Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient-Express : Chronique d'un magazine libanais des années 1990

 | 
Sandra Iché

Partie II. Pour une réconciliation nationale

Chapitre 6. La capitale : deuxième pôle d’intégration

Entrées d'index

Mots clés :

presse

Géographique :

Beyrouth, Liban

Texte intégral

« Il n’est pas insensé de dire que l’extermination des hommes commence par l’extermination des germes[…]. Lorsque tout sera nettoyé, expurgé, lorsqu’on aura mis fin à toute contamination sociale et bacillaire, alors il ne restera que le virus de la tristesse, dans un univers d’une propreté et d’une sophistication mortelles ».

Jean Baudrillard

1La thèse de L’Orient-Express sur la « reconstruction physique » du pays, et tout particulièrement de sa capitale, relève de la même logique que celle qui définissait le rôle dévolu à l’État. La nation n’est pas une essence mais le résultat d’un processus de construction. Au Liban, le sort de l’identité nationale se joue dans la concurrence entre le pays total et les communautés confessionnelles. Alors, l’État et la capitale doivent se proposer comme des systèmes symboliques capables de structurer une identité libanaise. Beyrouth doit pouvoir être le lieu d’une interaction sociale et culturelle génératrice d’un sentiment d’appartenance à un espace commun à tous les Libanais. Le sens de la reconstruction est jugé à l’aune de la nécessité d’édifier une capitale qui intègre.

1. Ressusciter le Liban d’antan?

  • 125 « Ah! qu’il était joli le Liban de papa », L’Orient-Express 14, janvier 1997.

2Le retour de quelques symboles du « Liban de papa »125, tels que le Casino, la cité sportive et le festival de Baalbeck, inquiète L’Orient-Express. Le crédit obtenu à la faveur de ces tentatives de réhabilitation opérées dans un climat d’euphorie, permettrait de voiler un désintérêt des politiques pour des problèmes économiques et sociaux dont la résolution serait moins spectaculaire. Afin de gagner la confiance des investisseurs étrangers et attirer les capitaux des expatriés, Rafic Hariri veut plébisciter, par le biais de ces symboles, l’image d’un Liban remis sur pied et ayant retrouvé son prestige. Pour L’Orient-Express, cette stratégie implique un ordre de priorités inacceptable.

Le casino

  • 126 « Ghassan Tuéni: sauver l’héritage et non pas le système », L’Orient-Express 14, janvier 1997.
  • 127 Bahout Joseph: « Papa, maman, le Liban et moi … du bon usage de la nostalgie », L’Orient-Express 14 (...)

3Symbole du Liban de la finance, point de passage avant-guerre des cheikhs du pétrole, le Casino renaît à la fin de l’année 1996. Et pour Samir Kassir, l’effervescence autour de cette renaissance aboutit à “un faux syllogisme”: « quand le Liban était beau, il y avait le Casino; il y a de nouveau le Casino, donc le Liban est de nouveau beau »126. Le désaccord avec le discours des gouvernants est ici double. Il concerne d’abord le regard qu’il conviendrait de porter sur le Liban d’avant-guerre. Joseph Bahout qualifie celui-ci de « schizophrène »127, le « miracle libanais » masquant les « 4% de possédants ». Perpétuer l’illusion d’un âge d’or économique et invoquer son retour représentent un danger: cela invite à user des mêmes mensonges qu’hier pour se dispenser d’une prise de conscience de la réelle situation économique du pays. Le désaccord porte ensuite sur la prospérité économique effective que pourrait générer le Casino. L’optimisme du personnel politique de la IIe République s’apparenterait à un nouveau mensonge: le Liban n’occupe plus dans le système régional la place de naguère. Les détenteurs de pétrodollars ont délaissé les banques libanaises et ont multiplié les investissements internationaux. La stratégie économique du Liban doit donc être repensée au vu de ces nouvelles données.

La cité sportive

  • 128 Du nom du président de la République libanaise qui inaugure la cité sportive en 1957.
  • 129 L’Orient-Le jour, 11 juillet 1997.
  • 130 Idem.
  • 131 Voir Kassir 1994, p. 35 et 55. Le mandat de Camille Chamoun s’achève dans la guerre civile de 1958 (...)
  • 132 « Tous terrains », L’Orient-Express 20, juillet 1997.
  • 133 « Tous terrains », L’Orient-Express 19, juin 1997.
  • 134 « Algarade : Le pays qui n’aime pas les enfants », L’Orient-Express 21, août 1997.
  • 135 « Tous terrains: questions de priorités », L’Orient-Express 19, juin 1997.

4Jusqu’à la guerre, la Cité sportive Camille Chamoun 128 a été le lieu des grandes compétitions sportives arabes. Elle contribuait ainsi à renforcer le rôle régional de Beyrouth. En outre, l’édifice a été un poste de résistance des Libanais et des Palestiniens lors de l’invasion israélienne en 1982, ce qui confère au symbole une dimension arabe plus forte encore. La reconstruction de l’édifice est entamée en 1993 sur l’initiative de Rafic Hariri en vue d’accueillir les huitièmes jeux panarabes, du 12 au 27 juillet 1997. L’ambition du Premier ministre de graver son nom sur la Cité sportive provoqua un « tollé général »129 dans l’opinion publique. Le nom de Rafic Hariri aurait remplacé celui de l’ancien président de la République Camille Chamoun et L’Orient-Le jour voit dans cette volonté de débaptiser la Cité sportive une intention politique: Camille Chamoun, bâtisseur du stade, serait le « symbole d’un certain visage du Liban »130. Pour sa part, le magazine n’insiste que peu sur cette querelle. Il est sans doute moins attaché que le quotidien à la figure de Camille Chamoun et à celle du Liban qui lui est associée 131. Mais surtout, il regrette que le comportement jugé puéril du Premier ministre – Claude Achcar parle d’« amour effréné m’as-tu vu? »132 – occulte les débats de fond. Mis à part la mention des difficultés financières rencontrées – Claude Achcar regrette « les aides fraternelles arabes tant espérées et restées lettre morte »133, et en effet, si l’Arabie Saoudite et le Koweït ont versé leur participation, ni les Émirats arabes, ni le Qatar n’ont honoré leur promesse, le trésor public compensant cette défection –, le magazine déplore le peu de profit qui a finalement été tiré de cette manifestation sportive. Le spectacle aurait pu avoir une portée fédératrice, les appartenances communautaires s’effaçant derrière le soutien aux compétiteurs nationaux. Au lieu de cela, aucun travail de communication n’aurait été fait pour attirer les spectateurs. Samir Kassir imagine par exemple qu’auraient pu être réunis des enfants de « toutes les régions et de toutes les confessions […], cela aurait fait un beau mélange en même temps qu’un excellent stage de civisme et de convivialité »134. Par ailleurs, l’envergure du projet soulignerait par contraste le sous-équipement des régions périphériques. L’Orient-Express salue le fait que « le gouvernement veuille faire du sport, du moins en apparence, une de ses priorités »135. Mais la dimension « pharaonique » du nouveau bâtiment démontre qu’il ne s’agit en fait que d’ostentation. L’intitulé de l’« état des lieux » du n° 19 « la façade, la façade » est explicite: la préférence du pouvoir va à ce qui se voit. Et le projet est ainsi disproportionné avec à la fois les moyens et les besoins. Pourquoi construire un stade si imposant quand on ne s’occupe pas de « ses actuels et surtout futurs utilisateurs »? Claude Achcar dresse un bilan alarmant de l’état de l’enseignement du sport à l’école et à l’université et souligne l’absence de stades à « dimensions libanaises » dans les municipalités. Il soulève ici une des clés du débat sur la reconstruction: celle du développement équilibré entre centre et régions, dont on va voir, avec le cas de la ville de Baalbeck, l’importance de l’enjeu.

