Version classiqueVersion mobile

Damas et la Syrie sous la domination fatimide (359-468/969-1076). Tome premier

 | 
Thierry Bianquis

Deuxième partie. La mainmise fatimide sur la Syrie centrale

Chapitre I. La nouvelle politique d’al-cAzīz

Texte intégral

La succession d’Ibn Killis

  • 1 cĪsā b. Nasṭūrus, Yaḥyā, XXIII, 442, Ibn al-Ṣayrafi (55), 88 ; Maqrizi (107), I, 283 ; II, 8 ; Nuw (...)

1Les sources ne donnent pas d’indications cohérentes sur la manière dont al-cAzīz assura le remplacement de son vizir. Pour Ibn al-Qalānisī, Abū cAbd Allāh al-Mawṣilī fut tout d’abord désigné puis laissa rapidement la place au chrétien, Īsā ibn Nasṭūrus. Chez Ibn al-Dawādārī, la responsabilité au niveau supérieur des finances de l’Etat fatimide fut exercée collégia-lement par un groupe de secrétaires de diwān, musulmans, chrétiens et juifs1. Ibn Killis était d’origine juive et avait eu coutume de faire appel de préférence à des tributaires dans les affaires financières. Mais il était converti à l’Islam et menait une vie de musulman pieux, défenseur de la doctrine ismaïlienne. La plupart des auteurs musulmans médiévaux ne mettent pas en doute la sincérité de sa conversion. On rapporte de sa part des déclarations publiques condamnant les juifs pour avoir falsifié ou dissimulé le contenu de la Tora. Dès lors, sa politique d’appui sur les compétences des tributaires ne lui fut pas reprochée. Evidemment, il n’exigeait pas des hommes qu’il employait une conversion à l’Islam. Après sa mort, il fut difficile de lui trouver un successeur puisqu’un vizir devait être musulman alors que la plupart de ceux qui avaient la compétence ne pouvaient satisfaire à cette exigence. La solution collégiale permettait de contourner la difficulté.

  • 2 Ibn Zūlāq (27) ; voir Bianquis (162), 88 et Bianquis, « al-Ḥākim bi Amr Allāh, ou la folie de l’Un (...)

2Rapidement, deux individualités se distinguèrent et se partagèrent la réalité du pouvoir fiscal et financier. Le chrétien cĪsā ibn Nasṭūrus eut la haute main sur les diwān au Caire alors que le juif Manašā ibn Ibrāhīm, qui avait occupé à plusieurs reprises le poste d’intendant financier de l’armée de Syrie, exerça la responsabilité fiscale et représenta le Trésor fatimide dans cette province. Chacun plaça les siens aux postes qui relevaient de leurs décisions. Cela provoqua une réaction de la part des musulmans sunnites de la capitale. Un billet fut remis à al-cAzīz alors qu’il traversait la ville. Il lui fut tendu soit par une femme, soit au moyen d’un mannequin qu’on avait revêtu de vêtements féminins. Le texte accusait al-cAzīz d’honorer les chrétiens en la personne de cĪsā ibn Nasṭūrus et les juifs en la personne de Manašā ibn Ibrāhīm et, au contraire, d’humilier les musulmans en sa propre personne. Le sens en était que les tributaires trouvaient des protecteurs en chacune de ces deux personnes, alors que les musulmans sunnites qui auraient dû trouver un tel protecteur en al-cAzīz n’avaient pas de recours quand ils étaient injustement traités ou lorsqu’une faveur leur était nécessaire. Ce billet nous révèle une perception d’un état protecteur des groupes socio-religieux grâce à la médiation de représentants de chacun d’eux introduits dans son appareil. Ainsi était assuré l’équilibre entre ces groupes, équilibre fragile et précieux car son absence déclenchait une crise structurelle grave. Plus profondément, ce texte reflétait la détresse et l’humiliation des musulmans sunnites égyptiens face à un Etat qu’ils avaient fini par accepter mais dont le luxe et le faste reposaient sur un redoutable système de perception fiscale : ils en faisaient les frais alors qu’il profitait aux minorités. Dans d’autres travaux, nous avons eu l’occasion de montrer que ce sentiment de frustration des sunnites préexistait à l’installation des Fatimides en Egypte. Il fut clairement exprimé par Sībawayh le fou, mort quelques mois avant l’arrivée de Ğawhar qui s’en fit écrire la saga par l’historien Ibn Zūlāq2.

  • 3 Muḥammad Abū cAbd Allāh, le fils du premier grand cadi fatimide d’Egypte, al-Nucmān, est cité dans (...)
  • 4 Sāwirus (37) quand il mentionne un chrétien sans autre désignation sait que le lecteur comprendra (...)

3Ibn al-Qalānisī et Ibn Ẓāfir donnent une version semblable de l’incident par lequel l’attention d’al-cAzīz fut attirée sur les excès de pouvoir des tributaires ; d’autres auteurs placent le récit plus tard et même pour certains, sous al-Ḥākim. D’une manière ou d’une autre, la mort d’Ibn Killis mit fin à une quinzaine d’année de continuité dans l’exercice du pouvoir et une déstabilisation de celui-ci, sous la poussée des groupes de pression antagonistes, fut perceptible. Cette fragilité de l’autorité centrale eut des conséquences durables dans le comportement des représentants de celle-ci en Syrie. L’incident du libelle fut rapidement réglé : al-cAzīz sur le conseil du cadi Muḥammad ibn al-Nucmān rappela à l’ordre les deux hommes incriminés, les mit en prison et tenta de les remplacer par des musulmans3. cĪsā ibn Nasṭūrus put faire jouer en sa faveur l’intercession de la princesse Sitt al-Nās, fille aimée d’al-cAzīz et d’une épouse chrétienne. Il fit verser trois cent mille dinars, pris sur sa fortune, au Trésor et fut libéré. Al-cAzīz lui demanda simplement d’augmenter le nombre de secrétaires musulmans employés au diwān. Un certain droit de contrôle fut reconnu aux cadis sur le fonctionnement de celui-ci. Il apparaît que l’antagonisme entre musulmans et tributaires, présenté comme opposition fondamentale chez les chroniqueurs musulmans, était dans la réalité plus complexe. En effet, dans l’histoire chrétienne des Patriarches de l’Eglise d’Egypte, une place aussi importante est tenue par les conflits entre juifs et chrétiens, notamment à l’époque d’Ibn Killis, pour des affaires d’administration fiscale, que par les controverses entre dignitaires de l’Eglise et cadis musulmans souvent sur des questions de théologie assez théorique comme, par exemple, l’appartenance religieuse du chien qui passe. Dans le triangle d’oppositions que traçaient les réseaux de solidarité des trois grandes religions, les deux « autres » religions lorsqu’elles étaient unies étaient perçues comme oppressives et, chacune, séparée, comme alliée potentielle contre la troisième4.

La chute de Bakğūr et la mort de Sacd al-Dawla

4Dans les mois qui suivirent la mort d’Ibn Killis, la situation sur l’Euphrate syrien et en Syrie du Nord se modifia radicalement et contraignit al-cAzīz à improviser une nouvelle politique à l’égard de ces provinces qu’il ne contrôlait pas alors qu’une intervention contre le gouvernement fatimide de Damas, en état de rébellion ouverte, s’imposait. Les avis éclairés d’Ibn Killis lui faisaient désormais défaut et il ne semble pas qu’un conseiller de cette envergure se soit manifesté à ses côtés ; par ailleurs, les derniers conseils du vizir, vu l’évolution rapide de la situation, se révélaient caducs.

5En 380, Bāḏ le Kurde avait été tué près de Mawṣil mais le fils de sa sœur, Abū cAlī al-Ḥasan b. Marwān, épousa la femme de son oncle défunt, reprit les forteresses de celui-ci et fut vainqueur des deux frères hamdanides, maîtres de Mawṣil. Ibrāhīm b. Nāṣir al-Dawla al-Ḥasan al-Ḥamdānī fut mis à mort alors que son frère al-Ḥusayn Abū cAbd Allāh qui avait le même laqab que son père, Nāṣir al-Dawla, se réfugia avec un troisième frère, Abū’l-Muṭāc Dū’l-Qarnayn, en Egypte. Al-Ḥusayn Nāṣir al-Dawla reçut le gouvernement de Tyr et Abū’l-Mtttāc, celui d’Alexandrie. Des Hamdanides servirent le régime fatimide en Syrie et en Egypte pendant la fin du ive/xe siècle et pendant la plus grande partie du ve/xie siècle.

  • 5 Voir Canard, 572 ; al-Ḥasan b. Marwān b. al-Kak b. Kisra, Ibn al-Aṯīr, IX, 71-75, 94, X, 129, 143- (...)

6Abū cAlī ibn Marwān, le fondateur de la dynastie marwanide sur le Diyār Bakr, une fois l’héritage de son oncle entre ses mains, se rendit au Caire se faire investir par al-cAzīz. A son retour, il se heurta à de nombreuses révoltes qui ne seront pas rapportées ici5.

7Les événements qui se déroulaient en Ğazīra interdisaient à Bakğūr d’espérer trouver dans cette province, soit un appui militaire, soit au contraire, un champ d’expansion aisée. Une action contre le Diyār Bakr après le ralliement d’Abū cAlī ibn Marwān au régime fatimide, aurait fait courir au maître de Raqqa le risque d’une prise à revers par une attaque de l’armée fatimide de Tripoli. Il n’était pas question pour Bakğūr de revenir à Damas et Raqqa semblait maigre fief pour un grand guerrier comme lui. Il reprit donc un ancien projet, devenir à nouveau maître d’Alep, ville qu’il avait gouvernée une quinzaine d’années plus tôt, et qui depuis avait beaucoup prospéré. Il disposait à Raqqa d’une petite armée composée de ġulām turcs, excellents cavaliers mais, pour venir à bout du Hamdanide, il lui fallait trouver du renfort, en particulier s’il devait mener un siège d’Alep. Il écrivit donc à al-cAzīz lui proposant de prendre, avec l’aide d’une armée que le Fatimide lui enverrait, Alep, verrou de la vallée de l’Euphrate, base d’une future conquête de l’Iraq. Al-cAzīz acquiesça et écrivit à Nazzāl, gouverneur de Tripoli, de rejoindre Bakğūr avec ses troupes sous les murs d’Alep. Cette correspondance s’échangea dans les deux mois qui suivirent la mort d’Ibn Killis, ḏū’l-ḥiğğa 380-muḥarram 381/fin février-fin avril 991 ; il avait fallu peu de temps pour que les dernières recommandations du vizir concernant la paix à maintenir avec le Hamdanide d’Alep soient oubliées.

  • 6 Voir références sur Nazzāl, p. 146, n. 1 ; sur Bakğūr en p. 124, n. 1, ainsi que Ibn al-cAdim, I, (...)

8Lors de l’expédition de Salmān ibn Ğacfar contre Qassām en 369, il avait été patent que les décisions officielles du Caire concernant la Syrie n’étaient pas toujours exécutées selon le schéma tracé au départ. Le pouvoir central n’était pas univoque et ne le fut jamais quant à la politique à mener en Syrie tant que cette province fut rattachée à l’Empire fatimide. Les grands dignitaires de l’Etat faisaient d’une même situation des analyses variées, suivant les factions auxquelles ils adhéraient et les pressions qu’ils subissaient de la part de groupes de solidarité. S’ils se trouvaient en contradiction avec la volonté formellement exprimée de l’Imām, seule source légale de décision, ils pouvaient par des moyens détournés faire échouer telle ou telle entreprise qu’officiellement ils soutenaient ; le comble de l’art politique était d’en faire supporter les conséquences à un importun dont on désirait débarrasser les services. Au début 381, les diwān modelés par Ibn Killis n’étaient pas prêts à abandonner aussi aisément qu’al-cAzīz l’orientation que le vizir avait imprimée à la politique syrienne de l’administration. cĪsā ibn Nasṭūrus, chrétien sans doute d’origine syrienne, détestait, d’après Ibn al-Qalānisī, Bakğūr, peut-être parce que celui-ci avait durement persécuté les chrétiens de Damas. Le chef du diwān écrivit donc à Nazzāl, le gouverneur de Tripoli qui se trouvait être son obligé, d’obtempérer ostensiblement aux ordres d’al-cAzīz en promettant son aide à Bakğūr et en se dirigeant avec l’armée sur Alep, mais de faire en sorte que son secours soit trop tardif pour être utile à Bakğūr dans le combat qu’il engagerait contre son suzerain. Nazzāl connaissait mieux que quiconque la complexité et la fragilité de l’équilibre qui s’était établi en Syrie du Nord. L’ensemble du territoire demeurait un protectorat byzantin où depuis 374, musulmans et chrétiens ne s’affrontaient plus guère, sauf sur le littoral ; les Byzantins n’avaient pas renoncé à conquérir un jour la magnifique place-forte de Tripoli et les Fatimides auraient voulu occuper Lattaquié. Depuis 378, Sacd al-Dawla, le Hamdanide d’Alep, avait abandonné l’appel en faveur des Bouyides pour revenir à l’invocation fatimide. Bakğūr, alors qu’il était à Raqqa, avait vu sa seigneurie sur la ville reconnue par le Caire, soit directement, soit à travers la reconnaissance de la mouvance hamdanide sur toute la Syrie du Nord par al-cAzīz. C’était cette situation à laquelle se référait Ibn Killis lors de sa mort6.

