Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Orient-Express : Chronique d'un magazine libanais des années 1990

 | 
Sandra Iché

Partie II. Pour une réconciliation nationale

Chapitre 5. L’État : premier pole d’intégration

Entrées d'index

Géographique :

Liban

Texte intégral

  • 59  « Algarade : Et si on changeait ? », L’Orient-Express 18, mai 1997.
  • 60  « Trois ans de rab », L’Orient-Express 1, novembre 1995.

1L’Orient-Express propose de ne pas confondre société ouverte et société fragmentée : le magazine invite les leaders politiques à tenir un discours d’envergure nationale. La tenue d’un tel discours passe par l’intégration de chaque communauté dans la vie publique et par un dialogue intercommunautaire. On le voit, L’Orient-Express ne prône pas une imposition de la déconfessionnalisation du système politique libanais, même si l’objectif à terme est celui-là. L’établissement d’un État laïc n’est possible qu’une fois que chaque communauté a reconnu l’État comme étant le sien, autant qu’il reconnaît qu’il est celui de l’autre. L’État constitue l’espace primordial où se joue la réconciliation nationale. Or la gestion de la vie publique sous la IIe République ne répond pas à ces objectifs. Le personnel politique transforme l’État en un vaste gâteau sur lequel chacun se sert en fonction d’intérêts personnels ou communautaires. Pour le magazine, les leaders chrétiens, représentants d’une communauté qui se perçoit comme la sacrifiée de la paix, gâchent l’opportunité de mener une opposition constructive qui aille dans le sens d’une intégration nationale. Cette communauté commettrait ainsi une double erreur : celle d’entretenir elle-même sa position d’exclue et celle de laisser libre cours à la « dégringolade générale de la vie publique » 59. L’Orient-Express apporte son soutien à quelques hommes dotés d’une « mentalité constitutionnelle » 60 et autour desquels pourrait se constituer une force d’alternance politique désireuse de construire un État de droit.

1. Pratique du pouvoir sous la IIe République

Le « néo-libanisme » de Rafic Hariri

  • 61 Le désarmement des milices date du 30 avril 1991, fin officielle de la guerre.
  • 62 Le président de la République Élias Hraoui parle de « la guerre des autres sur notre terre ».
  • 63 « Algarade: Le funambule et son filet », L’Orient-Express 3, janvier-février 1996.
  • 64 Voir Chiha, Michel, 1964: Politique intérieure, Beyrouth, Trident, p. 197.
  • 65 Idem, p. 196.

2Rafic Hariri occupe le poste de Premier ministre depuis octobre 1992. Le seul à présenter un projet pour le pays, il concentre sur lui tous les espoirs et devient « l’homme providentiel ». Auréolé par sa fortune personnelle acquise en Arabie Saoudite, il envisage un gigantesque programme de reconstruction des infrastructures du pays. C’est selon lui la priorité pour rendre le pays à nouveau compétitif du point de vue du commerce, des services et de la finance. « Le Liban sera un paradis fiscal », telle est la promesse de celui qu’on appelle le « milliardaire libano-saoudien ». C’est précisément ce caractère prioritaire donné à la « restauration économique » dans le sens envisagé par Rafic Hariri que le magazine dénonce. Samir Kassir exprime ainsi cette impression de vide politique : « Depuis cinq ans que le désarmement des milices a scellé la fin de la guerre 61, jamais la paix civile n’a été pensée par le personnel politique mandaté pour diriger la IIe République. Pour toute réflexion, on n’a eu que les sempiternelles et trompeuses dénonciations de la guerre des autres 62 ou les promesses idylliques d’une restauration économique. Dans tout cela, personne n’a pris la peine de réfléchir aux ressorts d’un pacte national renouvelé ni aux exigences du contrat social qui, seul, lui donnerait sa pérennité »63. En plaçant ainsi la fonctionnalité économique du pays au cœur de sa définition, le Premier ministre réactive la pensée de Michel Chiha. Celui-ci a donné une place centrale dans l’identité du pays au libéralisme qui est moins pensé comme un type de fonctionnement économique que comme une philosophie qui découle de la « vocation particulière [du Liban] pour la liberté » : « Le Liban est né d’elle et pour elle »64. Cette prédisposition du Liban à être une « République marchande »65 permet d’évacuer toute préoccupation politique. Or déjà sous la Ie République il fallait remédier aux problèmes et défaillances du « paradis », lesquelles ne sont pas sans rapport avec les causes du déclenchement de la guerre. Pour le magazine, le Liban ne saurait être « compétitif », et ne saurait être tout court, sans une unité nationale et une cohésion sociale renforcées.

Pour un retour à la normalité civique et politique

  • 66 « Hors-jeu: Peur de quoi? », L’Orient-Express 2, décembre 1995.
  • 67 « L’État en infraction », L’Orient-Express 25, décembre 1997. Les « circonstances exceptionnelles » (...)

3En ne pensant pas la paix civile, les gouvernants et, dans la mesure où ils gardent le silence, les citoyens eux-mêmes, s’emploient à prolonger cette période incertaine de l’après-guerre, laquelle porte encore les stigmates du conflit. Paul Achcar, en recourant à des formulations symétriques, met en valeur cette contradiction : « Tant que la guerre représentait la mise entre parenthèses de la démocratie, ça allait, c’était logique ; si maintenant ça doit continuer avec la paix…[…]. Tant que la guerre représentait la désarticulation de l’économie, ça allait, c’était logique ; si maintenant ça doit continuer avec la paix…[…] »66. Un autre exemple de cette similarité paradoxale entre le temps de la guerre et celui de la paix est donné par l’« État des lieux » du numéro du mois de mars 1996, « une journée particulière ». Le 29 février 1996, l’armée décidait d’un couvre-feu pour empêcher la tenue d’une manifestation annoncée par la centrale syndicale, la CGTL. Les photos choisies par L’Orient-Express pour raconter l’événement montrent des rues désertées. « On a beau se dire que le pire a été évité et qu’au moins il n’y a pas eu mort d’homme, ces rues vides, ces queues devant les boulangeries rappellent trop de mauvais souvenirs ». Ainsi, malgré la paix, se perpétue une situation de non-droit, où loi et liberté civile n’ont pas de réalité. « Pourtant on y avait cru, un temps, au retour de l’État de droit ? Quand la fin de la guerre aurait dû sonner le glas de ces « circonstances exceptionnelles » qui justifiaient tout et n’importe quoi. Mais non, ce n’est pas fini tout ça. La preuve, on vous les ressort encore, à l’occasion »67.

Les acteurs du pouvoir

  • 68 Kassir Samir: « Qu’avons-nous fait de notre après-guerre? », L’Orient-Express 5, avril 1995. En jui (...)
  • 69 « La détresse des choses ingouvernées », L’Orient-Express 13, décembre 1996.
  • 70 « Enjeu », L’Orient-Express 16, mars 1997.
  • 71 « L’étouffoir: troïka et inamovibles », L’Orient-Express 13, décembre 1996.