Le festival de Baalbeck

  • 136 Karam Anthony: « Transcultures: Là-haut », L’Orient-Express 21, août 1997.
  • 137 Le premier de « l’enfant du pays », Abdel-Halim Caracalla, ballet intitulé « Andalousie, la gloire (...)
  • 138 L’Orient-Le jour, 1er août 1997.
  • 139 Karam Anthony: « Transcultures: Là-haut », L’Orient-Express 21, août 1997.
  • 140 « Transcultures: Songes d’une nuit d’été », L’Orient-Express 21, août 1997.
  • 141 Donati Caroline: « Baalbeck, en deçà du festival », L’Orient-Express 20, juillet 1997.

5Créé en 1956, fierté nationale d’avant-guerre puisqu’il drainait artistes internationalement renommés et spectateurs du monde entier, le festival de Baalbeck s’ouvre à nouveau, après vingt-deux ans d’interruption, au mois d’août 1997. Pour L’Orient-Express, cette nouvelle édition « donne l’air d’être une resucée compacte, trop compacte, des éditions d’avant-guerre »136 et cacherait mal le vide actuel de la scène culturelle libanaise, l’aura perdue que beaucoup aimeraient pouvoir à nouveau prêter au pays. La programmation comprend deux spectacles 137 encensés par les articles de L’Orient-Le Jour. Le quotidien se réjouit de ce que rien n’a finalement changé: « Malgré les années écoulées, les traumatismes, les rides du temps, nos angoisses secrètes et ravalées, […] le passé ressuscite avec son éclat, ses espoirs, toute sa force »138. À l’inverse, l’article d’Anthony Karam dans le mensuel rappelle que « vingt-deux ans sont passés. Vingt-deux ans durant lesquels il s’est passé bien des choses dans le monde. Au Liban. Et à Baalbeck »139. Le magazine reproche l’obsession pour un passé glorieux, qui ignore les années de conflit et occulte le retard nécessairement pris pendant quinze ans. La guerre a d’une part bloqué l’émergence de nouveaux modes d’expression et d’autre part interdit tout contact avec des courants artistiques qui émergeaient ailleurs. Le retard se traduit par une immaturité en matière de production culturelle – L’Orient-Express parle de « folklore estampillé artistique »140. Par ailleurs, la renaissance si parfaite du symbole créerait une confusion entre celle-ci et la normalisation du pays, qui reste pour sa part, chaotique. Ce camouflé devient plus flagrant encore quand, à Baalbeck même, les conditions socio-économiques de vie sont « à la limite du supportable »141. Au mois de juillet 1997, le mois qui précède celui du festival, L’Orient-Express y consacre un article, dont le titre est en couverture: « Baalbeck, en deçà du festival ». Alors qu’Anthony Karam remarquait que les spectateurs du festival avaient « eu droit à tout le ballet des personnalités officielles » et à « tout le ramdam qui s’ensuit: cortèges, sirènes, … », Caroline Donati parle de « l’absence de l’État » – établissements scolaires, services de voiries, réseau d’eau potable et hôpitaux qui périclitent.

2. Beyrouth et les déséquilibres régionaux

6Pour L’Orient-Express, ces résurrections jouent le rôle d’alibis. L’argument selon lequel la réhabilitation de ces symboles constituerait un facteur de cohésion nationale est jugé fallacieux. Un tel profit pourrait être tiré de ces quelques événements isolés s’ils venaient couronner une politique de développement cohérente. Or pour le magazine, ces réalisations « ostentatoires » sont bien plutôt symptomatiques du fait qu’aucune vision globale ne guide la reconstruction du pays. La mise en application d’une politique d’aménagement du territoire devrait permettre une répartition plus équilibrée entre centre et périphéries des infrastructures économiques et des services sociaux, la maîtrise d’une urbanisation galopante qui altère la variété des paysages libanais, et enfin une redéfinition du rôle central de Beyrouth. Ainsi seraient instaurées en profondeur les conditions sans lesquelles un début de réconciliation ne saurait émerger.

  • 142 Architecte-historien, alors chargé de recherche au CNRS-IREMAM et responsable au CERMOC de l’Observ (...)
  • 143 Voir Arnaud Jean-Luc, 1997: « Trop grand Beyrouth? », dans Arnaud Jean-Luc (dir.), p. 209.
  • 144 Idem, p. 225.
  • 145 Rayes Chantal: « Grand Beyrouth, trop grand Beyrouth? », L’Orient-Express 4, mars 1996.

