaucher les chefs kilabites qui combattaient pour Muslim. Dans le combat qui s’ensuivit, Muslim fut tué en ṣafar 478/mai 1085. Son armée avait fui, il avait continué à résister : quand il fut atteint d’un coup de lance, il tomba en s’écriant, d’après Ibn al-cAdīm : « Ô Syrie de sinistre destin ! » « Ya Šām, al-šu’m ! ». Après sa disparition et jusqu’au xxe siècle, aucun chef arabe n’allait administrer la Syrie ou même une part importante de celle-ci pendant une longue période24.

***

62Le récit qu’Ibn al-cAdīm a consacré aux derniers Kilabites et à Muslim b. Qurayš al cUqaylī présente un caractère particulier ; une émotion de l’auteur s’y remarque. Des fragments de poèmes sont cités après chaque changement de prince ou chaque bataille importante, rythmant le texte comme un chœur antique ou une voix populaire qui aurait donné son sentiment sur les événements. Chaque nouveau prince apportait avec lui l’espoir. Il montrait son désir de bien faire, puis la cupidité et la cruauté dominait son action. Le corps social urbain, les tribus semblaient atteints d’un mal pernicieux qui faisait échouer toute tentative de réforme et de fondation politique stable. Le seul chauvinisme alépin ne suffit pas à expliquer l’accent personnel de ce passage. Aḥmad b. Yaḥyā b. Zuhayr... b. Abī Ǧarāda, Abū’l-Ḥasan, né en 380, fut cadi d’Alep à partir de 431 jusqu’à sa mort en 445. Ce descendant d’un proche compagnon de cAlī ibn Abī Ṭālib était « le grand-père du grand-père du père » d’Ibn al cAdīm comme celui-ci ne manque pas de le rappeler. Abū Muḥammad Kisra b. cAbd al-Karīm avait été associé à lui dès 442 et il mourut sous le règne de Muslim b. Qurayš al cUqaylī. Puis le fils du cadi Abū’l-Ḥasan Aḥmad b. Abī Ǧarāda succéda à Kisra. Il s’agissait donc, cette fois-ci, du « grand-père du grand-père » d’Ibn al-cAdīm, Abū’l-Faḍl Hibat Allāh b. Aḥmad. Mais, comme Abū’l-Ḥasan Aḥmad avait épousé la fille de Kisra, son successeur, Hibat Allāh se trouvait être le petit-fils par sa mère du cadi qu’il remplaçait. Enfin la famille des Banū Abī Ǧarāda était d’ascendance uqaylide. De ce fait, Muslim b. Qurayš s’adressait au cadi Hibat Allāh en l’appelant « mon cousin, Ibn al-camm ». Les trois cadis qui se succédèrent à Alep pendant le dernier demi-siècle de domination arabe furent donc des ancêtres directs d’Ibn al-cAdīm et sa famille fut particulièrement liée au dernier prince arabe, un uqaylide. Son grand ancêtre, Abū Ǧarāda, éponyme de la famille, fut un proche du calife cAlī Ibn Abī Ṭālib. Dans ces conditions, les sentiments d’Ibn al-cAdīm favorables au chiisme et aux tribus qaysites de Syrie du Nord, s’expliquent mieux.

63Peut-on, en relisant les pages qu’il consacre à cette période, mieux comprendre les causes de l’échec de la domination fatimide, puis de la tentative d’autonomie arabe en Syrie du Nord, tout en laissant de côté le détail de la trame événementielle et le jeu propre des Byzantins et des Turcs, sujets déjà traités par d’autres ?

***

64La principauté d’Alep et les principautés de Ǧazīra occupaient un espace-carrefour contrôlant les relations entre l’Asie Mineure et la Mer Méditerranée, la Mésopotamie et la steppe syrienne, la Syrie centrale et la Péninsule Arabique et l’Égypte. Quand trois puissances fermement établies, l’empire byzantin, l’émirat bouyide, l’imāmat fatimide, équilibraient leurs influences respectives, ces principautés respiraient à l’aise comme cela avait été patent pendant la première moitié du ve/xie siècle. Elles réservaient leurs forces militaires à la lutte contre les infiltrations de nomades venus de la steppe syrienne ou des montagnes d’Arménie. Les villes, solidement défendues par leurs murailles, étaient moins menacées que les villages et les campagnes. Même si les impositions prélevées sur les terres constituaient la ressource principale de ces petits États, les dommages causés aux cultures ou aux troupeaux ne pouvaient provoquer leur ruine. Tant que les expéditions menées par des nomades se limitaient à quelques vallées et ne se répétaient pas trop souvent, la reconstitution des exploitations agricoles était aisée grâce à l’aide apportée par le négoce pour se procurer les bêtes reproductrices et les semences.

  • 25 Al-Fāriqī (68), 165-168, 182, 205.