4Cette confusion entre deux temps s’explique en partie par l’identité des acteurs politiques. Le pouvoir est aux mains « des anciens chefs de milice, des hommes d’affaires et des notabilités recyclées »68. Le monde politique aurait hérité des manifestations triomphalistes des milices. Les deux vices qui caractérisent le personnel politique de la IIe République sont la mentalité milicienne et « la logique de rente »69. Le milicien est « un prédateur et un parasite » qui phagocyte ce qui reste d’institutions. La logique de rente consiste en un réseau dense d’intérêts et d’amitiés qui régit l’État. C’est peut-être le ministre de l’Intérieur, Michel Murr, qui inspire le plus de critiques à L’Orient-Express. Après les trois membres de la troïka, Élias Hraoui, Rafic Hariri et Nabih Berri, le ministre de l’Intérieur est l’homme politique dont L’Orient-Express a relevé le plus de propos choisis pour « Vrai ou faux ? ». Le principe du « Vrai ou faux ? » consiste à présenter telles quelles des citations d’hommes publics. L’Orient-Express se dispense de tout commentaire, mettant ainsi en avant l’aplomb avec lequel les hommes au pouvoir ignorent le gouffre qui sépare ce qu’ils disent de ce qui est. Michel Murr est pris à partie pour avoir évité l’examen par le Conseil constitutionnel des requêtes en invalidation de certains députés « élus » à l’été 1996 : « Quand il se met au travail, notre ministre de l’Intérieur est un véritable stakhanoviste »70. Dans l’Algarade du numéro 16, Samir Kassir rêve à sa démission : « Ne plus avoir au gouvernement un Michel Murr, ça vous ferait vraiment mal, vous ? Il faut avoir perdu le sens des petits plaisirs de la vie pour ne pas se réjouir rien qu’à l’idée ». La danse des loups comprend les « chefs » – Hariri, Berri, Hraoui – et les inamovibles – Murr et Joumblatt : « Tout le petit monde des chefs se retrouve entre soi : à quoi bon les assemblées générales des différentes institutions ? restons entre nous avec des vice-orthodoxes toujours prêts à servir ; et il y a toujours moyen de consulter Joumblatt pour ses desiderata »71. Le « vice-orthodoxe » est précisément Michel Murr : le ministre de l’Intérieur, de confession grecque-orthodoxe, est également vice-président du Conseil. Du fait de ces pratiques, ce sont donc les institutions de la IIe République qui se voient détournées au profit d’intérêts communautaires et personnels. Paul Achcar les qualifie d’ « orphelines ». Et du fait du traitement que le personnel politique en place leur fait subir, le premier objectif d’une opposition, bien avant la réforme, doit être de les « protéger ».

2. La vie politique après l’accord de Taëf

Le Document d’entente nationale

  • 72 Selon l’article 60, le président de la République est politiquement irresponsable. Selon l’article (...)
  • 73 Maronites, sunnites et chiites.
  • 74 Le nombre des députés au Parlement a été porté à cent huit, au lieu de quatre-vingt-dix neuf précéd (...)
  • 75 Voir Kassir Samir: « Désordre établi au Liban », Le Monde diplomatique, février 1997.
  • 76 « En coupe réglée », L’Orient-le Jour, 9 novembre 1996.
  • 77 « L’État en infraction », L’Orient-Express 25, décembre 1997.

5Sous la Ière République (1943-1990), la reconduction de la centralité maronite a conduit à un déséquilibre en faveur de l’exécutif et notamment du président de la République 72. L’accord de Taëf répond au souci de placer les trois grandes communautés 73 sur un pied d’égalité. D’une part, le président de la République perd, au bénéfice du président du Conseil et des ministres, bon nombre des prérogatives que la constitution de 1926 lui assignait. D’autre part, la parité entre sièges musulmans et sièges chrétiens est introduite 74. Selon Samir Kassir, « les chrétiens sont persuadés que l’accord de Taëf de 1989 signifie le remplacement de l’ancienne hégémonie maronite par une hégémonie musulmane »75. Et l’entremise de la Syrie dans la gestion des affaires libanaises depuis le Document d’entente nationale suivi d’un traité de « fraternité, coopération et coordination » signé à Damas le 22 mai 1991 entre les deux pays, vient conforter cette interprétation de l’accord. Cette lecture de Taëf se retrouve dans les pages de L’Orient-Le Jour où s’exprime le rôle minoré que serait celui d’Élias Hraoui au sein du jeu institutionnel : Élias Hraoui a longtemps été « le parent pauvre de la troïka en raison de la réduction substantielle de ses prérogatives constitutionnelles »76. Plus globalement, l’éditorialiste de L’Orient-Le jour voit l’accord comme essentiellement malin : « Sous prétexte d’une répartition équitable des pouvoirs, l’accord de Taëf – revu, corrigé et complètement dévoyé – a doté le Liban d’un système impraticable ; le pays est impossible à gouverner si ce n’est, et la chose n’est guère fortuite, par le recours incessant à l’arbitrage du parrain syrien ». Pour l’auteur, l’objectif non avoué et réel (la chose n’est pas fortuite, dit-il) des signataires de l’accord est de permettre l’entremise syrienne. Ce qu’il juge être seulement un prétexte qui masquerait cet objectif réel est pour L’Orient-Express l’intérêt majeur, parce que salutaire, de l’accord : le rééquilibrage des pouvoirs permet une intégration des musulmans au sein de la vie politique. Ce « système impraticable » renvoie à ce que l’on nomme la « troïka libanaise ». Cet instrument de neutralisation communautaire réciproque qu’appelle l’obsession de l’équilibre confessionnel serait devenu un « monstre à trois têtes »77 privant les institutions de leurs prérogatives. Or selon Paul Achcar, « c’est la fin de la politique qui explique la troïka, ce n’est pas Taëf ». Pour L’Orient-Le jour, la troïka telle qu’elle fonctionne, c’est-à-dire au mépris d’un jeu démocratique des institutions, est inscrite dans Taëf. Pour L’Orient-Express, la troïka vide Taëf de ses potentialités démocratiques.

La toute-puissante troïka

  • 78 « Qu’avons-nous fait de notre après-guerre? », L’Orient-Express 5, avril 1996.

6Pour le magazine, le Document d’entente nationale, au-delà d’être un protocole de sortie de guerre, offre deux chances : celle d’extraire de l’enlisement la politique libanaise en proposant un « modus operandi de l’équilibre intercommunautaire »78 ; celle de redonner au caractère « privilégié » des relations libano-syriennes son vrai sens. Il faut examiner l’un après l’autre ces deux aspects, en examinant d’abord les raisons qu’avance le magazine pour justifier les espoirs qu’il fonde sur l’accord de Taëf ; en considérant ensuite les déceptions du magazine. Mais avant cela, il faut s’interroger sur la validité que le magazine accorde à l’accord de Taëf en vue de la constitution d’un État laïc puisque le Document d’entente nationale fait toujours de la communauté religieuse l’élément structurant du système politique libanais.

  • 79 L’accord de 1989 envisage « l’abolition du communautarisme politique par étapes comme un objectif n (...)
  • 80 « Hors-jeu: guerre froide dans le métro », L’Orient-Express 3, janvier-février 1996.
  • 81 Idem.
  • 82 Idem.
  • 83 « L’État en infraction », L’Orient-Express 25, décembre 1997.
  • 84 « Hors jeu:Peur de quoi? », L’Orient-Express 2, décembre 1995.

