Version classiqueVersion mobile

Damas et la Syrie sous la domination fatimide (359-468/969-1076). Deuxième tome

 | 
Thierry Bianquis

Cinquième partie. L'effondrement de la domination fatimide en Syrie intérieure

Chapitre 1. De la prospérité à la ruine

Texte intégral

Prospérité de la Syrie à la mort d’al-Ǧarğarā’ī : Le témoignage de Nāṣir Ḫusraw

1La lecture des chroniques fausse l’idée que l’historien contemporain se fait de la réalité quotidienne en Syrie médiévale. L’annaliste arabe rendait avant tout compte de l’anomalie qui provoquait une rupture dans la routine. Allant de soi, ce qui était normal n’était pas noté. On pouvait, à la rigueur, signaler une très belle récolte, car en encombrant le marché, elle faisait tomber les prix et ruinait le négoce. Pourtant, chaque année il fallait planter, récolter, transporter et vendre les céréales, l’huile, les fruits, la canne à sucre ; il fallait reconstruire les maisons écroulées, restaurer les forteresses et les ports, fabriquer ces chaudrons de cuivre, ces verreries, ces tissus, ces objets de cuir, ces armes, qui faisaient la réputation de la Syrie et notamment de Damas. Cet aspect des choses a été volontairement laissé de côté dans notre étude, davantage centrée sur une confrontation des images du temps déroulé en Syrie fatimide qu’avait voulu laisser chacun des chroniqueurs arabes.

2En effet, la plupart des textes géographiques ont été publiés en arabe dès le xixe siècle, certains traduits, et l’utilisation qui en a été faite depuis cent trente ans ne laisse plus place à de larges développements originaux. Par ailleurs, les deux grands géographes qui ont écrit dans la seconde moitié du ive/xe siècle, al-Muqaddasī et Ibn Ḥawqal, ont recopié, en certains passages, des textes plus anciens, et il est difficile de faire le partage précis de ce qui consigne des faits constatés à leur époque et de ce qui reprend des témoignages antérieurs.

3Le voyage de Nāṣir Ḫusraw al-Marwazī a été lui aussi publié en persan et traduit en français par Charles Schefer à une date ancienne, 1881. Des notes savantes, faisant appel à des sources qui souvent n’avaient pas encore été éditées à l’époque, enrichissent l’ouvrage. Ce travail a été aussi largement utilisé que ceux des deux géographes cités plus haut. Mais, l’intérêt particulier de ce texte vient de l’impression qui se dégage du récit d’un voyageur faisant appel à ses yeux pour voir les paysages et non pour relire ce qu’avaient écrit, sur la région traversée, tels prédécesseurs.

  • 1 Nāṣir Ḫusraw (47) et Le Strange (48). Ce chapitre étant conduit sur une analyse du récit du voyage (...)

4On sent également un homme attaché à la précision des nombres qu’il cite. Il mesure lui-même les monuments, il donne des prix, prix courants ou prix de crise. Il mentionne pour des villes de Ǧazīrā et de Syrie du Nord les mesures de poids employées sur les marchés locaux et leur équivalent en dirham, étalon valable pour l’ensemble du monde musulman. Il a dû prendre des notes tout au long de son périple, faute de quoi il n’aurait pu rendre compte, jour par jour, de sa marche. Ses descriptions architecturales permettent de s’imaginer la silhouette que présentaient les villes pour le voyageur qui s’en approchait lentement, ou de reconstituer l’agencement et les matériaux de construction d’une mosquée ou d’une forteresse. C’est pourquoi, il a été mis à contribution par tous ceux qui ont étudié l’urbanisme médiéval au Moyen Orient. Certaines de ses descriptions sont célèbres : la course que se livraient les Bédouins pour faire arriver à l’heure voulue les pèlerins à la Mekke, fussent-ils morts en route, le fonctionnement de l’État carmate d’al-Ahsa, ses corbeilles de monnaie de plomb, le cheval sellé et le coup de sabre sur la nuque qui attendaient Abū Sacīd au jour de sa résurrection, les banques de dépôt et la monnaie fiduciaire en usage chez les négociants de Basra1.

5Dans une perspective d’histoire événementielle, au sens large, le Safar Nameh de Nāṣir Ḫusraw offre le récit d’une traversée de la Ǧazīra, de la Syrie du Nord, du littoral syrien, de la Palestine, à une date précise. Il arrive à Aḫlat le 18 ǧumādā 438/20 novembre 1046, est à Mayyāfāriqīn le 26 du même mois, passe à Āmid au début de ǧumādā II, le 25 de ce mois il arrive à Harran, le 2 rağab 438/2 janvier 1047, à Sarouj, puis à Manbiǧ, Alep qu’il quitte le 11 rağab traverse Qinnasrīn, Sarmin, Macarrat al-Nucmān, pour arriver à Hama le 15 rağab. Par cArqa, il gagne Tripoli le samedi 5 ša cbān/4 février et durant ce mois de ša cbān, il suit la côte, passant par Ǧubayl, Beyrouth, Sayda, Tyr et Acre dont il sort le 23 ša cbān. Il quitte alors le littoral pour aller à Tibériade en visitant des sanctuaires sur son chemin, puis revient à Acre où il avait déposé ses fonds en sûreté à la mosquée. Il reprend la voie côtière, Haifa, Césarée, puis pénètre dans les terres pour gagner Ramla le 1er ramadān/1e r mars. Le 5 ramadān, il est à Jérusalem, ville à laquelle est consacré un très long passage. De là, il fait un rapide voyage à Hébron, puis part pour la Mekke par Wādī 1-Qurā et il est de retour à Jérusalem le 5 muḥarram 439/2 juillet 1047. Il quitte Jérusalem pour Ramla, Ascalon et s’embarque à Tina pour Tinnis. Il remonte le Nil en bateau, continue sa route à pied jusqu’au Caire, où il arrive le 7 ṣafar 439/3 août 1047. Son voyage se poursuit en Haute Égypte, aux confins de la Nubie, en Arabie, sur le Golfe, en Iraq, jusqu’à son retour en Khurasan, son pays, qu’il retrouve le 26 ǧumādā II 444/23 octobre 1052, alors qu’il l’avait quitté le 23 šacbān 437/5 mars 1046.

***

6Le goût pour les voyages, goût qui fut particulièrement marqué chez les négociants-hommes de mosquée, est la caractéristique culturelle la plus durable et la plus ancrée de la civilisation arabo-musulmane médiévale. Même pour un Persan comme Nāṣir Ḫusraw, l’arabe est la langue des contacts, des échanges intellectuels. Son texte rédigé en persan est, de ce fait, souvent aisé à suivre pour un simple arabisant. Le voyage permet au lettré de connaître par lui-même ces étrangetés et ces merveilles du monde dont il a lu les descriptions et de retrouver des vestiges des prestigieuses civilisations disparues. En même temps, le négociant constate de visu la qualité des produits du sol et de l’artisanat, dans les pays qui les exportent, leur prix dans les marchés où ils sont commodément rassemblés, les poids utilisés localement, les emballages dans lesquels ils voyagent, le prix de fret réclamé par les nomades caravaniers ou par les marins. Tout au long de son voyage, il calcule, il suppute, il crée dans son esprit de nouveaux circuits qui lui assureront un gain convenable lorsqu’il parviendra à offrir ces produits aux habitants d’une ville où ils sont rares. Son image de l’espace est celle d’une série de taches de différences reliées par un complexe de réseaux qui assurent de multiples contacts entre elles. L’effort intellectuel et physique des marchands tend à découvrir les moyens d’assurer le fonctionnement général de ce grand marché en mettant en place des itinéraires. Les contacts humains et les échanges de biens permettent de faire répondre partout l’offre à la demande.