65Les gains qu’assurait à ces régions le grand commerce furent considérables à cette époque. Ibn al-cAdīm a laissé peu d’exemples chiffrés mais quelques faits rapportés par al-Fāriqī pour le Diyār Bakr, région proche et comparable, permettent au lecteur contemporain de se constituer une échelle approximative des valeurs relatives. Dans un passage consacré à la prospérité de Mayyāfāriqīn sous Nāṣr al-Dawla b. Marwān, il mentionne le cheikh Abū Bakr Muḥammad b. Ǧurayy, un des principaux négociants (muqaddam min al-tuğğār), qui avait amassé une grande fortune comme courtier (simsār). Il dépensa cinquante mille dinars, de son propre gré, pour capter une source extérieure à la ville, faire entrer une canalisation en perçant la muraille et distribuer l’eau à la mosquée, dans les latrines et dans les bains par un réseau de neuf canalisations secondaires, en s’abstenant d’amener l’eau à sa propre demeure. Un autre simsār acheta un matin, le chargement d’étoffe écrue (ḫām) que venait d’apporter une caravane. Dans l’après-midi, il avait revendu à des clients qui s’étaient présentés à lui la totalité de son achat du matin. Son gain pour cette seule opération avait été de cinq cents dinars. L’émir Nāṣr al-Dawla le convoqua car il n’arrivait pas à croire qu’un tel gain fût possible en une seule journée. Le marchand lui jura que c’était la vérité mais, ne voulant pas conserver cette somme pour lui, il la consacra à l’achat d’un village qui était à vendre, qarya li-tubāc, et il fonda en waqf le revenu de ce village pour l’entretien de trois forteresses. D’après al-Fāriqī également, quand Faḫr al-Dawla b. Ǧuhayr mit la main sur le trésor public des Banū Marwān, en 476/1084, il y découvrit pour deux millions de dinars d’or fin, sans prendre en compte la vaisselle ou les ustensiles en or et en argent, ni les joyaux25

66De ces anecdotes, on peut déduire que, dans cette région, à cette époque, les revenus élevés provenaient du commerce et non des exploitations agricoles. Les dépenses en milieu urbain étaient sans commune mesure avec celles entraînées par l’investissement foncier puisque une adduction d’eau coûtait le prix d’une centaine de villages. Enfin, les commerçants s’attachaient au maintien des places fortes qui protégeaient les voies commerciales.

67De tout temps, les caravanes de marchands avaient constitué pour les Bédouins une tentation et la décennie 350-360/962-971 avait vu de nombreuses attaques, notamment en Syrie méridionale et en Arabie. Pour parer à ce danger dans la steppe, il fallait soit faire escorter le convoi soit acheter la protection des Arabes dont on traversait le territoire. Dans les montagnes de Ǧazīra et de Syrie du Nord, la construction de forteresses dominant les vallées passagères ou les cols écartait la menace d’une embuscade. Les péages perçus finançaient en partie ce maintien de l’ordre. Or, Ibn al-cAdīm rapporte pour la fin de la période, trois actions militaires successives dont les commerçants itinérants firent les frais et il mentionne la destruction d’un très grand nombre de forteresses.

68En 471/1078-1079, l’émir Šaraf al-Dawla Muslim avait suscité un rassemblement de mille cinq cents cavaliers des Banū Kilāb, Banū Numayr, Banū Qušayr et Banū cUqayl à al-Faya, entre Manbiǧ et Alep. Un Turc, nommé Turkmān, arriva du Khurasan avec mille cavaliers ġuzz pour porter secours à Tāğ al-Dawla Tutuš qui assiégeait Alep. Turkmān fut vaincu par les Arabes qui pillèrent la totalité des biens que transportaient avec eux les commerçants qui l’accompagnaient. Tāğ al-Dawla, ayant appris la nouvelle, leva le siège et mena une expédition dans les territoires situés au nord d’Alep, prit un certain nombre de villes, puis attaqua cAzāz. Le gouverneur de la ville avait fermé les portes et des « gens », sans doute des marchands, furent bloqués à l’extérieur avec leurs ballots d’étoffes. Ils se réfugièrent avec leur charge sur le glacis, fa-ltağa’ū ilā sind al-qalca bi-aqmišatih-im. Dans le combat, des armes incendiaires furent employées et le feu prit sur le glacis, brûlant les étoffes, les vivres, les femmes, les enfants. Un groupe réussit à s’échapper de l’incendie et demanda l’amān à Tāğ al-Dawla qui leur permit de rentrer dans leurs villages, ilā ḍiyāc i-him. Il semble s’agir là de réfugiés de proximité qui soit entreposaient chez eux des étoffes dont on faisait commerce, soit peut-être en tissaient.

  • 26 Ibn al-cAdīm, II, 58, 61-62

69Tāğ al-Dawla Tutuš se rendit ensuite maître de Damas. Mais il laissa un de ses subordonnés, Afšīn, repartir pour la Syrie du Nord avec une fraction de l’armée. Afšīn arriva à Rafaniyya en ğumādā 1471/novembre 1078. Un grand nombre de commerçants et de caravanes s’y trouvaient rassemblés, se dirigeant sur le port de Tripoli. Le Turc fit tuer tous les hommes et accorda à ses soldats la licence de forcer les femmes et de piller les biens. Le sac continua pendant dix jours26.