9Le récit le plus vivant et le plus détaillé de l’expédition de Bakğūr contre Alep ne se trouve pas comme on aurait pu s’y attendre chez Ibn al-cAdīm mais chez le damascain Ibn al-Qalānisī. Ce texte qui comporte de nombreuses précisions topographiques utiles à côté de notations psychologiques ou tout simplement pittoresques qui le rendent particulièrement agréable à lire, a été utilisé par Marius Canard dans son ouvrage sur les Hamdanides ; c’est pourquoi, les événements seront simplement résumés ici.

10Bakğūr avait reçu la promesse d’une aide de certains ġulām de Sacd al-Dawla qui lui avaient fait dire qu’ils se révolteraient quand il arriverait à proximité d’Alep. Il avait également attiré à lui Abū’l-Ḥasan cAlī ibn al-Ḥusayn ibn al-Maġribī, l’ancien secrétaire de Sayf al-Dawla qui connaissait parfaitement les conditions de l’exercice du pouvoir à Alep. Bakğūr quitta Raqqa pour Balis en muḥarram 381/mars-avril 991. Il avait adressé une lettre à Nazzāl, lui donnant rendez-vous à proximité d’Alep et il continua à l’informer de sa marche d’approche, croyant naïvement que l’autre progresserait parallèlement. Après avoir en vain tenté de s’emparer de la place de Balis, défendue par des Daylamites et des ġulām hamdanides, Bakğūr reprit, cinq jours plus tard sa marche sur Alep. Il était accompagné de Banū Kilāb de fractions variées. Sacd al-Dawla, après avoir mis son trésor et ses femmes à l’abri dans la citadelle, sortit à sa rencontre. Le Hamdanide avait rassemblé environ six mille hommes, ġulām, mercenaires arméniens, soldats byzantins envoyés en renfort par Basile II. Parmi les Banū Kilāb, seuls cAmr ibn Kilāb lui avait envoyé un détachement, cinq cents soldats d’élite.

11Sacd al-Dawla tenta une dernière conciliation et fit proposer à Bakğūr un fief s’étendant de Raqqa aux portes de Homs ; les cultures sèches de céréales pratiquées à l’est de Homs et les vaines pâtures cédées aux Bédouins moutonniers après les moissons de printemps auraient assuré à un tel fief d’excellentes rentrées financières. Bakğūr rejeta brutalement la proposition sans s’apercevoir qu’au même moment Sacd al-Dawla circonvenait ses alliés kilabites en leur offrant également des fiefs s’ils abandonnaient Bakğūr et en les menaçant des pires châtiments s’ils combattaient à ses côtés. Alors que la bataille s’était engagée, Bakğūr se vit trahi par les Arabes des tribus qui pillèrent ses bagages avant d’aller se mettre au service de Sacd al-Dawla en réclamant à grands cris le prix de leur changement de camp. Bakğūr comprit qu’un piège avait été monté, que Nazzāl lui faisait défaut, que les ġulām de Sacd al-Dawla ne trahiraient pas leur maître et qu’il était seul. Il ne lui restait que ses rudes ġulām turcs qui renâclaient. Ibn al-Qalānisī rapporte que Bakğūr faisait soigneusement noter sur un rôle le nom de ses cavaliers qui revenaient blessés de la mêlée afin que leur maladresse soit consignée et, sans doute, que le salaire soit diminué en conséquence. Tout au contraire, Sacd al-Dawla traitait avec une grande bienveillance ses soldats malchanceux sur le champ de bataille.

  • 7 Ibn al-Maġribī, Abū’l-Ḥasan cAli b. al-Ḥusayn, voir Zambaur, 15, Ibn al-Qalānisī, 35, 38, 39, 41-4 (...)

12Bakğūr s’en prit amèrement à son secrétaire, Ibn al-Maġribī, qui lui avait conseillé l’expédition7. Celui-ci lui répondit assez piteusement, l’engageant à se replier sur Raqqa et à solliciter une aide plus efficace d’al-cAzīz. Un lieutenant de Bakğūr qui assistait à l’entretien fit brutalement remarquer au civil que si, sur les coussins du diwān, les étendards devaient s’incliner devant le qalam, sur le champ de bataille, l’inverse était vrai. Là, seul le sabre pouvait trancher ! Ibn al-Maġribī se le tint pour dit et, discrètement, fit venir un bédouin kilabite avec lequel il avait fait affaire à la veille de la bataille et pour mille dinars il se fit conduire à Raqqa.

13Bakğūr rassembla autour de lui ses meilleurs cavaliers et prépara un plan succint de bataille. Moins nombreux que l’adversaire, ils avaient l’avantage de la qualité individuelle ; on retrouve toujours ces cavaliers turcs cuirassés, montés sur de puissants chevaux caparaçonnés, capables en chargeant côte à côte de culbuter une troupe plus nombreuse à l’arrêt et d’y semer le désordre, puis la terreur. Ils décidèrent de rompre le front à proximité de Sacd al-Dawla pour abattre le Hamdanide et décapiter ainsi l’armée d’Alep. Malheureusement pour Bakğūr, ses propos avaient été entendus par un soldat qui s’empressa d’aller les rapporter contre un amān à Lu’lu’ al-Ğarrāḥī, le chambellan de Sacd al-Dawla, qui commandait l’armée hamdanide. Lu’lu’ occupa secrètement l’emplacement où se tenait jusqu’alors le prince d’Alep.

  • 8 cAmmāriyya, Al-Muqaddasi (33), 210, compare la forme des pyramides à celle des cammāriyya ; voir D (...)

14Bakğūr apparut dans l’espace libre entre les deux fronts de bandières, à la tête de quatre cents cavaliers portant cuirasse ou tunique rembourrée et casqués. Au galop, ils défilèrent devant la ligne hamdanide pour repérer ses faiblesses puis décrivant un large cercle, s’en éloignèrent pour enfin revenir, regroupés, attaquer, leurs chevaux lancés à fond, le secteur choisi des lignes adverses. Ils traversèrent aisément les rangs hamdanides et Bakğūr se tailla, à grands coups de sabre, un chemin jusqu’à celui qu’il croyait être Sacd al-Dawla, qu’il frappa de son arme fendant le casque et faisant tomber à terre le cavalier. Lu’lu’ n’était qu’étourdi et la garde hamdanide contre-attaqua. Sacd al-Dawla arriva, précédé de son fanion et signalé à tous par la cammāriyya qu’on portait haut derrière lui et réoccupa la place qu’il avait provisoirement cédée à Lu’lu’8. Malgré son courage et sa science du combat, Bakğūr était perdu ; rapidement il dut prendre la fuite en compagnie de sept ġulām.

15Comme il l’avait fait pour Alp Takīn et pour Abū Taġlib, Ibn al-Qalānisī décrit avec un soin minutieux la lutte ultime d’un homme fort, abandonné de tous, qui ne veut pas renoncer à la liberté et à la vie. Le paysage est évoqué, une plaine ouverte où pousse le blé, nous sommes en avril, des fossés d’irrigation, un moulin, ainsi que les comparses, une première troupe de bédouins pillards qui réussissent à s’emparer de Bakğūr et de ses compagnons après l’échec misérable du cheval de prix que montait Bakğūr : l’animal n’arrive pas à franchir d’un saut un fossé large de moins d’un mètre, alors que le Turc a retiré sa cuirasse et enlevé le caparaçon. Les huit hommes sont complètement détroussés et doivent se réfugier nus, dans le moulin. Une seconde troupe de pillards passe et réclame au meunier les hommes qu’il abrite ; les voyant dénués de tout, ils repartent. Bakğūr et ses hommes s’éloignent et survient une troisième troupe de pillards. Un homme reconnaît Bakğūr ; celui-ci lui promet un chameau chargé d’or s’il l’emmène à Raqqa. Le bédouin est convaincu, met Bakğūr dans sa tente, l’habille et demande conseil aux siens. Des hommes de Sacd al-Dawla sont passés promettant une récompense pour le fugitif. Sa réputation d’avarice perd Bakğūr ; rien ne garantit qu’il paiera, une fois à Raqqa. On sent le bédouin partagé entre le réalisme des siens qui lui conseillent de livrer Bakğūr au prince hamdanide, — il recevra une récompense et la tribu sera bien considérée par le maître d’un lieu où chaque année on revient faire pâturer les troupeaux —, et entre l’espoir fou de se faire remettre, à lui, individuellement, loin des siens, ce chameau chargé d’or, un rêve merveilleux. La sagesse l’emporte, il va prendre des renseignements sur la récompense que recevra celui qui livrera le ġulām rebelle ; mis en présence de Sacd al-Dawla, il exige de la terre, de l’argent, des bêtes de somme chargées de blé, des habits, trop frustre pour comprendre qu’il lui suffirait de réclamer plus d’argent et qu’il pourrait ainsi acheter le reste. Alors qu’il marchande de la sorte, survient Lu’lu’, tout dolent du coup reçu la veille. Le chambellan se saisit de la main du bédouin pour établir un contact avec lui et lui demander où campe sa famille. L’autre tombe dans le piège et répond, livrant ainsi le lieu de détention de Bakğūr. La suite se devine, encore qu’Ibn al-Qalānisī s’étende sur le dialogue dans lequel Lu’lu’ justifie par la raison d’Etat son action devant son maître réticent, puis convaincu. Bakğūr est amené à Sacd al-Dawla, qui, hésitant, demande conseil à Lu’lu’ qui l’engage à se débarrasser de son ancien ġulām avant que Sitt al-Nās, la sœur de Sacd al-Dawla, n’intercède en sa faveur. Sacd al-Dawla fait un signe à son bourreau qui tranche le cou de Bakğūr, puis celui d’Ibn al-Ḫaffānī, son lieutenant, celui qui avait rudoyé Ibn al-Maġribī lorsque celui-ci avait conseillé à Bakğūr le retour à Raqqa. Les corps sont crucifiés.

16Ce récit conservé par Ibn al-Qalānisī contient tant de notations précises qu’il n’a pu être rapporté que par un témoin oculaire qui dut interroger de nombreux acteurs puisque le récit se déroule simultanément dans les deux camps. Pour une fois, la source utilisée par Ibn al-Qalānisī est disponible, ou du moins un récit très proche tiré de la même source. Abū Šuğāc al-Rūḏrāwarī qui écrivait un demi siècle avant Ibn al-Qalānisī a raconté la défaite et la mort de Bakğūr sous l’année 381 de la suite qu’il a écrite du Tağārib al-Umam de Miskawayh. Les deux textes sont presque identiques ; Ibn al-Qalānisī apporte quelques détails supplémentaires dont le nom du ġulām qui avait interpellé Ibn al-Maġribī et le fait que ce ġulām fut exécuté avec Bakğūr. Al-Rūḏrāwarī écrivait un demi siècle avant Ibn al-Qalānisī ; déjà il usait de ces archétypes dont l’historien de Damas fut friand, le bédouin pillard prêt à livrer pour de l’argent celui qui lui a demandé sa protection, le second du prince plaçant la raison d’Etat au-dessus de la loyauté et du respect de la parole donnée, le prince qui doit être préservé hors de la mêlée jusqu’à l’instant où son apparition apportera la victoire, le ġulām turc, professionnel de la guerre, pour qui le combat est devenu une seconde nature. Ce ġulām continue jusqu’à son terme la lutte aussi faible soit sa chance de vaincre. Tôt ou tard, il se retrouve seul, assoiffé, perdu dans un milieu hostile et devient alors la victime du bédouin, toujours à l’aise dans la solitude de la steppe. Or, al-Rūḏrāwarī fut vizir d’al-Muqtadī pendant le sultanat turc seldjoucide de Malik Šāh.