7Une fois les marchés visités, les transactions achevées, il a l’esprit libre pour les choses de la religion, l’au-delà (al-dīn), venant prendre la place de l’ici-bas (al-dunyā). Grâce aux cinq prières quotidiennes, il a repéré le chemin des oratoires et le vendredi il se rend à la grande mosquée et profite des loisirs de ce jour pour entrer en contact avec d’autres lettrés, indigènes ou de passage comme lui. Là encore, variété et unité. En effet, au ve siècle de l’Islam, les différents maḏhab sunnites n’ont pas encore de miḥrāb séparé dans les mosquées ni de cadi attitré. Sunnites et chiites prient côte à côte le vendredi. Il n’existe pas de madrasa, l’enseignement religieux se fait dans les cercles rassemblés autour du maître dans la cour de la mosquée si le temps le permet, dans la salle en cas d’intempérie. Des réunions plus réduites et entre hommes plus avancés dans la connaissance des sciences religieuses se tiennent dans les boutiques des commerces calmes, parfumeurs, droguistes, libraires. Nāṣir Ḫusraw a certes reçu des pierres lancées par des enfants chiites quand il a voulu visiter un prétendu tombeau d’Abū Hurayra, près de Tibériade, mais il s’agit là d’un des très rares cas d’intolérance religieuse qu’il cite.

8Plus d’une fois, il fut tiré d’affaire grâce aux sentiments de solidarité que ressentait, à l’égard du savant religieux, le négociant ou l’homme d’État. A Assouan, il eut des échanges intellectuels dans le domaine de la logique, (ṭarīq manṭiq), avec un commerçant, Abū cAbd Allāh Muḥammad b. Falīǧ. Peu de temps après cette rencontre, Nāṣir Ḫusraw se trouva en difficulté financière à Ayḏab et demanda de l’aide à cette connaissance par un message écrit qu’il lui fit tenir. Le négociant expédia immédiatement une lettre de garantie pour toutes les dépenses que pourrait engager le Khorasanien. Le citation de cAlī ibn Abī Ṭālib que contenait cette lettre, laisse à penser que le négociant et le réseau de commerçants avec qui il était en contact étaient chiites, alors que Nāṣir Ḫusraw, à cette époque de sa vie, était sunnite. A Basra, Nāṣir Ḫusraw arrive d’Arabie, en haillons et sale, complètement démuni, devant trente dinars au chamelier qui l’avait accompagné et on le chasse pour pauvreté quand il veut entrer au hammam. Une fois encore, sa culture le sort de ce mauvais pas. Il fait connaissance d’un Persan instruit ; celui-ci, un avare, ne l’aide pas mais informe le vizir du gouverneur d’Ahwaz, de passage à Basra, de la présence d’un homme de qualité. Nāṣir Ḫusraw répond à une invitation du vizir par un billet où il peut mettre en valeur ses qualités littéraires et dès lors il est sorti d’affaire. Parfois, il accomplit les fonctions de ḫaṭīb dans une localité où personne n’a la qualité d’expression et les connaissances nécessaires à cette fonction ; ce fut le cas à Ayḏab. Dans une oasis perdue du désert d’Arabie, Nāṣir Ḫusraw décora pour son plaisir avec du vermillon et du bleu minéral le mur de la mosquée où il traça un distique encadré. Ces lettres entourées de feuillages enchantèrent les Bédouins qui lui demandèrent d’orner de même le miḥrāb ; Nāṣir reçut en guise de salaire une centaine de livres de dattes et put ainsi survivre.

9Descendant du huitième imām duodécimain, cAlī b. Mūṣā al-Riḍā, notre Persan jette sur le monde un regard chargé d’expérience, tout à la fois bienveillant et en quête d’une faille, d’un manque qui lui permettrait d’offrir ses services. Sa culture est œucuménique, il a fait de solides études de théologie islamique et de droit hanéfite, mais il a également approfondi les sciences exactes et les sciences expérimentales dans leur double héritage, grec et indien. Il a travaillé les traités de magie et les ensorcellements. Quand il traverse la Palestine et décrit les lieux saints chrétiens à Jérusalem et à Bethléem, on devine une ouverture d’esprit plus fréquente à cette époque chez des médecins que chez des lettrés traditionnels. En effet, il a lu le Pentateuque, le Livre des Psaumes et l’Évangile selon Luc. Cette assurance en ses propres dons et en sa large culture donne à son ouvrage une dimension qu’on ne trouve pas au même degré chez des géographes comme Ibn Ḥawqal et al-Muqaddasī, toujours influencés par ce qu’avaient écrit leurs prédécesseurs. Ibn Ḥawqal est plus méthodique et plus précis quant aux données fiscales et économiques, et surtout il présente un intérêt lexicographique certain par son désir de rapporter les terminologies locales, mais il ne décrit guère les paysages et les cultures. Al-Muqaddasī, un grand écrivain, un humaniste, se lit plus facilement, mais son cœur plein de foi et de piété, son attachement sentimental à Jérusalem et à la Palestine, l’amènent à négliger les descriptions précises des villes et des bâtiments, descriptions dans lesquelles excelle, quand il le veut bien, Nāṣir Ḫusraw. On pourrait davantage comparer ce dernier à un voyageur comme Ibn Faḍlān, mais dépourvu de tout souci ethnologique.

10Les défauts principaux de Nāṣir Ḫusraw sont un manque d’objectivité dans l’admiration qu’il porte à l’Égypte Fatimide et son éblouissement devant toute accumulation de signes de richesse et de commodités de vie, qui l’amène à négliger dans ses descriptions les quartiers moins privilégiés de Fusṭāṭ Par ailleurs, son récit est une relation de voyage et non un traité géographique. Il lui arrive de traverser une ville importante sans la décrire et, à l’inverse, de s’étendre longuement sur tel lieu-dit dont la visite l’a impressionné.

11L’image que nous tend dans son miroir Nāṣir Ḫusraw est celle d’une Syrie prospère, heureuse et calme. Quittant l’Arménie, où il a vu de la viande de porc à l’étal et des femmes attablées en public avec des hommes et buvant du vin, il arrive tout d’abord à Aḫlat, dans les États du vieil émir Naṣr al-Dawla Aḥmad b. Marwān, le maître du Diyār Bakr. C’est la fin de l’automne, les régions élevées sont déjà enneigées, mais quand il parvient à une altitude plus modérée, il est frappé par les cultures soignées et note les nombreux villages chrétiens qui bordent une des deux routes allant d’Āmid à Harran. Il décrit l’exploitation des forêts par les résiniers, près de Ḥiṣn Kayfa. Il signale le prix très bas et l’abondance du raisin et du miel. Pays de contact, pays de passage, on y parle arabe, arménien, persan. La circulation des biens et des gens ne cesse pas, même l’hiver : des grandes perches de bois signalent le tracé des routes dissimulées sous la neige. Partout, dans les villes comme entre les villes, des caravansérails accueillent les voyageurs et leurs marchandises. Les villes sont entourées de murailles imposantes, si bien entretenues qu’on les croirait neuves. Les nombreuses inscriptions qui nous ont été conservées en place témoignent des restaurations marwanides et confirment ses descriptions. Il s’agit déjà d’une architecture militaire savante qui prévoit défilement, circulation et plate-forme de tir pour les machines et pour les archers. C’est une région frontière, convoitée par Byzance et par les tribus arabes du sud. Grâce aux taxes levées sur les caravanes, les constructions défensives peuvent être constamment entretenues et aménagées. Nāṣir Ḫusraw est sensible à la variété des pierres employées pour l’architecture militaire et pour l’architecture religieuse, à l’eau partout jaillissante qui permet d’entretenir la propreté grâce à un ingénieux système de canalisations dans les latrines. Enfin, il différencie les villes qui, comme Mayyāfāriqīn, ont un faubourg étendu à l’extérieur des murailles avec grande mosquée, bain, caravansérail et marché couvert, et les villes qui se dressent, isolées de toute construction, comme Manbij.

  • 2 A la même époque, Ibn Buṭlān a fait un voyage de Bagdad à Raḥba, sur l’Euphrate, puis Ruṣāfa, Alep (...)

12Entré en Syrie par cette ville, il ne donne de son étape suivante, Alep, qu’un aperçu trop rapide. Il lui attribue une importance comparable à Balkh, note sa muraille et sa citadelle ainsi que ses maisons jointives. Le tissu urbain serré témoigne d’une augmentation récente de la population et de la disparition de toute trace des destructions causées par les Byzantins, le siècle précédent. Il ne mentionne aucun artisanat particulier2. Par contre, il fait ressortir l’importance du rôle commercial d’Alep où se retrouvent des commerçants et des marchandises de toute la Syrie, de l’Iraq, de l’Égypte, de la Ǧazīra et de l’Empire byzantin. Cet entrepôt est également un grand centre de perception des taxes douanières et de redistribution des marchandises. Ville de Syrie du Nord, le poids élevé du raṭl, quatre cent quatre vingt dirhams est celui qui est en usage dans le Diyār Bakr, rattaché à un système de mesure tout différent de celui de la Syrie méridionale et de l’Égypte.