70Trois opérations dont des commerçants firent les frais dans la seule année 471 durent porter un coup au trafic. Il est probable que nombre de faits semblables survinrent dans cette période trouble, mais les chroniqueurs ne jugèrent pas utile de les consigner tous.

71Or, la Syrie du Nord était au même moment soumise à une destruction systématique, aussi bien de la part des Turcomans que de la part de certaines tribus arabes. Déjà en ḏū l-ḥiğğa 468/juillet 1076, soixante-dix mille Banū Kilāb s’étaient rassemblés près d’Alep. Ils furent attaqués et défaits par le Turc Aḥmad Šāh, conduisant un millier de cavaliers. Le butin pris aux Banū Kilāb fut considérable, cent mille chameaux, quatre cent mille moutons. Tout le contenu des tentes, plantées entre Alep et Qinnasrīn fut pillé. Un grand nombre de femmes libres et un plus grand nombre de servantes furent emmenées en esclavage. Par contre, aucun mal ne fut fait aux dix mille esclaves des Banū Kilāb qui avaient participé à la bataille au côté de leurs maîtres, sans doute parce qu’aucune résistance réelle n’avait été rencontrée par les Turcomans lors de leur charge victorieuse. Sur ordre de Sābiq, le prince kilabite d’Alep, les Arabes prisonniers furent relâchés, mais un tel transfert de biens devait avoir des conséquences sur l’économie de la région.

72En 471, ce furent les Turcs conduits par Afšīn qui ravagèrent méthodiquement les terroirs et les agglomérations comprises entre la vallée de l’Oronte et Alep. Partant de Damas, ils avaient commencé par piller des villages du côté de Baalabakk, puis ils firent halte à la forteresse du Pont, Ḥiṣn al-Ǧisr, d’où Ibn Munqiḏ se préparait à conquérir Šayzar. Bien reçus par lui, ils épargnèrent, à sa demande, Kafr Ṭāb, localité à laquelle ils s’apprêtaient à faire subir le sort de Rafaniyya. A partir de Qasṭūn, sur un affluent de la rive droite de l’Oronte, à la latitude de Macarrat al-Nucmān, ils commencèrent les destructions systématiques. Cette place fut pillée pendant vingt jours. Ensuite, toutes les agglomérations du Ǧabal Summāq, dotées soit de murs, soit de tours de défense, virent leurs fortifications rasées. Les Turcomans transportaient avec eux les mangonneaux qui leur permettaient de venir à bout de toute résistance. Une fois la place prise, les hommes avaient tout droit sur les femmes et les enfants, réduits en esclavage. La population de Macarrat al-Nucmān et celle de Sarmīn durent payer un très lourd tribut.

  • 27 Ibn al-cAdīm, II, 66.

73Puis les Turcs gagnèrent, au nord du Ǧabal Summāq, le Ǧabal Banī cUlaym, mais ils ne purent y mener à bien aucune opération. Ils s’attaquèrent alors aux villages, situés à l’est de Macarrat al-Nucmān, auxquels ils firent subir le même traitement qu’à ceux du Ǧabal Summāq. Nombreux furent les morts parmi les habitants de ces bourgs fortifiés. Tall Mannas, juste à l’est de Macarra, ne put être pris et dut payer un tribut de cinq mille dinars. Les Turcs repartirent vers le sud-ouest en direction de Kafr Ṭāb et Šayzar ; ils assiégèrent une ville, Ma’rtarih ( ?), près de Kafr Ṭāb. Les habitants se réfugièrent dans leurs tours fortifiées et périrent tous, quand les Turcs les incendièrent. Tāğ al-Dawla Tutuš, ayant appris les ravages causés par ces troupes, finit par quitter Damas pour se rendre en Syrie du Nord. Afšīn quitta alors la région et gagna le territoire byzantin proche d’Antioche auquel il appliqua un traitement analogue. Ibn al-cAdīm précise qu’à son départ, il ne demeurait, des environs d’Alep aux environs de Macarrat al-Nucmān, pas un seul village qui fut encore habité27.

74Le commerce interrompu, les campagnes désolées, la Syrie du Nord, contrée naturellement prospère, connut une très grave famine. Il fallait payer un dinar pour obtenir six raṭl de froment ou de pain. On signale des cas d’anthropophagie. De nombreux réfugiés abandonnèrent la région pour se rendre en Ǧazīra dans les territoires contrôlés par Muslim b. Qurayš. Ce fut grâce à cette famine que le chef uqaylide put se rendre maître de la ville d’Alep. Quand il y entra, il fut tellement effrayé par la situation de misère qui y régnait qu’il voulut repartir. Sadīd al-Mulk ibn Munqiḏ, qui avait organisé ce changement de prince, comme il avait organisé le précédent, dut user de persuasion pour obtenir qu’il restât dans la ville. En 474/1081, un an après avoir pris possession de la Syrie du Nord, Muslim fit venir du Diyār Rabīc, base de son pouvoir, des grains prélevés sur les greniers publics, des vaches, des moutons, des poules, afin de permettre aux campagnes de reconstituer leurs exploitations. Il put ainsi faire baisser les prix et reprendre la vie économique.

