Version classiqueVersion mobile

Damas et la Syrie sous la domination fatimide (359-468/969-1076). Deuxième tome

 | 
Thierry Bianquis

Cinquième partie. L'effondrement de la domination fatimide en Syrie intérieure

Chapitre 2. La dynastie kilabite en Syrie du nord

Texte intégral

Alep sous l’administration de Mucizz al-Dawla Ṯimāl b. Ṣāliḥ

  • 1 La source principale sur le règne de Ṯimāl b. Ṣāliḥ est Ibn Al-cAdīm, 255-288 ; à compléter par Ib (...)

1En 1042, Alep se rangeait à nouveau dans les principautés situées à la périphérie de la steppe syro-iraqienne et qui étaient gouvernées par des chefs de tribus arabes, en général qaysites. Contrairement aux Banū Asad et aux Banū cUqayl, les Banū Mirdās n’étaient pas impliqués dans les conflits mésopotamiens et dans la lutte pour le pouvoir à Bagdad où nombreux étaient les candidats à la succession des Bouyides affaiblis. Leur problème était de contenter, tout à la fois Byzance et le Caire, et de maintenir une certaine marge de manœuvre qui leur permette de survivre entre les deux empires protecteurs. Quant aux principautés périphériques, ils étaient surtout en relation avec les Banū Numayr du Diyār Muḍar, les Kurdes Marwanides du Diyār Bakr et les Banū cUqayl du Diyār Rabīc, les plus ambitieux et les plus remuants des trois1.

2Quand il assiégeait la citadelle d’Alep, Ṯimāl b. Ṣāliḥ avait envoyé un messager à Théodora, l’impératrice macédonienne qui régnait à Constantinople avec sa sœur Zoé et son beau-frère Constantin Monomaque. Il demandait son secours. La réponse fut favorable. Ṯimāl reçut le titre de Magistros d’Alep, son cousin Muqallad celui de Stratège, son fils, Ṣāliḥ b. Ṯimāl, ses neveux, Manīc b. Muqallad, Maḥmūd b. Naṣr b. Ṣāliḥ et ses frères cAṭiyya et Ḥasan celui de Patrice. Enfin la Sayyida cAlawiyya Umm Maḥmūd, l’ancienne épouse de Naṣr, l’épouse à cette époque de Ṯimāl, devint Patricienne. Les avantages financiers attachés à ces titres leur furent accordés et ils reçurent des dons. En contrepartie, l’impératrice exigea que Ṯimāl fît parvenir à Constantinople le même tribut annuel qu’envoyait son frère Naṣr et qu’il se sentît lié par les mêmes engagements.

3Les Byzantins préféraient voir les Mirdassides à Alep. En effet, les relations avec les Fatimides avaient été mauvaises lors des deux dernières années du proconsulat d’al-Dizbirī. En 432/1040-1041, le gouverneur fatimide d’Alep avait expulsé tous les commerçants « francs » (tuğğār al-firanğ), qui se trouvaient dans la ville, et il envoya un messager au gouverneur byzantin d’Antioche, lui demander d’expulser tous les commerçants musulmans de cette ville. L’envoyé fatimide fut maltraité : on menaça de le tuer. A la suite de cela, le gouverneur d’Alep, al-nāẓir bi-Ḥalab, se plaignit à al-Dizbirī qui envoya une armée en Syrie du Nord ; elle écrasa les Grecs.

  • 2 Expulsion des marchands francs d’Alep, Ibn al-Aṯīr, IX, 492, expulsion des étrangers de Constantin (...)

4L’expulsion des marchands occidentaux d’Alep dénotait un malaise né de l’installation de nombreux étrangers dans la ville. Ce malaise était général. En 435/1043-1044, tous les étrangers, musulmans ou chrétiens, résidant dans la ville depuis moins de trente ans, reçurent d’après les sources arabes l’ordre de quitter Constantinople dans les trois jours ; les récalcitrants seraient aveuglés. Plus de cent mille personnes émigrèrent ; seuls, douze étrangers purent acquérir un permis de séjour. Le prétexte de cette mesure fut une émeute suivie de pillage qui avait été provoquée par un bruit accusant Constantin IX Monomaque d’avoir tué les deux fils du Basileus précédent. L’enquête de police menée après les désordres avait fait ressortir la responsabilité des étrangers (ġurabā’), dans l’affaire. Deux mesures semblables, prises à peu de temps de distance, dans deux grandes villes, l’une musulmane, l’autre chrétienne, font apparaître un rejet par les autochtones de la présence parmi eux d’étrangers en trop grand nombre. L’ouverture des ports de la Méditerranée à une navigation hauturière, mettant en contact l’Europe chrétienne avec l’Orient musulman ou chrétien, avait développé de nouveaux courants d’échanges et amené l’installation sur place d’agents commerciaux originaires de pays lointains, Le fait que ceux-ci ne fussent pas mieux acceptés pourrait provenir de ce que les nouveaux circuits de transport et de distribution marginalisaient des négoces traditionnels et plaçaient en situation difficile ceux qui en vivaient. Une augmentation du nombre des étrangers n’aurait pas accentué la compréhension réciproque, mais au contraire aurait aggravé les tensions, tout au cours du ve/xie siècle, expliquant la violence des haines à l’époque des Croisades2.

***

  • 3 Ibn al-cAdīm, 203.

5Les relations avec les Fatimides posèrent à Ṯimāl plus de problèmes que les relations avec les Byzantins. Al-Mustanṣir avait accordé son investiture sur Alep au Mirdasside à condition que le trésor déposé à la citadelle lui fût intégralement renvoyé. Après la conquête de celle-ci, Ṯimāl expédia effectivement deux cent mille dinars en Égypte mais il conserva soixante-quinze mille dinars pour remettre en état la citadelle, ses logements et ses locaux techniques (masākinu-hā wa-maṣānic u-hā), et trente mille dinars pour le remplacement des armes qui avaient été utilisées ou détruites. Par ailleurs, Ṯimāl b. Ṣāliḥ avait mis la main sur la vaisselle d’or et d’argent et sur des objets précieux conservés à la citadelle, pour une valeur de quinze mille dinars3.

  • 4 Maqrīzī (107), II, 201, Ibn al-Qalānisī, 75, Ibn Al-cAdīm, 263-264 ; Ibn Muyassar, 6, corriger Ibn (...)

6Al-Mustanṣir manifesta son mécontentement que le trésor ne lui ait pas été restitué dans son intégralité. Il donna l’ordre au gouverneur de Damas, Nāṣir al-Dawla Abū Muḥammad Ibn Ḥamdān de marcher à la tête d’une armée sur Alep. Le gouverneur kutamite de Homs, Šuğāc al-Dawla Ǧacfar b. Kulayd, qui avait envenimé les choses dans l’espoir d’une extension de ses pouvoirs vers le nord, faisait partie de l’expédition ainsi que cAbd al-cAzīz b. Ḥamdān4.

  • 5 Ibn al-Aṯīr. IX, 540-541, 439H. De tels personnages, souvent affublés de noms identiques ou proche (...)

7Les Fatimides s’estimaient à l’abri d’une riposte byzantine en cas d’attaque sur Alep. En 439/1047-1048, la trêve décennale de 429 avait été renouvelée, sans doute pour une nouvelle période de dix ans, et de somptueux cadeaux avaient été échangés entre l’Imām fatimide et le Basileus. Les Byzantins avaient, d’autre part, des soucis de défense plus graves qu’une mainmise fatimide sur Alep. Un partisan de la guerre à outrance contre les infidèles, qui se faisait appeler Aṣfar al-Taġlibī, avait rassemblé des Musulmans fidèles dans la région de Ras al-cAyn, sur le haut Khabour, à la limite du Diyār Muḍar et du Diyār Rabīca. Il lança, à partir de 439, des attaques contre les territoires tenus par les Byzantins. Ayant eu quelques succès et effectué de fructueux pillages, son appel au ğihād rencontrait un succès grandissant. Les Byzantins en furent irrités mais se refusèrent à intervenir dans la Ǧazīra musulmane qu’ils tenaient pour un protectorat. Ils manifestèrent leur mécontentement au Marwanide Naṣr al-Dawla, qui reçut en même temps que leur envoyé, un envoyé d’al-Aṣfar qui lui reprochait de délaisser son devoir religieux de ğihād. Naṣr al-Dawla confia aux Banū Numayr le soin de s’emparer, par ruse, du bouillant chef de bande. Quand Aṣfar fut entre ses mains, il le conserva précieusement en prison5.

  • 6 Ibn al-Aṯīr, IX, 459, 429H., 473, 432H., 504-510, 434H., attaque contre les Byzantins, 546, 440H. (...)

8Enfin, en 440/1048-1049, les Byzantins furent pour la première fois en contact militairement avec les bandes turcomanes, al-ġuzz, qui depuis une dizaine d’année s’infiltraient dans l’Asie Centrale musulmane. Convertis officiellement à l’Islam, elles combattaient et pillaient, elles aussi, au nom du ğihād. Elles traversèrent l’Arménie, passant par Mantzikert, et débouchèrent sur la Mer Noire à Trébizonde et aux environs. Après plusieurs batailles incertaines, les Turcomans remportèrent une grande victoire et approchèrent de Constantinople dont ils ne furent plus qu’à une quinzaine de journées de marche. Ils firent prisonniers un grand nombre de patrices byzantins et le roi des Abḫāz. Ils pillèrent les régions traversées et emportèrent du butin sur dix mille chariots, notamment dix neuf mille cottes de maille. Ils emmenaient en captivité plus de cent mille personnes. A compter de cette année 440/1048-1049, les Byzantins ne portèrent plus la même attention à la Syrie du Nord arabe. La menace qu’ils redoutaient le plus se situait à l’est : les Turcomans avaient manifesté leur ambition sur l’Arménie et, au-delà, sur l’Asie Mineure occidentale et sur la Ǧazīra6.