7L’Orient-Express, et tout particulièrement Paul Achcar, conçoit la déconfessionnalisation du système comme un processus lent qui doit être lancé pour atteindre l’établissement définitif d’un État laïc et démocratique 79. Le « hors-jeu » du numéro 3 consiste en une démonstration de la perversité du système communautaire. Paul Achcar imagine une ligne de métro à trois stations : Individu, Confession, Nationale. « Ce que Confession gagne, Nationale le perd nécessairement. Une station ne mène pas à l’autre dans ce mode de représentation, c’est comme ça depuis la naissance du Liban »80. Paul Achcar dénonce le confessionnalisme comme un obstacle à l’édification d’un État moderne, puisqu’il constitue une entrave à la maturité politique de l’individu. L’égalité devant la loi doit libérer l’individu des réseaux de solidarité de la famille, la localité ou la confession. Et l’individu se réalise en tant que citoyen par le biais d’obligations et de droits, et de manière centrale, par son droit à la participation à l’exercice du pouvoir politique. Or, l’article 7 de la Constitution, qui affirme pourtant le principe de l’égalité citoyenne, se trouve d’office contredit par le système de répartition confessionnelle des charges publiques. Les Libanais n’ont d’existence publique qu’en tant que membres de communautés auxquelles des droits politiques différents sont attribués. L’individu n’est pas politiquement reconnu. Paul Achcar souligne ce paradoxe au Liban, pays au sujet duquel certains idéologues vantent la plénitude de la liberté individuelle : « C’est la force du système communautaire de produire des individualismes à la place des individus.[…] Ce système n’a pas d’inconvénients à ce que, dans certains domaines, le Libanais soit un individualiste, s’il conserve dans d’autres domaines, un réflexe de groupe. La constante c’est que dans tous les cas, ça restera une société sans citoyens »81. Cette réflexion sur le système communautaire vise directement les fondements du système Chiha qui distingue le domaine économique dans lequel la liberté individuelle est largement encouragée, et le domaine politique où le maintien d’une coexistence des minorités confessionnelles exige la permanence de modes d’organisation communautaire. C’est pour que l’individu libanais ne soit pas cantonné au rôle encensé d’ouvrier du « miracle » économique mais pour qu’il se réalise en tant que citoyen que Paul Achcar souhaite à terme une déconfessionnalisation du système. Or Taëf « neutralise la station confessionnelle par la parité islamo-chrétienne » au sein du Parlement. Une participation égale à la vie publique peut aboutir à une relative autonomisation de l’État par rapport aux communautés pour lesquelles il ne serait plus directement un enjeu de luttes. Taëf permet donc que soit entamée une réflexion sur « la modification de la règle du jeu »82. Mais cette potentialité qu’offre l’accord de Taëf est gâchée par le pouvoir tricéphale. Le Document d’entente nationale mettait en place un système parlementaire type, le pouvoir législatif étant aux mains de l’assemblée plénière du Parlement et le pouvoir exécutif aux mains du Conseil des ministres. Mais les institutions se voient confisquer la réalité de la décision politique par « stérilisation » : « dans le cas du Parlement, en faisant dépendre du bon pouvoir du président tous les rythmes du travail législatif. De facto, cela met le président du Parlement au carrefour de toutes les initiatives, qu’elles soient parlementaires ou gouvernementales, urgentes ou doublement urgentes […] ; de l’autres côté, le Conseil des ministres est borné par les palais du président de la République et du chef de gouvernement qui en sont les hôtes à tour de rôle ». S’instaure une collaboration au sommet, une pratique de tractations régie par des intérêts communautaires ou personnels, « infraction criante à la Constitution qui prévoit clairement la séparation des pouvoirs »83. Paul Achcar conclut : « Le système qui s’est installé au nom de l’intérêt général n’a plus besoin des Libanais. Ni de leurs votes, ni de leurs problèmes, ni de leur travail, ni de leurs régions […] »84.

Loi électorale, médias et syndicats

  • 85 « Enjeu: Municipales, décentralisation, élections, associations… le bâillonnement s’accélère », L’O (...)

8Le numéro 25 de L’Orient-Express, l’un des tous derniers, dresse un bilan sans appel des irrégularités de l’exercice du pouvoir. C’est dans des termes sévères que le magazine dénonce un « État en infraction ». « La IIe République ne s’embarrasse pas de règles, les viole, les détourne ou pire, les ignore. […] Démocratie du cause toujours ». De manière parfaitement méthodique, les articles s’enchaînent dressant une liste de toutes les violations aux principes élémentaires de la démocratie : « Liberté d’expression : les entraves », « Liberté d’association : le mépris », « Droits de l’homme : la dérive », « Indépendance de la justice : le chemin le plus long ». Les dessins qui ponctuent le déroulement du dossier sont éloquents : un personnage ficelé à une chaise et dont la langue est clouée sur une table devant lui ou encore une botte s’apprêtant à écraser le logo de l’ONU transformé en une fleur. Les acteurs au pouvoir sont ainsi accusés de mépriser non seulement les institutions du pays, mais également les instances internationales. En l’occurrence, le magazine rappelle qu’un rapport de l’ONU fait état de « cas d’arrestations arbitraires, détentions, perquisitions sans mandat d’arrêt… ». On relèvera trois situations illustrant les irrégularités de la pratique du pouvoir sous la IIe République : l’adoption de la loi électorale pour les législatives de 1996, le traitement réservé à la centrale syndicale et la loi sur les médias. L’adoption d’une loi électorale juste aurait dû amener à une représentation nationale valable ; or la loi effectivement adoptée renforce une majorité autour de Rafic Hariri. La CGTL et certains médias constituaient des îlots de résistance que le pouvoir s’est attaché à « bâillonner »85.

  • 86 « Algarade: le funambule et son filet », L’Orient-Express 3, janvier-février 1996.
  • 87 « Hors-jeu: Les dix commandements », L’Orient-Express 7, juin 1996.

9Paul Achcar avait sonné l’alarme : la troïka confisque la décision politique et pour plus de justice en terme de loi électorale, il faut « de toute urgence retirer à la troïka la prérogative de définir les modalités de cette loi ». L’Orient-Express souhaiterait que soit proposée « une loi électorale qui réponde à la véritable raison d’être d’une loi électorale : donner la parole aux citoyens et non pas instaurer un système d’autoreproduction du régime »86. Les critères objectifs qui permettraient de conclure à un progrès démocratique par rapport aux élections de 1992, caractérisées par une compétition stérile entre boycott et participation, sont « Participation, concurrence, programme »87. Or c’est un découpage complexe que prévoit la loi électorale, ne respectant pas l’accord de Taëf qui préconisait que la même division administrative soit retenue pour l’ensemble du pays, selon le principe de l’égalité de tous devant la loi. Dans beaucoup de circonscriptions, une liste unique est proposée aux électeurs. Les résultats de ces élections législatives permettent d’atteindre finalement « l’équation parfaite : il n’y aura pas dix députés d’opposition dans cette chambre grise ». Dans le dossier principal du numéro 25 « L’État en infraction », Chantal Rayes et Carmen Abou Jaoudé rappellent qu’alors que le conseil constitutionnel concluait à un viol du principe d’égalité à propos de cette loi électorale, le pouvoir parvenait à ignorer cette décision en invoquant des « circonstances exceptionnelles ».

  • 88 Rayes Chantal: « Enjeu: le partage et l’exception », L’Orient-Express 11, octobre 1996.
  • 89 Les principaux actionnaires de Future TV, de NBN (The national broadcasting network) et de MTV (Mur (...)
  • 90 Titre du dossier qui retrace la chronologie des faits dans le n° 12 de L’Orient-Express, novembre 1 (...)
  • 91 Si pour survivre, elle a été obligée de rétrocéder une très grosse part de son capital à un homme d (...)
  • 92 Idem.
  • 93 « Walid Azzi: politiquement vôtre », L’Orient-Express 8, juillet 1996.
  • 94 « Plan fixe », L’Orient-Express 13, décembre 1996.

10Dès son premier numéro, L’Orient-Express prévoyait ce que serait la future loi sur l’audiovisuel : celle-ci se fera « vraisemblablement aux dépens des stations véritablement indépendantes dans leur ligne politique ». En octobre 1996, alors que la loi est votée, Chantal Rayes l’analyse ainsi : « C’est d’un partage du fromage qu’il s’agit, doublé d’un processus d’épuration qui vise à réduire au silence les voix discordantes »88. « En clair, si nombre de médias se sont efforcés de satisfaire aux conditions du cahier des charges, au final, seuls ceux qui relèvent du pouvoir obtiendront la licence de diffusion. C’est-à-dire LBCI, Future TV, NBN, MTV 89 ». Le « Vrai ou faux ? » cite les propos de deux des piliers de la troïka, Rafic Hariri et Nabih Berri. Le premier s’exprime ainsi : « Nous rejetons en bloc ce qui a été dit quant à une restriction de la liberté et nous estimons que le gouvernement est attaché à la démocratie et aux libertés » ; et le second : « Le destin du pays dépend pour une large part de la question de l’information ». Le soir même du vote de la loi, les médias non agréés se voyaient interdits de diffuser bulletins d’information ou émissions politiques. L’ « homme de tête » illustre un « audiovisuel en coupe réglée »90 : il montre un personnage sagement assis devant son téléviseur. Il regarde une émission enfantine, marionnette et guignol s’agitant sur l’écran. Ainsi cette décision participe à la fois d’une restriction des espaces de liberté d’expression et d’une infantilisation de la population libanaise, dorénavant privée d’une information libre. La classe politique, afin de mener à bien le partage des prébendes, s’efforcerait de toujours divertir la société civile. Le « plan fixe » s’apparente à une nécrologie : il réunit d’une part trois photographies extraites des émissions politiques de deux chaînes exclues du paysage audiovisuel libanais et d’autre part la photographie d’un extrait de la loi, comme un avis de décès. Le magazine témoigne ainsi de l’arbitraire des choix opérés : « Au denier soir sur l’éther, les deux chaînes opposantes ont tiré leur baroud d’honneur. Hommage ». La chaîne NewT.V est historiquement proche du PCL 91. ICN est une chaîne « où se cristallisent des oppositions, à majorité chrétienne, au gouvernement »92, « se situant dans une logique opposante résolument constructive »93. Ce sont encore à ses « confrères »94 d’ICN que Jamal Asmar souhaite « courage » pour leur sit-in organisé devant l’Assemblée.