75Des seigneurs arabes, maîtres de villes syriennes, n’hésitaient pas à recourir aux mêmes moyens que les Turcs. Ainsi, Sadīd al-Dawla ibn Munqiḏ, Seigneur de Šayzar, et Ḫalaf b. Mulācib, seigneur de Homs, s’associèrent en 476/1083 pour résister avec les Banū Kilāb aux empiétements que se permettait Muslim b. Qurayš à l’égard de leurs territoires respectifs.

  • 28 Ibn al-cAdīm, II, 75-76 et 81-83.

76Quand les coalisés parvinrent à Macarrat al-Nucmān, ils coupèrent tous les arbres fruitiers dans les vergers environnants, mirent leurs chameaux à pâturer dans les champs et retournèrent à la charrue ce qui avait été ensemencé28.

***

77La première partie du ve/xie siècle avait vu le peuplement de la Syrie du Nord se reconstituer après l’arrêt des grandes invasions byzantines, si meurtrières. Il y eut recolonisation des terres sur les plateaux. Là où la pluie était suffisante pour cultiver sans un coûteux réseau d’irrigation, une rivalité se manifesta entre les paysans, qui voulaient cultiver des céréales ou planter des arbres, et les semi-nomades à la recherche de pâturages. Ces conflits étaient limités car les systèmes d’iqṭāc accordés aux chefs des grandes familles tribales intéressaient celles-ci au revenu agraire. Il était dans leur intérêt de laisser les paysans se regrouper dans des villages dotés de tours de surveillance ou de murailles et d’y installer des greniers fortifiés pour conserver les semences et les céréales destinées aux contributions à l’abri des pillards et des raids des petites tribus marginalisées. Par ailleurs, dans une contrée où se recoupaient de nombreux itinéraires caravaniers, la présence en bordure de ceux-ci, d’un réseau serré de petites villes, bien approvisionnées et entourées de murs, assurait aux commerçants des gîtes d’étapes sûrs.

78Cet équilibre fragile s’effrita à partir des années 455-460/1063-1068. L’affaiblissement de l’Égypte fatimide puis de l’Empire byzantin, l’arrivée des Turcomans, les désordres de la fin de la domination kilabite laissèrent le champ libre aux nomades. Les chiffres donnés par Ibn al-cAdīm semblent indiquer une forte hausse démographique dans les tribus arabes au moment où le système des iqṭāc était remis en cause sous les derniers Kilabites, puis sous Muslim b. Qurayš. Les appétits de ces tribus à l’égard des zones de culture se déchaînèrent et elles suivirent l’exemple des Turcomans. Une situation générale d’insécurité s’ensuivit qui doit être prise en compte lors de l’analyse de l’attitude qu’adoptèrent les populations urbaines ou rurales face aux nouveaux types de pouvoirs.

***

79Ibn al cAdīm mentionne un sentiment de solidarité arabe face à l’emprise des Turcs sur la région. La Syrie du Nord avait vu, au ive/xe siècle, des Orientaux, Arabes, Persans ou Kurdes, venir dans les villes frontières pour accomplir leur devoir de ğihād contre les Byzantins. Les premières bandes turques durent être perçues comme relevant du même modèle. Mais il s’agissait de nomades, n’acceptant pas de résider en ville, et dont les connaissances religieuses étaient réduites. Ce que les textes ne nous révèlent pas, c’est le moment où les populations urbaines arabes eurent conscience que ces bandes toujours renouvelées annonçaient un véritable transfert de population et que cette population nouvellement installée ne s’assimilerait pas dans le creuset arabe, contrairement aux autres populations venues de l’est. Très tôt, des Turcs s’installèrent à l’intérieur de l’Empire byzantin, soit dans de petites principautés autonomes, soit comme soldats au service des Grecs, mais ils demeurèrent musulmans sans vivre dans un contexte arabe. De là, ils purent opérer en territoire syrien, ce qui constituait une nouveauté. Enfin, la stratégie familiale différait chez eux de ce que connaissaient les Arabes. La solidarité ne dépassait guère les familles conjugales et les cousins de souverains en place suivaient une voie indépendante, agissant pour leur propre compte.

  • 29 Zakkar (8) 187 ; Ibn al-cAdīm, II, 56.

80Les premières bandes étaient uniquement composées de guerriers ; plus tard des femmes turques accompagnèrent ceux-ci. D’après Suhayl Zakkar un des motifs du coup de main que Nāṣr b. Maḥmūd monta contre ses auxiliaires turcs d’al-Ḥāḍir et dans lequel il trouva la mort fut son désir de s’emparer de quelques-unes de ces femmes turques dont la beauté était célèbre. Cela expliquerait pourquoi, deux ans plus tard, les Turcs d’al-Ḥāḍir allèrent mettre en sûreté leurs biens et leurs femmes au château d’al-Ǧisr chez Ibn Munqiḏ dans la crainte d’action inconsidérées des Alépins. Or, le climat étant différent, elles périrent toutes dans cette place située sur l’Oronte, peut-être sous le coup d’une affection paludique29.