17La mise à mort de Bakğūr date des premiers jours de ṣafar 381 /fin avril 991. Sacd al-Dawla marcha alors sur Raqqa où la famille et les biens de Bagkūr étaient demeurés sous la protection d’un ġulām de celui-ci, Salāma al-Rašīqī ; Abū’l-Ḥasan ibn al-Maġribī, le secrétaire de Bakğūr, y avait trouvé refuge. Salāma, mis en demeure de livrer la ville avec la famille et le trésor de Bakğūr, refusa : Sacd al-Dawla pouvait réclamer de lui, ġulām du ġulām du Hamdanide, ce qu’il voulait sauf un parjure. Or, il avait promis à Bakğūr de défendre sa famille et ses biens. La négociation aboutit à la décision de livrer à Sacd al-Dawla, Raqqa et le matériel militaire que renfermait la place ; en contrepartie, le prince prêta un serment préparé par Ibn al-Maġribī. Sacd al-Dawla respecterait la vie et les biens des membres de la famille de Bakğūr et les laisserait se retirer avec tous les biens meubles de celui-ci. Mais, pendant que les vaincus évacuaient la place avec le trésor, Sacd al-Dawla revint sur sa parole. Il les arrêta et saisit tout ce qui était précieux. Il avait été très aisément convaincu par l’argument que lui avait présenté son cadi, Abū’l-Hayṯam ibn Abī Ḥusayn, lui faisant ressortir que Bakğūr étant un ancien ġulām de son père, ses biens lui revenaient de droit. En effet, un raisonnement juridique affirmait que le ġulām, esclave libéré pour devenir soldat, ne pouvait jouir que sa vie durant des biens matériels qui lui étaient attribués ou qu’il avait pu acquérir. A sa mort, même s’il avait créé une famille, ces biens revenaient à son ancien maître. L’argument fut fréquemment utilisé par l’administration fatimide pour réintégrer au Trésor les biens d’anciens esclaves de la dynastie et cela, parfois, après que deux générations se fussent écoulées. Ce qui était contestable dans la démarche de Sacd al-Dawla c’était le parjure qui l’avait amené à renier un serment prêté, la main droite levée. Il est vrai que le montant de la fortune de Bakğūr sur laquelle il put ainsi mettre la main fut évalué à huit cent mille dinars. Sacd al-Dawla imposa des amendes aux gouverneurs de villes dépendant de Bakğūr et s’empara de Rahba, annexant à la principauté d’Alep la plus grande part du Diyār Muḍar.

  • 9 Al-Rūḏrāwari (53), 215, Ibn al-Qalānisī, 39, Ibn al-cAdim, I, 180, Fā’īq, un eunuque slave, devait (...)

18Les enfants de Bakğūr en appelèrent à al-cAzīz, suzerain supérieur de leur père. L’Imām fatimide réagit avec fermeté et fit partir sur un dromadaire rapide un courrier, Fā’iq al-Saqlabī9. Dans le message que celui-ci remit à Sacd al-Dawla, al-cAzīz faisait savoir au Hamdanide qu’il devait laisser les enfants de Bakğūr quitter librement, avec tous leurs biens, son territoire afin qu’ils trouvent refuge en Egypte. La lettre se terminait par une menace d’intervention armée au cas où ces instructions ne seraient pas respectées. Sacd al-Dawla consulta ses principaux chefs militaires et ses grands ġulām. Ils l’assurèrent de leur soutien quelle que soit sa décision. Alors, il convoqua le messager d’al-cAzīz et le contraignit à coup de gifles à manger le message de son maître. Quand la lettre fut mâchée et avalée jusqu’au dernier fragment, Sacd al-Dawla lui donna l’ordre de rentrer en Egypte avertir al-cAzīz qu’il était inutile d’envoyer une expédition contre lui, car il arriverait bientôt à la tête de son armée à Ramla.

19Effectivement, Sacd al-Dawla quitta Alep avec des troupes et il fit partir un détachement en avant-garde vers le sud. Puis, pris de maladie, il rentra en ville. Bien soigné, il guérit rapidement mais refusant de se ménager, il fut frappé d’hémiplégie alors qu’il besognait une de ses esclaves favorites et devait décéder peu après, le 25 ramaḍān 381/4 décembre 991. La rupture avec l’Etat fatimide ne pouvait lui être imputée. Al-cAzīz avait imprudemment donné l’ordre à Nazzāl de soutenir militairement l’offensive de Bakğūr contre Alep. Pourtant, le soutien n’avait pas été effectif et les choses auraient pu tourner autrement sans les erreurs commises dans les derniers mois de sa vie par Sacd al-Dawla, grisé par sa victoire face à Bakğūr et la raison minée par les premières manifestations de sa maladie.

20La mort de Sacd al-Dawla incita une partie de ses ġulām hamdanides à rallier l’armée fatimide mais c’est à tort qu’Ibn al-Qalānisī place à cette date le passage de Bišāra au service d’al-cAzīz : il est bien antérieur. Abū’l-Ḥasan ibn al-Maġribī s’était réfugié à Kūfa lors de la prise de Raqqa. Il entra en correspondance avec le souverain fatimide et, peu après, il se rendit au Caire avec sa famille. Cette ville attirait les talents militaires comme civils : elle était en train de devenir ce qu’elle demeura jusqu’à l’installation de l’Empire Ottoman à Constantinople, le véritable centre du monde arabo-musulman.

Révolte et captivité de Munir al-Ṣaqlabi

  • 10 Ibn al-Qalānisī, 29, 40, Ibn al-Dawādāri, 219, Maqrizi (107), I, 259, 269.

21Al-cAzīz avait pu menacer Sacd al-Dawla d’une intervention car il avait consacré une bonne part de l’année 381 à rassembler une puissante armée pour une expédition en Syrie. Munīr al-Saqlabī, l’eunuque placé par Ibn Killis comme gouverneur de Damas, trahissait le Caire et devait être remplacé. Il était surveillé sur place par Ibn Abī’l-cŪd al-Yahūdī al-Ṣaġīr, Ibn Abī’l-cŪd le Jeune, frère de l’agent d’Ibn Killis tué à l’instigation de Bakğūr. Le cadet représentait à Damas l’administration financière fatimide, sans doute dans la gestion de domaines fonciers situés dans l’oasis ou dans le Hauran. Il signala dans des lettres au Caire que Munīr était entré en correspondance avec Bahā’ al-Dawla, le maître bouyide de Bagdad. Selon certaines sources, Ibn Abī’l-cŪd fit un court voyage au Caire au début 381. Toujours est-il que lorsqu’il apprit que la mesure de déplacement de Munīr qu’il réclamait devenait effective, il s’en vanta à Damas et Munīr, furieux, le fit mettre à mort, révélant ainsi au grand jour sa révolte10.

  • 11 EI2, I, 847 ; Yaḥyā, XXIII, 436, 438, 449-452 ; Ibn cAsākir, ZA XVII, 100 r° et v°, (65000), 29 v° (...)

22La lourdeur de l’appareil fatimide rendit la préparation de de l’expédition destinée à châtier le rebelle, longue et coûteuse. Al-cAzīz désigna un ġulām turc, Manğū Takīn (Yangū Takīn ou Bangū Takīn, selon certaines sources), comme gouverneur de Syrie en ṣafar 381/avril-mai 991. Le Turc recevait le commandement de l’armée destinée à chasser Munīr de Damas et on lui accordait le laqab d’amir al-ğuyūš al-manṣūra, prince des armées victorieuses, hommage à al-Manṣūr ibn al-cAzīz, le futur al- Ḥākim 11. L’armée ne s’ébranla que le 3 šacbān 381/15 octobre 991. Al-cAzīz avait déjà dépensé pour celle-ci un million et demi de dinars et avait fait un don de cent mille dinars au nouveau général. Ibn al-Ğarrāḥ, venu pour le circonstance en Egypte, reçut un vêtement d’honneur et partit en Syrie comme allié des Fatimides. Une fois encore, les recommandations dTbn Killis n’étaient pas suivies.

23L’armée fatimide avança sur Ramla où Bišāra, le gouverneur de Tibériade, la rejoignit. Nazzāl, gouverneur de Tripoli, avait reçu l’ordre de marcher directement sur Damas. Manğū Takīn apprit que Munīr avait levé les aḥdāṯ de Damas. Il donna donc l’ordre au corps incendiaire de se joindre à ses troupes afin de l’aider lors d’éventuels combats de rue. Mais Manašā ibn Ibrāhīm al-Yahūdī, l’intendant militaire, reçut une lettre d’un notable damascain, Ibn Abī Hišām, réclamant une arrivée rapide des troupes fatimides. Abū’l-Ḥasan Muḥammad ibn Abī Hišām al-Šāhid, est cité à plusieurs reprises par les sources comme un des membres éminents de la « classe des Anciens », Ṭabaqāt al-šuyūḫ, de Damas, groupe social qu’il représentait dans des circonstances exceptionnelles au côté des chérifs. Ainsi, avant l’entrée des Fatimides en Syrie, quand Samūl était gouverneur de Damas, Ibn Abī Hišām, avait été pris à partie avec d’autres notables par la pègre de Bāb al- Ṣaġīr, alors que l’opinion à Damas était partagée entre partisans et adversaires du cadi Ibn al-Walīd. Plus tard, en 359, puis en 363, il avait fait partie de délégations officielles chargées de négocier avec les généraux fatimides, en l’occurence Ğacfar ibn Falaḥ, puis, Abū Maḥmūd al-Kutāmī. En fait, sa lettre de 381 s’explique par la frayeur qu’avait provoquée chez les notables la mobilisation de la plèbe ou même de la pègre par Munīr. Al-cAzīz à qui la lettre fut transmise fit retirer le corps des naffāṭūn, lanceurs de feu, car l’armée n’allait pas faire la guerre au peuple de Damas, mais chasser un gouverneur félon.

24Nazzāl parvint le premier à proximité de Damas et écrasa facilement les troupes de Munīr à Marğ cAḏra’, à l’est de la Ghouta, le 18 ramaḍān 381/28 novembre 991. Munīr s’enfuit en direction de Ğawsiyya pour gagner le territoire d’Alep mais il fut pris par des Arabes de tribus alliées aux Fatimides. Il fut livré contre une bonne récompense à Manğū Takīn qui venait d’arriver à Damas. On fit défiler le vaincu dans les rues de la ville, juché sur un dromadaire, un singe derrière lui le rouait de coup. Sur la tête, Munīr portait le long bonnet pointu des rebelles et derrière lui venait un cortège de cent de ses hommes, dans le même accoutrement : ils avaient été pris et livrés à Ğullanār, le gouverneur de Baalabakk.

25Le récit qu’Ibn al-Qalānisi consacre à la fuite, puis à la prise et à l’humiliation de Munīr, est concis, sans aucun de ces détails d’atmosphère dans lesquels le chroniqueur excellait. Munīr était un eunuque slave et il est probable que le personnage pour qui avait été rédigée l’histoire de Damas ne pouvait s’identifier en lui. Un autre fait prouve combien Ibn al-Qalānisī ne jugeait pas utile de mettre dans son texte tout ce qu’il connaissait à propos de la ville ; ainsi Maqrīzī signale un tremblement de terre qui aurait ravagé Damas et détruit mille maisons entre le 17 muḥarram et le 17 ṣafar 381/5 avril au 5 mai 991. Il signale également que Munīr arriva au Caire le 10 ḏū’l-ḥiğğa 381/17 février 992 ; il eut à nouveau droit à une promenade infamante en compagnie des têtes de sept cents de ses compagnons, fichées sur des lances. Plus tard, il fut pardonné.

***

  • 12 On trouvera dans Cahen, « Contribution à l’étude de la circulation monétaire en Orient au milieu d (...)

26Au début de l’année 392/992, al-cAzīz pouvait être satisfait de la situation de son empire. Le pèlerinage avait été effectué dans de bonnes conditions. Son autorité avait été rétablie à Damas. Sacd al-Dawla qui avait humilié son messager venait de mourir et son armée se débandait. A l’extérieur de l’Empire, au Yaman comme à Mawṣil, l’invocation était faite en faveur de l’Imām fatimide. Enfin l’année 382, le prix des denrées alimentaires fut très bas ; évalués en dirhams, à quinze dirhams et demi le dinar, on put acheter un raṭl et demi de viande de mouton pour un dirham puis quatre raṭl, ou six raṭl de viande de bœuf, ou dix-sept raṭl de pain bis ou encore douze raṭl de pain blanc-extra. Il y eut des troubles dans le change des monnaies ; on usa de monnaie divisionnaire en argent, d’un poids très faible, sans doute à cause de la baisse des prix et de l’absence de monnaies commodes en cuivre. Ces coupures de dirham, en fait des monnaies divisionnaires d’un cinquième, furent échangées à raison de soixante-dix sept, puis cent, contre un dinar. Cela signifiait une dévaluation du dirham dont le change passait de quinze dirhams et deux cinquièmes pour un dinar à vingt dirhams pour un dinar. Le Trésor racheta aux changeurs ces coupures pour les fondre et frapper de nouveaux dirhams qui portèrent une inscription différente des anciens afin de les différencier ; le Trésor échangea cinq coupures contre un nouveau dirham12.