  • 95 « Plan fixe », L’Orient-Express 3, janvier-février 1996, et « Interview express », L’Orient-Express(...)

11Paul Achcar exprime des réserves à l’endroit du président de la Centrale Générale des Travailleurs Libanais (CGTL) : qu’Élias Abou Rizk se soit mis à faire clairement de la politique – il s’est présenté aux élections législatives en tant que rival du ministre du Travail Hardane – aurait eu des effets pervers : le pouvoir a pu discréditer la Centrale en l’affiliant à l’opposition. Le ministre a pu ainsi justifier son choix d’un nouveau président sans couleur : Ghanim Zoghbi. Le mouvement syndical a-t-il été forcé par les pressions du pouvoir de déplacer son discours du terrain des revendications sociales au terrain plus politique de la défense des libertés publiques ? Ou bien est-ce le comportement de son président qui a amplifié l’acharnement du pouvoir à morceler le mouvement ? Le magazine ne se prononce pas clairement sur l’ordre des responsabilités. Il n’en reste pas moins qu’Élias Abou-Rizk est le seul acteur public à avoir été le sujet et d’un « plan fixe » et d’un « interview express »95. Le « Year ender » du numéro 14 déclare que l’année 1996 est « l’année de la CGTL », au cours de laquelle « la confédération des travailleurs s’impose comme la principale force d’opposition au gouvernement ». L’Orient-Express s’est indigné chaque fois que la CGTL subissait l’arbitraire du pouvoir. D’abord le couvre feu décrété par l’armée le 29 février 1996 pour empêcher la tenue d’une manifestation. Ensuite la « création d’une foultitude de syndicats qui n’ont d’autres raisons d’être que d’affaiblir la CGTL » ; à cet égard le « vrai ou faux »du numéro 18 tourne en dérision les propos du ministre du Travail : « Au ministère du Travail, nous sommes pour un mouvement uni et fort ».

Relations syro-libanaises

  • 96 « Trois ans de rab », L’Orient-Express 1, novembre 1995.
  • 97 « Hors-jeu: frère et sœur », L’Orient-Express 5, avril 1996.

12Le magazine tient à signaler qu’il exprime un point de vue « dépassionné »96 sur les relations syro-libanaises, se démarquant ainsi des propos plus définitifs qui peuvent être tenus dans L’Orient-Le jour par exemple. Le « Hors-jeu » du numéro 5 est intitulé « Frère et sœur » : pour Paul Achcar, la relation libano-syrienne n’est pas un choix idéologique. C’est « une donnée objective, une relation familiale » et selon lui le Grand Liban serait né par « césarienne ». Il rappelle la lutte menée conjointement dans les deux pays jusqu’en 1943 pour obtenir l’indépendance. Si ce lien fraternel s’est trouvé distendu par l’emprunt de « voies divergentes qui se cristallisèrent en modèles de société », il n’en reste pas moins que L’Orient-Express voit un bénéfice commun à tirer d’une coopération juste entre les deux pays : « Préparer les deux pays à faire face aux nombreux défis de la paix et les rendre moins vulnérables aux projets israéliens de domination dans la région ». L’Orient-Express veut faire entendre la nécessité d’un changement d’ordre qualitatif de la part de la Syrie dans son comportement à l’égard du Liban. Dans son « Algarade » du numéro 18, Samir Kassir souligne que non seulement le Liban mais également la Syrie gagnerait à un changement d’optique. Selon lui, « l’impasse libanaise est aussi la sienne [celle de la Syrie] ». En choisissant d’encourager un gouvernement crédible et représentatif, une autorité autonome, la Syrie travaillerait dans le sens de relations « véritablement privilégiées entre les deux pays ». Pour Paul Achcar, le lien s’est brisé en 1992, date butoir de la réunion des deux gouvernements pour le redéploiement des troupes syriennes 97. En négligeant le processus institutionnel, en ne respectant pas « les dates, les gens », la légitimité syrienne dans son rôle de gardienne de la convalescence libanaise s’effondrait. En ne permettant pas aux forces libanaises d’élargir leurs capacités et prérogatives, la Syrie instaurait un rapport de vassalité.

  • 98 « Trois ans de rab », L’Orient-Express 1, novembre 1995.
  • 99 Idem.
  • 100 Voir Kassir Samir: « Coup de force institutionnel au Liban », Le Monde diplomatique, novembre 1995.
  • 101 Journal quotidien du Caire.

13Le magazine ne se prive pas de parler de « fiasco »98 quant à la gestion actuelle des relations entre les deux pays : elles sont caractérisées par une institutionnalisation de « l’ingérence directe de la Syrie dans la politique libanaise » et d’un « déséquilibre économique au profit de Damas »99. L’afflux d’une main d’œuvre syrienne bon marché dans le secteur libanais du bâtiment entraîne une exportation des devises en rien bénéfique à l’économie libanaise. Le décodage du numéro 18 juge effrontées les exigences de la Syrie dans le cadre des accords sociaux : « Si les accords sociaux entre Liban et Syrie ne sont pas encore conclus, c’est que les autorités syriennes réclament que les travailleurs syriens au Liban soient soignés aux frais du ministère de la Santé, comme c’est le cas des travailleurs étrangers en Syrie. C’est oublier qu’il y a près d’un million de travailleurs syriens au Liban, alors qu’il n’y a que quelques milliers de travailleurs libanais en Syrie ». Le magazine s’étend surtout sur l’ingérence syrienne dans les affaires politiques libanaises. L’Orient-Express sort son premier numéro alors que le mandat d’Élias Hraoui vient d’être prorogé, ce qui a nécessité un amendement constitutionnel. C’est pour Samir Kassir « un coup d’État légal orchestré par la Syrie »100. Dans les pages du magazine, alors qu’il veut faire valoir la détermination de onze députés qui ont voté contre la prorogation, Samir Kassir rappelle que le 11 octobre 1995, Hafez el-Assad annonçait dans al-Ahram 101 qu’il y avait au Liban un accord sur la prorogation. Il ajoute : « la messe était dite ». Pour autant, Paul Achcar veut souligner que « la prorogation de Hraoui n’est pas qu’un oukase venu d’ailleurs », on ne peut « évacuer la responsabilité morale, directe ou par défaut, de ceux qui ont facilité ce précédent qui est aussi une première dans la construction institutionnelle du Liban d’après-guerre : Hraoui, Berri, Hariri surtout ». L’Orient-Express insiste beaucoup sur la responsabilité des « relais locaux » : « On tend à oublier que si Damas contrôle Beyrouth, il ne le gouverne pas. Quelque prégnante que soit l’emprise de la Syrie, ce protectorat, puisqu’il faut bien appeler les choses par leur nom, reste médié par une multitude de relais locaux. Or ces relais ne sont pas neutres. Si quelques-uns se contentent d’être des porte-voix par des télécommandes, la plupart ont une assise, une clientèle, des intérêts matériels, des arrières pensées ; par là, ils tendent nécessairement sinon à infléchir la politique syrienne, du moins à en déformer les déclinaisons ».

14Cette relativisation de la toute-puissance syrienne permet d’affirmer qu’une marge de manœuvre est possible. Les 11 députés sur 128 qui ont voté le 19 octobre 1995 contre la prorogation du mandat du président de la République sont là pour en attester. L’Orient-Express refuse la rhétorique du fait accompli qu’elle soit maniée par les gouvernants invoquant les « impératifs régionaux » ou par l’opposition chrétienne dite de l’extérieur.