13Cette sensation d’abondance, il la retrouve sur les marchés de Macarrat al-Nucmān et dans les campagnes environnantes portant des oliviers, des figuiers, des pistachiers, des amandiers et de la vigne. On lui a parlé des belles moissons de blé. Il consacre deux pages à Abū’l-Alā al-Macarrī, en mentionnant qu’il était vivant lors de son passage, mais il ne semble pas avoir tenté de la rencontrer, ce qui était très aisé. Il est vrai que Nāṣir Ḫusraw est un voyageur qui abat très rapidement son chemin et n’aime guère à s’arrêter. De Hama, il ne retient que l’Oronte et les grandes norias ; mais il dit que la ville est jolie et bien peuplée. Il a le choix entre deux routes, l’une qui quitte Hama vers l’ouest pour rejoindre directement à travers la montagne le littoral, l’autre que, malheureusement pour nous, il n’emprunte pas et qui va à Damas.

14Il traverse la Bocquée, blanche de narcisses, et arrive à Tripoli par cArqa. « Les environs étaient couverts de champs cultivés, de vergers et de jardins. On voyait d’immenses plantations de cannes à sucre et une grande quantité d’orangers à fruits doux et amers, de bananiers, de citroniers et de dattiers. On était à l’époque où l’on recueillait le jus des cannes à sucre ». Cette description évoque une agriculture de marché, destinée à l’exportation vers l’Égypte et peut-être vers d’autres marchés. Elle implique également d’importants capitaux investis dans la terre et l’existence de grandes propriétés.

15Nāṣir Ḫusraw évalue à vingt mille mâles la population de Tripoli ; quant à sa superficie il lui attribue la même surface qu’un carré de mille coudées persanes de côté, entre quinze et vingt hectares. Il décrit les fortifications formidables de la ville, dominant les flots dont les vagues en tempête peuvent frapper le haut des murs. Sur des plates-formes aménagées au sommet de ceux-ci, de grandes machines de guerre veillent face à la mer. Point de bâtiment à l’extérieur des murs à part quelques mašhad chiites, ce qui est normal dans une place-forte constamment menacée par mer et par terre. Nāṣir Ḫusraw lie la magnifique résistance de Tripoli face aux Byzantins à l’installation de la domination fatimide sur la ville et il mentionne la présence d’une garnison commandée par un général dont nous savons par d’autres sources qu’il se distinguait du gouverneur de la ville. La ville était un ribāt où les civils venaient assurer à tour de rôle la veille du ğihād, bien avant la venue des Fatimides. Ibn Ḥawqal mentionne le rôle des Damascains dans cette garde du littoral. Nāṣir Ḫusraw précise que la population de Tripoli ne paie pas d’impôt, privilège en relation avec sa disponibilité constante au ğihād.

16Le Persan cite une seule activité artisanale, la fabrication du papier, d’une qualité supérieure à celui produit à Samarcande. Il insiste sur la fonction commerciale du port fréquenté par des navires venant du Maghreb, de l’Empire byzantin, de l’Espagne et du pays des Francs, sans doute la Sicile normande et l’Italie du Sud. Dans un autre texte, concernant le port égyptien de Tinnis où relâchent mille navires, Nāṣir Ḫusraw mentionne la présence d’une garnison protégeant la ville contre d’éventuelles attaques soit des Francs, soit des Byzantins. Il distingue donc nettement les chrétiens orientaux parlant grec et sujets du Basileus, al-Rūm, des chrétiens occidentaux, parlant des langues romanes et sujets d’autres souverains, al-Firank. Si dans les deux passages, il ne juge pas utile d’expliquer le terme Firank, cela signifie qu’il était familier aux musulmans d’Orient, à cette date, avant 1050.

17Certains des navires qui se rendent en Sicile, au Maghreb ou dans l’Empire byzantin appartiennent au Sulṭān d’Égypte, c’est-à-dire à l’Imām fatimide, sans doute à titre privé. Le négoce a visiblement enrichi la ville : l’espace manque, délimité par les murs, et les maisons ont de quatre à six étages. Plus tard, quand il traversera Basra, Nāṣir Ḫusraw décrira les champs de ruines qui séparent les quartiers encore habités de ce port, qui a des murailles trop grandes pour lui. Le commerce lointain a abandonné le Golfe pour la Méditerranée, la densité humaine de Tripoli en témoigne à travers l’œuvre du Persan. Il décrit la propreté des rues, des souks, l’eau est partout là aussi. Les marchés offrent, d’après lui, des vivres et des fruits, cent fois plus abondants que ceux de Perse.

18Sur la route littorale de Tripoli à Sayda, l’auteur remarque l’abondance des vestiges archéologiques préislamiques. Ses origines persanes transparaissent quand il décrit un enfant tenant à la main deux roses, l’une blanche, l’autre rose, juste écloses alors qu’on est en hiver. Il apprécie la hauteur et la solidité de la muraille qui protège Ǧubayl ; la ville est entourée de dattiers et d’arbres fruitiers. Il retrouve de vastes plantations de cannes à sucre quand il approche de Sayda. « Les jardins et les vergers semblaient avoir été plantés par un roi pour satisfaire un caprice : un pavillon s’élevait au milieu de chacun d’eux. La plupart des arbres étaient chargés de fruits ». De tels enclos, comportant un logement de plaisance, évoquent la Ghouta de Damas. Ils témoignent de l’emprise de la bourgeoisie de Sayda, enrichie par le négoce ou l’artisanat, sur les territoires environnant la ville. Elle y trouvait vivres et fruits frais et un revenu supplémentaire grâce à l’avitaillage des navires. Les bateaux qui transportaient en Égypte la neige durcie en glace de la montagne libanaise emportaient aussi des fruits du littoral. Comme Tripoli, Sayda respire l’aisance : des nattes de qualité couvrent le sol de la grande mosquée, les murailles de la ville sont bien entretenues, les marchés couverts sont ornés chaque jour comme pour une fête perpétuelle.

19La ville de Tyr est créditée d’une superficie équivalente à celle de Tripoli, mais la prospérité y est encore plus éclatante : « Sour (Tyr) est renommée entre toutes les villes de la côte de Syrie par sa richesse et par son opulence ». Vu la topographie de la ville, un tombolo artificiel s’enfonçant en une langue étroite vers une ancienne île au large de la côte, aucune possibilité d’extension de la surface bâtie n’existe. Aussi, entre les murailles, les maisons sont élevées, cinq ou six étages, et jointives. Grâce à un acqueduc descendant de la montagne libanaise, chaque demeure dispose de l’eau et parfois d’un bassin agrémenté d’un jet.

  • 3 cAbd Allāh b. cAlī b. cAyyād, obituaire de Sibṭ, al-Ḏahabī et Ibn Taġrī Birdī sous 450H., année de (...)

20Pour le première fois depuis qu’il traverse la Syrie, à l’exception d’Abū’l cAlā à Macarra, Nāṣir Ḫusraw cite un nom de personne, celui du cadi Ibn Abī cAqīl, homme riche au caractère bienveillant, un sunnite, alors que les habitants de Tyr étaient, comme ceux de Tripoli et d’Alep, chiites. Il s’agit d’un personnage bien connu des biographes de traditionnistes, Abū Muḥammad al Ṣūrī cAbd Allāh b. cAlī b. cAyyād cAyn al-Dawla, qui avait reçu du Caire le poste de cadi de la ville et en devint le prince3. La dynastie de cadis qu’avait fondée Ibn Abī cAqīl conserva l’autorité sur le port de Tyr jusqu’en 482/1089, à la veille de l’arrivée des Croisés en Syrie.