7Le dossier central du numéro 4 « Grand Beyrouth, trop grand Beyrouth? » est consacré à l’hypertrophie de la capitale libanaise. Pour faire état des différents points de vue sur l’étalement de la capitale, Jean-Luc Arnaud 142, dans un cahier du CERMOC, étudie les publications scientifiques, administratives et la presse. Le dossier du numéro 4 de L’Orient-Express fait partie de son corpus. Alors que le sigle RMB (Région Métropolitaine de Beyrouth) est d’usage administratif, l’expression « Grand Beyrouth », qui désigne l’agglomération beyrouthine débordant les limites du Beyrouth municipe, appartient au langage commun et à celui des médias. Selon Jean-Luc Arnaud, l’emploi de cette expression « prend souvent la forme d’une dénonciation du développement de cette agglomération et de sa démesure »143. Sa conclusion est la suivante: c’est la peur de la grande ville, alimentée par la nostalgie d’un équilibre perdu, qui anime ceux qui dénoncent l’extension de la capitale. Le magazine et le chercheur s’entendent pour tenir responsable des maux de la ville non pas l’étalement urbain en lui-même mais le désengagement des autorités publiques. Pour Jean-Luc Arnaud, « ce n’est pas tant la taille de l’agglomération que l’absence généralisée de volonté publique et des replis communautaires d’en faire une ville qui semble en cause »144. Pour Chantal Rayes, « sans aucune espèce, ni même tentative d’aménagement du territoire, l’étalement urbain devient une tare »145. Mais quelles sont ces peurs et ces nostalgies, qui sont, pour Jean-Luc Arnaud, autant d’états d’âme motivant une dénonciation de l’urbanisation galopante?

Les peurs de la ville

  • 146 Donati Caroline: « Baalbeck, en deçà du festival », L’Orient-Express 20, juillet 1997.
  • 147 Kassalty Houda: « Extrèmes: le Akkar », L’Orient-Express 2, décembre 1995.
  • 148 Voir Fawaz Mohammad: « L’Aménagement du territoire et l’environnement au Liban depuis l’Indépendanc (...)
  • 149 Bahout Joseph: « Les guerres de l’après-guerre », L’Orient-Express 5, avril 1996.
  • 150 « Monsieur », bourgeois.
  • 151 Paysans.
  • 152 Bahout Joseph: « Papa, maman, le Liban et moi … du bon usage de la nostalgie », L’Orient-Express 14 (...)
  • 153 Idem.
  • 154 Rayes Chantal: « Grand Beyrouth, trop grand Beyrouth? »,, L’Orient-Express 4, mars 1996.

8« Alors que l’accord de Taëf stipulait un développement équilibré et global, une décentralisation administrative, une réhabilitation des municipalités, tous les projets ont été concentrés dans la capitale. On finance des projets, des secteurs qui ne sont pas prioritaires alors qu’ici des projets sont en attente d’exécution […] ». Ces propos d’Hussein Husseini, père de l’accord de Taëf et ancien président du Parlement, sont rapportés par Caroline Donati 146. Ils s’appliquent à la municipalité de Baalbeck. Mais Baalbeck n’est pas un cas isolé. Houda Kassatly parle également de « l’incurie de l’État »147 pour la région du Akkar par exemple. Pour Mohammad Fawaz, président du Conseil exécutif des grands projets 148, la concentration du développement économique, culturel et social dans la ville de Beyrouth après la seconde guerre mondiale et simultanément la stagnation de certaines régions à forte densité de population (comme le Sud ou la Békaa nord), ont engendré un exode rural massif, contribuant à surcharger les réseaux d’infrastructure dans la région de Beyrouth et à créer une « ceinture de misère » autour de la capitale, considérée par la suite comme une des causes de la guerre. Quel est le point de vue de L’Orient-Express? Joseph Bahout écrit: « on ne le répétera jamais assez, le Liban d’avant était sur la voie d’une polarisation de classe »149. La géographie du Beyrouth d’avant-guerre se caractérisait par la proximité du luxe et de la misère. « Non loin des khawaga-s150 suaient les fallahin 151 »152. Le magazine analyse cette proximité comme un facteur de frustration. Chez ceux qui n’avaient pas accès à la qualité des services, les opportunités offertes par Beyrouth développaient un sentiment de ségrégation régionale, ressort de ressentiments. Or « schizophrène, ce pays l’est encore aujourd’hui »153. Les déplacements forcés par la guerre ont amplifié le phénomène d’extension de l’agglomération beyrouthine. Les nouveaux pôles économiques éclos pendant le conflit se trouvent en crise sans qu’aucune politique urbaine globale ne vienne faciliter leur reconversion. « La dispersion des richesses a abouti à la disparité d’un paysage urbain tout en contrastes: les régions nanties côtoient crânement les îlots de pauvreté »154. Enfin l’euphorie qui accompagne la renaissance de la capitale dont Rafic Hariri a fait son cheval de bataille achève d’éveiller dans de nombreuses régions le sentiment d’être les « parents pauvres de la reconstruction ». L’enjeu d’un développement équilibré entre centre et périphéries n’est-il pas celui d’une paix civile durable?

Un paysage dévasté

  • 155 « Point de fuite », L’Orient-Express 2, décembre 1995.
  • 156 Notons par ailleurs que cet intitulé détourne le titre d’un ouvrage de Charles Corm, La Montagne in (...)
  • 157 Idem.
  • 158 Iskandar Asmine J.: « Ici et maintenant: Cap sur Tell », L’Orient-Express 8, juillet 1996.
  • 159 Young Michael: « Des banlieues trop tranquilles », L’Orient-Express 3, janvier-février 1996.

9La critique par le magazine d’une urbanisation envahissante est également motivée par un attachement à la diversité des décors, tant naturels qu’architecturaux, qu’offre le Liban. Les vastes projets d’aménagement ne s’inscrivent pas dans une politique globale élaborée par les autorités publiques. Ils sont attribués à des entrepreneurs privés. Pour Jade Tabet, est ainsi consacré « un modèle de développement à la libanaise »155. La gestion privée aboutirait à une spéculation « sauvage » peu soucieuse des retombées sociales ou environnementales de ces diverses réalisations. Les photos de l’« état des lieux » du numéro 23 « La montagne expirée »156 cherchent à édifier le lecteur: « on n’est pas à Manhattan, ni même à Downtown Beirut. Remarquez, on y sera bientôt. À force de gravir la montagne ». Les tours créent un environnement homogénéisé, où se perd le cachet de chaque région. De même, l’érection de « monstres hybrides et grimaçants » gomme la variété du littoral libanais (« plages de sable à Rmeileh, calanques rocheuses de Tabarja, ou côte sauvage à Batroun »157). À Enfé, la vieille ville phénicienne s’apprête à être entièrement recouverte pour que soit construit sur son emplacement un port de plaisance. Du point de vue de la rentabilité économique, L’Orient-Express juge ces projets contre-productifs. Ils privent le pays d’ « attractions archéologiques et touristiques d’une qualité incontestable »158. Enfin, ces nouveaux édifices sont comparés à des prisons, qui « glorifient l’isolement et la sécurité privée 159 ». Michael Young parle de « très confortables camps de déportation pour la classe moyenne ». Ce propos a valu au magazine les remontrances du promoteur d’un des « cantonnements » pris en exemple et dénommé « Cap sur ville ». Depuis le magazine a parodié cette dénomination pour dénoncer une urbanisation indifférente au patrimoine historique. L’article qui déplore l’effacement de la ville phénicienne est intitulé « Cap sur Tell ». Pour Jamal Asmar, la propagation des tours s’apparente à un « cap sur vie ». Les richesses paysagères et architecturales du pays sont détruites par l’imposition d’un modèle de construction urbaine partout répété.