27Le rapport or/argent et dinar/dirham a constamment évolué pendant la période fatimide. Les spécialistes contemporains d’histoire monétaire médiévale n’ont pas encore livré d’analyse satisfaisantes de ces variations ; le rapport entre études proprement numismatiques et les recherches sur les prix et émissions monétaires médiévales n’est pas aisé à établir. L’historien non-spécialiste peut seulement constater que les ajustements de change dinar/dirham se situent toujours à des époques de variation rapide du prix des céréales en gros et du pain au détail. Or, les marchés de gros fonctionnaient avec des dinars et les marchés de détail avec des dirhams. La variation de prix au niveau du gros était beaucoup moins sensible que les variations au niveau du détail, notamment lorsqu’il y avait des possibilités de spéculation. C’est-à-dire qu’en cas de crise, il était aisé d’accumuler une grande quantité de dirhams ou de fractions de dirhams qu’il fallait changer en or pour se réapprovisionner ; il était donc normal que l’or se réévalue par rapport à l’argent. Un autre facteur jouait, celui de l’approvisionnement du Trésor en métal précieux, or et argent. Peu de renseignements sont parvenus sur les apports miniers ; quant au retour à la Monnaie de pièces frustes, il devait concerner en priorité l’argent qui circulait constamment alors que l’or, facilement thésaurisé et beaucoup mieux frappé, ne s’usait que très lentement.

28Les chroniqueurs ont consigné très peu d’observations sur les prix pratiqués quotidiennement et sur les monnaies dont tout adulte usait constamment et ils ont réservé les mentions sur ces sujets aux époques d’exception. Ils avaient sans doute moins que nos contemporains la notion que les prix sont des réalités éphémères. Pour eux, chaque chose avait son prix ; lors des crises, ces prix s’ébranlaient, s’éloignaient des normes pour eux intangibles, puis, la crise résolue, ils réintégraient ce carcan, imaginaire à nos yeux, le juste prix. Il est vrai que l’immobilité des prix ou leur très faible variation sur le long terme, en dehors des périodes de crise, disparut vers la fin du ve/xie siècle, au-delà des limites chronologiques de notre recherche.

29Al-cAzīz était donc assuré en 382/992 et de l’abondance alimentaire et de l’aisance financière. Les réformes entreprises dans son armée depuis 367-370 commençaient à porter leurs fruits. Il disposait des moyens d’une politique plus active que celle, très prudente, dans laquelle s’était cantonné Ibn Killis.

30Les Bouyides ne représentaient plus un danger pour lui : Bahā’ al-Dawla, qui avait pris le pouvoir en 380, avait, en šacbān 381/octobre-novembre 991, détrôné le calife al-Ṭā’ic et installé en ramaḍān de la même année un nouveau calife, al-Qādir billāh. Il était ensuite parti pour Basra attaquer Ṣamṣām al-Dawla. Il était affronté à suffisamment de problèmes en Mésopotamie pour ne pas avoir le loisir d’intervenir en Syrie.

  • 13 Yaḥyā, sub anno et V. Grumel, La chronologie, Bibliothèque Byzantine, Paris, 1958, 480.

31Du côté de Byzance, également, al-cAzīz n’avait à craindre ni offensives surprises ni même réactions militaires puissantes à une initiative fatimide dans les territoires de protectorat. Constantinople avait connu en 989/378 un hiver particulièrement rigoureux ; le 25 octobre de la même année, un tremblement de terre y avait causé de très graves dégâts (rağab 379)13. Au printemps 990/début 380, Basile II était parti mettre en ordre les défenses de Thessalonique : il se lançait alors dans la grande guerre contre les Bulgares qui devait à jamais faire sa renommée et lui donner un nom glorieux. De 990 à avril 995/ rabīc I 385, ce fut à ce front qu’il consacra tous ses efforts, laissant la situation se détériorer en Syrie pour les armées byzantines.

L’offensive de Manğū Takīn contre Alep

  • 14 Aḥmad b. Muḥammad b. al-Qušūri ou al-Qušayrī, Yaḥyā, XXIII, 499, Ibn al-Qalānisī, 41, Nuwayrī, 56  (...)

32L’affront de Sacd al-Dawla à l’envoyé fatimide offrait à al-cAzīz un prétexte pour intervenir contre Alep. La mort du même Sacd al-Dawla, la fuite de ses ġulām qui étaient venus renforcer l’armée fatimide permettaient à l’Imām de tirer vengeance de cet affront sans prendre de risques inconsidérés. La présence à Damas de l’armée commandée par Manğū Takīn et qui venait de chasser Munīr, facilitait une action contre Alep. Abū’l-Ḥasan cAlī b. al-Ḥusayn ibn al-Maġribī, l’ancien secrétaire de Sayf al-Dawla puis de Bakğūr, connaissait bien Alep et il avait usé de son influence sur al-cAzīz, flatté par son ralliement, pour l’inciter à lancer une expédition en Syrie du Nord. Ibn al-Maġribī nourissait une rancune particulière contre les Hamdanides et aurait aimé se voir confier l’administration financière d’Alep et de sa région pour le compte des Fatimides. Il fut nommé secrétaire de Manğū Takīn, le commandant en chef de l’armée ; un autre musulman, al-Qušūrī, partagea avec Ibn al-Maġribī, la charge de l’administration et de l’intendance financière de l’armée14.

33La présence des treize mille hommes de Manğū Takīn dans l’oasis de Damas pendant les derniers mois de l’année 381 posa des problèmes. Manğū Takīn, un bon soldat mais aussi un bon vivant attaché à ses aises avait été l’objet de la part d’al-cAzīz d’un traitement très favorable. Tous les autres chefs militaires devaient lui témoigner des marques de respect réservées jusqu’alors aux souverains, son titre même d’amir al-ğuyūš al-manṣūra, rapidement abrégé, du moins chez les chroniqueurs, en amir al-ğuyūš, prince des armées, plaçait entre lui et ses subordonnés, non plus une différence de degré dans la hiérarchie, mais une différence de nature dans le type de pouvoir exercé. De ce fait, le commandant en chef ne voulait plus se préoccuper de simples questions de discipline et : ses soldats maghrébins ne respectaient ni les biens ni les personnes des civils de Damas et des environs. Il était temps de mettre en branle cette armée et de lui donner l’occasion de combattre.

  • 15 Yaḥyā, XXIII, 438, 442 ; Yaḥyā (45), 209-210 ; Ibn al-’Adim, I 185-192 ; voir les références de Ma (...)

34Les ġulām de Sacd al-Dawla lui avaient désigné comme successeur son jeune fils, Abū’1-Faḍl, qui reçut le laqab de Sacīd al-Dawla15. On ne pouvait savoir si l’Etat, al-Dawla, dont il devait représenter l’heureuse chance, était le bouyide, le fatimide, le byzantin, ou encore l’Etat hamdanide. En fait, la réalité du pouvoir était entre les mains d’Abū Muḥammad Lu’lu’ al-Kabīr al-Sayfī, ġulām de son grand-père Sayf al-Dawla, celui qui avait sauvé Sacd al-Dawla lors de l’assaut de Bakğūr. Lu’lu’ fit épouser sa fille au nouveau prince et s’assura ainsi une autorité morale sur celui-ci. Lu’lu’, un homme de raison et de caractère, restitua aux Alépins des biens-fonds dont Sayf al-Dawla et Sacd al-Dawla s’étaient emparé indûment et abolit des taxes illégales. Grâce à cette sage politique, il reçut toute sa vie durant un soutien constant des Alépins. Il leva parmi eux une milice pour défendre la ville, milice suffisamment bien équipée pour mener des opérations en rase-campagne, loin de sa base. En ces terres de confins qui vivaient depuis des siècles dans la hantise des attaques byzantines, les civils acceptaient volontiers de porter les armes quand les circonstances l’exigeaient. A Alep, une bonne part de la population, arrivée après les grandes destructions byzantines de la fin du règne de Sayf al-Dawla, était d’origine paysane ou bédouine, donc apte physiquement à marcher et à porter de lourdes armes. Par ailleurs, tout l’espace compris à l’intérieur des murailles n’était pas bâti et de nombreux terrains vagues pouvaient être mis en culture en cas de siège. Pour s’abreuver, les Alépins disposaient du Quwayq ainsi que de puits.

  • 16 Ibn al-Qalānisi, 41, Malakuyā, Ibn Taġri Birdi, IV, 118, 365 H,. Malkūn al-Suryānī, Ibn al-cAdim, (...)

35Lu’lu’, quand il avait appris l’imminence d’une attaque fatimide, avait envoyé auprès de Basile II qui combattait les Bulgares, un marchand chrétien d’Alep, Malkūnā al-Suryānī, portant une lettre et des présents16. Sacīd al-Dawla était prêt à reprendre l’étroite collaboration qui existait entre son père et les Byzantins et à se conformer aux directives que lui ferait parvenir le Basileus. Il demandait du secours contre les Fatimides qui allaient assiéger Alep. Basile II réserva bon accueil à l’envoyé de Lucluc et chargea Michel Bourtzès (al-Burğī), le gouverneur d’Antioche, de rassembler une armée pour porter secours au Hamdanide.

Les opérations fatimides en Syrie du Nord

36Marius Canard a traité dans son ouvrage sur les Hamdanides de l’action militaire que mena en Syrie du Nord contre les Alépins et contre les Byzantins, Manğū Takīn jusqu’à la mort d’al-cAzīz. C’est pourquoi, seul figurera ici un rappel sommaire des opérations.

37En 382/992-993, se déroula la première campagne fatimide de Syrie du Nord conduite par Manğū Takīn. Les informations données par Yaḥyā d’Antioche, Ibn al-cAdīm et Ibn al-Qalānisī, se complètent. Maqrīzī rapporte les échos au Caire des compte-rendus de l’action militaire en Syrie. Manğū Takīn avait expédié au Basileus un messager pour l’informer que l’armée fatimide entrait en Syrie du Nord pour châtier l’insolence hamdanide et que les possessions byzantines ne seraient pas inquiétées. L’ambassadeur fut jeté en prison en rabīc II 382/juin-juillet 992.

38L’armée de Manğū Takīn avait été renforcée avec des troupes prélevées sur les garnisons fatimides de Syrie ; de plus, des contingents de Banū Kilāb et des sédentaires du Ğabal Summāq, au sud-ouest d’Alep, s’étaient joints aux soldats venus d’Egypte. En rabīc II 382, arrivait au Caire un pigeon voyageur porteur de la nouvelle des victoires fatimides, Homs, Hama, Šayzar avaient été prises, Alep était investie. Le pigeon eut droit à une promenade d’honneur à travers la capitale en fête. D’après Yaḥyā, c’est à Apamée, que les Hamdanides furent vaincus en rabīc II.

39Sacīd al-Dawla aurait proposé un million de dirhams à Manğū Takīn pour lever le siège ; il s’engageait en outre à faire inscrire sur ses étendards et sur les monnaies qu’il frappait, le nom d’al-cAzīz et de faire invoquer le Ciel en faveur du souverain fatimide lors de la prière publique du vendredi. Il était prêt à rentrer dans son obédience. Manğū Takīn, sur les instructions du Caire, refusa. Il assiégea la ville trente-trois jours. Les Alépins voulaient se rendre ; Lu’lu’ et Sacīd al-Dawla les réconfortaient, al-Burğī (Bourtzès) allait arriver avec sept croix.

40Manğū Takīn lorsqu’il apprit que le Duc d’Antioche entrait à la tête de ses troupes en territoire musulman, prit conseil des experts en affaires byzantines qui lui déconseillèrent de se laisser bloquer entre des troupes fraīches et les murailles de la ville. Il laissa donc une petite armée devant Alep, commandée par Bišāra al-Qalcī, Ibn Abī Ramāda et Micḍad ibn Ẓālim, sans doute le fils du chef uqaylide. Manğū Takīn partit à la tête de ses trente mille hommes et la bataille eut lieu sur l’Oronte, entre Alep et Ğisr al-Ḥadīd, sur la route d’Antioche. D’après Ibn al-cAdīm, les Byzantins étaient soixante-dix mille, alors qu’Ibn al-Qalānisī qui paraīt très bien renseigné sur l’histoire d’Alep à cette époque ne parle que de cinq mille hommes. Les armées se faisaient face de part et d’autre de l’Oronte ; les Musulmans, après avoir décoché une grêle de flèches sur les Grecs, traversèrent et donnèrent l’assaut. Au côté des Byzantins se trouvaient des ġulām hamdanides à cheval et mille fantassins, civils d’Alep en armes. Il y eut plus de trois cents morts chez les ġulām. Ibn al-Qalānisī qui n’en est pas à une contradiction parle de dix mille morts chez les Byzantins dont il évaluait plus haut les effectifs à cinq mille hommes. Il faut croire que le chiffre de dix mille sonnait bien car, d’après Ibn al-cAdīm, Manğū Takīn après avoir mis en fuite Michel Bourtzès, s’empara de la forteresse de cImm, à l’ouest d’Antioche, sur la route d’Alep, forteresse commandée par le neveu maternel de Bourtzès. Manğū Takīn y libéra dix mille prisonniers musulmans qui s’y trouvaient enfermés. Puis, il gagna la campagne d’Antioche qu’il ravagea, incendiant les établissements agricoles ; il s’empara du bétail, moutons, bovins et dix mille buffles. Manğū Takīn pénétra loin au nord dans le territoire byzantin puisqu’il aurait atteint Marcaš, au nord de Djihoun. Après avoir mené cette expédition contre les Grecs en ğumādā I et gumādā II 382/ juillet-aoūt 992, Manğū Takīn revint sur Alep.