***

9Nāṣir al-Dawla Ibn Ḥamdān, gouverneur de Damas, reçut donc l’ordre de conquérir la Syrie du Nord. Il quitta Damas à la tête d’une armée fatimide et de contingents arabes des tribus, fin 439 ou début 440. Le gouverneur de Homs, Šuǧāc al-Dawla Ǧacfar b. Kulayd, se joignit à lui. Ils occupèrent les villes de Hama et de Macarrat al-Nucmān. Nāṣir al-Dawla installa son camp en bordure du Quwayq, la rivière d’Alep, dans le village de Saladī. Ṯimāl b. Ṣāliḥ sortit d’Alep pour le combattre à la tête des Banū Kilāb et d’un contingent de Banū Kalb. Des Alépins voulurent se joindre aux troupes mirdassides mais, alors qu’ils étaient au dehors de la muraille, ils furent pris dans un reflux des Kilabites et dix-sept civils en armes périrent étouffés entre les combattants et les murailles autour de la porte. Les combats durèrent trois jours ; Ṯimāl, quoiqu’en infériorité, résistait (ṣabara) à toutes les charges à la tête de cinq mille hommes, tant cavaliers que fantassins. Nāṣir al-Dawla se retira dans son camp pour reformer ses troupes. Survint pendant la nuit une crue brutale du Quwayq qui emporta la presque totalité des tentes et du matériel et noya les montures qui étaient attachées à des pieux. Nāṣir al-Dawla fit rapidement retraite sur Damas en ǧumādā I 440/octobre 1048. Deux mois plus tard, en raǧab 440/décembre 1048, Nāṣir al-Dawla était arrêté à Damas et emmené loin de la ville.

  • 7 Al-Mu’ayyād (49), 80-94, décrit son arrivée au Caire et ses contacts avec al-Tustārī, puis al-Falā (...)

10Ṯimāl b. Ṣāliḥ, inquiet, envoya un messager au Caire afin de rentrer dans les bonnes grâces de l’Imām al-Mustanṣir. Ṯimāl espérait jouer sur les oppositions qui divisaient au Caire les militaires partisans de l’occupation et de l’administration directe et les fonctionnaires financiers, qui recherchaient les solutions de compromis. Ainsi, c’était le vizir Abū’l-Naṣr Ṣadāqa b. Yūsuf al-Falāḥī, successeur d’al-Ǧarǧarā’ī en 436, qui avait négocié un premier accord avec Ṯimāl ; celui-ci s’engageait à verser vingt mille dinars, chaque année, au Caire. Ibn al-Falāḥī était un juif d’origine alépine, ce qui avait facilité les contacts. Quand il eut été emprisonné et mis à mort au début de 440, Ṯimāl trouva un autre intercesseur en la personne d’Abū Naṣr Hārūn b. Sahl al-Tustarī, administrateur du Trésor Privé, également d’origine juive. Pourtant, Abū Naṣr Hārūn était le frère d’Abū Sacd Ibrāhīm qu’avait fait assassiner Ṣadāqa b. Yūsuf. Il fut dénoncé à son tour à al-Mustanṣir par le vizir Abū’l-Barakāt al-Ḥusayn b. al-Ǧarǧarā’ī : Abū Naṣr s’intéressait trop à la ville d’Alep, sur laquelle il aurait eu des visées personnelles, en accord avec les Mirdassides. Abū Naṣr fut mis à mort. Il est possible qu’Abū’l-Barakāt ait eu des accointances avec l’eunuque noir Rifq, à qui on allait confier une puissante armée pour venger l’échec de Nāṣir al-Dawla. Il est difficile de déceler une ligne politique rationnelle dans l’action fatimide en Syrie du Nord, action qui se décidait au Caire sur des critères de sympathies et d’antipathies personnelles et d’opposition entre les dīwān fiscaux et les dīwān dépensiers, c’est-à-dire les dīwān militaires7.

11Ṯimāl offrait un prétexte à une nouvelle expédition. Après le départ des Fatimides, il avait imposé un gouverneur aux habitants de Macarrat al-Nucmān, qui l’avaient mal accepté. Certains s’étaient enfui à Alep ; il semble que d’autres en avaient appelé aux Fatimides. Ibn Kulayd, le gouverneur de Homs, s’empressa d’intervenir : mal lui en prit, il fut tué au combat par Muqallad b. Kāmil b. Mirdās, en šacbān 440/janvier février 1049.

  • 8 L’eunuque Rifq avait mené une longue carrière, al-Musabbiḥī. index. Maqrīzī (107). index, Nāṣir Ḫu (...)

12Abū’l-Barakāt, qui avait obtenu l’arrestation de Nāṣir al-Dawla et la mise à mort d’Abū Naṣr, persuada al-Mustanṣir de mettre sur pied une puissante armée pour venger l’honneur de la dynastie en Syrie du Nord. Le rappel fut battu en ḏū’l-qacda 440/avril 1049. On réunit trente mille hommes et pour cela on dépensa, en or, quatre cent mille dinars, soit plus d’une tonne et demie de métal pur. On désigna comme général en chef un eunuque noir de quatre-vingt ans, Amīr al-Umarā’ al-Muẓaffar Faḫr al-Mulk cUddat al-Dawla, Rifq al-Ḫādim, avec des pouvoirs exceptionnels8. Rifq avait eu son heure de gloire sous le règne d’al-Ẓāhir, en 415 ; il avait acquis alors la réputation d’un militaire loyal et avait mené des expéditions de maintien de l’ordre dans la campagne égyptienne. Il ne paraît pas avoir servi en Syrie avant 441. Pourtant, on donna l’ordre à tous les gouverneurs de cette province de venir le rejoindre avec leurs troupes et de lui témoigner les plus extrêmes marques de respect. De même, les tribus arabes alliées devaient lui prêter main-forte. Arrivant à Ramla, il trouva un envoyé du Basileus qui tenta d’offrir une médiation entre les Banū Mirdās et les Fatimides. Le Grec subit une rebuffade et repartit, penaud, pour le Caire. D’après Ibn Muyassar, Rifq avait le cerveau trop usé pour effectuer correctement sa mission. Des incidents éclataient entre les divers corps de troupes, orientaux, maghrébins, noirs, ou entre les troupes et les Arabes des tribus. Cela débuta à Ramla et se poursuivit à Damas, pendant plusieurs jours, devant Bāb Tūmā. Il y eut du pillage. Les troupes n’étaient pas tenues en main.

13Les historiens égyptiens, Ibn Muyassar, Maqrīzī, présentent sensible ment la même version des événements de 440-442, attribuant l’échec fatimide à l’incapacité de personnages comme Nāṣir al-Dawla ou Rifq mais ne remettant pas en cause la légitimité de l’intervention de l’armée du Caire en Syrie du Nord. Le texte de Nāṣir Ḫusraw reflète également, nous l’avons vu, l’opinion égyptienne. Ibn al-cAdīm apporte un témoignage alépin très différent. Il présente la seconde expédition d’Ibn Kulayd en 440 comme une action de saccage menée dans les campagnes d’Alep et qui fut arrêtée à Kafr Ṭāb par des Banū Kilāb, des Alépins, des paysans, commandés par Muqallad b. Kāmil et Abū’l-Wafā’ Ḥifāẓ al-Macarrī. Ibn Kulayd en fuite fut arrêté par d’autres Banū Kilāb et tué par le frère de Muqallad, Ǧacfar. Les Alépins savaient qu’un astrologue avait promis à Ibn Kulayd qu’il entrerait à Alep sous peu. Il y entra effectivement, mais la tête séparée du corps.

14Si, dans les campagnes, les Mirdassides étaient bien acceptés et si les aḥdāṯ alépins combattaient à leurs côtés, ils se méfiaient des élites de leur capitale. En 440, Mucizz al-Dawla Ṯimāl, quand il avait été informé de l’expédition de Nāṣir al-Dawla, avait incarcéré préventivement un certain nombre de personnalités d’Alep, dont le cadi Abū’l-Ḥasan b. al-Ǧarāda, craignant qu’ils ne livrassent la cité aux envahisseurs. En 441, quand le danger fut passé, Ṯimāl libéra ses prisonniers, à l’exception du chérif Abū cAlī Muḥammad b. Muḥammad b. Ṣāliḥ, qu’il fit exécuter. Une enquête effectuée sur ces notables avait fait apparaître leur innocence. Ibn al-Aysar, que Ṯimāl avait envoyé en mission de négociation au Caire, avait rapporté des rumeurs mettant en cause la loyauté du chérif. L’épisode tend à prouver que la présence fatimide en Syrie, aussi bien à Damas qu’à Alep, était mieux tolérée par les notables que par les aḥdāṯ.

L’expédition de Rifq en Syrie du Nord

15Rifq avait rencontré à Ramla un envoyé du Basileus. Il expédia celui-ci au Caire où Abū’l-Barakāt b. al-Ǧarǧarā’ī le fit lanterner, espérant que l’occupation d’Alep par l’armée fatimide éviterait une négociation avec les Byzantins. Constantin IX, apprenant l’entrée de l’armée en Syrie du Nord et le refus de négocier, envoya une armée byzantine de renfort à Antioche et une autre sur la frontière avec la principauté d’Alep. Il fit parvenir de l’argent et des vêtements d’honneur à Mucizz al-Dawla Ṯimāl.