3. L’opposition dite de l’extérieur

  • 102 « Algarade: Connivences », L’Orient-Express 9, août 1996.
  • 103 Parti National Libéral, fondé en 1958 par Camille Chamoun. Le parti s’est opposé à l’accord de Taëf (...)
  • 104 Leader de principe du Bloc national, il est parfois appelé la « conscience du Liban » ou « Monsieur (...)
  • 105 Frère du chef des Forces Libanaises, Bachir Gemayel, assassiné en 1982. Amine Gemayel a été préside (...)
  • 106 Chef de l’armée libanaise, il a lancé le 14 mars 1989 une « guerre de libération » contre l’armée s (...)

15Les chrétiens ont massivement boycotté les élections de 1992 refusant de cautionner le régime établi sous tutelle syrienne. Au lendemain du vote par le Parlement de la loi électorale pour les élections législatives de 1996, laquelle instaure un découpage inique qui va permettre de « favoriser dans chaque circonscription les piliers du régime »102, Dory Chamoun, leader du PNL 103, annonce la ligne de conduite à suivre pour les électeurs chrétiens : c’est à nouveau le boycott. Il se fait ainsi l’écho des hommes de l’opposition en exil, Raymond Eddé 104, Amine Gemayel 105 et le général Michel Aoun 106, auxquels l’accord de Taëf et les mesures de complémentarité économique entre la Syrie et le Liban font craindre une union politique entre les deux pays. Le retrait des troupes syriennes et le recouvrement par le Liban de sa pleine souveraineté sont leurs mots d’ordre.

Place de la communauté chrétienne

  • 107 « Algarade: Connivences », L’Orient-Express 9, août 1996.
  • 108 « Entre deux sièges », éditorial d’Issa Goraieb, L’Orient-Le jour, 18 juillet 1996.

16Le premier reproche que le magazine adresse à ces hommes est d’être des « démissionnaires »107. Raymond Eddé est en exil volontaire à Paris : pour L’Orient-Express cette expatriation prolongée, autant que celle de Michel Aoun dont le bannissement a pris fin le 28 août 1996, s’apparente à une désertion. Ces hommes assument leur absence : rentrer au Liban serait une compromission. Mais pour le magazine, en plus de ne pas avouer la raison plus pragmatique de leur exil – la peur de perdre leur aura d’hommes aux principes intransigeants et de se banaliser en réintégrant le jeu politique local –, ces hommes se trompent de combat parce qu’ils refusent de voir le Liban tel qu’il est. Le désaccord de fond entre cette opposition et L’Orient-Express tient dans une appréciation différente de la place de la communauté chrétienne dans le pays. Selon Samir Kassir, « la prétention d’un certain milieu chrétien à se poser comme le défenseur exclusif de la souveraineté et de l’indépendance a toujours été inconvenante, en plus d’être périlleuse ». Pour ces « éternels Don Quichotte de la politique », l’adversaire est « l’occupation » syrienne – terme que Samir Kassir place entre guillemets signifiant ainsi qu’il le juge inadapté pour désigner le réseau complexe d’intérêts liant dirigeants syriens et libanais. Pour L’Orient-Express, l’adversaire est l’obstination des gens au pouvoir et de leurs « associés/protecteurs » à ne pas œuvrer pour l’édification d’un État de droit. Ce qui choque avant tout le magazine dans la loi électorale adoptée par le Parlement le 12 juillet est son caractère anticonstitutionnel. L’Orient-Le jour insiste davantage sur la mise à l’écart des chrétiens que cette loi viserait : il parle de « la coupable obstination » du régime actuel à « marginaliser délibérément une catégorie bien précise de la population »108. L’Orient-Express ne néglige pas le désarroi chrétien et pour que la crainte d’une dissolution de l’identité libanaise ne soit plus une phobie, les gens au pouvoir devraient faire en sorte de ne pas « favoriser la progression de cette maladie ». Mais au contraire, nombre d’actions concourent à conforter la communauté chrétienne dans son statut de sacrifié. Le cas de Samir Geagea, seul chef de guerre libanais à avoir été poursuivi, condamné à mort en juin 1995 après un procès dont les irrégularités ont été dénoncées par Amnesty International, est fréquemment mentionné dans le magazine. Et Samir Kassir appelle à son élargissement dans l’ « Algarade » du numéro 15.

La « politique adolescente » du boycott

  • 109 Idem.

17Mais pour retrouver une place dans le pays, les chrétiens, en se trompant d’adversaires, se trompent aussi de moyens. En pratiquant « une logique absolue », la politique du « tout ou rien », à savoir le retrait syrien ou le boycott, les chrétiens mènent une lutte à la fois stérile et néfaste. Stérile parce qu’elle les enferre dans leur situation d’exclu ; néfaste parce qu’elle rend la tâche de l’opposition parlementaire plus ardue encore. Dans l’ « Algarade » du numéro 9, Samir Kassir rend compte des « attaques par-derrière » opérées par les opposants au système et qui détournent l’action de la minorité parlementaire. L’opposition dite de l’extérieur argumenterait sur les « échecs ponctuels » de cette minorité opposante pour la « pénaliser ». Et ce faisant, elle participe à installer le projet de pouvoir centralisé de Rafic Hariri. À cet égard, le magazine range parfois ensemble les hommes au pouvoir et les partisans du boycott. Le titre de l’algarade du numéro 9 est « Connivences ». Un entrefilet de Mona Daoud dans le numéro 10 singe les discours des uns et des autres : « “ Vous voyez, malgré tout ce que vous vous êtes évertués à inventer, accuser, vilipender… nous avons eu la majorité du scrutin. Le peuple est avec nous ”, ont dit les premiers. “ Vous voyez, c’était tout truqué d’avance. C’est une mascarade et vous vouliez qu’on participe au vote ? ? !” se sont exclamés les seconds. Ils n’ont pas l’air de dire la même chose mais ne vous y trompez pas, ces gens-là sont toujours d’accord, sur un point au moins : c’est qu’ils ont raison ». Pour L’Orient-Express, la « seule voie vers une indépendance concrète », c’est l’édification d’un État dont le personnel respecterait le fonctionnement institutionnel. L’objectif des élections doit donc être d’« assurer la présence au parlement d’une minorité qui se pense désormais comme une opposition et agit comme telle ». Mais cet objectif serait « plus facilement réalisable si cette autre opposition n’avait pas pris le parti d’une politique adolescente ». Alors que L’Orient-Express appelle à une participation massive des Libanais, afin de donner un maximum de chances, même réduites, à ces quelques opposants, L’Orient-Le Jour ne sait que conseiller aux électeurs. Ceux-ci sont « tiraillés entre la tentation du boycottage qui n’a pourtant pas eu les résultats escomptés en 1992 et celle d’une participation aux avantages extrêmement hypothétiques. Honte à un État qui avec autant d’impuissante désinvolture, condamne les citoyens à opter entre deux maux. Dont on serait bien en peine de dire lequel est le pire »109. À l’inverse le contenu de l’« Algarade » de Samir Kassir est très proche de celui d’un article de Joseph Samaha paru dans le Safir et traduit dans L’Orient-Express en « Version française ». Pour Joseph Samaha, « l’opposition parisienne ne possède pas une culture d’opposition » : en préférant boycotter, elle révèle son « état psychologique qui lui fait penser que le pouvoir lui a été volé et qu’elle voudrait le récupérer en entier et tout de suite. Elle refuse de s’opposer à ce pouvoir-là parce qu’elle se sentirait diminuée ».

L’intelligence des électeurs et le message papal

  • 110 « Algarade: Déblayage pour un avenir », L’Orient-Express 10, septembre 1996.
  • 111 « Décodage », L’Orient-Express 25, décembre 1997.