Nostalgie de la cité

  • 160 Rayes Chantal: « Grand Beyrouth, trop grand Beyrouth? », L’Orient-Express 4, mars 1996.
  • 161 « Le commerce éclaté », L’Orient-Express 4, mars 1996.
  • 162 Asmar Jamal: « Rawda Days », L’Orient-Express 6, mai 1996.
  • 163 Idem.

10La disparition du vieux Beyrouth suscite une profonde nostalgie. Au début de la guerre, Beyrouth se trouve amputé dès les premiers combats de son centre-ville historique, situé au cœur de la cité, ou plutôt qui constituait son cœur, « sa substantifique moëlle » selon les mots de Jade Tabet. Même si l’urbanisation rampante a commencé avant le déclenchement du conflit, c’est la guerre qui a fait disparaître le coeur de la capitale libanaise. La ville est atteinte d’« une macrocéphalie irrésistiblement expansionniste depuis qu’en 1976, la délocalisation provoquée par la destruction du centre-ville, puis la recherche de lieux de résidence à l’abri des bombardements ont fait éclater la ville capitale »160. Après la guerre, le commerce est éclaté en divers pôles; les classes moyennes, composantes essentielles pour la capacité d’intégration de la capitale, s’exilent en banlieue; le centre-ville est détruit et déserté. Or ce centre-ville avait une forte valeur symbolique. Joya Moawad 161 cite Andrey Bourgey quand il vante les mérites de ce « lieu de rapprochement de Libanais de toute confession et catégorie sociale ». Ses activités commerciales réunissaient ceux qui allaient se vêtir au souk Sursock, et ceux, plus aisés, qui achetaient fruits et légumes au souk al-Franj. Ce centre-ville était aussi un espace refuge pour une intelligentsia arabe en quête de liberté d’expression. Il participait pleinement de l’identité arabe de la capitale libanaise. Mixité sociale et confessionnelle, arabité, prestige intellectuel: tels sont les traits de la Beyrouth que regrette L’Orient-Express. L’éloge du café Rawda, îlot de résistance dans une ville confisquée par les promoteurs, illustre cette nostalgie. Le Rawda est présenté comme ayant été dans les années quatre-vingt « le point de chute » de la « gent intellectuelle de Beyrouth-Ouest »162. Aujourd’hui, « Le Rawda a assez d’espace pour contenir tout son monde. Ou plutôt tous ses mondes. Car c’est bien ce qui fait la différence et probablement le charme de ce café à l’ancienne. Les familles étendues […] y côtoient le tout-Beyrouth intellectuel […] »163. Samir Kassir, auteur de l’article sous le pseudonyme de Jamal Asmar, appartient à la catégorie de ces « intellectuels » qui fréquentent le Rawda. Vouloir la survie d’un tel café, c’est en même temps lutter pour que les élites retrouvent une place dans un pays qui serait entièrement régi par une oligarchie financière.

  • 164 Bahout Joseph: « Papa, maman, le Liban et moi… Du bon usage de la nostalgie », L’Orient-Express 14, (...)

11La perte du centre-ville est présentée comme une déchirure: en racontant le désarroi de sa mère quand il l’emmenait arpenter les ruines et se remémorer les formes urbaines disparues, Joseph Bahout réveille peut-être chez la plupart des lecteurs des souvenirs d’expériences similaires 164. La reconstruction de la capitale est au centre de ce qui fonde la légitimité du pouvoir et L’Orient-Express a à cœur cette reconstruction. Mais il y a divergence de vue entre l’urgence que fait prévaloir l’équipe de Rafic Hariri et l’exigence de réflexion que cherche à faire entendre L’Orient-Express. Pour le Premier ministre, priment la renaissance de la place financière prééminente au Proche-Orient avant-guerre et le choix d’un modèle économique adapté à la mondialisation et à l’ouverture des marchés. Pour le magazine, la fabrication d’un pseudo consensus autour d’un « néo-libanisme » enrobé dans le thème fédérateur de la reconstruction de la capitale permet l’évacuation de toute préoccupation politique, qui devrait pourtant sous-tendre le projet.

3. La ville « citoyenne » contre la ville du prince

  • 165 Beyhum Nabil, 1995: « La reconstruction et l’intérêt général; de la société et de la culture: ses h (...)
  • 166 Bahout Joseph: « Le sens de la ville », L’Orient-Express 4, mars 1996.
  • 167 Beyhum Nabil (dir.), Salam Assem (dir.), Tabet Jade (dir.), 1992: « Beyrouth: Construire l’avenir, (...)
  • 168 « Le spleen des architectes », L’Orient-Express 7, juin 1996.
  • 169 Bahout Joseph: « Le sens de la ville », L’Orient-Express 4, mars 1996.