41Lu’lu’ avait profité de son absence et du desserrement relatif du siège pour envoyer des patrouilles incendier les moissons et les récoltes, tout autour d’Alep. Par ailleurs, sachant qu’il n’avait plus de secours à attendre des Byzantins, il écrivit secrètement aux deux secrétaires de Manğū Takīn, al-Qušūri et Ibn al-Maġribī, leur promettant de l’argent s’ils persuadaient le commandant en chef de lever le camp. En faisant incendier les récoltes, il leur avait fourni un bon prétexte, le danger de se trouver dépourvu de vivres quand viendrait la saison froide. Manğū Takīn qui n’avait qu’une hâte, retrouver les délices de la vie damascaine, se laissa aisément convaincre. Une lettre fut envoyée à al-cAzīz pour lui signaler qu’on ne pouvait envisager de passer l’hiver dans de telles conditions ; la permission de rentrer à Damas fut sollicitée, puis, sans attendre la réponse, l’armée fit mouvement vers le sud au mois de rağab 382/septembre 992. Quand al-cAzīz fut informé de la chose, il fut pris d’une grande colère de voir Alep lui échapper parce que son armée refusait de passer l’hiver sous la tente.

  • 17 Abū’l-Fadā’il Ṣāliḥ b. cAli al-Rūḏpārī, fils de cAlī b. Ṣāliḥ, gouverneur de Damas en 333/944, Bla (...)

42Ibn al-Maġribī, nouvel arrivant dans le monde clos des diwān, n’y comptait pas que des amis : une cabale mit sur son compte et sur celui d’al-Qusūri, le retour à Damas de Manğū Takīn. Ibn al-Maġribī fut rappelé au Caire et remplacé en Syrie par Abū’l-Fadā’il Sālih b. cAlī al-Rūḏpārī, d’une famille de secrétaire musulmans des diwān égyptiens17. Ṣāliḥ b. cAlī reçut quoique civil un titre de muqaddam, commandant en chef qui lui donnait une autorité presque égale à celle de Manğū Takīn. Pour Ibn al-cAdīm, lors de la nouvelle expédition en Syrie du Nord, menée par Manğū Takīn en 383, l’administrateur civil de l’armée fut Abū Sahl Manašā b. Ibrāhīm al-Yahūdī al-Qazzāz, ce qui signifierait qu’à cette date, il avait regagné la confiance d’al-cAzīz.

43Al-cAzīz qui tenait au succès de la campagne mit en place les moyens nécessaires. Cent mille tillis, de deux qafiz chacun, de grains furent transportés par mer des greniers égyptiens à Tripoli. Là, le grain fut chargé sur des bêtes de somme pour Apamée où il fut entreposé. En effet, les deux villes proches de Šayzar et d’Apamée qui lors de la campagne de 382 avaient vu le passage victorieux de l’armée fatimide, furent occupées au début de la campagne de 383 et leurs anciens gouverneurs hamdanides chassés. Ainsi, Manğū Takīn put organiser une forte place arrière à Apamée tout en construisant face à Alep une base avancée, véritable ville où les tentes avaient fait place à des bâtiments en dur, bains, marchés, habitations. 11 se préparait à un siège de longue durée. A tour de rôle, les ġulām se rendaient d’Alep à Apamée, dans les greniers aménagés par l’armée, afin de prendre livraison du blé et de l’orge qu’on leur assignait pour leur alimentation et celle de leurs montures. Puis il convoyaient ces grains sur la base d’Alep.

44Tout en poursuivant le siège, Manğū Takīn dirigeait des opérations à travers le territoire byzantin, ravageant les campagnes autour d’Antioche, razziant le bétail, pour assurer l’approvisionnement en viande de ses trente mille hommes. En 383, il poussa une pointe jusqu’à Baghras, au nord du lac d’Antioche. Le premier siège d’Alep en 382 avait duré trente trois jours ; le second, commencé en 383, se poursuivit treize mois. Sans la force d’âme de Lu’lu’, Sacīd al-Dawla le Hamdanide aurait capitulé. Mais quand il exprima sa lassitude, son beau-père le rabroua vertement. Pour redonner courage aux habitants, Lu’lu’ achetait le blé à trois dinars le qafiz et le leur revendait à un dinar. Malgré tout, il dut se résoudre à faire ouvrir les portes de la ville pour permettre aux plus démunis de gagner les campagnes environnantes. C’était les envoyer à une mort certaine, mais Manğū Takīn refusa les conseils de son entourage et laissa les pauvres gens s’en aller sans les inquiéter.

  • 18 Deux ans plus tard, Rabāḥ trahira Sacid al-Dawla et passera en 386 H. au service des Fatimides ; o (...)

45Manğū Takīn revint à Damas, au début de l’année 384, à une date qui n’est pas précisée et pour une période très courte. En rabīc II 384/mai-juin 994, avant la moisson, il était de retour. La situation était dramatique pour les Alépins. Lu’lu’ fit à nouveau appel aux Byzantins et Michel Bourtzès, duc d’Antioche, réunit une armée pour dégager Alep. Une troupe d’Alépins conduits par Rabāḥ al-Ḥamdānī 18 vint le rejoindre. Chaque armée occupa un gué sur l’Oronte en un lieu qu’Ibn al-cAdīm nomme al-Arwāğ. Le 6 šacbān 384/15 septembre 994, Manğū Takīn attaqua les Byzantins avec le gros de ses troupes pendant qu’un détachement fatimide aidait les alliés arabes des tribus à attaquer les Alépins. La bataille fut un désastre pour les Byzantins et les Hamdanides. Manğū Takīn fit prisonnier ou mit à mort de nombreux adversaires ; les bagages des Grecs furent pillés. La ville de Aczāz retomba entre les mains des musulmans. Puis, Manğū Takīn revint à Alep : ce troisième siège, qui avait débuté en rabīc II 384 dura onze mois jusqu’au mois de rabīc I 385/avril-mai 995. En effet, grâce à la ville qu’il avait fait construire et dont les vestiges existaient encore au bord du Quwayq à l’époque d’Ibn al-cAdīm en 660/1262, le général fatimide avait pu passer un second hiver devant Alep.

46La situation semblait désespérée aux Alépins, affamés, mangeant des ânes et des chevaux, démoralisés par les échecs byzantins. Lucluc décida de faire appel directement à Basile II qui combattait les Bulgares. Il expédia à nouveau Malkūnā al-Suryānī auprès du Basileus ; Ibn al-cAdīm mentionne un messager qu’il désigne sous le nom de Abū cAlī Ibn Durays. Informant le Byzantin que la ville n’avait plus qu’un souffle de vie, Lū’lū’ le pressait d’intervenir avant que la chute de la ville n’entraînât celle d’Antioche et une grave menace pour l’Empire byzantin. Seule une intervention personnelle de Basile II pouvait redresser la situation. La marche de cet empereur qui couvrit en seize jours selon Ibn al-Qalānisī, dix-sept, selon Maqrīzī, les trois cents parasanges qui le séparaient d’Alep est justement célèbre, car cela correspond à un parcours quotidien moyen de plus de cent de nos kilomètres, à travers les déserts et les montagnes d’Anatolie. Il est vrai que parti avec quarante mille hommes, tant cavaliers que fantassins, grecs, russes, bulgares, khazars, il n’arriva qu’avec quelques milliers de cavaliers, trois mille selon Ibn al-Qalānisī, treize mille selon Ibn al-cAdīm, dix-sept mille selon Maqrīzī. Il déboucha au nord d’Alep en rabīc I 385/avril-mai 995. Manğū Takīn avait envoyé sa cavalerie « pâturer le printemps », selon l’expression arabe, dans les riches prairies qui entourent Apamée. Basile II, voulant profiter de l’effet de surprise, avait tenu secrète son arrivée imminente. Manğū Takīn en fut informé et là encore, les sources divergent. Ibn al-Qalānisī, toujours soucieux de montrer les chefs musulmans respectueux de la solidarité islamique, rapporte que Lu’lu’ dès qu’il fut informé par Basile II de l’arrivée de celui-ci, en avertit Manğū Takīn, « pour la préservation de l’Islam ». Chez Maqrīzī, ce fut la capture accidentelle par une patrouille fatimide de messagers byzantins en route pour Alep qui permit aux assiégeants de connaître la nouvelle. Pour Ibn al-cAdīm, esprit fin, Basile II ordonna à des espions de son armée de laisser volontairement filtrer le bruit de son arrivée dans le camp fatimide afin d’y semer la panique. De la guerre idéologique, on passe ainsi à la guerre psychologique.

47Toujours est-il que Manğū Takīn s’affola à l’idée de devoir affronter les Byzantins sans sa cavalerie et décida de quitter les lieux. Les Arabes des tribus lui conseillèrent de se replier sur le plateau aisé à défendre de Qinnasrin, de contrôler le Quwayq en amont d’Alep et d’attendre ses chevaux. Les troupes fatimides comptaient un effectif double de celui des Byzantins même si l’on retient pour ces derniers les chiffres les plus élevés. Rien n’y fit : Manğū Takīn donna l’ordre d’incendier les dépôts, le matériel lourd, les armes de siège et conduisit sur Damas une retraite sans combat qui prit bientôt l’allure d’une déroute. Dans les jours qui suivirent, Basile II eut le loisir de visiter les vestiges de la base avancée abandonnée par les Fatimides : il frissonna rétrospectivement ; jamais, avec sa poignée de cavaliers harassés, il n’aurait pu s’en emparer.

  • 19 Maqrizi (107), I, 279, une revue de l’armée en 383 H. ; voir p. 275, l’arrivée des pigeons voyageu (...)

48L’effort que fournit al-cAzīz pour s’emparer de la Syrie du nord avait été considérable. De l’argent, des vivres, de l’équipement, des soldats furent continuellement expédiés de l’Egypte sur la Syrie. Maqrīzī signale les grands défilés militaires auxquels assistait l’Imām, abrité sous un dais. Les soldats, pour certaines cérémonies, étaient regroupés en tribus ou en nations d’origine ; mais, lors de la plupart des revues, ils étaient rangés en corps de combat de deux à trois mille hommes, chaque corps conduit par le qā’id qui le commandait. Cent soixante qā’id auraient participé à un de ces défilés, ce qui aurait représenté une armée de trois à quatre cent mille hommes. Maqrīzī mentionne que certaines unités étaient dotées de cuirasses et de casques19. Parallèlement au budget considérable consacré à l’armée, il fallait compter les dépenses entraînées par l’équipement d’une marine indispensable pour protéger les convois de ravitaillement partant pour Tripoli. En 383, la flotte byzantine est signalée par deux fois au large d’Alexandrie, mais, la même année, la marine de guerre fatimide s’accrut de dix-huit unités. En 384, Manğū Takīn avait tenté de prendre Ğabla aux Byzantins pour faciliter ses relations avec l’Egypte.

49Le financement des opérations de Syrie ne paraît pas avoir pesé exagérément sur le Trésor d’al-cAzīz. Les sources ne signalent que des difficultés passagères dans le fonctionnement des diwān entre 380 et 385. Par contre elles font état à plusieurs reprises de versements en numéraires considérables. Relevons quelques indications chiffrées rapportées par Maqrīzī. Le turc Yal Takīn, ancien commandant de l’armée de Syrie épousa en 381 la sœur du secrétaire de la princesse al-Sayyida al-cAzīziyya, c’est-à-dire l’administrateur des biens privés de l’épouse de l’Imām. Le mahr fut de cent mille dinars, comparable à celui auquel s’engageaient à la même époque un sultan bouyide et un calife abbasside. Les caisses de biens précieux transférés à l’occasion de ce mariage constituèrent la charge de trente mules ; vingt mille animaux variés furent égorgés pour nourrir les invités aux noces. Le 29 ḏū’l-qacda 381/31 janvier 992 mourait Ğawhar, l’esclave conquérant de l’Egypte ; non seulement son fils al-Ḥusayn reçut le titre de qā’id al-quwwād, mais encore on lui laissa tous les biens amassés par son père, et al-cAzīz versa dix mille dinars et fit verser sur la cassette privée de son fils al- Manṣūr, cinq mille dinars, pour les seuls frais d’ensevelissement.

50En 382, la ḥisba est confiée à Ḥāmid ibn Mufliḥ ; on lui confie des domaines agricoles pour une valeur de trois cent mille dinars afin qu’il assure l’approvisionnement en fourrage. La même année, le Trésor expédie des vêtements et des armes à Manğū Takīn ainsi que cinquante bêtes chargées de métal monnayé.

51En 383, alors qu’une révolte est lancée au Ḥigāz par un alide al-Qāsim b. cAlī al-Rassī, qui se proclame calife, al-cAzīz comble les villes saintes. La caravane qui part pour le pèlerinage en dū’l-qacda emporte la Kiswa et d’autres dons pour une valeur de trois cent mille dinars. L’escorte militaire comporte trois mille cinq cents soldats. Au mois de ṣafar 384, elle reviendra avec cĪsā b. Ğacfar al-Ḥasanī, émir de la Mekke qui convoie l’anticalife al-Qāsim b. cAlī, fait prisonnier.