18« S’investir dans le pays réel au lieu de le déserter pour un Liban imaginé » : tel est le conseil que le magazine prodigue aux chrétiens. Et s’investir dans le pays réel, c’est mener sa lutte depuis le pays en acceptant de composer avec d’autres. Or si l’opposition de l’extérieur encourageait au boycott, les électeurs chrétiens se sont rendus aux urnes. L’Orient-Express se réjouit du comportement de ces électeurs qui ont été sensibles à « un discours rationnel, aux antipodes du patriotisme de communautés ». Le magazine se réjouit également de la « capacité de certains nouveaux leaders maronites à nouer alliance avec d’autres opposants tels un Habib Sadek ou un Najah Wakim »110. Par ailleurs, L’Orient-Express ne manque pas de signaler dans son numéro de décembre 1997 111 un changement d’orientation dans la position du général Aoun qui parlerait d’un « Taëf pacifiste et réformateur ». Le magazine salue ce mélange d’impuissance et de maturation qui conduit l’opposition à Taëf à « pactiser avec les naguère tant honnis opposants de l’intérieur ». Le journaliste ponctue par un « à la bonne heure ».

  • 112 « Les mots pour le dire », éditorial d’Issa Goraieb, L’Orient-Le jour, 27 mai 1997.
  • 113 « Contrefaçons », éditorial d’Issa Goraieb, L’Orient-Le jour, 14 juillet 1996.
  • 114 Il est important de préciser que le mensuel et le quotidien n’expriment pas des points de vue diamé (...)
  • 115 « Un bilan maronite », L’Orient-Express 19, juin 1997.

19Enfin, il faut noter que L’Orient-Le jour et L’Orient-Express ne retiennent pas les mêmes enseignements de la visite du Pape au Liban, les 10 et 11 mai 1997. Pour L’Orient-Le Jour, « l’appel lancé aux chrétiens libanais afin qu’ils s’intègrent dans leur environnement naturel et qu’ils assument résolument, sans faux-fuyants, leur identité arabe, est évidemment capital ». Mais suit aussitôt une réserve : « mais gardons-nous d’oublier que, dans une partie du monde où il est de règle que les États s’arrogent des religions d’État et où les dérives extrémistes ne sont pas rares, une telle appartenance ne peut trouver sa pleine expression que dans la sauvegarde de l’équilibre politique qui fait précisément la spécificité du Liban »112. Le magazine retient de son côté que le Pape s’est adressé au « citoyen plutôt qu’au croyant chez le chrétien en ce qui concerne la chose publique ». On retrouve là la même nuance que celle relevée au sujet de la pratique électorale. L’Orient-Le Jour remarque que « à l’exclusion de rares circonscriptions, les candidats chrétiens sont pratiquement à la merci des suffrages mahométans sans que la réciproque soit jamais vraie »113. Samir Kassir invitait pour sa part les candidats à construire des « réseaux transcommunautaires »114. L’Orient-Express retire du message papal un second enseignement : « N’ayons pas peur de le dire, l’Exhortation apostolique a donné raison à cette opposition intelligente, et pas à une autre ». L’ « autre », c’est celle dite de l’extérieur, figée dans un « repli obsidional »115. Après la visite de Jean-Paul II, L’Orient-Express donne la parole à dix-sept leaders maronites pour évaluer la résonance des conseils du Pape dans leur discours. Ceux qui appellent à une franche participation de la communauté chrétienne à la vie publique du pays sont principalement ceux que l’on retrouve dans l’opposition parlementaire encouragée par le magazine. Pour L’Orient-Express, œuvrer pour l’indépendance nationale, c’est encourager l’opposition pro-Taëf qui lutte de l’intérieur pour instaurer des pratiques démocratiques de pouvoir. Ni la présence syrienne ni l’irresponsabilité des gouvernants en place n’interdisent d’espérer et de lutter. La rhétorique du « fait accompli » maniée par l’opposition chrétienne – le 22 novembre 1996, jour de la fête de l’indépendance, l’éditorial de L’Orient-Le Jour s’intitule « Fête accomplie » – constituerait donc une grave erreur stratégique.

4. Pour une « mentalité constitutionnelle »

Un travail extra-parlementaire

  • 116 « Hors-jeu: Dis maman? », L’Orient-Express 11, octobre 1996.
  • 117 « Algarade: du souffle », L’Orient-Express 8, juillet 1996.

20L’opposition est reléguée dans « la loge exiguë du concierge »116. Mais il est possible d’élargir son champ d’action. Certes l’espace public est mince : les médias, les syndicats ou les universités sont « clôturés ». Même la tenue d’élections n’est pas un moment démocratique. Quelques brèches existent néanmoins pour relayer au sein du Parlement certaines propositions d’acteurs politiques extra-parlementaires. Samir Kassir salue, à propos de la loi électorale pour les élections législatives de 1996, « l’exceptionnelle inventivité d’une poignée d’universitaires qui bataillent pour démontrer la possibilité d’une loi moderne qui tienne compte des spécificités communautaires et régionales du Liban »117. Ces hommes, Nawaf Salam, Paul Salem et Issam Sleiman, invitent à ne pas désespérer.

21Alors que les élections municipales ont été ajournées en mai 1997, un « collectif pour les municipales » émerge en août. Paul Achcar en est « une des chevilles ouvrières » et L’Orient-Express se fait largement l’écho des objectifs et des actions de ce collectif. Chantal Rayes cite le journaliste du Safir, Joseph Samaha, pour qui ce collectif serait le « pari le plus fou d’après Taëf ». On note dans le portrait du collectif dressé par Chantal Rayes un certain nombre de noms liés à la mouvance de L’Orient-Express : le « prélancement » du collectif s’est tenu au théâtre de Beyrouth, dirigé par Élias Khoury. Rasha Salti a conçu la campagne médiatique. La journaliste conclut son portrait par une phrase qui fait entendre non seulement la détermination des mobilisés mais aussi la sienne : « La campagne durera tant que les municipales n’auront pas lieu. Qu’on se le dise ». Déjà dans sa chronique, Samir Kassir appelait à signer la pétition nationale lancée par le collectif. L’ « Histoire de pub » du « mixed media » du numéro de septembre 1997 s’intitule « 4x15’ secondes pour la démocratie » et fait une critique élogieuse du spot publicitaire : « Simple et efficace : un objectif : voter ; un obstacle : une main invisible ; une solution : signer la pétition nationale ». Enfin, en décembre 1997, Samir Kassir tire un bilan optimiste de cette mobilisation : « les élections municipales ne sauraient plus attendre, le succès de la pétition nationale lancée à cet effet ne laisse aucun doute sur le sentiment populaire ».

  • 118 « Seuil de tolérance », L’Orient-Express 4, mars 1996.
  • 119 « Algarade: Et si on changeait », L’Orient-Express 18, mai 1997.
  • 120 « Algarade: Déblayage pour un avenir », L’Orient-Express 10, septembre 1996.

22Pour L’Orient-Express, la responsabilité de « la dégringolade de la vie publique » n’incombe pas seulement à un pouvoir incapable mais aussi aux citoyens. Paul Achcar compare ce phénomène à « un moteur à trois temps » : un, le pouvoir fait croire à la démocratie (« ils nous font faire des cartes électorales »), deux, il prend une décision inique (« ils annulent les élections »), trois, « nihil, rien, silence des citoyens » : « J’affirme que le pouvoir mise sur l’inexistence du troisième temps. Il sait qu’il peut agir comme il le fait, précisément parce qu’il sait que nous n’allons pas réagir. Mais ce que j’insinue est plus grave. Il signifie que les responsabilités sont partagées ». Puisque « le grand problème », « c’est le mépris dans lequel nos dirigeants tiennent la matière grise du commun des mortels »118, il reste à la société libanaise de refuser d’être infantilisée. Pour Samir Kassir, la gestion actuelle de la vie publique est un « attentat permanent à l’intelligence des gens »119. C’est cette intelligence, cette capacité de réflexion et de réaction que le magazine espère réveiller. Et il y aura toujours de quoi mettre en pratique sa qualité de citoyen : « avec les dirigeants qu’on a, il n’y a pas de quoi s’inquiéter ». À l’occasion des législatives de 1996, L’Orient-Express propose un mode d’emploi : « Que vouloir ? Comment faire pour y parvenir ? ». Le magazine fait l’inventaire de tout ce que le citoyen doit savoir le long de son parcours de votant, de l’inscription sur les listes à la validité du bulletin. Par ailleurs, le magazine s’efforce de toujours trouver un intérêt à une bataille électorale a priori sans enjeu : « Sans surprises ces élections, comme le prétendent les boycotteurs ? Allons donc ! Il faut être décidément de mauvaise foi pour ne pas voir que des batailles parfois très dures vont se dérouler à partir du 18 août ». Que doit vouloir le lecteur/électeur ? Donner un maximum de chance à des hommes qui se sont constitués en opposition pour « la restauration des pratiques de lutte démocratique »120. L’Orient-Express n’a de cesse de rappeler les batailles menées par quelques députés, qui, si elles n’ont pas abouti, ont eu le mérite d’une part de prévenir le pouvoir en place de la vigilance de certains et d’autre part d’offrir un exemple de lutte à d’autres, qu’ils soient députés ou citoyens.