12L’Orient-Express laisse une large place à l’expression de la colère des plus virulents pourfendeurs du « projet Hariri ». Jade Tabet, architecte-urbaniste libanais, tient dans le magazine la chronique « Point de fuite » jusqu’en juin 1996. L’élection d’Assem Salam à la présidence de l’Ordre des ingénieurs et des architectes est interprétée comme un « sursaut démocratique » et enchante le magazine. Avec Nabil Beyhum, éditeur d’un ouvrage paru en 1995 sur le thème de « la reconstruction et l’intérêt général »165 dont Joseph Bahout saluait la qualité politique du message 166, ils sont tous trois co-directeurs d’un recueil: « Beyrouth: Construire l’avenir, reconstruire le passé? »167. Assem Salam, interviewé par le magazine, s’engage « pour une architecture humaniste »168. Les termes récurrents d’« un urbanisme citoyen » ou « civique » illustrent cet engagement pour l’édification d’une ville au sein de laquelle l’habitant deviendrait acteur à part entière de la vie publique. Le magazine élabore ainsi une réflexion urbanistique autour du paradigme selon lequel la réforme de l’espace constitue un moyen d’orienter le fonctionnement de la société – paradigme qui fonde l’urbanisme comme science humaine depuis la moitié du XXe siècle, avec entres autres figures de proue, celle de Françoise Choay. Pour Joseph Bahout, l’actuel processus de recomposition de la ville se rend coupable de « fautes »169. Ces « fautes » ne permettent plus d’espérer l’édification de cette ville « citoyenne »: l’utilisation du pouvoir politique par des opérateurs privés aboutit à une spéculation foncière incontrôlée, dont les acteurs font de l’économique l’unique référent du système urbain, toute dimension sociologique étant oubliée. On remarque le champ lexical utilisé par Jade Tabet. Il renvoie à un sentiment d’impuissance face à un phénomène débridé: « hystérie immobilière », « frénésie spéculative », « rage spéculative », « frénésie constructive », « un dispositif implacable se met en place ». Quel dispositif? celui d’un modèle de développement économique libéral qui donne naissance à un espace urbain anonyme et homogène, organisé autour de tours et de tracés rectilignes, dans lequel évoluerait un homme régénéré. Or, pour Jade Tabet, se contenter d’ajuster le projet urbain à un espace de rentabilité économique constitue une insulte à l’élément humain. La ville perd sa capacité d’intégration en même temps que sa spécificité. De la construction de cette ville nouvelle, résultent trois conséquences, que L’Orient-Express juge dramatiques au regard de leur impact néfaste sur le processus de réconciliation nationale: la destruction du tissu urbain historique, l’absence de tout espace public et l’homogénéisation des formes urbaines.

La préservation du patrimoine urbain

  • 170 « Point de fuite: Fragments ruinés pour une destruction inconvenante », L’Orient-Express 6, mai 199 (...)
  • 171 Tabet Jade: « Trois plans pour une ville: lectures d’un projet pour la reconstruction du centre-vil (...)
  • 172 Choay, Françoise, 1992: L’allégorie du patrimoine, Paris, Le Seuil.

13« Le modèle de la croissance de Beyrouth s’est jusqu’à présent inventé contre la ville historique »170. Dans un article 171, Jade Tabet emprunte à Françoise Choay 172 trois approches possibles de la ville ancienne. La figure « mémoriale » s’oppose au changement, la ville sacralisée ne subira aucune restructuration, elle sort de l’Histoire. La figure « muséale » considère la ville ancienne périmée du fait de l’avènement de la société industrielle; les monuments, objets précieux pour l’Histoire, sont transportés hors du circuit de la vie.Cette logique est celle retenue par la société chargée de la reconstruction du centre-ville de Beyrouth, SOLIDERE, dont le principal actionnaire est Rafic Hariri. La politique patrimoniale de la société foncière a été très vivement critiquée par l’opinion publique et l’intelligentsia libanaise. L’Orient-Express qualifie de « massacre urbain » la destruction du quartier de Wadi Abou Jamil, pourtant protégé par le plan directeur, ou la défiguration des quartiers historiques de Bad Idriss et de Mar Maroun, vestiges de la ville ottomane. La ville ancienne devient une ville-musée. Quelques monuments isolés, arrachés de leur contexte, « pâles lots de consolation », sont mis en scène et n’empêchent plus l’édification, à côté, d’une ville nouvelle. Dans le cas spécifique du Liban, raser le tissu ancien, marqué par le conflit, c’est effacer toutes traces de l’affrontement pour repartir à zéro. « La mort de la ville permettrait de détruire la mort dans la ville et d’en préfigurer la résurrection ». Le choix de la table rase indique qu’aucune place n’est laissée à la mémoire dans le débat sur l’avenir. La figure « historiale », figure inverse de la précédente, dans laquelle la ville conserve son historicité, est celle retenue par l’architecte. Il se défend d’une quelconque nostalgie pour un paradis perdu ou d’une crispation réactionnaire à l’endroit d’un nouvel urbanisme lié à la pénétration de la modernité occidentale; il souhaite que le tissu ancien soit un tissu vivant qui s’intègre dans le paysage urbain reconstruit. Car, selon lui, le tissu urbain historique possède une vertu salvatrice, celle d’inviter à se souvenir, de participer à la constitution d’une mémoire collective d’un passé national. Le magazine combat l’amnésie prescrite par les gouvernants: la ville ancienne a le pouvoir de témoigner; or sans conscience historique, il n’y a pas de reconstruction viable. La réconciliation exige tout d’abord un travail de mémoire, garde-fou contre un éternel recommencement.

Pour un espace public

  • 173 « Point de fuite: Espaces publics, jeux privés », L’Orient-Express 3, janvier-février 1996.
  • 174 Beyhum Nabil, 1990-91: Espaces éclatés, espaces dominés, études sur la recomposition des espaces ce (...)

14La guerre a renforcé les ségrégations communautaires spatiales. La ligne invisible qui sépare « l’Est chrétien » et « l’Ouest musulman », traversant le centre-ville historique, est la plus remarquable. La ville reconstruite doit être telle qu’elle ne favorise pas la reproduction des clivages communautaires et sociaux mais à l’inverse, offre le maximum d’espaces ouverts à tous, sans distinction d’appartenance confessionnelle ou sociale. Or Jade Tabet compare l’espace public tel que l’envisage le projet Hariri à « un vide soumis à un dépeçage systématique »173. Partageant le point de vue que Nabil Beyhum exprimait en 1991 dans sa thèse 174, Jade Tabet voit dans l’espace public, depuis le jardin ou le café, espaces de convivialité, jusqu’au musée, espace de contacts culturels, le lieu du dépassement de l’appartenance familiale ou communautaire. La ville « grandiloquente », « dominée par ses planificateurs », à l’ordonnancement si prévisible, étouffe la ville vécue, celle investie par ses habitants, marquée par leurs pratiques et leurs itinéraires.

La standardisation de la ville

  • 175 « Point de fuite: Question de style », L’Orient-Express 4, mars 1996.