***

21Sayda faisait partie du ğund de Damas, Tyr et Acre du ğund du Jourdain ; pourtant on croirait qu’entre ces deux derniers ports, Nāṣir Ḫusraw avait franchi une frontière invisible. En effet, il abandonne le ton d’émerveillement qui avait été le sien pour décrire l’opulence, la propreté et la bonne tenue des grandes villes du littoral syrien ; sa peinture est désormais beaucoup plus sobre. Certes la ville d’Acre est étendue ; le voyageur persan qui l’a mesurée a trouvé une longueur de deux mille coudées persanes sur une largeur de cinq cents. Il a remarqué les murailles bien construites, le port (mīnā’), délimité par deux digues artificielles parallèles, s’éloignant perpendiculairement du littoral, selon le modèle local et dont l’ouverture sur le large était barrée par une chaîne mobile de cinquante guez, une soixantaine de mètres, afin de le protéger contre une incursion byzantine. Il décrit la mosquée mais ne fait aucune allusion à la vie économique de la cité ou à la richesse des habitants. Al-Muqaddasī qui écrivait près d’un siècle plus tôt comptait les ports de Tyr et de Acre parmi les merveilles de la Syrie et les mettait sur le même plan. Il est vrai qu’il était fier du rôle qu’avait joué son aïeul qui avait été l’ingénieur du port d’Acre, concevant et réalisant un système de batardeau submersible pour la mise en place de la digue.

22Nāṣir Ḫusraw quitte le littoral pour se rendre à Tibériade ; il dépose l’argent qu’il possède à la mosquée de Acre avant d’entreprendre ce voyage. L’insécurité de l’intérieur du pays est notoire et la présence de brigands dépouillant les passants lui est signalée. Cette excursion en direction de la dépression du Jourdain et de la Mer Morte est une suite de pèlerinages, et Nāṣir Ḫusraw livre peu de détails caractéristiques permettant de connaître l’état économique du pays. Il signale pourtant la forte muraille protégeant Tibériade, les beaux édifices, mosquées, pavillons de plaisance, bains que comporte la ville et une production locale de nattes vendues au prix unitaire élevé de cinq dinars fatimides.

23Le bitume recueilli sur le rivage de la Mer Morte est également un produit de valeur qui est exporté. Il est utilisé en agriculture pour protéger les arbres contre vers et parasites et en médecine comme désinfectant des voies digestives.

24Lors de ce voyage à Tibériade comme lors du suivant qui le mène de Acre à Haifa et à Césarée sur la côte, puis à Ramla et à Jérusalem, à l’intérieur du pays, Nāṣir Ḫusraw consigne davantage de traits concernant les paysages, la végétation, la production agricole que de notations sur l’artisanat et le commerce lointain. A Tibériade, une mosquée secondaire, située dans la partie occidentale de la ville, a été agrémentée de plantations de jasmins dont elle tire son nom. Haïfa et Césarée possèdent dattiers, orangers amers et doux et de nombreux autres arbres fruitiers. La route qui joint le littoral à Ramla est bordée d’arbres et traverse des espaces couverts de figuiers et d’oliviers. Quant aux environs de Jérusalem, les montagnes y sont cultivées en céréales et également plantées en oliviers et en figuiers, ainsi que de sumac. Près de Jérusalem, la localité d’al-Farādīs qui bénéficie d’une source porte vignobles et vergers. Autour de Hébron (al-Ḫalīl), on cultive surtout l’orge et les oliviers. Le blé y était peu abondant, pourtant de nombreuses meules mues par des bœufs ou des mulets broient le grain à longueur de journée et les pains atteignent dans cette région le poids unitaire élevé d’un mann, soit trois livres. Les pèlerins reçoivent chaque jour des gens du lieu un gros pain, des lentilles cuites à l’huile et du raisin sec.

25Nāṣir Ḫusraw précise lors de ce voyage en Palestine que les vivres sont en abondance et à bon marché dans la province de Syrie, pays qui ne connaît pas la disette. Il cite une tradition mohammadienne évoquant le pain et l’huile de Syrie. Il insiste particulièrement sur les exportations de figues qui ont fait connaître le nom de Ramla de Palestine dans le monde entier et sur les exportations d’huile, au départ de la région de Jérusalem, pour toutes les contrées lointaines. Certains chefs de famille recueillent annuellement jusqu’à cinq mille mann d’huile d’olives dans une année, soit environ huit tonnes. Des citernes creusées en puits dans le roc permettent de l’entreposer avant de l’expédier.

26Le voyageur persan est impressionné par cette agriculture qui peut se passer de l’irrigation comme par cette population bien nourrie. Pourtant, comme cela a été noté pour Acre, la description qu’il donne des villes de Syrie méridionale porte avant tout sur les édifices religieux, musulmans, mais aussi chrétiens, et sur l’architecture générale alors qu’il ne mentionne guère les activités de production et de commerce. Une des rares exceptions est constituées par la mention d’un chantier de construction navale à Haïfa. Ramla, capitale du ğund de Palestine, est décrite ; son architecture est grandiose, le matériau, des marbres de toutes couleurs, est riche, ses figues sont exportées au loin, mais nulle mention du bazar ou de l’artisanat. Pourtant, la fabrication du savon, à base d’huile, aurait dû retenir son attention. Nāṣir Ḫusraw évalue la population mâle de Jérusalem à vingt mille personnes. Il donne quelques précisions sur les marchés, très beaux, bâtis, comme les hautes maisons, en pierre, et où les boutiques de chaque corps de métier occupent une rangée distincte. Mais comme il ne mentionne aucune exportation ou spécialité manufacturière, on en retire l’impression d’une production destinée à la consommation des habitants de la région et des pèlerins qu’il dit très nombreux. Enfin, passant à Ascalon pour aller s’embarquer, il dit que la ville est grande, que la mosquée est belle et le bazar magnifique, mais il ne mentionne pas, comme l’avait fait al-Muqaddasī, le quartier des. marchands d’étoffe et la soie de première qualité qu’on y trouvait.

27Pour gagner l’Égypte, Nāṣir Ḫusraw s’embarque et navigue jusqu’à Tinnis. Il n’envisage pas une traversée du Sinaï. De Jérusalem, il a fait un rapide aller et retour à le Mekke, grâce à un guide arabe et en compagnie d’un groupe réduit. Aucune grande caravane n’a fait le trajet et le pèlerinage a été très réduit cette année-là. Tout le monde est sous le coup de la crainte d’une attaque des Bédouins.

28L’insécurité qu’il a ressentie dès qu’il a quitté Acre pour Tibériade, les pierres qu’il a reçues dans un village chiite près du tombeau d’Abū Hurayra, au sud de Tibériade, tout témoigne d’une contrée où l’autorité du pouvoir central fatimide est mal établie. Jamais Nāṣir Ḫusraw ne mentionne le nom d’un gouverneur ou la présence de forces de maintien de l’ordre. Pourtant, il semble que ce sont davantage les villes et le grand commerce qui ont souffert à son époque de cette situation que les campagnes, toujours bien habitées et bien cultivées. La densité des villages, les accords conclus de longue date entre sédentaires céréaliers et semi-nomades éleveurs expliquent qu’une vie économique régulière ait pu continuer à se dérouler dans les campagnes. Mais les caravanes de marchands transportant du numéraire ou des marchandises d’une grande valeur sous un petit volume, évitaient le sud de la Syrie méridionale, la route du Sinaï, celle du pèlerinage d’Arabie et celle qui, partant de Damas, permettait de gagner par le Hauran et la Galilée, Ramla, puis le littoral à hauteur d’Ascalon. Le grand axe de circulation qui joignait la Mésopotamie à la Méditerranée et à l’Égypte quittait l’Euphrate à Raḥba, passait par Palmyre, puis à Homs ou à Damas et l’embarque ment se faisait à Tripoli ou à Tyr, ou encore Sayda. La mainmise des tribus arabes sur la Palestine, au sens large du terme, et particulièrement sur le sud et l’est de cette province, ne lui permettait de vivre que grâce à ses exportations agricoles et à l’argent dépensé sur place par les pèlerins.