52Pourtant deux nouvelles données par Maqrīzī sous l’année 383 pourraient être le signe d’un malaise financier. L’Etat fatimide est contraint d’augmenter les mesures de contrôle et de répression pour lutter contre l’emploi de poids et mesures non conformes par les commerçants de Miṣr. L’édit précisait que les vérifications devaient être également effectuées chez les commerçants opérant dans un immeuble appartenant à l’Etat ou à un dignitaire du régime. Ce dernier point témoigne d’un phénomène courant dans l’économie arabe médiévale, la relation privilégiée entre celui qui détient une parcelle d’autorité et le négociant du souq. Le patronage d’une activité économique plus ou moins délictuelle par un représentant de la bureaucratie ou de la caste militaire au pouvoir assure l’impunité de l’agent économique protégé. En contrepartie, ce dernier verse à son protecteur une ristourne sur les bénéfices réalisés. Ces relations binaires se ramifiaient en réseaux plus complexes grâce à des alliances matrimoniales. Les solidarités économiques s’intégraient dans d’autres structures, confessionnelles, « nationales », iraqiennes, syriennes, maghrébines, ou même politiques car les factions qui s’entredéchiraient au Palais devaient se tenir au courant de l’état d’esprit du souk, grâce aux informations que leur transmettaient leurs clientèles commerçantes.

53Ces réseaux, omniprésents, souples et résistants, rendaient vaines les actions de réglementation contre les perversions volontaires du mécanisme des échanges économiques. En effet, ceux à qui incombait de lutter contre toutes les fraudes commerciales, les muḥtasib, étaient tout à la fois haïs et impuissants. Ces officiers civils étaient choisis dans la caste même des protecteurs mais dans ses rangs subalternes. On tolérait qu’ils s’enrichissent et qu’ils châtient pour l’exemple les gagne-petit mais non qu’ils s’attaquent au secteur protégé.

54La répression de fraudes dans les poids et mesures révèle une autre fragilité de l’économie fatimide triomphante. En effet, vouloir vendre moins contre plus de monnaie est une constante de la mentalité du négociant urbain médiéval, mais recourir à une fausse mesure implique la transgression d’une règle fondamentale de l’éthique musulmane. Une telle transgression ne peut être assumée par celui qui la commet que si elle correspond pour lui au sentiment de rééquilibrage d’un préjudice subi, d’une modification, au détriment du marchand, des termes de l’échange. Cette dégradation perçue pouvait correspondre à cette époque à une rigueur accrue dans la perception des taxes, ou à un alourdissement des prélèvements, à des fins privées, par les agents du pouvoir. Elle pouvait également correspondre à à une difficulté accrue pour se procurer la marchandise, pour la transporter, pour l’entreposer, dans une double ville à l’espace mesuré et à la population en rapide développement. La crise de l’habitat est attestée par une mesure édictée en 384 ; il est interdit à tout particulier de vendre une maison d’une valeur supérieure à deux cents dinars sans l’offrir tout d’abord au diwān des domaines afin de donner à celui-ci la possibilité de l’acquérir.

55Les négociants ont également dû se heurter à des difficultés pour recouvrer leurs créances lorsque la plupart de leurs débiteurs pour des achats importants appartenaient à l’appareil des diwān ou de l’armée. A la mort d’un certain nombre de grands et riches personnages, les chroniqueurs signalent des dettes contractées à l’égard des négociants, dettes qui sont réclamées à l’occasion d’un décès et souvent réglées par le pouvoir.

  • 20 Ibn al-Ṣayrafī, 30 ; Yaḥyā, XVIII, 811-812, 818 ; Maqrizi (107), I, 277-293. L’ancien vizir de Kāf (...)
  • 21 Abū cAbd Allāh al-Ḥusayn b. al-Ḥasan al-Bāziyār, voir Maqrizi (107), I, 282, 293, 296, II, 30, 51  (...)

56Une autre information rapportée par Maqrīzī prouve que sous l’abondance des flux monétaires se dissimulaient des écueils périlleux. Le vieux vizir qui en son temps avait servi Kāfūr, Abū’1-Faḍl Ğacfar b. al-Faḍl ibn al-Furāt, fut malgré son âge rappelé au pouvoir le 1er rabīc I 383/26 avril 99320. Au mois de šacbān (septembre-octobre) de la même année, le vizirat lui fut retiré après que sa gestion se fut soldée par un échec complet. Quelques mois plus tard, en ḏū’l-ḥiğğa/janvier-février 994, comme cela devait être souvent le cas pour ses successeurs, sa situation personnelle vis-à-vis du Trésor fut contrôlée et on lui réclama le ḥarāğ qu’il devait verser pour des biens-fonds agricoles qu’il possédait en Syrie. Il ne put payer et dut vendre ces propriétés pour acquitter ses dettes. Les amples variations sur le cours des céréales, 382 avait été une année de pain bon marché, rendaient aléatoires les rendements monétaires des exploitations agricoles. En ğumādā II 384/juillet-août 994, on signale des voies de faits sur la personne du vizir déchu qui doit se réfugier chez Abū cAbd Allāh al-Ḥusayn Ibn al-Bāziyār21 ; les assaillants réclamaient à Ibn al-Furāt des sommes qui leur étaient dues et qui n’avaient jamais été réglées. Les diwān connurent donc en 383-384 des difficultés de trésorerie sans grande portée mais annonciatrices de crises bien plus graves pour l’avenir. L’abondance monétaire incitait à un laxisme dans les dépenses ; al-cAzīz y porte une forte responsabilité. Un des responsables des diwān ayant supprimé les repas gratuits qui étaient servis au Caire, l’Imām les rétablit. En 381, cAlī b. cUmar al-cAddās, lorsqu’il exerça la responsabilité financière sur l’ensemble des diwān, avait exigé que sa signature figurât sur tout ordre de paiement. Mais les chroniques ne nous rapportent pas si cette mesure, indispensable pour contrôler le montant des dépenses, fut maintenue sous ses successeurs immédiats.

57Jamais, de 381 à 386, des difficultés financières vinrent en travers de la politique syrienne d’al-cAzīz. Cela n’aurait pas été possible sans l’arrivée régulière au Caire des tributs provenant d’Ifriqiya, de Sicile, de Barqa, de Nubie. Maqrīzī consigne au moins une arrivée, et souvent plusieurs, de tributs provenant de chacune de ces provinces pour la période 383-385. Tous comportent des caisses de māl, mot qu’il faut traduire dans ce cas précis par métal précieux, principalement or, accessoirement argent, monnayé ou destiné à être monnayé. Le tribut reçu de Barqa en 385 comprenait vingt-deux chameaux, chargés chacun de deux caisses de métal précieux. Une mule, chargée de deux caisses d’or, pouvait transporter la contrevaleur de cinq mille à vingt mille dinars ; un chameau, de vingt mille à quatre-vingt mille dinars. De même que l’armée fatimide, qui pourtant, après 370, rassembla des corps d’élite turcs et persans, était composée dans sa grande masse de tribus berbères venues d’Afrique du nord, le financement et l’équipement de l’armée de Syrie se fondaient sur l’afflux régulier de métal précieux venu des provinces occidentales et méridionales.

58A Misr même, pendant toute cette campagne, il n’y eut aucun signe de mécontentement ou d’inquiétude à l’égard de ce que l’opposition sunnite assimila à un ğihād. Les commerçants du souk savaient combien leur situation était enviable comparée à celle que le pouvoir bouyide réservait à leurs collègues iraqiens. Dans un discours prononcé en 382, le grand cadi du Caire, Muḥammad ibn al-Nucmān, leur avait rappelé qu’en Iraq un homme n’avait pas plutôt vingt dinars que les autorités s’en emparaient.

***

  • 22 Yaḥyā, XXIII, 442 ; Ibn cAsākir, ZA, XVI, 299 r° et v°.
  • 23 Yaḥyā, XXIII, 443, (45), 210 (4500), 346 ; Ibn cAsākir, ZA, XII, 236, r° et v° ; Ḏahabi (99), obit (...)

59Une fois à Alep, Basile II avait dressé son camp à l’extérieur de la ville et avait reçu la visite de Sacīd al-Dawla le Hamdanide et de Lu’lu’ al-Sayfī. Chacun d’eux venait séparément, non pas parce qu’ils étaient brouillés mais par mesure de sûreté, la ville ne devant pas rester sans prince ou représentant du prince alors qu’une armée campait à sa porte. Les conseillers de Basile lui avaient suggéré de s’emparer d’Alep, alors sans défense. Le souverain refusa une telle trahison, arguant que ses alliés n’oseraient plus l’appeler au secours. Puis, il s’enfonça en Syrie. Un siège d’une journée lui permit de chasser, par amān, le gouverneur maghrébin de Šayzar ; puis il prit Homs et Rafaniyya, s’emparant d’esclaves et de butin. Enfin, il investit Tripoli, objectif essentiel de toute expédition byzantine en Syrie centrale22. Le siège fut encore une fois infructueux ; il dura quarante jours d’après Ibn al-Qalānisī. Maqrīzī précise que le gouverneur Ibn Nazzāl, Muṭahhar ou Muẓahhir, sortit au devant du Byzantin pour négocier et que la population, qui refusait la capitulation, ferma les portes et mit à sa tête le frère de ce gouverneur. Pour Yaḥyā d’Antioche, ce fut le cadi Abū’l-Ḥusayn cAlī b. cAbd al-Waḥīd b. Ḥaydara qui fut l’âme de la résistance aux Byzantins23. Le nouveau gouverneur fut peut-être Abū cAbd Allāh Muḥammad b. Nazzāl qui reçut plus tard le laqab de Muḫtār al-Dawla.

60Après avoir essuyé un échec devant Tripoli, Basile repartit vers le nord et s’empara du port en ruine de Tartous ; il y fit construire un fort et installa une garnison. Puis, il revint sur Antioche, réapprovisionna cette ville base de toute action contre la Syrie musulmane et s’en retourna à Constantinople.

61En šawwāl 385/octobre-novembre 995, Manğū Takīn quitta Damas et alla combattre pendant un mois la garnison de Tartous, puis revint dans sa capitale de province.

***

62Al-cAzīz ne pouvait tolérer que les efforts considérables consentis au profit de l’armée de Syrie afin de mettre la main sur la principauté d’Alep fussent ainsi ruinés par une seule offensive de Basile II. Il ne semble pas avoir fait porter la responsabilité de cet échec sur Manğū Takīn dont, pourtant, le laisser-aller dans la conduite des opérations était manifeste. Dans d’autres circonstances, le pouvoir central se montra moins patient envers des généraux victorieux en Syrie. Il est vrai que ceux-ci inquiétaient davantage les dignitaires de la cour que ne pouvaient le faire les médiocres.

63A nouveau, al-cAzīz juge la situation en Syrie suffisamment grave pour se sentir obligé d’y conduire, en personne, une grande expédition militaire. Maqrīzī a consacré une description minutieuse aux préparatifs de celle-ci. L’analyse approfondie de ce texte serait indispensable dans une étude consacrée à l’Empire fatimide, à sa naissance, à sa richesse fabuleuse rarement égalée dans l’histoire, mais aussi à l’inefficacité et à la lenteur des réactions de son administration militaire et civile lorsqu’elle était confrontée brutalement à un défi imprévu. Il est inutile pour notre propos de mentionner tous les détails rapportés par Maqrīzī et seuls deux ou trois faits caractéristiques seront donnés ici.

64Al-cAzīz avait décidé l’expédition lorsqu’il avait été informé de l’arrivée en Syrie de Basile II. Il quitta le Caire avec son armée le 10 rağab 385/10 août 995 et alla camper non loin de la ville, à Munyat al-Asbaġ. Il avait tout de suite fait verser cinquante mille dinars pour les premiers achats d’équipements et de chevaux ; les Kutamites qui avaient quatre mille montures en achetèrent mille autres et Ğayš ibn al-Ṣamṣām a partit pour la Syrie avec une armée de secours. Cent cinquante mille dinars furent expédiés à Manğū Takīn, cinquante mille à Ibn al-Ğarrāḥ. La grande tente (al-fāza) d’al-cAzīz dont le pilier central mesurait quarante-quatre coudées et qui nécessitait soixante-dix chameaux pour la transporter, une fois démontée, fut installée. Dans les souks, des crieurs publics proclamaient l’état d’urgence (al-nafir). Les sujets se présentèrent en nombre pour recevoir des armes.

  • 24 Ch. Pellat, « Ibil », EI2, III, 687-690 : « … dromadaire, à une seule bosse … ou chameau propremen (...)