15L’avènement d’un « style officiel »175, pastiche de « monumentalisme » néo-classique et de touches arabisantes, altère la diversité de l’architecture beyrouthine. L’imposition artificielle d’un « dénominateur commun stylistique » annihile toute tentative de renouvellement, théorique et pratique, en matière d’architecture. Architecture qui serait à la fois respectueuse des formes anciennes (grandes demeures, escaliers extérieurs, terrasses, rues à échelle humaine) et soucieuse de modernité. Quant au mobilier urbain, il doit être ressenti comme adapté, aux besoins, à l’environnement, aux conditions climatiques, et non copié sur les métropoles vues comme des métropoles de référence, à savoir Paris, Londres ou New-York. Pour L’Orient-Express, préférer importer, sans les adapter, des éléments d’un autre paysage urbain déjà bien établi et identifiable, plutôt que réfléchir à une production locale, en rapport avec une culture commune, revient à se complaire dans le rôle du dominé, et ce, sous couvert de faire preuve de modernité. Au-delà des aspects pratiques, Beyrouth doit être un lieu où s’élabore et se lit une culture propre. Le « plan fixe » du n° 19 s’intéresse aux nouvelles poubelles de Sukleen – société privée appartenant au Premier ministre et chargée du ramassage des ordures. Elles sont des copies quasi conformes du modèle anglais, et arborent l’inscription « litter ». Quant aux abris bus à l’allure française, Jamal Asmar remarque, dans le « plan fixe » du n° 18, leur décalage avec le climat beyrouthin: « dans un pays du soleil, un toit transparent? dans une ville poussiéreuse, une couleur sombre? ». Enfin, le désir de Rafic Hariri de faire de la place des Martyrs – ancien centre symbolique de la ville – une immense avenue plus large que celle des Champs-Elysées achève de montrer que la ville pensée par le projet en cours d’exécution répond avant tout à une fonction de représentation.

4. Les modalités de la reconstruction

Le CDR sous les feux de la critique

  • 176 Rayes Chantal: « CDR, l’État et son double », L’Orient-Express 23, octobre 1997.
  • 177 Entreprise de travaux publics, propriété de Rafic Hariri.

16Chantal Rayes signale 176 la totale mise à l’écart de l’État lors de l’élaboration du plan d’urbanisme de 1991 [Plan Horizon 2000], au cours de laquelle seul Rafic Hariri a pu imposer ses directives: « C’est Rafic Hariri qui en passe commande, par l’intermédiaire du Conseil pour le développement et la reconstruction, à la tête duquel il prend soin de faire nommer Fadl Chalak, ancien président d’Oger-Liban 177. Et c’est encore lui qui finance l’étude [du plan] à la place de l’État ». Le CDR, Conseil pour le Développement et la Reconstruction, remplace en 1977 (première trêve, espoir de paix depuis le début des combats), le ministère du Plan, jugé incapable de réaliser un plan d’aménagement du territoire. Les successives présidences de Fadl Chalak puis de Nabil Jisr, ancien président d’Oger international à Paris, placent cette institution parapublique sous le contrôle du Premier ministre. La journaliste reconnaît la nécessité de cette administration parallèle encore en 1995, étant donné l’impuissance persistante des institutions traditionnelles. Mais elle se fait cependant l’écho de ceux, et en particulier du parlementaire Nassib Lahoud, qui accusent le « superministère » d’être un « État dans l’État ». Le dossier n° 23 s’intitule « CDR, l’État et son double ». Le Conseil pour le Développement et la Reconstruction cumule les pouvoirs de planification, de financement, d’exécution et de contrôle de l’exécution, « ce qui achève de déposséder les ministres de leurs prérogatives ». Le principe de la séparation des pouvoirs, règle élémentaire du droit administratif et garantie démocratique, est ignoré. Tous les maillons de la chaîne étant concentrés dans les mains d’un seul, la planification devient pour Nassib Lahoud « une coordination de chantier plutôt qu’une vision d’avenir ». L’Orient-Express se fait le relais de ces critiques en invitant Nabil Jisr à y réagir. D’autre part, Chantal Rayes rapporte les propos du député Babikian: « l’existence d’un outil permettant une exécution rapide [le CDR], a occulté l’urgence de la réforme [administrative] ». Et la journaliste d’ajouter, non sans ironie: « Et pour cet homme de réalisations qu’est Rafic Hariri, la revitalisation des institutions pouvait-elle raisonnablement primer sur la reconstruction physique? » Non que le magazine n’estime pas « la reconstruction physique » du pays nécessaire, mais le Premier ministre userait toujours du prétexte de l’urgence pour renvoyer dans un futur incertain d’autres dossiers tout aussi cruciaux – telle la refonte administrative. Ce manque d’empressement confirmant le peu de cas fait du fonctionnement démocratique des institutions.

Le centre-ville livré à SOLIDERE

  • 178 Rayes Chantal: « Voyage au bout de SOLIDERE », L’Orient-Express 12, novembre 1996.
  • 179 Idem.

17« Les dess(e)ins de la providence », article inclus dans le dossier du n° 12, fait le récit de la naissance de SOLIDERE, la Société Libanaise pour le Développement et la Reconstruction du centre-ville de Beyrouth. L’intitulé de l’article joue sur la périphrase devenue courante pour désigner le Premier ministre, « l’homme providentiel ». Et en effet l’idée de confier la restauration du « Beirut Central District » à une société aux capitaux privés vient du groupe Oger. Étant invoqué l’urgence de la reconstruction du centre-ville et l’avantage de flexibilité que présente un organisme privé, une loi spéciale est votée pour que « le CDR puisse déléguer ses fonctions de réaménagement et de reconstruction des zones sinistrées par la guerre à une telle société »178. « Voyage au bout de SOLIDERE » est l’intitulé du dossier du n° 12. Parodie du titre de l’ouvrage de Louis-Ferdinand Céline « Voyage au bout de la nuit », il suggère que le fonctionnement de la société foncière est caractérisé par une absence de transparence. « La loi retire à l’État tout contrôle, et le prive sans aucune justification de rentrées fiscales puisque la société et ses actionnaires sont exonérés d’impôts sur le revenu pendant dix ans, privilège d’autant plus injustifié que la société se fera rembourser les travaux d’infrastructure par l’État »179, entre autres par le biais de l’acquisition de 60 hectares de remblais du front de mer. Les avantages financiers que représente la transaction entre l’État et la société foncière ne sont pas en faveur du trésor public. En outre, les offices administratives voient leurs compétences neutralisées. La journaliste rapporte l’exemple suivant: une banque dans laquelle Rafic Hariri a des intérêts financiers veut détourner le plan directeur pour s’implanter en lieu et place d’une rue piétonne; le Premier ministre exercerait alors les pressions nécessaires pour soustraire SOLIDERE au contrôle de la Direction Générale de l’Urbanisme ou de l’Ordre des ingénieurs, contrôle rendu pourtant obligatoire par la loi quand les projets sont de plus de 4000 m2. L’Orient-Express s’efforce de montrer que la confusion entre responsabilité gouvernementale et gestion d’entreprise induit une subordination de l’intérêt général à un intérêt privé. La détention à la fois du pouvoir et de l’argent par un même individu aboutit à un arbitraire décisionnaire qui ignore non seulement les institutions publiques mais par là même le citoyen libanais.