81La présence de femmes et d’enfants turcs au côté des guerriers est un témoignage d’un sentiment de spécificité ethnique ressenti par ceux-ci et qui devait être également perceptible pour les populations arabes.

82Muslim b. Qurayš se considérait comme le représentant en Syrie du Nord du sultān seldjoucide, mais il tenta de rassembler une coalition de tribus arabes pour bouter hors de la province les irréguliers turcomans, et même des troupes commandées par les lieutenants turcs de ce même sultān. Pour cela, il fit appel aux sentiments arabes des Bédouins et voulut oublier l’opposition entre Qays et Yaman. Le fait qu’il introduisit des Kurdes dans son alliance donne à celle-ci l’allure d’un rassemble ment des groupes ethniques en place contre les nouveaux venus. Autre contradiction, il reconnaissait la légitimité du califat abbasside de Bagdad qui, comme le sultānat seldjoucide, symbolisait le sunnisme orthodoxe, alors qu’il était lui-même chiite et que les musulmans peuplant ses deux capitales, Mawṣil et Alep, étaient en majorité chiites.

83Sadīd al-Dawla ibn Munqiḏ avait facilité la prise du pouvoir de Muslim b. Qurayš à Alep afin d’empêcher une mainmise des Turcs sur la principauté. Or, plus tard, il se retrouva au côté de ceux-ci dans une coalition hétéroclite dirigée contre Muslim. Plutôt que de solidarité tribale, ethnique ou même religieuse, il s’agit de conjonctions provisoires d’intérêts entre ceux qui sont exclus des profits d’un certain ordre ; de telles alliances précaires sont destinées à créer un désordre susceptible, à son tour, d’engendrer un ordre nouveau qui sera plus favorable à chacun des éléments de l’alliance, d’où la succession permanente de crises et de conciliations.

84La concomitance de l’affaiblissement des trois grands États de Mésopotamie, d’Asie Mineure et d’Égypte, de l’arrivée des Turcomans venus d’Asie Centrale, d’un regain d’activité chez les tribus arabes semi-nomades par suite d’une hausse des prix alimentaires et d’une série de disettes suffit à expliquer l’aggravation de ces crises et leur retour plus fréquent.

***

85Les espaces soumis à la principauté d’Alep avaient varié avec le temps depuis sa création par Sayf al-Dawla en 333/944. L’accès à la Méditerranée lui avait été en général refusé. Les tentatives de s’étendre au sud de Homs, dans l’oasis de Damas ou dans la Békaa, autour de Baalabakk, n’avaient jamais connu de succès durable.

86Dans les autres directions, les frontières étaient moins évidentes. Au nord, elles variaient selon le rapport de force entre Byzance et le monde musulmans, mais Antioche était trop importante et trop proche d’Alep pour ne pas inquiéter celle-ci quand un musulman y régnait. Vers l’est, dominer Manbiǧ et Bālis suffisait à assurer le libre accès à l’Euphrate ; pourtant à plusieurs reprises la mouvance d’Alep s’était étendue sur Raqqa et Raḥba. Occuper, en même temps, cette dernière ville et Homs, c’était s’assurer la maîtrise de la grande voie médiane de Syrie.

87Ordinairement, le Diyār Rabīca et le Diyār Bakr, contrairement au Diyār Mudar, relevaient de princes indépendants du maître d’Alep. Le paysage était différent, l’entretien de forteresses de montagnes, le contrôle des ponts et des cols stratégiques importaient davantage que le maintien en alerte d’une cavalerie nombreuse capable de poursuivre les Bédouins.

88En effet, les montagnes basses, les plateaux, les vallées larges et riches, la steppe, verte l’hiver, fauve l’été, formaient le domaine naturel d’Alep. De cette steppe avaient surgi dans un passé plus ou moins lointain les Banū Taġlib, ancêtres des Hamdanides, les Banū Kilāb, ancêtres des Mirdassides, les Banū cUqayl, ancêtres de Muslim b. Qurayš. Pendant les ive/xe et ve/xie siècles, elle fut de la part des souverains d’Alep l’objet d’une sollicitude et d’une surveillance constantes. Alors que les hautes villes de Ǧazīra septentrionale ne pouvaient être investies que par des troupes réduites et aguerries à la marche en montagne, comme l’étaient les Kurdes et les Arméniens, aucune obstacle naturel ne s’opposait aux chevauchées des Bédouins jusqu’aux pieds des murailles d’Alep. Chaque année, ils campaient pendant de longs mois dans ses environs immédiats et y faisaient paître leurs troupeaux. Ils constituaient, pour les marchands de cordages, de feutres et de toiles, d’armes, de grains, une clientèle importante et fournissaient aux marchés la viande de mouton, la laine et les tapis.