65L’Imām fit le recensement des bêtes disponibles pour l’expédition ; ses écuries fournirent douze mille chevaux et trente mille chameaux pour le transporter, lui et ses proches. Les dignitaires de l’Etat avaient, en outre, leurs trains d’équipage particuliers. Le Trésor (al-māl), ici sans doute, le métal monnayé et monnayable et les joyaux, constitua la charge de cinq mille dromadaires, chacun chargé de deux caisses et de mille huit cents chameaux de charge (buḫt), portant également deux caisses dont chacune avait le poids de la charge totale d’un dromadaire24.

66Les mois s’écoulaient, al-cAzīz déplaçait son camp d’un village à l’autre, ne s’éloignant jamais vraiment du Caire. Il reçut un ambassadeur de Basile II, lui annonçant que celui-ci était rentré chez lui et qu’il réclamait un armistice ; ce qui lui fut accordé.

67De même, al-cAzīz accorda au Hamdanide le pardon qu’il avait sollicité dans un message. Les ennemis contre qui avait été décidée l’expédition, n’en étaient officiellement plus. Pourtant, al-cAzīz ne rentra pas au Caire et les préparatifs ne furent pas véritablement interrompus. Seize navires de guerre étaient en cours d’achèvement ou d’armement sur l’arsenal d’al-Maqs à Miṣr. Un vendredi de rabīc II 386/mai 996, ils furent incendiés pendant l’heure de la prière officielle. Des prisonniers de guerre byzantins, détenus dans un bâtiment proche furent soupçonnés d’être responsables de ce sabotage de l’effort de guerre. Dans l’atmosphère de ğihād qui prévalait alors, la foule se déchaīna et tua cent sept de ces hommes. Puis l’émeute prit de l’ampleur. Dār Mānik, un entrepôt où se déroulaient des opérations commerciales pratiquées par des Byzantins et, peut-être même par des Amalfitains, fut pillé. Quatre-vingt-dix mille dinars de marchandises furent dérobés.

  • 25 Récit détaillé, bibliographie et discussion de l’apport historique dans Cahen (175), A, 3-8 ; voir (...)

68L’enquête sur les différentes étapes des désordres fut prise en main par le vizir, cĪsā ibn Nasṭūrus et par le préfet de la police basse, police de la ville de Miṣr, Yānis al-Ṣaqlabī. La répression fut sévère, un tiers des émeutiers identifiés furent exécutés, un tiers subit la bastonnade, le dernier tiers s’en tira à meilleur compte. La plupart des biens détournés furent restitués. Immédiatement, cĪsā ibn Nasṭūrus se lança dans la construction d’une nouvelle flotte de guerre, enlevant les poutres maîtresses des toitures de grands bâtiments pour permettre à l’arsenal de reprendre le travail. Il fallait d’une part persuader la population que l’effort de guerre se perpétuait et d’autre part, rassurer les commerçants étrangers et notamment chrétiens sur leur sécurité pendant leurs opérations en territoire fatimide25.

69Pour faire diminuer la tension et parce que des difficultés venaient de réapparaître dans l’approvisionnement en blé de la capitale, les civils en armes furent remerciés et on leur versa une solde pour le temps où ils s’étaient mobilisés. On éloigna une partie de l’armée en dispersant des troupes dans le Delta et près d’Alexandrie.

70Un an après avoir quitté son Palais du Caire, mais alors qu’il n’avait parcouru avec son armée que dix parasanges, al-cAzīz tomba malade, le 25 rağab 386/13 août 996, près de Bilbéis. Un mauvais fonctionnement des reins lui causait des maux divers, coliques, goutte, calculs dans la vessie, dont il mourut le 28 ramaḍān 386/14 octobre 996.

Bilan de l’action d’al-cAziz en Syrie après la mort d’Ibn Killis

71Ibn Killis était mort à la fin de l’année 380, al-cAzīz lui survécut six ans. Durant cette période, le souverain fatimide prit personnellement en main la politique syrienne et choisit une option presqu’opposée à celle que lui avait conseillée son vizir. Il caressa le projet d’une Syrie complètement soumise au gouvernement direct du Caire, abandonnant l’idée de laisser subsister un état-tampon hamdanide entre la Syrie méridionale et les territoires byzantins. Ce projet l’occupa constamment et il y consacra la plus grande part des ressources en hommes et en or de son empire.

72Les sources ne nous renseignent pas sur les motivations de cet effort et de cette persévérance, étonnants chez un homme qui était dépourvu de force de caractère. Etait-il jaloux de la gloire militaire des souverains byzantins ? Se croyait-il investi de la mission de fonder un empire universel ? Cherchait-il en Syrie du Nord la voie d’accès à l’Iraq, le moyen d’abattre le califat abbasside de Bagdad ? Rien ne nous permet de répondre. Il est sûr qu’il rechercha dans son entourage les Orientaux plus que les Maghrébins. Il avait vécu en Ifriqiya sa jeunesse et fut séduit par l’Egypte et par la diversité de langues, de religions, de traditions qu’il y découvrit. En effet, affluaient au Caire, les savants, les administrateurs, les hommes de guerre, les artisans, les plus prestigieux de la Mésopotamie et des territoires orientaux. Sous son règne, l’Ifriqiya et la Sicile se détachèrent de l’Empire fatimide, ne conservant que les liens strictement nécessaires pour éviter une autre suzeraineté ; al-cAzīz n’en eut cure, son regard était tourné vers les terres qui se trouvaient au-delà du Sinaï. Bagdad s’enfonçait dans les désordres, dans la pauvreté, dans les crises frumentaires, dans les oppositions religieuses exacerbées. L’Egypte se devait d’être le centre du nouvel empire islamique, fondé sur l’opulence, l’ordre librement accepté, la tolérance religieuse. La Syrie, contact naturel entre l’Europe, l’Asie et l’Afrique, berceau des religions, devait être soumise afin de permettre au nouvel ordre des choses de rayonner librement à partir d’elle, vers cet Orient dont seule la conversion scellerait le succès du projet fatimide.

73Al-cAzīz se montra hésitant dans les solutions successives qu’il apporta au problème de la direction des diwān et de la nomination des vizirs après la mort d’Ibn Killis. Tout au contraire, il marqua sa détermination pour tout ce qui concernait la Syrie ; pendant cinq ans, il ne changea ni de politique ni d’homme, gardant sa confiance à Manğū Takin. La tâche primordiale qu’il désigna à celui-ci fut la conquête de la province septentrionale. Il mit à la disposition du Turc les moyens nécessaires en hommes et en numéraire. Le résultat fut en fin de compte un échec, mais limité. Les territoires occupés après 381 furent perdus mais les possessions plus anciennes ne furent pas entamées. L’échec pouvait être considéré comme provisoire puisque les troupes fatimides qui avaient remporté deux brillantes victoires contre les Byzantins n’avaient jamais été vaincues par eux. La réforme entreprise dans l’armée fatimide à partir de l’humiliation subie par Ğawhar à Ascalon commençait à porter ses fruits. La maîtrise de la mer était assurée malgré l’incendie de l’arsenal ; Tripoli demeurait une place imprenable entre les mains des Fatimides protégeant le sud du littoral et la province de Damas.

  • 26 Maqrizi (107), I, 285 et 287.

74Les renseignements sur la politique suivie par Manğū Takīn et ses subordonnés à l’égard des populations syriennes sous domination fatimide sont inexistants pour cette période, 381-386. Le silence peut laisser penser qu’aucune révolte d’importance n’éclata et que l’autorité du Caire ne fut pas contestée. Ibn al-Ğarrāḥ continua, en dépit des ultimes recommandations d’Ibn Killis, à figurer au premier rang des alliés. En 385, il expédia au Caire un révolté qui se faisait appeler al-Sufyānī. Al-cAzīz fit promener ignominieusement le rebelle vaincu puis, quelques mois plus tard, il le fit exécuter26.

***

75L’étude des listes de cadis et de témoins de justice permet de connaītre l’emprise du pouvoir sur la vie civile d’une contrée arabe médiévale. Pour l’Egypte, le Kitāb al-Quḍāt de Kindī puis le Rafc al-Iṣr can quḍāt Miṣr d’al-cAsqalānī donnent des renseignements d’une richesse incomparable. Pour Alep, Ibn al-cAdīm donne à la suite du décès de chaque gouverneur ou de chaque prince, une liste de cadis. Pour Damas, l’ouvrage tardif de Šams al-Dīn ibn Ṭūlūn, intitulé al-Ṯuġr al-bassām fi ḏikr man wulliya qaḍā’ al-Šām et publié sous le titre de Quḍāt Dimašq, n’établit pas avec certitude la suite des cadis de Damas pour l’époque fatimide. Il n’est pas certain qu’une édition scientifique de l’Histoire de Damas d’Ibn cAsākir puisse combler cette lacune car cet historien est beaucoup plus négligent envers la chronologie dans les biographies qu’il consacre aux cadis que dans celles qu’il consacre aux gouverneurs ; alors que pour les seconds, il s’efforce de préciser la date de prise de fonction et la date de destitution ainsi que le nom du prédecesseur et du successeur, il ne le fait pas systématiquement pour les premiers.

  • 27 Ibn cAsākir (650), IV, 242 et (6500), ZA V, 29 r° ; Ibn al-cAdim, I, 181 ; Ibn Ṭūlūn (116), n » 58 (...)

76Dans l’état actuel de nos connaissances, un des premiers cadis dont nous sachions avec certitude qu’il fut nommé à Damas par un souverain fatimide, en l’occurence al-cAzīz, fut le chérif zaydite Abū cAlī al-Ḥasan b. Muḥammad b. al-Ḥasan b. al-Ḥusayn b. cĪsā b. Yaḥyā b. al-Ḥasan b. Zayd, né en 329. Ibn al-cAdīm dit qu’il fut cadi d’Alep pour Sacd al-Dawla de 363 à 379. Or, IbncAsākir rapporte qu’il fut cadi d’Alep pour Sacd al-Dawla après avoir été cadi de Damas pour al-cAzīz. Les deux affirmations sont incompatibles et il est probable qu’il fut cadi de Damas après avoir été cadi d’Alep, à une époque où les fonctionnaires civils et les chefs militaires hamdanides affluaient au service d’al-cAzīz. Pour sa charge à Damas, il refusa de recevoir le rizq, émoluments, correspondant à sa fonction mais il accepta une ḍiyāfa, indemnité, de cent dinars que lui faisait verser chaque mois al-cAzīz. D’après les récits dont il est rapporteur, on peut déduire une origine iraqienne de Kūfa. Ainsi était inauguré ce que les souverains fatimides allaient ériger en coutume, nommer des chérifs Ḥusaynides d’origine orientale comme cadis de Damas27.

77La légitimité fatimide se fondant sur le nasab alide de la dynastie, il était important pour celle-ci de se voir reconnue par les familles chérifiennes dont la généalogie ne pouvait être contestée. Accepter un poste de cadi dans Damas contrôlé par les troupes d’al-cAzīz et recevoir sous une forme ou sous une autre une rétribution réglée par le Trésor du Caire, signifiait une reconnaissance implicite de cette légitimité. Les chérifs iraqiens étant, en général duodécimains, étaient plus facilement supportés par les sunnites que des ismaïliens, mais ils avaient en ce qui concerne l’héritage des femmes et les pratiques rituelles de la prière et de l’enterrement les mêmes règles que les Fatimides.

  • 28 Voir Ibn al-cImrāni, al-Inbā’ fi tārīḫ al-ḫulafā’, Leyde, 1973, p. 190, ligne 20.

78En effet, le passage sous la domination d’un prince chiite d’une ville musulmane médiévale se traduisait pas un certain nombre de signes, modification du calendrier des fêtes chômées, du déroulement des prières ordinaires et des prières du temps de ramaḍān, sans doute également d’un déplacement du minbar de la droite à la gauche du miḥrāb28, tout cela dominé par l’étendard sonore que tendait au-dessus la ville la formule : « venez à la meilleure des œuvres », prononcée par les muezzins. Il revenait au cadi, responsable du respect du fiqh sous tous ces aspects et qui avait reçu pour cela une délégation des pouvoirs de la communauté, de le faire respecter par les imams et les khatibs. A l’origine, cette délégation lui conférait une certaine indépendance envers le prince mais celle-ci s’était affadie avec le temps et, au ive siècle, le cadi était devenu le représentant du prince pour l’application civile des lois islamiques, de même que le gouverneur le représentait pour le pouvoir des armes et que le cāmil était son agent pour tout ce qui était fiscalité et paiements.

Notes

1 cĪsā b. Nasṭūrus, Yaḥyā, XXIII, 442, Ibn al-Ṣayrafi (55), 88 ; Maqrizi (107), I, 283 ; II, 8 ; Nuwayrī, 50 ; Ibn al-Dawādārī, 231 et suivantes ; Ibn al-Qalānisī, 32 et suivantes ; Ibn Kaṯir, XI, 320, année 386 H ; voir plus loin ses deux fils, Zurca et Sācid. Abū cAbd Allāh al- Mawṣilī, Ibn al-Qalānisī, 32 en fait le successeur d’Ibn Killis ; Maqrizi (107), II, 6 et 70, ne le fait accéder à de hautes responsabilités qu’au début du règne d’al-Ḥākim ; Silvestre de Sacy, CCCXXXII, suit Maqrizi.