16Muqallad b. Kāmil, l’actif cousin de Ṯimāl, reprit Homs et chassa Abū Turāb Ḥaydara b. Manzū b. al-Nucmān Ḥusn al-Dawla al-Kutāmī, qui avait reçu le gouvernement de la ville après la mort d’Ibn Kulayd. Muqallad fit creuser des brèches dans le mur de la citadelle et dans les murailles de la ville. A Hama, il détruisit la forteresse (ḥiṣnu-hā), et à Macarrat al-Nucmān, il fit des brèches dans la muraille. Ces villes ne seraient pas défendues et toutes les troupes se concentrèrent à Alep.

17Rifq rencontrait de graves difficultés dans l’accomplissement de sa mission. A Ramla, les Banū Sunbays s’étaient révoltés et avaient pillé le camp. Cette tribu était une fraction Ṭayy ; Ǧacfar b. Ḥassān b. al-Ǧarrāḥ put leur faire restituer une partie du butin. Rifq avait enrôlé des Banū Ṭayy et des Banū Kalb dans ses troupes. Bédouins et réguliers se battirent les uns contre les autres et à l’intérieur de l’armée, Maghrébins, Noirs et Orientaux étaient toujours prêts à en découdre. A la fin de muḥarram 442/juin 1050, cent Kutamites furent ainsi tués et leur camp fut pillé. L’armée arrivait à Damas et campait hors de la ville, près de Bāb Tūmā. Rifq abandonna ses tentes et alla s’enfermer dans le Qaṣr. Il fit verser des milliers de dinars aux Kutamites en compensation du pillage subi. Pendant ce temps, les Arabes des tribus ravageaient la Ghouta de Damas et les villages environnants. Rāšid b. Sinān b. cUlayyān al-Kalbī, que les Fatimides avaient emprisonné à Tyr l’année précédente, s’était enfui de sa geôle et s’était emparé d’une grande partie de la région de Damas. Rifq fut contraint d’enrôler mille cavaliers kalbites de plus pour traverser sans incidents leur territoire. Il gagna Homs, puis Hama, pendant qu’une partie des troupes l’abandonnait pour aller piller Šayzar. Au terme de cette marche mouvementée, Rifq finit par arriver le 22 rabīc I 442/14 août 1050 au Ǧabal Ǧawšin, près d’Alep.

18Sulṭān al-Qarmaṭī, dont le frère était prisonnier de Ṯimāl, dans la citadelle d’Alep, demanda l’amān au Mirdasside et passa de son côté avec cinq cents cavaliers kalbites. Les généraux fatimides conseillèrent à Rifq de s’assurer de la fidélité des autres kalbites et des Ṭayy en emprisonnant leurs émirs. Il n’en fit rien. Ils lui conseillèrent de faire reculer l’armée jusqu’à Sadlag pour se prémunir contre une attaque. Il n’en fit rien. Ils lui conseillèrent enfin de faire rédiger un édit, au nom de l’État (can al-sulṭān), qui confierait la Syrie en iqṭāc à Mucizz al-Dawla Ṯimāl qui retrouverait ainsi sa vénération pour la dynastie. Il n’en fit rien.

19Ils étaient arrivés un mercredi ; le combat commença le vendredi ; ils se reposèrent le samedi et le dimanche car il faisait très chaud. Rifq donna l’ordre d’envoyer en arrière à Macarrat al-Nucmān, le Trésor de l’armée et les bagages des soldats, pour éviter un pillage. L’armée crut qu’il préparait une retraite et au milieu de la nuit, les soldats se débandèrent et partirent vers le sud. Rifq les poursuivit, leur enjoignant de revenir pour combattre. Ils n’en firent rien.

20Au petit matin, la redoutable cavalerie kilabite sortit d’Alep et vint attaquer ce qui restait de troupes. Rifq se battit courageusement, reçut plusieurs blessures sur le corps et trois forts coups sur la tête. Les Kilabites le hissèrent sur une mule, la tête nue et en sang, et le ramenèrent à Alep. Il avait perdu l’esprit. Il délira pendant trois jours puis mourut. On l’enterra à Mašhad al-Ǧuff, à l’extérieur d’Alep. Des généraux et des secrétaires de l’armée fatimide avaient été faits prisonniers et se trouvaient dans la citadelle. Des patrouilles byzantines se rendirent maîtresses de nombre de soldats fatimides, qui furent conduits à Antioche. Mais sur ordre de Constantin IX, ils furent tous libérés.

21Le vizir fatimide Abū’l-Barakāt al-Ḥusayn b. Muḥammad al-Ǧarǧarā’ī avait été pour le rappeler à al-Mustanṣir. Il fut arrêté et expédié à Tyr pour y être incarcéré, à la mi-šawwāl 442/1er mars 1051. Son vizirat avait duré vingt et un mois et la Syrie du Nord lui fut fatale comme elle l’avait été à Ṣadāqa b. Yūsuf. Plus tard, Abū’l-Barakāt fut libéré et se rendit à Damas.

  • 9 Outre Ibn al-cAdīm. I. 263-266 et Ibn Muyassar, 3-11, qui sont les sources fondamentales pour cet (...)

22A cette époque, Nāṣir Ḫusraw, le voyageur persan, se trouvait au Caire et la vision qu’il eut, de cette ville, des événements se déroulant en Syrie du Nord a été rapportée. Ṯimāl b. Ṣāliḥ envoya au Caire Šayḫ al-Dawla cAlī b. Aḥmad b. Aysar, accompagnant son fils Waṯṯāb b. Ṯimāl et son épouse cAlawiyya Bint Waṯṯāb al-Numayriyya al-Sayyida. Ils emportaient deux ans de tribut, quarante mille dinars venant du trésor de la citadelle, des dons précieux variés. D’après Ibn al-cAdīm, al-Mustanṣir fut charmé par la présence d’esprit et les réponses avisées d’al-Sayyida, la Signora. Alors qu’il l’interrogeait sur son laqab, elle répondit : « certes, je suis la maîtresse de mon peuple, sayyidat qawmī, mais ta servante, ô Prince des Croyants, que les bénédictions de Dieu soient sur toi ! ». Al-Mustanṣir ordonna à la princesse de dicter elle-même un aide-mémoire à son secrétaire, afin qu’il puisse signer une reconnaissance de fiefs à Ṯimāl pour Alep et toutes les terres qui appartenaient au Kilabite. L’Imāms décerna à Ṯimāl et à tous ses proches, les chefs Mirdassides, des marques spéciales d’honneur (tašrīf). La princesse cAlawiyya revint à Alep, ayant pleinement réussi dans la mission qui lui avait été confiée9.

23Mucizz al-Dawla Ṯimāl, rassuré sur les intentions fatimides, exerça un pouvoir pacifique sur ses sujets. Ce fut un prince très apprécié par les Alépins, de même que son vizir à partir de 442, Abū’1-Faḍl Ibrāhīm b. cAbd al-Karīm b. al-Anbārī, al-Ṯiqa al-Kāfī, qui était originaire de Raḥba. La réussite à cette époque de la principauté kilabite d’Alep, de même que celle de la principauté kurde marwanide du Diyār Bakr, s’explique par la taille modérée du territoire administré à partir d’une ville fortifiée, ne nécessitant pas la mobilisation constante d’une armée professionnelle. D’autre part, les défenseurs de ces principautés se recrutaient pour chacune d’elles dans une seule ethnie aux structures de parenté bien conservées et ayant gardé un genre de vie traditionnel. Ainsi, en dehors des périodes de combat, les hommes avaient une activité économique autonome.

La fin du règne de Mucizz al-Dawla Ṯimāl b. Ṣāliḥ

  • 10 Ibn al cAdīm. I. 271-273. L’anecdote est révélatrice de ce qu’un prince attendait des villages qu’ (...)

24De 442 à 449/1051-1058, la principauté d’Alep connut une vie calme. Les prix furent particulièrement bas et les Alépins s’enrichirent. Plusieurs belles maisons d’Alep, au temps d’Ibn al cAdīm, avaient été construites à l’époque de Ṯimāl. L’émir Abū’1-Fatḥ b. Abī Ḥaṣīna ayant composé une poésie pour rappeler à Mucizz al-Dawla qu’il avait quatorze enfants à élever, le Prince d’Alep convoqua les témoins de justice et fit don en iqṭāc de deux villages, l’un dans la région d’Alep, l’autre dans la région de Manbiğ, au poète-émir, en sus des iqṭāc qu’il lui avait déjà remis. Avec le produit de ces terres, Ibn Abī Ḥaṣīna construisit une belle maison à Alep et Ṯimāl lui fit don de la maison contiguë10.

25Ṯimāl entretenait de bonnes relations avec les Byzantins comme avec les Fatimides. En 443/1051-1052, il expédia Šayḫ al-Dawla cAlī b. Aḥmad b. Aysar à Constantinople avec le montant du tribut annuel et des dons précieux. Ibn Aysar sut conquérir les Byzantins ; il fut nommé stratège, Muqalab qui était stratège fut promu Magistros, Ṯimāl qui était Magistros fut promu à un rang supérieur, sans doute Antipatos. Ibn Aysar rapporta des dons précieux offerts par le Basileus. Puis, Ibn Aysar ayant perdu la confiance de Ṯimāl et toutes ses fonctions, partit pour l’Égypte. Mucizz al-Dawla fit partir une nouvelle délégation pour Constantinople après la mort de Constantin IX, délégation conduite par Sālim b. Abī Taġlib, le remplaçant d’Ibn Aysar, en 447/1055-1056. L’impératrice Théodora lui réserva le meilleur accueil et fit Sālim Stratège à la place d’Ibn Aysar.