89Le rôle des princes d’Alep était de maintenir sur les vastes surfaces qui dépendaient d’eux le difficile équilibre entre les territoires de parcours dévolus aux semi-nomades et les terroirs cultivés et plantés attribués aux sédentaires. Les montagnes qui bordaient ces platitudes leur échappaient. Tous n’eurent pas conscience des limites de l’espace contrôlé naturellement par leur ville, Sayf al-Dawla usa ses forces à disputer aux Byzantins des régions frontières au relief tourmenté, et il échoua. Sacd al-Dawla, son fils, pourtant plus fragile, put subsister parce qu’il renonça au Diyār Bakr et abandonna la lutte contre Byzance. Plus tard, les deux premiers Kilabites, Ṣāliḥ b. Mirdās, puis Nāṣr b. Ṣāliḥ, perdirent la vie au combat contre les Fatimides parce qu’ils avaient émis des prétentions sur le centre et le sud de la Syrie. Le dernier prince indépendant et arabe d’Alep, Muslim b. Qurayš, dispersa ses efforts entre la Ǧazīra orientale dont il était issu et la Syrie du Nord. Il commit l’erreur de menacer Damas, hors de son domaine, et il périt pour ne pas avoir accepté sereinement l’installation d’un pouvoir musulman auto nome à Antioche.

90A cette époque où l’entretien de l’armée obérait lourdement des revenus publics de plus en plus difficiles à percevoir, il était dangereux pour un prince de se tromper sur l’étendue du territoire à défendre à tout prix. Croire que plus l’espace contrôlé serait vaste, plus le revenu public perçu serait abondant, était une erreur. Au-delà de trois journées de cheval de la capitale, il fallait déléguer l’autorité à un seigneur local, seul susceptible de maintenir l’ordre et de réagir rapidement à une menace. Or, pour entretenir ses troupes, il utilisait la plus grande part des revenus qu’il levait dans sa région ; on ne pouvait donc lui réclamer une participation importante aux dépenses d’une grande armée centrale.

91Certes, les dernières batailles mentionnées pour cette période par Ibn al-cAdīm furent remportées par des détachements réduits, mille ou quinze cents cavaliers, face à des armées importantes. La réforme de la technique du combat et de l’armement, entamée au siècle précédent, portait ses fruits. La dépense militaire n’en était pas pour autant réduite. Si de petits escadrons pouvaient remporter de grands succès, les menaces contre un pouvoir central n’en était que plus dispersées et les points stratégiques à protéger que plus nombreux. En outre, le prince, en désignant un chef pour ses cavaliers d’élite, désignait par la même occasion un compétiteur éventuel. Dès lors, le morcellement territorial en seigneureries de deux journées de cheval de rayon et la multiplication des châteaux-forts permettant au maître de la localité de résister aux assauts de cavaliers cuirassés semblaient s’inscrire dans le destin de toutes les régions frontières au relief tourmenté de la Syrie du Nord. Seul un fort développement des revenus tirés des activités artisanales et commerciales d’Alep permettrait à son prince, par un effet d’échelle, de continuer à dominer la région.

Notes

1 Ibn al-cAdīm. I, 296-297. Qurayẓa, voir EI2, V, 438, était le nom d’une tribu juive de Yathrib, éliminée physiquement au début de l’Islam ; pour Canard, Qurayz est apparentée à Kilāb, Rabīca b. Ka cb, pour Zakkar (8) 75, une des branches des Banū Kilāb dont descendrait Ṣāliḥ b. Mirdās. Ibn Ḥawqal, 19/19, écrit qu’ils étaient installés en Haute Mésopotamie avant l’Islam et Taġlib fait partie de Rabīc a. 228/222, Rabīc a et Muḍār en Ǧazīra, autour de Mawṣīl, de Harran, de Raḥba, étaient des petits nomades à moutons, refoulés par Qays cAylān, Qušayr, cUqayl, etc... Il faut différencier les Rabīc a b. Ka cb de la grande confédération Rabīc a. Canard (6), 136. Voir Kac b b. Rabīc a b. cĀmir b. Ṣac ṣac dans Canard (5), index ; cAwf, voir EI2, I, 214 sous « ’Adjlūn », le Ǧabal Ǧaraš, en Jordanie, fut occupé par une tribu de ce nom à l’époque seldjoucide et ayyoubide ; Pellat signale dans Mascūdī. Murūğ al-Dahab, édition de Beyrouth, 1979, VII, 536. une fraction de Ġassān. c’Awf b. cAmr ; Ibn cĀsākir, (65), 1977. donne au contraire dans la généalogie du Qaysite cĀmir b. cUmāra al-Murrī, un Murra b. cAwf b. Sacd ; Maqrīzī (110). 48. mentionne des fractions de Sulaym portant ce nom. Maqrīzī mentionne également des groupes tribaux cAwf d’autres ascendances, disséminées dans la région de Barqa. le Sacīd et al-Buhayra. Maqrīzī (109), II, 156, précise qu’Ibn al-Maġribī lorsqu’il suscita pour le compte de la tribu Ṭayy. de mouvance yamanite, l’anticalifat d’Abū l-Futūḥ. fit appel en quittant la Mekke aux tribus qaysites, Sulaym. Ḥilāl, et cAwf b. cĀmir. Yāqūt, III, 746, cite d’ailleurs un Ǧabal cAwf dans le Nağd. Il mentionne, VI. 253. neuf groupes tribaux ayant chacun une généalogie propre, mais souvent proche, portant le nom de cAwf. Le groupe dont il est question ici et qu’Ibn al cAdīm. I, 296. mentionne sous la forme plurielle al- cAwfiyūn, aussi bien un nom commun pour les rôdeurs, est sans doute une sous fraction des Banū Kilāb. cAwf b. Abī Bakr, jouant comme c’était de coutume dans la tribu sur la forme plurielle du nom d’animal. cAwf étant pris ici au sens de lion rôdeur. Pour le site connu de Marğ Dābiq, voir les références dans Dussaud. 474.