29Le pèlerinage, en effet, revêtait dès cette époque une ampleur considérable. Nāṣir Ḫusraw précise que ceux qui ne peuvent gagner la Mekke à temps pour le ḥağğ célèbrent à Jérusalem la Fête du Sacrifice. Au mois de ḏū’l-ḥiğğa, on compte parfois, d’après lui, plus de vingt mille pèlerins musulmans à Jérusalem. De même, juifs et chrétiens viennent en nombre pour y visiter leurs lieux saints. Des hospices les accueillent. Depuis l’époque du calife cUmar, un hôpital a fonctionné à Jérusalem et, lors de la visite du voyageur persan, les malades y sont nombreux et les médecins sont rémunérés grâce à des fondations pieuses qui financent également l’achat des médicaments. A Hébron (al-Ḫalīl) ce sont parfois cinq cents pèlerins qui sont nourris gratuitement en une seule journée.

30Charles Schefer, l’éditeur de Nāṣir Ḫusraw, cite un texte médiéval latin à propos du pèlerinage en Terre Sainte de plusieurs milliers d’Allemands qui furent assiégés en 1064/456-457 par des Arabes des tribus à Kafar Sallam, près de Césarée. Le gouverneur fatimide de Ramla envoya des soldats pour les délivrer. Cet événement, de moins de vingt ans postérieur au voyage du Persan, prouve combien, même en une période difficile, le pouvoir fatimide tenait à assurer le libre passage aux pèlerins des trois grandes religions révélées en Palestine. L’anecdote rapportée par Nāṣir Ḫusraw sur le pèlerinage secret de Basile II à l’Église de la Résurrection et le message discret d’al-Ḥākim lui signalant qu’il avait été reconnu et qu’il n’avait rien à craindre est significatif même si sa véracité n’est pas prouvée.

  • 4 Voir page 400, note 1.

31Nāṣir Ḫusraw visite à Jérusalem le Dôme du Rocher qui a été restauré après les dégâts causés par le tremblement de terre. Des inscriptions, sans doute infidèlement rapportées, témoignent du rôle joué par un certain Layṯ al-Dawla Nuštakīn al-Ġawrī, dans cette restauration effectuée pour le compte du maître de l’Égypte4. De même, l’Église de la Résurrection, rasée sur ordre d’al-Ḥākim, a été reconstruite par les soins des Byzantins ; autorisation leur en avait été accordée par le Caire après de nombreuses sollicitations. Lors du passage de Nāṣir Ḫusraw, celui-ci estime à huit mille le nombre de pèlerins qui peuvent prendre place dans cet édifice.

32Il est clair que dans son ouvrage, le voyageur persan s’efforce de prouver la bonne volonté du pouvoir fatimide envers les religions révélées et son soin des édifices que leurs fidèles révéraient.

***

33Après son récit sur la Syrie, Nāṣir Ḫusraw poursuit en décrivant l’Égypte et en particulier le Caire et Fusṭāṭ. Ces pages, très célèbres, ont été souvent utilisées par les historiens car elles donnent l’image d’une capitale d’empire à l’opulence fabuleuse. Sa population innombrable et d’origine très diverse, disposait de salaires et de revenus élevés et jouissait de commodités de vie raffinées et variées. Tout ceci ne nous intéresse qu’indirectement, exception faite de deux points. Le premier concerne les mentions de la Syrie faites à propos de l’Égypte, l’autre, la qualité de l’information fournie par Nāṣir Ḫusraw. La véracité de ses propos est plus facile à contrôler pour l’Égypte, sur laquelle nous possédons de nombreuses sources, que sur la Syrie pour laquelle nous sommes plus démunis.

34Parmi les produits d’origine syrienne importés à Miṣr, figurent les huiles, celles tirées du sésame et destinées à l’éclairage, celles tirées de l’olive et destinées à la consommation, certains fruits, pommes, raisins, oranges, ainsi que la neige des montagnes du Liban dont chaque jour vingt charges étaient livrées au Palais. Les chaudrons de cuivre, sans doute du laiton jaune, de grande capacité, qui étaient donnés en location pour le transport et le stockage de l’eau, étaient fabriqués à Damas. Production qui dépassait le simple artisanat traditionnel puisque d’après notre auteur, une femme en tenait cinq mille à la disposition de ses clients.

35A propos d’une anecdote contée par Nāṣir Ḫusraw sur les prodiges de vitesse accomplis par les Bédouins pour amener à la date voulue les pèlerins retardataires à la Mekke, on apprend que des Khorassaniens passent par la Syrie, puis par l’Égypte, pour s’embarquer à Qulzum et naviguer jusqu’à Djar en Arabie. L’itinéraire signalé par al-Musabbiḥī en 414 et qui évitait la liaison directe Iraq-Ḥiğāz est donc toujours utilisé, vingt-cinq ans plus tard. Ce fait, joint à d’autres passages du Safar Nameh, prouve que l’insécurité règne dans toute la zone comprise entre le Golfe d’Ayla et la Basse Mésopotamie ainsi qu’aux confins sud-est de la Syrie.

  • 5 Voir infra, page 560.
  • 6 Du très bon usage que pouvaient faire les eunuques de concubines, voir l’article fort documenté da (...)

36Se trouvant en Égypte en 441/1049-1050, quand parvient en Égypte la nouvelle de la défaite et de la mort de Rifq, l’eunuque noir, le très vieux général fatimide vaincu devant Alep, Nāṣir Ḫusraw consacre à cet événement dont nous rapporterons dans un chapitre postérieur le détail, un passage relativement long qu’il est intéressant de comparer au récit qu’en fait l’historien alépin, Ibn al-cAdīm5. Le voyageur persan décrit en détail les fonctions de cUmdat al-Dawla Rifq qui avait été chef des chercheurs de trésor (al-muṭālibīn,) en Égypte. Ces pilleurs de tombes pharaoniques, dans lesquelles ils cherchaient avant tout les objets en or afin de les fondre, recevaient une patente exclusive de l’Etat, auquel, en contrepartie, ils reversaient le quint de leurs trouvailles. Par contre, Nāṣir Ḫusraw ne consacre qu’une phrase à l’action militaire de Rifq en Syrie, phrase qui résume inexactement celle-ci : « Lorsqu’il arriva près d’Alep, il fut tué au combat ». Puis il décrit les richesses abandonnées au Caire par le défunt et renseigne le lecteur sur le sort qui advint aux belles concubines de cet eunuque6. Revenant alors aux événements d’Alep, il écrit que le prince qui gouvernait cette ville envoya son épouse et son fils solliciter son pardon au Caire mais qu’on imposa à la délégation une humiliante attente aux portes de la capitale et qu’on refusa leurs cadeaux. Au bout de deux mois, grâce à l’intercession des cadis et des imāms, la délégation fut reçue en présence d’al-Mustanṣir et reçut un diplôme et des vêtements d’honneur.

  • 7 Ibn Al-cAdīm, 267.

37Le texte d’Ibn al-cAdīm qui mentionne les noms du prince kilabite, Muczz al-Dawla Ṯimāl b. Ṣāliḥ, de son épouse cAlawiyya bint Waṯṯāb al-Numayrī, de leur fils, Waṯṯāb b. Ṯimāl, ne donne aucune indication sur les fonctions en Égypte de Rifq, ni sur ses richesses personnelles ; par contre il raconte en détail son entêtement avant la bataille, sa blessure, sa captivité alors qu’il perdait la raison et son décès misérable à Alep. Ibn al-cAdīm écrit à propos du voyage de la princesse d’Alep au Caire : « Lorsqu’elle arriva, al-Mustanṣir lui réserva les plus hautes marques d’honneur, la fit paraître devant lui. Elle baisa le sol et dit... »7.

38Le texte de Nāṣir Ḫusraw montre qu’aux yeux des Égyptiens qu’il fréquentait, l’événement avait été constitué par la mort de Rifq, personnalité de premier plan de la Cour, et par la redistribution de biens qu’impliquait le décès d’un eunuque aussi riche. La défaite d’Alep n’avait aucune importance puisque le prince d’Alep, un personnage dont il n’était même pas utile de connaître le nom exact, avait envoyé sa femme et son fils pour témoigner de son obéissance à la dynastie fatimide ; pour lui faire payer l’insolence qu’il avait manifestée par sa victoire contre l’armée d’al-Mustanṣir, la délégation avait dû camper deux mois aux portes de la ville impériale. Tout se terminait donc au mieux des intérêts de l’État et de l’Imām. Ibn al-cAdīm, qui a compris les implications de cette défaite fatimide, c’est-à-dire la perte définitive d’une influence prépondérante de l’Égypte chiite sur la Syrie du Nord, rend à nos yeux bien mieux compte du poids relatif des événements qui se sont succédé. L’acceptation par al-Mustanṣir des cadeaux qu’avaient apportés avec eux les envoyés de Mucizz al-Dawla signifiait l’acceptation d’une indépendance de fait pour l’État kilabite d’Alep.