26En muḥarram 447, Ṯimāl avait reçu des dons et des vêtements d’honneur envoyés par al-Mustanṣir avec un tašrīf, le tout accompagné par Abū’l-Ġanā’im Ṣāliḥ b. cAlī b. Abī Šayba.

  • 11 Voir la notice consacrée aux Banū Ǧahīr dans EI2, II. 394. D’après Ibn al-cAdīm. I. 269. le vizir (...)

27La complexité des finances publiques à Alep se développant de pair avec celle des échanges commerciaux lointains, la ville ne pouvait plus se contenter d’un vizir improvisé. Ṯimāl fit appel à Faḫr al-Dawla Abū Naṣr Muḥammad b. Muḥammad b. Ǧahīr qui avait été vizir de Naṣr b. Marwān11. Il réussit à faire doubler les rentrées fiscales et mit en ordre les finances publiques. Sa réussite lui attira des inimitiés et il fut dénoncé auprès de Ṯimāl, qui ne voulut pas prêter foi à ces allégations. En 446, avec l’accord de Ṯimāl, Abū Naṣr revint auprès de Naṣr al-Dawla.

  • 12 Maqrīzī (107), II. 271. 457H., Nuwayrī. 72.

28Ṯimāl remplaça Abū Naṣr par un vizir, originaire comme Ibn al-Anbārī de Raḥba, Šadīd al-Dawla Abū’l-Qāsim Hibat Allāh b. Muḥammad al-Ra cbānī al-Raḥbī. Plus tard, cet homme devait être, par deux fois, vizir d’al-Mustanṣir pendant dix jours12.

***

29Quand al-Basāsīrī, le maître turc de Bagdad, en rupture avec le calife abbasside et opposé au Turc sunnite Tuġril Bak, se réfugia dans la mouvance fatimide, à Raḥba, ville administrée par Ṯimāl, celui-ci lui fit bon accueil. Les Banū Kilāb n’avaient jamais vu un homme aussi audacieux, aussi astucieux, aussi rusé. Quand Ṯimāl montait à cheval, al-Basāsīrī bondissait vers lui, lui tenait les étriers, disposait avec soin son vêtement sur la selle, manières qui sidéraient les Bédouins. Les Banū Kilāb voulurent s’emparer de lui, mais Ṯimāl le leur interdit. Il devait le regretter, car al-Basāsīrī, qui se montrait tout humble quand il était arrivé avec quelques hommes efflanqués, prit de l’assurance. Ayant quitté Bagdad en 447/1055, il passa l’hiver de 1056 sur la rive de l’Euphrate à Bālis et rassembla les Arabes des tribus et des Turcomans. Ṯimāl conçut des craintes à son égard. Au début, il lui avait offert les clés de Raḥba et al-Basāsīrī avait refusé de les prendre ; plus tard, ce fut al-Basāsīrī qui les lui réclama, voulant mettre en sécurité dans cette ville son trésor et sa famille. En 448, Mucizz al-Dawla les lui remit.

  • 13 Ibn al-Adīm, I. 270-274 ; Al-Mu’ayyād, (49). 171 et suiv.

30Alors que tout s’arrangeait pour Ṯimāl b. Ṣāliḥ, qu’il n’avait plus face à lui l’ennemi, que ses revenus étaient devenus considérables, il se heurta, à partir de 449/1057-1058, à une opposition dans sa tribu. Les Banū Kilāb trouvaient que le partage des rentrées fiscales était mal fait et qu’ils ne recevaient pas leur dû. Ils faisaient remarquer au prince d’Alep que sans eux, il ne serait rien, et qu’il n’avait pas plus de droit qu’eux aux revenus de la province ; il devait augmenter leur quote-part. Cette année-là, Ṯimāl livra Raqqa et Rāfiqa à Manīc b. Šabīb b. Waṯṯāb al-Numayrī parce que son père avait été maître de ces deux villes. Les récriminations des Banū Kilāb se firent plus excessives ; ne se contentant pas de protester contre le comportement de Ṯimāl, ils commencèrent à susciter des désordres13.

31Perdant patience, Mucizz al-Dawla décida d’abdiquer et de partir.

Intermède fatimide à Alep

32Mucizz al-Dawla Ṯimāl b. Ṣāliḥ écrivit à al-Mustanṣir. Il était prêt à lui remettre Alep et demandait à recevoir en échange des places situées loin du territoire des Banū Kilāb. Il désirait ne plus avoir affaire avec ceux-ci. Al-Mustanṣir, dans sa réponse, proposa de lui céder Ǧubayl, Acre et Beyrouth. En ḏū’l-qacda 448/janvier-février 1057, Abū cAlī al-Ḥasan b. Mulhim b. Dīnār al cUqayli, cAyn al-Dawla Abū’l-Ḥasan cAlī b. cAqīl et le cadi de Tyr, Abū Muḥammad cAbd Allāh b. cIyād, délégués par al-Mustanṣir, reçurent de Mucizz al-Dawla la citadelle et la ville d’Alep.

  • 14 Voir p. 550, note 2.

33L’uqaylide Abū cAlī b. Mulhim reçut le gouvernement de la ville, al-ḥarb wa-l-ḫarāğ, la défense de la ville et la levée des impôts. Petit-fils d’un chef de tribu qui avait été puissant sur le Jourdain à l’époque de Kāfūr, fils d’un gouverneur fatimide de Damas, Abū cAlī avait été gouverneur de Rafaniyya pour les Fatimides. Mais c’était à Tripoli d’Occident, bien loin de la Syrie du Nord, qu’il avait acquis la réputation d’un homme de ressource et d’intelligence. En effet, le vizir al-Yāzūrī l’avait envoyé dans cette ville afin qu’il tentât de réconcilier les deux tribus, Riyāh et Zuġba, qui, en route pour l’Ifriqiya, s’étaient prises de querelle. Abū cAlī réussit parfaitement dans sa mission et put les remettre en marche contre le royaume ziride. Il fut récompensé par un accroissement de ses iqṭāc14.

  • 15 Maqrīzī. cité par Zakkar (9), 374-375. Maqrīzī (107). II. 226-231. très détaillé. Maqrīzī semble d (...)

34En 447/1055-1056, une disette frappa l’Égypte. Michel VI le Stratiotique fit partir de Constantinople sur Antioche cent mille mesures, qafiz, de blé afin qu’elles soient expédiées en Égypte pour permettre d’attendre la soudure. Il envoyait également de précieux présents afin d’obtenir un maintien de la trêve. Mais en septembre 1057/ǧumādā II 449, Isaac Comnène prenait le pouvoir ; Maqrīzī, qui désigne le successeur de Michel VI sous le nom d’Ibn Skléros, affirme qu’il interdit l’expédition des grains en Égypte, disant qu’il voulait utiliser les sommes économisées à la guerre contre les Musulmans. Le vizir al-Yāzūrī ordonna à Ibn Mulhim, qui avait reçu le laqab de Makīn al-Dawla, d’aller assiéger Lattaquié. Ibn Skléros s’étant plaint à al-Mustanṣir de cette rupture de la trève, le vizir fit répondre que l’embargo sur l’expédition des céréales en était la cause. Cette affaire déclencha un échange de correspondances sans résultat. Une seconde expédition conduite par l’émir al-Sacīd Layṯ al-Dawla put s’emparer de Lattaquié et ravager la cité. Makīn al-Dawla patrouillait dans toute la région de Lattaquié. Une troisième armée, de trois mille hommes, conduite par l’émir Muwaffaq al-Dawla Ḥifāẓ b. Fātik et par l’émir Abū’l-Ǧayš cAskar, vint se joindre aux deux armées entrées précédemment en territoire byzantin ; la conduite générale des opérations était toujours confiée à Makīn al-Dawla. Les troupes fatimides mirent le pays en coupe réglée et emmenèrent en captivité les habitants. L’action se poursuivit jusqu’à l’exécution du vizir al-Yāzūrī, début 450/printemps 1058. Alors les Byzantins déclenchèrent une contre-offensive. Ibn Skléros confia à une escadre de quatre-vingt navires de guerre le soin de combattre Makīn al-Dawla. Celui-ci fut fait prisonnier, avec des chefs de tribus arabes qui combattaient à ses côtés, le 28 rabīc II 450/24 juin 1058. Maqrīzī, sans nous expliquer comment il fut libéré, enchaîne sur sa prise de possession de la citadelle et de la ville d’Alep, livrée par Ṯimāl b. Ṣāliḥ15.

35Ibn Muyassar, bien qu’antérieur à Maqrīzī, présente une version résumée de l’affaire, sous l’année 446/1054-1055. Il mentionne une disette et une épidémie (wabā’), qui frappait l’Égypte. Al-Mustanṣir aurait demandé de l’aide au Basileus qui aurait décidé l’envoi de quatre cent mille ardab de grains, puis serait mort. L’impératrice qui lui avait succédé n’aurait pas répondu aux sollicitations d’al-Mustanṣir. Celui-ci aurait expédié Makīn al-Dawla contre Lattaquié pour non respect de la trève. Peut-être un article de celle-ci prévoyait-il la fourniture de céréales en cas de disette. Trois armées se seraient succédé sur le littoral de Syrie du Nord. L’état de ġazū contre le territoire byzantin aurait été décrété publiquement en Syrie. Ibn Mulhim aurait assiégé la forteresse de Qastiyūn ou Qasṭūn, dans le Rūğ, près d’Apamée. Yāqūt apporte quelques lumières sur le siège de cette place tenue par des descendants de Ṭalḥa et de Muḥammad b. cAbd al-Raḥmān b. Abī Bakr al-Ṣiḍḍīq, siège qu’il situe en 448/1056-1057. Les assiégés, privés d’eau, obtinrent l’amān et quittèrent la forteresse, où Makīn al-Dawla trouva un milliers de vaches, de moutons, de chèvres, de chevaux et d’ânes morts. Il détruisit la muraille. Ibn Muyassar situe après ce siège la dévastation par Makīn al-Dawla de la province d’Antioche, puis sa capture par une escadre byzantine, le 28 rabīc II, sans précision d’année.