Quelle opposition parlementaire ?

  • 121 « Algarade: Connivences », L’Orient-Express 9, août 1996.

23Le Parlement de 1992 ne mérite pas une condamnation sans appel. Il contenait une « minorité de députés qui ont su dire non » : « Non à l’amendement sur mesure de la constitution [en novembre 1995, la constitution était amendée pour permettre la prorogation du mandat présidentiel d’Élias Hraoui], non aux dérives liberticides du gouvernement, non à une loi électorale en forme de patchwork [le 11 juillet 1996, onze députés engageaient un recours devant le conseil constitutionnel pour invalider la loi] »121. Ainsi, une opposition s’est progressivement constituée dans le combat parlementaire et au terme de la législature, elle peut désormais proposer « une option réformiste plus cohésive aux électeurs ». À trois reprises, Paul Achcar concluait sa chronique par ces deux phrases : « Jusqu’au jour où il y aura une alternative. Mais ceci est une autre histoire… ». Dans le numéro de mars 1996, alors que le 29 février, l’armée avait ordonné un couvre-feu pour empêcher la tenue de la manifestation annoncée par la CGTL, Paul Achcar cesse d’employer cette formule et sa chronique consiste cette fois à décrire l’alternative : respect des institutions, gestion de la vie publique qui, tant sur le plan politique qu’économique, viserait l’intérêt général, individuation de la société civile (ligne directe entre la « station Individu » et la « station Nationale »). Après le couvre-feu du 29 février, qui, par sa gravité et sa force symbolique puisqu’il rappelle le temps de la guerre, a considérablement frappé les esprits, et à l’approche des législatives, Paul Achcar, alors attaché parlementaire de Nassib Lahoud, présenté dès le premier numéro du magazine comme la figure emblématique de ceux qui développent une « mentalité constitutionnelle », entame un travail de mobilisation de l’opinion qui sera relayé dans l’ensemble du magazine et mené jusqu’à la tenue des élections et au-delà : « Il y a comme un point d’inflexion dans l’attitude générale à l’égard de la chose publique, et le véritable défi va consister à le transformer en un point d’insertion, car le propre d’une démocratie est d’offrir une alternative ».

24La plupart des « interviews express » ou « état-civil » (portraits) écrits avant les élections législatives de l’été 1996 s’efforcent de faire connaître les candidats porteurs de cette alternative. Les questions portent sur l’intérêt d’une participation étant donné le peu de résultas probants qu’ont réussi à obtenir les quelques députés opposants dans le Parlement de 1992, étant donné également la loi électorale inique qui s’annonce et qui ne saurait donner ses chances à de véritables représentants. Ainsi, le magazine offre à ces hommes l’occasion de rappeler les acquis, même maigres, du Parlement de 1992, et celle d’appeler massivement les citoyens à la participation, ne serait-ce que parce qu’elle constitue le premier acte démocratique. L’ « interviewé express » du mois de février 1996 est Habib Sadek : il veut débarrasser l’État du poids du confessionnalisme pour qu’émerge un individu citoyen. Habib Sadek est un ancien compagnon de route du PCL de confession chiite. Il menait dans le Sud une liste qualifiée de « gauche démocratique ». Dans le numéro de mars 1996, l’« état-civil » est consacré à Najah Wakim, de confession grecque-orthodoxe, le plus virulent des opposants à la politique de Rafic Hariri. L’homme a pour lui et la sympathie des « musulmans les moins nantis » et celle des chrétiens que n’effraient plus « ses affinités pro-palestiniennes et ses idées panarabes ». Najah Wakim se présente à Beyrouth, face à Rafic Hariri et aux côtés de Sélim Hoss. En avril 1996, c’est le portrait de ce dernier qui est dressé dans l’« état-civil ». Caractérisé par sa discrétion, sa compétence et son efficacité, Sélim Hoss, qui a combattu le règne de milices, veut œuvrer pour l’instauration d’un État de droit. Enfin, en juillet 1996, Nassib Lahoud est interviewé, alors que la bataille électorale dans la circonscription dans laquelle il se présente a lieu en août. Il est, avec Sélim Hoss, la principale figure d’une opposition réformatrice qui cherche « coûte que coûte à maintenir une continuité entre ses convictions et ses comportements » et pour laquelle le changement de l’intérieur est la seule voie possible. Il faut encore signaler Boutros Harb, l’un des ces candidats maronites dont L’Orient-Express salue le changement d’orientation : Boutros Harb avait choisi le boycott en 1992 ; il choisit cette fois de tenter d’exprimer son opposition depuis l’intérieur de l’enceinte parlementaire. Ces hommes ont pour objectif commun de mettre un terme à la gestion actuelle de la vie publique, c’est-à-dire de s’opposer au système de la troïka et de représenter les intérêts de la nation libanaise dans son ensemble plutôt que ceux de telle ou telle communauté.

« La politique ne fait que commencer »

  • 122 Mansour Mona: « Le temps des incertitudes », L’Orient-Express 11, octobre 1996.
  • 123 « Enjeu: le Parlement nouveau est arrivé », L’Orient-Express 13, décembre 1996.
  • 124 Signalons qu’à la fin de l’année 1998, un changement de gouvernement a porté Sélim Hoss au poste de (...)

25L’issue des élections se solde par une « chambre introuvable » : la loi électorale et des manipulations en tous genres ont donné naissance à un Parlement monolithique qui présente une majorité renforcée autour de Rafic Hariri. Pourtant Samir Kassir refuse de céder au pessimisme : un Parlement si loyaliste présente l’avantage d’être parfaitement lisible, ce qui faciliterait la formation d’une minorité opposante clairement distincte. Il rejoint encore ici le point de vue de Joseph Samaha du Safir pour lequel les messages de protestation formulés par les électeurs constituent sans doute implicitement « les forces potentielles d’une opposition à organiser »122. L’Orient-Express se fait l’écho des premiers discours des opposants qui ont réussi à percer : « Au hit-parade des interventions, il y a eu le premier jour, Hoss, Lahoud et Zaher el-Khatib qui était monté à la tribune avec sa “ valise de circonciseur ” selon les termes de Berri et en était redescendu en déchirant le programme de gouvernement. Au deuxième jour, Wakim a écrit un grand moment, et Daccache a persévéré dans sa prestation. Vedette incontestée du dernier jour qui a connu aussi le retour du président Husseini en député, Boutros Harb, comme dans ses meilleurs jours. Un peu opposant tout ça, certes. On fera mieux la prochaine fois »123. Il y a donc eu quelques victoires : Nassib Lahoud a « traversé le …Murr ! ». Boutros Harb a opéré une « formidable percée ». Et les réélections de Najah Wakim et de Sélim Hoss à Beyrouth obligent Rafic Hariri à admettre que « le leadership est partagé » dans la capitale. « Pourtant, qu’ils aient sauvé leurs postes, ne saurait être considéré comme un succès de l’opposition », celle-ci ne se percevant pas elle-même comme telle. Le magazine va alors suivre la constitution en bloc parlementaire de ces volontés dispersées. En mai 1997, Boutros Harb est interviewé pour parler d’un « Rassemblement des six » émergeant. L’ « Algarade » est intitulé « Si on changeait ? » : ce sont ces hommes qui constituent l’alternative, « une promesse », Sélim Hoss en tête de gouvernement 124.

Notes

59  « Algarade : Et si on changeait ? », L’Orient-Express 18, mai 1997.