2 Ibn al-cAdīm, II, 9-10, Zakkar (8), 166 et suiv. Pour l’identité et la carrière précédente de Hārūn b. al- Hān, voir Cahen, (175), I, 26 et suiv.

3 Maqrīzī (107), II, 265 et suiv. ; Ibn al-cAdīm, II, 10.

4 Sibṭ (80°°°) 74 v° à 75 v° ; Ibn Taġrī Birdī. V. 79, 459H. La lettre adressée par le Basileus. Sibṭ (80°°°). 62 v°. 63 r°.

5 Sibṭ (80°°°) 78 v°. La lettre annonçant la prise de Raḥba accompagnée d’un étendard fatimide à la hampe d’argent brisée arriva à Bagdad en Rabīc II 460H.

6 Ibn al-cAdīm. II, 11-16 ; Ibn al-Aṯīr. X. 57. 460H/1067-1068. place la même année un très fort tremblement de terre en Palestine et en Égypte. Ibn al-Aṯīr. X. 60. 462h.. Sur Ibn Munqid. l’ancêtre d’Usāma. voir infra. Grumel. Chronologie, ne signale pas de tremblement de terre entre 1065 et 1090.

7 Al-Ǧazr, Yāqūt, II, 70-71, donne ce nom comme celui d’une fille des Banū Abī Bakr b. Kilāb et comme celui d’une des kūra proche d’Alep. Dussaud, 213, précise qu’elle renfermait Macarrat Maṣrīn, Sarmin et d’autres localités.

8 Les Iraqiens, à l’inverse des Syriens et des Egyptiens, accordaient le titre de chérif aux descendants des cAbbās b. cAbd al-Muṭṭalib.

9 Ibn al-cAdīm. II, 16-18 ; Sibṭ (80°°°). 93 v° et 94 r°. 462H. La version de Sibṭ est légèrement différente, le second vendredi, les cheikhs et les aḥdāṯ d’Alep obtinrent de Maḥmūd qu’il retirât Ibn Ḫān et ils gardèrent, eux-mêmes, les portes de la mosquée jusqu’à l’achèvement de la ḫuṭba et de la prière ; et ce fut alors que les gens sortirent avec les nattes. Curieusement, Ibn al-cAdīm, a oblitéré ce détail.

10 Maqrīzī (107), II, 303-304.

11 Maqrīzī, (107), II, 302.

12 Ibn al-cAdīm, II, 19 et suiv., fait un récit détaillé du siège d’Alep, récit que nous avons suivi ; voir également d’autres références citées en note par S. Dahhān, mais en général plus succinctes. Ibn Marwān a déjà été présenté ; pour Ibn Mazyad, voir Asad, EI2, I, 704-705, et Ibn al-Aṯīr, index. Muslim b. Qurayš al cUqaylī, voir Ibn al-Aṯīr, index, Ibn al-Qalānisī,, 113, Sibṭ (80°°°) 460H. ; Zakkar (8), 172-214. Pour la généalogie des trois dynasties, Bosworth, (169), 51-56.

13 Ibn al-cAdīm, II, 20.

14 Ibn al-Aṯīr, X, 66. Cahen (175), II. La campagne de Mantzikert d’après les sources musulmanes, paru dans Byzantion, IX, 1934, Zakkar, Muḫtārāt min kitābāt al-mucarrihīn al-carab, Damas, Beyrouth, 1970, a rassemblé les récits de Mantzikert de Sibṭ, d’al-cAẓīmi, d’Ibn al-Ǧawzī, d’al-Bundārī d’après cImād al-Dīn al-Iṣfahanī. d’Ibn al-Qalānisī, du Zubda al-Tawarīḫ écrit par l’émir Abū 1-Ḥasan cAlī b. al-Šahīd Abī l-Fawāris Nāṣir b. cAlī al-Ḥusaynī, d’Ibn al-cAdīm, dans la Buġya et dans la Zubda, d’Ibn al-Aṯīr, d’Ibn Abī 1-Damm, d’al-Fāriqī, d’Ibn Muyassar, de Sāwīrus b. Muqafac, d’Ibn al-cAmīd, d’Ibn Kaṯīr, du Tārīḫ al-Duwal d’al-Ḏahabī, de l’Iṭṭicāẓ de Maqrīzī, (107), et d’Ibn al-Dawādārī. Ces récits, de longueur et d’intérêt très inégaux occupent les pages 96-150 du recueil de S. Zakkar. Voir dans Sawirus II/II, 171 r° des détails inédits de technique militaire à propos du siège d’al-Ruha-Edesse. Voir également, Aristakes, (2110), 75-78, et index sous Manazkert.