36Les dates données par Ibn Muyassar et par Yāqūt permettent de corriger l’erreur dans la chronologie byzantine imputable à Maqrīzī. Le Basileus qui accepta d’envoyer du blé en Égypte fut Constantin IX Monomaque, toujours favorable à la paix avec Le Caire et qui mourut le 11 janvier 1055/9 šawwāl 446. Les incidents entre Musulmans et Grecs se déroulèrent sous l’Impératrice Théodora : « à l’extérieur, ce règne de dix-neuf mois fut néfaste pour l’Empire ». Ibn Muyassar signale pour l’année 447 le changement de politique des Byzantins : le khaṭīb de la mosquée de Constantinople, qui invoquait Dieu en faveur d’al Mustanṣir, reçut l’ordre de procéder désormais à l’invocation en faveur du calife abbasside al-Qā’im. En effet, le sultan Tuġrīl Bak avait obtenu par un ambassadeur la reconnaissance de la suprématie de Bagdad. Pour se venger de cette vexation, al-Mustanṣir fit saisir les objets se trouvant dans l’Église de la Résurrection à Jérusalem.

37L’essentiel des opérations menées en territoire byzantin par Makīn al-Dawla aurait été achevé avant la désignation de celui-ci comme gouverneur d’Alep. Ibn Mulhim se montra bon administrateur. Il fit construire des tours pour renforcer la muraille de la ville d’Alep et, malgré ces dépenses, les prix baissèrent pendant son gouvernement.

38Mais la défaite et la mort d’al en ḏū’l-ḥiğğa 451/janvier 1060 amoindrirent le prestige fatimide en Syrie orientale et notamment dans la vallée de l’Euphrate. Raḥba, qui avait été la base arrière du grand projet monté contre le califat abbasside, fut occupée par l’émir Asad al-Dawla Abū Ḏu’āba cAṭiyya b. Ṣāliḥ, le frère de Ṯimāl. Il mit la main sur de grandes quantités d’armes qu’avait fournies le Caire et qui n’avaient pu être utilisées faute d’hommes. Il s’empara également d’un trésor monétaire considérable. Les Banū Kilāb, sachant le sud-est du Diyār Muḍar menacé par une offensive possible de Tuġrīl Bak, portaient à nouveau leur attention sur la principauté d’Alep. Ils décidèrent que la ville devait revenir à l’émir Maḥmūd b. Naṣr b. Ṣāliḥ, puisque son père Šibl al-Dawla l’avait longtemps tenue. Maḥmūd se fit accompagner de son cousin Manīc b. Muqallad b. Kāmil et une première attaque eut lieu en ǧumādā I 452/juin 1060. N’ayant pas obtenu de résultats au bout de sept jours de combat, ils se retirèrent, décidés à trouver des intelligences dans la place.

  • 16 Ibn al-cAdīm, I, 274 et suiv.

39Or, les aḥdāṯ de la ville manifestèrent leur mécontentement. Ils réclamèrent de l’argent à Makīn al-Dawla, qui leur répondit : « je vous ai payé votre dû en totalité, selon ce qui était convenu, wāğiba-kum al-muqarrar calāl-kamāl ; je vous ai même payé une avance, n’espérez rien de moi ! » Les aḥdāṯ se soulevèrent et envoyèrent un message à Maḥmūd b. Naṣr qui revint en hâte. Les aḥdāṯ se précipitèrent sur la maison de Muctamid al-Dawla Yaḥyā b. Zayd b. Yaḥyā al-Ḥusaynī al-Zaydī, un chérif qui avait exercé des fonctions financières pour le compte des Fatimides et qui à l’époque était cadi de Syrie, c’est-à-dire cadi de Damas et d’Alep. Ils pillèrent cette demeure ainsi que celle d’un autre notable, al-Ẓāhir Ǧalāl al-Dawla. Les deux hommes furent extraits de force de leurs maisons, nu-pieds et nu-tête, et entraînés dans un village de bédouins. Ibn al-cAdīm a conservé le nom des principaux aḥdāṯ : Kindī, Ibn al-Zuġrī, Ibn cAntar, Ibn al-Nāqid, des gens de rien, des fils de gueux. Au contraire, les deux notables jouissaient d’une grande réputation parmi le peuple d’Alep, mukarramayn li-ahl Ḥalab16.

  • 17 Les Banū Hafāğa, fraction des Banū cUqayl, tantôt alliés à ceux-ci tantôt opposés à eux. Tribu aff (...)

40Au début de ǧumādā II 452/juillet 1060, la ville d’Alep ouvrait ses portes à Maḥmūd b. Naṣr. Une fois de plus, le gouverneur en titre trouva refuge dans la citadelle, envoya un message au Caire pour demander de l’aide et attendit. Le gouverneur de Damas, Nāṣir al-Dawla Abū cAlī al-Ḥusayn, le fils de Nāṣir al-Dawla Abū Muḥammad al-Ḥasan, gouverneur de 433 à 440, fut chargé de dégager Alep. Il marcha tout d’abord sur Homs. Les Banū Kilāb et leurs voisins et alliés, les Banū Ḫafāğa, avancèrent en direction de l’armée fatimide. Nāṣir al-Dawla revint sur Baalabakk. Les Banū Kilāb voulurent le suivre mais cAṭiyya b. Ṣāliḥ obtint leur dispersion puis leur recul jusqu’à Qinnasrīn17.

41Nāṣir al-Dawla s’aventura aux environs d’Apamée. Là, il appela à lui les Banū Kilāb ; certains vinrent et proposèrent leur alliance. Il leur fit prêter quarante serments consécutifs, puis leur fit don de vêtements d’honneur. Assuré de leur loyauté, il se remit en marche ; à Sarmīn, les Banū Kilāb s’éclipsèrent vers l’est. En même temps, les aḥdāṯ qui avaient pris le pouvoir dans la ville basse d’Alep quittèrent celle-ci et partirent rejoindre le rassemblement des Banū Kilāb dans la steppe, le 7 raǧab 452/7 août 1060.

42Makīn al-Dawla descendit de la citadelle et se saisit de quarante aḥdāṯ qui n’étaient pas partis ; il les fit exécuter et clouer leurs cadavres au gibet. Les corps furent exposés sur les places-carrefours d’Alep, fi maḥall Ḥalab. Les soldats maghrébins d’Ibn Mulhim pillèrent tous les lieux importants qu’ils connaissaient dans la ville ; ils s’emparèrent notamment de l’argent et des biens des marchands qui se trouvaient dans les grands dépôts de vente, qayāsir al-wukalā’.

43Quand Nāṣir al-Dawla arriva dans la ville et qu’il voulut la piller, on lui dit que c’était inutile après le passage des hommes de Makīn al-Dawla. Dépité, il tenta d’imposer à la population le paiement de cinquante mille dinars parce qu’il allait éloigner Maḥmūd b. Naṣr de la ville. Comme il n’obtenait rien, il fit savoir qu’il partait combattre Maḥmūd mais qu’à son retour il se vengerait des Alepins.

44La bataille eut lieu près d’Alep en un lieu dit al-Funaydiq sur Tall Sulṭān, le 30 raǧab 452/30 Août 1060. D’après Ibn al-cAdīm, Nāṣir al-Dawla avait quinze mille cavaliers, tant réguliers qu’alliés bédouins, alors que Maḥmūd b. Naṣr n’en conduisait que deux mille, mais au début de la bataille, les Banū Kalb et les Banū Ṭayy quittèrent l’armée fatimide. Celle-ci souffrait de la soif. Ce fut un désastre. Nāṣir al-Dawla son frère et la plupart des commandants fatimides furent pris ainsi que de nombreux soldats ; les autres furent tués. Rares furent ceux qui purent fuir complètement nus.

45Le lendemain, le 1er šacbān, cAṭiyya b. Ṣāliḥ arrivait à Alep et se faisait livrer la ville par Makīn al-Dawla, alors qu’il n’avait pas participé à la bataille. Dans la soirée, survint Maḥmūd b. Naṣr. cAṭiyya se sauva, lui abandonnant la cité qui avait eu trois maîtres en trois jours. Makīn al-Dawla et son adjoint Rukn al-Dawla demeuraient maîtres de la citadelle mais ils n’avaient plus d’espoir de secours et, après des négociations, ils capitulèrent le 10 šacbān. Quatre fils de chefs kilabites, dont celui de Maḥmūd b. Naṣr, furent envoyés en otages dans la place-forte fatimide d’Apamée. Puis, Makīn al-Dawla descendit de la citadelle avec ses hommes et avec le trésor ; des chefs kilabites l’escortèrent jusqu’à ce qu’il eût atteint sans encombre Apamée. Alors les Kijabites revinrent à Alep avec leurs fils.

  • 18 Ibn al-cAdīm, I, 276-281 ; Ibn al-Qalānisī, 86-87. Ibn al-Muyassar, 21-22, Maqrīzī (107), I, 255 e (...)

46Les Fatimides avaient perdu définitivement Alep mais l’appel à la prière y suivait toujours la tradition chiite et l’invocation à Dieu se faisait, le vendredi, en faveur de l’Imām al-Mustanṣir18.