Pour une participation citoyenne

  • 180 Idem.
  • 181 Propos de Jade Tabet rapportés par Rayes Chantal: « Voyage au bout de SOLIDERE », L’Orient-Express (...)
  • 182 « État des lieux », L’Orient-Express 1, novembre 1995.
  • 183 « Plan fixe », L’Orient-Express 4, mars 1996.
  • 184 Boustany Omar: « Transcultures: le petit homme et la paix », L’Orient-Express 18, mai 1997.
  • 185 Kassatly Houda: « Extrêmes », L’Orient-Express 16, mars 1997.

18La journaliste s’indigne du procédé d’appropriation par SOLIDERE des bien-fonds compris dans le périmètre de son action: « Leur propriété ainsi que tous les autres droits qui leur sont attachés seront transférés à la société (mais il paraît que cela ne s’appelle pas de l’expropriation) qui dédommagera en actions les ayants droits devenus partenaires contre leur gré de la société »180. L’illégalité du procédé a ici pour corollaire un mépris affiché pour les citoyens. Selon Chantal Rayes, la phase conceptuelle du projet s’est dispensée d’une consultation de l’opinion publique. La relation instaurée entre « l’ingénieur-qui-sait » et « l’homme ordinaire » condamné au silence s’apparenterait au rapport d’hégémonie du fort sur le faible pendant la guerre. Pour s’assurer le monopole de la reconstruction et le soutien de l’État, les promoteurs arguent de la rapidité avec laquelle SOLIDERE atteindrait les objectifs visés. Mais pour L’Orient-Express, ce monopole prive les citoyens de la possibilité de participer, de la voix comme du geste, à la restauration du cœur de la capitale. Les initiatives de certains, dans la périphérie du centre-ville, laquelle n’est pas incluse dans le périmètre d’action de la société foncière et ne bénéficie pas de « mesure d’encouragement de la part de l’État »181, sont alors saluées par le magazine. Une photographie de la rue de Damas est accompagnée de ce commentaire: « La rue de Damas se reconstruit lentement mais sûrement. On nous avait pourtant juré que les particuliers seraient incapables de reconstruire. Ou même de s’entendre pour reconstruire »182. Comble de l’indifférence des constructeurs et gouvernants pour le citoyen, l’effondrement d’un immeuble du quartier de Wadi Abou Jamil sur ses habitants, réfugiés qui réclamaient le paiement d’indemnités en échange de leur évacuation. SOLIDERE nie toute responsabilité. L’Orient-Express incombe implicitement la faute à la société foncière: « On sait bien que l’évacuation des réfugiés s’est prêtée à un chantage scandaleux. Mais cela ne méritait pas la peine capitale »183. Le magazine signale également qu’aucun représentant officiel de la nation n’a estimé à propos de se déplacer. Reste que, quand Chantal Rayes exprime son espoir de voir bientôt un centre-ville à « l’allure autrement humaine », elle ajoute « il ne dépend pas seulement de SOLIDERE d’y parvenir ». Dans la limite des moyens qui sont encore en sa possession, la société civile est invitée à être active dans l’élaboration d’une ville plus « humaine ». Dans sa critique de Jnainat al-Sanayeh, pièce de Roger Assaf, Omar Boustany qualifie le citoyen de « pendu d’une reconstruction programmée »184. Le citoyen n’a pas voix au chapitre dans le processus de recomposition de sa capitale. Et de ce fait, la nouvelle ville n’est pas conçue pour lui. Pour que l’image qu’elle renvoie soit bien lisse, il faut gommer en apparence les aspérités que présente une population hétéroclite. Pour Houda Kassatly, l’élimination de l’aspect populaire de certains quartiers, telle la corniche de Beyrouth, répond à la volonté « d’éradiquer toute vision d’une pauvreté supposée à défaut de pouvoir et vouloir éliminer les causes réelles de la misère »185. Victime d’une logique d’apparat, le citoyen est dépossédé de sa ville. Et cette dépossession, le citoyen la vit pour la seconde fois. Pour L’Orient-Express, il existe une similarité entre la période de l’affrontement et celle de la paix. Cette rhétorique revient régulièrement dans le magazine: les « gouvernants-promoteurs » confisquent la décision politique comme le faisaient les miliciens. Ou les ruines des bulldozers se confondent avec celles laissées par la guerre. La reconstruction s’apparenterait à une guerre contre la mémoire. Si les fouilles archéologiques tendent à prouver que l’on s’intéresse à l’Histoire, la démonstration n’est pas parfaite: l’acharnement mis à effacer les traces d’un passé récent dénote la volonté de faire oublier.

Notes

125 « Ah! qu’il était joli le Liban de papa », L’Orient-Express 14, janvier 1997.

126 « Ghassan Tuéni: sauver l’héritage et non pas le système », L’Orient-Express 14, janvier 1997.

127 Bahout Joseph: « Papa, maman, le Liban et moi … du bon usage de la nostalgie », L’Orient-Express 14, janvier 1997.

128 Du nom du président de la République libanaise qui inaugure la cité sportive en 1957.

129 L’Orient-Le jour, 11 juillet 1997.

130 Idem.

131 Voir Kassir 1994, p. 35 et 55. Le mandat de Camille Chamoun s’achève dans la guerre civile de 1958 qui résulte, selon la thèse de Samir Kassir, de facteurs internes conjugués aux facteurs régionaux. L’auteur parle d’un « capitalisme sauvage » en vigueur sous le régime de Camille Chamoun, aggravant les inégalités entre centre et périphérie, lesquelles recoupent souvent les frontières communautaires à la défaveur des musulmans. D’autre part, la montée du nationalisme arabe orchestrée par Nasser suscite au Liban la ferveur de la seule rue musulmane; et l’adoption par Camille Chamoun de la « doctrine Eisenhower » agit comme un catalyseur qui entraîne le conflit. Cet engagement du président de la République libanaise aux côtés des États-Unis est jugé par Samir Kassir comme une violation au Pacte National de 1943 qui stipule que le Liban ne doit être « ni une voie de passage, ni un sanctuaire pour le colonialisme ».