60  « Trois ans de rab », L’Orient-Express 1, novembre 1995.

61 Le désarmement des milices date du 30 avril 1991, fin officielle de la guerre.

62 Le président de la République Élias Hraoui parle de « la guerre des autres sur notre terre ».

63 « Algarade: Le funambule et son filet », L’Orient-Express 3, janvier-février 1996.

64 Voir Chiha, Michel, 1964: Politique intérieure, Beyrouth, Trident, p. 197.

65 Idem, p. 196.

66 « Hors-jeu: Peur de quoi? », L’Orient-Express 2, décembre 1995.

67 « L’État en infraction », L’Orient-Express 25, décembre 1997. Les « circonstances exceptionnelles » ont été invoquées pour déjouer la décision du Conseil constitutionnel sur le caractère anticonstitutionnel de la loi électorale du 11 juillet 1996.

68 Kassir Samir: « Qu’avons-nous fait de notre après-guerre? », L’Orient-Express 5, avril 1995. En juin 1991, pour combler les vacances survenues à la Chambre des députés, le gouvernement Karamé procède à 40 nominations. Le principal critère en a été l’approbation du processus de paix entamé à Taëf. On compte Nabih Berri (Amal, chiite); Walid Joumblatt (leader druze); Elie Hobeika (ancien chef d’une fraction pro-syrienne des Forces Libanaises, maronite); à l’issue des élections de 1992, le Hezbollah fait sa première entrée à la Chambre avec huit députés.

69 « La détresse des choses ingouvernées », L’Orient-Express 13, décembre 1996.

70 « Enjeu », L’Orient-Express 16, mars 1997.

71 « L’étouffoir: troïka et inamovibles », L’Orient-Express 13, décembre 1996.

72 Selon l’article 60, le président de la République est politiquement irresponsable. Selon l’article 53, le président de la République nomme et révoque les ministres. Selon l’article 17, le pouvoir exécutif est confié au président de la République qui l’exerce avec l’assistance des ministres. Pour une analyse de la place privilégiée que le président de la République occupe dans le système politique libanais de la Ière République, voir Sleiman Issam: « Équilibre interconfessionnel et équilibre institutionnel au Liban », dans Kiwan (dir.) 1994, p. 73-87.

73 Maronites, sunnites et chiites.

74 Le nombre des députés au Parlement a été porté à cent huit, au lieu de quatre-vingt-dix neuf précédemment; et pour atteindre la parité, neuf nouveaux sièges ont été attribués à des musulmans.

75 Voir Kassir Samir: « Désordre établi au Liban », Le Monde diplomatique, février 1997.

76 « En coupe réglée », L’Orient-le Jour, 9 novembre 1996.

77 « L’État en infraction », L’Orient-Express 25, décembre 1997.

78 « Qu’avons-nous fait de notre après-guerre? », L’Orient-Express 5, avril 1996.

79 L’accord de 1989 envisage « l’abolition du communautarisme politique par étapes comme un objectif national essentiel ».

80 « Hors-jeu: guerre froide dans le métro », L’Orient-Express 3, janvier-février 1996.

81 Idem.

82 Idem.

83 « L’État en infraction », L’Orient-Express 25, décembre 1997.

84 « Hors jeu:Peur de quoi? », L’Orient-Express 2, décembre 1995.

85 « Enjeu: Municipales, décentralisation, élections, associations… le bâillonnement s’accélère », L’Orient-Express 16, mars 1997.

86 « Algarade: le funambule et son filet », L’Orient-Express 3, janvier-février 1996.

87 « Hors-jeu: Les dix commandements », L’Orient-Express 7, juin 1996.

88 Rayes Chantal: « Enjeu: le partage et l’exception », L’Orient-Express 11, octobre 1996.

89 Les principaux actionnaires de Future TV, de NBN (The national broadcasting network) et de MTV (Murr Television) sont des proches de, respectivement, Rafic Hariri, Nabih Berri et Michel Murr.

90 Titre du dossier qui retrace la chronologie des faits dans le n° 12 de L’Orient-Express, novembre 1996.

91 Si pour survivre, elle a été obligée de rétrocéder une très grosse part de son capital à un homme d’affaires, la direction et l’équipe ont été maintenues. Voir Chaoul Melhem: « Les enjeux de l’audiovisuel. Réel fictif ou fiction réaliste? », dans Bahout et Douayhi (dir.) 1997, p. 129.

92 Idem.

93 « Walid Azzi: politiquement vôtre », L’Orient-Express 8, juillet 1996.

94 « Plan fixe », L’Orient-Express 13, décembre 1996.

95 « Plan fixe », L’Orient-Express 3, janvier-février 1996, et « Interview express », L’Orient-Express 14, janvier 1997.

96 « Trois ans de rab », L’Orient-Express 1, novembre 1995.

97 « Hors-jeu: frère et sœur », L’Orient-Express 5, avril 1996.

98 « Trois ans de rab », L’Orient-Express 1, novembre 1995.

99 Idem.

100 Voir Kassir Samir: « Coup de force institutionnel au Liban », Le Monde diplomatique, novembre 1995.

101 Journal quotidien du Caire.

102 « Algarade: Connivences », L’Orient-Express 9, août 1996.

103 Parti National Libéral, fondé en 1958 par Camille Chamoun. Le parti s’est opposé à l’accord de Taëf et a boycotté les élections de 1992.

104 Leader de principe du Bloc national, il est parfois appelé la « conscience du Liban » ou « Monsieur Niet ». Menacé physiquement, il s’est exilé à Paris en 1977.

105 Frère du chef des Forces Libanaises, Bachir Gemayel, assassiné en 1982. Amine Gemayel a été président de la République libanaise de 1982 à 1988.

106 Chef de l’armée libanaise, il a lancé le 14 mars 1989 une « guerre de libération » contre l’armée syrienne au Liban. Son refus des accords de Taëf signés le 23 octobre 1989 déclenche un mouvement populaire inédit en sa faveur. Il est finalement soumis le 13 octobre 1990 par les raids aériens de l’armée syrienne. Il est frappé d’une mesure de bannissement qui prend fin le 28 août 1996.

107 « Algarade: Connivences », L’Orient-Express 9, août 1996.

108 « Entre deux sièges », éditorial d’Issa Goraieb, L’Orient-Le jour, 18 juillet 1996.

109 Idem.

110 « Algarade: Déblayage pour un avenir », L’Orient-Express 10, septembre 1996.

111 « Décodage », L’Orient-Express 25, décembre 1997.

112 « Les mots pour le dire », éditorial d’Issa Goraieb, L’Orient-Le jour, 27 mai 1997.

113 « Contrefaçons », éditorial d’Issa Goraieb, L’Orient-Le jour, 14 juillet 1996.

114 Il est important de préciser que le mensuel et le quotidien n’expriment pas des points de vue diamétralement opposés. L’Orient-Express tient aussi à la présence chrétienne au Liban, L’Orient-Le jour souhaite aussi l’édification d’un État de droit. Leur différence tient à des nuances d’appréciation quant à la place de la communauté chrétienne et sur l’ordre des priorités à défendre. La défense des intérêts chrétiens est pour le quotidien la première priorité.

115 « Un bilan maronite », L’Orient-Express 19, juin 1997.

116 « Hors-jeu: Dis maman? », L’Orient-Express 11, octobre 1996.

117 « Algarade: du souffle », L’Orient-Express 8, juillet 1996.

118 « Seuil de tolérance », L’Orient-Express 4, mars 1996.

119 « Algarade: Et si on changeait », L’Orient-Express 18, mai 1997.

120 « Algarade: Déblayage pour un avenir », L’Orient-Express 10, septembre 1996.

121 « Algarade: Connivences », L’Orient-Express 9, août 1996.

122 Mansour Mona: « Le temps des incertitudes », L’Orient-Express 11, octobre 1996.

123 « Enjeu: le Parlement nouveau est arrivé », L’Orient-Express 13, décembre 1996.

124 Signalons qu’à la fin de l’année 1998, un changement de gouvernement a porté Sélim Hoss au poste de Premier ministre.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540