Le retour de Ṯimāl à Alep

47Lors de la prise d’Alep par Maḥmūd b. Naṣr, Ṯimāl se trouvait encore au Caire. Retenu par une maladie, il n’avait pu rejoindre ses nouveaux fiefs du littoral syrien. Al-Mustanṣir, ayant appris que les armées fatimides avaient dû quitter Alep, signifia à Ṯimāl qu’il lui retirait ses fiefs puisque la ville donnée en échange avait été occupée par son neveu. Mucizz al-Dawla, Ṯimāl répondit que la ville avait été perdue par suite de la négligence des représentants d’al-Mustanṣir en Syrie du Nord, « secourez-moi avec une somme d’argent, a cīnū-nī bi-māl », demanda-t il. On lui versa une certaine somme, on lui attribua une nouvelle série de laqab, al-Aǧall, al-Acazz, Tāğ al-Umarā’, cImād al-Mulk, Sayf al-Ḫilāfa, cAḍud al-Imāma, Bahā’ al-Dawla al-cAlawiyya wa-Zacīm Ǧuyūši-hā al-Mustanṣiriyya, cAlam al-Dīn, Ḏū 1-Faḫrayn, Muṣṭafā Amīr al- Mu’minīn. L’inflation des laqab, contre laquelle avait tenté de lutter l’Imām al-Ḥākim déferlait sur l’État fatimide depuis le règne d’al-Ẓāhir et surtout depuis la mort du vizir Abū’l-Qāsim al-Ǧarǧarā’ī. C’était un des signes les plus visibles de l’affaiblissement de cet État que le goût montré par ses serviteurs de se parer ainsi de plumes de paon.

48Ṯimāl b. Ṣāliḥ partit alors pour la Syrie du Nord, décidé à reconquérir la ville qu’il avait abandonnée quatre ans plus tôt. Il envoya un appel à sa tribu et convoqua ses proches à Homs. Il retrouva les autres à Hama et enfin fit halte à Macarrat al-Nucmān. Les Bédouins arrivèrent en nombre dans la ville et, comme c’était l’hiver, ils logèrent chez l’habitant créant gêne et peur. Maḥmūdb. Naṣr, quand il avait vu approcher son oncle, avait fait partir le cheikh Abū Muḥammad cAbd Allāh b. Muḥammad al- Ḫafāğī à Constantinople pour demander secours au Basileus. En même temps, il requit l’aide de son oncle maternel Manīc b. Šabīb b. Waṯṯāb al-Numayrī, le maître de Harran. Ce dernier arriva rapidement avec les Banū Numayr alors que le Basileus fit traîner les choses en longueur pour éviter un engagement byzantin dans cette affaire de famille.

49Ṯimāl s’était approché de la ville. Un groupe de aḥdāṯ ouvrit en secret la Porte de Qinnasrīn et quelques hommes de Ṯimāl purent s’infiltrer dans Alep ; ils parvinrent jusqu’à Darb al-Banāt. Maḥmūd en fut informé. Étant descendu de la citadelle, il refoula les intrus hors de la ville sans qu’il y ait mort d’homme et se saisit d’Ibn Ḥayyūn et d’Ibn al-Muġāzil, les aḥdāṯ responsables de la chose. On était en ḏū 1-ḥiğğa 452/janvier 1061.

50La lutte entre les deux chefs kilabites, le vieil oncle qui avait été longtemps un prince respecté d’Alep, et le jeune neveu, plein d’ardeur, dont la seule légitimité était d’être le fils d’un prince plus ancien, prend ce tour tout à la fois chevaleresque et poétique qui caractérisait les guerres civiles à l’intérieur des tribus arabes. Le résultat final importait moins que le respect de certaines traditions ; les beaux coups d’épée étaient loués pendant quelques mois, mais les beaux vers étaient répétés de générations en générations. Ibn al-cAdīm, qui vit à une époque plus pragmatique, regrette assurément ces temps héroïques et cette culture orale disparue de son temps et déjà désuète au ve/xe siècle. C’est pourquoi il a rassemblé tous les témoignages pour décrire cet épisode dans le moindre de ses détails. Son attitude est très différente de celle d’Ibn al-Qalānisī, fervent admirateur du Turc sabreur et taciturne qui combat et meurt en silence.

51Dans le mois qui suivit cet incident, en muḥarram 453, les Banū Numayr, conduits par Manīc b. Šabīb, arrivèrent à Alep et ils furent, pendant vingt jours, les invités de Maḥmūd dans la ville. Ṯimāl s’était éloigné à leur approche. Manīc conseilla à Maḥmūd de libérer Nāṣir al-Dawla afin de s’attirer les bonnes grâces d’al-Mustanṣir. Maḥmūd avait acheté Nāṣir al-Dawla au Kilabite qui l’avait pris, pour deux mille sept cents dinars, soit le prix de deux très beaux chevaux de race. Il est vrai que le Hamdanide était en piètre état à la suite d’un coup reçu pendant la bataille, il avait une main paralysée. On le couvrit d’habits d’honneur, on le jucha sur un cheval, précédé de plusieurs chevaux d’apparat et on le fit partir vers le sud. Tous les émirs et les qā’id fatimides pris à la bataille d’al-Funaydiq avaient été également libérés. Quand les Alépins apprirent qu’al-Mustanṣir avait nommé Nāṣir al-Dawla, toujours paralysé, gouverneur de Damas, ils s’en étonnèrent et cela offrit l’occasion aux poètes locaux de donner libre cours à leur verve.

52Maḥmūd quitta Alep pour rassembler des hommes susceptibles de combattre. Il se rendit, sans doute, à al-Ḫānūqa, place-forte dominant la rive droite de l’Euphrate, en aval de Raqqa. Le lendemain de son départ, Ṯimāl se rapprocha d’Alep puis marcha à la rencontre de son neveu. Dans la bataille qui s’ensuivit, Maḥmūd b. Naṣr fut vaincu et alla se réfugier, avec trois cavaliers, à Alep. Tous ses soldats furent faits prisonniers ainsi que les aḥdāṯ qui combattaient à ses côtés : Ibn al cAdīm nous donne des noms, Kindī, Ṣubḥ, Ibn al-Aqrāṣī, al-Šuṭayṭī, al-Labbād, personnages sans kunya, ni insertion dans un nasab. Ṣubḥ put gagner la citadelle d’Alep mais l’officier de Maḥmūd qui commandait celle-ci préféra l’incarcérer de peur qu’il ne lui jouât quelque tour de sa façon.

53Maḥmūd, aux abois, en appela à son cousin, Ḥusām al-Dawla Manīc b. Muqallad, son compagnon de combat face aux Fatimides. Manīc se déroba et lui fit porter ce message oral : « C’est ton oncle qui, par son âge, est le chef, cammu-ka huwa al-šayḫ al-kabīr, les Arabes s’abstiennent de soutenir le fils contre le père, walad/wālid, mais, j’irai et je réussirai à vous réconcilier, si Dieu le veut ! ».

54Maḥmūd demanda à son secrétaire, le chrétien Abū 1-cAlā’ Ṣā’id b. cĪsā b. Summān, de composer pour lui un poème rappelant à Manīc le pacte qui les liait et leur amour réciproque. Ibn al cAdīm cite cette belle page de vers, affectueux et nostalgiques, évoquant la camaraderie des champs de bataille. Quand elle fut récitée à Manīc et à Ṯimāl, ils s’étonnèrent de l’éloquence qui était venue à Maḥmūd. Leur étonne ment s’accrut quand ils apprirent qu’un chrétien en était l’auteur.

55Les Banū Kilāb ne pouvaient tolérer une guerre sanglante entre les leurs. Les cheikhs de la tribu se firent messagers et conciliateurs. Ils allèrent de l’un à l’autre. Maḥmūd faisait valoir que c’était à la pointe du sabre qu’il avait reconquis le royaume (mamlaka), dont il aurait dû hériter de son père. Il acceptait de s’effacer devant Ṯimāl mais réclamait une compensation. Ṯimāl proposa de lui assurer une rente, ḍamina la-hu macīša, de cinquante mille dinars et de trente mille mesures de grains makūk ġalla. Les cheikhs de la tribu se constituèrent témoins de l’engagement.

56La conciliation fut acquise le 24 rabīc I 453/18 avril 1061. Maḥmūd rentra quelques jours à Alep puis quitta la ville, le 1er rabīc II/25 avril, et rejoignit les siens dans son campement de la steppe. Mucizz al-Dawla Ṯimāl prit possession de la ville et de la citadelle. Il chassa d’Alep un groupe d’aḥdāṯ et en accrocha une quinzaine au gibet. Il voulut exécuter Abū’l-cAlā’ b. Summān, le secrétaire de Maḥmūd, mais celui-ci put se jeter à bas de la mule sur laquelle on le transportait et se dissimuler. Il gagna Antioche, où il mourut évêque.

57Mucizz al-Dawla Ṯimāl renoua immédiatement des liens avec le Caire. Waṯṯāb lui fit parvenir par Ẓafar al-Mustafādī des vêtements d’honneur pour lui, pour son frère pour ses enfants et pour son cousin, Ḥusām al-Dawla Manīc b. Muqallad. Ẓafar al-Mustafādī obtint qu’on descendit du gibet le corps des aḥdāṯ. La nisba al-Mustafādī renvoyait à Mustafād, le père de Sālim b. Mustafād ; or Sālim avait été le chef des aḥdāṯ d’Alep qui, naguère, avaient brillamment mené la guerre face aux Byzantins. Ẓafar qui fut envoyé deux fois en mission à Alep par al-Mustanṣir en 453 et en 457, était sans doute un ancien membre de ces milices qui avait gagné le Caire après l’échec de la révolte de Sālim.