132 « Tous terrains », L’Orient-Express 20, juillet 1997.

133 « Tous terrains », L’Orient-Express 19, juin 1997.

134 « Algarade : Le pays qui n’aime pas les enfants », L’Orient-Express 21, août 1997.

135 « Tous terrains: questions de priorités », L’Orient-Express 19, juin 1997.

136 Karam Anthony: « Transcultures: Là-haut », L’Orient-Express 21, août 1997.

137 Le premier de « l’enfant du pays », Abdel-Halim Caracalla, ballet intitulé « Andalousie, la gloire perdue ». Le second est une prestation de Rostropovictch, accompagné de l’orchestre philharmonique de Radio-France.

138 L’Orient-Le jour, 1er août 1997.

139 Karam Anthony: « Transcultures: Là-haut », L’Orient-Express 21, août 1997.

140 « Transcultures: Songes d’une nuit d’été », L’Orient-Express 21, août 1997.

141 Donati Caroline: « Baalbeck, en deçà du festival », L’Orient-Express 20, juillet 1997.

142 Architecte-historien, alors chargé de recherche au CNRS-IREMAM et responsable au CERMOC de l’Observatoire de Recherches sur Beyrouth et sa Reconstruction (ORBR).

143 Voir Arnaud Jean-Luc, 1997: « Trop grand Beyrouth? », dans Arnaud Jean-Luc (dir.), p. 209.

144 Idem, p. 225.

145 Rayes Chantal: « Grand Beyrouth, trop grand Beyrouth? », L’Orient-Express 4, mars 1996.

146 Donati Caroline: « Baalbeck, en deçà du festival », L’Orient-Express 20, juillet 1997.

147 Kassalty Houda: « Extrèmes: le Akkar », L’Orient-Express 2, décembre 1995.

148 Voir Fawaz Mohammad: « L’Aménagement du territoire et l’environnement au Liban depuis l’Indépendance », dans la Lettre de l’ORBR/CERMOC n° 11, p. 7.

149 Bahout Joseph: « Les guerres de l’après-guerre », L’Orient-Express 5, avril 1996.

150 « Monsieur », bourgeois.

151 Paysans.

152 Bahout Joseph: « Papa, maman, le Liban et moi … du bon usage de la nostalgie », L’Orient-Express 14, janvier 1997.

153 Idem.

154 Rayes Chantal: « Grand Beyrouth, trop grand Beyrouth? »,, L’Orient-Express 4, mars 1996.

155 « Point de fuite », L’Orient-Express 2, décembre 1995.

156 Notons par ailleurs que cet intitulé détourne le titre d’un ouvrage de Charles Corm, La Montagne inspirée, publié en 1934, chantre de l’idéologue phéniciste qui tente de conjuguer l’idéologie de la montagne, refuge maronite, et l’idéologue de la ville, relais d’une économie libérale.

157 Idem.

158 Iskandar Asmine J.: « Ici et maintenant: Cap sur Tell », L’Orient-Express 8, juillet 1996.

159 Young Michael: « Des banlieues trop tranquilles », L’Orient-Express 3, janvier-février 1996.

160 Rayes Chantal: « Grand Beyrouth, trop grand Beyrouth? », L’Orient-Express 4, mars 1996.

161 « Le commerce éclaté », L’Orient-Express 4, mars 1996.

162 Asmar Jamal: « Rawda Days », L’Orient-Express 6, mai 1996.

163 Idem.

164 Bahout Joseph: « Papa, maman, le Liban et moi… Du bon usage de la nostalgie », L’Orient-Express 14, janvier 1997.

165 Beyhum Nabil, 1995: « La reconstruction et l’intérêt général; de la société et de la culture: ses habitants, sens de la ville », Beyrouth, Dar al-Jadid (en arabe).

166 Bahout Joseph: « Le sens de la ville », L’Orient-Express 4, mars 1996.

167 Beyhum Nabil (dir.), Salam Assem (dir.), Tabet Jade (dir.), 1992: « Beyrouth: Construire l’avenir, reconstruire le passé? », Beyrouth, Urban Research Institute.

168 « Le spleen des architectes », L’Orient-Express 7, juin 1996.

169 Bahout Joseph: « Le sens de la ville », L’Orient-Express 4, mars 1996.

170 « Point de fuite: Fragments ruinés pour une destruction inconvenante », L’Orient-Express 6, mai 1996.

171 Tabet Jade: « Trois plans pour une ville: lectures d’un projet pour la reconstruction du centre-ville de Beyrouth, 1991 », dans Davie Michael (dir.) 1997.

172 Choay, Françoise, 1992: L’allégorie du patrimoine, Paris, Le Seuil.

173 « Point de fuite: Espaces publics, jeux privés », L’Orient-Express 3, janvier-février 1996.

174 Beyhum Nabil, 1990-91: Espaces éclatés, espaces dominés, études sur la recomposition des espaces centraux de Beyrouth de 1975 à 1990, thèse en sociologie, Université de Lyon 2.

175 « Point de fuite: Question de style », L’Orient-Express 4, mars 1996.

176 Rayes Chantal: « CDR, l’État et son double », L’Orient-Express 23, octobre 1997.

177 Entreprise de travaux publics, propriété de Rafic Hariri.

178 Rayes Chantal: « Voyage au bout de SOLIDERE », L’Orient-Express 12, novembre 1996.

179 Idem.

180 Idem.

181 Propos de Jade Tabet rapportés par Rayes Chantal: « Voyage au bout de SOLIDERE », L’Orient-Express 12, novembre 1996.

182 « État des lieux », L’Orient-Express 1, novembre 1995.

183 « Plan fixe », L’Orient-Express 4, mars 1996.

184 Boustany Omar: « Transcultures: le petit homme et la paix », L’Orient-Express 18, mai 1997.

185 Kassatly Houda: « Extrêmes », L’Orient-Express 16, mars 1997.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540