2 Ibn Zūlāq (27) ; voir Bianquis (162), 88 et Bianquis, « al-Ḥākim bi Amr Allāh, ou la folie de l’Unité chez un souverain fatimide », dans Les Africains, tome XI, Paris, 1978, 125. Ibn Ẓāfir, 40, mentionne un partage de la charge vizirale après le décès d’Ibn Killis, et page 41 donne un récit de l’incident monté contre les tributaires.

3 Muḥammad Abū cAbd Allāh, le fils du premier grand cadi fatimide d’Egypte, al-Nucmān, est cité dans cAbd al-Ğabbār (39), II, 595, comme un des responsables suprêmes de la dacfatimide. Ibn al-Ṣayrafī (55), 87, mentionne qu’il a exercé le pouvoir en 383 H. avec al-Faḍl b. Ṣāliḥ, voir également al-Musabbiḥi, 159 r° et v°, Ibn Ḥagar (113), index, Ibn al-Qaā-1 nisi, 33, Maqrizi (107), I, 217, 275, 285, 291, II, 5, 21.

4 Sāwirus (37) quand il mentionne un chrétien sans autre désignation sait que le lecteur comprendra qu’il s’agit d’un monophysite ; dans les autres cas, il précise orthodoxe, pour un chalcédonien, ou nestorien, pour un membre de cette église orientale ; la tension entre juifs et chrétiens apparaît nettement 140 v° et suivants. Il est curieux que toutes ces oppositions n’aient pas été saisies par les historiens musulmans qui placent tous les tributaires dans la même catégorie ; cela peut être le fait d’historiens tardifs qui réécrivent l’histoire d’après des documents dont ils ne comprennent pas les allusions.

5 Voir Canard, 572 ; al-Ḥasan b. Marwān b. al-Kak b. Kisra, Ibn al-Aṯīr, IX, 71-75, 94, X, 129, 143-144, 183 etc. ; Al-Fāriqi, 59 et suivantes ; Maqrizi (107), 270.

6 Voir références sur Nazzāl, p. 146, n. 1 ; sur Bakğūr en p. 124, n. 1, ainsi que Ibn al-cAdim, I, 177-181.

7 Ibn al-Maġribī, Abū’l-Ḥasan cAli b. al-Ḥusayn, voir Zambaur, 15, Ibn al-Qalānisī, 35, 38, 39, 41-42, 62, Maqrīzī, (109), II, 156 et suivantes ; Ibn al-cAdīm, 152, 172-178, 185, 188 ; il s’agit du père du grand vizir et écrivain Ibn al-Maġribī. Le premier de la lignée à avoir servi en Egypte, al-Ḥusayn b. cAli avait rejoint à Miṣr al-Iḫšid, venant de Bagdad, puis son fils Abū’l-Ḥasan cAlī l’avait rejoint. Plus tard, celui-ci était passé au service de Sayf al-Dawla, puis de Sacd al-Dawla avant de passer au service de Bakğūr ; plus tard, il passa au service d’al-cAzīz avant d’être mis à mort par al-Ḥākim.

8 cAmmāriyya, Al-Muqaddasi (33), 210, compare la forme des pyramides à celle des cammāriyya ; voir Dozy, II, 171, qui traduit litière. Al-cAzīz meurt à Bilbéis ; on ramène le corps au palais du Caire dans une cammāriyya, les pieds du cadavre sortant par devant, Ibn Taġrī Birdī, IV, 123, année 365 H. ; voir Canard (179), XX, 21, note 1 qui traduit par grandes litières de voyage l’expression qu’il a trouvée chez Sibṭ ibn al-Ğawzī à propos des préparatifs du pèlerinage des chrétiens d’Egypte à Jérusalem. Les femmes ou les personnages âgés se déplaçaient soit sous des qubba, tente en forme de coupole, montées sur un chameau, soit sous des cammāriyya, litières à toit à double pente. Ibn al-Qalānisī, 19, al-cAziz charge suivi de son parasol, šamsiyya. Les autres mots techniques employés dans ce récit sont connus, kuḏāġandat, que Canard (179), XVII, 299, traduit par cotte de cuir mais qui pourrait vouloir dire un justaucorps d’étoffe épaisse, doublé d’un piqué de coton, permettant d’amortir les coups, ḫūḏa, le casque, ğawsin, la cuirasse couvrant la poitrine, tağāfīf, caparaçon du cheval, rāya, le fanion que l’on tenait haut à proximité du commandant de l’armée, ici l’émir hamdanide, afin de le rendre visible de tous.

9 Al-Rūḏrāwari (53), 215, Ibn al-Qalānisī, 39, Ibn al-cAdim, I, 180, Fā’īq, un eunuque slave, devait commander la flotte fatimide qui fut victorieuse devant Tyr de la flotte byzantine en 388 H., voir Yaḥyā, XXIII, 454 et Maqrīzī (107), II, 18.

10 Ibn al-Qalānisī, 29, 40, Ibn al-Dawādāri, 219, Maqrizi (107), I, 259, 269.

11 EI2, I, 847 ; Yaḥyā, XXIII, 436, 438, 449-452 ; Ibn cAsākir, ZA XVII, 100 r° et v°, (65000), 29 v° et 30 r° ; Ibn al-Qalānisī, 40-49 ; Ibn al-cAdim, I. index sous Bangūtakīn ; Ibn Ẓāfir, 42, Manğūtakīn a été ḥāġib d’al-cAzīz ; Maqrizi (107), I, 269-275, 282-285 ; II, 8, 31, participe aux soirées d’al-Ḥākim, 70, meurt en 397 H. Silvestre de Sacy, I, CCLXXXVII.

12 On trouvera dans Cahen, « Contribution à l’étude de la circulation monétaire en Orient au milieu du Moyen Age », Annales Islamologiques, XV, 1979, 37-46, une mise au point sur les deux dirhams, celui d’argent pur qui disparaît entre 360 et 410 H. et celui de billon, 30 % d’argent, 70 % de cuivre, qui le remplace sous le nom de waraq à cette date en Egypte fatimide. Voir également Cahen, « L’or du Soudan avant les Almoravides, mythe ou réalité », dans 2000 ans d’Histoire Africaine. Le sol, la parole et l’écrit. Mélanges en hommage à Raymond Mauny, Paris, 1981. Pour la crise de 381 H., voir Ibn Muyassar (17), 171 et Maqrizi (107), 274 ; s’il s’agit pour les qiṭac, mentionnés ici, d’un alliage, le rapport serait de 20 % d’argent dans le cas où la pièce aurait le même poids qu’un dirham d’argent pur.

13 Yaḥyā, sub anno et V. Grumel, La chronologie, Bibliothèque Byzantine, Paris, 1958, 480.

14 Aḥmad b. Muḥammad b. al-Qušūri ou al-Qušayrī, Yaḥyā, XXIII, 499, Ibn al-Qalānisī, 41, Nuwayrī, 56 ; Maqrīzī (107), II, 84-85.

15 Yaḥyā, XXIII, 438, 442 ; Yaḥyā (45), 209-210 ; Ibn al-’Adim, I 185-192 ; voir les références de Manğū Takīn p. 174, note 2 ; Zakkar (8), 43, Abū’l-Faḍā’il Sacid al-Dawla. Lu’lu’, mêmes références que son maītre, mais il meurt plus tard en muḥarram 400, Ibn al-cAdim, I, 197, Zakkar (8), 44. Voir Cahen, « Al-Makīn ibn al-cAmid et l’historiographie musulmane, un cas d’interprétation confessionnelle, » in Orientalia Hispanica, Mélanges en l’honneur de F.M. Pareja, I, 1, Leyde, 1974, 158-167 ; les informations présentées dans le texte arabe publié dans cet article sont toutes accessibles chez des auteurs antérieurs, Yaḥyā, Ibn al-Aṯir, Ibn Ẓāfir, Ibn al-cAdim.

16 Ibn al-Qalānisi, 41, Malakuyā, Ibn Taġri Birdi, IV, 118, 365 H,. Malkūn al-Suryānī, Ibn al-cAdim, I, 199, Malkūna.

17 Abū’l-Fadā’il Ṣāliḥ b. cAli al-Rūḏpārī, fils de cAlī b. Ṣāliḥ, gouverneur de Damas en 333/944, Blachère, al-Mutanabbī, 110, et sans doute, père d’un cAli b. Ṣāliḥ, Ibn al-Dawādārī, 320-321, ou d’un al-Ḥasan b. Ṣāliḥ, Ibn al-Ṣayrafi, 34, confondu avec son père. Voir Yaḥyā, XXIII, 488, 492, Ibn al-Qalānisī, 42, Maqrizi, (107), II, 72, 73, 78, 81 ; voir Ibn Ẓāfir, 65, note 319.

18 Deux ans plus tard, Rabāḥ trahira Sacid al-Dawla et passera en 386 H. au service des Fatimides ; on le nommera gouverneur du port fortifié d’Acre. Sa fille Umm al-Karam fut l’épouse de Manṣūr b. Lu’lu’. Ibn al-Qalānisī, 39, Ibn al-cAdīm, I, 196 et 207.

19 Maqrizi (107), I, 279, une revue de l’armée en 383 H. ; voir p. 275, l’arrivée des pigeons voyageurs annonçant les diverses étapes de l’expédition de Manğū Takin en Syrie du Nord. Les années 380 à 384 H. furent sans doute les plus glorieuses pour les armées fatimides.

20 Ibn al-Ṣayrafī, 30 ; Yaḥyā, XVIII, 811-812, 818 ; Maqrizi (107), I, 277-293. L’ancien vizir de Kāfūr est âgé de soixante-quinze ans quand il est nommé à nouveau vizir par al-cAziz.

21 Abū cAbd Allāh al-Ḥusayn b. al-Ḥasan al-Bāziyār, voir Maqrizi (107), I, 282, 293, 296, II, 30, 51 ; un fils (?), al-Musabbihi, 132b ; Ibn al-Muyassar (88), 175, avait été vizir d’al-cAziz ; F. Viré, « Le traité de l’art de la volerie, Arabica, XII, 1 et suivantes.

22 Yaḥyā, XXIII, 442 ; Ibn cAsākir, ZA, XVI, 299 r° et v°.

23 Yaḥyā, XXIII, 443, (45), 210 (4500), 346 ; Ibn cAsākir, ZA, XII, 236, r° et v° ; Ḏahabi (99), obituaire 401 H. ; loué par Tihāmi (40), 10, 124 ; Ibn al-Qalānisī. 50 ; Ibn al-cAdim, I, 199.

24 Ch. Pellat, « Ibil », EI2, III, 687-690 : « … dromadaire, à une seule bosse … ou chameau proprement dit à deux bosses. Cette dernière espèce (lorsqu’elle est croisée) … avec des chamelles « arabes » (donnait) .. l’espèce dit bukht … qui ne se reproduisait pas et servait principalement au transport des charges … ». Sur de longues distances, on peut évaluer la charge d’une mule à un poids compris entre quarante et quatre-vingts kilogrammes, la charge d’un dromadaire à un poids compris entre soixante et cent quarante kilogrammes, la charge d’un buḫti à un poids compris entre cent et deux cent vingt kilogrammes. Sur une courte distance, ces poids peuvent être doublés.

25 Récit détaillé, bibliographie et discussion de l’apport historique dans Cahen (175), A, 3-8 ; voir également Goitein et Stern dans Levi Della Vita (194) ; sur Dār Mānak ou Mānik, voir Goitein dans Richards (163), 27 et dans Goitein (185), I, index ; Al-Musabbiḥi, 253 v°.

26 Maqrizi (107), I, 285 et 287.

27 Ibn cAsākir (650), IV, 242 et (6500), ZA V, 29 r° ; Ibn al-cAdim, I, 181 ; Ibn Ṭūlūn (116), n » 58 ; Maqrizi (1110), ms. de Leyde, vie de Muḥammad b. Nucmān ; dans Ibrāhīm b. Nāṣir Ibn Ṭabāṭabā, Muntaqila al-Ṭālibiyya, Našaf, 1969, p. 123, il est nommé al-Ḥusayn et non al-Ḥasan, l’auteur lui donne comme enfants Abū’l-Ġanā’im cAbd Allāh, Abū Ṭayyib Aḥmad, Abū cAbd Allāh Muḥammad, Abū Manṣūr cAbd al-Wahhāb Barakāt, Abū’l-Ḥusayn Yaḥyā, Abū Hāšim, Abū’l-Qāsim Hibat Allāh, etc…

28 Voir Ibn al-cImrāni, al-Inbā’ fi tārīḫ al-ḫulafā’, Leyde, 1973, p. 190, ligne 20.

© Presses de l’Ifpo, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search