15 Cahen (175), I, 28, Qaralū. Notre récit, ici, n’est que le complément de celui de Cahen (175), I, complément qui ne prend en compte que les sources arabes et la perception par celles-ci de l’action turque.

16 Ibn al-cAdīm, II, 30-42. Le trésor découvert à sa mort, page 45.

17 Voir page 589, note (1), cAlī b. Muqallid était souvent nommé cAlī b. Munqiḏ, sa famille était devenue célèbre. Sur ce personnage, voir surtout Ibn al cAdīm, I, 131, 349H., son ancêtre, cAlī b. Munqiḏ b. Naṣr, et Ibn al cAdīm, II, index, sous Abū 1-Ḥasan cAlī b. Munqiḏ, page 439, Ibn al-Qalānisī, index, page 383, corriger al-Kitānī en al-Kinānī.

18 D’après Zambaur et EI 2, I, 461, Banū cAmmār, le fondateur de la dynastie se nommait al-Ḥasan b. cAmmār, d’après Maqrīzī, (107), II, 47 et 307, il se nommait cAbd Allāh b. Muḥammad b. cAmmār ; voir également Ibn Abī Hayğa, 465H. ; Ibn al cAdīm, II, 35, ne choisit pas écrivant Ibn cAmmār. S. Dahhān a rétabli, ligne 8, Ibn cAmmār, parce que le nom figurait ligne 11 et que le sens s’y prêtait. Le texte original portait Ibn cAmrūn, or en 533, le maître du Ḥiṣn al-Kahf se nomme Ibn cAmrūn, Ibn al cAdīm, II, 271, et Cahen (références données p. 480. note 2) cite les Banū cAmrūn parmi ceux qui instaurèrent la religion nusayrie dans les actuels Monts Alaouites. Il se peut qu’un personnage de ce nom ait occupé à l’époque une position sur la route d’Alep à Tripoli qui lui aurait permis d’arrêter Ibn Munqiḏ sur ordre du Mirdasside d’Alep. Sur une rebellion des aḥdāṭ de Tripoli survenue vers 458H. et réprimée avec l’accord d’Ibn cAmmār, voir infra page 632.

19 Sibṭ, cité dans Ibn al-Qalānisī, note 1, page 113.

20 Ibn al-cAdīm, II. 45-49

21 Cahen (175) I. 38-48. Zakkar (8). 172-214.

22 Sayf al-Dawla Ḫalaf b. Mulācib, voir Ibn al-cAdīm, (84), publié dans Zakkar (9), 280, Sauvaget, REI, 1933 ; RCEA, 2772, 481h. ; Maqrīzī, (107), II, 326, en 482H., lors de la reconquête par Nāṣir al-Dawla al-Ǧuyūsī, un général fatimide, de Tyr, Sayda, Ǧubayl et Acre, que Tutuš avait occupées, Nāṣir al-Dawla s’avança jusqu’à Baalabakk et envoya un négociateur à Ḫalaf b. Mulācib, le maître de Homs qui entra officiellement dans la mouvance fatimide ; sur ses aventures plus tardives, voir Maqrīzī, (107), III, index, Ibn al-cAdīm, II, index, Ibn al-Qalānisī, index. En 474, Muslim b. Qurayš avait pris Harran aux Banū Numayr et y avait frappé monnaie à son nom, en 476H., il eut à affronter la révolte du cadi Ibn al-Ǧalaba qui désirait rendre la ville à Ibn cUṭayr al-Numayrī. Muslim se trouvait alors au siège de Damas pour en chasser Tutuš. Il revint vers Harran, cédant à Ibn Mulācib, Salamiya et Rafaniyya, en plus de Homs qu’il tenait déjà. Muslim prit Harran et tua le cadi et ses fils. Ibn al-Aṯīr, X, 122 et 129-130, corriger les références dans l’index sous Harran. Détails négligés par nous, Sibṭ, dans Ibn al-Qalānisī, 116-117.

23 Ibn al-cAdīm, II, 80. Ibn al-Qalānisī, 115 et notes.

24 Ibn al cAdīm, II, 92, où l’auteur donne également la liste des cadis d’Alep sous Muslim.

25 Al-Fāriqī (68), 165-168, 182, 205.

26 Ibn al-cAdīm, II, 58, 61-62

27 Ibn al-cAdīm, II, 66.

28 Ibn al-cAdīm, II, 75-76 et 81-83.

29 Zakkar (8) 187 ; Ibn al-cAdīm, II, 56.

© Presses de l’Ifpo, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search