58L’unité de la principauté d’Alep fut immédiatement remise en question car une telle notion s’opposait à la tradition tribale : chaque chef de branche devait disposer d’un pouvoir autonome et donc d’un territoire. Manīc b. Waṯṯāb al-Numayrī se trouvait à Raḥba et ne voulait pas rendre la ville. Ṯimāl fit partir son frère Asad al-Dawla cAṭiyya en šacbān 453/septembre 1061. Celui-ci chassa Manīc mais conserva la ville pour lui. La principauté d’Alep s’étendait naturellement sur le ğund de Qinnasrīn ; son extension sur le Diyār Muḏār méridional était régulière ment remise en question. Le clan allié aux Banū Numayr à l’intérieur des Banū Kilāb se rapprocha immédiatement de Ṯimāl ; Maḥmūd b. Naṣr, accompagné de sa mère al-Sayyida cAlawiyya, sœur de Waṯṯāb al-Numayrī, épouse de Ṯimāl, revint de son campement dans la steppe au côté de son oncle Ṯimāl à Alep. Al-Sayyida réconcilia son mari et son neveu, Manīc.

  • 19 Artāḥ et Oaybar. voir Dussaud. 225-229. Cahen (4). 134 et note 4 et 138-140. Le Marīamīn al cUqba. (...)

59Les relations avec Byzance étaient à nouveau difficiles. Les Grecs avaient construit deux forteresses. Ils avaient repris Ḥiṣn Qasṭūn, conquis par le Fatimide Makīn al-Dawla en 448. et l’avaient reconstruit. La seconde forteresse avait été construite à cAyn al-Tamr, d’après Ibn al-cAdīm, en un lieu non identifié par nous. Mucizz al-Dawla réagit en ǧumādā I 454/mai-juin 1062 en s’emparant de la forteresse d’Artaḥ, dans la plaine à l’est du lac d’Antioche. Tenant un gage, Ṯimāl entama la négociation ; il envoya un notable alépin, Šāfic b. cAğal b. al-Ṣūfī, discuter avec les Grecs. Il posa des conditions draconiennes pour rendre Artaḥ19. La destruction des deux forteresses qui venaient d’être rénovées était exigée. Le Ǧabal Laylūn, entre Alep et Antioche, devait revenir aux Musulmans. Les Grecs n’y avaient aucune attache, calaqa la-hum fī-hi. Enfin, les Byzantins devaient payer une certaine somme d’argent pour récupérer Artaḥ. Les Byzantins acceptèrent ces conditions et le négociateur rentra à Alep en ǧumādā II 454/juin 1062. Mais les Grecs ne respectèrent pas leurs engagements et certaines clauses ne furent pas appliquées. D’autre part, ils négocièrent en secret avec des représentants des aḥdāṯ d’Alep, venus à Antioche, qui leur proposèrent de leur livrer Macarrat Miṣrīn et de mettre à leur disposition leur parti et leurs hommes à Alep, ḥizbu-nā wa-aṣḥābu-nā fī Ḥalab. Mucizz al-Dawla Ṯimāl, ayant appris la chose, fit mettre au gibet quatre membres de cette milice, Ibn Abī’l-Rayḥān, Ibn Maṭar, Ibn al-Šākirī et Bahlūl, en ramaḍān 454/septembre-octobre 1062.

  • 20 Ibn al-cAdīm, I, 279-288 ; Ibn al-Dawādārī, 354 ; Ibn Muyassar, 14-22 ; Ibn al-Qalānisī, 90-91 ; M (...)

60La guerre reprit entre Byzantins et Musulmans. Les Grecs ayant pillé et brûlé Marimiyin al cUqba, un village de la région d’Alep, les émirs Manṣūr b. Ǧābir et Ḥarīṭa b. cAbd Allāh firent une contre-offensive et dans une rencontre avec l’armée byzantine, tuèrent mille cinq cents hommes. Mucizz al-Dawla mena, en personne, une expédition de ġazū contre Qaybar, à proximité d’un pont sur l’Afrīn emprunté par la route entre Alep et Alexandrette. En šawwāl 454/octobre 1062, il prit ce bourg, le pilla, tua les hommes, emmena les femmes et les enfants. De retour de cette expédition, il tomba malade et mourut après avoir désigné comme successeur son frère cAṭiyya b. Ṣāliḥ. Il fut enterré au Maqām Ibrāhīm al-Fawqanī dans la citadelle d’Alep au mois de ḏû 1-qacda 454/fin novembre 106220.

cAṭiyya b. Ṣāliḥ, Prince d’Alep

  • 21 cAyn Saylam, Yāqūt, III, 762, ne semble la connaître qu’au travers du récit de la bataille de 455H (...)

61Dès que cAṭiyya b. Ṣāliḥ se fut installé à Alep, son neveu, Maḥmūd b. Naṣr, lui adressa une protestation ; Ṯimāl b. Ṣāliḥ lui aurait promis que la ville lui serait remise à sa mort ; cette ville, c’était de lui, Maḥmūd, que Ṯimāl la tenait car il l’avait reprise, les armes à la main aux Fatimides ; de plus, il en avait hérité de son père. Les cheikhs de la tribu kilabite soutinrent son argumentation et lui accordèrent leur appui. Maḥmūd arriva avec ses hommes en raǧab 455/juillet 1063 à cAyn Saylam21. Maḥmūd installa dans ce lieu le campement de sa tribu. Il se trouvait à trois milles d’Alep dont il avait ravagé des cultures pendant les mois précédents. Mais cAṭiyya sortit à sa rencontre et lui infligea une sévère défaite. Maḥmūd se sauva, son campement fut pillé. Il trouva des alliés parmi les chefs kilabites. Installé près de Qinnasrīn, il fut rejoint par Šibl b. Ǧāmic, Muḥammad b. Zuġayb et surtout par Sayf al-Dawla Manīc b. Muqallad b. Kāmil, le plus riche des chefs kilabites. La générosité de Manīc était célèbre : en cas de besoin, il fournissait aux Bédouins vivres, fourrages, vêtements.

  • 22 Ibn al cAdīm, I, 291-292, Ḥiṣn yuqal lahu al-muğaddad, un château-fort que l’on nommait « rénové » (...)

62cAṭiyya avait établi son camp à Sacdī, au sud d’Alep, dans une zone de jardins proche de la ville, afin d’éviter une surprise. Les chefs kilabites et Maḥmūd se rapprochèrent d’Alep et menèrent un long siège. En šawwāl 455, Manīc b. Muqallad fut blessé par une pierre tirée par une fronde et mourut peu après. Curieusement, il eut le temps de léguer par testament tous ses biens à son oncle cAṭiyya qu’il était en train de combattre. Le revenu annuel de ses iqṭāc se montait à quatre vingt mille dinars. Dans son château Ḥiṣn al-Muğaddad, il détenait trois cent mille dinars, des armes, des appareils de siège et des biens variés en grande quantité. Il avait même à son service un homme faisant fonction de vizir, Abū’l-Ḥasan cAlī b. Muḥammad b. cĪsā al- cUmarī, qui avait refusé les offres de cAṭiyya et qui, pour cela, fut mis à mort à son retour à Alep après la mort de son maître. cAṭiyya prit comme vizir Abū’l-Ḥasan Alī b. Yūsuf b.Abī’l-Ṯurayyā22.

  • 23 Šarmīn. voir Dussaud, index, sous Sermin, page 314, références sur cette cité, située en bordure d (...)

63Maḥmūd se trouva contraint d’accepter l’offre de conciliation de son oncle Asad al-Dawla cAṭiyya. Il reçut en iqṭāc pour un revenu de vingt mille dinars Sarmīn, ville au sud-ouest d’Alep dont la population était ismaïlienne au temps de Yāqūt, et un canton au sud d’Alep, al-Artiq. Un échange de serments scella la fin des hostilités23.

  • 24 Asad al-Dawla, le Lion de l’État, Sibl al-Dawla, le Lionceau de l’État, plus haut, Layṯ al-Dawla, (...)

64Ce n’était là qu’un armistice. Les chefs kilabites n’acceptaient pas la prééminence d’Asad al-Dawla et soutenaient Maḥmūd, l’incitant à reprendre le combat. Sur le territoire de Šayzar, une réunion rassembla Šibl b. Ǧāmic b. Zā’ida, Maḥmūdb. Zā’ida, Manṣūr b. Muḥammad b. Zuġayb, Ḥusayn b.Kāmil b. Sulaymān b. al-Dawḥ et deux groupes tribaux, les Sabīc a et les Ḏu’ība, les « Lions » et les « Loups », deux groupes des Kilāb, les « Chiens ». Ils décidèrent d’un commun accord d’attaquer Asad al-Dawla cAṭiyya24. Comme gage de loyauté, Ṯābit b. Mucizz al-Dawla Ṯimāl céda à son cousin Maḥmūd, le chef de la coalition, Hama, Kafr Ṭāb et Macarrat al-Nucmān que leur oncle, cAṭiyya, lui avait confiées en fiefs. Les chefs kilabites se rendirent aisément maîtres de Hama et de Kafr Ṭāb, Ḫalīfa b. Ǧabhān, le gouverneur d’al-Mac arrat, leur livra la ville quand il eut reçu un amān. Ils approchèrent d’Alep. cAṭiyya vint à leur rencontre et fut vaincu. Il dut se réfugier dans Alep dont les chefs kilabites entreprirent le siège, coupant l’arrivée du ravitaillement. La population souffrit de la faim mais les aḥdāṯ qui recevaient leurs soldes de cAṭiyya veillaient à faire taire ceux qui étaient favorables à la capitulation.