  • 8 Sur les troubles au Caire en 439H. voir Ibn Muyassar, 3 et 4 et 440H., 7 et 8.

39Le texte de Nāṣir Ḫusraw éclaire ainsi la légèreté de jugement des milieux officiels au Caire après la disparition du vizir Ibn al-Ǧarğarā’ī et le désintérêt profond de l’opinion publique pour la Syrie du Nord, trop lointaine et trop différente. Relu avec les autres textes relatifs à l’Égypte, ce passage nous renseigne également sur les limites intellectuelles du voyageur persan. Il rend compte du meurtre d’Abū Sacd Ibrāhīm b. Sahl b. Hārūn al-Tustarī en ǧumādā I 439/octobre 1047 comme s’il s’était agi d’un simple fait-divers : l’assassinat par quelques soldats d’un joailler juif, qui avait l’habitude de vendre des pierreries à l’Imām. Les soldats se repentent de leur crime et réclament le pardon de leur souverain. Le frère d’Abū Sacd ou Sacīd, Abū Naṣr, qu’il ne nomme pas, vient dans les jours qui suivent la mort de son frère proposer de verser immédiatement deux cent mille dinars d’or au Trésor. Nāṣir Ḫusraw ment entre les deux événements. Par contre, il admire béatement la fortune et la demeure luxueuse d’Abū Sacīd8.

40De même, sa description de la splendide armée fatimide défilant à l’occasion de la rupture de la digue semble pécher par exagération. Il évalue les effectifs, corps par corps ; le total dépasse deux cent mille hommes. Pour maintenir effectivement en état de combattre de tels effectifs, la dépense annuelle aurait été de dix à quinze millions de dinars, ce qui dépassait le montant des rentrées fiscales. Nāṣir Ḫusraw précise que l’État versait à chaque soldat sa solde mensuelle et lui faisait tenir ses rations alimentaires, le fisc ne recourant jamais à l’assignation, c’est-à-dire à une délégation de perception accordée au soldat sur les revenus d’une personne ou d’un bien foncier ou immobilier. Un système tel que le décrit Nāṣir Ḫusraw s’il avait existé, aurait nécessité un personnel financier, une monnaie métallique, des entrepôts de vivres d’une telle importance qu’un État médiéval aurait été dans l’incapacité absolue de les gérer rationnellement. Le système des iqṭāc, beaucoup plus souple et adapté, qui constituait une assignation liée à une fonction, existait déjà au bénéfice des ġulām ikhchidides et il s’était développé à l’époque fatimide.

41La confiance que l’on peut accorder à Nāṣir Ḫusraw pour les témoignages qu’il apporte sur les faits matériels précis, l’aspect d’un paysage, d’une ville, d’un marché, les plantes cultivées, les produits offerts aux clients, leurs prix, les poids et mesures employés, les emballages utilisés, la qualité de l’approvisionnement ou de la sécurité est à notre sens très grande à condition de prendre en considération son émerveillement facile devant les beaux bâtiments, les objets d’or ou dorés, tout ce qui est luxe et commodité de vie qu’il n’avait pas rencontré dans son pays natal. Par contre, quand il décrit par ouï-dire le fonctionnement d’institutions politiques ou économiques pour la connaissance desquelles il est totalement dépendant de la sincérité de ses informateurs, son témoignage, qui n’est pas soumis à un doute méthodique, n’a pas la valeur de celui d’Ibn Ḥawqal, homme avisé et méfiant, qui écrivait trois quarts de siècles plus tôt. La traversée de la Syrie de Nāṣir Ḫusraw offre un récit concret de voyage, un carnet de croquis sur un pays où il a visiblement plus trouvé que ce qu’il en attendait. Ce texte est plus aisé à utiliser que sa description du Caire, ville dans laquelle il se rendait pour voir des merveilles célébrées dans tout le monde islamique. Les anachronismes, les exagérations, les invraisemblances qui parsèment cette partie de son ouvrage exigent de l’historien contemporain une. lecture attentive et une constante confrontation avec les données offertes par les autres sources, heureusement nombreuses.

***

42La qualité du regard porté par Nāṣir Ḫusraw sur la Syrie avive le regret de l’historien contemporain devant le fait que son itinéraire ait évité Damas et Baalabakk ainsi que le Hauran. Pourtant, grâce à lui, il constate que la Syrie sous domination fatimide connaissait vers 440/1048 une prospérité certaine et qu’à l’exception de régions limitées on y circulait en sécurité. La prospérité était particulièrement éclatante dans les grands ports de Tripoli à Tyr qui s’ouvraient largement à un commerce méditerranéen dépassant les limites du monde musulman et de la Méditerranée orientale. Une évolution vers des républiques marchandes ou en tout cas vers des autonomies urbaines non révolutionnaires s’y décelait. La Syrie méridionale, dont l’activité était surtout agricole, était peuplée, mais les villes y étaient moins développées et les échanges lointains portaient davantage sur les personnes, les pèlerins, que sur les biens. Une frange d’insécurité, à l’est et au sud de la Palestine, faisait obstacle à des communications terrestres aisées tant avec l’Arabie qu’avec l’Égypte.

43La Syrie du Nord, autour d’Alep, faisait quant à elle partie, avec la Ǧazīra, d’un autre ensemble, un vaste carrefour mettant en rapport le Golfe et la Mésopotamie, avec l’Arménie et le monde caucasien d’une part, l’Anatolie byzantine et la Mer Noire d’autre part. Le maintien du ğund de Qinnasrīn dans la mouvance du Caire posait problème, et Nāṣir Ḫusraw aurait pu en prendre conscience pendant son séjour en Égypte.

44Comparé aux textes d’al-Muqaddasī et d’Ibn al-Ḥawqal, le récit de voyage du Persan fait apparaître un bouleversement profond de la géographie économique de la Syrie sur une période inférieure à un siècle. A l’époque kafouride, les ğund méridionaux ainsi que la frange entre la Syrie utile et la steppe étaient les régions les plus prospères et les plus actives. La Syrie du Nord et le littoral des ğund de Damas et de Homs, ravagés par les invasions byzantines, étaient appauvris. A l’époque de Nāṣir Ḫusraw, la paix relative avec Byzance, l’installation de commerçants francs dans les ports ont magnifiquement développé l’économie de la Syrie du Nord et du littoral, alors que les méfaits des Bédouins en Palestine et sur le Jourdain ont retardé l’essor du Sud et du Sud-Est. Dans le siècle qui suivit, les Fatimides, puis les Croisés, en tinrent compte.

L’affaiblissement de l’État fatimide après la mort d’al-Ǧarǧarā’ī

  • 9 Les principales sources traitant de l’Égypte fatimide de 446H. à 464H., sont al-Mu’ayyad (49), Sir (...)

45Le vizir Abū’l-Qāsim cAlī b. Aḥmad al-Ǧarğarācī mourut en ramaḍān 436/mars 1045. A cette date, commença l’aggravation de la décadence de l’État fatimide, décadence qui faillit le conduire à sa disparition un quart de siècle plus tard. Il est inutile de suivre dans leurs détails les événements qui ensanglantèrent le Palais, puis le Caire et enfin l’Égypte pendant ces sombres années. En effet, les sources les plus prolixes à leur propos, Maqrīzī (les Ḫiṭaṭ), Ibn Ẓāfir, Nuwayrī et Ibn Muyassar sont disponibles en Europe depuis le xixe siècle et les textes édités plus récemment n’ont rien apporté de nouveau sur ce sujet. Par ailleurs, les dīwān centraux, paralysés par des luttes internes et par les exigences financières des armées d’Égypte, n’avaient guère le loisir d’intervenir en Syrie ou même de définir la politique que les gouverneurs fatimides devaient y mener9.