65Pourtant cAṭiyya fut contraint de négocier. Il put conserver l’est de la principauté, Raḥba, Bālis, Manbiğ, cAzāz, Alep et Qinnasrīn. Maḥmūd recevait la partie occidentale et cAṭiyya lui remit les quelques villes qu’il n’avait pas déjà occupées. La trève fut conclue en 456/1064. C’était la quête d’un impossible équilibre de prestige et de revenus entre les divers sous-ensembles tribaux ou familiaux, qui prolongeait ainsi la guerre civile chez les Banū Kilāb. Les pulsions démocratiques ou anarchiques ne s’exprimaient pas dans les tribus arabes, et notamment dans les tribus qaysites, au niveau des individus. Elles opposaient ces branches nées de la fondation de nouvelles familles par plusieurs fils d’un même chef dans une société où le taux de décès avant le mariage des garçons était beaucoup plus faible qu’à l’époque de la Ǧāhiliyya.

  • 25 Ibn al-cAdīm, I, 291-297.

66Des circonstances favorables avaient permis à cette lutte de se dérouler jusque là en vase clos. Les Byzantins étaient préoccupés par l’avance seldjoucide en Iraq, en Ǧazīra et en Arménie. Les Fatimides, affaiblis par la crise que traversait l’Égypte, restreignaient leurs ambitions à la Syrie centrale et méridionale. Mais l’agitation ne pouvait se perpétuer dans une province carrefour aussi riche sans attirer des convoitises de l’extérieur. Ce fut cAṭiyya lui-même qui fit appel à des éléments étrangers et qui permit ainsi à terme aux ambitions seldjoucides sur la Syrie de se manifester25.

Notes

1 La source principale sur le règne de Ṯimāl b. Ṣāliḥ est Ibn Al-cAdīm, 255-288 ; à compléter par Ibn al-Aṯīr, IX, 231 et suiv., 402H., et index. Al-Mu’ayyād, (49), 100-108, 119-129, 170-173 et index, révèle les manœuvres de ce cī auprès des aḥdāṯ d’Alep afin de s’assurer un moyen de pression contre Ṯimāl.

2 Expulsion des marchands francs d’Alep, Ibn al-Aṯīr, IX, 492, expulsion des étrangers de Constantinople, Ibn al-Aṯīr, IX, 515. Pour être établies, ces nouvelles demanderaient une recherche approfondie sur les autres sources arabes et surtout sur les sources grecques. Je crois que les Byzantinistes s’en préoccupent.

3 Ibn al-cAdīm, 203.

4 Maqrīzī (107), II, 201, Ibn al-Qalānisī, 75, Ibn Al-cAdīm, 263-264 ; Ibn Muyassar, 6, corriger Ibn Kalsid en Ibn Kulayd.

5 Ibn al-Aṯīr. IX, 540-541, 439H. De tels personnages, souvent affublés de noms identiques ou proches, surgissent régulièrement dans les régions frontières et les historiens arabes les confondent parfois.

6 Ibn al-Aṯīr, IX, 459, 429H., 473, 432H., 504-510, 434H., attaque contre les Byzantins, 546, 440H. L’histoire de cette première pénétration turque en Asie Mineure a été écrite par Cahen (174), I, 14 et suiv.

7 Al-Mu’ayyād (49), 80-94, décrit son arrivée au Caire et ses contacts avec al-Tustārī, puis al-Falāḥī, puis al-Ǧarǧarācī Abū 1-Barakāt al-Ḥusayn b. Muḥammad, enfin al-Yazūrī qui le chargera de mission en Syrie. Son récit complète les informations données par Ibn Muyassar, 3-10. Voir supra, p. 543.

8 L’eunuque Rifq avait mené une longue carrière, al-Musabbiḥī. index. Maqrīzī (107). index, Nāṣir Ḫusraw, 170, Ibn Muyassar, index, Ibn Ẓāfir, index, Nuwayrī. 65. Ibn al-cAdīm, I, 265 et (84), VI, 99 r°-103 v°, Ibn al-Qalānisī, index, Ṣafadī (100). n° 109, Zakkar (8). 142 et suiv.

9 Outre Ibn al-cAdīm. I. 263-266 et Ibn Muyassar, 3-11, qui sont les sources fondamentales pour cet épisode, voir Ibn al-Qalānisī, 83-85, mal informé et surtout Maqrīzī (107). II. 195-211, la feuille volante, ajout au manuscrit, publiée en note page 210 et 211, est particulièrement importante.

10 Ibn al cAdīm. I. 271-273. L’anecdote est révélatrice de ce qu’un prince attendait des villages qu’il gouvernait, alimenter les besoins des citadins, ses proches.

11 Voir la notice consacrée aux Banū Ǧahīr dans EI2, II. 394. D’après Ibn al-cAdīm. I. 269. le vizir quitta Alep en 446H. ; bibliographie dans la note 3.

12 Maqrīzī (107), II. 271. 457H., Nuwayrī. 72.

13 Ibn al-Adīm, I. 270-274 ; Al-Mu’ayyād, (49). 171 et suiv.

14 Voir p. 550, note 2.

15 Maqrīzī. cité par Zakkar (9), 374-375. Maqrīzī (107). II. 226-231. très détaillé. Maqrīzī semble différencier un Makīn al-Dawla al-Ḥasan b. cAlī b. Mulhim al-Kutāmī et un al-Ḥasan b. cAlī b. Mulhim b. Dīnār al cUqaylī (ce dernier aurait agi à Tripoli d’occident) ; en fait, il semble s’agir du même personnage, un Uqaylide. Ibn al-Muyassar. 13-15 et annotation, Yāqūt. IV, 97, à propos du siège de Qastun mentionne Abū cAlī al-Ḥasan b. cAlī b. Mulhim al-cUqaylī. Bréhier (220), I. 219-220.

16 Ibn al-cAdīm, I, 274 et suiv.

17 Les Banū Hafāğa, fraction des Banū cUqayl, tantôt alliés à ceux-ci tantôt opposés à eux. Tribu affaiblie, repoussée vers la steppe désertique entre Iraq, Ǧazīra et Syrie, dans la région de Kūfā. Ils pratiquaient l’attaque des caravanes. Voir Zakkar (8), 70 ; EI 2, IV, 942-944 ; Yaḥyā, XVIII, 791 ; Maqrīzī (107), II, 189, 427H. ; Ibn al-Aṯir, IX, 235 et 436, X, 443, 447. L’amir Ṯimāl avait, au moins, cinq fils, Sulṭān, cUlwān, Raǧab, Muḥammad et cAlī. Ils sont alliés aux Banū Asad.

18 Ibn al-cAdīm, I, 276-281 ; Ibn al-Qalānisī, 86-87. Ibn al-Muyassar, 21-22, Maqrīzī (107), I, 255 et 259-260.

19 Artāḥ et Oaybar. voir Dussaud. 225-229. Cahen (4). 134 et note 4 et 138-140. Le Marīamīn al cUqba. ou al-cAqaba, mentionné par Ibn al-cAdīm, I. 287. est vocalisé Marīmīn par Yāqūt. IV. 516. qui signale deux villages de ce nom. l’un dans la région d’Alep. et l’autre dans la région de Homs ; Dussaud. index, sous Mariamin. (Emesene), Mariamin (Roudj). et Mariamme. en distingue également deux, voir p. 174. Il s’agit, ici. de celui qui figure sur la carte IX de Dussaud. B2, dominant la rive droite de l’Oronte à une quinzaine de kilomètres au Nord-Est de Ǧisr al-Shughur et contrôlant un col. cAqaba, permettant l’accès d’une voie venant d’Alep à la vallée de l’Oronte.

20 Ibn al-cAdīm, I, 279-288 ; Ibn al-Dawādārī, 354 ; Ibn Muyassar, 14-22 ; Ibn al-Qalānisī, 90-91 ; Maqrīzī (107), II, 259-261, 263 ; Zakkar (8), 138-166.

21 cAyn Saylam, Yāqūt, III, 762, ne semble la connaître qu’au travers du récit de la bataille de 455H. Sur Sacdī, voir la référence d’Ibh al-Šihna, placée par S. Dahhān en note 4, Ibn al-cAdīm, I, 140.

22 Ibn al cAdīm, I, 291-292, Ḥiṣn yuqal lahu al-muğaddad, un château-fort que l’on nommait « rénové », impossible à localiser avec cette seule donnée. Les chefs de famille des Banū Kilāb, comme les chefs de famille des Banū Numayr se fixaient en rase campagne, à la limite de la steppe, en y conservant leur campement familial, al-hilla, puis, dans une seconde étape, ils construisaient sur une hauteur, située dans le même type d’environnement géographique, une forteresse-refuge, où ils pouvaient laisser les leurs à l’abri et entreposer leurs biens. Il serait intéressant de savoir si à cette seconde étape de sédentarisation correspondait un abandon du chameau comme monture courante au profit du cheval, jusque là réservé à la bataille,

23 Šarmīn. voir Dussaud, index, sous Sermin, page 314, références sur cette cité, située en bordure du Ǧabal Summāq, Artīq, ou Urtīq comme Yāqūt, I, 191, l’a entendu de la bouche d’un Alépin, une circonscription (kūra), de la région d’Alep, au sud de la ville.

24 Asad al-Dawla, le Lion de l’État, Sibl al-Dawla, le Lionceau de l’État, plus haut, Layṯ al-Dawla, le Lion de l’État. Les Kilāb. les Chiens, sont proches des Numayr, les Tigres et des Banū Asad. les Fils du Lion, mais ennemis des Banū Kalb, Fils de Chien, et Ibn al-cAdīm, 1, 293, al-Sabīca, les fauves et al-ḍība, les loups.

25 Ibn al-cAdīm, I, 291-297.

© Presses de l’Ifpo, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search