46Seuls quelques faits, importants pour la compréhension des événements de Syrie, seront évoqués. Cette période fut marquée par une succession rapide de vizirs, qui pour certains furent également grands cadis d’Égypte et même cī suprêmes, responsables de la doctrine fatimide. L’Ifriqiya ziride, qui avait été la base d’où al-Mucizz avait expédié Ǧawhar à la conquête de l’Égypte, rompit ses relations avec le Caire pour reconnaître le califat abbasside de Bagdad. Le vizir al-Yāzūrī fit partir pour l’Afrique du Nord des tribus qaysites qui causaient des dommages aux terroirs cultivés de l’Égypte, geste qui eut la conséquence que l’on sait. Les tribus berbères, principalement kutamites, qui demeuraient en Égypte ou en Syrie, n’avaient plus la possibilité de revenir dans le pays de leurs ancêtres ; or, leur place d’auxiliaires privilégiés de la dynastie fatimide leur était contestée par les troupes noires et orientales. A Bagdad, à partir de 447/1055, la succession de la dynastie chiite des Bouyides, qui avaient servi et asservi pendant près d’un siècle les califes abbassides, s’était ouverte. Un général turc chiite, al-Basāsīrī, tenta sa chance face au sultan turc seldjoucide, Tuġril Bak, un sunnite. Le Caire soutint al-Basāsīrī. Le missionaire fatimide al-Mu’ayyad fi’l-Dīn, convoya de l’argent et des armes à Raḥba sur l’Euphrate où se trouvait la base de repli d’al-Basāsīrī. L’opération fut un échec complet pour al-Basāsīrī, qui fut tué, et pour les Fatimides. Le coût de cette opération manquée fut très élevé pour le Trésor fatimide, plus d’un million de dinars. Pourtant, il ne faut pas lui attribuer une importance excessive dans le processus de dégradation des finances publiques. Celui-ci est dû avant tout à la croissance des charges que l’entretien des diverses troupes faisait peser sur l’État.

  • 10 Abū Naṣr ou Abū Manṣūr Ṣadāqa b. Abī 1-Faḍl Yūsuf b. cAlī, Mann (197), I, 77, Nuwayrī, 64, Ibn Ẓāf (...)

47Al-Ǧarğarā’ī avait désigné son successeur, Abū Manṣūr Ṣadāqa b. Yūsuf al-Falāḥī, un juif converti à l’islam, qui avait fait carrière dans les dīwān financiers10. Il avait été intendant militaire d’al-Dizbirī en Syrie, mais craignant d’être tué par le général turc, il avait fui en Égypte. Après la mort d’al-Ǧarǧarā’ī, il eut le titre de vizir, mais la réalité du pouvoir fut exercée par un autre juif, Abū Sacd (ou Sacīd) Ibrāhīm b. Sahl al-Tustarī, un marchand d’esclaves, devenu chef du dīwān particulier de la mère d’al-Mustanṣir. Abū Sacd avait vendu, autrefois, une esclave noire à al-Ẓāhir, qui en avait eu al-Mustanṣir. Cette princesse, qui dominait l’Imām. était toute dévouée aux intérêts de son ancien maître et des esclaves noirs de l’armée. Les chroniques arabes médiévales lui attribuent une large part des maux que connut l’État fatimide sous al-Mustanṣir.

48Al-Nuwayrī, originaire de Haute Égypte, raconte avec un luxe de détails la lutte sourde à laquelle se livrèrent le vizir et le chef du dīwān de la princesse mère. Ce dernier s’appuyait sur les soldats noirs et sur les Maghrébins, persécutant les ġulām turcs, qui finirent par le tuer. Al-Mustanṣir confia sa succession, à la direction du dīwān de sa mère, au frère d’Abū Sacd, Abū Naṣr b. Sahl, et confia un poste important au dīwān d’État au fils d’Abū Sacd. Le désordre s’installait en Égypte. Abū Manṣūr al-Falāḥī fut tué l’année suivante, en 440.

  • 11 Al-Ḥasan ou al-Ḥusayn b. cAlī b. cAbd al-Raḥmān (pour Ibn Ḥamdūn, 449H., al-Ḥasan b. cAbd al-Raḥmā (...)

49Parmi les vizirs qui se succédèrent à partir de cette date, dont plusieurs furent des descendants de personnages qui avaient eu une responsabilité dans les dīwān sous les premiers Imāms en Égypte, un seul nom est à retenir, celui d’un Syrien, al-Yāzūrī. Abū Muḥammad al-Ḥasan b. cAlī b. cAbd al-Raḥmān, originaire du village de Yāzūr en Palestine, près de Ramla, né dans une famille de modestes cadis, avait fait carrière dans les dīwān et avait été au service de la mère d’al-Mustanṣir, après le meurtre d’Abū Sacd. Sa double compétence, juridique et administrative, son amitié avec l’eunuque noir Rifq, responsable alors de l’armée fatimide, ses origines familiales sunnites et syriennes qui lui permettaient de se tenir à l’écart des querelles entre juifs convertis et entre ismaïliens de diverses tendances, lui permirent d’accéder au vizirat, tout en étant cī suprême et grand cadi d’Égypte, en 442, après un intérim assuré par Abū’1-Faḍl Sacīd b. Mascūd11.

  • 12 Voir entre autres, Ibn Ḫaldūn, IV, 62 et Maqrīzī (1110), édité dans Zakkar (9), 374-375, vie de Ḥa (...)

50Al-Yāzūrī crut atteindre la gloire. Or le ziride d’Ifriqiya lui témoignait son mépris et s’apprêtait à quitter la mouvance fatimide pour celle de Bagdad12. Averti par les Byzantins, le vizir expédia les Banū Zuġba et les Banū Riyāḥ, les deux principales fractions des Banū Hilāl, ravager les provinces occidentales. Plus tard, menacé de voir les Byzantins confier le soin de la mosquée de Constantinople à un imām favorable aux Abbassides, il entreprit une action contre les intérêts byzantins dans les Lieux Saints chrétiens de Palestine.

  • 13 L’analyse de l’action du cī al-Mucayyād, telle qu’elle apparaît dans sa Sirāt (49), notamment pa (...)

51Conscient du danger que représentait le sultanat seljoucide qui se renforçait dans les provinces orientales du califat abbasside et qui s’apprêtait à prendre la relève des Bouyides à Bagdad, al-Yāzūrī confia alors au cī al-Mu’ayyad fī’l-Dīn Abū Naṣr Hibat Allāh b. Mūsā le soin de soutenir al-Basāsīrī contre Tuġril Bak13. Grâce à l’aide du Caire, Arslān al-Basāsīrī remporta la brillante victoire de Sinjar en 448/1057. Mais au Caire, les difficultés financières et alimentaires avaient ruiné la popularité d’al-Yāzūrī. Soupçonné de faire passer de l’or dans des cercueils et de l’entreposer à Jérusalem et à Hébron pour préparer une trahison en faveur de Tuġril Bak, le vizir fut arrêté, transféré à Tinnis et exécuté en muḥarram 450/mars 1058. Al-Basāsīrī entra à Bagdad en ḏū’l-qacda 450/décembre 1058, mais il fit enfermer le calife al-Qā’im en Iraq et ne l’expédia pas au Caire où al-Mustanṣir lui avait préparé une prison dorée. En ḏū’l-ḥiğğa 451/janvier 1060, al-Basāsīrī était vaincu et mis à mort par Tuġril Bak. Le sultanat seldjoucide s’installait solidement sur tout l’Orient musulman.

52L’échec d’al-Basāsīrī n’eut pas l’importance symbolique qu’y virent les chroniqueurs médiévaux. L’armée fatimide n’avait pas été engagée en Iraq. Le million de dinars ou les deux millions qui y furent dépensés en pure perte ne suffirent pas à ruiner le Trésor du Caire. Quelques années plus tard, les chefs militaires en extrayaient par la violence trente millions. Il faut retenir de ce vizirat l’aggravation des difficultés alimentaires en Égypte, hausse des prix et disette. Ce fut là le motif réel pour lequel on poussa les tribus arabes hors d’Égypte. La crise frumentaire fut à l’origine de la rupture avec Byzance, qui refusait de fournir du blé, et avec les villes saintes d’Arabie, qui n’en recevaient plus de la vallée du Nil. A cette date, l’Égypte n’était plus capable d’exporter du blé et de mettre en branle ses armées hors de ses frontières ; elle devait renoncer aux actions militaires lointaines. La Syrie vécut dès lors une autonomie réelle dans la mouvance du Caire.

Notes

1 Nāṣir Ḫusraw (47) et Le Strange (48). Ce chapitre étant conduit sur une analyse du récit du voyageur persan tel qu’il l’a construit, il nous a semblé inutile de donner des références paginales puisque le lecteur occidental pourra le suivre dans sa langue maternelle.

2 A la même époque, Ibn Buṭlān a fait un voyage de Bagdad à Raḥba, sur l’Euphrate, puis Ruṣāfa, Alep, Antioche et Lattaquié. Le Strange a utilisé son récit tel qu’il était rapporté par Yāqūt. Celui qu’a copié Qifṭī (79) est presque identique : page 193-194, ramaḍān 440, Alep, ville entourée de murailles de pierre blanche, à six portes, à proximité de la muraille, une citadelle, portant une mosquée et deux églises (avec le lieu du sacrifice d’Abraham dans l’une des deux... légende de l’origine du nom de la ville, « il a trait »...), dans la ville, une mosquée et six sanctuaires (églises ou synagogues), un petit hôpital. Les juristes utilisent le droit imamite. Les gens boivent de l’eau des citernes. A la porte de la ville, un cours d’eau le Quwayq, coulant l’hiver, tari, l’été. Au milieu de la ville, la maison de cAlwa, l’amie d’al-Buhturī. La ville a peu de ressources en fruits, légumes et vins et compte sur les importations venant du territoire byzantin. Il n’y a pas de lieu portant des (bâtiments en) ruines dans Alep. Il part ensuite à Antioche, à un jour et une nuit de voyage, et il voit en chemin des cochons, des femmes et du vin (ce qui prouve qu’il sort du territoire musulman). Aucune trace de destruction sur la route entre Alep et Antioche ; les villages prospères se succèdent les uns aux autres, cultures de blé et d’orge, oliviers complantés, vergers florissants.

3 cAbd Allāh b. cAlī b. cAyyād, obituaire de Sibṭ, al-Ḏahabī et Ibn Taġrī Birdī sous 450H., année de sa mort ; il passe pour avoir été plagié par le Khatib al-Baġḍādī. Curieusement Brockelmann, SI, 563 et Rosenthal, 471, disent que le Khatib plagia Gayṯ b. cAlī al-Ṣūrī. Ce dernier, né en 443H., mort en 509H., aurait été bien jeune, à l’époque du passage de l’historien iraqien à Tyr ; Ibn cAsākir ZA, XIV, 77 v° et 78 r°. Ġayṯ écrivit une histoire de Tyr et une histoire de Damas. Ġayṯ fut un des élèves de cAbd Allāh b. cAlī b. cAyyād.

4 Voir page 400, note 1.

5 Voir infra, page 560.

6 Du très bon usage que pouvaient faire les eunuques de concubines, voir l’article fort documenté dans EI 2, IV, 1121.

7 Ibn Al-cAdīm, 267.

8 Sur les troubles au Caire en 439H. voir Ibn Muyassar, 3 et 4 et 440H., 7 et 8.

9 Les principales sources traitant de l’Égypte fatimide de 446H. à 464H., sont al-Mu’ayyad (49), Sirāt, Ibn al-Ṣayrafī, (55), 77-59, pagination occidentale, Ibn al Qalānisī, 83-112, Ibn al-Aṯīr, IX, 524-652, X, 5-72, Sibṭ, 80 et 80°°° particulièrement consulté ; Ibn al-cAdīm, 1,263-297, II, 9-38, Ibn Hallikān (85),index, Ibn Sacīd (90°), index, al-Nuwayrī (92), XXVI, 61-71 ; Ibn al-Dawādārī, 351-402, Ḏahabī (99), les obituaires, Maqrīzī (107), II, 191-306, plus riche que les autres sources sur les troubles du Caire (le matériau était déjà connu grâce à l’édition des Ḫiṭaṭ) mais décevant sur la Syrie. Les trois ouvrages les plus exploités depuis un siècle, Ibn Ẓāfir (15), 27-81, Ibn Muyassar (17), 3-38, Ibn Taġrī Birdī (114), V, 1-90 (428H., car l’histoire du règne se trouve à la date de l’avènement).
Les sources sont complémentaires les uns des autres mais très souvent identiques et la confrontation ne fait pas ressortir chez les historiens égyptiens plusieurs écoles parallèles. Bonne présentation des événements par Wiet (207), IV, 219-252 ; Muh. Hamdi al-Mināwī, al-wizāra wa’l-wuzārā fi’l-caṣr al-Fāṭimī, Le Caire, 1970, donne une liste commode des vizirs et de leurs successions. Sur al-Basāsīrī, très bonne notice de M. Canard, EI 2, I, 1105-1107. Des ouvrages ont paru récemment sur le devenir des communautés juives d’Égypte et de Syrie à cette époque que nous n’avons pu consulter.

10 Abū Naṣr ou Abū Manṣūr Ṣadāqa b. Abī 1-Faḍl Yūsuf b. cAlī, Mann (197), I, 77, Nuwayrī, 64, Ibn Ẓāfir, Ibn Muyassar, Maqrīzī (107), Ibn al-Dawādārī, index, Dahabī, obituaire, 440H., Nāṣir Ḫusraw, 130. Ibn al-Qalānisī, 73 et 84. al-Musabbiḥī, 148 v°, il arrive d’Alep au Caire en 414H. et il est nommé conjointement avec le chrétien Uṣṭufan b. Minā al-Asyūṭī, administrateur financier du dīwān des Kutamites dont la direction venait d’être confiée à l’eunuque Micḍad. Plus tard, Ṣadāqa assume sa charge, seul, M76 v°, enfin Ṣācid b. Mascūd lui est associé, 242 r° ; sur les laqab, Ibn al-Ṣayrafï, 76, pagination occidentale. Il est possible que sa nisba, al-Falāḥī, soit à mettre en rapport avec Abū cAbd Allāh Muḥammad b. cAlī b. Ǧacfar b. Falāḥ, gouverneur d’Alep en 413H. et qui aurait pu le recruter dans cette ville. Cela expliquerait la nomination en 415H. de Ṣadāqa au dīwān des Kutamites. Pour Ibrāhīm b. Sahl al-Tustarī, voir les mêmes sources aux index. Les obituaires égyptiens signalent le décès en ğumāda I 379H., d’un Abū 1-Ḥasan Muḥ. b. cAbd al-Raḥmān b. Sahl al-Tustarī al-Tāğir, une branche islamisée de la famille aurait donc résidé en Égypte sous al cAzīz.

11 Al-Ḥasan ou al-Ḥusayn b. cAlī b. cAbd al-Raḥmān (pour Ibn Ḥamdūn, 449H., al-Ḥasan b. cAbd al-Raḥmān), al-Yāzūrī, voir surtout al-Nuwayrī, 65 et 66. Nāṣir Ḫusraw, 130, Ibn Muyassar et Ibn Ẓāfir, index et Sayyid (14), 19. Il passait lors de son arrestation pour avoir détourné trois millions de dinars.

12 Voir entre autres, Ibn Ḫaldūn, IV, 62 et Maqrīzī (1110), édité dans Zakkar (9), 374-375, vie de Ḥasan b. cAlī b. cMulhim. Article, « Hilāl, » dans EI2, III, 398-399, donne une bibliographie mais semble négliger Maqrīzī (107), et (110). Garcin (182), 73-79, a replacé cet épisode dans le cadre plus large de la politique arabe des premiers Fatimides d’Égypte. Analyse du phénomène à l’échelon méditerranéen dans Cahen (154), 428 et suiv.

13 L’analyse de l’action du cī al-Mucayyād, telle qu’elle apparaît dans sa Sirāt (49), notamment pages 89-184, n’a pas été approfondie ici parce qu’elle était marginale quant à la présence fatimide en Syrie. Voir également (50), pages 40-49. Une traduction de la Sirāt (49) est envisagée par nous afin de mettre à la disposition des non-arabisants les renseignements concernant les tribus arabes de Syrie du Nord, de Ǧazīra et d’Iraq que contient l’ouvrage.

© Presses de l’Ifpo, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search